Navigation – Plan du site
Compte-rendu de lecture

Voyager dans les confins, de l’Insulinde à la Patagonie, avec Franck Michel

Olivier Dehoorne
Référence(s) :

Franck Michel (2015). En route pour la Patagonie, Éditions Livres du monde, ISBN : 2919117270.

Franck Michel (2016). Cap sur l’Indonésie orientale, Éditions Livre du monde, ISBN : 2919117297.

Texte intégral

1En route pour la Patagonie et Cap sur l’Indonésie orientale sont deux recueils de chroniques qui invitent à l’exploration des confins et ouvrent la réflexion sur les mutations rapides de ces territoires longtemps ignorés, mal connus, où l’inéluctable désenclavement ouvre ces ultimes recoins aux voyageurs et aux touristes.

2Dans le prolongement de ses dernières publications : Du voyage et des hommes. Désir d’ailleurs revisited (2013), qui propose un socle de réflexion sur l’anthropologie du voyage, et des essais successifs consacrés à l’Indonésie et à Bali, Franck Michel explore des confins, des espaces singuliers en voie d’intégration touristique à des degrés divers. Rappelons, comme se plait à le souligner l’auteur que « le voyage commence là où s’arrêtent nos certitudes. Voyager, c’est apprendre à douter, à penser, à contester. En abolissant les frontières de l’inconnu, voyager c’est partir pour oser défier la banalité du quotidien, le confort rassurant, les habitudes séculaires. Le voyage, c’est le passage de soi à l’autre, le pont d’un monde à l’autre. Le voyage invite au désir de l’altérité autant qu’à celui de l’ailleurs » (2013 : 13).

3Ces deux livres proposent une suite de chroniques dans lesquelles l’auteur introduit dans leurs dimensions historiques, géographiques, sociologiques, ces espaces et interroge les choix de développement, les enjeux touristiques et les défis politiques, croisant allègrement trois styles et modalités d’écriture : anthropologiques, littéraires et journalistes.

4Cap sur l’Indonésie orientale propose une aventure maritime, au rythme de dix chroniques (176 pages), entre les îles et rivages de l’Insulinde, avec les célèbres « îles aux épices », des îlots méconnus (tels ceux autour de Banda), les convoitises croissantes autour des ressources d’îles gigantesques (comme la Nouvelle-Guinée). Après avoir présenté quelques clés de compréhension d’ordre historique et culturel de la Papouasie occidentale et de l’archipel des Moluques, l’auteur présente le quotidien de ces territoires fragmentés, lointains (souvent à plus de 2000 km de la capitale indonésienne). Ce « Far East indonésien » archipélagique. Dans cette zone de turbulences au devenir incertain, l’auteur s’intéresse aux populations silencieuses que sont les papous, entre les convoitises des géants miniers internationaux (attirés par le cuivre et l’or) et une culture qui fait l’objet d’une folklorisation croissante. Quelques portraits de ces populations oubliées permettent de prendre la mesure de cette diversité culturelle méconnue avec les Dani et les Yali (sédentaires), les Asmat (semi-nomades), les Korowai (nomades). Le périple se poursuit vers les îles Moluques : l’île de Buru, entre bagne et ruée vers l’or, le quotidien d’Ambon et de Banda, des perles oubliées des Moluques tel l’archipel karstique des Raja Ampat, et se termine avec la rencontre des Badjo, les derniers nomades de la mer, entre vie et survie.

5En route pour la Patagonie est un essai sur la Patagonie chilienne (38 chroniques, 418 pages). L’auteur précise qu’il ne s’agit pas « d’une étude exhaustive sur la culture ou sur l’histoire, ni d’un essai ethnologique sur les nomades ou ce qu’il en reste, ni une analyse sociologique sur le tourisme dans la région. Il a indéniablement un peu de tout cela dans ce livre, mais mon attention était d’abord d’en faire un ouvrage informatif, engagé, argumenté ». De Puerto Montt à Puerto Natales, l’ouvrage propose des tribulations anthropologiques autour du voyage et sur les traces des nomades au sud du Chili. L’idée est de découvrir la Patagonie différemment, « autrement » que sous la seule forme d’une classique promotion touristique. L’auteur saisit des instants du quotidien, croise l’histoire et les souvenirs, partage les rencontres et les témoignages : le charme discret d’une Patagonie oubliée de la région d’Aysén, les archipels patagoniens, la route australe et les villes de Coyhaique, La Junta, Puerto Montt, « des cités carrefours ou dortoirs où tout le monde passe et où personne ne s’arrête ». L’île de Chiloe entre « passé singulier, présent imparfait et futur pluriel », la ville de Castro en pleine mutation, la bourgade germanique de Puyuhuapi qui s’ouvre au tourisme, l’incontournable glacier de Queulat, Quellon, les archipels des Guaitecas et des Chonos et les nomades de la mer. Puntas Arenas, Raul Marin Balmaceda, la route australe… « La route australe qui pénètre les confins territoriaux, où dominent les éléments naturels et les passions humaines qui se trouvent sur son chemin », à travers l’histoire et le quotidien des Mapuches, de leurs multiples sous-groupes avec leurs distinctions ethnique et linguistique : les Huilliches, les Chonos, les Selk’am, les Tehuelches, les Yagan…

6La Patagonie est une destination à la mode, un nouvel eldorado pour le tourisme où tout s’accélère, de la pêche à la croisière, de Chacabuco et au glacier San Rafael, « la Patagonie spectacle », avec la quête de confins ultimes, de Puerto Gaviota à Puerto Aguirre, de Puerto Cisnes à Puerto Aysén, Puerto Tranquilo, l’isthme d’Ofqui, Tortel, Puerto Eden, un enfer pour les derniers Kaweskar, un paradis perdu à la fin de Terre. Vaste territoire à découvrir dans toute sa complexité et sa richesse, « la Patagonie fascine au-delà de la raison » : « quand on est loin, on en rêve ; quand on n’y est, on la vit ; quand on n’y reste, on la subit. Mythe et exotisme croissent sur le mode fascinant ou extravagant de la transgression et surtout du travestissement de la réalité ».

7Franck Michel propose des pistes pour un tourisme repensé, à la mesure des défis de la Patagonie et lance des pistes exploratoires sur « les anciens ou nouveaux nomades et utopistes ». La Patagonie apparaît tel « un paradis pour les transfuges, pour les opportunistes comme pour les utopies, pour les fuyards aussi ». « La terre de Patagonie n’est pas à prendre, mais à comprendre. Un lieu également idéal pour s’abandonner. N’est-ce pas précisément ce qui caractérise cette “destination non touristique” ? Un espace d’oubli, où l’on peut se cacher, se replier ».

8Les récits de voyage de ces essais se nourrissent des paysages traversés, des hommes rencontrés, de l’histoire et de la culture des sociétés, avec un regard critique sur les choix de développement et des défis politiques renouvelés. Anthropologue des voyages, Franck Michel s’adresse au voyageur désireux de découvrir ces confins. Il conseille de « s’armer de patience et de modestie, sinon le rêve exotique risque de se transformer très vite en cauchemar insurmontable » et rappelle que « les voyageurs sont des jouisseurs, des chasseurs, des prédateurs, ils recherchent constamment des proies nouvelles et des images chocs sinon choquantes. Il faut rapporter des trophées, des souvenirs, des thèses, des carnets de voyage ». Il l’invite à découvrir ces lieux « sans se transformer en découvreur prédateur, de les apprécier sans les juger, de les chérir quelquefois sans jamais chercher à les conquérir ».

Haut de page

Bibliographie

Michel, F. (2013) Du voyage et des hommes. Désirs d’ailleurs revisited. Édition livre du monde.

Michel, F. (2016). En route pour l’Indonésie. Chroniques culturelles autour d’un archipel émergent, Editions Gope.

Michel, F. (2013). En route pour Bali. Chroniques d’un paradis en mutation, Presses de l’Université de Laval, Québec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Dehoorne, « Voyager dans les confins, de l’Insulinde à la Patagonie, avec Franck Michel », Études caribéennes [En ligne], 36 | Avril 2017, mis en ligne le 15 avril 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/10751

Haut de page

Auteur

Olivier Dehoorne

Université des Antilles, Maître de Conférences, dehoorneo@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org