Navigation – Plan du site
Hors dossier

Le Fahs d’Alger : une alternative pour la requalification du tourisme littoral ?

The « Fahs »: A Challenge for Coastal Tourism Requalification in Algiers?
Ouassila Menouer, Mohamed Sahah Zerouala et Abdelkarim Dahmen

Résumés

Avec son ouverture sur le marché mondial, la ville d’Alger, ou El-Djezaïr, (capitale de l’Algérie), est devenue une destination importante pour le tourisme d’affaires. Par ailleurs, sa côte, riche en plages et en stations balnéaires, reste très convoitée par un tourisme, souvent, massif et destructeur de l’identité de son environnement. D’où l’intérêt de penser à une stratégie de développement touristique visant la protection de son littoral. L’objectif de la présente contribution est la requalification du tourisme littoral à Alger par la réinterprétation de la forme de plaisance et d’agrément qui y a existé avant 1830. Il vise, également, la mise en valeur de son patrimoine territorial : fontaine, résidences d’été, et ainsi que les chemins naturels qui ont, depuis les temps les plus reculés, relié le port de la ville à son arrière-pays.
En effet, avant 1830, El-Djezaïr était dotée d’un « Fahs » : un territoire très célèbre par ses « djenanes » (une sorte de résidences d’été faisant face à la mer et dotées de fabuleux jardins). Les « djenanes », souvent, destinés à être des musées déserts, peuvent constituer un potentiel singulier pour la requalification du tourisme littoral d’Alger. L’une des alternatives possibles serait leur reconversion en structures d’accueil pour le tourisme d’affaires, culturel et d’agrément... La contribution présente le cas de la « la villa du traité », un lieu commémoratif de la capitulation de la ville d’Alger en 1830, classée monument historique en 2003. Dans le cadre de l’opération de restauration et de mise en valeur achevée en janvier 2014, la villa et son jardin, situés dans l’enceinte d’une annexe au centre hospitalier de Birtraria (Alger), ont été proposés pour abriter un centre d’éthique et un lieu de manifestations scientifiques nationale et internationale en médecine.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Alger
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les températures moyennes sont de 17,7 ° en mai, puis supérieures à 20 ° les quatre mois suivants, (...)
  • 2 Des températures proches ou supérieures à 20 ° des mois de juin à octobre.

1Alger, ou El-Djezaïr (capitale de l’Algérie), est réputée pour son tourisme littoral. Ses plages sont particulièrement fréquentées lors de la période estivale. Le rivage algérois se constitue d’une large baie bornée de part et d’autre par deux pointes rocheuses : le cap de Tamentefoust à l’Est et la pointe Pescade à l’Ouest. La diversité géomorphologique de la côte propose une succession de plages de sable fin, de criques et de falaises qui s’étendent sur environ cent kilomètres de long, depuis l’Oued Mazafran jusqu’à l’Oued Réghaïa. La région bénéficie d’un climat méditerranéen, avec une période estivale, chaude et sèche, particulièrement longue1. Ciel bleu, luminosité, soleil et plaisir de l’eau de mer tiède2 sont autant d’atouts touristiques. Le littoral de la région d’Alger est le théâtre de pratiques touristiques massives concentrées dans les stations balnéaires insuffisamment aménagées. Les pressions sur le milieu littoral sont particulièrement fortes en période estivale (Berthonnet, 2006 ; Ghodbani et Semmoud, 2010).

2L’offre touristique est faiblement diversifiée. Si la ville d’Alger devient une destination du tourisme d’affaires reconnue, il n’en demeure pas moins que les pratiques touristiques se confinent essentiellement sur le front de mer où l’espace est limité et marqué par le poids de l’urbanisation.

3C’est dans ce contexte que s’engage la réflexion sur la requalification du tourisme algérois qui nécessite d’ouvrir l’espace récréatif pris en considération. L’étude propose, après avoir présenté le tourisme algérois dans son contexte historique et national, de présenter et d’analyser des ressources oubliées susceptibles de participer au projet de renouvellement touristique d’Alger. Les investissements centrés jusqu’alors sur les seuls intérêts du littoral pourraient évoluer judicieusement dans une nouvelle stratégie d’aménagement touristique en intégrant des ressources intérieures, patrimoniales et culturelles, pour donner une nouvelle dimension au tourisme dans la métropole algéroise.

1. Le tourisme algérien de 1962 à nos jours

4La stratégie touristique de l’Algérie a toujours été orientée vers son littoral (Taieb, 1971 ; Widmann, 1976 ; Amireche et Cote, 2007 ; MATE, 2008a). À l’indépendance, le pays a hérité de plusieurs structures hôtelières concentrées dans les grandes villes côtières et leurs environs, notamment à Alger, Oran, Bejaia et Annaba. Cependant, au regard des séquelles de la guerre et de l’urgence de construire l’économie du pays, dans le contexte touristique peu favorable de l’époque, la politique nationale a privilégié le développement des secteurs industriels et agricoles, et considéré le tourisme comme secondaire.

5En 1966, la capacité d’accueil de l'Algérie était de 8000 lits touristiques, mais seulement 4500 unités étaient exploitées (Widmann, 1976 : 26). À peu près la moitié des infrastructures touristiques du pays était à l’abandon. C’est dans ce contexte que prit naissance la volonté politique de réhabiliter des structures hôtelières selon les normes et les conventions du secteur à la fin des années 1970 (MATE, 2006). Le tourisme fut reconnu comme un moteur potentiel de développement économique local qui doit participer à l’amélioration du niveau de vie de la population (MATE, 2008a). Le travail fut amorcé, timidement, par l’élaboration de la charte du tourisme (Ghodbani, 2009). Cette dernière a donné lieu à plusieurs études comme celles consacrées à l’inventaire des ressources et des sites touristiques (MATE, 2008b, 2008c).

  • 3 http://www.fernandpouillon.com/fernand_pouillon/architecte/algerie/algerie.html

6L’aménagement de plusieurs zones d’expansion touristique (ZET) a conforté les concentrations existantes sur le littoral, dans les grandes villes du pays, Alger, Oran et Annaba et leurs alentours. Le développement du tourisme international se structurait à partir de la construction d’hôtels de haut standing (cinq étoiles), à l’instar de l’hôtel Aurassi, en 1975, tandis que de modestes équipements étaient réalisés par des collectivités locales (communes et wilaya). La conception de la plupart des projets lancés a été confiée à l’architecte Fernand Pouillon qui venait de s’installer en Algérie (en 1965)3. Ses œuvres se caractérisent par un style typique qui réinterprète l’architecture locale. Il s’est inspiré, particulièrement, de la Casbah d’Alger, des villes du M’Zab, des sites reconnus, aujourd’hui, patrimoine mondial par l’UNESCO. De ce fait, la région algéroise est restée le lieu de concentration du tourisme avec 40 % de la capacité d’accueil du pays.

1.1. Les zones d’expansion touristique

7À partir des années 1970, les grandes villes côtières, c’est-à-dire Alger, Oran, Bejaia et Annaba, ont bénéficié d’investissements destinés à consolider leurs quartiers balnéaires et les transformer en complexes touristiques (Widmann, 1976 : 27). Ce furent, à Alger, les complexes touristiques de Zeralda, de Sidi Fredj, de Moretti, de Tipaza club et de Tipaza Matares, le complexe des Andalouses à Oran, ceux de Tichi et de Tigzirt à Bejaia, et, à Annaba, l’hôtel Seraidi sur la montagne. Ces structures touristiques furent implantées aux abords de ces villes (cf. figure 1 et tableau 1).

Figure 1. Les implantations touristiques en Algérie (1976)

Figure 1. Les implantations touristiques en Algérie (1976)

1. Route nationale. 2. Route secondaire. 3. Piste. 4. Voie ferrée. 5. Aéroport. 5A. Aéroport régional. 5B. Aéroport d’importance nationale ou spécialisé. 5C. Aéroport aux normes internationales. 6. Unités touristiques balnéaires en nombre de lits. 7. Unités touristiques sahariennes en nombre de lits. 8. Unités touristiques d’altitude en nombre de lits. 9. Unités touristiques thermales en nombre de lits. (6-7-8-9) A. En 1973. B. En construction. C. En projet. 10. Curiosité naturelle importante. 11. Curiosité historique importante.

Source : extrait de M. Widman M. (1976 : 34)

  • 4 Avec l’aéroport Houari-Boumediene, la première porte aérienne du pays.

8Jusqu’à nos jours, la ville d’Alger est la première destination touristique du pays, tant pour le tourisme national que le tourisme international. Porte ouverte sur l’international, par les voies aérienne4 et maritime, des milliers de touristes transitent dans la ville et y marquent une étape même lorsque la capitale n’est pas leur destination finale.

9Le long de la côte algéroise, une suite de stations balnéaires accueille ce flux important de touristes. Elles peuvent être classées en différentes catégories selon le niveau de leurs prestations. La station d’Alger-Plage, à vingt-sept kilomètres de la ville, a plutôt un caractère plus sportif, avec sa base nautique « Aqua Club » qui concentre diverses activités (ski, kayak, excursion en mer, plongées…). À Ain El-Beniane, à seize kilomètres à l’ouest, la station de Djamila (ex la Madrage) est réputée pour ses restaurants et ses discothèques sur le front de mer, face à son port de pêche. La station de Bordj-El-Kiffan, située à dix-huit kilomètres à l’est de la ville, est aménagée dans les environs d’un ancien fort turc qui a donné son nom à tout le lieu-dit. Outre son caractère culturel, elle offre aux touristes une diversité de restaurants (dont la spécialité est le poisson). La plaisance et l’histoire coexistent également à Tamentfoust, à vint-neuf kilomètres d’Alger, où un port de plaisance jouxte le site archéologique.

10Des secteurs littoraux s’imposent par la concentration d’hébergements touristiques et d’équipements récréatifs, comme le Club des Pins à Staouali, de Sidi-Fredj, de Matares à Tipaza (cf. figure 2). Cependant, les lieux et les potentialités touristiques de la région restent aujourd’hui assez mal exploités, notamment sur le plan paysager comme à Ain-Taya-Surcouf, sur le front de mer de la ville de Bou-Ismail ou sur le mont forestier de Chenoua… Plusieurs perspectives de promotion et de valorisation du tourisme sont prévues à l’horizon 2025-2030, dans le cadre de la stratégie globale de développement national synthétisée dans le schéma national d’aménagement territorial (« SNAT 2025 », MATE, 2008b).

Tableau 1. L’évolution de la capacité hôtelière en Algérie

Type de tourisme

1973

1977

Prévisions 2025

Urbain

3696 (26,2 %)

8500 (20,5 %)

Sans distinction :

-75 000 lits, dont 40 000 lits de haut standing,

-84 869 lits à requalifier

Balnéaire

7140 (51 %)

23 220 (55,2 %)

Saharien

1700 (12,3 %)

4200 (10,1 %)

Climatique

280 (2,3 %)

1050 (2,5 %)

Thermalisme

1000 (7,7 %)

5000 (11,7 %)

Total

13 816

41 970

Source : M. Widman, 1976, MATE, 2008a, 2008b

1.2. Les perspectives touristiques pour le littoral algérois

  • 5 Le pôle Nord-Centre est constitué de 10 wilaya : Alger, Tipaza, Blida, Boumerdes, Chlef, Ain Defla, (...)

11Dans le cadre de la réflexion développée par le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, la « mise en tourisme de l’Algérie vise la structuration de puissants pôles touristiques d’excellence reconnus comme modèle par le marché touristique international. Ces pôles doivent permettre de structurer le territoire algérien et doivent contribuer à façonner l’image touristique de l’Algérie et l’émergence de la destination Algérie » (MATE, 2008c). Ainsi, sept pôles touristiques d’excellence (POT) sont définis, l’un d’entre eux est disposé autour de la ville d’Alger : le pôle touristique Nord-Centre ou « POTNC »5 (MATE, 2008b : 26). Il couvre une région littorale de six cents kilomètres de côte (soit environ la moitié du littoral algérien). Les six autres pôles sont : le pôle Nod-Est (autour de la ville d’Annaba), le pôle Nord-Ouest (aux abords de la ville d’Oran), le pôle Sud-Est appelé « oasiens » (Ghardaïa, Biskra, El-Oued entre autres), enfin dans le sud du pays, le pôle Sud-Ouest « Touat- Gourara » (les routes des ksours)  et les deux les pôles Grand Sud (« Tassili N’Ajjer » et « Ahaggar »).

12Le pôle de la région d’Alger doit offrir aux touristes nationaux et internationaux des produits balnéaires de qualité (MATE, 2008c) et accueillir les loisirs de proximité des Algérois à travers la création de quatre types de structures. Le premier type concerne les pôles de compétitivité et d’excellence « POC »’ de Sidi Abdellah à Alger et de Bouinane à Blida (développés autour des technologies avancées et biotechnologies). Les pôles d’économie du patrimoine (PEP) constituent la seconde catégorie. Ils sont organisés autour des sites archéologiques, à l’instar de ceux de Cherchell, de Tipasa et des secteurs sauvegardés de la casbah d’Alger (la casbah de Dellys et du vieux Ténès). Le troisième type est consacré à des zones de projets prioritaires d’investissement (PPI) qui accueillent des hôtels et des villages touristiques d’excellence (cf. tableau 2). Le quatrième et dernier type concerne les villages touristiques d’excellence (VTE) qui correspondent aux des stations balnéaires de caractère des années 1970. Parmi les projets prévus, citons le village touristique « Forum El Djezaïr » à Moretti-1 (avec la société émiratie « EMIRAL » comme investisseur), le village touristique « Sahel » (financé par la Société de développement hôtelier SDH —Mariot) et le village touristique « Ain Chorb » à Ain Taya (financé par les sociétés EIIC et Kuwaitian Invest Group). D’autres villages sont programmés, à colonel Abbas, à Oued El-Bellah, à Boudouaou. Le programme d’aménagement prévoit également un parc écologique et touristique, le Dounya Parc à Dely Brahim, non loin d’Alger.

Tableau 2. Les structures hôtelières prévues pour Alger à l’horizon 2025

Hôtels de chaines

Hôtels haut standing

Hôtels Mariott Club des Pins

Hôtels Ibis Mehri Bab Ezzouar

Hôtel Lafider Bir Khadem

Hôtels Hilton (extension) Mohamadia

Hôtels Accor-Mehri Bab Ezzouar

Hôtel Trust Bab Ezzouar :

Hôtel Ibis Mehri Alger Agha

Hôtel Novotel Mehri Alger Agha

Source : MATE, 2008c : 44

  • 6 À titre d’exemple, pour le projet EMIRAL Sidi Fredj, 12 piscines et 4 tours sont en cours de constr (...)

13Ces programmes donnent lieu à d’importants projets immobiliers soutenus par des investissements financiers conséquents, avec des participations internationales6. Leurs impacts sur l’environnement, le paysage et la société restent à discuter (Kacemi, 2011), sans oublier les aspects relatifs aux acquisitions foncières et aux réseaux d’assainissement (MATE, 2006). L’objectif de donner à Alger l’image d’une ville métropole méditerranéenne est abordé d’un point de vue quantitatif ; le souci majeur et immédiat étant de développer rapidement une offre d’hébergement compétitive.

1.3. État des lieux du tourisme algérois

14Aujourd’hui, le littoral de la région algéroise, avec ses plages, ses forêts, ses criques, ses hôtels, ses stations balnéaires et ses complexes touristiques, est saturé lors de la période estivale. Les voies de communication sont congestionnées, les plages surpeuplées, les parkings improvisés tandis que les déchets et les ordures s’accumulent. En l’état, les pratiques massives dans ces espaces insuffisamment aménagés contribuent à la dégradation inéluctable du lieu. La concentration des structures d'hébergement en bord de mer à proximité des grandes villes côtières a engendré une monopolisation de l’activité touristique : les pratiques balnéaires se confinent dans les hôtels, autour de la piscine privée et de leur accès immédiat à la mer, les retombées économiques sont réduites pour le reste du territoire. Ces divers constats conduisent à l’impérative requalification du tourisme algérois : au lieu de perpétuer la concentration des investissements dans les stations touristiques sur le front de merle long de son littoral, l’idée est de promouvoir un aménagement touristique global de la région algéroise en privilégiant l’insertion des offres touristiques au plus près des ressources culturelles, naturelles et paysagères, souvent méconnues et éparses dans le tissu urbain.

Figure 2. L’urbanisation du littoral algérois : l’exemple du Club des Pins (Staoueli)

Figure 2. L’urbanisation du littoral algérois : l’exemple du Club des Pins (Staoueli)

Source : Capture d’écran, Google earth

2. La ville balnéaire : une nouvelle stratégie de mise en valeur du tourisme à Alger

  • 7 Chapitre I article 2 de la loi n° 03-01 du 16 Dhou El Hidja 1423 correspondant au 17 février 2003 r (...)

15La réalisation des projets programmés se présente comme une tâche de longue haleine (MATE, 2008b). Il s’agit de construire une alternative s’inscrivant dans les objectifs et les directives du SDAT 2025 et postulant « la diversification de l’offre touristique et le développement de nouvelles formes d’activités. La contribution à la préservation de l’environnement, l’amélioration du cadre de vie et la valorisation du potentiel naturel, culturel et historique »7. L’aménagement touristique doit être capable de satisfaire les pratiques touristiques et récréatives sans se borner plus au seul le front de mer. Un aspect important à prendre en considération est la diversification des formes et des structures d’hébergement qui ne doivent pas se limiter aux hôtels de haut-standing et aux concentrations urbaines balnéaires. La nouvelle réflexion vise à penser la durabilité de la « destination Alger » en intégrant ses différentes espaces et en exploitant ses aspects culturel, cultuel, rural, folklorique….

  • 8 Plusieurs villes historiques, au Maghreb, étaient dotées d’un ou de plusieurs Fohos (pluriel du ter (...)
  • 9 Fernand Braudel a souligné leur beauté : « les jardins, gloires de mainte ville méditerranéenne, so (...)

16L’idée innovante consiste, à vrai dire, à réhabiliter et à revisiter la notion d’agrément et de plaisance qui a existé dans la culture des citadins algérois pendant la période ottomane (avant 1830, jusqu’à la veille de la colonisation)8. Il se pratiquait, à cette période, des modes de villégiatures, dans les « villas » avec leurs « jardins féériques, de style très orientale »9 (Sadallah, 2016), sur les collines rurales des abords de la ville, dans des lieux appelés, les « djenanes » et les « Fohos » (le terme fohos étant le pluriel de Fahs). En arabe, le terme djenane signifie jardin. Il désigne une maison de plaisance implantée dans un jardin souvent fruitier. Il s’agissait d’une forme de maisons de villégiature ou de résidences d’été situées tout autour de la ville. Leur implantation répondait à un modèle d’organisation territoriale polaire centré autour de la médina El-Djezair, autrement dit, l’actuel quartier de la casbah, un modèle d’organisation et de gestion altéré aujourd’hui. Sa redécouverte, la reconnaissance de ses composantes, ses structures et son mode de fonctionnement ont été possibles en ayant recours à une approche de géographie historique postulant l’histoire du lieu comme source de reconnaissance. La lecture de l’histoire du territoire de la ville d’Alger, l’interprétation de son processus de formation et de développement, ainsi que l’identification de ses composantes, dont la plupart sont aujourd’hui marginalisées, ont été les outils méthodologiques adoptés (Saou-Dufrêne, 2016 : 233-249).

  • 10 Un exemple de réhabilitation à des fins artistiques avec la villa Abd-el-Tif, Elwatan ; jeudi 24 av (...)

17L’idée vise donc le passage d’un modèle de développement touristique linéaire structuré par la ligne du rivage de la ville à travers ses différentes stations balnéaires, à un modèle polaire divergeant à partir du port de la ville, première structure d’accès à Alger et à l’Algérie dans la direction des Fohos de la médina qui sont devenus, de nos jours, des villes satellites formant le territoire d’Alger, la métropole méditerranéenne. La réappropriation des djenanes d’Alger a été déjà entamée, à travers la reconversion de certains, proches du centre-ville, en musées, en lieux de manifestations artistiques et culturelles, en sièges administratifs, à l’instar du Bardo et de la villa Abdeltif10. Cependant, les plus éloignés sont marginalisés et souvent méconnus, d’où l’idée de leur mise en valeur dans le cadre d’une nouvelle approche de l’aménagement touristique d’Alger.

3. Le Fahs et son rôle dans la promotion d’Alger comme ville balnéaire

18L’espace rural autour de la ville d’Alger est connu jusqu’à nos jours par la désignation « Fahs ». Les dictionnaires et encyclopédies modernes donnent au terme le sens de campagne, environs ou encore banlieue de la ville. Selon Amireche et Cote (2007), « le mot “Fahs”, arabe, signifie “tout endroit” habitable dans les récits des géographes, historiens, poètes, etc. On le qualifie des environs d’Alger ». Au fil du temps, il est entendu localement au sens de « banlieue d’Alger ». Cependant, l’utilisation du terme remonte à plus loin. En effet, au xiiième siècle, plusieurs contrées dans l’Andalousie occidentale étaient appelées « Fahs ». Selon le témoignage de Yakout El Hamawi, l’encyclopédiste et géographe syrien dans son ouvrage « Mudjam El-Buldan », le terme était, à cette époque, un nom propre donné à toute localité rurale où les habitants pratiquaient l’agriculture et l’élevage et alimentaient, par leurs productions, les marchés à proximité de la ville (El-Hamawi, 1955-1957 : 236).

19Outre les jardins et les terrains agricoles, l’espace rural d’Alger (El-Djezaïr), son Fahs, contenait plusieurs structures de plaisance et d’agrément, c’était un lieu de rencontre et d’échange entre les citadins et la population rurale des environs proches et lointains de la ville. Le type le plus dominant de ses structures est le type djenane, terme arabe signifiant jardin et qui désignait, à l’époque, une résidence d’été ou une maison de campagne. Outre les jardins et les résidences de villégiature, l’espace des Fahs contenait plusieurs cafés maures, marchés, fontaines, hippodromes ou encore Markad, lieux de pèlerinages hebdomadaires abritant les mausolées des saints personnages de la ville. Ces structures territoriales, historiques et patrimoniales, plus ou moins bien présevées, peuvent être reconsidérées dans le cadre d’un projet touristique global de la métropole algéroise (cf. photographies 1 et 2). La prise en considération de ce potentiel singulier participe à la requalification du tourisme algérois centré sur la ressource littorale.

Photographie 1. Fahs Birkhadem : la fontaine arabe dans son milieu naturel

Photographie 1. Fahs Birkhadem : la fontaine arabe dans son milieu naturel

Source : LESSORE Emile-Aubert et WYLD William, Voyage pittoresque dans la régence d’Alger, 1835, pl.34

Photographie 2. La fontaine de Birkhadem intégrée dans la mosquée de la ville

Photographie 2. La fontaine de Birkhadem intégrée dans la mosquée de la ville

Source : https://i.skyrock.net/​3868/​33793868/​pics/​2964312949_1_3_S2yX4sCD.jpg.

3.1. Les djenanes  ou les maisons de plaisance

20La littérature historique qui nous a été fournie, depuis le ixème siècle, les iconographies ainsi que les documents d’archives attestent que le Fahs d’Alger, au xvième siècle, était réputé par ses maisons de campagne, ses résidences d’été, érigées comme lieux de plaisance et d’agrément destinés à « une bourgeoisie locale constituait de Turcs aisés, les sédentaires, les kouloughlis, les juifs, certains commerçants et les consuls européens » (Boyer, 1945 : 311) qui « s’y transportaient avec leur famille dès le retour de la belle saison… » (Marçais, 1926-1927 : 815). La documentation historique témoigne, également, que le Fahs de la ville se caractérisait par un paysage où « [....] la vue est très agréablement flattée par l’aspect des nombreux vignes et jardins qui entourent la cité. De toutes parts, on ne voit que des orangers, des citronniers, des cédratiers et des arbres de toute espèce ; puis une grande quantité de fleurs, surtout des roses qui fleurissent toute l’année, au milieu des plantes potagères les plus variées » (Haëdo, 1870 : 209-210) et que les maisons de plaisance, appelées, également djenanes, constituaient « un prolongement indispensable d’une ville sans jardins, trop serrée dans ses remparts » (Chevallier, 1986 : 76).

21Les djenanes des environs d’Alger sont implantés sur les versants des collines faisant face à la côte. Outre l’intérêt du panorama ouvert sur la mer, ces collines sont aussi cultivées, ornées de vergers et de jardin, dans le voisinage de la ville. La ventilation et l’air sain de collines contrastent avec l’air des marais de la plaine du Hamma, de l’El — Harrach et de la plaine de la Mitidja (De La Court Van Der Voort, 1750 : 2-18).

22L’implantation des djenanes a été favorisée, essentiellement, par la présence de l’eau pour la consommation quotidienne et pour l’irrigation des jardins. L’eau se présentait naturellement sous forme de sources, de torrents et de rivières. Elle a été exploitée en érigeant des fontaines privées dans les jardins et des fontaines publiques le long des chemins territoriaux qui partaient de la ville. L’exploitation des eaux, dans l’espace rural des abords de la ville d’Alger, se faisait, également, en creusant des puits à roues, les norias (Blocquel, 1830 : 36), qui permettaient d'alimenter de grands réservoirs et d’irriguer, quelquefois même, plusieurs djenanes (Baudicour, 1860 : 19).

23L’aspect pittoresque de ces maisons d’agrément datant de la période ottomane relevait également de la nature de ses clôtures. « Toutes les maisons de campagne et les jardins de plaisance, pour êtres agréables, doivent être entourés par des haies » (De La Court Van Der Voort, 1750 : 1), des « haies vives de figuier de Barbarie, d’aloès, d’aubépine, de lentisques ou autres arbustes » (Blocquel, 1830 : 152). Les arbres d’aloès étaient « très gros et produisaient des fleurs dont les tiges ont jusqu’à 15 ou 20 pieds de hauteur » (Peyssonnel, et Desfontaines, 1838 : 461). Ces clôtures s’élevaient et formaient « des voûtes au-dessus des chemins étroits et ravinés qui y conduisent » (Baudicour, 1856 : 40). La technique de clôturer les jardins par des haies d’aloès est conservée jusqu’à nos jours. Ces arbres plantés les uns à côté des autres forment un écran appréciable face le soleil (cf. les photographies 4 et 5).

Photographie 3. Haie de figuiers de barbarie bordant les anciens chemins

Photographie 3. Haie de figuiers de barbarie bordant les anciens chemins

Source : LESSORE Emile-Aubert et WYLD William, Voyage pittoresque dans la régence d’Alger, Paris : Charles Motte, 1835, pl.17.

Photographie 4. Clôture de jardin en arbres de figuiers de barbarie et d’aloès

Photographie 4. Clôture de jardin en arbres de figuiers de barbarie et d’aloès

Source : vue prise le 21 février 2015 par l’auteur

24Du point de vue architectural, les djenanes « avaient à l’extérieur l’aspect d’une prison ; une seule porte basse au rez-de-chaussée, et aux étages supérieurs quelques lucarnes garnies de grosses grilles de fer, étaient les seules ouvertures. Il n’y manquait que des créneaux pour en faire de véritables forteresses, et il semblait que les Turcs les avaient ainsi disposées pour la plus grande sûreté des nouveaux hôtes. Toutefois, à l’intérieur, le luxe oriental s’y révélait encore, leurs cours dallées de marbre, leurs galeries à arcades sculptées, leurs murs garnis de carreaux de faïence, leurs plafonds en bois de cèdre rappelaient les maisons d’Alger même. Des jets d’eau retombant dans des bassins y entretenaient souvent une délicieuse fraîcheur, sous un parasol de verdure que de gros ceps de vigne élevaient jusque sur les terrasses » (Baudicour, 1860 : 19).

25Les dimensions patrimoniale et culturelle des djenanes et plus largement de l’espace des Fahs méritent d’être valorisées dans la nouvelle dimension du projet touristique d’Alger. Ainsi, au lieu de rester concentrées sur la bande côtière, ces structures seront distribuées sur l’ensemble du territoire de la ville, de manière rayonnante. Un réseau original peut être structuré à partir des différents chemins pittoresques conservés sur les hauteurs de la ville (cf. photographie 3). De nombreuses bâtisses abandonnées, aujourd’hui, peuvent accueillir des maisons d’hôtes permettant non seulement de donner une valeur d’usage à ces monuments, mais également, de garantir leur entretien et leur durabilité, tout en proposant un séjour original. Tourisme et patrimoine se rejoignent : l’aménagement des djenanes permet aux visiteurs qui fréquentent ces environnements orignaux, espaces de vie partagés, de découvrir le patrimoine culturel de la ville (de l’art culinaire aux soirées festives, avec le jeu de la boukala et d’autres jeux traditionnels).

3.2. Les localités rurales ou les Fohos

26Lors des périodes difficiles (lors de tremblements de terre ou d’épidémies), des notables d’Alger ont abandonné leurs maisons à l’intérieur des murs de la ville pour s’installer, définitivement, dans leurs djenanes. Au fil du temps, ces maisons de villégiature ont évolué et ont donné naissance à ce qui a été désigné comme Fahs ou Fohos : c’est-à-dire des localités rurales organisées autour des maisons de plaisance et leurs jardins. Aujourd’hui, ces localités rurales d’Alger sont devenues de véritables villes, mais elles conservent, encore, certaines traces de leur caractère de plaisance et d’agrément du xvième siècle, à l’instar de Fahs El-Hamma, Fahs Birkhadem.

3.2.1. Hussein Dey ou Fahs El-Hamma

27Le Fahs El Hamma, connu sous le nom de quartier du Hamma, est le lieu autour duquel fut créée la commune de l’Hussein Dey, en 1843. Malgré l’encombrement actuel de la ville (plusieurs hangars et entrepôts abandonnés), elle constitue un pôle culturel important pour Alger avec la présence de la Bibliothèque nationale d’Alger, l’Hôtel Sofitel et le jardin d’essai très apprécié des botaniques et des touristes.

28Les opportunités touristiques de Fahs El-Hamma sont confortées par plusieurs autres centres d’intérêt comme le complexe cultuel de Sidi M’hammed ben Abderrahmane Bou-Kobereine, un lieu de pèlerinage très fréquenté tous les vendredis, dont le mausolée fut construit sous le règne de Hassan Pacha, en 1791-92. La mosquée et l’école coranique lui ont été annexées, plus tard. Aujourd’hui, le monument est en cours de restauration. Le lieu va abriter les archives et les manuscrits des mosquées et zaouïas à l’échelle nationale, il est destiné à devenir un pôle touristique à caractère cultuel, culturel et social. Un autre mausolée, celui de Sidi Bellal, endommagé à la suite d’un incendie, accueillait la célébration d’une fête assez singulière : « la fête des fèves ou Aïd El-Foul ». Enfin, ultime intérêt à indiquer, la fontaine datant de la période ottomane, « la fontaine du Hamma » ou encore « la fontaine des platanes », avec son café maure qui constituait un véritable relais pour les passagers et voyageurs venant ou partant d’Alger.

3.2.2. Tixaraïn ou Fahs Tixasraïn

29À la fin du xixème siècle, les ruines d’un établissement humain ont existé sur le chemin d’El-Kadous, ce fut Fahs Tixasraïn. « Au-delà, et un peu sur la droite, s’étend un vaste espace couvert de figuiers de Barbarie, dont le tronc arborescent présente une série d’étranglements et de renflements (...). Au milieu des murs délabrés, des terrasses qui s’effondrent, des portes d’entrée dont le cintre conserve encore quelques ornements, habitent, de rares familles indigènes qui laissent s’égrener sous l’action du temps ces ruines dont personne n’a encore écrit l’histoire » (Dallès, 1888 : 179-180), telle était la description de cette localité rurale en 1830. Le Fahs fut connu par sa « fontaine en marbre (…), ombragée de beaux arbres. Elle est d’un effet très pittoresque » (Bequet, 1848 : 331) et existe jusqu’à nos jours. Le lieu est connu, également, par l’aqueduc qui l’alimentait et dont un pan se trouve noyé, aujourd’hui, dans les baraquements du marché de la ville.

3.2.3. El-Biar ou Fahs El-Biar

  • 11 Cependant, selon les témoignages des militaires français, notamment celui du cosignataire du traité (...)

30 Avant 1830, Fahs El-Biar contenait plusieurs djenanes, dont certains ont abrité des consuls européens, à l’instar du consul de la Hollande, de la Suède (actuel Belvédère de Saint-Raphaël), du Danemark et d’Espagne. Mais, djenane Raïs Hamidou reste la maison d’agrément la plus célèbre dans l’histoire de l’Algérie. La résidence a été sans doute le lieu où fut signé le traité de la capitulation d’Alger, le 5 juillet 1830, d’où son appellation « la villa du traité » (Klein, 1912 : 81)11.

  • 12 Jusqu’à nos jours, aucune stratégie d’ensemble ne prend en charge l’affectation des monuments histo (...)

31Djenane Raïs Hamidou a bénéficié d’une opération de restauration conduite par la direction de la culture de la wilaya d’Alger, en janvier 2014 (cf. photographies 5 et 6). Pour sa mise en valeur et pour garantir sa durabilité, une valeur d’usage lui a été désignée : un centre d’éthique et un lieu de manifestations scientifiques nationale et internationale en médecine. Le choix a été orienté par plusieurs facteurs dont le plus important est certainement son environnement immédiat : ce dernier est situé à l’intérieur de l’enceinte d’un centre de santé, annexe de l’hôpital universitaire de Birtraria. Le djenane présente plusieurs espaces permettant de développer un tourisme de congrès et de rencontres scientifiques. Sa grande salle au rez-de-chaussée peut être aménagée en salle de conférence (cf. photographie 7). À l’étage, les pièces peuvent héberger les conférenciers et autres chercheurs de passage. Sa cour et son jardin sont également des espaces propices pour accueillir des manifestations en plein air (buffets et autres) (cf. photographie 8). La fonction proposée est une alternative qui émane d’une opération ponctuelle12. À terme, le monument va participer à la diversification de l’offre touristique d’Alger.

Photographies 5 et 6. Djenane Rais-Hamidou ou la villa du traité avant et après sa restauration

Photographies 5 et 6. Djenane Rais-Hamidou ou la villa du traité avant et après sa restauration

Source : photos prises en 2012 et en janvier 2016 par l’auteur

Photographie 7. La grande salle de Djenane Rais-Hamidou

Photographie 7. La grande salle de Djenane Rais-Hamidou

Source : photo en janvier 2016 par l’auteur

Photographie 8. Le jardin de Djenane Rais-Hamidou après restauration

Photographie 8. Le jardin de Djenane Rais-Hamidou après restauration

Source : photo prise en janvier 2016 par l’auteur

3.3. Vers la diversification de l’offre touristique

32Djenane Rais Hamidou n’est qu’un exemple parmi d’autres qui permet de promouvoir plusieurs aspects culturels d’Alger. Les différentes potentialités naturelles, paysagères, historiques, cultuelles, culturelles et folkloriques de la région algéroise peuvent être exploitées dans le cadre de formules diversifiées : par exemple des vacances à la campagne dans les ahouach ou dans les fermes de la plaine de la Mitidja, avec la commercialisation de lits touristiques dans des gîtes, des chambres d’hôtes et des résidences secondaires. Parmi les autres centres d’intérêt, citons la pêche dans le lac de Reghaia, les randonnées pédestres ou cyclistes dans les parcs Benaknoun, de Dounia et dans les forêts de Sidi Fredj et de Bainem, ou encore le tourisme de santé avec la thalassothérapie de Sidi Fredj et les stations thermales de hammam Melouane, hamman Righa. Ce sont aussi les pèlerinages et les manifestations cultuelles et folkloriques aux mausolées de Sidi M’hamed Bou-Kobereine, Sidi Abderahmane Et-Taalibi (le patron de la ville), Sidi Yahia, Sidi Mohamed Echerif. Enfin, il ne faut pas négliger les ressources culturelles avec les musées, l’artisanat (vannerie, dinanderie) et surtout la dimension immatérielle avec les spectacles et soirées musicales réputés de la région algéroise, notamment, autour de la musique andalouse et ses différentes écoles d’Alger, de Koléa, de Cherchell et Blida.

Conclusion

33La requalification du tourisme littoral de la ville d’Alger est abordée, dans cette réflexion, à travers la réinterprétation d’une stratégie d’organisation et de gestion territoriales qui existait avant 1830 et qui avait permis à la ville d’exploiter son arrière-pays et de profiter de ses ressources naturelles, paysagères, manufacturières, commerciales ; autant des ressources qui ont consacré Alger, la capitale du Maghreb central depuis le xvième siècle. Ainsi, il suffit de redécouvrir le vécu quotidien traditionnel de la ville et de ses anciens habitants, d’identifier et de reconnaître l’autre dimension de son patrimoine tant matériel qu’immatériel des djenanes et des Fahs, ces structures territoriales aujourd’hui méconnues, pour élargir la liste des attraits. La stratégie proposée pour donner une nouvelle dimension au tourisme à Alger et l’inscrire dans une perspective durable repose sur la déconcentration de l’activité, du front de mer vers les espaces intérieurs. Il s’agit de passer d’une organisation linéaire du tourisme littoral à un modèle polaire, en investissant des points structurants à l’intérieur. La nouvelle réflexion postule le passage d'un développement monolithique, arqué sur les stations balnéaires, à une stratégie de développement touristique diversifié et renouvelé de la ville d'Alger, pour promouvoir un tourisme littoral plus intégré et plus durable.

Haut de page

Bibliographie

Amireche, L. et M. Cote (2007). « De la médina à la métropole, dynamiques spatiales d’Alger à trois niveaux », Sciences & Technologie D, (26) : 71-84.

Baudicour, L. (de) (1860). Histoire de la colonisation de l’Algérie, Paris, Challamel Ainé, Libraire-éditeur.

Baudicour, L. (de) (1856). La colonisation de l’Algérie, ses éléments, Paris, Challamel Ainé, Libraire-éditeur.

Bequet (1848). L’Algérie en 1848, Tableau géographique et statistique, Paris, Hachette.

Berthonnet, A. (2006). « Le Tourisme en Algérie (de 1880 aux années 1940) : Une Histoire à écrire », Revue Tourisme, n° 15 : 1-19.

Blocquel, S.-F. (1830). Notice topographique sur le royaume et la ville d’Alger, Paris, Delarue libraire.

Boutin, V.-Y. (1830). Aperçu historique, statistique et topographique sur l’état d’Alger, troisième édition, Paris, Picquet Ch.

Boyer P. (1954). « L’évolution démographique des populations musulmanes du département d’Alger (1830/66-1948) », Revue Africaine, n° 98.

Chevallier C. (1986). Les trente premières années de l’état d’Alger, 1510-1541, Alger, Office des Publications universitaires.

Dalles É. (1888). Alger, Bou-Farik, Blidah et leurs environs : guide géographique, historique et pittoresque, 2e éd., Alger, Adolphe Jourdan.

De La Court Van Der Voort P. (1750). Les Agréments de la campagne ou remarques particulières sur la construction des maisons de campagne, Amsterdam, Meynad Uytwerf.

De La Rochefoucauld B. (2007). L’économie du tourisme, Rome, Bréal.

El-Hamawi Y. (1955-1957). Moudjal el Buldan, Vol. IV, Beyrouth, Dar Sader/Dar Beyrouth.

Genty De Bussy P. (1839). De l’établissement des Français dans la régence d’Alger, tome.2, 2e édition, Paris, Firmin Didot.

Ghodbani T., O. Kansab et A. Kouti (2016) « Développement du tourisme balnéaire en Algérie face à la problématique de protection des espaces littoraux. Le cas des côtes mostaganemoises », Études caribéennes, n° 33-34, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/9305>.

Ghodbani, T. (2009). Environnement et littoralisation de l’Ouest algérien, thèse de doctorat en géographie, Université d’Oran et Université de Paris 8

Ghodbani, T. et B. Semmoud (2010). « Urbanisation côtière en Algérie, processus et impacts sur l’environnement : le cas de la baie d’Aïn el Turck », Études caribéennes, URL : <https://etudescaribeennes.revues.org/4431>, n° 15.

Haëdo F. D. (de) (1870). Topographie et histoire générale d’Alger, Valladolid, 1612, traduit de l’espagnol par MM. le Dr. Monnereau et Berbrugger Adrien.

Journal officiel n° 61 du 21 octobre 2010 portant sur l’approbation du Schéma national d’aménagement du territoire.

Kacemi M. (2011). « Protection et valorisation du littoral en Algérie : législation et instruments : Le cas des communes littorales d’Oran », Études caribéennes, n° 20, URL : <URL : http://etudescaribeennes.revues.org/5959>.

Klein, H. (1912). Feuillets d’El-Djezaïr, visites et excursions des années 1910-1911, Alger, Imprimerie Orientale Fontana, 1912, fascicule IV.

Lessore, E.-A.et W. Wyld (1835). Voyage pittoresque dans la régence d’Alger, Paris, Charles Motte.

Marçais G. (1926-1927). Manuel d’Art Musulman. L’architecture : Tunisie, Algérie, Maroc, Espagne, Sicile, T. 11, Paris, A. Picard.

Ministère de l’Aménagement du Territoire de l’Environnement et du Tourisme (MATE) (2008a). « Livre 1 : le diagnostic : audit du tourisme algérien », Schéma directeur d’aménagement touristique « SDAT 2025 ».

http://www.andt-dz.org/baoff/fichiers/fichiers/fichiersesma59505421021422970698.pdf

Ministère de l’Aménagement du Territoire de l’Environnement et du Tourisme (2008b). « Livre 2 : le plan stratégique : les cinq dynamiques et les programmes d’actions touristiques prioritaires », « SDAT 2025 », URL : <http://www.andt-dz.org/baoff/fichiers/fichiers/fichiersesma47009129871422970826.pdf>.

Ministère de l’Aménagement du Territoire de l’Environnement et du Tourisme (2008c). « Livre 3 : les sept pôles touristiques d’excellence (POT), Schéma directeur d’aménagement touristique “SDAT 2025”, URL : <http://www.andt-dz.org/baoff/fichiers/fichiers/fichiersesma12993483811422970942.pdf>.

Ministère de l’Aménagement du Territoire de l’Environnement et du Tourisme (2006). Programme d’Aménagement Côtier (PAC) “Zone côtière algéroise”, rapport final intégré, Programme d’actions prioritaires, Centre d’activités régionales, URL : <http://www.pap-thecoastcentre.org/pdfs/Rapport%20final%20integre%20WEB.pdf>.

Peyssonnel J.-A. et R. L. Desfontaines (1838). Voyages dans les Régences de Tunis et d’Alger, tome2, Paris, Librairie de Gide.

Sadallah, F (2016). La diaspora andalouse en Algérie et dans le monde, Alger, Dar Kortoba.

Saou-Dufrene N. (dir.) (2016). “Le Fahs d’El-Djezaïr : ses composantes”, Patrimoines du Maghreb et inventaires, Paris, Hermann éditeur.

Taieb M. (1971). “La structure urbaine d’Alger : éléments pour les études urbaines en pays sous-développés”, Annales de Géographie, (437) : 33-34.

Widmann M. (1976). “Le tourisme en Algérie”, Méditerranée, deuxième série, tome 25 : 23-41, URL : <http://www.persee.fr/docAsPDF/medit_0025-8296_1976_num_25_2_1663.pdf>.

Haut de page

Notes

1 Les températures moyennes sont de 17,7 ° en mai, puis supérieures à 20 ° les quatre mois suivants, et atteignent encore 19,4 ° en octobre (source : ftp://ftp.atdd.noaa.gov/pub/GCOS/WMO-Normals/RA-I/AL/60390.TXT).

2 Des températures proches ou supérieures à 20 ° des mois de juin à octobre.

3 http://www.fernandpouillon.com/fernand_pouillon/architecte/algerie/algerie.html

4 Avec l’aéroport Houari-Boumediene, la première porte aérienne du pays.

5 Le pôle Nord-Centre est constitué de 10 wilaya : Alger, Tipaza, Blida, Boumerdes, Chlef, Ain Defla, Médéa, Bouira, Tizi-Ouzou et Bejaia

6 À titre d’exemple, pour le projet EMIRAL Sidi Fredj, 12 piscines et 4 tours sont en cours de construction.

7 Chapitre I article 2 de la loi n° 03-01 du 16 Dhou El Hidja 1423 correspondant au 17 février 2003 relative au développement durable du tourisme.

8 Plusieurs villes historiques, au Maghreb, étaient dotées d’un ou de plusieurs Fohos (pluriel du terme Fahs) à l’instar du Fahs de Tanger, d’Anjra... Dans les deux cas de villes (Tanger et Fès), malgré les potentialités patrimoniales de leur Fohos, le tourisme balnéaire reste majoritaire.

9 Fernand Braudel a souligné leur beauté : « les jardins, gloires de mainte ville méditerranéenne, sont, près d’Alger, somptueux, entourant les maisons blanches d’arbres et d’eau jaillissantes » (cité par Sadallah, 2016)

10 Un exemple de réhabilitation à des fins artistiques avec la villa Abd-el-Tif, Elwatan ; jeudi 24 avril 2008, Patrimoine-Djenane Abd-El-Tif en six actes : Villa avec vue sur l’art - https://www.dzairnews.com/articles/elwatan-patrimoine-djenane-abd-el-tif-en-six-actes-villa-avec-vue-sur-l-art

11 Cependant, selon les témoignages des militaires français, notamment celui du cosignataire du traité le comte et maréchal de France Louis Auguste Victor de Ghaisne de Bourmont, il semblerait que la lettre de capitulation fut rédigée et signée dans son quartier général, au fort de l’Empereur, et que le dey Hussein y avait posé son sceau à la citadelle, le 5 juillet à 12 h.

12 Jusqu’à nos jours, aucune stratégie d’ensemble ne prend en charge l’affectation des monuments historiques après leur restauration. Les décisions sont discutées d’une manière ponctuelle entre le maître de l’œuvre et le maître de l’ouvrage chargés du projet, puis elle est validée par le ministère de la Culture.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les implantations touristiques en Algérie (1976)
Légende 1. Route nationale. 2. Route secondaire. 3. Piste. 4. Voie ferrée. 5. Aéroport. 5A. Aéroport régional. 5B. Aéroport d’importance nationale ou spécialisé. 5C. Aéroport aux normes internationales. 6. Unités touristiques balnéaires en nombre de lits. 7. Unités touristiques sahariennes en nombre de lits. 8. Unités touristiques d’altitude en nombre de lits. 9. Unités touristiques thermales en nombre de lits. (6-7-8-9) A. En 1973. B. En construction. C. En projet. 10. Curiosité naturelle importante. 11. Curiosité historique importante.
Crédits Source : extrait de M. Widman M. (1976 : 34)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10829/img-1.png
Fichier image/png, 272k
Titre Figure 2. L’urbanisation du littoral algérois : l’exemple du Club des Pins (Staoueli)
Crédits Source : Capture d’écran, Google earth
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10829/img-2.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Photographie 1. Fahs Birkhadem : la fontaine arabe dans son milieu naturel
Crédits Source : LESSORE Emile-Aubert et WYLD William, Voyage pittoresque dans la régence d’Alger, 1835, pl.34
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10829/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Photographie 2. La fontaine de Birkhadem intégrée dans la mosquée de la ville
Crédits Source : https://i.skyrock.net/​3868/​33793868/​pics/​2964312949_1_3_S2yX4sCD.jpg.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10829/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Photographie 3. Haie de figuiers de barbarie bordant les anciens chemins
Crédits Source : LESSORE Emile-Aubert et WYLD William, Voyage pittoresque dans la régence d’Alger, Paris : Charles Motte, 1835, pl.17.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10829/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Photographie 4. Clôture de jardin en arbres de figuiers de barbarie et d’aloès
Crédits Source : vue prise le 21 février 2015 par l’auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10829/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photographies 5 et 6. Djenane Rais-Hamidou ou la villa du traité avant et après sa restauration
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10829/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Crédits Source : photos prises en 2012 et en janvier 2016 par l’auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10829/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photographie 7. La grande salle de Djenane Rais-Hamidou
Crédits Source : photo en janvier 2016 par l’auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10829/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Titre Photographie 8. Le jardin de Djenane Rais-Hamidou après restauration
Crédits Source : photo prise en janvier 2016 par l’auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10829/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ouassila Menouer, Mohamed Sahah Zerouala et Abdelkarim Dahmen, « Le Fahs d’Alger : une alternative pour la requalification du tourisme littoral ? », Études caribéennes [En ligne], 36 | Avril 2017, mis en ligne le 15 avril 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/10829 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.10829

Haut de page

Auteurs

Ouassila Menouer

Institut d’Architecture et d’Urbanisme, Université Saad Dahleb- Blida I, Lab ETAP 700, menouerouassila@yahoo.fr

Mohamed Sahah Zerouala

Ecole polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme, Epau, Alger, zerouala54@yahoo.com

Abdelkarim Dahmen

Institut d’Architecture et d’Urbanisme, Université Saad Dahleb- Blida I, abdahmen@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org