Navigation – Plan du site

L’égalité d’accès à la lecture : quels enjeux pour les sites isolés de l’intérieur de la Guyane française ?

Blaise Bitegue Dit Manga

Résumés

Cette étude ouvre une réflexion sur les enjeux d’intégration sociale autour de la lecture dans le territoire de la Guyane française. Les handicaps socioéconomiques du développement de la lecture sont particulièrement importants dans ce département français. La Guyane n’appartient pas à une société de lecture ; c’est une société d’oralité déchirée entre la modernité par la lecture et l’écriture et la tradition par l’oralité.
L’étude propose daller au-delà du simple diagnostic pour envisager des stratégies de développer destinées à populariser la lecture dans ce département, par exemple avec le développer de la lecture publique à partir de biblio/pirogue pour répondre à l’isolement des populations. Dans cette société marquée par l’importante proportion d’illettrisme et d’analphabétisme, et la faible pratique de la lecture, l’égalité d’accès à la lecture est défi pour l’avenir de ce territoire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« Lorsqu’on veut cacher quelque chose à un Noir, il suffit de l’étaler clairement dans un livre ».

  • 1 Pierre Bourdieu, Sur la télévision, suivi de l’emprise du journalisme p.17 – Façon d’agir -2003

1Cacher en montrant 1ou montrer en cachant, la citation en exergue du « noir réfractaire à la lecture » fait partie de ces « exceptions culturelles » françaises où, notamment, l’illettrisme frappe des sujets français dont la langue maternelle est soit le français, soit une langue concurrente, soit les deux.

2Toute nation qui se veut rayonnante, lorsqu’elle est confrontée au bilinguisme, a tendance à réaliser au plus vite son homogénéisation linguistique. C’est, justement pour mettre en action ce projet « anti-babélique » d’uniformisation que la France, dans ses départements et territoires d’outre-mer, où cohabitent bilinguisme et analphabétisme, développe des lieux d’apprentissage de la lecture.

3Dans le même temps, les sujets en proie au bilinguisme, se trouvent, à un moment ou à un autre, devant un choix cornélien quand se pose le problème de la langue dans laquelle ceux-ci vont organiser leur accès à la connaissance (entendue comme celle que livre les livres). Faudra-t-il privilégier la langue maternelle, orale ou la langue officielle, livresque ?

4Apparaissent donc deux problèmes en un seul : le souci unitaire de la France d’assurer une alphabétisation intégrale de son territoire et l’ambigüité d’une fraction de son territoire où cette alphabétisation n’arrive pas à « prendre », du fait d’une mauvaise politique de développement et d’une résistance identitaire des populations autochtones.

  • 2 Cela pouvait peut-être se vérifier dans l’histoire de la France, cependant, aujourd’hui, cette posi (...)

5En Guyane, société plurilingue et multiethnique, les langues locales continuent à cohabiter avec le français au point de le battre dans l’arrière-pays ou d’être en rude concurrence dans les centres urbains du littoral. Autrement dit si l’un des rêves de la République est sans doute de réaliser une homogénéité linguistique sur l’ensemble de son espace aussi bien continental que d’outre-mer2, la difficulté tient au fait que cet objectif linguistique a pour adversaire l’illettrisme et l’analphabétisme.

6Pour des raisons historiques, sur une partie du territoire insulaire, notamment dans les communes de l’intérieur des DOM-TOM, le français métropolitain n’a pas eu l’opportunité de s’imposer comme langue exclusive. Au contraire, la langue de la société coloniale a été mise en difficulté par les langues régionales, puis par celles apportées d’Afrique par les esclaves qui se sont transformées pour constituer la base de la langue créole. Il n’est que trop évident que les langues locales apparaissent comme une parade identitaire contre l’impérialisme culturel de la langue française et, dans ces colonies de peuplement, le passage de l’oralité à l’écrit y semble aussi difficile que dans les colonies d’Afrique où continuent à cohabiter (à cause ou en dépit de la francophonie) les deux registres et où les conditions matérielles d’existence des populations sont celles d’une nation du 1/3 monde.

  • 3 Conseil Régional de la Guyane. Conseil du Développement durable de la Guyane. Agenda 21. Cayenne, C (...)

7« Les lieux d’habitation sont très dispersés et éloignés du littoral, où se concentrent les principaux services. À cet isolement géographique s’ajoutent des difficultés pour disposer de moyens de communication fiables (voies de communication terrestres, réseau téléphonique, Internet…). Les habitants des communes isolées ont à surmonter de nombreux obstacles pour accéder aux moyens de communication et d’information, ne serait-ce que le téléphone. Les infrastructures font défaut dans le domaine de la santé et de l’éducation. L’eau potable et l’énergie ne sont pas accessibles à tous, en particulier dans les communes de l’intérieur. Le traitement des déchets n’est pas effectué dans de bonnes conditions. Les communes ne disposent pas de moyens financiers pour assurer les services de base à la population. Aussi, un des autres enjeux du développement durable de la Guyane est-il l’accès pour les citoyens aux services de base sur l’ensemble du territoire »3.

  • 4 À noter que le créole guyanais, historiquement, culturellement et politiquement, occupe une place r (...)

8Le français y est parlé par une majorité de la population sans que celle-ci ne l’écrive. Ne sachant pas écrire le français, cette population ne peut pas le lire non plus. Ne pouvant donc le lire, elle ne peut, par conséquent, pas l’écrire ; cercle vicieux dont on ne peut s’échapper que par la scolarisation des enfants, l’alphabétisation des adultes et, proposition de notre travail, la création de cercles de lectures auxquels devront être mis à contribution des espaces publics de lecture de proximité4. Se dégage la typologie suivante : les illettrés totaux (les locuteurs unilingues qui parlent exclusivement la langue maternelle) ; les illettrés bilingues (les locuteurs qui parlent la langue maternelle et le français, mais ne lisent pas cette dernière langue) ; les lettrés littéraux ou lettrés totaux (ceux qui parlent la langue maternelle, le créole et le français, le lisent et l’écrivent).

9Nous sommes aux antipodes du modèle belge où, dans sa colonie congolaise, les enfants étaient scolarisés en langues locales, lisaient les langues locales, les comprenaient, lisaient le français, mais ne le comprenaient pas. Lire, c’est-à-dire combiner des phonèmes et des monèmes ne signifie pas forcément accéder au sens et au contenu du texte. C’est le cas d’un locuteur français stricto sensu en face d’un texte allemand pour qui c’est du… latin.

10Le français, bien que langue dominante, n’y est pas maîtrisé par l’ensemble des locuteurs ; l’illettrisme et l’analphabétisme règnent sans partage en « périphérie », particulièrement dans les communes de l’intérieur comme Grand-Santi, Papaïchton, Saül, Ouanary etc. À noter également cette métamorphose structurelle où dans ces communes situées à la périphérie, le français parlé (véhiculaire) est assez éloigné du français académique utilisé dans la production de supports de lecture.

  • 5 Bitegue Dit Manga Blaise, Lecture publique et identités locales : le cas des territoires isolés de (...)

11L’objet de cet article, condensé d’une thèse5, est de montrer que la lecture est un enjeu d’intégration sociale et d’examiner les stratégies mises en place pour populariser la lecture dans ce département. Notre terrain d’étude porte sur les petites communes. Toutefois, la réflexion pourrait avoir une portée plus générale, valable sur le reste et même au-delà de la Guyane, même si, il faut le connaître, les rapports sociolinguistiques sont différents.

1. La pirogue : un élément stratégique du contexte environnemental pour le développement de la lecture publique

12La Guyane est un département français au réseau hydrographique dense dominée par une vaste couverture forestière. Le réseau routier est faible. Fleuves et rivières constituent les voies de communication. L’électricité ne couvre pas tout le territoire, tout comme le téléphone. Les coins reculés de l’arrière-pays n’ont ni télévision, ni ordinateur, par conséquent pas d’internet.

  • 6 Par exemple Maripasoula, Papaïchton, Grand-Santi, Apatou pour l’Ouest et Camopi, Saint-Georges et O (...)

13L’une des solutions innovantes préconisées dans notre étude consiste à acheminer par des pirogues les livres vers les zones périphériques enclavées6 avec tout ce que cela comporte comme risques de chavirement et de noyades sur des cours d’eau jalonnés de plusieurs points de ruptures de charge. Ce sont de véritables bibliothèques flottantes qui complètent le bibliobus circulant dans certains sites du littoral. Ces embarcations participent d’un système pédagogique où la charrue est mise avant les bœufs, car on apporte des ouvrages dans des lieux où la formation à la lecture n’est pas encore effective. On y apporte des ouvrages pour pallier à l’urgence sans aucun dispositif d’évaluation de l’impact des interventions sur le terrain ni du niveau d’implication des populations concernées. Problème : le livre doit-il précéder l’accès à la lecture ? Cette condition est-elle nécessaire ?

14La société guyanaise accuse un retard structurel considérable et l’accès aux services publics de base est inéquitable au regard du cadre de vie des populations des sites isolés par rapport aux territoires urbains de Guyane et en comparaison avec celles de la métropole. Le constat local est sévère : « Les communes ne disposent pas de moyens financiers pour assurer les services de base à la population. »(ibidem) Il est indéniable que ces communes éprouvent de réelles difficultés à surmonter le retard structurel qu’elles accusent.

15L’inégalité entre les communes de l’arrière-pays et celles du littoral est doublée d’une autre qui existe entre les communautés : celle des peuples autochtones et les non autochtones. Les Amérindiens et les Bushinenge considèrent que les Créoles ont une position politiquement supérieure à la leur et qui laisse la porte ouverte à toutes les suspicions. Le constat évident à faire est que : plus on s’éloigne des centres urbains, plus le taux d’analphabétisme augmente. Plus on quitte Cayenne, Kourou, Rémire-Montjoly et Matoury, pour aller dans les sites isolés, moins les populations sont alphabétisées ; cas classique de déséquilibre entre centre et périphérie, comme on peut d’ailleurs l’observer quand on quitte le Cayenne bourgeois pour aller dans les cités populaires.

16Il n’est que trop évident que la catégorie sociale qui, à la fois, parle les langues locales, lit et écrit le français (les lettrés littéraux), est numériquement inférieure à celle qui ne le lit ni ne l’écrit (les illettrés totaux). Les effets de cette opposition sont que ceux qui détiennent un capital culturel plus développé (autrement dit ceux pour qui la culture écrite est capitale) contrôlent les rouages de la société guyanaise.

2. Les handicaps socioéconomiques du développement de la lecture

  • 7 En dehors des enseignants, employés de Mairies, gendarmes et infirmiers, le reste des habitants est (...)

17Dans les communes isolées, peuplées d’une forte proportion d’illettrés totaux, les enjeux et défis du présent sont divers et multiples : démographie galopante (3,8 % par an), faible densité démographique (de l’ordre de 2 habitants au km²), niveau de vie moyen très faible, taux de chômage très élevé7, 44 % de la population est âgée de moins de 20 ans (INSEE, 2003). En métropole, le rapport est de 25,1 % (INSEE 2004). De plus, « une partie des enfants n’est pas scolarisée. L’échec scolaire est important » (Agenda 21, 2005 : 2).

Tableau 1. Part des jeunes (0-25 ans) dans la population en 1990

0-14 ans

15-19 ans

20-24 ans

Ensemble

Total

%

Communes rurales

2 846 012

1 107 388

884 436

4 837 836

14 751 666

32,8 %

Communes urbaines

7 930 577

3 107 551

3 397 760

14 435 888

41 900

34 %

Total

10 776 589

4 214 939

4 282 196

19 273 724

56 651

34 %

Sources : INSEE Résultat démographie — société n° 32-33, 1994 : 103.

18D’un autre point de vue, dans la plupart des communes de l’intérieur, il faut reconnaître que lorsqu’une personne a déjà dépassé l’âge de la quarantaine sans avoir l’habitude de lire, cet exercice intellectuel devient un fardeau difficile à surmonter. En revanche, étant donné qu’il y existe une proportion d’enfants plus importante, il serait par conséquent logique de privilégier l’offre de littérature de jeunesse ou d’avoir l’audace prendre en compte les différentes classes d’âges.

19D’autres difficultés des territoires isolés méritent d’être soulignées : carence de personnel qualifié, insuffisance d’équipements publics, manque ou insuffisance de moyens de communication et de transport, desserte insuffisante en énergie, insuffisance ou absence d’eau potable, insuffisance des infrastructures d’assainissement, pollution des eaux, difficultés de cohésion sociale, délinquance juvénile, absence ou insuffisance de la pratique de la lecture en famille.

20À ce sujet, la lecture ne peut pas être une « affaire de famille » dans les petites communes de Guyane puisque les parents ne fournissent pas d’exemple dans ce domaine et qu’il n’y a pas de lecteur de père en fils. Tel père tel fils, paradigme de la reproduction sociale. Certes, il arrive que tel fils ne soit pas tel que son père. Il reste que dans ces territoires, la lecture publique peut être considérée comme une mesure sociale des pouvoirs publics en faveur de ceux qui, pour diverses raisons, disposent d’assez peu de revenus pour se procurer de la lecture à titre personnel. Il s’agit de rompre le couple structurel (père/fils) de l’illettrisme.

3. La Guyane ambiguë : expression française sans expression écrite, science sans conscience, les autres causes du sous-développement de la lecture publique

21C’est un fait que la Guyane n’appartient pas à une société de lecture, mais à une société d’oralité. La lecture est intervenue en Guyane à l’époque coloniale, avec le principe de laïcité de l’école. À l’inverse de l’Afrique, la domination coloniale y a été très forte, puisque les Guyanais n’ont pas choisi le camp de l’autonomie, le camp de l’indépendance. Ils ont réclamé l’assimilation, le renforcement des liens, l’exercice des droits et devoirs de la République française. L’introduction de la lecture rentre dans cette mouvance assimilationniste.

22Le paradoxe tient au fait qu’ayant réclamé l’assimilation à la civilisation du maître/colon, nombre de Guyanais sont restés insensibles à l’un des traits dominants de la civilisation française : la scolarisation. La loi Jules Ferry n’a pas eu cours en Guyane, société qui, malgré l’adhésion à la communauté française, n’a pas moins connu le destin des territoires africains d’outre-mer. Si l’Afrique est ambiguë (Georges Balandier, 1952), la Guyane l’est aussi, la tradition et la modernité y sont intimement liées, c’est-à-dire que la société est déchirée entre la modernité par la lecture et l’écriture et la tradition par l’oralité.

23De ce point de vue, il est utile de rappeler que la plupart des communes reculées ne disposent pas de cartes géographiques du territoire communal régulièrement mis à jour en fonction de l’évolution démographique du territoire. Souvent, il n’existe pas non plus d’indications de noms des rues, bien que les habitants les connaissent par cœur. Il en est de même du sens de la circulation dans la commune ou des noms des équipements existants ou en projet, ou tout simplement des sites historiques locaux. Autant d’outils d’observation qui peuvent familiariser les personnes à la lecture, mais qui font très souvent défaut dans les communes enclavées. En somme, ici on parle français sans le lire ni l’écrire. Ce sont des locuteurs incultes. L’autre paradoxe de la situation est que, la langue écrite (le français), y est parlée sans que possibilité soit donnée aux locuteurs de l’écrire. C’est un hiatus. Qu’une langue orale développe des locuteurs analphabètes, cela va sans dire. Mais le dire d’une langue écrite, c’est la moindre des contradictions.

24D’ailleurs, l’autre paradoxe c’est que d’une part, dans une société qui présente un fort pourcentage d’illettrisme et d’analphabétisme et par conséquent une faible pratique de la lecture, l’offre de lecture en Guyane concerne le plus souvent des ouvrages scientifiques, des ouvrages de collection et rarement les ouvrages qui favorisent une appropriation de l’écrit, des ouvrages ludiques comme ceux qui existent au Centre régional de documentation pédagogique de Guyane. Science sans conscience de cette science n’est que ruine des pauvres âmes. Si d’une part, la plupart des documents qui circulent actuellement sur la Guyane sont destinés à un public averti et par conséquent ne sont pas à la portée du commun des habitants en faisant le lien nécessaire entre la tradition orale et écrite des populations concernées, et si d’autre part, pour les habitants de certains sites qui disposent de moyens de communication, la surprise tient au fait d’avoir accès à des informations sur la métropole ou sur le monde et de ne rien disposer sur leur propre territoire, sur leurs modes de vie et sur leurs coutumes, il y a, de ce point de vue, une question de pertinence et de rapport entre l’offre et la demande sociale de lecture.

25À l’intérieur de la Guyane, l’accès libre au livre n’est pas facile. Quand on visite les villages des communes de l’intérieur et les maisons du littoral, les bibliothèques personnelles ou familiales sont rares, voire inexistantes. Autant ces lieux d’instruction sont absents, autant à l’intérieur des structures claniques fonctionnent des espaces d’instruction orale où véhiculent les savoirs et savoir-faire des populations. La société traditionnelle dispose ainsi d’écoles orales, de lieux de transmission de l’enseignement qui se passent au quotidien du support écrit.

26S’agissant de la nature des espaces de lecture les plus adaptés au contexte, la création systématique de médiathèques est favorisée au détriment d’une modernisation et d’une consolidation des structures existantes. La construction de médiathèques se fait aux dépens de petites bibliothèques rurales.

27Les projets réalisés, quand ils le sont, profitent essentiellement aux habitants des bourgs. Dans les bourgs qui ont la chance d’en avoir, on note une insuffisance de professionnels du livre et de la lecture. De plus, le prix de revient du livre reste toujours élevé malgré les mesures gouvernementales alors que le pouvoir d’achat et d’investissement individuel en matière de lecture est très faible.

28On conviendra que l’accès au livre dans les petites communes de La Guyane française reste encore un privilège réservé à une petite minorité de la population. La lecture est pour ainsi dire, un privilège de l’élite. Tel pourrait être esquissé, le contexte et les enjeux des sites enclavés, ce qui représente un vaste chantier à mettre en œuvre dans le cadre du processus de développement de la lecture publique dans ces territoires.

29Au regard de l’ensemble de ces facteurs, une chose est certaine : pour développer la lecture publique en Guyane, il ne suffit plus de créer des structures de lecture publique, simplement pour consommer les crédits de l’État, des Fonds européens ou pour des raisons purement politiciennes, c’est-à-dire « politiquement correct ». Tout le problème réside dans la capacité d’analyse préalable des moyens (humains, matériels et financiers) dont disposent les petites communes pour faire fonctionner les équipements de lecture, après la consommation des crédits d’investissement. De guerre lasse, Geneviève Flandre (conseillère au livre et à la lecture, 2005) concédera que : « … nous allons être vigilants, car s’il n’y a pas de recrutement de professionnel et un pilote du projet dès le départ, on ne financera pas, car on crée des structures qui vont être vides ».

4. Lecture publique pour un public de non-lecteurs : tendances actuelles et pistes de travail pour l’égalité d’accès à la lecture

30L’idéal d’une politique de lecture est de mettre en place un projet modeste qui respecte la composition sociale du territoire et son environnement physique et socioculturel. Certes, le terrain guyanais est particulièrement difficile, ce qui nécessite un peu plus de professionnalisme dans les interventions. Cependant, parmi les pistes préconisées pour relever ces défis, il est important de privilégier l’émergence d’une stratégie globale qui formalise les projets avec un système d’élaboration presque systématique de cahiers de charges, afin de favoriser une démarche progressive d’évaluation des actions sur le terrain. L’objectif étant d’aménager des espaces de lecture qui soient de véritables espaces de dialogue, des équipements de proximité neutres qui incitent les populations à s’exprimer sans complexe, dans un climat de convivialité qui respecte les intérêts de chaque acteur.

  • 8 Jean-Pierre Lycops. L’agression silencieuse ou le génocide culturel en Afrique. Paris : Anthropos, (...)

31Dans les sites isolés de l’intérieur de La Guyane, la lecture ne pourra se développer que si elle développe non seulement les esprits, mais aussi l’économie dans son ensemble et que si elle est réellement portée par les bénéficiaires. Autrement dit, si les habitants des sites isolés « ne sont pas associés à la gestion du système ni sur le plan idéologique ni sur le plan institutionnel »8, alors ils auront le sentiment d’être dominés, c’est-à-dire conduits à se comporter comme une population « sans intentions », le comble de la domination, ce qui risque de susciter une réaction de rejet des actions mises en place. Voilà pourquoi dans la même optique, Chantal Indianne (responsable par intérim de la bibliothèque départementale de prêt de Guyane, 2004) estime que : « … pour développer la lecture au sein de ces populations, il est essentiel de ne pas aller s’imposer comme au Far West, mais de comprendre d’abord leur mode de fonctionnement, leur mode de vie afin de déterminer ce qu’elles veulent exactement. La difficulté c’est que ce sont des gens qui ne vous diront jamais ouvertement ce qu’elles veulent. Ce n’est qu’en les côtoyant qu’on peut déceler ce qu’elles veulent ».

  • 9 À ce sujet, Michèle Guigue, Professeur en Sciences de l’Éducation de l’Université Lille 3, Directri (...)

32Ainsi, pour garantir la réussite des projets de lecture publique dans ces sites, il est important que les interventions s’inscrivent dans une démarche de management partenarial et coopératif. Une telle approche collective et non individuelle favorise une réflexion9 d’ensemble sur les publics réellement ciblés, les équipements et les expériences les plus adaptés ainsi qu’une analyse des projets par rapport au contexte spécifique, au vécu quotidien et au passé culturel des habitants de chaque site.

Photographie 1. Scène d’animation sur l’Afrique en 1997 à la bibliothèque de Régina

Photographie 1. Scène d’animation sur l’Afrique en 1997 à la bibliothèque de Régina

Au cours de l’atelier de coiffure, le public choisit un modèle de coiffure dans un livre de coiffure africaine et l’animatrice l’aide à le réaliser avec les produits disponibles sur le marché local.

33Compte tenu de ces paramètres, avant toute offre de lecture, il est nécessaire de déterminer au préalable pour qui, pourquoi et comment développer la lecture, car, en fait, la lecture dans les communes isolées n’est pas la copie servile des pratiques et interventions des milieux urbains de Guyane ou de métropole. Rodolphe Alexandre, conseiller régional et président de la Communauté de communes du centre littoral lors d’un entretien obtenu le 5 septembre 2005) s’interroge : « Aujourd’hui, la lecture, pour qui, pourquoi et comment, autant de questions qu’il faut prendre en compte, car la lecture sur le fleuve n’est pas la même que dans les milieux urbains ; de même, la lecture à Iracoubo et à Saint-Georges, ce n’est pas pareil. Et cette lecture doit diffuser quoi ? Est-ce qu’elle s’ouvre vers l’universalité ou en même temps, elle s’appuie fortement sur la littérature régionale, caribéenne ? En tout cas, la lecture est un vecteur d’apprentissage et d’émancipation ; elle ne va pas non plus cibler essentiellement le renforcement de l’assimilation. C’est pourquoi il est important de déterminer clairement les objectifs poursuivis en (…) terme de politique d’acquisition des supports de lecture (renforcement de l’assimilation, ouverture vers l’universalité, encrage sur la littérature régionale, caribéenne ».

34En ce qui concerne précisément les pratiques littéraires des habitants du fleuve, il existe assez peu d’informations dans des livres théoriques sur cette question. Lors de nos entretiens réalisés le 26 mars 2005, Jacques Falce Inspecteur de l’Éducation nationale et Adjoint de Sonia Francius, Inspectrice d’Académie, observe, d’après son expérience sur le terrain que : « la culture écrite est très peu développée, pour ainsi dire dans certains endroits, elle ne l’est pas du tout. On ne distribue pas la presse dans ces sites isolés. Les parents n’ont pratiquement pas l’occasion d’utiliser le support écrit, à moins que ce soit pour des questions d’ordre administratif, à la mairie ou auprès d’un certain nombre des services de l’État y compris à la Gendarmerie. Ils côtoient l’écrit à travers leurs enfants qui vont à l’école. Mais l’opération reste limitée pour un certain nombre ».

35« La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction (…) et à la culture » (Constitution du 4 octobre 1958). On assiste de plus en plus à une expansion du concept normatif « égalité d’accès à la lecture » qui revient avec insistance dans le discours officiel prôné notamment par l’article 1 de la Charte des bibliothèques adoptée par le qui stipule que « tout citoyen doit pouvoir, tout au long de sa vie, accéder librement aux livres et aux autres sources documentaires ». (Conseil supérieur des bibliothèques le 7 novembre 1991).

36Il va sans dire que ce raisonnement politique est essentiellement fondé sur la notion floue de solidarité sociale au sein de la société globale et, par conséquent, demeure de l’ordre de la théorie non pratique. Il constitue surtout une mise en perspective de l’inégalité entre les centres urbains et les sites isolés, ainsi qu’on peut l’observer en Guyane française. Le moins qu’on puisse dire est que, dans la praxis, il n’existe aucune égalité de chance entre des populations d’un même territoire quant à accéder à l’information documentaire.

37La pratique de la lecture publique pourrait constituer un enjeu d’intégration pour les petites communes de la Guyane française. Malheureusement on note un isolement culturel et géographique des villages qui les composent. Il existe des populations classées comme prioritaires, mais immédiatement sujettes à des déclassements quand il s’agit d’accéder réellement aux équipements et à l’offre de lecture publique.

38De sorte que, les enjeux du développement culturel et de la lecture publique dans les sites isolés de Guyane semblent relever exclusivement des interventions ponctuelles en matière de construction de médiathèques de proximité en faveur de certaines communes au lieu d’être déterminés par une stratégie globale d’aménagement des espaces de lecture qui s’appuie sur l’histoire, les cultures parfois très différentes ; bref, sur des spécificités, sur la distinction, y compris des idées et la capacité de réflexion propre du public visé.

  • 10 Région Guyane, Conseil Général de la Guyane, avant projet d’accord relatif à l’avenir de la Guyane, (...)
  • 11 Rodolphe Ghiglione, Benjamin Matalon. Les enquêtes sociologiques. Paris : A. Colin, 1991 : 10

39Les élus locaux ont d’ailleurs évoqué, entre autres, le contexte spécifique des communes de l’intérieur. Ils ont souligné la nécessité de prendre en compte, leur « désenclavement »10, mais cette nécessité, au lieu de faire loi, resta lettre morte, confinant les populations à l’isolement, refusant de leur prêter oreille. Cette stratégie part à l’encontre de ce que soulignent Rodolphe Ghiglione et Benjamin Matalon qui estiment que : « sans interrogation directe des intéressés, nous ne pouvons pas savoir quelles sont leurs représentations, leurs normes, leurs cadres de référence, qui sont certes des produits sociaux, mais qu’il faut bien, à un moment ou à un autre, saisir en eux-mêmes »11.

  • 12 Direction Régionale des Affaires culturelles

40Il est utile de rappeler aussi que la question du développement culturel de la Guyane a fait l’objet d’un colloque organisé quelques mois plus tard par le pôle de ressources culturelles et artistiques en partenariat avec la DRAC12 Guyane, le Conseil régional, le Développement Social Urbain de l’Ile de Cayenne, la mairie de Cayenne et celle de Rémire-Montjoly. Le constat qui s’en est dégagé est amer : il souligne un sous-équipement culturel du territoire et insiste sur la nécessité d’intégrer cette réflexion dans les politiques locales.

  • 13 Hina Grepin, Un déplacement très fructueux, in : France Guyane n° 4241, 6 septembre 2001 p. 8

41Cependant, l’intérêt de l’importance de la dimension économique a beau être souligné et le constat de la nécessité d’une politique de rattrapage des équipements nécessaires a beau être fait, il ne reste pas moins que la lecture publique ne semble pas prise en considération. Le discours officiel entérine plutôt des vœux pieux tels qu’on puisse l’observer dans les propos de Michel Duffour, Secrétaire d’État au patrimoine et à la décentralisation culturelle lors de sa visite en Guyane au mois de septembre 2001 : « s’il fallait dégager une priorité pour la Guyane en matière culturelle, ce serait celle de la lecture publique, dont les retards sont à combler dans l’urgence… » 13

  • 14 Maurice Allefresde. Approche locale du développement : références théoriques et méthodologiques, in (...)

42Et pourtant, le discours scientifique (du moins celui formulé par les hommes de science) n’est pas en reste quant à l’intégration de ce département d’outre-mer. Le géographe Maurice Allefresde (1996) souligne que « le développement ne se réduit pas à la réalisation de projets individuels (…) Il doit être global. En ce sens, le développement est différent du montage de « coups »14.

  • 15 Certaines communes comme Macouria, Régina, Mana disposent de petites bibliothèques à vocation munic (...)

43Une chose est certaine : en Guyane, la répartition des équipements culturels et précisément des espaces publics de lecture est inégale15, et le développement de la pratique de la lecture publique dépasse largement les capacités individuelles d’intervention.

44C’est la raison pour laquelle, contrairement aux stratégies actuellement mises en œuvre, la réussite des actions dépend non pas du traitement d’urgence (par exemple sous forme de dons systématiques de livres invendus, au rebus ou tout simplement collectés pour une opération humanitaire, sans repérer au préalable la demande sociale de lecture), mais plutôt d’une stratégie qui associe au départ les principaux acteurs concernés ou impliqués, dans un esprit de groupe, d’équipe qui respecte les enjeux réciproques des différents partenaires. Or l’interaction fait défaut comme on peut le voir dans ce propos de Fabien Canavy (élu local, 2005) « Le conseil général est une institution appelée département c’est-à-dire qui devrait être implantée sur l’ensemble de la Guyane. Par conséquent, il faudrait que tous les services arrivent à travailler ensemble (…) Par exemple sur la ligne budgétaire culturelle du conseil général, on pourrait voir quelles sont les redondances qui existent et comment repositionner les interventions pour mieux répondre aux attentes du citoyen. (…) Pour citer un exemple, pendant que je prépare une mission sur le fleuve Maroni, j’appelle un service qui m’apprend qu’il est sur le point d’en effectuer une sur le même site pour une intervention différente. C’est la preuve que les moyens existent, mais il faudrait les canaliser sous forme d’intervention en synergie, en même temps, cela souligne la nécessité de développer l’information interne à l’intérieur du Conseil général ».

45En outre, dans certains sites isolés, la demande sociale de lecture est relativement satisfaite, mais avec des moyens humains et financiers inadaptés, ce qui n’incite pas les populations à s’engager dans un processus de développement culturel qui favorise à terme, l’usage du support écrit. On veut faire du grand avec du petit. Du coup on ne fait pas grand-chose. Ces moyens, somme toute dérisoires, ces « petites choses » (pour reprendre Alphonse Dadais) traduisent une faible volonté de réduire les inégalités de chances entre le haut et le bas de la société des lecteurs ou de l’électorat de la lecture.

46Pourtant dans la mesure où les espaces de lecture sont des centres communautaires, des centres où on communique, voire où on communie, la vulgarisation de la lecture est aussi une question de cohésion sociale. Or, compte tenu de l’importance faramineuse des personnes concernées par l’illettrisme et l’analphabétisme, il n’existe aucun outil de médiation entre le livre et le public, entre l’objet et le sujet. Ce vide intellectuel empêche les demandeurs d’être partie prenante du fonctionnement de l’espace de lecture. Prennent-ils le parti de ne pas prendre part ou parti ? De toute façon, on note une absence criarde de professionnels tandis que des « amateurs non éclairés » font office de professeurs alors qu’ils ne sont, en fait, que des « passeurs de livres ».

47Les stratégies officielles fonctionnent ici comme si la lecture était une institution à « longue portée », applicable n’importe où, interchangeable à souhait, à l’inverse du souhait du public concerné. Or dans ce domaine comme dans bien d’autres, il y a des « exceptions culturelles ». Et, la société guyanaise est également une exception culturelle dont les pouvoirs publics ne tiennent pas garde quand ils décident. Ils décident sans consulter. Quand ils consultent, ils ne décident pas. Quand ils consultent et décident, ils agissent à tort et à travers, ne causant des torts et des travers à personne, mais à l’ensemble de la société. Donc des torts intolérables.

48Phénomène social total (Marcel Mauss), sur le terrain rien n’est entrepris pour faire feu de tout bois, par exemple en exploitant tous les espaces qui accueillent le public assez fréquemment dans les petites communes (dispensaires, écoles, bureaux de poste, mairies, carbets, Place des fêtes, etc.). Dans ces conditions, le développement de la lecture est fonction non seulement du public visé, de ce que vise le public, mais aussi des modalités d’aménagement des espaces dans lesquels celui-ci doit être formé et se familiariser à cette pratique.

5. Enjeu politique, confrontation de mémoires, la lecture publique : signe d’intelligence ou moyen d’intégration citoyenne ?

49Si pour Louis Althusser l’école fait partie des « appareils idéologiques d’État » et, probablement, le livre, l’un des canaux secs les plus efficaces pour véhiculer cette idéologie, le paradoxe tient au fait qu’ici le système pédagogique fonctionne de façon à aggraver la distance entre ceux qui ne savent pas lire et ceux qui peuvent élire leurs représentants locaux. Or le lecteur est aussi électeur. Ou alors l’augmentation de la distance entre l’électeur et l’électeur ne soit, in fine, une stratégie d’aliénation les populations rurales à des fins de manipulations politiques. Un électeur qui ne sait pas lire ne saura pas non plus élire. Celui qui ne sait pas lire, mais qui sait élire est capable d’élire le premier candidat à sa portée ; le premier démagogue.

50On sait depuis Bourdieu que l’école est le lieu de reproduction des inégalités et le champ de force où les dominés sont voués au déclassement social. Dans les communes guyanaises situées à la périphérie, la lecture devient un mécanisme des inégalités de chances qui fonctionne à la perfection en performant les chances de ceux qui savent lire. La lecture continue de reproduire une société à deux vitesses. Ceux qui ne savent pas lire (les illettrés totaux), ceux savent parler mas ne savent pas lire (les lettrés partiels) sont voués à être dominés par ceux qui savent lire (les lettrés totaux).

51Dans la société guyanaise, société ambiguë, se pose la question de la prédominance : quelle mémoire faut-il privilégier ? L’oralité ou le livre ? L’une est vivante, l’autre froide. La lecture ne fonctionne pas comme une institution de la connaissance dans les traditions des habitants des sites enclavés ; elle n’est pas encore cette « norme intériorisée » structurée comme une grammaire culturelle. La mémoire collective (celle qui collectionne les mythes et les rites de l’ensemble de la société) est orale. Elle est l’instance dominante qui sert encore de lieu de conservation des connaissances.

52Ainsi, même si La Guyane est une société à tradition orale dans laquelle la communication n’obéit pas aux règles que les supports écrits peuvent exiger, notamment pour ce qui concerne la circulation des messages, rien n’interdit que ce département français d’outre-mer ne puisse intérioriser une civilisation de l’écrit et de la lecture comme le montre cette soif de connaissance qui anime les classes d’âge entre 8 et 48 ans. La proposition selon laquelle les deux mémoires (l’écrit et l’oral) sont complémentaires coule de source.

53Une des particularités du champ de l’oralité c’est de donner libre champ à toutes les innovations audacieuses de l’imaginaire. C’est bien dans la société Dogon (Mali) de Marcel Griaule que l’oralité cohabite avec une forme particulière d’écriture locale. L’histoire de l’imprimerie enseigne qu’il existe plusieurs formes d’écritures selon les civilisations. La transition évolutionniste postulant les peintures rupestres jusqu’à l’offset en passant par la lithographie intègre toutes les sociétés, y compris celles dites sans écriture. Ainsi il existe « lettrés » chez les Dogon du Mali et chez nombre de « peuples premiers » qui maîtrisent une forme d’écriture. Ce sont des « lettrés illettrés » aux yeux de l’écriture conventionnelle.

54Dans la société guyanaise, les deux champs (oral et écrit) ne sont pas incompatibles et n’ont pas, a priori, le loisir de se repousser violemment. Cependant, dans un système comme dans l’autre, l’essentiel, c’est de parvenir à faire naître le plaisir de découvrir et de partager l’information dans le but de renforcer les relations conviviales entre populations, au sein d’un espace transcommunautaire. D’où l’hypothèse que : l’envie de la lecture est motivée par l’envie de découvrir autre chose que sa propre culture, d’enrichir son capital culturel.

55Reste que, si l’on veut inciter à la lecture les populations qui ne savent pas lire ou qui sont réfractaires à la lecture, il ne convient pas de donner au mot lecteur, un sens de supériorité par rapport au non-lecteur. Car sur le plan culturel tout le monde s’accorde à reconnaître avec raison que les facultés intellectuelles ne dépendent pas toujours de la capacité de l’individu à déchiffrer un texte. Ainsi, de grands musiciens, des conteurs extraordinaires, tous illettrés intégraux, ne sont pas moins des homo academicus, du point de vue des représentations intellectuelles de ces sociétés sans écriture. Par conséquent, ce n’est pas parce qu’on ne sait pas lire et écrire qu’on ne se « manifeste pas à la vie » (Héraclite). La lecture n’est donc pas un signe d’intelligence par excellence. Elle reste cependant une plus-value qui soustrait l’individu de l’ignorance et qui ajoute à son savoir-faire, à son faire-savoir, et lui tient lieu de faire-valoir dans la perspective d’une compétition et d’une émulation.

56À travers les échanges interculturels, grâce aux supports écrits, les habitants des sites isolés peuvent se soustraire au déterminisme social, facteur de certains comportements motivés par un défaut d’intégration dans la société guyanaise et qui prennent appui sur le sentiment d’une capacité insuffisante à se développer soi-même. De ce point de vue, la pratique de la lecture s’avère être un moyen d’émancipation des habitants des petites communes, favorisant leur insertion sociale ou simplement leur intégration à la cité, la polis, lieu où l’être jouit de tous ses droits humains y compris ses droits politiques. Dans ce contexte spécifique, on peut affirmer que la lecture est un facteur d’accès à la culture universelle pendant qu’elle ancre l’agent dans sa société de base.

57L’idéaltype de l’épanouissement littéraire serait que l’offre prenne en compte toutes les langues locales, orales ou écrites, d’autant plus que dans certaines communautés, par exemple la communauté brésilienne de Guyane, l’écrit figure en bonne place dans l’environnement socioculturel du pays d’origine.

58D’ailleurs, on peut postuler que dans les sites isolés, la lecture offre aux populations des modèles et des repères qui permettent à chacun de se positionner, c’est-à-dire d’accepter ou de rejeter l’écrit. De ce point de vue, la lecture offre une potentialité fantastique d’accélération du processus de développement culturel des populations des communes enclavées : en leur offrant la possibilité de s’épanouir, de sortir intellectuellement de leur isolement et de voyager sans se déplacer ou de se déplacer sans voyager.

59La langue de la lecture pourrait être la langue maternelle. L’idéal serait aussi d’écrire les langues maternelles et de favoriser des lectures en langue maternelle. Cela, dès la maternelle, à l’instar de l’expérience belge au Congo-Belge ou algérienne dans les sociétés arabes. L’avantage de ce scénario est de promouvoir un bilinguisme, de favoriser l’émergence de lettrés biculturels, capables de lire et écrire la langue maternelle et le français. Comme les Corses lisant, écrivant le corse et le français ou les bretons également performants en breton et en français depuis qu’ont été réhabilité les langues régionales.

60À l’instar d’Ivan Illich dans sa « société sans école », la piste à explorer est que le livre aille vers le public et non l’inverse. Illich parle d’école « à dos d’âne ». Il ne s’agit pas d’autre chose avec les « bibliothèques embarquées » à bord des pirogues. Du reste, la réciproque, des piroguiers embarquant pour se rendre à des centres de lecture, n’est pas pénalisante et, les deux démarches ne sont pas antinomiques. Cependant, cette démarche n’est ni un rêve, ni un luxe pour La Guyane. Elle a le mérite de se permettre le luxe d’une éducation écologique visant le développement durable, respectueux de la nature. À vrai dire, il ne s’agit pas de luxe dans un environnement guetté par la pollution au mercure déclenchée par des orpailleurs clandestins qui multiplient les mines sauvages dans la jungle.

  • 16 Elle encourage la communication entre différents acteurs, formule des propositions et recherche les (...)

61En fait, il s’agit de démontrer la capacité de mettre en place une instance de suivi et d’analyse des démarches en œuvre. Cette structure, en tant qu’outil de coordination16, constitue un véritable levier indispensable pour conseiller les différents acteurs, afin que les interventions ponctuelles ne deviennent la règle, pour faire avancer le règlement des questions compliquées et pour veiller à ce que l’offre de lecture corresponde aux enjeux du présent et de l’avenir des populations concernées, dans une démarche participative qui exclut la conduite d’une politique d’assistanat, notamment en matière de construction du lectorat, même si dans la pratique, l’assistanat n’est pas toujours une mauvaise politique, surtout dans ces sociétés où la précarité domine.

62En réalité, les populations des communes enclavées maîtrisent de nombreux savoirs et savoirs faire dans divers domaines et qui pourraient faire l’objet de production de supports écrits. Parmi ceux-ci, on peut relever la pharmacopée, l’art culinaire, l’art de la navigation sur les fleuves aussi bien pour ce qui concerne la construction des pirogues que la navigation elle-même. Il y a aussi la pictographie, la sculpture, la poterie chez les Amérindiens. Autant dire une occasion idéale de combiner nature et culture.

63Les recherches en archéologie ont démontré que les gravures amérindiennes contiennent des messages et constituent des modes traditionnelles de communication qui ne sont pas des formes d’écriture ancienne. D’ailleurs, certains objets ne sont pas simplement utilitaires, ils ont une véritable fonction artistique et culturelle. En ce que qui concerne par exemple l’art Tembe chez les Bushinengue, ses formes d’expression et de communication contiennent des proverbes et des messages. De même la technique de frappe, le son et le rythme du tambour correspondent à un certain type de communication codifiée dans la tradition orale ; une véritable téléphonie sans fil, un réseau virtuel, un Bouygues ou un SFR vieux de mille ans. Par conséquent, ces faits sociaux constituent d’énormes potentialités susceptibles de motiver les habitants des sites isolés en matière de production de supports écrits.

64Ainsi, si elles sont encouragées et associées dans les stratégies locales en œuvre, les populations des communes enclavées peuvent saisir l’opportunité de la lecture pour affirmer leur existence y compris en tant que véritables forces de propositions dans le processus de production de supports de lecture adaptés à leur environnement socioculturel. Elles peuvent, mieux que quiconque, exprimer leur opinion sur leur cadre de vie, par rapport à ce qu’elles sont et ce qu’elles y font au quotidien.

Conclusion

65Face aux difficultés de circulation du bibliobus dans bon nombre de sites de l’intérieur de la Guyane accessibles presque exclusivement par le fleuve, il serait préférable de disposer aussi de pirogues bus équipées et en quantité suffisante, en raison de la fréquence des accidents de pirogue sur les fleuves ou d’accident social tout court. La biblio/pirogue est un outil remarquable de développement de la lecture, car l’égalité d’accès à la lecture est aussi fonction de la mobilité des structures.

66L’essentiel, c’est de repérer les lieux et de disposer de caisses de livres. On peut d’ailleurs agrémenter le cadre avec une musique d’ambiance ou qui annonce l’arrivée de la pirogue bus pour en faire un évènement, une fête dans le village. En tout cas, lorsqu’on dispose d’assez peu de moyens financiers pour développer la lecture dans de grandes structures fixes, il semble approprié de mettre en place de petites structures mobiles au sein desquelles on développe de micro projets opérationnels. Puis, progressivement, leur taille peut évoluer qualitativement et quantitativement en fonction des données du contexte.

  • 17 BOURDIEU, Pierre, Raisons pratiques : sur la théorie de l’action, Paris : Seuil, 1994 : 28

67Comment atteindre ces objectifs ? Il est indéniable que les pouvoirs publics ont un rôle capital à jouer dans la mise en place d’une politique innovante en matière d’incitation des populations à la pratique de la lecture. La proposition est de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires à l’identification et à la satisfaction de la demande sociale de lecture, car, comme le rappelle Pierre Bourdieu : « si le monde social, avec ses divisions, est quelque chose que les agents sociaux ont à faire, à construire, individuellement et surtout collectivement, dans la coopération et le conflit, il reste que ces constructions ne s’opèrent pas dans le vide social (…) la position occupée dans l’espace social, c’est-à-dire dans la structure de la distribution des différentes espèces du capital, qui sont aussi des armes, commande les représentations de cet espace et les prises de position dans les luttes pour le conserver ou le transformer »17.

Haut de page

Bibliographie

Allefresde M. 1996. Approche locale du développement : références théoriques et méthodologiques. In : Actes des Assises sur le développement local en Guyane, Cayenne, Région Guyane : 28.

Bitegue Dit Manga Blaise. (sous la Direction du professeur Marie-Caroline Vanbremeersch). 2007. Lecture publique et identités locales : le cas des territoires isolés de l’intérieur de la Guyane française. Thèse de doctorat en sociologie, , Université de Picardie Jules Verne.

Bourdieu P. 199. Raisons pratiques : sur la théorie de l’action, Paris : Seuil : 28.

Conseil Régional de la Guyane, Conseil général de la Guyane. 2001. Avant projet d’accord relatif à l’avenir de la Guyane : 3.

Conseil régional de la Guyane, Conseil de développement durable de la Guyane. 2005. Agenda 21, Cayenne : 27.

Développement culturel et artistique en Guyane. 2001. La Presse de Guyane, n° 211 : 3.

Ghiglione R, Matalon B. 1991. Les enquêtes sociologiques, Paris : A. Colin : 10.

Grepin H. 2001. Un déplacement très fructueux, France Guyane, n° 4241 : 8.

Marajo E. 2005. La faillite des collectivités locales, Business News : 16.

Lycops J-P. 1975. L’agression silencieuse ou le génocide culturel en Afrique, Paris : Anthropos : 15.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, Sur la télévision, suivi de l’emprise du journalisme p.17 – Façon d’agir -2003

2 Cela pouvait peut-être se vérifier dans l’histoire de la France, cependant, aujourd’hui, cette position est de plus en plus nuancée, vis à vis de ce qui est appelé « langues régionales » - dont le créole et d’autres langues locales ont tendance à être prises en compte, y compris sur le plan de l’Éducation nationale.

3 Conseil Régional de la Guyane. Conseil du Développement durable de la Guyane. Agenda 21. Cayenne, Conseil Régional de la Guyane, 2005 : 27

4 À noter que le créole guyanais, historiquement, culturellement et politiquement, occupe une place relativement importante. Cependant, il ne représente pas la seule langue commune aujourd’hui, surtout dans les sites isolés de la Guyane où l’on pratique d’autres langues locales, par exemple le businenge (parlé par les descendants de noirs marrons), le brésilien, le hmong, etc.

5 Bitegue Dit Manga Blaise, Lecture publique et identités locales : le cas des territoires isolés de l’intérieur de la Guyane française, Thèse de doctorat en sociologie, soutenue le 28 novembre 2007 sous la Direction du professeur Marie-Caroline Vanbremeersch, Université de Picardie Jules Verne.

6 Par exemple Maripasoula, Papaïchton, Grand-Santi, Apatou pour l’Ouest et Camopi, Saint-Georges et Ouanary à l’Est.

7 En dehors des enseignants, employés de Mairies, gendarmes et infirmiers, le reste des habitants est au chômage. La majorité des personnes vit d’allocations à divers titres, faute d’activité professionnelle ou économique permettant d’exercer un emploi rémunéré.

8 Jean-Pierre Lycops. L’agression silencieuse ou le génocide culturel en Afrique. Paris : Anthropos, 1975 : 15

9 À ce sujet, Michèle Guigue, Professeur en Sciences de l’Éducation de l’Université Lille 3, Directrice du Laboratoire de recherche PROFOR estime nécessaire de commencer par poser un diagnostic de l’existant à partir des questions essentielles suivantes : quels sont les dispositifs présents ? Quelle manière les professionnels travaillent-ils déjà ensemble ? Autour de quel sujet ? Avec quelles tâches ? Comment se partagent-ils les tâches ? Autour de quels « cas » ? De quelles situations ?

10 Région Guyane, Conseil Général de la Guyane, avant projet d’accord relatif à l’avenir de la Guyane, avril 2001 : 3

11 Rodolphe Ghiglione, Benjamin Matalon. Les enquêtes sociologiques. Paris : A. Colin, 1991 : 10

12 Direction Régionale des Affaires culturelles

13 Hina Grepin, Un déplacement très fructueux, in : France Guyane n° 4241, 6 septembre 2001 p. 8

14 Maurice Allefresde. Approche locale du développement : références théoriques et méthodologiques, in Actes des Assises sur le développement local en Guyane. Cayenne, Région Guyane, 1996 : 28

15 Certaines communes comme Macouria, Régina, Mana disposent de petites bibliothèques à vocation municipale, d’autres comme Apatou, Iracoubo et Maripasoula sont engagées dans la construction de médiathèques, cependant, il ne faut pas perdre de vue que des communes entières comme Camopi, Ouanary, Grand Santi, Montsinery Tonnegrande, etc ne disposent pas du tout d’espace de lecture publique.

16 Elle encourage la communication entre différents acteurs, formule des propositions et recherche les meilleures motivations des interventions, établit une liaison entre différentes bibliothèques locales et extérieures et entre professionnels en tant que réseau d’experts locaux, crée des liens favorables à une intervention en synergie sur le terrain.

17 BOURDIEU, Pierre, Raisons pratiques : sur la théorie de l’action, Paris : Seuil, 1994 : 28

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Scène d’animation sur l’Afrique en 1997 à la bibliothèque de Régina
Légende Au cours de l’atelier de coiffure, le public choisit un modèle de coiffure dans un livre de coiffure africaine et l’animatrice l’aide à le réaliser avec les produits disponibles sur le marché local.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/1012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blaise Bitegue Dit Manga, « L’égalité d’accès à la lecture : quels enjeux pour les sites isolés de l’intérieur de la Guyane française ? », Études caribéennes [En ligne], 8 | Décembre 2007, mis en ligne le 15 décembre 2007, consulté le 27 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/1012 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.1012

Haut de page

Auteur

Blaise Bitegue Dit Manga

Docteur en Sociologie, Université de Picardie Jules Verne, CEFRESS, Faculté de Philosophie, Sciences Humaines et Sociales

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org