Navigation – Plan du site
Hors dossier

Le développement touristique et l’occupation des espaces littoraux : quelles enjeux pour les territoires de la Petite Côte sénégalaise ?

Tourism Development and Occupation of Coastal Areas: What Concerns the Territories of the Senegalese Petite Côte?
Mamadou Diombera

Résumés

Cet article s’intéresse aux nouveaux usages et usagers du littoral de la Petite Côte sénégalaise. Il vise à mettre en évidence la dynamique territoriale actuelle de la station balnéaire de Saly Portudal et à analyser les mutations socioéconomiques et environnementales qu’elle entraîne. Les limites des politiques actuelles en matière de gestion du littoral imposent des prises de décisions urgentes et plus complexes, sur la base d’un partenariat élargi en vue d’inscrire les effets de ces politiques dans la durée.
L’étude s’appuie sur une enquête réalisée au niveau de trois communes littorales, à savoir Saly Portudal, Somone et Nianing. À partir d’une quinzaine d’entretiens semi-directifs réalisés auprès de différents acteurs et usagers de cette portion du littoral, un questionnaire a été construit autour des caractéristiques sociodémographiques de ces derniers, de leurs pratiques et de leurs perceptions des risques côtiers. Il en ressort que les différents usages de l’espace littoral sont liés aux différentes expériences des populations concernées. Dès lors, la question centrale réside dans l’évaluation des conséquences de l’expansion de la station de Saly Portudal au détriment des quartiers traditionnels environnants, et dans la compréhension des multiples dimensions des conflits d’usage qui en découlent.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Petite Côte
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La mise en valeur touristique de la Petite Côte sénégalaise, à partir des années 1970, a généré de nombreuses infrastructures accompagnées de vastes programmes d’aménagement. Ces aménagements conçus dans l’optique d’un tourisme de masse ont modifié la physionomie et l’économie de ce territoire rural (Deprest, 1997 ; Diop, 1986 ; Diouf, 1987 ; Diallo, 1997 ; Diagne, 2001 ; Dehoorne et Diagne, 2008). Des espaces dits traditionnels, au regard de leur diversité, leur authenticité et leurs importantes aménités naturelles et culturelles, sont devenus une destination prisée de touristes nationaux et de résidents étrangers en quête de plaisirs exotiques divers (Dehoorne, 2006 ; Furt et Michel, 2011).

2Dans ces conditions, le tourisme, perçu comme un véritable outil d’aménagement du territoire (Subra, 2007), a entraîné des bouleversements considérables et des transformations majeures qui se traduisent par des conflits potentiels d’usages et d’intérêts entre différentes catégories d’acteurs (Diop, 1986 ; Urbain, 1994 ; Cazes et Courade, 2004). Ces conflits sont essentiellement cristallisés autour de l’appropriation des ressources, de l’interprétation et de la représentation stéréotypée de la fonction des sites traditionnels emblématiques et mythiques (Diop, 1986 ; Lageiste, 2009, Sarrasin, 2013 ; Sarrasin et Renaud, 2014).

3Des hameaux traditionnels aux quartiers résidentiels, la fonction agricole a brusquement disparu au profit d’activités de services liées au tourisme international de masse qui s’étendent sur domaine public maritime (Diombéra, 2010, 2015) et exacerbent les inégalités socioéconomiques entre populations locales et populations étrangères (Cazes, 1992 ; Cazes et Courade, 2004 ; Timothy, 2008).

4Dès lors, après plus de quatre décennies de pratiques touristiques, il convient de proposer un regard analytique sur l’évolution et le développement de cette portion du littoral sénégalais qui porte des germes de déstructuration complexes. À cet effet, l’étude privilégie une approche interdisciplinaire qui combine les démarches de la géographie sociale et des sciences politiques. Elle se nourrit également d’approches complémentaires intégrant différentes échelles spatiales et temporelles de manière à décrire et comprendre le fonctionnement et l’évolution des écosystèmes côtiers. Sous ce rapport, l’étude vise une meilleure compréhension systémique du territoire côtier, des interdépendances et des interactions entre les activités économiques littorales et l’aménagement.

5Dans cette perspective, l’analyse est articulée en trois temps. D’abord, il s’agit de faire un diagnostic en profondeur de la situation du développement touristique et des jeux d’acteurs qui en découlent. Puis, l’accent est mis sur les processus d’accélération des formes urbanistiques et des concurrences spatiales. Enfin, l’étude souligne les limites spatiales du processus urbanistique et les perspectives de structuration des milieux littoraux de la Petite Côte sénégalaise.

1. La Petite Côte : dynamiques touristiques et occupations foncières

  • 1 La Société d’Aménagement de la Petite Côte (SAPCO) créée en 1975. Elle se dénomme aujourd’hui Socié (...)

6La Petite Côte, au cours de la période 1960-1980, s’est positionnée dans le champ du tourisme en combinant des pratiques internationales et nationales, essentiellement de week-end. C’est dans ce cadre que fut décidée l’adoption du plan d’aménagement de Saly, sous l’égide de la Société d’Aménagement de la Petite Côte (SAPCO)1. Cette dernière a été chargée par l’État, à travers une convention générale signée le 29 août 1977, de poursuivre la mise en valeur des sites prioritaires de cette zone littorale suivant le schéma directeur rendu exécutoire par décret n° 76 840 du 24 juillet 1976. L’objectif était de faire du tourisme une voie majeure de développement socioéconomique de la Petite Côte. Cette ambition s’est traduite en 1977 par la création de la station touristique de Saly Portudal.

1.1. Le littoral de la Petite Côte

Figure 1. La localisation de la Petite Côte (Sénégal)

Figure 1. La localisation de la Petite Côte (Sénégal)
  • 2 Elle est subdivisée en quatre secteurs : de Minam à Somone, de Somone à Nianing, de Nianing à Joal, (...)

7Située sur la façade atlantique du Sénégal, la Petite Côte s’étend de Minam (Bargny) à Djifère2. Ce secteur littoral s’étire sur 155 kilomètres et la largeur du domaine maritime couvre cinq à dix kilomètres à l’intérieur des terres. Cette côte appréciée pour la douceur de son climat est un lieu de villégiature réputé qui a suscité très tôt l’intérêt des élites sénégalaises et des militaires français qui y construisirent des résidences secondaires pour des pratiques récréatives de fin de semaine (Diop, 1986 ; Diallo, 1997 ; Diagne, 2001). Les emprises touristiques se concentrent sur environ 90 kilomètres de rivage, depuis Bargny jusqu’à Joal-Fadiouth et se composent d’une vingtaine de villages et de zones urbaines de Mbour et de Joal-Fadiouth.

1.2. La construction de la station de Saly Portudal

8La station de Saly Portudal se situe à quatre-vingts kilomètres de Dakar et à cinq kilomètres de la ville de Mbour (cf. figure 2). Elle couvre une superficie de 620 hectares. Elle est limitée au Nord par la presqu’île du Cap-Vert et au Sud par la latitude 14 ° 54 Nord. Le secteur nord est composé de côtes à falaises jusqu’à la Somone, tandis que la partie sud est dominée par une côte sableuse qui se termine par une zone de lagunes.

Figure 2. La station de Saly Portudal et sa périphérie

Figure 2. La station de Saly Portudal et sa périphérie

9Le village de Saly Portudal, ancien comptoir portugais, a fait l’objet d’un plan d’aménagement le transformant en station balnéaire à vocation internationale à partir de 1977. Cet aménagement s’appuie sur le schéma directeur d’aménagement touristique élaboré en 1972 par le bureau d’études Henri Chaumette. Cette station balnéaire, érigée sur le site d’un ancien village de pêcheurs, vit au rythme d’une dynamique immobilière soutenue avec la construction de plusieurs projets touristiques structurants qui la transforment en un centre urbain moderne. Saly Portudal est l’une des localités du Sénégal dont la croissance démographique est des plus soutenues. La population actuelle avoisine 30 000 habitants.

1.3. Un secteur immobilier un plein essor

10Les constructions immobilières sont en plein essor. Il s’agit essentiellement de résidences en copropriété, qui disposent de services collectifs, et des résidences en multipropriété.

Photographie 1. La résidence Les Amazones à Saly Niakh Niakhal

Photographie 1. La résidence Les Amazones à Saly Niakh Niakhal

Source : Auteur, 2015

11Les résidences secondaires vendues en copropriété sont constituées d’unités immobilières dont les services sont assurés par une société de gestion. Ces services comprennent généralement l’entretien des appartements et la gestion des équipements communs comme les piscines, les jardins, les courts de tennis et les salles de sports. Les propriétaires utilisent ce type de résidence secondaire soit pour eux-mêmes, soit pour la location. Quant aux résidences secondaires multipropriété, communément appelées propriété « spatio-temporaire » ou à « temps partagé », elles correspondent à des logements de vacances divisés en périodes, généralement d’une semaine ou de quinze jours. Chaque période de séjour est vendue séparément.

12Les propriétaires de résidences principales développement également à côté de leur habitation principale des résidences supplémentaires destinées à la location. Ce phénomène d’urbanisation diffuse, avec la construction de villas privées, contribue à la densification de l’espace bâti sur le secteur littoral. Mais, il est difficile d’un connaître leur nombre en raison de la situation anarchique qui règne autour de leur construction et des fausses déclarations concernant leur finalité. Il en résulte des concurrences spatiales exacerbées dans ce territoire convoité où les constructions immobilières variées, aux perspectives lucratives, s’étendent.

2. Urbanisation touristique et concurrences spatiales

13La Petite Côte est le support d’une multitude de fonctions dont la promiscuité engendre irréversiblement des tensions entre les acteurs (Clauzel, 2011). Le développement, la diversification et l’intensification des usages de l’espace côtier ont remis en cause les modes d’organisation qui prévalaient jusqu’alors et suscité des tensions et conflits (Hiernaux, 2006 ; Dehoorne et Diagne, 2008,).

14La mise en valeur de la Petite Côte met en jeu diverses catégories d’acteurs ayant des valeurs culturelles diverses et logiques d’occupation de l’espace variées et antagonistes (Torre & Caron, 2002 ; Breton, 2006). La dimension géopolitique du tourisme doit être soulignée, comme le rappelle Béatrice Giblin (2007 : 74) lorsqu’elle qualifie le tourisme de « phénomène mondial, activité concernant des lieux précis aux caractéristiques particulières et pouvant faire l’objet de projets de développement contradictoires, les intérêts des uns ne rencontrant pas forcément les intérêts des autres […] où chacun a une représentation de la valeur des lieux ». L’aménagement touristique est un important facteur d’urbanisation de la Petite Côte qui engendre des mutations spatiales caractérisées par la croissance de l’espace bâti. Le processus d’urbanisation est linéaire, avec des zones touristiques spécialisées sans véritable centre. Il s’est construit en deux phases : la première correspond à l’implantation des premières unités hôtelières internationales qui a marqué l’entrée de cette zone dans le tourisme international de masse, la seconde phase correspond à l’apparition des premières résidences secondaires qui ouvrent une nouvelle dynamique immobilière dans cette localité (Diombéra, 2010).

2.1. L’accélération des constructions touristiques

15La mise en tourisme du littoral de la Petite Côte engagé est engagée dans les années 1970 sous l’action de l’État, avec la mission interministérielle d’aménagement, qui consacre la naissance de la station de Saly Portudal. Mais cette mission met également en réservation des espaces non aménagés qui sont aujourd’hui des objets importants de convoitise (Diop, 1986 ; Diouf, 1987).

16La station de Saly Portudal compte actuellement plus de 109 unités touristiques composées de 17 hôtels et 92 résidences secondaires, auberges et campements pour un total officiel de 1 358 lits touristiques répartis entre 714 chambres ; la fréquentation annuelle est évaluée à près de 300 000 visiteurs.

17Les résidences secondaires s’imposent dans le paysage touristique de Saly au début des années 2000. Cette nouvelle offre touristique est très consommatrice d’espace. Les habitations varient de 42 m² à 180 m², avec des terrasses couvertes de 25 à 40 m². L’architecture de type occidental vise à promouvoir un tourisme haut de gamme. Les « bungalows » sont mis en location (entre 315 et 650 euros par semaine) ou en vente (de 122 000 à 230 000 euros) par des promoteurs multinationaux.

18L’introduction de nouvelles formes d’habitat au niveau de la Petite Côte contribue à un mitage accéléré de l’espace, avec des incidences négatives sur l’organisation de l’espace touristique et des offres hôtelières. Cette diffusion urbaine non contrôlée pèse également les écosystèmes fragilisés. Dans ces conditions, il est indispensable d’anticiper ces conséquences écologiques (de prendre la mesure de ces coûts) et les conflits d’usages. Les zones littorales ont été, de tout temps, un lieu éminemment de développement économique (Duhamel et Knafou, 2003 ; Cabasset-Semedo, 2007). L’attrait de ces terres croît et les convoitises s’intensifient avec l’intrusion du tourisme de masse (Hillali, 2003 ; Dehoorne, 2006) et des résidences secondaires, dont la portée heuristique reste grande (Matteucci et Beyer, 2009 ; Vles, 2004).

2.2. Des processus de fermeture et d’exclusion spatiale

  • 3 C’est un groupe ethnique spécialisé dans la pêche et l’agriculture traditionnelles.
  • 4 C’est un groupe ethnique spécialisé dans l’élevage de transhumance.

19La dynamique spatiale qui s’opère dans le cadre du processus de mise en tourisme du littoral ne va pas de soi (Jobert, 1998), car elle entre en opposition avec des représentations et des pratiques de l’espace (Gravari-barbas et Veschambre, 2004). Ce milieu littoral qui, dans un passé récent, n’était occupé que par quelques populations autochtones, généralement des Lébous3 sédentaires et Peulhs4 migrants, fait l’objet aujourd’hui d’une ruée sans précédent. Cette recomposition spatiotemporelle autour d’une monoactivité touristique est d’autant plus préoccupante qu’elle pose une véritable problématique de planification opérationnelle de l’occupation du domaine littoral et de la gestion durable de ses ressources naturelles.

20Aujourd’hui, l’activité touristique apparaît comme un phénomène moderne (Cohen, 1994, Cazes et Courade, 2004) qui encourage une production de la culture occidentale (Michel, 1998 ; Cazes, 1992 ; Hillali, 2003 ; Dutertre, 2006) et provoque des dégradations croissantes du littoral du fait des constructions de résidences de vacances sur les rives des estuaires et des lagunes.

21Des unités touristiques sont construisent dans les quartiers autochtones par des investisseurs privés. Les terroirs traditionnels, d’une manière générale, les terres de parcours du bétail, les pêcheries, les sécheries de poissons, les champs et les vergers sont devenus soudainement de hauts lieux de réjouissance et d’affaires au cœur de toutes les convoitises (Diombéra, 2010). En perdant ainsi des portions vitales de leurs terroirs, les populations autochtones font l’objet d’une exclusion progressive qui les conduit vers une inéluctable paupérisation (Dutertre, 2006 ; Dehoorne et al., 2013 ; Dehoorne, 2013).

  • 5 La loi n° 86-2 du 3 janvier 1986 dite loi Littoral est née de l’excès de la politique de développem (...)

22Dans ces conditions, le nouveau principe d’aménagement repose sur le maintien des clôtures face à la mer en vue d’isoler les bâtiments et dégager de l’espace privé. C’est dans ce contexte que les propriétaires de résidences outrepassent la règle en édifiant de grands murets de clôture pour protéger leurs domaines sans respecter des cadres référentiels de l’organisation de l’espace et des dispositions réglementaires prévues en la matière par le Conservatoire du Littoral5. C’est dans ce contexte que Dehoorne (2006 : 43) souligne qu’avec la privatisation des espaces naturels à des fins touristiques « des portions de front de mer se ferment, des enclaves hôtelières se greffent au littoral, des îlots de richesse et de surconsommation s’imposent à des populations dépourvues ». Des paysans et des pêcheurs au revenu modeste, séduits par la promesse d’une richesse soudaine, bradèrent leurs terres afin d’acquérir des biens de consommation qui leur étaient jadis inaccessibles, mettant ainsi en péril leur unique moyen de subsistance. Dans de nombreux cas, les terres vendues à des promoteurs transnationaux, sur la base de leur valeur agricole, sont revendues ensuite au prix immobilier des marchés occidentaux.

23Entre inflation et spéculation immobilière, la population locale est exclue du marché (Cazes, 1984). L’arrière-pays devient le refuge des populations locales à faible revenu, mise à l’écart d’un bord de mer urbanisé qui s’internationalise. La sphère résidentielle prend une place prépondérante et tend à devancer l’activité touristique proprement dite. Dans ce contexte, le tourisme balnéaire classique, des premiers temps, est lui-même confronté aux pressions foncières générées par la forte demande d’espaces à vocation résidentielle. Dans cette zone, et de façon générale, au moins deux catégories d’usagers se configurent en fonction de l’usage de la terre (Clauzel, 2011). Sacrée pour les uns, marchandise pour les autres, la terre qui renferme une valeur symbolique se situe au cœur de conflits opposant des groupes aux modèles socioéconomiques et culturels différents accompagnés de logiques d’usages spécifiques (Knafou, 2000).

2.3. Les enjeux environnementaux

24L’aménagement du littoral est à l’origine d’une urbanisation portée par le tourisme et de nouvelles formes pratiques résidentielles accélèrent l’artificialisation des côtes (Gravari-Barbas et Veschambre, 2004). Les deux tiers de la population sénégalaise vivent sur le littoral. Les pressions sont très fortes sur les écosystèmes. Ces milieux sont confrontés aux pressions croissantes qui résultent de l’occupation illégale du domaine public maritime et de sa privatisation, de l’expansion urbaine et des empiétements sur les habitats naturels, des aménagements touristiques non respectueux de normes environnementales et de la surexploitation des ressources vivantes autour des villes et des villages côtiers. Cette situation tend à diminuer les ressources marines et plus durablement la destruction des biotopes côtiers, marins et sous-marins (Dehoorne et Saffache, 2008). Il en résulte un appauvrissement généralisé et accéléré de la biodiversité.

25Source d’une richesse naturelle et culturelle unique, l’espace littoral est fortement convoité. La concentration croissante de la population et les pressions des activités économiques contribuent irrémédiablement à son artificialisation. L’urbanisation participe à sa dégradation, l’imperméabilisation des sols renforce les phénomènes de pollution des côtes par les eaux pluviales. Dans cette perspective, la densification des urbanisations touristiques peu contrôlées, la superposition et l’entremêlement des usages ressources, anciens et renouvelés, ont de lourdes conséquences sur les plans écologique et social. Au regard de ces pressions croissantes, il est impératif de poser urgemment les bases d’une gestion intégrée du littoral.

3. Périphérisation et fragilisation de l’espace naturel

26Les mutations accélérées de l’occupation de l’espace sous les pressions des nouvelles pratiques touristiques et résidentielles sont sources de conflits qui revêtent une dimension préoccupante dans le secteur de la Petite Côte sénégalaise.

27Le développement tourisme « classique » (Breton, 2016), qui a prévalu jusqu'alors, privilégie la satisfaction des désirs des visiteurs sans prendre en les particularismes territoriaux de la région, ni les relations entre des acteurs aux intérêts divergents et parfois en contradictions avec les perspectives imposées par le choix de l’économie touristique. Le tourisme est entendu comme un vecteur civilisateur et modernisateur (Timothy, 2008). Mais, il est indispensable de prendre en considération à la fois « le visiteur et sa culture » et « le visité et sa culture » (Cohen, 1979 ; Nash, 1981) afin de construire un environnement propice aux transactions sociales et culturelles. Dans les faits, le tourisme balnéaire et les activités récréatives de plage ne font pas partie de la culture des autochtones ; il en résulte une certaine forme de complexe à l’idée d’investir ce type de pratique aux côtés des « Blancs ». Cette situation alimente la ségrégation raciale sur les littoraux touristiques.

3.1. Le déplacement et l’exclusion des populations locales

28D’un point de vue socioculturel, le tourisme se présente souvent comme une invasion pacifique et non innocente du territoire d’accueil (Michel, 1998 ; Spataro, 2000). Depuis la création de la station balnéaire de Saly Portudal, six nouveaux quartiers ont vu le jour. Il s’agit de Saly Golf, Saly Extension, Saly Station, Saly Carrefour, Saly Aérodrome et Saly Médine. Actuellement, l’urbanisation s’étend sur toute la périphérie, à savoir Mbour, Somone, Ngaparou, Nianing et Warang. Les constructions de résidences secondaires privées qui se multiplient de manière anarchique entretiennent une inflation foncière. Les espaces des vies les plus anciens, les moins inscrits dans l’économie marchande, sont précarisés et la discorde grandit entre la communauté autochtone, les nouveaux investisseurs et les néo-résidents fortunés.

29Dans le prolongement de la ville touristique de Saly Portudal, des stations balnéaires de troisième génération se sont multipliées à la Somone, à Mbodiène et à Pointe Sarène. Mais l’accaparement de ce milieu littoral, devenu « désirable », s’est très rapidement traduit par ce que Rouillard a comparé à une véritable « colonisation » ou ghettoïsation (Cazes, 1984), articulée autour de ces nouveaux quartiers résidentiels clos (Le Goix, 2003). Cette nouvelle forme de marquage et d’appropriation de l’espace côtier et de ses ressources se traduit formellement par l’adoption quasi systématique d’un plan répétitif de quadrillage fermé, centré sur l’intérêt exclusif que les promoteurs portent aux relations entre station et plage et, corrélativement, au final, un total désintérêt pour l’arrière-pays et ses populations.

30Dans ces lieux investis par le tourisme (MIT, 2002), il s’opère le passage d’un type d’habitat de type villageois à un habitat et des modes de vie de type urbain. Les villas modernes, opulentes, et les hôtels balnéaires s’opposent à l’habitat traditionnel et s’imposent formes architecturales. La vue sur la mer s’impose, les pieds dans l’eau sont appréciés. Comme le souligne Alain Corbin, les rivages sont tout juste « désensauvagés » et « démythifiés » (1988 : 76) font l’objet d’un intérêt aussi soudain que spectaculaire. À l’image de la Petite Côte sénégalaise, ces « territoires du vide » d’hier, sont aujourd’hui au cœur de l’urbanisation touristique.

3.2. Les contraintes socioéconomiques : entre l’inflation et l’économie informelle

31Les différents territoires qui composent les espaces périphériques de la station font l’objet du même engouement rappelant ce que Didier Massurier (1998 : 58) qualifie de « topophilie des villégiatures » qui rythme la vie de Saly Portudal. Les transactions spéculatives ne cessent de faire grimper le prix d’achat des parcelles côtières passant de 120 €/m2, il y a une quinzaine d’années, à 480 € aujourd’hui (Diombéra, 2010). Derrière cette mutation apparaît un « système productif du tourisme » (Violier, 1999) qui fonctionne comme un effet déstabilisateur qui oblige les habitants à quitter le cœur de Saly pour s’installer à l’intérieur des terres.

32Portée par l’accroissement des demandes immobilières et touristiques, l’urbanisation s’étire sur le littoral, sans plan d’aménagement. La dérégulation du secteur touristique, au début des années 1990, a ouvert le marché aux multiples acteurs et investisseurs privés (Jaurand, 2005). Les constructions de résidences secondaires participent à la privatisation progressive de la frange littorale qui relève du domaine public à travers et aggrave l’érosion côtière dans un contexte de changement climatique.

  • 6 Les résidences Plein Sud, Tropical et Marina construites aux voisinages des hôtels Savana, Bougainv (...)

33Les enjeux liés à l’implantation des résidences secondaires sont peu clairs et portent sur plusieurs risques comme la banalisation des lieux, la déstructuration des complémentarités fonctionnelles locales et l’appauvrissement des relations sociales de proximité. Le secteur informel de la parahôtellerie concurrence directement celui de l’hôtellerie (dont les taux d’occupation sont estimés autour de 32 %). Les résidences voisinent avec les hôtels internationaux qu’elles concurrencent directement6. Elles emploient des jeunes peu qualifiés. Les populations locales, peu éduquées, sont cantonnées à des emplois informels, non salariés en qualité de gardien, cuisinier(ère), femme de ménage ou jardinier. Ces emplois n’offrent aucune perspective, car les personnes sont embauchées ou licenciées au gré de leurs employeurs et font face à toute sorte d’agression de leur part. Sur le plan économique, les locations de villas, qui apparaissent comme un secteur « informel », agacent les professionnels de l’hôtellerie déplorent cette concurrence déloyale aux services aléatoires qui ternissent l’image de la destination. L’internet facilite le développement des réservations directes, et localement, il existe des démarchages directs des clientèles des complexes hôteliers au profit des maisons d’hôtes. Cette économie parallèle représente une perte de recettes fiscales et de taxes de séjour pour l’État et les collectivités locales.

Conclusion

34Les évolutions de l’activité touristique traduisent des effets de mode et des conquêtes de territoires en mutation continuelle et suscitent des conflits croissants dans l’occupation ou simplement le libre accès à la mer (Duhamel & Knafou, 2003). Après quarante années d’existence, la station de Saly Portudal constitue un terrain d’observation exceptionnel sur lequel l’impact à long terme d’un projet d’aménagement touristique peut être évalué avec un recul conséquent, par-delà les phénomènes de mode ou l’évolution des pratiques sociales. Cette station représente aussi un cas d’école qui reste d’actualité, tant il est vrai que gérer le littoral c’est avant tout organiser les activités, gérer la demande touristique et les pressions qui s’y exercent. Conjoncturellement, l’activité touristique dominante dans cette région a, par son ampleur, porté un rude coup à l’économie traditionnelle.

35Dès lors, dans des perspectives de structuration, il est indispensable d’anticiper les difficultés et éventuels conflits d’usages et concurrences spatiales. Au niveau de la Petite Côte qui inclut autant la côte elle-même que son arrière-pays à savoir l’hinterland, l’occupation de l’espace sous forte pression touristique exacerbe les divergences entre les acteurs eux-mêmes d’une part, mais aussi entre acteurs et usagers d’autre part et engendre de multiples conflits. Pourtant, derrière ces oppositions parfois violentes, les acteurs partagent les grands axes d’un développement idéal du territoire, d’où l’intérêt de définir la politique d’aménagement et de gestion du littoral dans le cadre d’une gestion intégrée des zones côtières.

Haut de page

Bibliographie

Ba, O.N. (2002). « Tourisme à Fatick : Les résidences préoccupent les investisseurs nationaux », Le Soleil, mardi 31 décembre.

Breton, J. M. (2006). « Tourisme, culture et environnement. Une problématique identitaire ? », in Ch. Gagnon et S. Gagnon (dir.), L’écotourisme entre l’arbre et l’écorce, PUQ : 43-71.

Breton, J-M. (2016). Droit et politique du tourisme, Dalloz Juris Corpus, 718 p.

Cabasset-Semedo, C. (2007). « Initiatives locales, politique nationale et organisations internationales : les enjeux du tourisme au Timor oriental », Hérodote, 4 (127) : 178-189.

Cazes, G. (2005). « Le désir, dimension trop occultée dans la recherche géographique. Considérations à partir du tourisme », Géographie et cultures, (53) : 122-130.

Cazes, G. (1992). Tourisme et Tiers Monde, un bilan controversé, Paris, L’Harmattan, 207 p.

Cazes, G. (1984). Tourisme enclavé, tourisme intégré : le grand débat de l’aménagement touristique dans le tiers-monde, Centre des Hautes études touristiques, Aix-en-Provence.

Cazes, G. et G. Courade (2004). « Les masques du tourisme », Revue Tiers Monde, XLV (178) : 247-268.

Clauzel, C. (2010). « Entre patrimoine, tourisme et agriculture : difficulté d’un choix de gestion dans un espace multifonctionnel. Application aux chinampas de Xochimilco (Mexique) », Cybergeo : European Journal of Geography, URL: <http://cybergeo.revues.org/23733>.

Cohen, E. (1979). ‘Rethinking the Sociology of Tourism’, Annals of Tourism Research, 6(1):164–182.

Cohen, E. (1994). ‘Contemporary Tourism – Trends and Challenges: Sustainable Authenticity or Contrived Post-modernity?’, in Richard Butler et Douglas Pearce (eds), Change in Tourism: People, Places, Processes, Londres, Routledge: 12–29.

Corbin, A. (1988). Le territoire du vide, l’Occident et le désir de rivage 1750-1840, Paris, Aubier, 411 p.

Dehoorne, O. (2006). « L’avènement du tourisme de masse sous les tropiques. Éléments de réflexion sur les enjeux touristiques dans l’espace caribéen », Études caribéennes, (4) : 41-50.

Dehoorne, O. et A. K. Diagne (2008). « Tourisme, développement et enjeux politiques : l’exemple de la Petite Côte (Sénégal) », Études caribéennes, 9-10, Avril-Août, URL : http://etudescaribeennes.revues.org/1172.

Dehoorne, O. (2013). « Tourisme et lutte contre la pauvreté : opportunités et défis », Études caribéennes, 24-25, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/6601>.

Dehoorne, O., C. Tatar et S. Theng (2013). « Tourisme et pauvreté : le champ des possibles », Études caribéennes, 24-25, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/6578>.

Dehoorne, O. et P. Saffache (2008). « Le tourisme dans les îles et littoraux tropicaux : ressources et enjeux de développement », Études caribéennes, 9-10, URL : http://etudescaribeennes.revues.org/852.

Diagne A.K. (2001). ‘Impacts of coastal tourism development and sustainability: A geographical case study of Sali in the Senegalese Petite Côte’, Geographical Review of Japan (Series B), 74(1): 62-77.

Diallo M.A. (1997). Contribution à l’étude du domaine public maritime du Sénégal, Mémoire de D.E.A d’enseignement, Université Cheikh Anta Diop, Faculté des Sciences juridiques et politiques.

Diombéra, M. (2015). « Les territoires littoraux de la station balnéaire Saly Portudal sur la Petite-Côte sénégalaise », dans J-M. Breton, O. Dehoorne et J-M. Furt (dir.), Espaces et environnements littoraux et insulaires. Accessibilité, vulnérabilité, résilience, Karthala, série Iles et pays d’outre-mer, vol.10 : 35-57.

Diombéra, M. (2010). Aménagement et gestion touristique durable du littoral sénégalais de la Petite Côte et de la Basse Casamance, Thèse de doctorat en Tourisme, Saint-Louis (Sénégal), Université Gaston Berger. 343 p.

Diop, A (1986). L’organisation touristique de la Petite Côte sénégalaise et ses rapports avec les autres formes d’occupation de l’espace, Thèse de 3ème cycle, Université de Montpellier II, 290 p.

Diouf, B. S. (1987). Le tourisme international : étude géographique de son impact sur la Petite Côte et en Basse-Casamance — Sénégal, Thèse de 3ème cycle, Université Cheikh Anta Diop, 318 p.

Duhamel, P. et R. Knafou (2003). « Tourisme et littoral : intérêts et limites d’une mise en relation », Annales de géographie, (629) : 47-67.

Equipe MIT (2002). Tourisme 1. Moments de lieux, Paris, Belin, 349 p.

Deprest, F. (1997). Enquête sur le tourisme de masse : l’écologie face au territoire, Paris, Belin, 227 p.

Duterme, B. (2006). « Expansion du tourisme international : gagnants et perdants », in Alternatives Sud, Paris, Syllepse, vol. 13:7-22

Furt, J-M. et F. Michel (2011). Tourismes, patrimoines et mondialisations, Collection Tourismes et sociétés, Le Harmattan.

Giblin, B. (2007). « Le tourisme : un théâtre géopolitique ? », Hérodote, 4 (127) : 3-14.

Gravari-Barbas, M. et V. Veschambre (2004). Patrimoine : derrière l’idée de consensus, les enjeux d’appropriation de l’espace et des conflits, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Hiernaux D. 2006. « Tourisme au Mexique : modèle de masse, de l’étatisme au marché », Alternatives Sud, n° 3/2006. « Expansion du Tourisme : gagnants et perdants », Centre Tricontinental (CETRI).

Hillali, M. (2003). Le tourisme international vu du Sud, Presse de l’Université du Québec

Jaurand, E. (2005). « Territoires de mauvais genre ? Les plages gays », Géographie et cultures, (54) : 71-83.

Jobert, A. (1998). « L’aménagement en politique ou ce que le syndrome Nimby nous dit de l’intérêt général », Politix, (42) : 67-92.

Knafou, R. (2000). « Scènes de la plage dans la peinture hollandaise du XVIIe siècle : l’entrée de la plage dans l’espace des citadins », Mappemonde, (58) : 1-5.

Lageiste, J. (2009). « La plage, un objet géographique de désir », Géographie et cultures, (67) : 7-26.

Lageiste, J. (2002). « Le tourisme : facteur de territorisation du détroit du Pas-de-Calais », Hommes et terres du Nord, (2) : 21-25.

Le Goix, R. (2002). « Les gated communities à Los Angeles, place et enjeu d’un produit immobilier pas tout à fait comme les autres », L’Espace géographique, 31 (4) : 328-344.

Massurier, D. (1998). Hôtes et touristes au Sénégal : imaginaires et relations touristiques de l’exotisme, Paris, Montréal, L’Harmattan, 255 p.

Matteucci, X. et M. Beyer (2009). « Les résidences secondaires sur la côte Pacifique Sud du Nicaragua : une stratégie de développement et ses conséquences », Études caribéennes, 13-14, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/3869>.

Michel, F. (1998). Tourismes, Touristes, Sociétés, L’Harmattan, 376 p

Nash, D. (1981). ‘Tourism as an Anthropological Subject’, Current Anthropology, 22(5):461–481.

Sarrasin, B. (2013). Environnement et développement à Madagascar. Du plan d’action environnemental à la mise en valeur touristique des ressources naturelles, Paris, Karthala.

Sarrasin, B. et L. Renaud (2014). « Quel tourisme pour Haïti : de la résilience à l’émergence d’une nouvelle destination ? », Revue Études caribéennes, 27-28, URL : < https://etudescaribeennes.revues.org/6777>.

Spataro, A. (2000). Le tourisme en méditerranée, Paris, L’Harmattan.

Subra, P. (2007). Géopolitique de l’aménagement du territoire, Paris, Armand Colin, 326 p.

UICN (1993). « Programme Zones humides : Gestion des Ressources Côtières et Littorales du Sénégal », Actes de l’atelier de Gorée 27-29 juillet 1992, ISRA-IFAN, 485 p.

Urbain, J-D. (1994). Sur la plage ; mœurs et coutumes balnéaires (XIXe-XXe siècles), Paris, Payot, 375 p.

Timothy, L. (2008). « Conflits et enjeux identitaires dans le tourisme rural à Yangshuo, Chine », Civilisations, (57) : 223-241.

Torre, A. et A. Caron (2002). « Conflits d’usage et de voisinage dans les espaces ruraux », Sciences de la Société, (57) : 95-113.

Vles, V. (2004). « L’hébergement non marchand, un casse-tête pour le tourisme littoral français ? », Premières rencontres franco-espagnoles du tourisme. Arles.

Haut de page

Notes

1 La Société d’Aménagement de la Petite Côte (SAPCO) créée en 1975. Elle se dénomme aujourd’hui Société d’Aménagement des Côtes et Zones touristiques du Sénégal (SAPCO/Sénégal). Cette société est investie de la mise en œuvre de l’aménagement touristique de la Petite Côte.

2 Elle est subdivisée en quatre secteurs : de Minam à Somone, de Somone à Nianing, de Nianing à Joal, de Joal à Djifère (Pointe de Sangomar)

3 C’est un groupe ethnique spécialisé dans la pêche et l’agriculture traditionnelles.

4 C’est un groupe ethnique spécialisé dans l’élevage de transhumance.

5 La loi n° 86-2 du 3 janvier 1986 dite loi Littoral est née de l’excès de la politique de développement touristique des années soixante-dix qui a donné lieu à des conséquences dommageables tant pour l’agriculture que pour l’environnement. Elle tente d’établir un équilibre entre le développement et la protection du littoral.

6 Les résidences Plein Sud, Tropical et Marina construites aux voisinages des hôtels Savana, Bougainvillées et Amaryllis illustrent cette situation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La localisation de la Petite Côte (Sénégal)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10778/img-1.png
Fichier image/png, 315k
Titre Figure 2. La station de Saly Portudal et sa périphérie
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10778/img-2.png
Fichier image/png, 236k
Titre Photographie 1. La résidence Les Amazones à Saly Niakh Niakhal
Crédits Source : Auteur, 2015
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10778/img-3.png
Fichier image/png, 964k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mamadou Diombera, « Le développement touristique et l’occupation des espaces littoraux : quelles enjeux pour les territoires de la Petite Côte sénégalaise ? », Études caribéennes [En ligne], 36 | Avril 2017, mis en ligne le 15 avril 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/10778 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.10778

Haut de page

Auteur

Mamadou Diombera

Laboratoire de Recherches en Sciences sociales, Département Tourisme, Université Assane SECK, Ziguinchor, Enseignant-Chercheur, mdiombera@univ-zig.sn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org