Navigation – Plan du site
La plaisance : développement touristique vs protection du littoral?

Nautisme et tourisme : une convergence au bénéfice des territoires

Water Sports and Tourism: a Beneficial Merging for Territories
Nicolas Bernard

Résumés

Le tourisme et le nautisme ont longtemps été, chacun de leur côté, des leviers du développement territorial des régions littorales et intérieures. Progressivement, le rapprochement institutionnel, fonctionnel et commercial des deux activités a donné naissance à un « tourisme nautique » qui contribue à dynamiser les espaces concernés. L’objectif de cette contribution est de montrer comment, de cette synergie entre les deux domaines, sont nés des produits touristiques à fort pouvoir d’animation et de valorisation des territoires.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

tourisme, nautisme, territoire
Haut de page

Texte intégral

Introduction 

1Selon R. Knafou et M. Stock, le tourisme peut être défini comme « système d’acteurs, de pratiques et d’espaces qui participent de la “recréation” des individus par le déplacement et l’habiter temporaire hors des lieux du quotidien » (Knafou et Stock, 2013 : 1018). Caractérisé par la même organisation systémique, le nautisme est un terme générique qui associe des acteurs, des pratiques, des lieux et des représentations autour d’activités sportives ou récréatives se déroulant sur l’eau au moyen d’un support de navigation (Bernard, 2016). Nautisme et tourisme sont étroitement liés dans la mesure où les deux domaines revendiquent la même rupture provisoire avec l’espace, le temps et les activités du quotidien : le tourisme peut être nautique tout comme le nautisme peut être touristique. Leur alliance est désormais scellée par l’usage établi de l’expression « tourisme nautique », qui couvre une grande diversité de pratiques et d’approches.

2En quoi leur association est-elle utile aux territoires ? La réponse est aussi diverse que le nautisme est multiple : en tant que sport et loisir de nature, il répond à des attentes de plus en plus formulées par les clientèles touristiques. Il est devenu « produit d’appel » touristique, c’est-à-dire une offre d’activités que l’on met en avant et dont la région d’accueil cherche à se prévaloir. De fait, il y a dans le nautisme une certaine aptitude à séduire, qui se manifeste de deux manières étonnamment complémentaires et opposées : soit en incitant à la pratique ceux qui jugent l’activité accessible, soit en invitant à la contemplation et au rêve ceux qui la considèrent hors de portée. Le nautisme se donne à voir tout autant qu’il se pratique, ce qui fait sa force touristique. Au-delà du tourisme, cette capacité de séduction est mise en scène au service des territoires, de manière de plus en plus affirmée. Ainsi, le nautisme est tout autant regardé et affiché que pratiqué…

1. Le nautisme pratiqué : être acteur de l’activité

  • 1 Dès 1982, R. Chartier et G. Vigarello s’interrogeaient pareillement pour un autre domaine d’activit (...)

3Qu’y a-t-il de commun entre un skipper professionnel menant son multicoque sur toutes les mers du globe, un cadre supérieur naviguant en croisière sur son voilier, un retraité embarqué sur son canot à moteur pour une sortie de pêche-plaisance, un sportif de haut niveau s’entraînant à l’aviron sur un plan d’eau intérieur, un collégien assistant à une session de voile scolaire, un passionné de navigation traditionnelle tirant des bords sur une chaloupe sardinière ? Peu de points communs en effet, si ce n’est l’exercice d’un sport ou d’un loisir en contact avec l’eau1.

1.1. La déclinaison des pratiques nautiques

  • 2 Nous soulignons ici la distinction qu’il convient de faire entre les activités sportives, récréativ (...)

4Le nautisme recouvre des réalités très diverses : multiplicité des pratiques, large éventail des supports, variété des représentations (Bernard, 2006). « Il n’existe pas un, mais bien des nautismes, reflet parfait de la diversité des sensibilités et des aspirations des consommateurs, de l’histoire et des cultures des régions, voire même de nombreuses réglementations en vigueur » (AFIT, 2001). Nous proposons, dans la figure 1, une répartition des activités nautiques en sept grandes familles2, que nous distinguons selon le type de support et le mode de propulsion utilisés.

  • 3 La jauge brute est une mesure de la capacité (donc du volume) d’un bateau. Elle s’exprime en tonnea (...)
  • 4 La pêche-plaisance est une activité de pêche récréative réalisée depuis une embarcation le plus sou (...)

5La « plaisance », tout d’abord, est incontestablement le sous-groupe le plus consistant, à la fois par ses effectifs, par les équipements qu’il réclame (ports de plaisance, zones de mouillage, cales de mise à l’eau, etc.), par le marché économique qu’il représente, par ses impacts paysagers… Il concerne en premier lieu les flottilles de navires de plaisance (voiliers et bateaux à moteur) jaugeant plus de 3 tonneaux de jauge brute3, dont la taille complique la mise à l’eau et nécessite généralement une place à flot. Ce groupe comprend aussi des supports plus spectaculaires, mais de moindres effectifs, tels les yachts de grande plaisance. La pratique de la pêche-plaisance4 est très représentée dans cet ensemble.

Figure 1. Les activités sportives, récréatives et touristiques se pratiquant sur l’eau et dans l’eau

Figure 1. Les activités sportives, récréatives et touristiques se pratiquant sur l’eau et dans l’eau

6La « voile légère » rassemble quant à elle les pratiques nautiques utilisant des embarcations légères de type dériveurs ou catamarans de sport. C’est une des activités nautiques les plus structurées, au sein des centres nautiques et des écoles de voile. La planche à voile et ses dérivés (funboard) sont officiellement associés à cet ensemble (ils relèvent de la Fédération française de voile), mais nous choisissons ici de les rattacher plutôt aux sports de glisse, dont ils sont finalement plus proches dans la pratique et dans l’esprit.

7Les « embarcations propulsées par la force physique » concernent les activités nautiques se pratiquant sur des embarcations mues principalement par des rames ou pagaies ou avirons : pirogues, canoës, kayaks, yoles…

8Les « sports nautiques de glisse » composent une famille de sports nautiques bien connue, car bénéficiant d’une image très valorisante mêlant esthétique, sportivité et nature. On y trouve le surf et ses dérivés proches ou lointains (longboard, bodyboard, skim board, stand up paddle…), mais aussi des pratiques aéro-tractées comme le kite surf.

9Les « sports nautiques tractés mécaniquement » correspondent principalement au ski nautique et à ses dérivés (wakeboard, wakerkate), mais ils englobent aussi d’autres pratiques tractées comme le parachute ascensionnel nautique.

10Les « pratiques de plage assimilées à de la navigation » composent un groupe d’activités se pratiquant non pas sur l’eau, mais sur le sable, associées malgré tout au nautisme, car leur pratique s’apparente à de la navigation par la propulsion éolienne, les sensations sportives, les techniques de manœuvre. Le char à voile est l’activité de référence par son ancienneté et sa diffusion, mais d’autres pratiques lui ont succédé : speed sail (planche à voile sur roulettes), kitebubby (char à cerf-volant)…

11Enfin, les « engins à pédales » désignent le pédalo et ses dérivés : bateau à pédales, vélo aquatique, tricycle aquatique… Derrière l’image un peu désuète de cette pratique se cache en réalité un potentiel intéressant, en cours de valorisation : des pédalos sont ainsi utilisés aujourd’hui en Guadeloupe pour proposer aux touristes la découverte de la mangrove et de l’avifaune, à partir de ce vecteur stable, maniable et silencieux.

12La diversité des pratiques s’exprime aussi selon leur dépendance vis-à-vis des conditions naturelles : certaines activités en dépendent étroitement (le surf et la vague, la voile et le vent…), d’autres peuvent davantage s’en affranchir : le motonautisme en est sans doute la meilleure illustration. Notons enfin le caractère extrêmement évolutif de ces pratiques, qui alimente une offre constamment renouvelée, destinée à rencontrer une certaine demande sociale.

1.2. Vivre sa pratique nautique

13Le nautisme se décline en quatre dimensions principales : sport, loisir, art de vivre, tourisme. On pourrait aussi ajouter d’autres formes moins prégnantes : la dimension éducative (voile scolaire par exemple), le volet social également (le nautisme comme outil d’insertion). Mais nous en resterons ici à ses quatre principales dimensions. Pour certains, le nautisme est avant tout une famille de sports, pratiqués dans un cadre institutionnel (clubs, associations, établissements scolaires…). Selon le niveau de performance visé et le degré d’engagement personnel, il peut être professionnel ou amateur, de haut niveau ou plus modestement de découverte, de perfectionnement, bref un « sport pour tous ».

14De sport, le nautisme devient loisir sportif s’il s’affranchit de certains des caractères présentés ci-dessus, en particulier le strict respect des règles et l’esprit de compétition. Le sport nautique est alors pratiqué dans un objectif récréatif et d’épanouissement personnel.

15Pour le plus grand nombre de ses amateurs, le nautisme est un loisir sans prétention ni velléité sportive, où prime la recherche du plaisir, de la détente. Il occupe les temps libres, soit dans le temps et l’espace du quotidien, soit de manière occasionnelle dans le cadre d’un séjour touristique (une sortie en mer pendant les vacances par exemple). La pêche-plaisance, la promenade sur un plan d’eau ou en mer sont parmi les pratiques nautiques les plus courantes.

16Pour certains pratiquants, le nautisme est avant tout un art de vivre, c’est-à-dire une manière spécifique de vivre son existence, une philosophie de la vie en rupture avec la quotidienneté et certaines règles sociales. La démarche suppose le temps long (plusieurs mois, plusieurs années), beaucoup plus rarement une rupture définitive. Cet art de vivre peut revêtir différents aspects : il peut s’agir du choix du bateau comme résidence principale dans un port de plaisance ; cela peut concerner le surfeur qui s’engage dans une tournée des spots les plus emblématiques du globe ; cette rupture se manifeste également par le choix de certains d’entreprendre un long circuit de croisière qui peut les conduire à accomplir une traversée océanique ou un tour du monde à la voile. Enfin, le nautisme devient tourisme lorsqu’il motive directement la mobilité et le séjour hors des lieux du quotidien, soit pour pratiquer l’une des activités nautiques décrites précédemment, soit pour assister à une manifestation nautique.

2. Le nautisme regardé : l’évasion par procuration

17Si le nautisme est pratiqué, il est aussi regardé. Il compose dans ce cas un large éventail de représentations supports de l’imaginaire, du spectacle intimiste à l’attraction médiatisée.

2.1. Le nautisme comme animation et élément paysager

18Toutes les activités nautiques sont concernées, car elles bénéficient d’une image valorisante où se mêlent l’esthétique du geste et celle du cadre. Le spectacle offert engendre une attitude contemplative. Les témoignages à ce propos sont éloquents : « quand il y a 100 personnes qui naviguent, il y en a 1 000 qui regardent » (P. Duchêne, 1re conférence européenne « Nautisme espace atlantique », 27 octobre 2011) ; « la plage s’arrête de vivre pour me regarder », déclare sans ambages un kitesurfeur (cité par Theiller, 2010 : 307) ; à propos du surf : « ainsi se constitue un dispositif scénique, où les vagues sont la scène, la mer le décor, la plage à la fois les coulisses et les tribunes, rappelant le théâtre avec la frontalité de la scène et les regards tournés vers l’océan » (Augustin, 1995)…

19Dans les faits, le nautisme est un domaine d’activités plus rêvées ou admirées que pratiquées. Les bateaux qui composent le paysage d’un port de plaisance en font un lieu de promenade et d’animation, spectacle esthétique et social où le plaisancier lui-même est tantôt acteur, tantôt public (Bernard, 2000). Le visiteur et le plaisancier semblent proches, mais un monde les sépare, matérialisé par le quai et le ponton qui symbolisent le passage d’un univers à un autre (cf. Photographies 1 et 2). Enfin, le nautisme est regardé en tant que paysage : les bateaux de plaisance au mouillage ou sous voile composent un tableau représentatif de la « carte postale » de nombreux sites côtiers de France.

Photographies 1 et 2. Le port de plaisance de Honfleur

Photographies 1 et 2. Le port de plaisance de Honfleur

Comme dans la plupart des ports de plaisance, l’animation est permanente. Les visiteurs apprécient le spectacle des bateaux. Au moment de la levée de la passerelle permettant l’entrée et la sortie des bateaux, la foule se presse pour assister à ce ballet nautique.

Crédit : N. Bernard

20Cette plaisance « ordinaire » est toujours source de rêverie, mais par la compétition, l’animation atteint le niveau du « sport spectacle » ultra médiatisé (Bernard, 2014). Les événements sportifs drainent des flux considérables de spectateurs qui sont, dans l’immense majorité des cas, des personnes complètement étrangères au monde de la voile et du nautisme.

2.2. L’événementiel nautique, un temps fort touristique

21Il n’est pas besoin de pratiquer des activités nautiques, de connaître les règles et les jauges pour apprécier le spectacle d’une régate de dériveurs, d’un départ de course au large ou d’une compétition de canoë-kayak. Il s’agit bien d’un spectacle, avec son décor, sa mise en scène et ses acteurs. Les couleurs, les lumières, les perspectives sont magnifiées par l’environnement aquatique. Les manifestations sportives nautiques s’inscrivent en France dans un calendrier très chargé, mais elles ne suscitent pas toutes le même engouement. Nous évoquerons ici quelques exemples de notoriété internationale, en privilégiant le domaine de la course au large, le plus médiatisé.

22L’intégration des sports nautiques au sein de fédérations nationales et internationales conduit à l’organisation de rencontres selon des rythmes variables (annuels ou tous les 2, 3 ou 4 ans) qui concernent toutes les disciplines. Lorsqu’un territoire se voit confier l’organisation d’une compétition de haut niveau, les enjeux ne sont plus seulement sportifs : ils deviennent économiques et communicationnels. L’événement est porté par la région d’accueil, qui s’identifie à lui pour une durée plus ou moins longue. Ainsi, et pour ne citer que quelques exemples, les coupes du monde de canoë-kayak de 2009 et de 2012 à Pau, le « Mondial du vent » dédié au kitesurf et programmé tous les ans depuis 1998 à Port Leucate ou encore la Quiksilver Pro à Hossegor, compétition de surf organisée chaque année en septembre, sont autant de rendez-vous sportifs, touristiques et médiatiques qui génèrent une grande affluence.

23De toutes ces compétitions nautiques, ce sont les courses au large de voiliers (compétition nautique se déroulant suffisamment loin des côtes pour ne plus avoir que la mer comme horizon) qui mobilisent le plus l’attention du public et des médias. Elles-mêmes se déclinent en un grand nombre de compétitions nautiques et de défis océaniques, sur toutes les mers et tous les océans du monde. Elles portent en elles une dimension symbolique, faite de mythes et d’images fortes, et des valeurs humaines, philosophiques et esthétiques. On ne peut en comprendre le succès populaire sans considérer cette dimension. La course au large est un type de pratique sportive qui couvre un grand nombre de compétitions nautiques, sur tous les océans du monde. Certaines mettent en avant le travail des architectes navals dans des compétitions opposant des prototypes extrêmement perfectionnés, fruit d’études techniques très poussées et de l’utilisation de matériaux composites de dernière génération. D’autres courses mettent les skippers sur un plan d’égalité en imposant un monotype, et en faisant de la compétence nautique des navigateurs le paramètre décisif de la compétition (exemple de la Solitaire du Figaro).

24En matière de course au large, la suprématie britannique, de fait, s’est effacée au cours des dernières années au profit de la France, qui organise une demi-douzaine de transatlantiques pour toutes les catégories de bateaux et d’équipages, selon un rythme quadriennal (Route du Rhum), triennal (Transquadra Solo) ou biennal (AG2R, Mini Transat). Les courses autour du monde à la voile présentent d’autres caractères. Elles se déclinent en plusieurs options (en solitaire ou en équipage, avec ou sans escale…). Il convient de distinguer ici ces tours qui mobilisent plusieurs concurrents, des « records » qui n’engagent qu’un seul bateau à la fois et où le seul objectif est d’améliorer un record homologué sur la distance. Parmi ces tours du monde à la voile, le « Vendée Globe », tour du monde en solitaire, sans assistance et sans escale, organisé tous les quatre ans depuis 1989, est sans conteste le plus médiatique du fait même de sa démesure. Le départ de la course attire aux Sables-d’Olonne un nombre considérable de personnes : lors de la dernière édition, on estime à près d’un million le nombre de visiteurs présents au cours des trois semaines précédant le départ. Pour le secteur de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme plus généralement, il s’agit bien d’un événement majeur (cf. Photographie 3).

25Notons qu’à côté de ces tours du monde existe une multitude de courses au large proposant de faire le tour complet d’un territoire insulaire (Australie, Îles britanniques…) ou un circuit comportant des étapes le long d’un territoire (« Tour de France à la voile »). L’éventail des grands événements sportifs nautiques est donc fort large.

Photographie 3. La foule des visiteurs sur les pontons de Port Olonna aux Sables-d’Olonne lors du départ du Vendée Globe 2016

Photographie 3. La foule des visiteurs sur les pontons de Port Olonna aux Sables-d’Olonne lors du départ du Vendée Globe 2016

Crédit : N. Bernard, 05 novembre 2016

3. Le nautisme affiché : symboliques nautiques et marketing territorial

26Au-delà de la pratique nautique et du spectacle qu’il compose, le nautisme représente un secteur d’activités très porteur sur le plan communicationnel : il est riche de symboles et porteur de valeurs. C’est incontestablement un faire-valoir du territoire.

3.1. Le nautisme, porteur d’une image valorisante

27Les activités nautiques, sans doute parce qu’elles se déroulent dans le milieu aquatique, espace par nature peu familier, parfois hostile, mais support de rêve, sont associées volontiers à des valeurs humaines, où se mêlent confusément la liberté et l’aventure, la solidarité et l’esprit d’équipe, l’engagement et le courage… Dans un monde matérialiste, ces valeurs désintéressées trouvent un certain écho dans la population. Pour cette raison même, comble de l’ironie, elles sont récupérées puis intégrées dans les divers processus de communication et de marchandisation. Les images véhiculées par le nautisme servent aussi à promouvoir des destinations ou des structures touristiques (cf. Photographie 4).

28La notion de liberté est très souvent associée aux activités nautiques. La mer comme « dernier espace de liberté » est un poncif qui garde une étonnante vitalité, y compris dans les productions scientifiques. Il se décline également en « dernier espace d’aventure » (Josso, 2010) ou « dernier espace vierge » (Claval, 1997). En outre, on attribue au nautisme la faculté d’apporter aux individus un sentiment de plénitude ; il représente le bonheur et la douceur de vivre. De ce fait, de nombreux publicitaires, voyagistes ou groupes hôteliers exploitent régulièrement ce filon.

Photographie 4. Nautisme et affichage des valeurs

Photographie 4. Nautisme et affichage des valeurs

Le nautisme incarne beaucoup de valeurs ou de postures connotées positivement : découverte, aventure, dynamisme, esprit d’équipe, contact avec la nature… auxquelles le territoire cherche à s’identifier.

3.2. Le nautisme comme faire-valoir du territoire

29La promotion d’un territoire relève d’une science de la vente appelée marketing territorial. C’est le passage obligé pour tout acteur en charge du développement local et de la dynamique communicationnelle d’une portion d’espace. Le marketing territorial s’affirme comme une « stratégie discursive qui vise à créer une représentation idéalisée du territoire (…) » (Guibert, 2008 : 44). Pour être efficace, il doit pouvoir s’appuyer sur un certain nombre de caractères propres à l’espace concerné : accessibilité, qualité des infrastructures, niveau de formation du personnel, capacité à innover, etc. Parmi ces caractères figure en bonne place la qualité du cadre de vie à laquelle beaucoup d’entreprises sont sensibles, car elle permet d’attirer les cadres. Or, une fois encore, le nautisme peut répondre à ses attentes, dans la mesure où il est le reflet d’un savoir-faire (technologie, performance, innovation, matériaux composites…), d’une qualité de vie (activités en contact avec la nature, très appréciées des cadres supérieurs) et qu’il fournit, par l’entremise d’une médiatisation aisée, une caisse de résonnance profitable au territoire et à ses acteurs économiques. Dans un environnement très concurrentiel, le nautisme est un marqueur territorial fort que beaucoup de villes et de territoires mettent en avant pour séduire et se distinguer (Figure 2).

Figure 2. L’influence de la voile dans les logos de villes françaises

Figure 2. L’influence de la voile dans les logos de villes françaises

Un nombre considérable de villes françaises ont adopté un logo s’inspirant de la voile et du voilier. La voile est une image qui s’inscrit dans l’air du temps, alliant sportivité, aventure, qualité de vie, énergie douce, etc. Il est intéressant de noter que de grands ports militaires et/ou industriels ont choisi un symbole peu conforme à la réalité de leur économie maritime.

30La manière de communiquer sur le territoire par l’intermédiaire du nautisme mérite une analyse. Elle révèle deux attitudes particulièrement fréquentes : soit s’afficher comme étant le premier, et donc au-dessus des autres (« Le Finistère, premier territoire nautique de France », Ouest-France, 03.12.2013), soit s’imposer comme une évidence, un fait établi et indiscutable (« Région Basse-Normandie, terre de nautisme » - stand salon nautique de Paris, 2013 ; « Cavalaire, le nautisme par excellence » - communication ville de Cavalaire), voire comme une rente de situation (« La vague est là » - communication commune de Seignosse).

31Le sportif d’exception est toujours sollicité dans le marketing territorial et le nautisme ne fait pas exception à la règle. Le skipper local est au cœur de la démarche promotionnelle du territoire. Parfois, on amplifie la résonnance en mobilisant le nom d’autres champions n’ayant pas d’attache avec la région. Brest a développé une communication très ambitieuse en s’attribuant des records qui ne sont pas forcément le fait de skippers locaux. Peu importe, l’hommage est là, et la performance est associée à la ville qui rend cet hommage (cf. Photographie 5).

Photographie 5. Nautisme, performance et communication

Photographie 5. Nautisme, performance et communication

Depuis quelques années, Brest s’affiche comme le « port des records ». Le tout récent record de Thomas Coville (Cliché Meyer D.) dans son tour du monde en solitaire sans escale (bouclé le 24 décembre 2016 en 49 jours 3 heures 7 minutes 38 secondes) contribue à renforcer l’image d’une cité propice à l’exploit, à la performance, mais aussi à la haute technologie…

32Le sponsoring des courses au large et des grands événements nautiques est un moyen désormais classique de promouvoir une région, en vantant ses mérites, ses qualités, son esprit d’entreprise. Si la victoire est au rendez-vous, le retour sur investissement (car c’est bien de cela qu’il s’agit) est garanti. Sinon, le simple fait de participer sans même prétendre à la victoire est déjà un levier communicationnel efficace. Les territoires sont moins présents dans le sponsoring des courses autour du monde et des transatlantiques sans monotypie, en raison du coût extrêmement élevé des bateaux et des énormes budgets nécessaires au fonctionnement d’une écurie de course au large. Ils s’effacent devant les grands groupes bancaires ou industriels qui disposent de budgets de communication autrement plus conséquents. Mais tout n’est pas perdu pour les territoires, pour peu qu’un skipper « local » finisse sur le podium. C’est alors une opportunité de marketing territorial autour de l’exploit du champion, qui devient l’ambassadeur de son port d’attache, de sa ville de naissance, de son territoire de vie. Le navigateur qui a fait de la course au large son métier est vu comme un être d’exception, qui incarne précisément la performance dans toutes ses dimensions : technique, mentale et physique. Il est invité, consulté, exhibé. Les élus s’efforcent de capter une part de son aura en s’affichant à ses côtés ; il joue le jeu, car son exploit place le nautisme au cœur des préoccupations du moment, et c’est toute la filière qui en bénéficie. La médiatisation est aussi et surtout pour le skipper le sésame du sponsoring, sans lequel il ne pourrait exercer ni son métier ni sa passion. L’exploit sportif nourrit la médiatisation qui elle-même appelle la performance selon un processus désormais bien rodé. Après Éric Tabarly, ambassadeur de niveau international, mais trop taiseux pour devenir une icône médiatique telle que les communicants la conçoivent aujourd’hui, d’autres navigateurs ont mesuré l’avantage qu’ils pouvaient tirer des médias et de la communication. Aujourd’hui, la nouvelle génération de skippers est rompue à l’exercice : ils maîtrisent l’interview autant que les techniques de navigation. Ces « solitaires » savent se montrer disponibles, loquaces, voire cabotins, face à la caméra, car l’image donnée est le carburant de la filière course au large.

  • 5 Voir à ce sujet « Du bon usage de sportifs “exemplaires” dans la fabrication politique de nouvelles (...)

33Les territoires sollicitent les navigateurs à des fins promotionnelles et commerciales, comme cela se fait dans les grandes stations de sports d’hiver avec les sportifs de haut niveau : tous veulent s’attacher les services d’un « champion », au sens historique et sportif du terme. Du coup, leur nom est immanquablement associé à un lieu : Michel Desjoyeaux à Port-la-Forêt, Franck Cammas à Lorient, Isabelle Autissier et Marc Thiercelin à La Rochelle, Christophe Auguin à Granville, Loïck Peyron à La Baule, Olivier de Kersauzon5 à Brest, etc. Pour justifier l’argent versé par les collectivités, une part conséquente de leur activité consiste à représenter le territoire d’appartenance ou d’adoption : ils parrainent des initiatives locales, participent à diverses manifestations, répondent à toutes sortes de sollicitations. En retour, le territoire leur rend hommage, individuellement ou collectivement.

34Par son caractère onirique, la course au large dispose d’un pouvoir de séduction à l’égard du public et des médias que n’ont pas malheureusement les autres activités nautiques, ou à de très rares exceptions. Le culte de la personnalité voué aux skippers victorieux n’a son pareil dans aucune autre activité nautique, même parmi les champions de surf. Il faut s’appeler Tony Estanguet, être auréolé de trois titres de champion olympique de kayak (2000, 2004 et 2012) et être de surcroît doté d’une personnalité attachante pour pouvoir rivaliser avec les icônes médiatiques de la course au large. Né à Pau, Tony Estanguet « devient ressource du modèle territorial, symbolisant la réussite d’un jeune “du pays” dans les sports d’eaux vives » (Coulom, 2014 : 339).

35La communication portée par ces champions est non seulement tournée vers l’extérieur du territoire, comme l’indique l’usage du mot « ambassadeur », mais elle est aussi à destination de la population locale : leurs exploits apportent un sentiment de fierté partagé et peuvent aider à la reconversion identitaire de l’espace de vie. La démarche aboutit pleinement lorsqu’elle donne naissance à un « esprit de territoire » comme il existe un esprit d’équipe.

36Par sa puissance évocatrice, le nautisme intervient aussi dans le positionnement des destinations, dès lors qu’il s’agit de vendre une région d’accueil. Dans ce cas, la communication touristique s’empare de l’imaginaire de l’espace et l’associe à l’imaginaire manifeste ou latent du message de communication (Boyer et Viallon, 1994). Le procédé n’est pas nouveau : le rôle de l’image dans la pratique touristique et le choix des destinations est étudié depuis longtemps déjà (Miossec, 1977). De nombreuses destinations touristiques jouent sur cette distinction que représente le nautisme. Il permet de se hisser au — dessus de l’offre « ordinaire » ou de s’illustrer par rapport à des prestations comparables. Le cas de la pratique du surf, proposée dans plusieurs secteurs géographiques de la côte aquitaine, en est l’illustration (cf. Photographie 6). Le schéma départemental du tourisme des Landes inclut ainsi la valorisation de la filière surf, perçue comme un vecteur de « positionnement concurrentiel différenciateur » (Falaix, 2012 : 424).

Photographie 6. Le nautisme pour promouvoir une destination et un territoire

Photographie 6. Le nautisme pour promouvoir une destination et un territoire

La photographie, l’art de la mise en scène, le sens de la formule, l’humour sont mobilisés pour faire de la destination quelque chose d’unique

Crédit : Région Aquitaine

4. Le nautisme, une composante complexe de l’offre touristique

  • 6 Selon une enquête de l’AFIT (2002, p. 12), au moment de choisir le séjour touristique, le site est (...)

37Le nautisme est devenu une composante de l’offre touristique, bien visible sur le marché, mais dont il ne faudrait pas surestimer l’impact. En effet, la pratique d’une activité nautique est rarement le motif du départ en vacances et du choix de la destination6, y compris pour des activités très ciblées et « porteuses » comme le surf.

4.1. Vers un « tourisme nautique »…

38Le nautisme devient tourisme lorsqu’il génère un déplacement dont il est la principale motivation : on pourrait parler alors de tourisme nautique. Il entre dans les temporalités touristiques (nuitées, saisonnalité...) et intègre les caractères propres au tourisme, notamment l’immersion dans un environnement hors du quotidien. Il peut dans ce cas prendre différents visages selon l’offre touristique : stages d’initiation, randonnées nautiques, location de matériel ou d’embarcations, participation à un événement nautique, comme nous l’avons vu précédemment.

39Les diverses pratiques et approches du nautisme peuvent donner lieu à des hybridations qui ouvrent de vastes champs d’analyse. Ainsi, A. Escadafal distingue le « touriste sportif » du « sportif touriste » (Escadafal, 2002) : le premier fera des activités sportives sur le lieu touristique qu’il aura choisi pour d’autres critères prioritaires (par exemple, un peu de planches à voile pendant un séjour en Corse), tandis que le second choisira sa destination touristique d’abord et avant tout en fonction des activités sportives qu’il pourra y pratiquer (par exemple, un séjour à Hossegor pour une pratique intensive du surf). Dans le cas du nautisme, il est permis d’affirmer que le « touriste sportif » l’emporte largement sur le « sportif touriste » : la pratique nautique, quand elle existe lors du séjour touristique, relève alors davantage de l’activité de loisir occasionnelle que d’une pratique sportive planifiée et intensive. Au demeurant, les différentes dimensions du nautisme peuvent se retrouver dans une seule et même activité (la voile par exemple, ou encore le kayak), qui peut être considérée tantôt comme un sport (performance, compétition), tantôt comme un loisir (promenade, agrément), un art de vivre (éloge de la lenteur, rapport à la nature) ou une pratique touristique (moyen original de découvrir une région).

40Une distinction importante s’opère au sein même des catégories précédemment identifiées, relevant du mode de pratique de ces activités nautiques. Une part minoritaire de ces pratiques s’inscrit dans un cadre officiel, institutionnel, réglementé et structuré (associations, clubs, fédérations…). Une part majoritaire se déroule de manière autogérée (Sayeux, 2008). Ces pratiques sont parfois qualifiées de « libres » ; en réalité, la liberté, en loisir comme dans d’autres domaines de la consommation, n’est jamais totale, l’individu ou le groupe étant plus ou moins conditionné pour adopter, consciemment ou non, tel ou tel type de comportement et d’usage (Bellefleur, 2002).

4.2. Le nautisme dans le séjour touristique

41Dans la plupart des régions, les activités nautiques sont considérées comme un plus de l’offre de loisirs. Elles complètent avantageusement la palette touristique, composent une « touche » naturelle et sportive qui donne au territoire sa coloration. Une fois le visiteur rendu à destination, la tentation de pratiquer des activités nautiques peut se manifester. C’est plutôt à ce stade que le nautisme joue un rôle, en tant que loisir sportif pratiqué occasionnellement dans le cadre d’un séjour touristique. En fait, deux types de clientèles peuvent être distinguées : celle des passionnés de sports nautiques et le « grand public ». Pour les premiers, la pratique d’une activité nautique peut être la motivation principale du séjour et/ou un critère de choix de la destination. Quant au néophyte, il aura tendance à consommer lors de son séjour une prestation nautique (séance de voile, location d’un kayak) comme il le ferait de n’importe quelle autre activité touristique ou ludo-sportive (visite d’un site, promenade en vélo…). Les débutants représentent un réservoir de clientèle important que les professionnels de la filière ne peuvent négliger. Différents stratagèmes sont mis en œuvre pour les mettre en confiance. Le Comité départemental du tourisme du Finistère propose depuis 2013 sur son site internet des vidéos de 90 secondes intitulées « j’ai testé pour vous » qui mettent en scène une jeune femme s’essayant à différentes activités nautiques dans plusieurs lieux du département. Elle annonce d’entrée qu’il s’agit de son premier cours. La séance d’initiation, sous la conduite d’un moniteur attentif et bienveillant, est introduite par la présentation des équipements de sécurité (brassière, casque) et de confort (combinaison). La présence permanente du moniteur et le caractère finalement très accessible de la pratique sont soulignés. Le cours se termine par un bilan bien sûr positif qui insiste sur le caractère ludique de l’expérience. Le produit se décline en cinq activités nautiques : voile, char à voile, planche à voile, kayak de mer, pêche en mer.  

42Les offices de tourisme, à l’échelle des stations, ont également un rôle éminent à jouer pour favoriser le rapprochement entre l’offre nautique et la demande touristique. Or, ils ont longtemps négligé le nautisme, par méconnaissance du produit et par dépit face au manque de cohésion des prestataires. Ils doivent maintenant s’efforcer de mieux diffuser l’information sur les activités nautiques proposées localement et de faciliter les modalités d’accès à la pratique.

43Ceci montre bien le rôle stratégique des acteurs institutionnels du tourisme, aux différentes échelles territoriales, vis-à-vis du secteur nautique. D’autres acteurs peuvent intervenir en ce sens, comme l’UCPA (Union nationale des centres de plein air). L’association dispose de l’agrément tourisme depuis 1992 et c’est l’un des rares grands prestataires associatifs nationaux proposant à ses adhérents-vacanciers un large panel d’activités nautiques (Dorvillé et Bouhaouala, 2006). Les acteurs privés doivent aussi être sensibilisés aux enjeux du nautisme (pour les prestataires touristiques) et du tourisme (pour les prestataires nautiques). Il n’est plus concevable que dans une même station, les hébergeurs ignorent l’offre nautique et qu’à l’inverse, les loueurs de bateaux méconnaissent celle des hébergements. Le manque de culture touristique chez les uns et nautique chez les autres pénalise l’ensemble des acteurs économiques. Il revient aux responsables territoriaux de plaider en faveur d’un véritable tourisme nautique, à l’image de ce qui se fait au sein du réseau « France station nautique » (34 stations labellisées en France en 2015), regroupant les acteurs nautiques, touristiques et institutionnels locaux.

Conclusion 

44Le secteur du tourisme, perpétuellement à la recherche d’un élargissement de l’offre et de la clientèle, intègre volontiers certaines activités sportives aux aptitudes touristiques, dont le nautisme est une parfaite illustration. Il joue un rôle de premier plan dans la valorisation touristique des territoires par la diversité des produits qu’il propose. Les mobilités induites par le nautisme sont polymorphes et elles se déclinent à toutes les échelles, selon une saisonnalité qui n’est pas forcément calquée sur le calendrier touristique ordinaire. Concernant ces mobilités, il est certes difficile de nier les effets d’un certain tropisme « naturel » (la mer, le lac, le fleuve) ou « culturel » (le port, la station) inhérent aux lieux du nautisme, mais la part des attentes et des intentions des individus dans le choix de la destination touristique ou du territoire de vie reste primordiale.

45Le nautisme est donc un levier marketing extrêmement efficace lorsqu’il s’agit de faire émerger un produit ou une destination touristique d’un océan d’offres et de sollicitations commerciales. La puissance évocatrice du nautisme est instrumentalisée pour servir des objectifs commerciaux qui ne se cantonnent pas au secteur du tourisme : le nautisme est convoqué pour vendre des services bancaires, des parfums ou des produits laitiers. C’est l’art de susciter des besoins de consommation grâce à l’image d’une pratique réputée s’en affranchir. Dans les faits, n’en déplaise à quelques nostalgiques, le nautisme est bel et bien devenu au fil du temps un produit de consommation comme un autre, pensé, conçu et commercialisé pour rencontrer sa clientèle. Et c’est une affaire qui marche plutôt bien…

Haut de page

Bibliographie

AFIT (2001). Le tourisme nautique : pour un développement local coordonné, coll. Les cahiers de l’AFIT, 114 p.

AFIT (2002). La valorisation touristique des ports de plaisance, coll. Les cahiers de l’AFIT, 87 p.

Augustin J.-P. (1995). Sport, géographie et aménagement, Paris, Nathan université, 254 p.

Bellefleur M. (2002). Le loisir contemporain : essai de philosophie sociale, Sainte-Foy, Presses universitaires du Québec, 192 p.

Bernard N. (2000). Les ports de plaisance, équipements structurants de l’espace littoral, Paris, L’Harmattan, 126 p.

Bernard N. (dir.) (2006). Le nautisme : acteurs, pratiques et territoires, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 332 p.

Bernard N. (2014). « Les courses au large : défis océaniques, marqueurs territoriaux », dans A. Miossec (dir.) Géographie des mers et des océans, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Didact Géographie : 205-224.

Bernard, N. (2016). Géographie du nautisme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 341 p.

Boyer, M. et P. Viallon (1994). La communication touristique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » n° 2885, 126 p.

Claval, P. (1997). Cité par M. Roux. L’imaginaire marin des Français. Mythe et géographie de la mer, Paris, L’Harmattan, coll. Maritimes, 220 p.

Chartier, R. et G. Vigarello (1982). Les trajectoires du sport. Pratiques et spectacle, Gallimard, Le Débat 1982/2, n° 19 : 35-58.

Coulom, J.-C. (2014). La dynamique structurante des sports de nature en milieu urbain : le cas palois, Pau, université de Pau et des Pays de l’Adour, thèse de doctorat de géographie, 406 p.

Dorvillé, C. et M. Bouhaouala (2006). « La place des sports outdoor dans le développement touristique de la région Nord–Pas-de-Calais », Territoire en mouvement, 3-2006 : 3-13.

Escafadal, A. (2002). « Tourisme sportif et stations touristiques », Territoires et pratiques sportives, Sud-Ouest Européen, revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, n° 13 : 101-104.

Falaix, L. (2012). Les Sports de nature dans le département des Landes : du développement maîtrisé à la mobilisation d’une « ressource territoriale », Paris, A. Colin, Annales de Géographie n° 686, 2012-4 : 410-432.

Guibert, C. (2008). « Événements sportifs et collectivités locales : des préoccupations surtout médiatiques », Événements sportifs et tourisme, Espaces, tourisme et loisirs, n° 256, février 2008 : 41-44.

Josso, S. (2010). L’habitation du voilier de plaisance en croisière familiale. Anthropologie d’un espace et des gouvernementalités en jeu, université de Bretagne occidentale, thèse de doctorat d’ethnologie, 1149 p.

Knafou, R. et M. Stock (2013). « Tourisme », dans J. Lévy, M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin : 1018-1021.

Le Roy, N. (2005). « Du bon usage de sportifs “exemplaires” dans la fabrication politique de nouvelles identités : Olivier de Kersauzon préfigurateur d’un Brestois entrepreneur et singulier », Montagnes Méditerranéennes, n° 22 : 47-53.

Miossec, J.-M. (1977). « L’image touristique comme introduction à la géographie du tourisme », Paris, A. Colin, Annales de géographie, 473 : 55-70.

Sayeux, A.-S. (2008). « Surf autogéré contre surf fédéral : deux idéaux en lutte », Revue européenne de management du sport, n° 21 : 43-47.

Theiller D. (2010). « Le kitesurf, processus d’innovation au sein d’une pratique sportive », dans J. Corneloup, P. Mao (dir.), Créativité et innovation dans les loisirs sportifs de nature, L’Argentière-La Bessée, Éd. du Fournel : 295-315.

Haut de page

Notes

1 Dès 1982, R. Chartier et G. Vigarello s’interrogeaient pareillement pour un autre domaine d’activités sportives : « Un cyclotouriste et un coureur du “Tour” ont-ils encore aujourd’hui quelque point commun ? » (Chartier, Vigarello, 1982 : 51).

2 Nous soulignons ici la distinction qu’il convient de faire entre les activités sportives, récréatives et touristiques du nautisme, objet de notre étude (en jaune sur le schéma), et celles relevant des activités aquatiques et subaquatiques d’une part et des produits touristiques de la croisière d’autre part. Par ailleurs, l’hybridation de certaines pratiques nouvelles conduit à les classer dans deux catégories à la fois, comme le stand up paddle ou le wave ski (kayak de vagues), à la fois sports de glisse et engins maniés avec une pagaie.

3 La jauge brute est une mesure de la capacité (donc du volume) d’un bateau. Elle s’exprime en tonneaux de jauge brute (tjb), 1 tjb correspondant à 2 832 m3.

4 La pêche-plaisance est une activité de pêche récréative réalisée depuis une embarcation le plus souvent motorisée et dont les produits de capture n’entrent pas dans un circuit de commercialisation.

5 Voir à ce sujet « Du bon usage de sportifs “exemplaires” dans la fabrication politique de nouvelles identités : Olivier de Kersauzon préfigurateur d’un Brestois entrepreneur singulier » (Le Roy, 2005).

6 Selon une enquête de l’AFIT (2002, p. 12), au moment de choisir le séjour touristique, le site est le premier critère retenu par la clientèle (90 % des réponses), bien avant le choix de l’activité (10 %).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les activités sportives, récréatives et touristiques se pratiquant sur l’eau et dans l’eau
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photographies 1 et 2. Le port de plaisance de Honfleur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10505/img-2.png
Fichier image/png, 932k
Légende Comme dans la plupart des ports de plaisance, l’animation est permanente. Les visiteurs apprécient le spectacle des bateaux. Au moment de la levée de la passerelle permettant l’entrée et la sortie des bateaux, la foule se presse pour assister à ce ballet nautique.
Crédits Crédit : N. Bernard
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10505/img-3.png
Fichier image/png, 775k
Titre Photographie 3. La foule des visiteurs sur les pontons de Port Olonna aux Sables-d’Olonne lors du départ du Vendée Globe 2016
Crédits Crédit : N. Bernard, 05 novembre 2016
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Photographie 4. Nautisme et affichage des valeurs
Légende Le nautisme incarne beaucoup de valeurs ou de postures connotées positivement : découverte, aventure, dynamisme, esprit d’équipe, contact avec la nature… auxquelles le territoire cherche à s’identifier.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10505/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2. L’influence de la voile dans les logos de villes françaises
Légende Un nombre considérable de villes françaises ont adopté un logo s’inspirant de la voile et du voilier. La voile est une image qui s’inscrit dans l’air du temps, alliant sportivité, aventure, qualité de vie, énergie douce, etc. Il est intéressant de noter que de grands ports militaires et/ou industriels ont choisi un symbole peu conforme à la réalité de leur économie maritime.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10505/img-6.png
Fichier image/png, 162k
Titre Photographie 5. Nautisme, performance et communication
Légende Depuis quelques années, Brest s’affiche comme le « port des records ». Le tout récent record de Thomas Coville (Cliché Meyer D.) dans son tour du monde en solitaire sans escale (bouclé le 24 décembre 2016 en 49 jours 3 heures 7 minutes 38 secondes) contribue à renforcer l’image d’une cité propice à l’exploit, à la performance, mais aussi à la haute technologie…
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10505/img-7.png
Fichier image/png, 723k
Titre Photographie 6. Le nautisme pour promouvoir une destination et un territoire
Légende La photographie, l’art de la mise en scène, le sens de la formule, l’humour sont mobilisés pour faire de la destination quelque chose d’unique
Crédits Crédit : Région Aquitaine
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10505/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Bernard, « Nautisme et tourisme : une convergence au bénéfice des territoires », Études caribéennes [En ligne], 36 | Avril 2017, mis en ligne le 15 avril 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/10505 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.10505

Haut de page

Auteur

Nicolas Bernard

Université de Bretagne occidentale, laboratoire Géoarchitecture EA2219, Maître de conférences HDR de géographie, nicolas.bernard@univ-brest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org