Navigation – Plan du site
Editorial

Quel entrepreneuriat pour quel développement en Haïti ?

Bénédique Paul

Entrées d’index

Index géographique :

Haïti
Haut de page

Texte intégral

1L’entrepreneuriat est une thématique qui fait l’objet de nombreuses recherches au point d’oser prendre son autonomie par rapport aux sciences de la gestion. En effet, la compréhension de la dynamique des entreprises nécessite la mobilisation de différentes approches issues de disciplines diverses (gestion, économie, psychologie, sociologie, sciences politiques, mathématiques, etc.). Dans le contexte latino-américain et caribéen, Haïti a, selon un rapport spécial du Financial Times (2015), la particularité d’être le pays qui génère le plus grand nombre d’entrepreneurs. Mais, à ce jour, cette originalité reste peu étudiée comme en atteste la recherche en entrepreneuriat. Au contraire, selon le même rapport intitulé Investing in Haiti, Haïti est le pays où les crédits sont les moins accessibles. En effet, l’entrepreneuriat haïtien présente des caractéristiques particulières quant à son fort ancrage culturel, son portage essentiellement féminin, des inégalités de classes sociales existantes et des caractéristiques institutionnelles qui le façonnent, etc.

2La pauvreté chronique qui existe dans le pays et la tertiarisation continue de l’économie haïtienne, caractérisée par l’informalité (Paul, Daméus et Garrabé, 2011), sont autant d’éléments qui distinguent la lecture de l’entrepreneuriat haïtien de celui observé dans les pays développés.

3Selon le rapport du Financial Times (2015), l’entrepreneuriat joue pourtant de moins en moins un rôle prépondérant dans le développement économique du pays, à cause de la vision court-termiste de la majorité de la population pauvre. Cependant, des dynamiques sont en cours et interpellent la curiosité des chercheurs.

4Dans ce numéro thématique, une réflexion large est faite sur l’entrepreneuriat dans le développement économique d’Haïti. Des chercheurs haïtiens et internationaux ont apporté leur contribution et nourri un débat riche sur l’entrepreneuriat en Haïti.

5Tout d’abord, l’entrepreneuriat est abordé sous différentes formes ou pratiques. Les microentreprises sont analysées par Hubermane Ciguino et Bénédique Paul, en regard des dynamiques de financement décentralisées représentées par les organisations de microfinance (OMF) qui se sont rapidement développées en Haïti (Paul, Daméus et Fleuristin, 2012). Alors que les OMF haïtiennes se focalisent majoritairement sur les taux de remboursement des microprêts, l’estimation économétrique menée par les auteurs à partir de données empiriques montre qu’un délai de remboursement plus long peut mieux renforcer les résultats financiers des microentreprises bénéficiaires. Cette étude vient raviver le débat sur les taux d’intérêt élevés pratiqués par les OMF, car elle démontre qu’un taux d’intérêt faible ne garantit pas nécessairement de meilleurs résultats financiers pour les microentreprises bénéficiaires de la microfinance. En effet, si le taux d’intérêt peut servir d’incitation à l’accumulation en agissant sur les comportements entrepreneuriaux des emprunteurs (Paul, Garrabé et Daméus, 2011), il est nécessaire de disposer d’un délai de remboursement raisonnable et dans certains cas d’une période de grâce, afin de permettre une réelle accumulation par les microentrepreneurs.

6Alors que l’entrepreneuriat social est peu pratiqué dans les pays en développement, Oumar Diallo et Marie Evadie Daniel ont documenté trois cas haïtiens d’entreprises sociales d’envergure nationale. Vétérimed et l’association nationale des transformateurs de fruits (ANATRAF) interviennent dans le domaine de l’agro-transformation et cherchent à ajouter de la valeur, mais également faciliter la commercialisation de productions agricoles réalisées par des agriculteurs, dans une logique coopérative. Le Conseil national de financement populaire (KNFP) a de son côté coordonné un réseau coopératif de mutuelles solidarité (MUSO) qui représente un circuit alternatif d’accès au financement pour les initiatives microentrepreneuriales, tant dans le milieu rural que dans le milieu urbain pauvre d’Haïti. Quoique ces entreprises sociales existent depuis plus de dix ans et qu’elles aient démontré leur solidité par rapport aux différents chocs qu’a connus le pays, elles ne se réclament pas de l’entrepreneuriat social et ne bénéficient pas de soutien gouvernemental, contrairement aux arguments de Paul, Poncet et Vallade (2014) sur la nécessité d’appuyer de telles dynamiques sur une production de capital institutionnel.

7La structuration des très petites entreprises (TPE) et leur transformation en petites et moyennes entreprises (PME) représentent une action stratégique de croissance économique et de valeur ajoutée pour le développement économique de nombreux pays, et les institutions comptent beaucoup sur une telle dynamique. Ces institutions doivent être produites par l’État. C’est l’idée de la contribution de Philippe Simon qui modélise l’imbrication des instruments réglementaires, économiques et technologiques devant être mis en place pour favoriser le développement de l’entrepreneuriat et la croissance économique en Haïti. Il plaide pour une politique publique entrepreneuriale fondée sur ce que Paul (2012) appelle « innovation institutionnelle », c’est-à-dire la création d’institutions qui améliore le contexte entrepreneurial et libère le potentiel des entreprises à contribuer à la croissance économique.

8Le manque d’opportunités d’enrichissement et les contraintes à la réussite entrepreneuriale ont poussé ces dernières années beaucoup d’entrepreneurs haïtiens à investir le champ de la politique. Bénédique Paul s’interroge sur les promesses d’un tel changement. Son analyse, dans la poursuite de Facchini et Paul (2015), démontre que ce nouveau genre d’hommes d’affaires ne représente pas un élargissement du tissu entrepreneurial d’Haïti à travers ce qui serait l’émergence d’entrepreneurs-politiciens : l’apparition de « rentiers » risque d’aggraver les dynamiques de prédation sur les ressources de l’État. Cette approche, associant l’institutionnalisme à la dynamique comportementale dans l’entrepreneuriat, permet de discuter l’inefficacité de ce changement tant du point de vue individuel que du point de vue collectif.

9Beaucoup de zones d’ombre demeurent dans le contexte entrepreneurial pourtant dynamique d’Haïti. C’est l’argument de Vanessa Gowreesunkar et Hugues Séraphin. Les deux spécialistes du tourisme ont dressé un tableau très critique du contexte haïtien avant d’appliquer le modèle de Blakeley au processus d’apprentissage inhérent au parcours entrepreneurial. L’application du modèle de Blakeley au secteur touristique haïtien permet aux auteurs de mettre en évidence certaines limites comme le manque de leadership ou de sens communautaire chez les entrepreneurs.

10Définitivement, le contexte entrepreneurial des pays en développement est marqué par une forte informalité que les autorités régulatrices peinent à encadrer. Le cas d’Haïti fait l’écho de la contribution de Nohoua Traoré qui analyse le cas de 400 entreprises du secteur informel ivoirien. À partir d’une collecte de données qualitatives, l’auteur teste un modèle probit pour voir dans quelle mesure les managers seraient disposés à formaliser leurs entreprises. Les résultats montrent que le niveau élevé des taxes, le fait que l’entreprise soit dirigée par une femme, les coûts d’enregistrement élevé, l’affiliation à une organisation politique et l’ignorance des procédures administratives ont un effet négatif sur la disposition des managers à formaliser leurs entreprises. L’élaboration d’un plan d’affaires à la création, l’expérience du manager, la localisation, le niveau d’éducation supérieur, la simplification des procédures d’enregistrement affectent positivement la propension des managers à formaliser les PME informelles. En Côte d’Ivoire comme en Haïti, les femmes entrepreneures sont défavorisées, tant du point de vue de leurs propres caractéristiques managériales que du point de vue des caractéristiques de leur entreprise ou encore des éléments de l’environnement des affaires.

11Finalement, il est plus qu’évident que le développement économique d’Haïti doit passer par une production de richesses équitablement réparties au sein d’un tissu entrepreneurial qui nécessite d’être renforcé à différents égards. Cependant, les changements récents et en cours dans le pays ne sont pas encore très rassurants. À défaut d’une mobilisation de l’épargne interne (sachant que le système bancaire est en excès de liquidités), l’attraction des investissements directs étrangers n’a pas pu supplanter l’afflux d’aide, laquelle n’est pas investie dans la dynamique entrepreneuriale comme souhaité par Paul (2012b).

12Toutefois, l’avenir entrepreneurial d’Haïti est digne d’espoir, contrairement au pessimisme du sociologue Mats Lundahl (2010). En effet, la nécessité de création et de répartition de richesses imposées par la croissance démographique d’une part, la créativité et la combativité des Haïtiens (que l’aide non investie tend à estomper), ajoutée aux dynamiques entrepreneuriales en cours et décrites dans ce numéro d’autre part, autorise à être plutôt optimiste. Car, en réalité, les Haïtiens sont forcés d’intégrer les agriculteurs et les femmes dans une logique entrepreneuriale formelle, avec des supports financiers et techniques, d’innover et d’investir dans des secteurs-clés comme la construction et le tourisme. L’État est obligé d’accompagner la structuration de l’entrepreneuriat qui garantira la croissance économique et l’accroissement des recettes fiscales puisqu’il en a besoin pour sa survie, dans un contexte de rareté de l’aide.

13L’entrepreneuriat qui fera progresser les indicateurs de développement économique d’Haïti est forcément formel et fondé sur l’innovation (technologique, sociale et institutionnelle). Il suppose un soutien mutuel entre classes sociales d’une part, et entre l’État et les entrepreneurs d’autre part, dans le cadre d’une rupture avec les méthodes extractives à travers la mise en place d’institutions inclusives (Acemoglu, 2012).

Haut de page

Bibliographie

Acemoglu, D. et Robinson, J. (2012). « Why is Haiti so poor? », URL: http://whynationsfail.com/blog/2012/4/3/why-is-haiti-so-poor.html, consulté le 15 décembre 2016.

Facchini, F. et B. Paul (2015). « La révolution démocratique de 1986 a-t-il accouché des entrepreneurs politiques en Haïti ? », Haïti Perspectives, 4(3) : 44-47.

Financial Times (2015). « Investing in Haiti », FT Special Report, URL: https://www.ft.com/reports/investing-haiti, consulté le 15 décembre 2016.

Lundahl, M. (2010). « The Failure of Community-Based Entrepreneurship in Haiti », International Journal of Innovation and Regional Development, 2(1/2): 112-127.

Paul, B. (2012). « Comment sortir Haïti de la dépendance vis-à-vis de l’aide internationale ? – Une proposition de stratégie basée sur l’entrepreneuriat innovant », Haïti Perspectives, 1(1) : 37-43.

Paul, B. (2012). « Le changement institutionnel en Haïti, les véritables enjeux », Recherche, Études et Développement, 5(1) : 27-33.

Paul, B., A. Daméus et L. Fleuristin (2012). « Le développement de la microfinance en Haïti : un bref aperçu historique », Recherche, Etudes et Développement, 5(1) : 34-44.

Paul, B., M. Garrabé et A. Daméus (2011). « Impact de la politique de crédit sur les comportements des emprunteurs : Études du cas de l’intermédiation financière en Haïti », Management & Avenir, 46 : 298-318

Paul, B., C. Poncet et D. Vallade (2014). « Capital Institutionnel et Économie Sociale et Solidaire : Quel cadre institutionnel pour le développement de l’économie sociale et solidaire en Haïti ? », Haïti Perspectives, 3(3) : 27-30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédique Paul, « Quel entrepreneuriat pour quel développement en Haïti ? », Études caribéennes [En ligne], 35 | Décembre 2016, mis en ligne le 16 décembre 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/10341

Haut de page

Auteur

Bénédique Paul

Directeur du CREGED, Université Quisqueya (Haïti); et Membre associé à l’UMR 5281 ART-Dev, Université de Montpellier (France), benedique.paul@uniq.edu.ht

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org