Navigation – Plan du site
Hors dossier

La pêche artisanale à Madingo-Kayes : entre subsistance et tentatives mercantiles

Artisanal Fishing in Madingo-Kayes: between Subsistence and Mercantile Temptations
Francelet Gildas Kimbatsa, Gaspard Boungou et Damas Ngouma

Résumés

La sous-préfecture de Madingo-Kayes est arrosée par le bassin du Kouilou-Niari. Celui-ci constitue une niche écologique d’une grande diversité d’espèces halieutiques. Ces espèces sont recherchées par les populations locales pour leur rôle d’appoint dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et leur contribution aux moyens d’existence et aux économies rurales. Le poisson, dont la consommation fournit près de 70 % de protéines animales à Madingo-Kayes, provient essentiellement de la pêche artisanale (avec l’utilisation d’outils rudimentaires tels que la nasse, le filet, la ligne, etc.). La recette mensuelle générée par cette activité oscille entre 250 000 et 500 000 FCF, soit environ un million de FCFA par année. Les principales espèces capturées sont les poissons-chat électriques (Malapterurus electricus), les poissons de la famille des Mormyridae, etc. Elles sont soit consommées sur place, soit écoulées à Pointe-Noire, ville où la demande est très forte.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 En République du Congo, la pêche est pratiquée en mer (sur la côte atlantique) et dans les eaux continentales de la cuvette congolaise (dans le nord du pays) et du bassin du Kouilou-Niari (au sud-ouest). La pêche artisanale se pratique dans la majeure partie du plateau continental. Les deux principaux domaines exploitables sont les zones côtières de fonds meubles, jusqu’à des profondeurs de 70 mètres et les zones côtières de fonds durs qui s’étendent approximativement entre 50 à 70 mètres (Atlas du Congo, 2001).

2 La pêche continentale artisanale au Congo joue un rôle moins négligeable dans le développement socio-économique des Congolais, notamment en ce qui concerne l’offre à l’emploi, l’accès aux biens et services, à l’alimentation dans un pays où la moitié de la population, soit 1 801 000 individus, vit en dessous du seuil de pauvreté (DSRPI, 2001). Le potentiel de production halieutique du Congo, toutes pêches confondues, est compris entre 100 000 et 130 000 t/an, partagées entre 30 % pour la pêche maritime et 70 % pour la pêche continentale. D’après Koumba (2006), la contribution de la pêche continentale artisanale au développement rural des populations congolaises est en pleine évolution. En 2006, par exemple, les emplois directs ou indirects offerts par la pêche artisanale ont été évalués à 60 170 personnes, soit 6,8 % de la population active congolaise (estimée à 877 000 personnes). Ces emplois se répartissent entre la production halieutique (49,8 %), la transformation (28,5 %) et la commercialisation (21,7 %) (Mpandou, 2006). En comparant les emplois offerts par la pêche continentale artisanale et la pêche maritime au Congo, Nkouika-Ndinghani-Nkita (2010) révèle que la part la plus importante revient à la pêche continentale artisanale qui contribue à hauteur de 87,5 % de l’emploi.

3 À Madingo-Kayes, les populations locales vivent des ressources naturelles, avec des activités centrées sur l’agriculture, la chasse, la cueillette/ramassage, l’artisanat et la pêche, permettant de lutter contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté qui sévit dans la zone.. De toutes ces activités, la pêche continentale artisanale occupe une place prépondérante auprès des populations locales. Elle est pratiquée dans les eaux du bassin du Kouilou-Niari qui regorgent de potentialités halieutiques (Teugels, et Mamonekene, 1991). Les plus importants sont les poissons-chat électriques (Malapterurus electricus), les poissons de la famille des Mormyridae, etc. Ces espèces halieutiques exploitées de façon irrationnelle jouent un rôle indéniable dans l’existence des populations riveraines, en leur procurant de la nourriture et des revenus. Le poisson contribue de manière significative au développement et à la croissance des économies locales.

4 La présente étude vise à combler le vide d’information qui existe au Congo et dans le département du Kouilou, notamment, à Madingo-Kayes, sur le rôle économique et social de la pêche continentale artisanale en tant que moyen de subsistance et de lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté.

1. Matériel et méthodes

5 Le cadre méthodologique conçu et utilisé dans cette étude a connu deux étapes dans sa réalisation. La première démarche a concerné la recherche documentaire. Cette étape est importante pour l’étude, car elle a permis d’avoir une première vue d’ensemble du milieu physique et humain de la zone d’étude. La vérification des informations recueillies à partir des ouvrages consultés s’est faite lors de sorties sur le terrain. Pendant cette période, plusieurs observations ont été effectuées sur le relief, la végétation, les populations, la structure des ménages, les infrastructures socio-économiques, etc. Au total, trois sorties de terrain ont été réalisées pour collecter ces données.

6 Le questionnaire d’enquête utilisé était structuré autour de plusieurs points : l’origine de la population, les activités économiques, le profil des pêcheurs et leur dénombrement, l’organisation de l’activité sur les sites et dans les campements de pêcheurs, le dynamisme de l’activité, le type d’outillage et les techniques utilisés pour la capture, l’identification des espèces de poissons capturées. Ce questionnaire comptait au total 76 questions. Toutes avaient trait à notre sujet d’étude.

7 Le guide d’entretien s’intéressait à la production, sa transformation, la commercialisation du poisson. Les entretiens ont ciblé des vendeurs des marchés locaux, des ménages et des campements de pêcheurs. Les informations concernant le commerce du poisson en provenance de Madingo-Kayes sur le marché urbain de Pointe-Noire ont été obtenues auprès des commerçants.

  • 1 Le chef-lieu de la sous-préfecture de Madingo-Kayes s’appelle aussi Madingo-Kayes. C’est une commun (...)

8 L’enquête sur le rôle de la pêche artisanale à Madingou-Kayes dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté et sur sa contribution aux moyens d’existence (postes des dépenses) s’est déroulée dans les sept localités choisies pour l’enquête. Il s’agit de Madingo-Kayes1, de Tandou-Youmbi, de Longo-Bondi, de Benga, de Koumbou, de Yanga et de Nzatchi. L’échantillonnage s’est basé sur le recensement général de la population et de l’habitat de 2007. En 2007, la population de Madingo-Kayes s’élevait à 13 290 habitants et le nombre moyen de personnes par ménage était de 5. On en déduit 730 ménages. Avec un taux de sondage de 1/30e, nous atteignons 443 ménages. La technique d’enquête utilisée est le sondage aléatoire stratifié qui nous a permis de couvrir toute la sous-préfecture.

9 La deuxième étape fut consacrée au traitement et à l’analyse des résultats. Les matériels utilisés pour la collecte et le traitement des données de terrain (le questionnaire d’enquête et les guides d’entretien) furent dépouillés et analysés avec le logiciel Microsoft Excel.

2. Présentation de la zone d’étude

  • 2 Communauté économique et monétaire des États de l’Afrique Centrale.

10 La sous-préfecture de Madingo-Kayes est située dans le département du Kouilou, au sud-ouest de la République du Congo. Madingo-Kayes est proche de Pointe-Noire, la seconde ville du pays (715 334 habitants en 2007, contre 1 373 382 pour Brazzaville), qui déteint le plus grand port en eau profonde d’Afrique centrale. C’est une ville de transit pour les marchandises destinées à l’intérieur du Congo et à d’autres pays de la CEMAC2. Le territoire de Madingo-Kayes s’étend sur une superficie de 6 060 km2. Il est limité au nord par le Gabon, à l’est par le district de Kakamoeka et à l’ouest par la sous-préfecture de Nzambi. Au sud s’étend le littoral atlantique et dans son extrémité sud-est, le district de Hinda (cf. figure 1).

11 Le relief de la sous-préfecture de Madingo-Kayes est composé de plateaux réguliers et des pentes douces qui s'inclinent vers l’ouest. Ces plateaux sont entaillés sur leurs bordures par des formes spectaculaires d’érosion : des cirques profonds dont les pentes presque verticales s’écroulent périodiquement. Sur ce relief règne un climat de type chaud et humide qui combine à la fois des traits équatoriaux, tropicaux et océaniques. Il se caractérise par une alternance de deux saisons : l’une chaude et pluvieuse, d’octobre à mai, et l’autre, sèche et fraîche, de juin à septembre. Lors de la saison sèche, les arbres subissent un stress hydrique saisonnier modéré du fait du ralentissement des pluies (Samba-kimbata, 1978, 2002 ; Bikouta-Mbongolo, 2003, 2005). La pluviosité interannuelle avoisine 1200 mm en moyenne avec de fortes variabilités interannuelles spatio-temporelles.

12 La végétation est dominée par la couverture arborée du massif forestier du Mayombe. Cette couverture se transforme progressivement en une mosaïque de forêt-savane en direction de la région côtière où la savane devient dominante (Loumeto, 1991 ; Missamba-Lola, 2004). La savane constitue la végétation naturelle du littoral congolais, elle est constituée par une strate herbacée discontinue, représentée principalement par de Rhynchelytrum nerveglume, des Hyparrhenia et Loudetia simplex, des Annona arenaria, des Hymenocardia acida (Nzila, 1996).

13 Les fleuves et les rivières du bassin du Kouilou-Niari qui descendent en pente douce vers l’océan structurent le bassin hydrographique. De nombreux lacs, lagunes et marécages parsèment la région, dans les dépressions laissées par les reliefs sableux et des plateaux. Les principales espèces aquatiques présentes dans les eaux sont les crevettes, les carpes, les tilapias, les machoirons, les crocodiles, etc.

14 Les sols appartiennent à la classe des sols ferrallitiques fortement désaturés (Jamet, 1975). Ils sont caractérisés par une grande homogénéité dans la couleur, la texture, la structure et la pauvreté chimique (Nzila, 1996).

  • 3 Chemin de fer Congo Océan. Les travaux de construction du CFCO ont lieu entre 1921 et 1934.

15 La population de la sous-préfecture de Madingo-Kayes est très cosmopolite (allochtones, autochtones) et présente des origines multiples (Vennetier, 1968). L’installation de cette population remonte à l’époque coloniale, précisément au xxe siècle lors de la construction du chemin de fer3 et des routes nationales qui desservaient autrefois le Congo. La frange la plus importante des habitants du district est constituée des Vili, des Loumbous et des Pygmées considérés comme les premiers habitants de la région malgré leur marginalisation par les Bantous.

16 Selon le Centre national des statistiques et des études économiques, la population de la sous-préfecture de Madingo-Kayes était estimée en 2007 à 13 290 habitants. Madingo-Kayes est la sous-préfecture la moins peuplée du Kouilou, derrière celles respectivement de Mvouti et Hinda (18 094 et 91 955).

Figure 1. District de Madingou Kayes

Figure 1. District de Madingou Kayes

Source : Fond de carte CERGEC – 92, modifié par F.G. Kimbatsa, 2014

3. Résultats des observations

3.1. Des acteurs essentiellement masculins

17La population impliquée dans la pêche artisanale est composée de jeunes, d’adultes et de vieux. Au total, 387 ménages ont été interrogés dans les sept localités ciblées par l’enquête. Deux catégories de pêcheurs ont été identifiées dans la zone d’étude : des professionnels et des non professionnels. Les premiers représentent 59 % des personnes interrogées. Les proportions dans cette catégorie sont les suivantes : 93 % d’hommes et de 7 % de femmes. L’âge moyen des jeunes en activité est de 25 ans. L’écart type est égal à 11 ans avec une fourchette globale de 11 à 60 ans dont 89 % sont des hommes. Les femmes ne représentent que 11 % des pêcheurs. Les hommes dominent l'activité de la zone : la présence des femmes se limite essentiellement à la période des basses eaux, lorsque l’intensité des activités agricoles est moins importante. Au cours de cette période, elles interviennent dans la transformation et la commercialisation du poisson.
Les personnes impliquées dans la pêche continentale artisanale représentent ainsi un groupe relativement instruit : 25 % des personnes interrogées ont un diplôme du secondaire et 21 % de l’enseignement supérieur tandis que 3 % n’ont reçu aucune éducation formelle et 51 % n’ont fréquenté que l’école primaire,

3.2. Les facteurs de la pêche artisanale

18Les principaux facteurs qui motivent la pratique de la pêche continentale artisanale à Madingo-Kayes sont (1) la lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté qui sévissent dans la sous-préfecture ; (2) la proximité du district avec l’embouchure du fleuve Kouilou et l’océan atlantique où cohabitent les espèces de poissons tolérantes de mer et continentales ; (3) l’existence dans les zones habitées des cours d’eau mineurs du bassin du Kouilou-Niari ; (4) la présence dans les eaux de la région des espèces de poissons très recherchées pour leur rôle d’appoint et leur protéine ; (5) la proximité de la sous-préfecture de Madingo-Kayes avec de la ville de Pointe-Noire où le poisson des eaux continentales est très recherché et son prix très intéressant ; (6) les retombées économiques issues de la pêche facilitent l’accès à l’alimentation et aux biens et services des populations locales et les préserve de l’insécurité alimentation et de la pauvreté.

3.3. Les techniques et les productions halieutiques

19Les méthodes de pêche continentale artisanale pratiquées par les pêcheurs à Madingo-Kayes sont sensiblement les mêmes que celles rencontrées dans les autres zones rurales du Congo. L’outillage utilisé pour la capture de poisson est de type traditionnel : il se compose de filets, de lignes, de nasses et de pirogues. L’utilisation des nasses est plus spécifique à la pêche à l’écrevisse dans certains cours d’eau. L’intensité de l’activité reste tributaire du nombre d’instruments dont dispose chaque pêcheur.

20Le décomptage des filets, des lignes et des autres outils de pêche par pêcheur a donné les résultats suivants : 8 filets dormants, 4 filets de surface, 23 lignes avec hameçons et 17 pirogues. De même, le nombre des nasses dénombrées par pêcheur est de 239 nasses. Le nombre d’outils par individu est évidemment relatif, car certains pêcheurs ont un éventail plus élevé de matériel. Ils les proposent en location pour les pêcheurs qui en sont dépourvus.

21La pêche artisanale pratiquée à Madingo-Kayes tient compte du rythme des saisons. Deux saisons ont été identifiées dans la zone : la saison des pluies et la saison sèche. Le respect du calendrier de pêche a des répercussions sur la production halieutique. Entre les mois de janvier et avril, la production du poisson connaît une baisse dans toute la sous-préfecture, car c’est la grande saison des pluies. Cette période est qualifiée « de période de crise » et les pêcheurs font recours à d’autres activités pour subvenir à leurs besoins, comme la chasse, l’agriculture, l’artisanat, etc.

Photographies 1 et 2. Pêche à la nasse sur le fleuve Kouilou non loin de l’embouchure avec l’océan Atlantique

Photographies 1 et 2. Pêche à la nasse sur le fleuve Kouilou non loin de l’embouchure avec l’océan Atlantique

Source : Cliché F.G. Kimbatsa, 2014.

22La période la plus bénéfique pour les pêcheurs s’étale des mois de septembre à décembre (cf. tableau 1). Les effectifs de pêcheurs augmentent, la pression s’intensifie sur la ressource, les étalages des marchés sont bien approvisionnés. Les captures de poissons s’effectuent de jour comme de nuit. Selon les résultats de nos enquêtes, un pêcheur capture en moyenne 42 poissons dans la journée et 64 la nuit. Les principales espèces capturées sont les espèces pélagiques, les crevettes, les machoirons, les requins, les poissons-chat électriques (Malapterurus electricus), les poissons de la famille des Mormyridae. Le volume moyen des poissons capturés peut être plus important selon les zones de pêche.

Tableau 1. La saisonnalité de la pêche

Mois

Période de pêche

Engins/outils de pêche utilisés

Espèces poissons

janvier

Crise

Filets maillons dormants. Senne de plage

Épervier, nasse

Espèces pélagiques

février

Mars

Avril

mai

Relativement bonne

Filets maillons dormants, nasse

Machoirons

Requins

Bilondo

Barres

Crevettes

juin

juillet

août

septembre

Bonne

Filets maillons dormants

Pêche à la ligne, nasse

Épervier

Espèces pélagiques

Crevettes

octobre

novembre

décembre

Source : Enquête de terrain, 2014

23 La baisse de la production de poisson dans la zone d’étude trouve sa justification dans la pression exercée par les pêcheurs sur les milieux aquatiques et sur certaines espèces de poissons. Il en résulte une dégradation des cours d’eau, la disparition des espèces halieutiques, l’envahissement des cours d’eau et des lacs par des herbes qui empêchent l’utilisation des filets et la navigation. Il est important de signifier que, dans la zone d’étude, aucune stratégie de gestion durable des ressources aquatiques n’a encore été élaborée à ce jour, ni de la part des pêcheurs, ni de celle des pouvoirs publics, pour lutter contre la dégradation du milieu, la pollution des eaux et la disparition des espèces halieutiques. Les dégradations observées à Madingo-Kayes sont dues, par exemple, à l’exploitation industrielle non réglementée des ressources halieutiques par des entreprises chinoises qui pratiquent la pêche sur le fleuve Kouilou jusqu’à l’embouchure avec la mer.
Selon la croyance locale, la baisse de la production de poisson est interprétée comme le résultat d’une dégradation des rapports entre les hommes et les génies et des lieux : pour 80 % des pêcheurs interrogés, la baisse des quantités de poisson est le fait de la colère des génies. Pour remédier à cette colère mystique des génies, les pêcheurs organisent souvent, ensemble avec les chefs des terres, des cérémonies rituelles exorcissantes appelées « Tchibila » ; les danses sacrées et rites permettent de demander la purification des eaux et des hommes.

3.4. La transformation et la commercialisation des poissons 

24Après la capture des poissons, quel que soit le résultat de la pêche, les captures sont divisées en trois parts. La première part, généralement la plus importante, est placée dans des caisses frigorifiées pour être écoulée sur les marchés de Pointe-Noire. La deuxième part est destinée à la salaison, et la troisième est réservée aux vendeurs locaux et à la consommation dans les ménages des pêcheurs.
La transformation et la commercialisation du poisson sont des travaux réservés à une classe des commerçants en provenance de Pointe-Noire. Ces commerçants sont parfois aidés par les femmes des villages qui n’interviennent dans l’activité de pêche que lors de la saison sèche. Dans la sous-préfecture, ces commerçants se regroupent dans les lieux de pêches, les villages et les campements où ils séjournent environ entre deux et trois semaines, voire un mois. Dans les sites de pêche, de moins en moins de pêcheurs associent les travaux de transformation et de commercialisation de poissons à leur activité principale de pêche.
Le poisson salé est parfois substitué au poisson fumé, ce phénomène remonte à quelques décennies. Le fumage du poisson nécessite du bois de chauffe et expose les travailleurs aux risques de morsures des serpents dans la forêt. À l’inverse, la salaison de poissons est une activité moins pénible et plus bénéfique. Au cours d’un mois de travail, le pêcheur peut obtenir deux sacs de poissons salés. Ces sacs une fois écoulés sur le marché urbain de Pointe-Noire valent 50 000 FCFA l’unité.

25Les marchés de Pointe-Noire offrent un certain avantage aux pêcheurs de Madingo-Kayes du fait de l’existence des transactions directes entre les vendeurs et les acheteurs. En effet, les commerçants peuvent acheter les quantités de poissons qui leur sont présentées, mais ils peuvent aussi de les acheter par acompte, en versant de l’argent en avance aux vendeurs afin que ces derniers leur réservent du poisson qui sera produit lors de la prochaine pêche. Ces transactions réalisées par les femmes leur permettent parfois d’aider les pêcheurs en difficultés en leur accordant des prêts d’argent.

26Dans la pratique de la pêche artisanale, certaines femmes rencontrées à Madingo-Kayes sont des patronnes des pêcheurs, propriétaires des filets, des lignes, des nasses et des autres outils utilisés par les pêcheurs. Et, parfois, ces femmes vendent de sel indispensable dans les campements des pêcheurs.
La transformation du poisson capturé en poisson salé nécessite beaucoup de sel. Or le sel coûte cher. Selon les prix du sel du marché, un sac de sel de table (contenant 20 sachets) coûte 7 500 FCFA, contre 4 500 FCFA dix ans auparavant. Le prix du gros sel a également évolué de 1 500 FCFA à 3 500 FCFA. En période de bonne pêche, les femmes utilisent au moins un sac de sel par jour.

27La commercialisation du poisson obéit à un circuit commercial. Il faut d’abord conserver le poisson qui sera vendu à l’état frais, ensuite, le transporter et, enfin, le vendre. Le transport du poisson se fait dans les caisses frigorifiées. Une fois le poisson classé dans les caisses, la conservation peut commencer. Pour se faire, elle fait intervenir les glaçons et la sciure. La sciure a pour rôle de retarder la dissolution de la glace. Sa durée est au maximum d’une semaine pour garder la glace dans son état. La glace et la sciure utilisées à Madingo-Kayes viennent de Pointe-Noire. Le nombre de caisses transportées varie d’un commerçant à l’autre. Le contenu des poissons n’est pas la même d’une caisse à l’autre. Un commerçant peut transporter dix caisses, un autre peut en écouler quinze, voire plus selon la disponibilité de poissons dans les campements. Par ailleurs, une caisse peut contenir 20 carpes là où une autre contient 50 machoirons. Le transport de poissons frais ne concerne pas toutes les espèces de poissons, par exemple les silures qui ne font pas l’objet de conservation. Ils sont transportés vivants, sans utilisation de glace. Les crevettes sont transportées dans des sacs après avoir été fumées. Une fois la production arrivée à Pointe-Noire, les clients s’empressent de les acheter pour les commercialiser dans les dépôts de la ville. Les vendeurs à Madingo-Kayes sont assez peu préoccupés par le problème de dépôts du poison pour la conservation, car le poisson acheté par les revendeurs locaux est généralement écoulé le même jour compte tenu de son insuffisance.

3.5. Les revenus de la pêche

  • 4 Des bateaux de pêche qui peuvent détruire les filets lorsqu’ils débordent sur le rayon de pêche art (...)

28La pêche dans la sous-préfecture de Madingo-Kayes est une activité soumise aux nombreux aléas de la production4 qui peuvent annihiler tout effort de pêche. Les pêcheurs ont la maîtrise du niveau exact de leurs revenus, mais les estimations sont prudentes dans la déclaration par crainte de jalousie et surtout de sorcellerie. Le tableau ci-après présente les estimations de revenu des pêcheurs dans la zone d’étude pendant la période de bonne production.

Tableau 2. L’estimation du revenu moyen des pêcheurs en haute saison

Temps

Revenus moyens en FCFA

Jour

26 000

Semaine

156 000

Mois

624 000

Source : Enquête de terrain, 2014

29 Selon les résultats de l’enquête de terrain, la quantité de poissons pêchés quotidiennement pendant la saison le plus propice a une valeur moyenne de 26 000 FCFA. La recette minimale est de 100 000 FCFA. En une semaine, les poissons pêchés rapportent en moyenne 156 000 FCFA. Certains pêcheurs font des recettes de 250 000 FCFA, la valeur modale étant à moins de 40 000 FCFA. En un mois de pêche, le revenu cumulé des pêcheurs est de 624 000 FCFA. Chez quelques pêcheurs, le revenu mensuel est supérieur à 500 000 FCFA et atteint même un million de francs CFA chez d’autres. Mais, les revenus des pêcheurs ne sont pas stables en raison de nombreuses variations des recettes et de la différence de prix entre les espèces de poissons vendues. Les pêcheurs de crevettes, par exemple, ont des revenus souvent plus élevés que les autres pêcheurs. Une nasse de crevettes est vendue à 25 000 FCFA. Lorsqu’un pêcheur dispose de 200 nasses, son revenu peut atteindre 1 000 000 de FCFA. Lors de la basse saison, les revenus moyens (confrontés à la baisse de la production) sont respectivement en un jour, une semaine, un mois de 20 000, 120 000 et 190 000 FCFA.
Par ailleurs, les recettes de poissons pêchés ne reviennent pas totalement aux pêcheurs. Elles sont partagées entre les pêcheurs et les patrons, soit en nature, soit en numéraire. Généralement, le nombre de poissons est partagé en deux : une part pour le propriétaire de la pirogue et des filets, l’autre part pour le pêcheur. Ce partage de poissons est effectué après déduction d’une partie de poissons pour la nourriture. Cette échelle des revenus permet de distinguer dans les communautés des pêcheurs ceux qui sont pauvres (Biyumbi) de ceux qui sont riches et qui forment la classe des patrons propriétaires des pirogues et des filets.

3.6. Destinations des revenus dans les ménages

30L’argent obtenu après la vente de poissons dans la sous-préfecture de Madingo-Kayes est aussitôt affecté à diverses rubriques qualifiées de prioritaires à la survie. L’enquête sur cette question a permis de connaître les véritables destinations des revenus. L’analyse des dépenses des ménages montre que trois postes se distinguent très nettement des autres : l’alimentation (riz, foufou, en provenance de Pointe-Noire), de la santé et de la scolarité. Les chiffres avoisinent les 30 % des revenus dans les villages et 29 % de revenus dans les petites localités. Les dépenses relatives à l’habillement viennent en quatrième position avec près de (15 %) et les dépenses diverses notamment les événements sociaux à hauteur de (12 %). Les autres dépenses, notamment celles relatives aux voyages et à l’achat des intrants sont plus faibles (5 % à 6 %). Et finalement, l’épargne est très basse (2 %).

Conclusion

31La pêche artisanale pratiquée à Madingo-Kayes contribue considérablement aux moyens d’existence des habitants, en particulier des pêcheurs, en soutenant les niveaux des revenus et la possibilité de diversification de l’alimentation, dans une région où 65,7 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. La mise en place d’une réglementation adéquate s’impose pour répondre aux défis de la réduction et la disparition de certaines espèces de poisson dans les cours d’eau et fleuves de Madingo-Kayes.

32L’enquête réalisée sur la gestion durable des ressources halieutiques indique que les acteurs de la pêche artisanale à Madingo-Kayes sont prêts à abandonner les techniques et outillages archaïques de pêche utilisés pour s’orienter vers une pêche structurée, réglementée et à impact réduit. Les pêcheurs interpellent les pouvoirs publics devant l’urgence de s’orienter vers une stratégie dans la gestion durable des ressources aquatiques dans cette région qui dispose encore de généreuses potentialités hydrographiques et halieutiques.

Haut de page

Bibliographie

Bikouta-Mbongolo, A.B.J. (2003). Climat et agriculture au sud-est de plateau des cataractes, Mémoire de Diplôme d’Etudes Approfondis, Brazzaville, Université Marien Ngouabi.

Bikouta-Mbongolo, A.B.J. (2003). Climat et arboriculture fruitière à Boko-poste et ses environs, Mémoire de Maîtrise, Brazzaville, Université Marien Ngouabi.

Centre National des Statistiques et des Études économiques (2010). Le Recensement général de la population et de l’habitat, 2007. Brazzaville. Ministère de l’Économie, du Plan, de l’Aménagement du Territoire et de l’Intégration.

DSRPI (2001). Document de stratégie de réduction de la pauvreté intérimaire, Brazzaville, Comité national de lutte contre la pauvreté.

Jeune Afrique (2001). Atlas de la République du Congo, Paris, 2e édition Jeune Afrique.

Koumba, P. et P. Mpandou (2006). Contribution du secteur de la pêche et de l’aquaculture à la réduction de la pauvreté, Brazzaville, Contribution du secteur de la Pêche et de l’Aquaculture à la réduction de la pauvreté.

Loumeto, J.J. (1991). Données premières sur la végétation du sous-bois des Eucalyptus des sables côtiers du Congo, Brazzaville Université Marien Ngouabi, Département de Biologie et de Psychologie végétale.

Mamonekene, V. et G.G. Teugls (1993). Faune des poissons d’eaux douces de la réserve de biosphère de Dimonika (Mayombe Congo), Paris, UNESCO.

Missamba-Lola, A. P. (2005). Typologie et méthodes de réhabilitation des forêts secondaires et dégradées de Youbi (Région du Kouilou-Congo), Mémoire de Maîtrise, Brazzaville, Université Marien Ngouabi.

Samba kimbata, M.J. (2002). Rythme bioclimatique et comportement phénologique de la végétation en République du Congo, République du Congo, Brazzaville, In Annales de l’Université Marien Ngouabi. Vol.3.

Samba kimbata, M.J. (1978). Le climat Bas-Congo, Thèse 3e cycle, Dijon, Centre de recherche de climatologie, Université de Dijon.

Teugels, G.G. et V. Mamonekene (1991). Description d’une nouvelle espèce de Barbus (Piscies, Cyprinidae) du bassin du central du Kouilou (Congo) Cybruim, 16 (1) : 43-52.

Venetier, P. (1968). Pointe-Noire et la façade maritime du Congo-Brazzaville, Mémoire ORSTOM, n° 26.

Zinga, J.J. (1988). Étude de la forêt Aucoumea Klaineana et de son contact avec les savanes incluses en République populaire du Congo, Rennes, Thèse de doctorat, Université de Rennes I.

Haut de page

Notes

1 Le chef-lieu de la sous-préfecture de Madingo-Kayes s’appelle aussi Madingo-Kayes. C’est une communauté urbaine érigée en 2007 par un décret présidentiel.

2 Communauté économique et monétaire des États de l’Afrique Centrale.

3 Chemin de fer Congo Océan. Les travaux de construction du CFCO ont lieu entre 1921 et 1934.

4 Des bateaux de pêche qui peuvent détruire les filets lorsqu’ils débordent sur le rayon de pêche artisanale. Les vents forts, les risques de noyade et de pollution marine, etc. constituent des risques fréquents.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. District de Madingou Kayes
Crédits Source : Fond de carte CERGEC – 92, modifié par F.G. Kimbatsa, 2014
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10391/img-1.png
Fichier image/png, 143k
Titre Photographies 1 et 2. Pêche à la nasse sur le fleuve Kouilou non loin de l’embouchure avec l’océan Atlantique
Crédits Source : Cliché F.G. Kimbatsa, 2014.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10391/img-2.png
Fichier image/png, 366k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10391/img-3.png
Fichier image/png, 531k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francelet Gildas Kimbatsa, Gaspard Boungou et Damas Ngouma, « La pêche artisanale à Madingo-Kayes : entre subsistance et tentatives mercantiles  », Études caribéennes [En ligne], 35 | Décembre 2016, mis en ligne le 16 décembre 2016, consulté le 21 février 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/10391 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.10391

Haut de page

Auteurs

Francelet Gildas Kimbatsa

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Département de Géographie, Université Marien Ngouabi, B.P. 69, Brazzaville, République du Congo ; fkimbatsa@yahoo.com

Gaspard Boungou

Centre de Recherche sur des Sciences Sociales et Humaines (CRSSH), Cité Scientifique, Brazzaville, République du Congo ; gaspard_boungou@yahoo.fr

Damas Ngouma

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Département de Géographie, Université Marien Ngouabi, B.P. 69, Brazzaville, République du Congo ; dngouma@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org