Skip to navigation – Site map
Compte-rendu de lecture

Géographie du nautisme

Michel Desse
Bibliographical reference

Bernard, N. (2016). Géographique du nautisme, Coll. Espace et Territoires, Presses Universitaires de Rennes, 341 pages, ISBN : 978-2-7535-4921-0

Full text

1Quand la mer n’est plus nécessaire pour parcourir le Vendée Globe en course virtuelle, ou pour battre des records de surf sur les bassins à vague de Las Vegas…, s’interroger sur le nautisme, ses pratiques et ses aménagements devient nécessaire. Avec sa « géographie du nautisme » publié en 2016 aux Presses Universitaires de Rennes dans la collection « espace et territoires », Nicolas Bernard nous fait part de vingt-cinq ans de recherches consacrées en partie au nautisme.

2L’ouvrage s’organise en quatre parties qui correspondent aux domaines de prédilection du chercheur, l’approche épistémologique des sciences humaines qui ont traité du nautisme, jusqu’aux jeux d’acteurs et les aménagements les plus spécifiques. Les nombreuses illustrations permettent d’organiser et de classer ce qui relève du nautisme, une famille de sports et de pratiques protéiformes. Des chorèmes étayent l’analyse des bassins de navigation et des territoires du nautisme. La comparaison fonctionnelle de la station de ski et de la marina intégrée est très éclairante. De même, les cartes, surtout centrées sur la France, les photographies et les images, parfois du marketing territorial, renforcent un texte particulièrement clair et porté par une très belle plume. La bibliographie est à la hauteur de l’ensemble et propose en 37 pages un panorama complet du corpus mobilisé au fil des pages.

3Dès l’introduction, les cadres épistémologiques sont posés, le territoire, le nautisme, la pratique permettant d’aborder rapidement le corps du sujet. La première partie « le nautisme comme objet d’étude : conceptualisation sociétale et scientifique » s’ouvre sur l’émergence des pratiques nautiques dans une perspective géohistorique et sociologique. Les déclinaisons du nautisme permettent de comprendre les différentes formes des pratiques nautiques, de la plaisance, de la voile légère, des sports de glisse, des pratiques tractées mécaniquement. Cette classification présente le grand mérite de ne pas être exclusive. Ainsi les nouvelles pratiques et sports à venir pourront certainement y être classés. Ainsi, si une majorité de ces pratiques nautiques concernent les littoraux et les espaces marins, d’autres intéressent les rivières et les lacs, et certaines sont mixtes comme le paddle ou le kayak. Le nautisme apparaît dans ses quatre dimensions de sport, de loisir, de tourisme et d’art de vivre.

4Nicolas Bernard dresse ensuite l’état de l’art des travaux en sciences humaines et en géographie sur le nautisme. Souvent abordé, il est rarement au cœur des analyses géographiques et il faut attendre les années 1990 pour que les premières thèses abordent et se spécialisent sur le sujet. N Bernard apparaît ainsi en précurseur. La question du rapport à l’espace et surtout au territoire est au cœur de la recherche proposée, « les spatialités nautiques peuvent se constituer en territorialités nautiques ».

5La seconde partie traite des territoires de la petite échelle des littoraux français à la territorialité quasiment intime du bateau. Certaines régions, comme l’archipel des Glénan et sa célèbre école ou le littoral aquitain, qui prend sa revanche grâce au surf ou aux activités nautiques sur les étangs rétro littoraux, constituent des exemples marquants de « merritoires » nautiques, objectifs, mais aussi forts de représentations idéelles, supports d’identités, de groupes s’identifiant à un territoire, acteurs de territorialisation nautique. Nicolas Bernard aborde aussi les temporalités de ces espaces appropriés et finalement les zones de partage entre pratiquants et autres usagers.

6Ces territoires sont aussi aménagés, parfois jusqu’à créer une parcelle de mer dans les stades aquatiques, parfois en partie maîtrisés comme les stades nautiques océaniques parcourus en des temps records par les bolides des mers. Nicolas Bernard présente une typologie des mouillages et ports de plaisance et pose le devenir de ces structures ; faut-il toujours construire de nouveaux ports de plaisance ou au contraire, requalifier des ports de pêche moribonds ou d’autres espaces industriels, portuaires ou militaires ?

7Dans sa troisième partie, l’auteur croise le nautisme au développement local. L’industrie du nautisme anime certains littoraux du sud de la Bretagne ou de la Vendée. L’image du navigateur solitaire ou au contraire celle de l’équipage uni dans l’effort et la tempête, et, plus largement, les valeurs associées au nautisme sont porteuses de représentations positives et utilisées en marketing territorial pour la promotion touristique. Dans ces conditions, la course au large, la compétition de surf, le rassemblement de vieux gréements constituent une caisse de résonnance permettant parfois des retombées économiques significatives.

8La dernière partie tente de montrer des voies de recherche en devenir, d’ouvrir de nouvelles réflexions en croisant les approches. Comment passer d’une gestion communale des ports à un projet de territoire ? Comment renforcer le tourisme durable et le nautisme durable ? Certes, les ports de plaisance comme les plaisanciers ou les surfeurs, parfois organisés en véritables associations écologiques, ont fait des efforts, mais de nombreux progrès restent à entreprendre pour sensibiliser aux bons gestes. Nicolas Bernard montre comment les labels, les chartes de bonne conduite environnementale peuvent avoir des retombées positives. Le tout dernier chapitre aborde la problématique socioculturelle, le problème des bateaux ventouses, qui ne sortent plus en mer ou qui sont utilisés à d’autres usages comme la location de bateaux à quai. Ces pratiques apparaissent alors que les demandes de places augmentent et qu’il manque des anneaux de mouillage. Le nautisme partagé, l’utilisation des réseaux sociaux pourraient apporter leur part de solution.

9Au total, cette géographie du nautisme de Nicolas Bernard est une synthèse très complète, fruit d’une longue réflexion et d’une maîtrise des territoires du nautisme qui ouvre de véritables pistes de recherche et de réflexion.

Top of page

References

Electronic reference

Michel Desse, « Géographie du nautisme », Études caribéennes [Online], 36 | Avril 2017, Online since 15 April 2017, connection on 22 October 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/10510

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Top of page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org