Navigation – Plan du site
Hors dossier

Représentations et usages du territoire, exemple de dialogue entre héritage culturel marron et politique patrimoniale européenne : le cas des abattis Kotika, commune de Papaïchton (Guyane française)

Representations and Land Uses, Example of Cultural Dialogue Between Maroons and European Heritage: The Case of “Abattis Kotika”, Papaïchton (French Guiana)
Egle Barone Visigalli et Kristen Sarge

Résumés

Ce travail interroge le processus d’inscription à l’inventaire des sites et monuments naturels protégés au titre de l’environnement. Quelles protections offre véritablement cet outil notamment dans l’outre-mer ? Comment concilier protection de l’environnement, patrimonialisation et développement économique ? Les critères d’inscription, définis en 1930 et qui comportent une vision « universelle » — et occidentale — de la valeur, de l’environnement, n’ont-ils jamais été discutés et soumis à l’approbation et à la sensibilité des populations issues d’autres cultures, dans ce cas précis les Bushinengé de Guyane ? Et, surtout qu’entendons-nous exactement par « site patrimonial » ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Par arrêté du 15 décembre 2011 publié au Journal officiel du 21 décembre 2011 un ensemble de 16 000 (...)
  • 2 Pour le détail chronologique de la procédure, voir DIREN Guyane, EMC2i (2007).

1En 1998, en Guyane, on projeta de protéger au titre de l’environnement un ensemble d’environ 32 000 hectares formé par les Abattis Kotika et la montagne Kotika, sur le territoire de la commune de Papaïchton. Après son inscription en 2005, le classement de ce site à l’inventaire des sites et monuments naturels est devenu effectif fin 2011 : c’est le premier site classé de Guyane, ainsi qu’un espace naturel de gestion active, intégré au Parc amazonien de Guyane1. Nous nous proposons de revenir sur une décennie de politique environnementale et d’aménagement du territoire à l’aune de cet ensemble géographique, un des hauts lieux de mémoire de la population aluku du Haut-Maroni, et d’en décortiquer le fonctionnement à partir de la documentation administrative et de notre propre expérience. Nous avons participé en 2001-2002 à l’étude préalable à l’inscription des Abattis Kotika à l’inventaire des sites et des monuments naturels de Guyane et nous avons été par la suite consultés jusqu’à la finalisation du dossier de classement en 20082.

  • 3 Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

2L’inscription à l’inventaire des sites et monuments naturels, titre de l’article L. 341-1 du code de l’environnement a pour objet la préservation des sites et monuments naturels pour des motifs d’intérêt général et en raison de leur caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque. La protection offerte par l’inscription est modeste. Il y a obligation de ne pas procéder à des travaux autres que ceux d’exploitation courante pour les fonds ruraux et d’entretien normal pour les constructions sans en avoir avisé quatre mois à l’avance l’administration. Après consultation de la DEAL3 et de l’architecte des bâtiments de France, l’administration peut proposer des adaptations, mais ne peut pas s’opposer aux projets sauf par procédure de classement. Les effets du classement sont plus rigoureux sans pour autant faire obstacle à tout projet. Aucune modification ni destruction ne peut intervenir sans autorisation expresse du ministère chargé des sites. Il ne s’agit pas de figer une situation à un moment donné, mais simplement de concilier une évolution maîtrisée du site, et la préservation de ses paysages remarquables, qui sont vivants et doivent le rester. Ainsi les constructions restent toujours possibles dans un site classé dès lors qu’il a été vérifié que les garanties d’une intégration réussie sont réunies. Le classement ne s’oppose pas à l’exercice d’activités humaines, notamment agricoles (abattis, coupes forestières ponctuelles) ou touristiques. Les prélèvements, chasse et pêche, ne sont pas réglementés au titre des sites. Le site classé bénéfice d’un plan de gestion. Il n’a pas de caractère réglementaire ou obligatoire, c’est un cadre de référence. Ce document a pour objet d’identifier de grands principes généraux en matière de protection et de mise en valeur des lieux. Il les décline ensuite en propositions d’actions et orientations.

3Notre travail a débuté dans le cadre d’une commande publique visant à élaborer les arguments d’une inscription des Abattis Kotika à l’inventaire des sites et monuments naturels. Dix ans plus tard, nous continuons à nous interroger sur ce processus, récent en Guyane, de protection au titre de l’environnement. Quelles protections offre véritablement cet outil ? L’inscription était manifestement insuffisante aux yeux des services étatiques et de la commune de Papaïchton qui ont proposé le classement. Comment concilier protection de l’environnement, patrimonialisation et développement économique ? Les critères d’inscription, définis en 1930 et qui comportent une vision « universelle » (occidentale) de l’environnement, n’ont-ils jamais été discutés et soumis à l’approbation et à la vision des populations concernées, essentiellement bushinengées, vivant dans une forêt tropicale humide ? Et, enfin, qu’entendons-nous exactement par « site patrimonial » ? À quel point la population a-t-elle partagé le processus de patrimonialisation en cours du site et les pratiques de protection proposées par les administrations de l’État français, soutenues peu ou prou par les représentants de la commune ?

4Ce discours sur la patrimonialisation ne se révèle-t-il pas être une forme insidieuse de colonisation de l’imaginaire ? Peut-on vraiment trouver une forme de dialogue construit et équilibré, qui s’assume comme telle et s’affranchit des rigidités intellectuelles, administratives et politiques, permettant une protection ouverte de l’environnement, partagée et adaptée aux besoins et souhaits des populations ? Quelle réelle inquiétude pour la préservation des écosystèmes est discernable dans les discours et dans les pratiques des populations Aluku ?

5Ce site qui entre dans différents schémas d’aménagement est assez révélateur de la superposition des motivations politiques à tous les niveaux, du local au mondial, qui font dialoguer les différentes cultures. Diversités des représentations du territoire, de l’identité culturelle et de la mémoire du marronnage, développement économique et géopolitique postcoloniale de la France seront les principales thématiques abordées. Après une présentation des caractéristiques physiques du site et un rappel des étapes de l’occupation humaine, on examinera les critères menant à la protection au titre de l’environnement.

1. Présentation générale du site

1.1. Données physiques

  • 4 Les Abattis Kotika se situent à environ 260 km en amont de l’estuaire et 200 km en aval des sources (...)
  • 5 Ou Lebi Dotsi, ce qui signifie « Terre rouge » en aluku, toponyme également utilisé par l’IGN.

6La région des Abattis Kotika se situe sur le fleuve Maroni4, dans une portion dénommée également « Lawa », frontalière du Surinam, sur la commune de Papaïchton, à une quinzaine de kilomètres en aval du chef-lieu. Le site est composé d’un réseau hydrographique dense et complexe ; il est formé de nombreux bras fluviaux et dominé à l’est par un haut sommet, la montagne Kotika5.

  • 6 Toutefois seule une partie du réseau hydrographique semble facilement navigable.

7La partie fluviale du site, comprise approximativement entre l’île de l’Enfant perdu en amont et le saut Lessé Dédé en aval, est accessible à partir de Saint-Laurent-du-Maroni en deux jours de pirogue en moyenne, selon le niveau d’eau et les difficultés de navigation du moment6 ; le site est également accessible par voie aérienne à partir de Maripasoula, ville située à une trentaine de kilomètres en amont de Papaïchton et desservie par une liaison normalisée.

  • 7 Le diagnostic de terrain dans cette partie du site ne peut donc être envisagé sans une préparation (...)

8La partie terrestre des Abattis Kotika est plus difficile d’accès ; la végétation ripicole y est relativement dense et les berges les plus accessibles sont cultivées en abattis privés. C’est aussi un lieu de culte pour les communautés locales qui ne souhaitent pas son ouverture ; il n’y a donc pas de véritable accès à la montagne Kotika7. Bien que constituant une voie fluviale empruntée quotidiennement, les Abattis Kotika restent donc peu accessibles dans leur ensemble.

  • 8 La pluviométrie maximale observée en Guyane est de plus de 4000 mm/an dans la région de la montagne (...)
  • 9 Plus de 2 200 heures d’ensoleillement annuel comparées aux 1 400 heures dans la région de la montag (...)
  • 10 Cette altitude reste toutefois indicative compte tenu du manque général de précision des relevés to (...)
  • 11 D’après des enquêtes menées sur Papaïchton dans le cadre de cette étude.
  • 12 Barret, 2001 et DIREN Guyane 1999.

9Le site est localisé dans une zone de pluviométrie faible à moyenne pour la Guyane, comprise entre 2600 et 2750 mm/an8 ; corrélativement, la région des Abattis Kotika bénéficie d’un ensoleillement annuel parmi les plus importants du département9. Il se situe dans le Massif central de la Guyane, une zone de reliefs dont l’altitude moyenne excède 100 mètres. La montagne Kotika culmine à environ 730 mètres d’altitude10 et constitue l’un des plus hauts sommets du département ; dépourvue d’inselberg en forme de dôme, elle posséderait toutefois sur ses faces sommitales des plaques granitiques et de petites falaises sur les pentes les plus fortes11. Elle est séparée du fleuve Maroni par une petite série de reliefs formés de collines entrecoupées selon un axe nord-ouest/sud-est dont les contreforts limitent significativement le champ visuel et la perception du relief d’ensemble du territoire. La différence d’altitude entre l’amont et l’aval de la partie fluviale du site est d’environ 30 mètres. Les sauts rocheux sont de hauteur variable ; le plus important d’entre eux est le saut Lessé Dédé qui présente un seuil de 2,5 mètres environ et marque la limite nord du site12.

  • 13 Le versant est de la montagne Kotika constitue le bassin versant de cette rivière.

10La montagne Kotika est délimitée à l’ouest par le fleuve Maroni et à l’est par la rivière Abounami13, laquelle se divise en deux bras principaux, le Petit Abounami qui coupe en deux la zone de reliefs de Kotika et le Grand Abounami, qui la ceinture plus à l’est. Cette rivière se jette dans le Maroni en dehors du site, à une vingtaine de kilomètres en aval du village de Grand Santi.

1.2. Données biologiques

11En 2002, l’aire d’étude n’avait fait l’objet d’aucune prospection naturaliste, y compris lors de l’inventaire et de la modernisation des ZNIEFF de Guyane ; nous avions donc élaboré une présentation des données biologiques par analogie avec des milieux similaires mieux connus de Guyane, et sur la base des rares sources bibliographiques existantes. Ces données ont toutefois été complétées par des missions de terrain en 2005 et en 2007.

  • 14 En aval de Grand Santi.

12Les Abattis Kottika se présentent comme une succession d’habitats assez rare en Guyane, depuis le lit du fleuve jusqu’au sommet de la montagne Kotika. Il s’agit là, avec les monts Atachi Baka et, dans une moindre mesure, les montagnes Françaises14, des seules localités connues du département où la transition est aussi rapide — sur une distance inférieure à 7 km — entre des écosystèmes fluviaux de bas reliefs et des écosystèmes sommitaux élevés ; ce contexte se traduit par une imbrication de nombreux milieux naturels différents et laisse supposer l’existence d’habitats de transition peu représentés par ailleurs en Guyane.

  • 15 Les cambrouses sont nettement visibles sur la photographie aérienne du site (IGN France — Photothèq (...)
  • 16 Sous la forme de « dalles rocheuses », voire de « falaises », et non pas de « pain de sucre ».

13Ainsi, par reliefs croissants, le site présente une mosaïque très variée et, a priori, complexe de biotopes : formations végétales particulières aux complexes de rapides des cours d’eau ; des cambrouses, denses et impénétrables15 ; des forêts de basses altitudes, constituées d’une bande de forêt ripicole entrecoupée de forêts de flat et de forêts marécageuses ; des forêts de moyenne altitude, où la persistance d’une humidité importante entraîne des formations végétales particulières ; des inselbergs16.

  • 17 Animales, voire végétales, du tissu forestier avoisinant.

14La partie fluviale des Abattis Kotika rompt la barrière écologique que constituent pour certaines espèces17, en amont et en aval du site, le lit du fleuve et la frange anthropisée de ses rives. La mosaïque d’îles et d’îlots qui entravent à cet endroit le cours du Maroni et restreignent la largeur des bras aquatiques, conjuguée à la présence d’un continuum forestier relativement bien préservé, fait des Abattis Kotika un corridor écologique à la frontière des écosystèmes de terre ferme et fluviale. Toutefois nous avions constaté une réelle unicité (cf. les photographies 1 et 2).

Photographie 1. Vue des abattis et du fleuve

Photographie 1. Vue des abattis et du fleuve

Source : Frédérique Gautier

Photographie 2. Les abattis, vue générale

Photographie 2. Les abattis, vue générale

Source : EMC² — Guyane

15À la suite de premiers échantillonnages, les études menées par la DIREN en 2005 et 2007 en vue du classement montrent une diversité écologique du site, en partie liée au relief (DIREN, 2007).

16La biodiversité de ce site reste de manière générale à préciser. Toutefois, la diversité des écosystèmes et des écotones, ainsi que leur faible niveau d’anthropisation dans l’intérieur des terres, présume une biodiversité particulièrement riche à l’échelle du territoire d’étude. En outre, la présence d’habitats rares en Guyane (cambrouses, notamment) renforce cette hypothèse et va de pair avec la présence habituelle d’un cortège spécifique original, dont l’intérêt biologique est unanimement reconnu par la communauté scientifique.

17En bordure du fleuve, les rochers forment des sauts qui n’émergent qu’en saison sèche et sont recouverts de la salade-coumarous; cette espèce, strictement inféodée à cet habitat particulier, possède des inflorescences violettes caractéristiques qu’elle développe à la décrue. Les rochers de taille plus importante, protégés contre une immersion prolongée, ainsi que les îles du fleuve, sont couverts d’une végétation hétérogène basse et peu diversifiée de faible intérêt floristique.

18La végétation pionnière caractéristique des formations secondaires est omniprésente dans les parties terrestres anthropisées. On observe toutefois dans ces habitats un philodendron particulier, Philodendron polypodioides, connu jusqu’alors dans seulement trois stations du grand sud guyanais. Cette observation agrandit considérablement l’aire connue de répartition de l’espèce et conforte l’idée qu’une prospection scientifique du site serait du plus grand intérêt pour la connaissance de la biodiversité globale. La forêt de terre ferme et les reliefs de l’intérieur sont encore largement inexplorés ; donner la composition floristique précise des lieux ne serait que pure conjecture dans l’état actuel des connaissances. On peut néanmoins avancer que la richesse de ces peuplements est d’autant plus élevée que les habitats rencontrés dans cette partie du site sont très variés.

19Les habitants de Papaïchton interrogés à l’occasion de la mission de terrain ont en outre signalé la présence « d’ananas sauvages » sur les affleurements rocheux de la montagne Kotika, ce qui sous-entendrait la présence de savanes roches dont la diversité spécifique est désormais relativement bien connue en Guyane et qui attesterait définitivement de l’intérêt floristique de la partie montagneuse du site.

  • 18 Liste des habitats et espèces protégés et/ou d’intérêt patrimonial, présents ou supposés présents s (...)

20Une question se pose : sur la base des connaissances actuelles en matière de faune et de flore, les Abattis Kotika se distinguent-ils actuellement d’autres sites forestiers guyanais ? Il faut dire que des études poussées et exhaustives exploitant les caractéristiques d’une biodiversité propre à l’imbrication de milieux naturels qui constituent le site manquent encore18.

1.3. Rappels culturels et historiques

21Il est intéressant tout d’abord de s’arrêter sur le paradoxe qu’il peut y avoir à parler de site naturel, quand ce site est le résultat d’une forte anthropisation ancienne et toujours à l’œuvre (cf. photographie 2) : abattis (pratiques agroforestières importantes), usages religieux, présence amérindienne attestée presque partout au niveau archéologique...

22Les Abattis Kotika constituent une zone d’interface au niveau non seulement géographique, mais aussi historique : c’est une zone anciennement disputée entre Amérindiens et plusieurs groupes Bushinenge, ainsi qu’une zone de litige entre Français et Hollandais au xixe siècle.

Photographie 3. Carbet de passage

Photographie 3. Carbet de passage

Source : EMC2 Guyane

23Les méandres du Maroni recèlent de nombreuses traces d’une occupation amérindienne ancienne, malheureusement peu étudiée. La carte archéologique de Guyane ne comporte que de rares informations sur la commune de Papaïchton, en raison du manque de prospection sur les lieux. Toutefois, d’anciens sites d’habitat ainsi que des sites fortifiés, sites à fossé, sont connus plus au sud, sur les montagnes Bellevue et à Yaou ; la présence d’autres sites archéologiques dans le périmètre d’étude est donc vraisemblable.

  • 19 Saut Kabiacha, par exemple.

24On observe que les multiples sauts et îles des Abattis Kotika19 sont riches de polissoirs (traces laissées sur les rochers par le polissage d’outils en pierre) de tous formats, révélateurs de la présence d’anciens campements et de villages. En 1993, un orpailleur a tenté de vendre au service régional de l’archéologie de Guyane une collection de céramiques et d’outillage lithique, dont une hache emmanchée, retirée du fleuve à hauteur de saut Lessé Dédé, après dragage du lit ; bien qu’on ne connaisse avec certitude l’origine géographique précise de ces pièces, cet événement confirme bien l’ancienne présence amérindienne dans la région des Abattis Kotika. Lors d’une visite du site, nous avons observé, sur le sol d’un village aluku inoccupé, d’abondants tessons de céramique amérindienne, témoignage de l’existence d’un village amérindien antérieur, de date indéterminée.

25Les Aluku ou Boni, du nom d’un de leurs principaux chefs, sont les descendants d’esclaves du Surinam, appelés esclaves marrons, qui ont fui les plantations à la fin du xviiie siècle, tout comme les Saramaka, les Matawai ou encore les Aukaners ou Ndjuka. Après une longue lutte contre l’armée hollandaise, les Bonis ont quitté le Surinam et gagné la Guyane en 1777 ; le gouvernement français, qui craignait initialement une immigration massive, constata rapidement que ce déplacement ne concernait qu’environ 500 personnes. Par la suite, les relations entre les autorités coloniales françaises et les Bonis se sont distendues, notamment au cours de la période 1785-1820 où ne subsiste aucune trace de telles relations dans les sources historiques ; elles ne reprendront vigueur qu’à partir de 1821.

26Entre temps, les Aluku s’étaient définitivement établis dans le périmètre des Abattis et de la montagne Kotika, sur un territoire qui fut dénommé par la suite « pays Kotika », en hommage à une figure guerrière de ce peuple.

  • 20 Les membres actuels de la communauté avec laquelle nous avons travaillé gardent en mémoire la légen (...)

27John Gabriel Stedman (1744-1791) fut longtemps le principal auteur à rendre compte de la lutte qui opposa le gouvernement hollandais aux Aluku. Il a écrit l’histoire de ce qui au fil des ans et des narrations, évoluait vers la légende sur les chefs marron. Les dernières recherches historiques ont montré qu’il y eut plusieurs chefs guerriers importants ; mais seul le chef Boni, par son aura, semble avoir traversé les âges et marquer la mémoire du peuple Aluku. On sait aujourd’hui que le groupe ethnique établi à cette époque en pays Kotika avait deux chefs : Aluku, esclave marron, chef spirituel âgé et présenté comme le « père spirituel » de Boni20 et ce dernier, né chez les marrons – donc en liberté, comme les légendes boni le racontent – chargé des opérations de guérilla et de défense.

28Plus précisément, la première guerre des Boni se déroula au Surinam entre 1768 et 1777 ; c’est en 1776 que Boni décide de s’établir sur le Maroni français, au niveau de la crique Sparouine. D’autres groupes d’esclaves marron étaient déjà installés sur les affluents du Maroni et scellèrent des alliances avec les Boni. Ceux-ci établirent onze nouveaux villages placés en position stratégique sur les rives du fleuve, avant de reprendre, en 1789, le chemin du combat contre le Surinam. Pendant la période de guerre qui suivit, entre 1789 et 1793, l’un des fils de Boni, nommé Agosu, devient le chef principal des Boni/Aluku.

29En 1793, les Hollandais investiront les villages boni dont les chefs seront capturés ou tués ; plus tard, les pourparlers de paix entre Boni et Hollandais échoueront. Après avoir investi un village aukaner, les Boni seront combattus également par cette tribu. La même année, le commandant militaire hollandais Sloelman remonte le Maroni avec 78 hommes de rang et 12 Aukaners ; ceux-ci découvrent en pays Kotika des villages fraîchement abandonnés et des quantités importantes de nourriture provenant d’abattis dont ils ne trouvèrent jamais l’accès et qui furent par la suite dénommés « Abattis Kotika ». Les Boni, repliés sur le Marouini pour échapper à un nouveau combat, furent malgré tout attrapés par les Aukaners qui firent 36 prisonniers, capturèrent Boni, lui coupèrent la tête et les mains et regagnèrent le fleuve. La pirogue emportant les restes de Boni se serait retournée dans le saut Simayé (Sumajee), situé entre Tampok et Inini, à proximité du site. La tradition orale boni n’est toutefois pas aussi affirmative sur les conditions et le lieu de la mort du chef Boni dont il existe de nombreuses versions.

  • 21 Entretien à Maripasoula du 07 mars 2002.

30À l’occasion d’un entretien, le Grand Man Adochini de Maripasoula21, en présence de ses conseillers, nous a donné une autre version des faits, selon laquelle Boni aurait échappé aux Ndjuka, qui ont été obligés de tuer l’un des leurs pour ramener une tête et des mains en trophée aux Hollandais.

31Quelle que soit la version des faits, la guerre se termina pour les Boni par la perte de leurs chefs, ce qui renforça l’aura mystique de ces derniers. De 500 individus environ, la population Boni chuta à quelque 150 individus après les batailles et la communauté s’établit définitivement sur le Maroni, légèrement en amont des Abattis Kotika ; ce fut alors la paix entre les différents groupes de noirs marron.

32Au cours de cette période tourmentée de leur histoire, les Aluku développèrent la culture vivrière sur abattis. La technique alors employée, toujours en pratique, consiste à cultiver des champs sur brûlis établis en bordure de fleuve, mais dissimulés derrière une frange forestière ; ainsi, aucune culture n’est visible du fleuve.

33La présence européenne, française ou hollandaise, est très tardive ; elle ne s’est longtemps manifestée que sous la forme d’explorations ou d’expéditions punitives, voire simplement de postes militaires avancés, restreints et temporaires. Ce n’est qu’à compter de la création des pénitenciers du Maroni que les Français se sont établis de manière stable et durable sur les rives du Maroni, développant dès lors des relations régulières avec les Noirs marron.

34À partir de cette époque, les explorations à caractère militaire et scientifique se sont multipliées sur les grands fleuves de Guyane, dont les cours supérieures étaient encore peu connues. Jules Crevaux remonte le Maroni et ses affluents en 1877 dans l’espoir de gagner l’Amazone par voies fluviale et terrestre ; il rencontre les Bonis, dont le Grand Man vit au village de « Cottica », sur la rive gauche du Maroni ; à défaut d’hommes et de vivres, il est contraint d’y rester un mois qu’il met du reste à profit pour s’imprégner de la culture boni.

  • 22 Des villages boni existaient déjà sur la rive gauche (Cottica et Providence), tandis que le Tapanah (...)

35À partir de 1860, soit douze ans après l’abolition de l’esclavage, les Boni sont reconnus par le gouvernement français. Cette reconnaissance officielle n’est cependant pas désintéressée : elle s’inscrit dans un processus de revendication territoriale d’autant plus marquée qu’en 1886 des gisements aurifères sont découverts sur un territoire contesté entre l’ancienne Guyane hollandaise et la Guyane française. L’or attise les convoitises des gouvernements qui veulent étendre leur influence aux bassins fluviaux des affluents du Maroni, le Tapanahoni et l’Alawa. Les Boni sont au cœur de ce différend et les administrateurs français cherchent, entre 1889 et 1891, à soutenir leurs revendications territoriales en faisant occuper la rive gauche du Maroni par les Boni22. En 1889, les deux gouvernements en appellent à un chef d’État tiers, le Tsar de Russie, pour trancher l’affaire. Le Tsar rend sa décision le 25 mai 1891, accordant aux Hollandais la souveraineté sur la rive gauche du Maroni et donc sur les affluents Alawa et Tapanahoni. À la suite de cet arbitrage, les Bonis décident de déplacer leurs villages sur la rive droite du Maroni, confirmant ainsi leur alliance avec la France (Orru, 2001 : 226). Aujourd’hui, la notion de frontière reste néanmoins encore très subjective pour les membres de cette communauté.

  • 23 Il porte aussi le nom de Pompidou-ville en souvenir de l’ancien président de la République.

36Pour en venir à l’histoire contemporaine, la commune de Papaïchton-Grand Santi a été créée en 1969 et nommée ainsi en référence à l’ancien village Papaïston23, situé immédiatement en aval de l’actuel village de Papaïchton. Les Aluku ou Boni n’ont pas oublié les représailles des soldats hollandais, à la fin du xviiie siècle. Ainsi, sous la conduite du Grand Man Tolinga qui fut le premier maire de la commune, le nouveau bourg de Papaïchton a remplacé Agodé dans sa fonction de « capitale » de l’ethnie Boni. En 1976 et en 1992, dans le bas Maroni, des secteurs ont été distraits du territoire communal de Papaïchton, pour constituer les actuelles communes d’Apatou et de Grand Santi. Les territoires de ces communes correspondent aux aires culturelles des groupes de Noirs marron : Aluku pour Papaïchton, Ndjuka pour Grand Santi et Paramaca pour Apatou. Papaïchton a perdu près des deux tiers de sa superficie initiale à la suite de ces révisions successives. La commune fait aujourd’hui partie du canton de Maripasoula, sa proche voisine méridionale et, comme le sont également les deux communes précédentes, de l’arrondissement de Saint-Laurent-du-Maroni.

  • 24 Un panneau municipal accueille en ces termes le visiteur qui arrive en pirogue de Maripasoula ou de (...)

37Papaïchton est donc issue du « pays Kotika » et demeure le « pays boni24 », représentatif du peuplement et de la culture aluku, encore deux siècles après l’installation de cette ethnie sur les lieux ; la commune est désormais divisée en deux zones géographiques : un périmètre où sont concentrés les villages, autour du vieux et de l’ancien Papaïchton, et le territoire des abattis et de la montagne Kotika.

  • 25 Plus de 152 % d’accroissement de la population entre 1982 et 1990.

38Les données de l’INSEE disponibles depuis 1982 sur cette partie de la Guyane révèlent une croissance démographique forte25, liée aux effets conjugués du solde migratoire et surtout de l’accroissement naturel (Orru, 2001 : 274). La situation est semblable sur la commune voisine de Grand Santi. L’immigration est ressentie le long du fleuve, principalement sur la commune de Maripasoula où se concentrent les équipements et les services administratifs français (santé, école & mairie), elle l’est beaucoup moins sur la commune de Papaïchton.

  • 26 Ce village se situe côté Surinam ; il est donc en limite externe du site.
  • 27 Le village de saut Lessé Dédé se trouvait, il y a peu de temps encore, sur les cartes IGN, au lieu- (...)
  • 28 Communication personnelle d’une villageoise rencontrée sur le site au cours des missions.

39La répartition locale de la communauté amérindienne a été profondément bouleversée par l’arrivée des Noirs marron du Surinam. Une cohabitation entre ces deux communautés s’est progressivement instaurée et perdure après plusieurs conflits aujourd’hui réglés ; Wayana, Emerillon et Boni se côtoient sur le haut Maroni aussi bien qu’à Maripasoula, à Saut Lessé Dédé et dans les Abattis Kotika. Deux villages amérindiens Wayana ou proches des Wayana dont les membres sont originaires du haut Maroni et du Tapanahoni, sont installés à l’intérieur ou à proximité immédiate du site ; le premier, temporaire, compte cinq carbets et se situe à plusieurs centaines de mètres en aval de Papaïchton, sur la même rive. Le second26, plus isolé, est localisé à hauteur du saut Lessé Dédé, sur la rive gauche du fleuve, près d’un piton rocheux où est échouée une barge d’orpaillage27. Les familles composant ces villages vendent aux voyageurs des objets de leur fabrication, des colliers essentiellement ; elles sont vraisemblablement originaires du Surinam et proches des Tilio ; une partie des membres pourraient venir du village de Twenke où sont effectivement présents plusieurs Amérindiens du Surinam28.

40Orru a observé une multiplication des initiatives privées aluku au cours de la dernière décennie. Stimulée — cela est une explication possible — par la création de la commune de Papaïchton, puis de la Communauté des communes de l’Ouest guyanais (CCOG), l’économie locale s’est récemment diversifiée avec l’ouverture de petits commerces, telles épiceries, boulangerie, restaurant, etc., bénéficiant d’aides publiques. Néanmoins, ces activités économiques se pratiquent à l’extérieur du site des Abattis Kotika.

41Parmi les activités agricoles, l’agriculture est de type itinérant sur brûlis. Le site des Abattis Kotika constitue la zone agricole privilégiée des Boni depuis la fin du xviiie siècle, où ils ont mis en pratique les méthodes millénaires des Amérindiens, dans un espace relativement restreint et coincé entre la montagne Kotika et les rapides du Maroni. La présence de conditions édaphiques favorables dans le site a sans doute contribué à développer l’agriculture dans les Abattis Kotika plus qu’ailleurs. Les cultures de base sont le manioc, les tubercules et le riz ; elles sont agencées, comme dans les abattis amérindiens, avec expérience. À terme cependant, il n’est pas exclu que la croissance démographique et la sédentarisation de la communauté bouleversent ces pratiques ancestrales.

  • 29 Au cours de la mission au village de Kotika, nous avons rencontré un artisan fabricant de trappes à (...)

42La pêche et même la chasse sont deux autres activités traditionnelles encore couramment pratiquées. La pêche se fait à la nivrée, au harpon ou à l’aide d’ingénieuses trappes (niama bakichi), à l’architecture savante, utilisée pour capturer les Aymaras notamment ; de tels pièges, encore fabriqués artisanalement comme cela a pu être constaté sur le site à l’occasion de la mission de terrain29, seraient a priori caractéristiques du pays Kotika.

Photographie 4. Les abattis (partie cultivée)

Photographie 4. Les abattis (partie cultivée)

Source : EMC² Guyane

43Le canotage sur le fleuve n’est plus seulement un fait de tradition ; cette activité est devenue une source de revenus pour les Aluku qui, depuis le xixe siècle, convoient hommes et marchandises sur le moyen et le haut Maroni. L’étendue ancestrale de leur territoire, alors vaste, donne aux membres de la communauté une parfaite connaissance du milieu naturel et des techniques de canotage ; actuellement, les Aluku contrôlent encore l’accès des autres Noirs marron à la partie supérieure du Maroni.

44Trois activités relativement récentes et en pleine expansion dans la dernière décennie sont susceptibles d’avoir des conséquences les Abattis Kotika : il s’agit de l’orpaillage, du tourisme et du développement commercial de l’artisanat. L’application simple de la réglementation générale en ce qui concerne la première de ces activités, conjuguée à une veille des deux autres suffiraient à garantir dans l’intérêt général le maintien du caractère du site.

  • 30 Criques Likanaon, Cazal et Amadou, au sud de la montagne Kotika.

45Les Aluku du pays Kotika sont impliqués dans l’exploitation aurifère et ont créé quelques petites entreprises travaillant, légalement ou illégalement, dans le périmètre du site ou dans sa proche périphérie30. Si les emplois déclarés sont encore peu nombreux, il est fort probable cependant que la volonté de libres entreprises se développe à terme au sein de la communauté (Orru, 2001 : 457) ce qui, en dehors des impacts sur la biodiversité et les paysages, pourrait indirectement conduire à l’abandon progressif des pratiques culturales ancestrales, la culture sur abattis ; notamment, et s’exprimer ainsi au détriment du maintien de ce qui fait actuellement le caractère pittoresque des lieux.

46Par ailleurs, le développement du marché de l’écotourisme, encouragé par une politique régionale dynamique, permet d’envisager un enrichissement économique local fondé sur la mise en valeur du site des Abattis Kotika qui, bien menée, peut très bien s’accommoder avec l’objectif de préservation du site et même contribuer à renforcer cette dernière. Déjà fort prisé par la population locale à des fins de détente dominicale ou en période de congés scolaire, le site est au centre d’une volonté communale de développer l’accueil touristique dans le respect du cadre culturel originel ; les Aluku possèdent des qualités de piroguiers et une connaissance remarquable du milieu fluvial qui pourraient être ainsi mises en valeur. De telles perspectives devraient être accompagnées et facilitées par les pouvoirs publics et en aucun cas ne se dessiner au détriment du caractère des lieux.

47La production artisanale bushinengée constitue aussi pour les Aluku une activité professionnelle à part entière, et une source nouvelle de revenu ; il a d’ailleurs été constaté sur place que plusieurs associations se sont créées dernièrement à Papaïchton et à Maripasoula, pour organiser la filière et diffuser à des fins commerciales une partie de la culture matérielle aluku. Ainsi, à terme, la culture Boni s’exportera à n’en pas douter en dehors du pays Kotika et c’est là une raison supplémentaire pour en préserver l’identité dans la mémoire collective des générations futures.

Photographie 5. Motif d’art Tembé

Photographie 5. Motif d’art Tembé

Source : EMC² Guyane

2. Critique des critères de l’inscription et du classement : des critères à valeur universelle ?

48Pour être inscrit, au sens de l’article L.341.1 du Code de l’environnement un site français doit répondre à quatre critères : artistique, historique, scientifique, légendaire.

2.1. Caractère artistique

49Dans le cadre de la loi, un site présente un caractère artistique dès lors qu’il constitue ou a constitué une source d’inspiration marquée pour un artiste renommé (peintre, écrivain, etc.), localement ou au plan international.

50En 2002, peut-être naïvement, nous écrivions, à propos de l’artisanat traditionnel, notamment bushinengé, bien vivant dans la région de Papaïchton, qu’aucune relation forte entre un artiste et le site n’avait pu être établie en dehors de que quelques productions iconographiques datant des xixe et xxe siècles et représentant la population et les villages boni. Depuis, nous avons eu accès aux collections conservées dans les musées et nous avons eu l’occasion d’approfondir la connaissance de l’art bushinengué. Nous savons maintenant, par exemple, que des inspirations naturalistes, notamment la représentation des palmiers ou de paysages fluviaux apparaissent parfois dans les calebasses du xviie siècle.

51Mais la question qui se pose est tout autre : pourquoi la représentation du paysage serait-elle le seul critère d’inscription ? L’art bushinengué demeure dans toutes ses expressions, textiles, architecturales, dans le travail du bois, un art qui utilise éminemment les motifs stylisés.

52De plus, nous sommes dans un monde où les artistes, reconnus en tant que tels, comme individus doués de capacité artistique supérieure, commencent à peine à s’imposer, car leur répertoire iconographique reste, dans la majorité des cas, celui collectif, nonobstant les inventions et les innovations. En 2002, contraints par les caractéristiques du critère, il nous avait été difficile d’attribuer au site un caractère artistique.

2.2. Caractère historique

53Un site présente un caractère historique lorsqu’il témoigne d’événements ayant marqué l’histoire d’un peuple ou d’un territoire. La présence amérindienne ancienne est manifeste dans les Abattis Kotika ; on ignore en revanche s’il en est de même sur la montagne Kotika. Les sites à polissoirs, la découverte de tessons de céramiques en abondance, les sites archéologiques déjà répertoriés sur Papaïchton ou dans la partie nord de la commune de Maripasoula, confirment que la région des Abattis Kotika, comme le reste de la Guyane, a été habitée par le passé, le Maroni constituant une voie de déplacement pour les populations, d’abord amérindiennes, puis noires marronnes et européennes. Ainsi, il est patent que les Abattis Kotika ont marqué, directement ou indirectement, l’histoire de ces communautés.

54Différents groupes de Noirs marron, réfugiés du Surinam en Guyane, se sont approprié le Maroni et ses affluents dès la fin du xviiie siècle. Le processus de colonisation et la traite des Africains déportés « aux Amériques » ont donc eu comme effet l’implantation de petites communautés d’esclaves en fuite dans une zone frontalière reconnue depuis le Traité d’Utrecht en 1713. Les guerres entre Boni, d’une part, et Hollandais et Ndjuka, d’autre part, ont marqué l’histoire de ce site. La fin de la guerre et la cohabitation pacifique qui s’ensuivit, malgré des heurts entre les groupes de Noirs marron et les Amérindiens, s’est finalement matérialisée par l’apparition d’aires culturelles propres à chaque ethnie et visibles aujourd’hui encore.

55Les Abattis Kotika ont fait partie du différend territorial qui opposa hollandais et français sur l’affectation des affluents de la rive gauche du Maroni. Les Boni et le pays Kotika se sont retrouvés malgré eux au centre de ce débat, d’un point de vue politique et géographique à la fois. La décision rendue par Alexandre III, Tsar de Russie, a conduit à une partition administrative du pays Boni en deux secteurs. Le Maroni, qui n’a jamais constitué une frontière ni pour cette communauté ni du reste pour les Amérindiens, est encore aujourd’hui marqué par cette page de l’histoire guyanaise, dans la toponymie locale.

56Le site des Abattis Kotika réunit donc un ensemble d’éléments permettant d’attribuer au site un caractère historique, lié à l’histoire de l’esclavage et au conflit entre des populations mises en esclavage et des États colonisateurs esclavagistes.

2.3. Caractère scientifique

57Au sens de la loi, le caractère scientifique d’un site est traditionnellement entendu dès lors que celui-ci a inspiré des travaux de recherche fondamentale ou constitue un laboratoire in situ dans le domaine des sciences humaines et naturelles

58La recherche en sciences humaines s’est aujourd’hui considérablement développée et diversifiée : de plus en plus de chercheurs, supportés par des institutions publiques, s’intéressent à la riche culture aluku et à la somme de connaissances spécifiques dont elle est porteuse. En dehors de ce cadre institutionnel, la population locale contribue elle-même au recensement de ces connaissances en constituant des recueils de son savoir ethnobotanique, historique, linguistique (grammaire et dictionnaire), et savoir-faire technique, selon un mouvement qu’accompagne du reste le développement d’associations d’artisanat et la participation des Boni à des manifestations artistiques internationales.

59La recherche ethnologique et historique a commencé dans les années 1940 avec les travaux de Jean Hurault, ingénieur géographe honoraire de l’IGN. Au cours de ses missions géodésiques, celui-ci s’est penché avec talent sur les multiples facettes de la culture aluku, bien que la communauté Boni lui ait volontairement caché certaines de ses pratiques magiques et funéraires liées à la montagne Kotika et qu’aujourd’hui encore parties d’entre elles sont gardées secrètes. Le site demeure encore fort peu étudié d’un point de vue ethnologique, et constitue d’ores et déjà, un lieu de mémoire pour le peuple Boni.

  • 31 Ouvrages sur l’habitat et le mobilier en bois, écrits par des membres de l’association Libi Na Wan (...)
  • 32 Enquête du service régional de l’Inventaire, conduite par Sophie François.

60Dans le domaine de l’architecture et de la culture matérielle, Jean Hurault fait également figure de pionnier, auteur de plusieurs ouvrages et d’articles scientifiques sur la vie matérielle et l’art des Noirs marron réfugiés de Guyane dans les années 1960 à 1970. Depuis 1993, des artisans et amateurs réunis dans le cadre associatif et universitaire ont publié cinq ouvrages richement illustrés sur l’art et l’architecture des Noirs marron de Guyane, et notamment des Boni du pays Kotika31. Les services patrimoniaux, à l’issue d’une série récente d’enquêtes de terrain, ont envisagé la réhabilitation de certaines maisons traditionnelles de la commune de Papaïchton. La DRAC de Guyane a fait réaliser une enquête sur les pirogues du Maroni en 200132

  • 33 Richard Price, Silvia de Groot, Wim Hoogbergen.
  • 34 T. Bellardie.

61Au moment de notre étude, nous disposions de plusieurs études américaines et hollandaises sur l’histoire des Noirs marron, notamment celle des guerres qui les ont opposés entre eux et contre les gouvernements hollandais et français33. Depuis, les travaux universitaires français d’histoire et de géographie se sont multipliés. Des historiens se sont ainsi spécialisés dans l’étude des relations entre les Aluku et les Français aux xixe et xxe siècles34, traitant de l’histoire du peuplement et du différend franco-hollandais dans cette région. Jean-François Orru a travaillé sur les communes isolées de Guyane, de la colonisation à la globalisation, et a participé à l’élaboration de la carte communale de Papaïchton et aux dernières enquêtes démographiques de Jean Hurault. Les travaux des époux Price et de Jean Moomou, chercheur d’origine aluku, confirment l’importance de ce secteur dans l’histoire du peuplement noir marron.

62Le caractère scientifique du site est donc parfaitement établi dans le domaine des sciences humaines. Pour ce qui concerne les sciences naturelles, nous avions conclu que le caractère scientifique du site restait à confirmer dans le domaine des sciences naturelles, ce qui fut réalisé par les missions de 2005 et 2007.

2.4. Caractère légendaire

63Pour présenter un caractère légendaire, un site doit être associé à une légende locale ou nationale. Les Aluku ont une mémoire encore aujourd’hui essentiellement orale, laquelle a pour effet de multiplier les versions des faits et des événements marquants de l’histoire populaire. Les Abattis Kotika où les Boni ont guerroyé pour obtenir leur affranchissement, fournissent, de génération en génération, le prétexte à la transmission de la légende du chef guerrier Boni qui, sur fond de tribulations entre le Surinam et la Guyane, a conquis la liberté de son peuple. Les enfants sont imprégnés de ces récits dès leur plus jeune âge et en tirent certainement une fierté, une identité culturelle et un repère historique indispensables à tout peuple déraciné, de nature à faire perdurer l’identité du pays Kotika dans le long terme.

  • 35 Crevaux 1883, livre 1. Le Grand Man de Maripasoula rencontré en 2002, a tenu des propos similaires.

64Les premiers cartographes qui ont travaillé sur le Maroni se sont d’ailleurs largement inspirés de la toponymie utilisée par les Boni pour nommer les lieux dits du pays Kotika. Ainsi, tous les noms usités de villages, de sauts, etc., renvoient à des épisodes guerriers où se seraient illustrés les chefs Boni de la fin du xviiie siècle ; en 1877, Crevaux a écrit à ce sujet : « C’est en l’honneur [d’un] exploit [de Boni] que les descendants de Boni ont désigné leur village principal sous le nom de Cotica) »35

65Tout étranger doit demander l’autorisation au Grand Man de Papaïchton pour rallier les abattis, a fortiori, la montagne Kotika dont l’accès est gardé par les habitants aluku. Cette méfiance à l’égard des étrangers s’est forgée pendant l’histoire douloureuse de cette communauté, notamment tout au long des batailles entre les puissances européennes dont ils ont été le plus souvent les otages et les victimes.

  • 36 La présence sur le site des Ndjuka ou Paramaca et Saramaka n’est pas mieux acceptée que celle des m (...)
  • 37 Selon le Grand Man de Papaïchton, la montagne Kotika recèle un cimetière aluku, siège de pratiques (...)

66Cette impossibilité matérielle et culturelle36 d’accéder à la montagne Kotika à partir des rives du fleuve sans traverser un territoire boni gardé, renforce le caractère ésotérique de cérémonies qui s’y déroulent et entretient la dimension mythologique des lieux37. La pratique de leur magie, la proximité d’un milieu naturel parfois oppressant, l’omniprésence de la mort et les pratiques coutumières qui y sont associées… sont autant d’éléments qui renforcent le caractère légendaire du site.

67Les Abattis Kotika constitueraient ainsi le premier site de Guyane identifié pour l’inscription à l’inventaire des sites et monuments naturels de Guyane, à présenter un caractère légendaire. Le caractère en question n’est pas circonscrit à un monument unique ou à un lieu de culte précis, mais s’identifie au « pays Kotika » dans son ensemble, selon les témoignages des grands mans avec lesquels nous avons discuté.

2.5. Caractère pittoresque

68La notion de caractère pittoresque d’un site est plus que toute autre sujette à interprétation. En accord avec la DIREN, nous avions décidé de traduire ce caractère par l’intérêt paysager des lieux, du point de vue scénique (beauté des lieux) et culturel (implication de l’homme dans le territoire).

69Appréhender un site par une voie fluviale limite généralement la perception qu’on peut en avoir ; la végétation ripicole dense, les courbes naturelles du Maroni et, par endroits, le relief des contreforts de la montagne Kotika réduisent strictement la perception des lieux au cordon fluvial, et encore seulement en partie dans la mesure où l’accès au site n’est possible qu’étroitement guidé par un piroguier, en fonction des difficultés de progression à l’intérieur des sauts. Si la vue transversale entre les deux rives est bien dégagée, elle reste très faible dans le sens du profil longitudinal du fleuve, dès que l’on accède au périmètre des sauts où les méandres limitent significativement le champ visuel.

70Ainsi, la partie fluviale du site est seulement perceptible dans son ensemble, en amont et en aval des Abattis Kotika, formant un paysage en tous points caractéristique du Maroni, mais sans charme particulier ; de ces points de vue, les abattis sont cachés au regard.

71À l’inverse, les sauts qui constituent une formation d’origine géologique absolument unique en Guyane et que l’on s’attend à trouver depuis le sol aussi scénique qu’ils apparaissent en survol aérien, ne se découvrent que progressivement, fondus dans une intimité étroite avec le milieu forestier avoisinant dont les rondeurs rythment et adoucissent les lignes brisées et les volumes anarchiques de l’architecture minérale du site. Ce n’est donc pas un « grand paysage » que l’on découvre en traversant les Abattis Kotika, mais plutôt une succession de scènes, tantôt calmes et reposantes dans les anses de sédimentation où la végétation luxuriante se déverse sur l’eau, tantôt brutale et dure, à l’image des arêtes rocheuses, des remous du fleuve et du fracas permanent de l’eau heurtant la roche dans les zones de sauts. En définitive, c’est la présence et le travail de l’homme qui relèvent le caractère pittoresque du site, lorsque, au détour d’un saut qui semble faussement inaccessible et infranchissable, apparaissent des polissoirs amérindiens ou une pirogue boni affrontant le courant sauvage et rageur du fleuve.

72L’intérêt paysager des Abattis Kotika repose sur cette composition complexe de scenarii de paysages fluviaux, autonomes, presque indépendants les uns des autres. À l’occasion d’une visite officielle aux communes de l’intérieur, Vignon, premier préfet de Guyane, entre 1947 et 1955, s’est émerveillé à la vue de ce site : « Nous pénétrons dans un paysage étonnant : les abattis Cottica. [...] Pendant des kilomètres, avec une variété éblouissante les perspectives se renouvellent à chaque instant en une symphonie infinie de verdure qu’éclairent des grappes de lianes aux fleurs multicolores. Sur les pentes du mont Cottica, qui apparaît nettement sur notre droite, s’enflamment d’énormes bouquets jaunes, floraisons des ébènes soufrées » (Vignon, 1985). Cette identité paysagère que traduit la formule de « pays Kotika ». Quiconque la perçoit depuis le terrain.

73Nous avions donc construit en 2002 un critère de protection basé sur notre idée du beau, que nous pensions être de portée universelle. En réalité, la question mérite débat et une participation plus active de la population boni pour pouvoir y répondre.

74Les Abattis Kotika sont aussi un lieu de pêche et de loisirs apprécié des Aluku ; les membres de la communauté s’y retrouvent pour célébrer les pêches abondantes ou pour s’y détendre : à la saison sèche, de nombreuses pierres émergent et permettent de pique-niquer. Les Abattis Kotika sont également le siège d’une « mise en scène » de l’artisanat et de l’art aluku ; l’artisanat s’y exprime librement et de façon originale pour la Guyane, sur les façades des maisons traditionnelles, sur les pirogues polychromes… Le Tembé ou artisanat du fleuve est, au-delà de toute évidence, un art vivant à l’échelle du site tout entier, issu d’une culture matérielle longuement éprouvée qui accompagne l’esthétique naturelle des lieux.

75Nous en avions conclu que le site possédait donc un caractère pittoresque marqué et unique en Guyane et proposé une délimitation tenant compte de la coexistence de plusieurs centres d’intérêt. En effet, on avait proposé toute la région des abattis Kotika — à l’échelle de laquelle au demeurant se détermine l’intérêt pittoresque des abattis — c’est-à-dire sa partie fluviale, élément structurant du paysage, lieu de mémoire et de légende pour la communauté Boni, ainsi que sa partie montagneuse où se situent les lieux de culte des populations locales et se concentre une grande part de son intérêt scientifique.

Conclusion

76La discussion des données que nous avons proposée montre à quel point la vision occidentale gouverne les critères d’élection d’un site à la protection au titre de la Loi de 1930. Comment procéder à l’adéquation entre les impératifs indiscutables de protection et les exigences de la population ? Peut-être en commençant à établir des critères de protection en commun... Un certain nombre de questions restent en suspens et sont liées soit aux pratiques du territoire divergentes soit aux changements de génération et à la forte croissance démographique : droit à l’exploitation minière et à l’usage foncier en dépit du droit français (environnement notamment) ; conservation et aménagement d’un espace par les anciennes générations, dont les nouvelles générations, nombreuses et confrontées à l’occidentalisation (économie de marché, confort de l’habitat et technologique, etc.), comme toutes générations jeunes, veulent se démarquer.

77Pourquoi les populations se sont-elles montrées si peu intéressées lors des différentes présentations des études menées en vue de l’inscription et du classement (missions de terrain des représentants des administrations concernées et de la mairie, enquête préalable, documents de promotion bilingue, etc.) ? Il semble bien que seule la municipalité de Papaïchton se soit impliquée dans ce processus avec un appui plus ou moins marqué des autorités coutumières.

78La patrimonialisation, est-ce une forme d’idéalisme nécessaire face aux enjeux environnementaux, qui doive s’affranchir de ses pratiques colonialistes, notamment administratives ? Existe-t-il un intérêt universel pour l’environnement, compréhensible par tous de la même façon, dans un monde basé sur le système capitaliste de l’économie de marché, dont rêve une bonne partie de la population dans les pays amazoniens ? Comment concilier les différentes formes de droit (droit coutumier, usages traditionnels, droit français, européen, international) et les perspectives d’envisager l’avenir localement et de transmettre aux présentes et futures générations ce qui constitue l’identité culturelle d’un environnement ?

Haut de page

Bibliographie

Barone Visigalli, E. (dir.) (2014). Colocataires d’Amazonie. Hommes, Plantes et animaux de part et d’autre de l’Atlantique, Matoury, Ibis rouge Éditions.

Barret, J. (dir.) (2001). Atlas illustré de la Guyane, Laboratoire de Cartographie de la Guyane, Cayenne, IESG.

Crévaux, J. (1883). Voyages dans l’Amérique du Sud : contenant ; I. Voyage dans l’intérieur des Guyane (1876-1877) exploration du Maroni et du Yary. II. De Cayenne aux Andes (1878-1879) exploration de l’Oyapock, du Parou, de l’Ica et du Yapura. III. À travers la Nouvelle-Grenade et le Venezuela (1880-1881) exploration en compagnie de M. E. Le Janne, de la Magdalena, du Guaviare, et de l’Orinoque. IV. Excursion chez les Guaraounos, Paris, Hachette.

DIREN Guyane (1999). Étude du site des abattis Kotika en vue d’une inscription à l’inventaire des sites, perspectives et paysages, Rapport de présentation de synthèse, Cayenne, DIREN Guyane, Aruag, Ecobios.

DIREN Guyane (2008). Abattis Cottica. Dossier de classement à l’inventaire des sites et monuments naturels, Cayenne, Meedat-DIREN Guyane.

DIREN Guyane, ARUAG, ECOBIOS (2005). Abattis Kotika. Dossier d’inscription à l’inventaire des sites et monuments naturels de Guyane, Cayenne, MEDD-DIREN Guyane.

DIREN Guyane, ECOBIOS (2007). Consolidation des connaissances écologiques et paysagères du site des Abattis et de la montagne Kotika, commune de Papaïchton, Rapport préliminaire, Cayenne, DIREN Guyane, ECOBIOS.

DIREN Guyane, EMC2i (2007). Élaboration du dossier de classement des abattis Kotika, Cayenne, DIREN Guyane, EMC2i.

Linarès, S. (2007). « Cottica : entre légendes et splendeur des paysages », Lé’ko Magazine (Parc amazonien de Guyane), n° 4.

Massemin, D., E. Barone, F. Gautier, H. Lethier et K. M. Sarge (2002). Finalisation de l’étude préalable à l’inscription des Abattis Kotika à l’inventaire des sites et monuments naturels de Guyane, Cayenne, Medd-DIREN Guyane, EMC² — Guyan.

Massemin, D., E. Barone, F. Gautier, H. Lethier et K. M. Sarge (2002). Abattis Kotika. Présentation générale du site en vue de son inscription à l’inventaire des sites et monuments naturels de Guyane, Cayenne, Medd-DIREN Guyane, EMC² Guyane.

Massemin D., E. Barone, F. Gautier, H. Lethier et K. M. Sarge (2002). Diagnostic des sites inscrits de Guyane, Rapport final, Cayenne, Medd-DIREN Guyane, EMC² — Guyane.

Orru, J.-F. (2001). Les communautés isolées de Guyane et la France de la colonisation à la globalisation, thèse de doctorat, Paris, Université Paris-III.

Vignon, R. (1985). Le Grand Man Baka, Paris, Davol.

Haut de page

Notes

1 Par arrêté du 15 décembre 2011 publié au Journal officiel du 21 décembre 2011 un ensemble de 16 000 hectares, formé par les Abattis et la montagne Cottica, sur le territoire de la commune de Papaïchton a été classé. Critères de classement : historique, scientifique, légendaire et pittoresque. Voir aussi la Charte du Parc Amazonien de Guyane, Document approuvé par décret n° 2013-968 du 28 octobre 2013, paru au JORF n ° 0253 du 30 octobre 2013.

2 Pour le détail chronologique de la procédure, voir DIREN Guyane, EMC2i (2007).

3 Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

4 Les Abattis Kotika se situent à environ 260 km en amont de l’estuaire et 200 km en aval des sources du Maroni (distances calculées en suivant le réseau hydrographique et non à vol d’oiseau).

5 Ou Lebi Dotsi, ce qui signifie « Terre rouge » en aluku, toponyme également utilisé par l’IGN.

6 Toutefois seule une partie du réseau hydrographique semble facilement navigable.

7 Le diagnostic de terrain dans cette partie du site ne peut donc être envisagé sans une préparation attentive et minutieuse.

8 La pluviométrie maximale observée en Guyane est de plus de 4000 mm/an dans la région de la montagne de Kaw.

9 Plus de 2 200 heures d’ensoleillement annuel comparées aux 1 400 heures dans la région de la montagne de Kaw.

10 Cette altitude reste toutefois indicative compte tenu du manque général de précision des relevés topographiques en Guyane.

11 D’après des enquêtes menées sur Papaïchton dans le cadre de cette étude.

12 Barret, 2001 et DIREN Guyane 1999.

13 Le versant est de la montagne Kotika constitue le bassin versant de cette rivière.

14 En aval de Grand Santi.

15 Les cambrouses sont nettement visibles sur la photographie aérienne du site (IGN France — Photothèque nationale — 1992). D’origine naturelle, elles ont l’aspect de prairies de graminées qui poussent en sous-bois.

16 Sous la forme de « dalles rocheuses », voire de « falaises », et non pas de « pain de sucre ».

17 Animales, voire végétales, du tissu forestier avoisinant.

18 Liste des habitats et espèces protégés et/ou d’intérêt patrimonial, présents ou supposés présents sur le site, in Massemin, Barone et al. 2002, Abattis Kotika. Présentation générale du site en vue de son inscription à l’inventaire des sites et monuments naturels de Guyane, p. 25.

19 Saut Kabiacha, par exemple.

20 Les membres actuels de la communauté avec laquelle nous avons travaillé gardent en mémoire la légende d’Aluku et préfèrent se faire appeler Aluku ; les termes Boni et Aluku désignent néanmoins le même groupe culturel.

21 Entretien à Maripasoula du 07 mars 2002.

22 Des villages boni existaient déjà sur la rive gauche (Cottica et Providence), tandis que le Tapanahoni était occupé par les Ndjuka.

23 Il porte aussi le nom de Pompidou-ville en souvenir de l’ancien président de la République.

24 Un panneau municipal accueille en ces termes le visiteur qui arrive en pirogue de Maripasoula ou de Grand Santi : « Bienvenue dans la commune de Papaïchton, cœur du pays boni ».

25 Plus de 152 % d’accroissement de la population entre 1982 et 1990.

26 Ce village se situe côté Surinam ; il est donc en limite externe du site.

27 Le village de saut Lessé Dédé se trouvait, il y a peu de temps encore, sur les cartes IGN, au lieu-dit « Abouna Sounga ».

28 Communication personnelle d’une villageoise rencontrée sur le site au cours des missions.

29 Au cours de la mission au village de Kotika, nous avons rencontré un artisan fabricant de trappes à poissons, du nom de Molui.

30 Criques Likanaon, Cazal et Amadou, au sud de la montagne Kotika.

31 Ouvrages sur l’habitat et le mobilier en bois, écrits par des membres de l’association Libi Na Wan et de l’École d’architecture de Grenoble.

32 Enquête du service régional de l’Inventaire, conduite par Sophie François.

33 Richard Price, Silvia de Groot, Wim Hoogbergen.

34 T. Bellardie.

35 Crevaux 1883, livre 1. Le Grand Man de Maripasoula rencontré en 2002, a tenu des propos similaires.

36 La présence sur le site des Ndjuka ou Paramaca et Saramaka n’est pas mieux acceptée que celle des métropolitains ou d’autres ethnies ; cela fait de la montagne Kotika une aire culturelle très originale, unique en Guyane, dédiée exclusivement aux pratiques aluku.

37 Selon le Grand Man de Papaïchton, la montagne Kotika recèle un cimetière aluku, siège de pratiques funéraires anciennes auxquelles seuls les initiés peuvent participer ; des discussions avec les autorités coutumières aluku, il ne fait aucun doute que braver une telle interdiction serait très vivement contesté par les Aluku qui souhaitent conserver un droit d’usage exclusif sur la montagne Kotika.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Vue des abattis et du fleuve
Crédits Source : Frédérique Gautier
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10369/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Photographie 2. Les abattis, vue générale
Crédits Source : EMC² — Guyane
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10369/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photographie 3. Carbet de passage
Crédits Source : EMC2 Guyane
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10369/img-3.png
Fichier image/png, 237k
Titre Photographie 4. Les abattis (partie cultivée)
Crédits Source : EMC² Guyane
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10369/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Photographie 5. Motif d’art Tembé
Crédits Source : EMC² Guyane
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10369/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Egle Barone Visigalli et Kristen Sarge, « Représentations et usages du territoire, exemple de dialogue entre héritage culturel marron et politique patrimoniale européenne : le cas des abattis Kotika, commune de Papaïchton (Guyane française) », Études caribéennes [En ligne], 35 | Décembre 2016, mis en ligne le 16 décembre 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/10369 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.10369

Haut de page

Auteurs

Egle Barone Visigalli

École nationale des chartes - Institut ACTE-AME, Paris 1, Panthéon-Sorbonne, historienne de l’environnement, archéologue, egle.barone.visigalli@enc-sorbonne.fr

Kristen Sarge

Collectivité territoriale de Guyane, historien, roura@cegetel.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org