Navigation – Plan du site
Entrepreneuriat : Quelle voie pour le développement d'Haïti?

Entrepreneurs-politiciens : défi ou dérive d’un nouveau genre d’hommes d’affaires en Haïti ?

Entrepreneurs-in-Politics: Challenge or Driftage of a New Kind of Business Men in Haiti?
Bénédique Paul

Résumés

En 2015, de nombreux entrepreneurs haïtiens ont pris la voie de la politique en se portant candidats à divers postes électifs (maires, députés, sénateurs et président). Cette situation augure-t-elle l’apparition d’un nouveau genre d’hommes d’affaires ou leur transformation en rentiers dans le sens de Fritz A. Jean ? Pendant longtemps, les élites économique et politique étaient deux entités relativement séparées en Haïti. Il était assez rare que des entrepreneurs, pour la plupart issus de l’immigration, rentrent de façon visible dans la sphère politique. Depuis l’élargissement du tissu entrepreneurial, avec l’arrivée de beaucoup de nouveaux entrepreneurs issus de la classe moyenne et prolétarienne, ces deux dernières décennies, la tendance semble avoir changé. Notre analyse des entrepreneurs candidats aux élections de 2015, dans le cadre d’une approche associant l’institutionnalisme à la dynamique comportementale dans l’entrepreneuriat, a révélé que ces derniers, au lieu de devenir des entrepreneurs-politiciens, cessent d’être entrepreneurs pour devenir ce que nous appelons des « rentiers de la République ». Dès lors, compte tenu des dynamiques de réduction des ressources de l’État et des autres possibilités de prédation, nous montrons que la décision de ce nouveau genre d’entrepreneurs n’est efficace ni du point de vue individuel ni du point de vue collectif.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements
L’auteur remercie Geert van Vliet et Thomas Lalime pour leurs remarques constructives sur les versions préliminaires de ce manuscrit. Une version préliminaire du présent article a été présentée au colloque international « Innovations et Entrepreneuriat dans le Développement » tenu en Haïti en juin 2016. Le travail de recherche à la base de cette publication a bénéficié du soutien de l’IRD/AIRD.

Introduction

1Le mouvement entrepreneurial a connu un nouveau tournant ces dernières années. Longtemps marqué par une polarisation à l’extrême, il semble qu’un nouveau profil se dessine brusquement, après l’émergence d’entrepreneurs de la classe moyenne. En effet, l’économie haïtienne, marquée par une inégalité très forte (la plus élevée du continent), a connu deux classes d’entrepreneurs : d’une part, une masse de micro-entrepreneurs de survie, fonctionnant dans l’informel et impliqués dans l’agriculture (le dernier recensement général agricole a relevé environ un million de producteurs) et dans le commerce de détail. D’autre part, il a eu une pseudo-élite économique composée de « réseaux sociaux d’accumulation » au sein desquels se gère une rente (Jean, 2016), les privilèges gouvernementaux, etc.

2Entre les deux pôles, s’est constituée peu à peu une petite classe moyenne d’entrepreneurs. En effet, depuis l’effondrement de la dictature des Duvalier et la structuration de la société civile, de nouveaux entrepreneurs de la classe moyenne sont apparus. Ces derniers, en général de jeunes entrepreneurs noirs, se présentent comme des héros de l’entrepreneuriat diversifié et non traditionnel, par opposition au statu quo économique qui a jusque-là : l’entrepreneur avait un nom et une couleur, il était généralement issu de l’immigration, habitait la banlieue surélevée de la capitale et développait des connexions suffisantes pour lui permettre de bénéficier des largesses des gouvernements (contrats, avantages fiscaux ou douaniers, etc.).

3Cependant, la relation entre l'État et les entrepreneurs a généralement été marquée par une absence de dialogue ou par un dialogue de sourds. Bien entendu, derrière cette façade se sont cachés des jeux d’influence qui alimentent l’accaparement de la rente par la pseudo-élite économique qui ne s’affichait pas comme étant politiquement active.

4Depuis 2010, un nouveau souffle a entraîné une fièvre entrepreneuriale à travers tout le pays. Plusieurs programmes de formation et d’appui à l’entrepreneuriat ont été menés par différents acteurs. Toute la société a été irriguée par ce mouvement entrepreneurial, au point que les parlementaires se sont réclamé être des entrepreneurs politiques, alors que Facchini et Paul (2015) ont démontré qu’ils étaient plutôt des rentiers.

5En 2015, plusieurs entrepreneurs du pays se sont portés candidats aux élections générales. Une nouvelle question se pose : s’agit-il de l’apparition d’un nouveau genre d’entrepreneurs ? Alors que la gestion de la chose publique s’inspire de plus en plus du management privé, on peut se demander si le mouvement entrepreneurial actuel est en train d’accoucher des « entrepreneurs-politiciens » désireux de gérer plus efficacement les ressources publiques au profit de la collectivité ou si on assiste à une transformation dangereuse et inopérante de ces entrepreneurs en rentiers de l’État. Dans cet article, nous montrons que cette tendance soulève bien des questionnements en matière de réduction des inégalités et de développement économique d’Haïti, dans la mesure où l’intérêt est privé et individuel, et subséquemment inefficace sur le plan collectif. En fait, ces anciens entrepreneurs, apparemment à succès et désireux de devenir des entrepreneurs-politiciens, n’ont pas été nécessairement de réels entrepreneurs à succès comme le laisse entendre leur médiatisation. Au contraire, leur désir bien intentionné d’un changement à plus grande échelle de la société risque d’être dilué dans des contraintes financières qui les conduirait à une dérive fatale.

6La première section propose une définition de la notion de « politicien-entrepreneur » avant d’analyser l’incursion politique des entrepreneurs haïtiens (troisième section) à partir d’une grille d’analyse élaborée à cet effet (deuxième section).

1. La notion d’« entrepreneur-politicien »

7Depuis les premiers travaux de Schumpeter, l’entrepreneur est vu comme un acteur de changement. Pour l’économiste autrichien, il est avant tout un innovateur, acteur de la destruction créatrice dont l’application commerciale de son invention peut révolutionner la culture de son époque. L’action de l’entrepreneur schumpétérien constitue le moteur de développement et de la croissance économique, en ce sens, il réalise un objectif politique, celui de l’amélioration du bien-être de la société. Pourtant, le passage de l’entrepreneur à l’entrepreneur-politicien, il a fallu attendre plusieurs centaines d’années, et leurs actes semblent bien différents.

1.1. De l’entrepreneur à l’entrepreneur-politicien

8La littérature scientifique sur le rapprochement des deux notions d’entrepreneurs et de politiciens est récente, limitée, mais porteuse de sens. Contrairement à Pighetti (2014) pour qui les deux notions sont incompatibles, d’autres auteurs comme Garraud (1990), Maurizzio (1994), Huron (1999), Facchini (2006) et Attarça et Lassalle-de Salins (2013) contribuent à l’élaboration d’une théorie de l’entrepreneur politique. Avant eux, les travaux de Wagner (1966) et de Jones (1978) apparaissent comme pionniers. De cette fécondation sémantique, il y a lieu de distinguer les expressions d'entrepreneur politique, de politicien-entrepreneur, ou encore d’entrepreneur-politicien qui nous intéresse ici.

9L’entrepreneur politique (dans le sens de la traduction de l’anglais political entrepreneur) est avant tout un individu qui occupe une position politique lui donnant un pouvoir (Pfeffer, 2002). En tant qu’agent du changement institutionnel (Facchini et Paul, 2015), ce pouvoir permet à l’entrepreneur politique soit de spolier les producteurs (figure du prédateur) soit de maximiser son bien-être individuel (figure du coordinateur) ou celui de la collectivité (figure du réformateur). L’entrepreneur politique, au sens de Wilson et Barbat (2015), est à la fois un analyste et un stratège. Il sait identifier les opportunités pour réaliser ses objectifs organisationnels ou créer de la valeur entrepreneuriale en canalisant les ressources et en utilisant l’influence politique.

10Le politicien-entrepreneur est quant à lui un politicien dont la démarche est entrepreneuriale. C’est le cas de certains maires notamment. Mais la première esquisse du politicien-entrepreneur dressée par Jean-François Médard (1992), à travers l’image du « big man », est un politicien qui « profite de son accès à l’État pour s’enrichir ». Ce faisant, il « patrimonialise » l’État, pour répéter Médard (1990). S’il est amené à redistribuer une partie des ressources accumulées, c’est en vue de s’attirer un prestige et légitimer sa position. Il transforme à nouveau le capital symbolique issu de la prédation en capital politique qui lui permet de maintenir sa position.

Figure 1. Flux circulaire des capitaux politique, économique et symbolique

Figure 1. Flux circulaire des capitaux politique, économique et symbolique

Source : L’auteur à partir de Médard (1992).

11La figure du « big man » entrepreneur observé en Afrique est légèrement différente des politiciens investisseurs observés par Lacam (1988) dont l’activité consiste à assurer une gestion tout à fait particulière des ressources politiques. Dans ce dernier cas, l’investissement se fait au profit d’un petit groupe dont le rôle est d’appuyer le maintien du statu quo.

12Pour Nguegang (2015), les entrepreneurs-politiciens sont différents des politiciens-entrepreneurs. Cette catégorie est composée d’entrepreneurs qui sont passés du champ économique à la politique, en considérant cette dernière comme une forme d’entreprise. Leur objectif est de chercher à obtenir de l'influence au sein de l'État pour conquérir des avantages, mais l'accès au pouvoir n'ouvre pas sur un patrimoine privé d'origine publique comme le soulignent Y. Fauré et J.-F. Médard (1995 : 293). Dans la mesure où ces entrepreneurs disposaient déjà d’une certaine richesse économique avant leur entrée en politique, leur démarche de patrimonialisation de l’État est différente des « big men » africains décrits par Médard (1992). Ils possèdent déjà d'un patrimoine privé avant leur arrivée dans les affaires politiques. Nguegan (2015) nous rappelle que c’est d'ailleurs la redistribution d’une partie de ce patrimoine privé qui leur facilite l’accès à l’État.

13Néanmoins, en entrant en politique, c'est-à-dire en accédant à l'État, les chefs d'entreprises cherchent à faire fructifier et à sécuriser leurs affaires. Mais l'État ne devient pas un bien économique en tant que tel pour eux. Le pouvoir peut être une source de richesse, mais seulement dans le sens d'une augmentation de celle-ci.

1.2. Les entrepreneurs-politiciens en action

14L’entrepreneur qui investit le champ de la politique active sort du jeu d’influence pour être décideur et acteur dans l’arène politique. En effet, dans la plupart des pays capitalistes (comme l’est Haïti, même si ce dernier n’a pas les structures économiques et institutionnelles du capitalisme), les politiques publiques sont influencées soit directement ou indirectement par les entrepreneurs. Les hommes d’affaires influencent les comportements ou les décisions des politiciens en les rendant dépendants. Cette situation de dépendance des politiciens vis-à-vis des entrepreneurs peut être a priori lorsque pour accéder au pouvoir les politiciens créent des alliances de financement (de campagne) avec les entrepreneurs. La dépendance est parfois a posteriori quand les rapports de pouvoir obligent les politiciens à composer avec les exigences des entrepreneurs dans leurs processus décisionnels (decision-making process). En général, les réformes économiques sont donc contraintes par stratégies institutionnelles de groupes d’influence, en particulier les élites. Comme analysées par Robinson (2010), les élites économiques servent de barrière au changement institutionnel préalable au changement socioéconomique tant qu’ils ont intérêt à travailler au maintien du statu quo. C’est le cas notamment lorsque ces réformes risquent de réduire leurs privilèges. Pourtant, généralement, et comme dans l’analyse de Marx sur l’amélioration nécessaire de la condition ouvrière, une consolidation de la situation socioéconomique globale devrait conduire, ceteris paribus, à terme à de profits plus importants avec l’élargissement de la clientèle des entrepreneurs. Autrement dit, accepter une diminution marginale du profit individuel peut déboucher sur une augmentation de profit pour la société et pour l’individu ayant subi la réduction.

2. Méthodologie d’analyse

15La problématique soulevée dans cet article porte sur l’analyse d’un phénomène nouveau (la décision de plusieurs entrepreneurs à se porter candidat aux élections de 2015), trop récent pour être abordé par des méthodes d’observation traditionnelles. Deux questions sont abordées : s’agit-il réellement d’une nouvelle figure d’entrepreneurs pouvant être qualifiés d’entrepreneurs-politiciens en Haïti ? La décision de ces entrepreneurs est-elle rationnelle ? Ce phénomène tend-il à améliorer le bien-être collectif ?

16Pour répondre à ces questions, nous avons analysé plusieurs possibilités parmi lesquelles la réalisation d’interview avec un échantillon de ces hommes d’affaires. Cependant, le fait que cette étude a été menée durant la période de la campagne électorale, le risque d’avoir des réponses manipulées nous apparaissait trop élevé. Nous avons opté pour des observations personnelles que nous avons confrontées à des réflexions théoriques (situation des entreprises dirigées par les entrepreneurs-politiciens et simulation de la rente potentielle, minorée des risques éventuels/probables).

17La grille de lecture ainsi élaborée (figures 1 et 2) permet, à la lumière de la littérature sur le changement institutionnel dans les pays en développement et sur les dynamiques entrepreneuriales, d’analyser dans quelle mesure ces hommes d’affaires sont de vrais entrepreneurs-politiciens ou pas, en fonction du profit qu’ils maximisent. Par la suite, leur motivation et leur rationalité sont alors abordées à partir de scénarios probables de leurs comportements naturels et l’évolution des intérêts.

Figure 2. Principales figures d’entrepreneurs et le type de profit qu’ils maximisent

Figure 2. Principales figures d’entrepreneurs et le type de profit qu’ils maximisent

Source : L’auteur

18Dans la figure 2, l’entrepreneur maximise soit un profit individuel, soit un profit social, soit un profit collectif, selon qu’il est un entrepreneur capitaliste, social ou politique ou encore politicien. Dans le cas d’Haïti, cette dernière catégorie (entrepreneur politique traité par Facchini et Paul (2015), et entrepreneur-politicien traité ici) est généralement déviée de la maximisation du profit collectif pour préférer une démarche rentière.

Figure 3 : Sources et évolution des richesses accessibles aux entrepreneurs-politiciens

Figure 3 : Sources et évolution des richesses accessibles aux entrepreneurs-politiciens

Source : L’auteur.

Note : IDE : Investissements directs étrangers, APD : Aide publique au développement et TFMH : transferts de fonds des migrants haïtiens.

19Dans la figure 3, avec les tarissements des recettes directes de l’État haïtien (compte tenu de la privatisation de la plupart des entreprises publiques qui diminue les profits et dividendes, et de la paupérisation de la population et l’informalisation des entreprises privées qui réduisent les recettes fiscales), l’entrepreneur-politicien dispose de sources de richesses dont les perspectives sont orientées vers l’amenuisement. Enfin, les sources d’enrichissement possibles alimentées par les flux extérieurs (investissements directs étrangers, aide publique au développement et transferts des migrants haïtiens) tendront à les éviter ou s’orienter vers d’autres pays.

20Ce sont ces deux éléments de grille de lecture qui sont utilisés pour analyser la dynamique d’entrepreneuriat-politicien en Haïti.

3. Les entrepreneurs-politiciens haïtiens

21L’analyse historique de l’économie haïtienne peut facilement montrer que la politique a dominé et continue de peser dans les dérives de l’entrepreneuriat élitiste (par opposition à l’entrepreneuriat de masse caractérisé par l’informel) en Haïti. En effet, de manière générale, en Haïti, les élites économique et politique ont toujours maintenu des rapports particuliers et peu productifs de bien-être collectif. Au contraire, ils constituent souvent des réseaux sociaux d’accumulation qui exploitent toute sorte de ressources à leurs propres avantages. Et, dans la mesure où « volè leta se pa volè », l’impunité et l’iniquité ont caractérisé les pratiques entrepreneuriales ayant abouti à l’indécence économique et sociale, dans un pays particulièrement inégalitaire et très pauvre.

3.1. La figure traditionnelle de l’entrepreneur haïtien

22Le sociologue Mats Lundahl et le diplomate Ruben Silié (1998) ont analysé les succès et les échecs des réformes économiques en Haïti et ont pointé l’irrationalité qui caractérise les décisions de politiques économiques depuis 1980. Ils ont décrit des « cycles politiques à l’haïtienne » au fil desquels la situation économique du pays ne s’est pas réellement améliorée. Ils ont démontré que la plupart des crises économiques qu’a connues Haïti sont de nature politique. Bien entendu, c’est, toutes choses étant égales par ailleurs, puisque l’impact des désastres naturels aggrave tout aussi régulièrement la situation économique du pays.

23Lundahl et Silié (1998), comme Fritz Jean (2016), ont analysé les difficultés économiques d’Haïti au prisme de la rente. Pour les premiers auteurs qui voient en Haïti l’illustration de la thèse de William Beaumol sur l’entrepreneuriat, la démarche entrepreneuriale vise une captation de valeur à partir du contrôle de l’action gouvernementale. Comme pour continuer l’analyse de James A. Robinson (2010), ces entrepreneurs traditionnels parviennent à maintenir leur pouvoir économique en influençant les décisions politiques et maintenir le statu quo, quitte à verrouiller le développement économique du pays.

3.2. Nouvelle figure d’entrepreneurs haïtiens

24Alors que l’État est réduit à une « peau de chagrin », par suite de cycles sans expansion, mais aussi grâce à la percée d’une partie de la classe moyenne vers les affaires, de nouveaux profils d’entrepreneurs sont apparus. Ces nouveaux entrepreneurs qui ont bravé les barrières érigées par leurs prédécesseurs traditionnels se heurtent aux blocages institutionnels érigés et gardés par l’État. Dès lors, le combat se déplace du champ de l’économique vers celui de la politique. Ce combat tient lieu entre entrepreneurs traditionnels et entrepreneurs-politiciens.

25Ces nouveaux entrepreneurs, contrairement à leurs prédécesseurs traditionnels qui influençaient la politique sans s’y investir directement, ont de suite vu la nécessité de contrôler le pouvoir politique directement. En tout état de cause, leur démarche paraît économiquement contestable, tant elle apparaît comme étant irrationnelle. En effet, même s’ils étaient animés de bonnes intentions socioéconomiques (visant à réduire les inégalités et changer les institutions garantissant le maintien du statu quo socialement inacceptable), ils sont confrontés à l’obligation de s’enrichir rapidement afin de faire jeu égal avec leurs rivaux traditionnels déjà riches. Dès lors, ils vont s’éloigner de l’objectif de développement pour travailler comme des rentiers de l’État plutôt que comme des entrepreneurs dans le champ de la politique (Facchini et Paul, 2015). De ce fait, tout en restant des entrepreneurs, ces politiciens ne sont pas devenus des entrepreneurs-politiciens maximisateurs de profit collectif. Le profit π qu’ils maximisent est finalement un profit individuel composé du profit de leur entreprise privée (πe), de la rente politique (Rp) et du capital réputationnel de départ (Crep), sous la contrainte du budget d’investissement (I) réparti à la fois dans l’entreprise (Ie) et dans le champ de la politique (Ip) ce qui inclut les frais d’inscription et de campagne. Ainsi, à la période t, leur programme de maximisation est de la forme suivante :

26Cependant, leurs calculs et anticipation ne sont pas conformes à un programme d’enrichissement sans violence ni coup extrême, car dans la mesure où plusieurs de ces entrepreneurs sont couverts de dettes et que leurs entreprises sont en situation de concurrence déloyale et inégalitaire par rapport à leurs rivaux traditionnels (leur profit πe n’est pas nécessairement grand), ils se verront naturellement conduits, dans le cadre d’un premier scénario, vers la manipulation et la perversion des institutions étatiques afin de transformer la politique en moyen d'éponger les dettes ou de les effacer purement et simplement (tout en maximisant Rp). Dans une telle situation, le combat politique se jouera sur le terrain du contrôle des institutions et de leur processus de changement. Comme démontré par Médard (1992 et 1995), face au risque des violences sur l’entreprise privée et en vue de maintenir le capital réputationnel (Crep), ces entrepreneurs tendront à distribuer une partie de la rente politique, ce qui renforce la perception de la corruption.

27L’autre scénario tout aussi inquiétant consiste à contrôler les flux financiers en provenance de l’extérieur. , car, ceteris paribus, la rente étatique diminuera. Dans ce cas, plusieurs autres flux paraissent intéressants dans le cas de l’économie haïtienne : l’aide publique au développement (APD), l’aide humanitaire qui afflue à chaque désastre, les investissements directs étrangers (IDE) et les transferts de fonds des migrants haïtiens (TFMH). Mais ces flux peuvent être de plus en plus difficilement accaparés par des politiciens tant il existe de mécanismes de contournement lorsqu’ils se dirigent vers un pays réputé corrompu comme Haïti. Dans ce cas, la démarche d’investissement dans la politique devient peu efficace pour les entrepreneurs déjà fragiles tels que ceux décrits ici. Non seulement ils ne maximiseront pas grandement le profit privé (irrationalité au niveau individuel) et ne contribueront pas au bien-être collectif (car les éventuelles redistributions qu’ils feront de la rente ne toucheront qu’un petit groupe), mais au contraire, cette pratique alimentera la perception de la corruption qui contribue à la diminution des flux extérieurs (irrationalité au niveau collectif).

Conclusion

28Les élections de 2015 qui se sont prolongées en 2016 ont mis à jour une nouvelle tendance d’investissement du champ de la politique par des entrepreneurs non traditionnels haïtiens, c’est-à-dire des entrepreneurs issus de la classe moyenne. Deux questions sont abordées : s’agit-il d’une figure originale d’entrepreneurs pouvant être qualifiés d’entrepreneurs-politiciens en Haïti ? Au cas où ces nouvelles figures ne sont pas moins motivées par la recherche de la rente, dans ce contexte d’appauvrissement généralisé du pays et d’épuisement des sources d’alimentation des rentes de l’État, une telle décision est-elle rationnelle ?

29À la lumière d’une grille construite mobilisant les apports de l’économie institutionnelle et l’analyse comportementale des entrepreneurs, nous sommes parvenus à la conclusion que cet investissement parfois coûteux financièrement n’est pas nécessairement rationnel, tant en termes de maximisation de profit privé que collectifs. En effet, au lieu d’être de véritables entrepreneurs-politiciens motivés et capables de contrôler le processus de changement institutionnel et socioéconomique en faveur d’un élargissement des opportunités au profit du plus grand nombre, le scénario le plus probable nous apparaît être leur transformation en « rentiers de la République ». Bien entendu, ces potentiels rentiers de la République d’Haïti ne sauraient tous rentabiliser leur investissement tant les sources d’enrichissement se sont raréfiées.

30Dans ce cadre, si l’on peut admettre qu’il s’agit d’un nouveau genre d’hommes d’affaires en Haïti, on est en droit de s’inquiéter pour le développement économique et social d’Haïti, car ces nouveaux entrepreneurs, souvent présentés comme des héros de l’entrepreneuriat diversifié non traditionnel (contrairement à l’entrepreneuriat traditionnel caractérisé par des porteurs ayant un nom et une couleur, habitant un lieu, bénéficiant de largesses des gouvernements…), ne sont en réalité rationnels ni sur le plan de la possibilité de l’enrichissement individuel ni sur celui de l’amélioration du bien-être collectif. Le programme de maximisation (dont la formalisation mathématique s’annonce féconde) est par conséquent inefficace.

31L’inquiétude soulevée peut être justifiée à la fois par la tradition de l’impunité en faveur des décideurs publics en Haïti d’une part, et du bénéfice de l’avantage du droit rendant légitimes et couvertes d’immunité les décisions pouvant être prises par ces potentiels rentiers d'autre part. En fait, puisque leur décision est irréversible pour des raisons économiques et de sécurité (violence) pour l’entreprise, l’entrepreneur devenu politicien est obligé de poursuivre les prélèvements sur les ressources de l’État qui diminuent. Dès lors, le risque est que la nouvelle figure d’hommes d’affaires fasse comme les entrepreneurs traditionnels, comme pour illustrer la reproduction comportementale des élites décrite par Acemoglu et Robinson (2006, 2007).

Haut de page

Bibliographie

Acemoglu, D. and J. A. Robinson (2006). « De facto political power and institutional persistence », The American economic review, 96(2): 326-330.

Acemoglu, D. and J. A. Robinson (2007). « A Model of the Iron Law of Oligarchy », Unpublished Paper.

Attarça, M. et M. Lassalle-de Salins, (2013). « Quand l’entrepreneur devient entrepreneur politique : Le cas du développement de la méthanisation agricole en France », Revue française de gestion, 3(32) : 25-44.

Facchini, F. et B. Paul (2015). « La révolution démocratique de 1986 a-t-il accouché des entrepreneurs politiques en Haïti ? », Haïti Perspectives, 4(3) : 44-47.

Facchini, F. (2006). « L'entrepreneur politique et son territoire », Revue d'Économie Régionale & Urbaine, 2 : 263-280.

Garraud, P. (1990). Le maire urbain français: un entrepreneur politique, Document de Travail, n° 10, Institut d'Études Politiques de Bordeaux.

Huron, D. (1999). Le maire entrepreneur politique : analyse dans les communes françaises de plus de 20 000 habitants, Thèse de Doctorat de Sciences de Gestion, Université de Nice Sophia Antipolis.

Jones, P. (1978). “The Appeal of the Political Entrepreneur”, British Journal of Political Science, 8(4) : 484-504.

Lacam, J.-P. (1988). « Le politicien investisseur : un modèle d’interprétation de gestion des ressources politiques », Revue française de science politique, 38(1) : 23-47.

Lundahl, M. and R. Silié (1998). “Economic reform in Haiti: Past failures and future success?”, Comparative Economic Studies, 40(1) : 43-71.

Maurizzio, L. (1994). « Berlusconi : l’entrepreneur politique », Futur Antérieur, 3-4 : 23-24.

Médard, J.-F. (1990). « L’État patrimonialisé », Politique africaine, 39 : 25-36.

Médard, J.-F. (1992). « Le “big man” en Afrique: esquisse d’analyse du politicien-entrepreneur », L'Année sociologique, 42 : 167-192.

Nguegang, R. T. (2015). « Entrepreneurs-politiciens et populations locales au Cameroun. Entre clientélisme et échanges mutuels », Cahiers d'études africaines, 2015/4(220) : 811-836.

Pighetti, O. (2014). « Entrepreneur et politique : compatible ? », Dynamique Entrepreneuriale, URL : <http://www.dynamique-mag.com/article/entrepreneur-politique-compatible.5435>.

Robinson, J. A. (2010). Elites and Institutional Persistence, Working Paper No. 2010/85, UNI-WIDER.

Wagner, R. E. (1966). “Pressure Groups and Political Entrepreneurs: A Review Article”, Public Choice, 1: 161-170.

Wilson, K. and V. Barbat (2015). “The supply chain manager as political-entrepreneur?”, Industrial Marketing Management, 49: 67–79.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Flux circulaire des capitaux politique, économique et symbolique
Crédits Source : L’auteur à partir de Médard (1992).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10306/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 2. Principales figures d’entrepreneurs et le type de profit qu’ils maximisent
Crédits Source : L’auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10306/img-2.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure 3 : Sources et évolution des richesses accessibles aux entrepreneurs-politiciens
Crédits Source : L’auteur.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10306/img-3.png
Fichier image/png, 51k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10306/img-4.png
Fichier image/png, 2,5k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédique Paul, « Entrepreneurs-politiciens : défi ou dérive d’un nouveau genre d’hommes d’affaires en Haïti ? », Études caribéennes [En ligne], 35 | Décembre 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/10306 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.10306

Haut de page

Auteur

Bénédique Paul

Directeur du CREGED, Université Quisqueya (Haïti); et Membre associé à l’UMR 5281 ART-Dev, Université de Montpellier (France), benedique.paul@uniq.edu.ht

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org