Navigation – Plan du site
Hors dossier

Pâturage et dynamique des écosystèmes arganeraies. L’élevage caprin face à la mondialisation

Grazing and Dynamics of Argan Forest Ecosystem. Breeding Goats in the Face of Globalisation
Hassan Faouzi

Résumés

La dégradation de l’arganeraie fait toujours l’objet d’un débat acharné et éclairé d’un intérêt considérable de la part du public, de la presse et des milieux universitaires. Plusieurs études ont été faites pour trouver des explications et des solutions à ce phénomène. La majorité des résultats de ces travaux avancent les conséquences négatives de l’élevage caprin sur l’écosystème arganeraie dont la réduction de la surface est importante et a tendance à s’accélérer sans être compensée spontanément parce que la régénération naturelle de l’arganier ne s’effectue plus, et ceci en raison de plusieurs facteurs : urbanisation, sécheresses, cultures intensives et extensives sous les arbres en plaine et sur les plateaux (en irrigué et en bour), et surtout, selon ces études, le surpâturage par les éleveurs de chèvres. Dans cette étude, nous n’allons pas jauger le bien-fondé de ces résultats. Cependant, l’argument et l’hypothèse que nous choisissons sont que la conjugaison du surpâturage avec d’autres facteurs parmi lesquels, essentiellement, le succès récent de l’huile d’argane à l’étranger, va bousculer les savoirs écologiques liés au troupeau et à sa conduite dans l’arganeraie. Cela entraîner leur forte érosion et contribue à déstabiliser l’équilibre séculaire de ce système agraire articulé autour de trois productions : l’arganier (argane), la culture d’orge (tomzine) et l’élevage de petits ruminants, surtout la chèvre (taghate).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’élevage, en tant qu’utilisateur de l’écosystème arganeraie (cf. figure 1) pour alimenter les troupeaux, est souvent désigné comme responsable de la déforestation et de la désertification (Faminow, 1998 ; Le Houérou, 1969). Or, cette activité, en forte croissance, fait face à des dynamiques de développement économique qui modifient l’utilisation de ces écosystèmes arganeraies. En fait, ces derniers ont connu deux bouleversements majeurs : d’une part, l’émergence de la migration comme stratégie économique prédominante pour les ménages (de Haas, 2007) et, d’autre part, l’ascension de l’huile d’argane au rang de produit de niche mondial (Lybbert et al., 2011).

Figure 1. Arganeraie marocaine

Figure 1. Arganeraie marocaine

2Les arganeraies, longtemps vouées au pâturage extensif, sont encore souvent qualifiées de « pays du chèvre », tant la vocation d’élevage caprin demeure dominante. L’empreinte de l’élevage est perceptible un peu partout dans les arganeraies, héritage d’un passé où l’élevage extensif constituait un élément principal du système économique traditionnel. Actuellement, les parcours sont, en général, incapables de répondre aux besoins du cheptel. Diverses études sur les arganeraies font mention, ces dernières années, d’une dégradation progressive du couvert végétal. Ce problème se pose avec acuité surtout aux abords immédiats des douars (villages) où l’on observe des auréoles de surfaces dans lesquelles la végétation tend à disparaître. Depuis le début des années 1990, l’écosystème arganeraie connaît de profondes modifications de sous la pression combinée de l’accroissement démographique, des sécheresses cycliques et de la privatisation des terres. Ces transformations se sont accélérées avec le succès commercial de l’huile d’argane qui accentue la pression sur l’arganeraie et met en péril sa régénération naturelle.

3Bien que les données disponibles quant à l’exactitude des surfaces boisées de l’ensemble de l’arganeraie soient limitées, si l’on prend l’exemple de la région des Haha (Haut Atlas occidental), la dédensification est de l’ordre de 600 hectares par an (Bouzemouri, 2007), soit une réduction de deux tiers de la densité des forêts en cinquante ans. On estime aussi que le couvert forestier dans la région du Souss a reculé d’environ 2,6 % entre 1989 et 2006 et que la densité moyenne de peuplements d’arganiers initialement composés de 100 souches/ha serait passée à 30 souches/ha (Zugmeyer, 2006). Les forêts d’arganiers ont donc de plus en plus tendance à devenir des vergers d’arganiers.

4Certains auteurs expliquent la dégradation du couvert végétal par les sécheresses successives observées depuis les années 1970 et par l’aridification du climat, d’autres contestent vigoureusement cette version et attribuent la dégradation à des facteurs anthropozoogènes tels que le surpâturage. La majorité des discours portés par la recherche et les organisations internationales incriminent les pratiques des éleveurs — qui utilisent ces écosystèmes pour alimenter leurs troupeaux — et considèrent surtout l’élevage extensif familial comme dégradant les arganeraies.

5L’objectif de cet article est, en restant extérieur aux débats entre les différents courants de praticiens et d’observateurs, d’analyser, la problématique du pâturage dans l’arganeraie et ses implications sur les arganeraies marocaines à travers le cas de l’arganeraie des Haha (Haut Atlas occidental) où l’élevage constitue une des principales sources de revenus. Pour cela, nous avons, au cours de cette recherche, opté pour une approche géographique. Au cours de nos multiples séjours, couplant des entretiens semi-directifs (entretiens avec les éleveurs, les bergers, les fellahs — agriculteurs — et les responsables de la direction des Eaux et forêts), le recueil de données technico-économiques et écologiques (données écologiques, cartes topographiques au 1/50 000, une série de photographies aériennes et satellites) et des observations de terrain, nous avons pu étudier les pratiques des éleveurs dans l’arganeraie, la conduite des animaux au pâturage, les déplacements des troupeaux et la distribution d’aliments ou complémentation.

1. L’arganeraie des Haha : le pays des chèvres

6Si toutes les forêts du Maroc subissent de très fortes surcharges des troupeaux, aucune n’a une fonction aussi prononcée que l’arganeraie (M’hirit, 1998). La vocation historique des arganeraies était l’élevage traditionnel extensif complété par la culture itinérante des céréales. En effet, l’arganeraie assure plusieurs fonctions : écologique, sociale et économique. Mais la fonction la plus poussée est le pâturage. L’élevage caprin qui représente 80 % du cheptel constitue incontestablement le support le plus solide, d’abord sur le plan financier : la possession de bétails par le paysan représente un capital sûr pour subvenir aux besoins familiaux et atténuer les effets pervers des années de sécheresse. Cet élevage permet de rentabiliser les terres à faible potentialité agricole. Les parcours associés à l’arganeraie constituent donc une réserve fourragère capitale qui réside dans les sous-produits donnés par le fruit de l’arganier (affiache). L’effectif du cheptel pâturant dans l’arganeraie est estimé à 1,5 million de têtes, dont les deux tiers de caprins et le dernier tiers d’ovins sur une étendue de 830 000 hectares ; la charge moyenne est de plus de 1,8 unité petit bétail/ha (Naggar et Mhirit, 2006). Bien que le pâturage soit une des formes d’exploitation de l’arganeraie, peu de données chiffrées sont disponibles sur la productivité. Selon Naggar et Mhirit, 2006, « l’arganeraie contribue pour plus de 37 % au bilan fourrager ».

7Chez les Haha, l’économie locale a été toujours basée sur la complémentarité entre la céréaliculture, la production d’huile d’argane et l’élevage caprin selon un mode extensif traditionnel pratiqué par la majorité des Hahas (Bourbouze et El Aich, 2005 ; Chaussod et al., 2005). Cependant, depuis plus d’une décennie, la globalisation des enjeux environnementaux, économiques et sociaux a induit de rapides transformations du monde rural des Haha.

8Le territoire des Haha (cf. figure 2) est une région de hauts plateaux prolongeant le Haut Atlas occidental d’une superficie totale d’environ 3 072 km2 (dont 2 071 km2 de superficie forestière) et abrite une population de 205 200 habitants. C’est une région de relief montagneux contrasté peu favorable à l’installation humaine où les montagnes modestes encadrent des plateaux ou de petites plaines. Cette région correspond au terroir de la célèbre tribu du Haut Atlas occidental, les Haha, où vivent environ 205 200 habitants (Faouzi, 2003). Ces plateaux sont peuplés d’une paysannerie peu dense qui pratique une polyculture où l’arganier (photographie 1) tient la première place.

Figure 2. Localisation du terrain d’étude et limites de la confédération des Haha

Figure 2. Localisation du terrain d’étude et limites de la confédération des Haha

9

Photographie 1. L’arganier

Photographie 1. L’arganier

Source : H. Faouzi, 2014

10L’arganeraie des Haha est marquée par son climat aride, sa faible disponibilité en terres cultivables, ses faibles ressources en eau et son modeste niveau de développement et surtout l’extrême pauvreté de sa population (le taux de pauvreté dépasse les 60 %). Dans cette région, l’économie pastorale reste tributaire de l’apport pastoral de l’arganier. Le rôle pastoral de l’arganeraie revêt presque autant d’intérêt que son utilisation alimentaire ou cosmétique, car les troupeaux de bovins, ovins, camelins et surtout caprins y pâturent à longueur d’année. Ces différentes espèces animales arrivent à se partager les diverses parties de l’arganier pour brouter le feuillage : les moutons se contentent de brouter les broussins et les rejets, les camelins en allongeant leur grand cou touchent les bas de la cime (photographie 2), les chèvres qui pratiquent un pâturage aérien en grimpant sur les arganiers (photographie 3) pour en brouter le feuillage et les fruits (affiache) (photographie 4).

Photographie 2. Des camelins transhumants broutant le feuillage et les fruits de l’arganier (l’arganeraie de Tlat Lakhssas, Anti-Atlas)

Photographie 2. Des camelins transhumants broutant le feuillage et les fruits de l’arganier (l’arganeraie de Tlat Lakhssas, Anti-Atlas)

Source : H. Faouzi, 2014

Photographie 3. Pâturage suspendu dans l’arganeraie

Photographie 3. Pâturage suspendu dans l’arganeraie

Source : A. El Ouadghiri, 2012

Photographie 4. Fruits d’arganier (affiache)

Photographie 4. Fruits d’arganier (affiache)

Source : H. Faouzi, 2014

  • 1 Ce sont des estimations.

11Les caprins qui peuvent disposer du pâturage aérien offert par l’arganier présentent avec 73 % du total du cheptel, soit environ 350 000 têtes1. La chèvre reste la seule espèce qui peut s’adapter aux conditions climatiques et naturelles les plus sévères, et cela grâce à l’arganier qui constitue le recours des troupeaux pendant les périodes les plus difficiles. Les troupeaux sont de petites tailles, car plus de 70 % des propriétaires possèdent moins de 100 têtes. Il est important de signaler que dans la région la taille du troupeau est liée à la structure foncière. L’étude du couple terre/bétail nous permet de tirer autant d’information concernant la répartition du bétail selon les classes de la propriété foncière. La comparaison entre la propriété de la terre et celle des élevages ovin et caprin fait ressortir que la grande propriété foncière de plus 50 hectares représente 0,8 % des terres (14 % de la SAU) et contrôle 10 % du bétail. La petite propriété foncière de moins de 5 hectares couvre 81 % des terres (35 % de la SAU) et elle regroupe 90 % du cheptel. Cette situation s’explique par le fait que les grands propriétaires fonciers s’adonnent à l’agriculture et à l’élevage bovin. La place des élevages ovin et caprin est importante pour les petits paysans, car elle constitue une source de revenus indispensable pour les familles et d’autre part ces élevages sont moins exigeants en entretien que celui des bovins dans une région où les ressources fourragères se font de plus en plus rares.

2. Des ressources fourragères de plus en plus réduites

12Chez les Haha, l’agriculture est désormais une activité primordiale des exploitations d’éleveurs. Cette intégration de l’agriculture aux exploitations d’éleveurs remonterait à la grande sécheresse des années 1980 lorsque les troupeaux bovins et caprins ont été décimés. Presque toutes les exploitations dans la région des Haha s’adonnent à l’agriculture pour la subsistance ou pour la rente. Les superficies mises en culture sont dominées par les cultures céréalières. La couverture des besoins des petits ruminants est dépendante à 90 % des parcours dans l’arganeraie. On comprend donc mieux pourquoi l’effectif des ovins a autant diminué. En effet, dans ces arganeraies, l’herbe fait généralement défaut et le pâturage aérien, « pâturage suspendu », offert par l’arganier est souvent la seule source de pâturage disponible. Cette situation explique la domination des caprins. Seules les chèvres savent grimper dans les arbres. Face à la réduction des parcours et avec la récurrence des années de sécheresse, les éleveurs adoptent des stratégies de gestion des troupeaux adaptées et très fines.

3. Des pratiques et des stratégies adaptées face aux mutations récentes

13Afin de s’adapter aux profondes mutations du système agraire de l’arganeraie, les éleveurs disposent d’un éventail de techniques pour utiliser au mieux le parcours. Ils ont développé des pratiques et des stratégies de conduite du troupeau et de gestion de l’espace qui prennent en compte deux dimensions : l’espace et le temps.

14La dimension temporelle permet à l’éleveur de suivre des pas de temps (jours et saisons) et de modifier le parcours des animaux en fonction de la dynamique de la végétation à exploiter. L’axe spatial est une subdivision de l’espace géographique que l’éleveur exploite (Djenontin et al., 2009). Cette disposition pratique et stratégique des éleveurs confirme l’assertion que le territoire pastoral est un agrégat de différents espaces et que l’occupation de l’espace pastoral par les animaux est rarement uniforme et correspond davantage à une mosaïque de zones pâturées (Djenontin et al., 2009).

  • 2 Il s’agir d’un ensemble de terres utilisées comme parcours dont les propriétaires sont inconnus ou (...)

15Dans toute la région des Haha, selon l’époque de l’année, les troupeaux ne pâturent pas au même endroit : pendant l’agdal (période de maturation et de ramassage des fruits d’argane), c’est-à-dire à partir de la mi-mai et jusqu’en août ou septembre, les troupeaux ne fréquentent que sur les mouchâas2 et les agdals accessibles et autorisés, ainsi que sur les chaumes. Le reste du temps, toute la forêt non cultivée est ouverte au parcours (cf. figure 3). La mise en défens en période de maturation et de ramassage des noix (agdal) a une influence considérable sur l’organisation du pâturage.

Figure 3. Organisation du pâturage dans l’arganeraie des Haha

Figure 3. Organisation du pâturage dans l’arganeraie des Haha

16Dans toute l’arganeraie des Haha, un éleveur peut faire pâturer ses animaux uniquement sur les parcelles dont le droit de récolte des fruits d’argane lui appartient, et il ne doit pas traverser les parcelles des autres usagers. Dans l’ensemble de l’arganeraie des Haha, le parcours s’exerce à titre collectif, mais au moment de la maturation des fruits (agdal), la forêt se fractionne en une multitude d’enclos séparés par des broussailles, à l’intérieur desquels les usagers exercent individuellement un droit personnel et exclusif à la récolte des fruits.

17Même pendant l’hiver, quand le troupeau peut pâturer dans toute la forêt non cultivée, le rayon de pâturage ne dépasse pas quelques kilomètres. En général, les déplacements quotidiens mènent les troupeaux ovins et caprins, tôt le matin, sous la garde du berger, vers les alentours plus ou moins proches du douar où ils restent toute la demi-journée ou la journée, puis réintégrer, le soir venant, la bergerie.

18En fait, les petits déplacements de quelques centaines de mètres toutes les demi-heures environ permettent à un certain nombre de chèvres de grimper dans les arganiers. Ces déplacements sont conditionnés non seulement par les possibilités fourragères de chaque zone, mais également par la répartition des points d’eau destinés à l’abreuvement du bétail, car le berger guide les troupeaux vers les pâturages les plus proches d’un point d’eau. Le facteur de l’eau devient plus contraignant pendant la saison sèche où les besoins du bétail en eau augmentent tandis que l’eau se raréfie et que l’herbe consommée devient plus sèche. Cette situation conduit à la concentration des animaux aux alentours des points d’abreuvement et provoque le surpâturage des parcours et des jachères et l’épuisement rapide du fourrage.

19Durant la période de l’agdal, chaque propriétaire est libre de faire pâturer son troupeau sur sa parcelle d’arganiers ou encore, de louer celle-ci à un autre afin d’y mettre leurs troupeaux en commun. Chacun est donc libre de la mise en agdal de sa parcelle en début de la récolte. Ainsi pendant les années où les récoltes sont importantes, la mise en agdal s’étale de mai à octobre, contrairement aux années médiocres où elle s’arrête en août. Pendant cette période, les troupeaux se concentrent sur les mouchaâs. Il s’agit en général des couloirs de passage menant aux parcelles individuelles et aux lieux d’abreuvement (oued, retenues d’eau) et aussi des espaces collectifs permettant à ceux qui n’ont pas d’arganiers de faire pâturer leur troupeau durant la période de l’agdal. C’est dans ces espaces « ouverts » que la charge des bétails est la plus forte et où l’on trouve les signes les plus flagrants de surpâturage (Faouzi, 2013) (photographie 5).

Photographie 5. Image satellite montrant les conséquences de la charge des bétails sur les espaces ouverts tels que les mouchaâs (arganeraie des Haha)

Photographie 5. Image satellite montrant les conséquences de la charge des bétails sur les espaces ouverts tels que les mouchaâs (arganeraie des Haha)

Source : CNES-Astrium, 2014

20Enfin, hors période de mise en défens, les éleveurs ne peuvent pas mettre leurs troupeaux sur les parcelles où poussent des cultures. Les troupeaux vont sur les terres non cultivées, principalement sur les forêts collectives qui sont à proximité des douars. Entre la fin du ramassage et le début de l’amoud (semis), aucune terre n’est concernée par le ramassage ou la mise en culture. Les éleveurs mettent donc leurs animaux où ils le souhaitent, en général sur les terres privées à proximité du douar leur appartenant ou appartenant à autrui.

21La conduite du troupeau est aussi conditionnée par la sécheresse qui a un effet encore plus prononcé sur la qualité des parcours. Les espèces herbacées au sol sont rares. Les feuilles d’arganiers sont souvent la seule ressource fourragère disponible. Ceci contraint les éleveurs à faire de plus grands déplacements pour conduire leur troupeau sur les terres domaniales non cultivées. Les parcelles situées à proximité du douar et les forêts collectives qui ne sont pas cultivées sont les plus pâturées. L’arganeraie de ces territoires est très dégradée. D’ailleurs, l’étude d’El Aboudi sur l’arganeraie du Souss en 1990 indique que la forêt collective est une des zones où l’arganeraie a le plus régressé.

22En ce qui concerne l’état habituel des parcours, la période la plus pauvre est l’automne, les animaux y mangent essentiellement les feuilles d’arganiers tombées à terre et quelques buissons. Par contre, janvier, février et mars sont les mois les plus fastes, les graminées sont abondantes et l’arganier bien refolié. En avril, mai et juin, les chèvres mangent les feuilles ainsi que les fruits à terre. Enfin, de juillet à septembre, la situation est très variable suivant ce qu’a été la pluviométrie de l’hiver. Après un hiver sec, seuls les arganiers et quelques buissons peuvent être broutés sur les parcours, mais à la suite d’un bon hiver, il peut y avoir de l’herbe séchée dans les agdals jusqu’en octobre (cf. figure 4). La pulpe d’argane constitue la supplémentation traditionnelle à laquelle les éleveurs recourent dès qu’ils estiment que le pâturage n’est pas suffisant.

Figure 4. Cycle phrénologique de l’arganier

Figure 4. Cycle phrénologique de l’arganier

23Globalement, les parcours dans les arganeraies sont incapables de répondre aux besoins du cheptel en fourrage. La charge pastorale potentielle serait deux à trois fois supérieure à la charge réelle des parcours, d’où un surpâturage intense avec le maintien trop prolongé du troupeau qui prélève une quantité de végétation largement supérieure à la production annuelle. La densité du troupeau par rapport à la surface forestière de la région varie entre 1 et 3 têtes/ha, mais dans le nord des Haha, on a enregistré en moyenne 5 à 6 têtes de caprins par hectare, sachant que le maximum supportable par une forêt dégradée n’excède pas 3 à 4 têtes/ha (Benabid, 1976). Cela reste peu représentatif dans la mesure où la pression s’exerce sur des parties de la forêt comme sur celles proches des douars et sur les mouchaâs lors de la période de la cueillette de l’argane agdal » du mois de mai jusqu’au mois d’août), lorsque les parcours dans l’arganeraie sont défendus aux caprins.

24Si l’équilibre s’est maintenu jusqu’à nos jours, grâce à une gestion très fine de l’espace, durant les trente dernières années un déclin significatif de la production pastorale des parcours dans les arganeraies se précise. Un certain nombre de facteurs d’ordre écologique, social et économique ont concouru à la baisse de cette production. On peut citer, entre autres : la multiplication des agdals qui accroît la pression pastorale sur les mouchâas, l’extension de la céréaliculture pour satisfaire les besoins d’une population croissante et l’augmentation du cheptel surtout caprin. Henri Plateau, cité par Faouzi (2003), disait : « la chèvre est certes la vache du pauvre, mais élevée en grand nombre, elle devient le rasoir de la forêt ». Cette formule résume le danger que représente la pression du troupeau composée de caprins pour l’arganeraie.

25L’élevage pastoral dans les arganeraies n’est pas un phénomène nouveau ; cette activité pastorale fut exercée de tout temps sans pour autant constituer un problème. Le caractère et l’impact sur les arganeraies se sont transformés. Des changements particulièrement rapides et intenses se sont opérés dans ces milieux sous la pression des besoins croissants des populations (triplement en moins de cinquante ans) qui sont à l’origine de l’extension des cultures. Cette évolution entraîne la diminution des surfaces consacrées au parcours et aboutit à la concentration des troupeaux dans les zones délaissées par les cultures mouchaâs, de plus en plus étroites et à faible productivité. Enfin, la situation est aggravée par les sécheresses périodiques, plus ou moins sévères et prolongées, et l’émigration. L’équilibre précaire qui existait entre exploitation et ressources naturelles est perturbé.

26Dans ce contexte, les arganeraies cherchent des moyens pour assurer leur développement. Des efforts sont déployés pour définir les conditions d’un développement véritablement durable en adoptant l’approche participative. L’huile d’argane est certainement la production sur laquelle pourrait reposer un projet de développement socio-économique. Le système traditionnel de production et de commercialisation de l’huile d’argane a en effet évolué très rapidement ces dernières années, avec la création de petites entreprises privées et surtout de coopératives de production de l’huile d’argane. L’enjeu de la gestion participative et du développement de la filière économique de l’arganier est de permettre la réduction de l’extrême pauvreté tout en promouvant la protection de l’arganeraie. Aujourd’hui, l’huile d’argane est très appréciée en tant qu’huile alimentaire et cosmétique à haute valeur ajoutée. Elle est très recherchée au Maroc comme à l’étranger, avec une forte demande du marché international, notamment des industries cosmétiques européennes.

4. L’évolution du marché de l’huile d’argane

27La recrudescence d’intérêt économique pour l’huile d’argane de la part des populations locales s’est traduite par l’extension spatiale des aires de cueillette. En effet, les femmes ne se contentent plus des arganiers situés dans leurs champs ou dans les agdals ; elles cueillent désormais les fruits (affiache) situés partout dans l’arganeraie. Tous les fruits des arganiers sont ainsi ramassés. Avec l’évolution de la valeur des fruits d’argane et les exigences de qualité, la majeure partie des fruits est collectée manuellement puisque les graines collectées à travers les chèvres sont de moindre qualité (Aboudrare et al., 2009). Les fruits sont prélevés sur les arbres ou ramassés sur le sol (photographie 6). Avec la montée des prix des produits d’argane, les familles vivant dans la pauvreté cherchent à tirer profit de ce filon en récoltant tous les fruits d’argane (affiache) afin de les vendre aux intermédiaires. Depuis les années 1990, le nombre de familles qui collecte les fruits d’argane manuellement dans les arganeraies a plus que doublé.

Photographie 6. Ramassage des fruits d’argane (affiache)

Photographie 6. Ramassage des fruits d’argane (affiache)

Source : H. Faouzi, 2014

28Le changement le plus spectaculaire est le stockage des fruits par les familles qui a presque triplé entre 1999 (207 kg) et 2007 (581 kg). Les fruits d’argane stockés constituent une sorte de compte bancaire pour les familles pauvres et une composante importante du revenu de l’agriculteur en raison de sa forte valeur. Les familles qui ont bénéficié du boom d’argane sont celles qui collectent plus de fruits d’argane. Ces familles, afin de faire face à l’augmentation du coût de la vie (plus 25 % entre 1999 et 2014), investissent davantage dans l’élevage caprin qui leur offre une certaine sécurité face aux aléas de la vie. Cette évolution est en contradictoire avec la protection et la conservation de l’arganeraie : le bénéfice tiré des produits de la forêt sont investis dans un cheptel de chèvres croissant qui menace le renouvellement de la ressource forestière (Aboudrare et al., 2009). L’élevage caprin a toujours constitué une ressource traditionnelle pour les populations des arganeraies. Ce « système agro-sylvo-pastoral est fondé sur une espèce endémique, l’arganier, exploité par des animaux acrobates parfaitement adaptés, les chèvres » (Bellefontaine, 2010). Or, force est de constater que l’anoblissement de l’arganier comme produit de luxe mondialisé se fait aux dépens de l’espèce caprine, privée de sa friandise favorite, l’affiache (Semal, 2006).

29L’évolution du marché de l’huile d’argane a donc engendré deux résultats pour le moins contradictoires, d’un côté, l’argent de la vente d’affiache a permis aux éleveurs d’accroître l’effectif de leur cheptel, essentiellement caprin. Cette composition des troupeaux se traduit par une incontestable pression animale sur les arganeraies, et dans le même temps, le cheptel caprin est dépossédé de son principal fourrage : l’affiache. Si autrefois, surtout lors des périodes de sécheresse, on sacrifiait la chèvre au profit de l’arganier avec des réductions drastiques des cheptels qui permettait de réduire la consommation des ressources pastorales pour privilégier l’équilibre de l’écosystème arganeraie, aujourd’hui, on sacrifie la chèvre pour générer du profit.

30Il est clair que l’explosion du marché d’argane, s’ajoutant aux effets conjugués de l’accroissement démographique, de la sécheresse et de la pauvreté, a mis à mal les anciennes pratiques d’élevage harmonie avec leur écosystème ; cette situation accentue la dégradation de l’arganeraie qui s’est intensifiée lors des deux dernières décennies. Ce processus conduit à la déstructuration des anciennes formes d’organisation socio-économique sous l’effet de la dynamique des comportements de stratégie spéculative et mercantile. L’une des conséquences directes, l’exclusion des éleveurs, s’inscrit à contresens du système agro-sylvo-pastoral traditionnel local qui repose sur l’arganier, la chèvre et la céréaliculture, essentiellement l’orge. En effet, leur statut de « sans terre » les rend invisibles dans la majorité des projets de développement rural qui ont ignoré leurs conditions économiques et sociales.

5. Discussion

31La forêt d’arganier constitue la seule source d’alimentation pour le cheptel qui est composé en grande partie par des caprins qui pratiquent pour la plupart un pâturage aérien des arganiers et qui s’adaptent facilement à la sécheresse. Ils se reproduisent rapidement et autorisent un rendement économique important. Les éleveurs jouent sur la recherche d’un compromis ad hoc entre leurs objectifs de production et l’état de l’écosystème arganeraie à travers une organisation traditionnelle et une gestion ultra-fine de l’espace. Cependant, face aux récentes mutations dues à la mondialisation et l’évolution du marché de l’huile d’argane, les pratiques traditionnelles commencent à péricliter.

32En effet, depuis le début des années 1990, l’huile d’argane a suscité un regain d’intérêt important avec les diverses découvertes de ses vertus culinaires, cosmétiques et médicinales. Le marché de haute valeur ajoutée d’argane connaît une très forte croissance, soutenue par les demandes d’huile d’argane cosmétique en Europe et en Amérique (Aboudrare et al., 2009). Le passage d’un marché local à un marché national et international a eu pour conséquence un envol des cours des noix et de l’huile d’argane. La population locale n’est pas restée indifférente aux gains engendrés par l’augmentation du prix des produits de l’arganier. De plus en plus de familles vendent de l’huile d’argane (Simenel et al., 2009). Cette recrudescence d’intérêt économique pour l’huile d’argane de la part des populations locales s’est traduite par l’extension spatiale des aires de cueillette et par l’augmentation du ramassage des noix avec la multiplication des agdals et des mises en défens illégales. Cette évolution se fait au détriment de la gente caprine privée de la pulpe d’argane (aligue) et des espaces de parcours ; l’évolution de la valeur des fruits d’argane et les exigences de qualité, la majeure partie des fruits est collectée manuellement, car les graines collectées à travers les chèvres sont de moindre qualité (Aboudrare et al., 2009) et ne répondent pas aux normes européennes.

33L’une des conséquences de la multiplication des agdals est la réduction irrémédiable de l’espace sur lequel les paysans peuvent encore faire pâturer leurs troupeaux. Pour de remédier à ce déficit, les éleveurs pratiquent un déplacement régulier dans les espaces boisés, surtout l’arganeraie collective, pour assurer la subsistance du cheptel. Autrefois, la pratique traditionnelle de l’agdal était conçue pour protéger les fruits d’argane destinés principalement à la consommation domestique locale ; dorénavant, l’explosion de la demande internationale donne à l’agdal une autre finalité : il s’agit de « produire et ramasser plus de noix » pour satisfaire le marché lucratif des cosmétiques. Mais, cette évolution n’est pas sans conséquence sur le milieu : la collecte systématique de tous les fruits interrompt le cycle de reproduction, sachant que le fruit (tafyoucht) est essentiel à la reproduction naturelle de l’arbre puisqu’il initie la germination de l’arganier.

34La nouvelle place de l’arganier dans le système économique et social a contribué à l’émergence d’autres relations vis-à-vis de cet arbre avec des intérêts économiques. Ces fonctionnalités multiples sont souvent à l’origine des tensions entre les divers usagers de l’arganier. Elles conduisent à des conflits qui mettent en exergue les intérêts divergents des éleveurs et des agriculteurs, entre pâturage et ramassage des noix (Chamich, 2005), surtout dans l’arganeraie domaniale et collective.

35Les forêts domaniales et collectives étaient jusqu’à présent préservées, mais l’extension des aires de cueillette des affiaches et la multiplication des agdals ne laissent aux éleveurs que des ressources forestières de faible valeur des forêts collectives et domaniales dont l’accès au parcours est libre et sans délimitation. Actuellement, la majorité des arganeraies des Haha font l’objet d’un surpâturage qui met en danger la régénération naturelle. Le pâturage qui s’étend toute l’année nuit à la régénération des petites pousses. Les petites pousses et rejets d’arganiers sont consommés avant d’avoir eu le temps de fructifier ou de former des repousses pour les saisons à venir. Leur système racinaire dépérit et elles disparaissent totalement du faciès. Cette situation conduit vers une dédensification de la forêt d’arganier puisque la régénération naturelle n’arrive pas à s’installer à cause du broutage généralisé des jeunes semis d’arganier par la chèvre qui compromet la pérennité de l’arganeraie et des parcours. En raison de ce surpâturage, les arganeraies « en mauvais état » s’étendent. Cette situation conduit à une fragilisation du milieu par le surpâturage et risque en fait de marginaliser la catégorie des petits éleveurs. Il est important de souligner que les terres de parcours, contrairement aux terres cultivées, restent dans leur ensemble soumises au régime collectif et à la réglementation forestière. Les parcours collectifs représentent un énorme réservoir foncier qui fait l’objet de fortes convoitises. La question du pâturage dans l’arganeraie est alarmante et pose la question du statut forestier de l’arganeraie. On ne peut guère résoudre l’une sans l’autre. Si le statut collectif de l’arganeraie constitue l’une des meilleures garanties actuelles contre une accentuation du processus de dégradation en cours, il n’en reste pas moins qu’il est à l’origine de nombreux conflits et qu’il n’est plus adapté à la situation actuelle. Selon nos observations sur le terrain, il apparaît que la situation converge vers une crise. Cependant, il ne faut pas généraliser le constat de dégradation. Les résultats présentés ne sont pas nécessairement représentatifs de l’ensemble des arganeraies marocaines, car sous l’apparente uniformité de cet écosystème, il existe une grande variété.

  • 3 Plus de 80 % des foyers ont des revenus plus ou moins réguliers compris entre 300 dh et 2 000 dh (s (...)

36Dans un contexte marqué par la croissance démographique, la sécheresse et un niveau de pauvreté très élevé3 (Faouzi, 2013), la durabilité de l’élevage dépend plus des opportunités d’emploi relavant d’autres secteurs et du soutien étatique, que de l’état de la végétation dans l’arganeraie. Des travaux réalisés sur d’autres terrains d’Afrique et d’Asie confirment nos résultats : Boutrais (1992) souligne l’impossibilité de recourir à des ressources provenant d’activités non agricoles pour inciter les éleveurs à réduire leurs cheptels, d’où la dégradation des parcours ; Fratkin et Mearns (2003), à partir d’une comparaison d’études conduites en pays massaï et en Mongolie, montrent également que, dans ces régions, la pérennité des activités pastorales repose sur une meilleure utilisation des ressources naturelles avec le recours à des ressources économiques issues d’activités agricoles, industrielles ou touristiques (produits du terroir, écotourisme, etc.).

Conclusion

37L’originalité du système agro-sylvo-pastoral de l’arganeraie est fondée sur une espèce endémique : l’arganier. Ce système agraire repose sur deux composantes principales que sont l’arganier et l’élevage de chèvres géré par des paysans confrontés à un milieu difficile, qui ont mis en œuvre une organisation sociale subtile et des pratiques rodées par le temps tel celle du pâturage. Les pratiques d’élevage, la variété des stratégies et la multitude de facteurs influencent la manière dont les éleveurs s’organisent. L’organisation des pratiques pastorales et du mode de conduite de l’élevage reste tributaire de l’apport fourrager de l’arganeraie et le pâturage caprin est une réponse très savante non seulement à ce milieu naturel, mais à une combinaison complexe de macro et microvariables que les éleveurs doivent intégrer dans la prise des décisions. Cependant ces pratiques pastorales ne répondent plus à la nouvelle réalité du terrain. En fait, la globalisation des enjeux environnementaux, économiques et sociaux, a induit de profondes modifications de l’écosystème arganeraie. Outre l’accroissement de la population, du cheptel et l’extension des agdals, l’évolution économique de la filière de l’huile d’argane met en péril l’équilibre écologique des arganeraies et laisse planer des incertitudes sur l’avenir de cet écosystème. Avec l’ouverture sur l’économie du marché, l’avenir de l’élevage dans les arganeraies marocaines reste une question instable.

38Les mutations que connaissent les arganeraies marocaines s’accompagnent d’une mort lente et discrète du pâturage caprin. L’incertitude sur le futur des écosystèmes arganeraies appelle à développer une autre perspective sur le lien entre l’écosystème de l’arganeraie et les pratiques d’élevage (Blackmore, 2007). Il convient d’intégrer une multitude d’acteurs et de répondre à des préoccupations aussi variées que la régénération et la réhabilitation des ressources naturelles, l’accès aux ressources, le renforcement des capacités locales et la lutte contre la désertification. Cette adaptation doit intégrer la promotion d’activités génératrices de revenus et le développement des infrastructures socio-économiques. La gestion agropastorale durable de l’arganeraie renvoie à des questions d’ordre socioécologique. Des mesures centrées sur la révision de la réglementation s’imposent : la question du rôle de la législation relative aux accès et aux usages de l’arganeraie dans un contexte de dégradation est fréquemment soulevée (Benchekroun et Buttoud, 1989 ; Bourbouze et El Aich, 2005). Le résultat ne peut à notre sens être positif que si des actions économiques et sociales sont prises en charge par toute la communauté ; il s’agit d’amener toutes les fractions qui composent l’arganeraie à concevoir un projet raisonné de développement de leur territoire (Berchiche, 2000). Cet article vise une meilleure compréhension des systèmes d’élevage indispensable afin d’élaborer des scénarios de gestion et de développement des arganeraies.

Haut de page

Bibliographie

Aboudrare, A., T.J. Lybbert et N. Magnan (2009). « Le marché de l’huile d’argan et son impact sur les ménages et la forêt dans la région d’Essaouira, Enquête diagnostic », Transfert de technologie en agricultureBulletin mensuel de Liaison et d’Information du PNTTA, n° 175.

Bellefontaine, R. (2010). « De la domestication à l’amélioration variétale de l’arganier (Argania spinosa L. Skeels) ? », Science et changements planétaires/Sécheresse, 21 (1) : 42-53.

Benabid, A. (1976). Étude phytocologique, phytosociologique et sylvopastorale de la tétraclinaie de l’Amsittène, Thèse de doctorat, Université Aix-Marseille III. 

Benchekroun, F. et G. Buttoud (1989). « L’arganeraie dans l’économie rurale du Sud-Ouest marocain », Foret Méditerranéenne, XI (2) : 127-136.

Berchiche, T. (2000). « Enjeux et stratégies d’appropriation du territoire steppique : cas de la zone de Maamora (Saïda) », In Bourbouze A. (ed.), Qarro M. (ed.), Rupture : nouveaux enjeux, nouvelles fonctions, nouvelle image de l’élevage sur parcours, Options méditerranéennes : Série A, Séminaires méditerranéens n° 39 : 107-120, Montpellier, CIHEAM.

Blackmore, C. (2007). “What kinds of knowledge, knowing and learning are required for addressing resource dilemmas? A theoretical overview”, Environmental Science & Policy, 10: 512-525.

Bourbouze, A. et A. El Aïch (2005). « L’élevage caprin dans l’arganeraie : l’utilisation conflictuelle d’un espace », Cahiers Agricultures. 14 (5) : 447-53.

Boutrais, J. (1992). « L’élevage en Afrique tropicale : une activité dégradante ? », Afrique contemporaine, n° 161 : 109-125.

Bouzemouri, B. (2007). « Problématique de la conservation et du développement de l’arganeraie », In L’arganier : levier du développement humain du milieu rural marocain, actes du colloque international de l’association Ibn Al Baytar, Rabat, faculté des sciences, Université Mohammed V.

Chamich, M. (2005). La gestion des conflits liés aux ressources naturelles dans l’arganeraie du Souss (Maroc), Mémoire de DEA ESSOR UTM/ENFA, École Nationale Supérieure Agronomique, Toulouse.

Chaussod, R., A. Adlouni et R. Christon (2005). « L’arganier et l’huile d’argane au Maroc : vers la mutation d’un système agroforestier traditionnel ? », Cahiers Agricultures, n° 14 : 351-6.

Djenontin, A. J. P. et M. Houinato (2009). « Pratiques et stratégies des éleveurs face à la réduction de l’offre fourragère au nord-est du Bénin », Science et changements planétaires/Sécheresse, 20 (4) : 346-53.

El Ouadghiri, A. (2012). « L’élevage de chèvres prend un nouvel essor à Essaouira, capitale de l’arganier », Agripeche, URL: <http://agripeche.com/1196-lelevage-de-chevres-prend-un-nouvel-essor-a-essaouira-capitale-de-larganier.html>.

Faminow, M. D. (1998). Cattle, Deforestation and Development in the Amazon: An Economic, Agronomic and Environmental Perspective, Oxford, CABI. 

Faouzi, H. et J. Martin (2014). « Soutenabilité de l’arganeraie marocaine », Confins, n° 20.

Faouzi, H. (2013). « L’exploitation du bois-énergie dans les arganeraies : entre soutenabilité et dégradation (région des Haha, Haut Atlas occidental, Maroc) », Les Cahiers d’Outre-Mer, 262 : 155-182.

Faouzi, H. (2013). « L’agdal dans la dynamique des systèmes agraires des arganeraies des Haha (Haut Atlas occidental, Maroc) », Études caribéennes, n° 20, URL : <https://etudescaribeennes.5569>.

Faouzi, H. (2003). L’arganeraie des haha : étude d’un système agraire en mutation (Haut Atlas occidental, Maroc), Thèse de doctorat : géographie, Université Nancy 2.

Fratkin, E. and R. Mearns (2003). “Sustainability and Pastoral Livelihoods: lessons from East African Maasai and Mongolia”, Human Organization, 62(2).

Haas, (de) H. (2007). “Morocco’s migration experience: a transitional perspective”, International Migration, 45: 39-70.

Le Houérou, H.N. et M.D. Froment (1973). Principes, méthodes et techniques d’amélioration pastorale et fourragère en Tunisie, Rome, FAO.

Lybbert, T.J., A. Aboudrare, D. Chaloud, N. Magnan and M. Nash (2011). “Booming markets for Moroccan argan oil appear to benefit some rural households while threatening the endemic argan forest”, Proceedings of the National Academy of Sciences, 108 (34), 13963-13968, URL: <http://www.pnas.org/content/108/34/13963.full>.

M’hirit, O., M. Benzyane, F. Benchekroun, S.M. El Yousfi et M. Bendaanoun (1998). L’arganier. Une espèce fruitière-forestière à usages multiples, Sprimont, Éditions Mardaga.

Naggar, M. et O. Mhirit (2006). « L’arganeraie : un parcours typique des zones arides et semi-arides marocaines », Sciences et changements planétaires/Sécheresse, 17 (1) : 314-7.

Semal, J. (2006). « Vous avez dit “développement durable ? ˮ », Cahiers Agricultures, 15 (1).

Simenel, R., G. Michon, L. Auclair, Y. Thomas, B. Romagny et M. Guyon (2009). « L’argan : l’huile qui cache la forêt domestique. De la valorisation du produit à la naturalisation de l’écosystème », Autrepart, n° 50, 51-73.

Zugmeyer, L. (2006). Projet de développement sylvo-pastoral de l’arganeraie marocaine (commune rurale de Tiout, Taroudant, Maroc), Mémoire de fin d’études, Nancy, ENGREF.

Haut de page

Notes

1 Ce sont des estimations.

2 Il s’agir d’un ensemble de terres utilisées comme parcours dont les propriétaires sont inconnus ou dont la terre leur a été confisquée ; elles restent ainsi sans réclamation ou sont des terres collectives.

3 Plus de 80 % des foyers ont des revenus plus ou moins réguliers compris entre 300 dh et 2 000 dh (soit 30 à 200 €) mensuellement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Arganeraie marocaine
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 2. Localisation du terrain d’étude et limites de la confédération des Haha
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10342/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Photographie 1. L’arganier
Crédits Source : H. Faouzi, 2014
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10342/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photographie 2. Des camelins transhumants broutant le feuillage et les fruits de l’arganier (l’arganeraie de Tlat Lakhssas, Anti-Atlas)
Crédits Source : H. Faouzi, 2014
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10342/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Photographie 3. Pâturage suspendu dans l’arganeraie
Crédits Source : A. El Ouadghiri, 2012
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10342/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Photographie 4. Fruits d’arganier (affiache)
Crédits Source : H. Faouzi, 2014
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10342/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 3. Organisation du pâturage dans l’arganeraie des Haha
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10342/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Photographie 5. Image satellite montrant les conséquences de la charge des bétails sur les espaces ouverts tels que les mouchaâs (arganeraie des Haha)
Crédits Source : CNES-Astrium, 2014
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10342/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 4. Cycle phrénologique de l’arganier
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10342/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photographie 6. Ramassage des fruits d’argane (affiache)
Crédits Source : H. Faouzi, 2014
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10342/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hassan Faouzi, « Pâturage et dynamique des écosystèmes arganeraies. L’élevage caprin face à la mondialisation », Études caribéennes [En ligne], 35 | Décembre 2016, mis en ligne le 16 décembre 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/10342 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.10342

Haut de page

Auteur

Hassan Faouzi

Le Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S), Université de Lorraine ; hassan.faouzi@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org