Navigation – Plan du site
Problématiques caribéennes

Prospective territoriale en terre de développement durable : une application à la région Guadeloupe

Territorial prospective in land of sustainable development: an application to the region Guadeloupe
Yvette Lazzeri et El Mouhoub Mouhoud

Résumés

La région durable doit se positionner dans un contexte d'ouverture et de concurrence territoriale. À défaut de pouvoir influencer notablement les paramètres du changement global, les acteurs sont appelés à les anticiper et à les prendre en compte dans leurs stratégies. Ils sont invités à élaborer une vision prospective qui renouvelle leurs rapports au territoire dans la perspective du développement durable. C’est dans cet esprit que l’exercice de prospective a été développé. La méthode, présentée ici pour la région Guadeloupe, intègre à la fois les tendances lourdes liées à l’environnement contextuel et les tendances lourdes spécifiques au territoire. Au-delà d’un scénario au fil de l’eau qui peut conduire à une marginalisation de la région, deux visions du devenir guadeloupéen sont analysées vers une inacceptable et une souhaitable.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La réflexion prospective sur un territoire permet de prendre en compte le futur dans les orientations de développement et par là même de dépasser les contraintes et les contradictions du court terme. Elle permet aussi d’enclencher auprès des acteurs privés et publics, à tous les niveaux, une prise de conscience de la nécessité de changer les habitudes et les comportements pour faire face aux mutations. Dans une optique de développement durable, elle contribue à prendre des décisions plus efficaces au plan économique tout en visant des objectifs d’équité sociale et de respect de l’environnement.

2Pour la Guadeloupe, le développement durable renvoie aux tendances lourdes auxquelles sont désormais confrontés de nombreux territoires : le défi de la mondialisation, la hausse des besoins en déplacements du fait de l’étalement urbain, les pressions sur les espaces naturels, agricoles et les paysages, la multiplication des conflits d’usages, … Le travail prospectif permet de dégager les enjeux majeurs, d’avancer les objectifs stratégiques et les principales pistes d’action pour y faire face.

1. prospective territoriale et développement durable : un chantier à peine esquissé

3La prospective et le développement durable sont deux questionnements de nature différente mais qui ont des liens étroits.

1.1. Développement durable : une montée en puissance

4Le concept de développement durable remonte à la fin des années 1960, avec la prise de conscience des limites à la capacité d’assimilation de l’environnement (pluies acides, réchauffement climatique, réduction de la couche d’ozone, atteinte à la biodiversité…). Il permet de promouvoir, par l'action collective et dans la durée, un développement économique, environnemental et social, centré sur l'intérêt, les potentiels et les besoins des populations actuelles, à commencer par les plus démunies, et garantissant la préservation des ressources et le devenir des générations futures (Bruntland, 1987).

5Quelques points sont aujourd’hui bien établis : il n'y a pas un mais des développements durables, notamment liés aux réalités du territoire et des objectifs (de progrès) dont les acteurs locaux se dotent. Il est important d'associer toutes les parties prenantes au projet de développement – ce qui implique de rendre les démarches lisibles, d'intégrer la notion de débat public et d'intelligence collective – et de prendre en compte l'interdépendance de l'économie, du social et de l'environnement ; donc de décloisonner ces dimensions dans l'action et l'évaluation. Les visions évoluent, concernant l'économie (responsabilité sociale et environnementale des entreprises, économie sociale et solidaire, …), le social (la diversité culturelle est une ressource, …) et l'environnement (lutte contre l'effet de serre, nouveaux rapports à l'énergie, …). La prise en compte du développement durable contribue à la transformation des modes de faire, des comportements, des organisations et du management, mais aussi à la mise en place de nouveaux rapports à la société civile, aux autres partenaires institutionnels et aux autres territoires, …

1.2. Croisement de la prospective  et du développement durable

6La prospective est un instrument pour aider à la compréhension d’un territoire, l’analyse des tendances lourdes, la détection des éléments émergents porteurs d’avenir (Gode, 2001). Mais c’est aussi un état d’esprit : « voir loin, voir large, analyser en profondeur, prendre des risques, penser à l’homme : voila les cinq lois fondamentales de la prospective. Ce qui la caractérise, c’est donc le long terme, la vision globale, l’analyse intentionnelle, le courage et surtout l’humanité » (Berger, 1967). La prospective est « neutre », c'est un outil de travail, une technique à penser le long terme, là ou le développement durable est d’abord une vision des choses et du monde, une alternative à la vision économiciste du développement actuel.

7Cependant, au croisement de la prospective et du développement durable, le long terme est au centre de la réflexion. La longue durée, le repérage des tendances lourdes, la recherche des ruptures, la préoccupation de l’avenir sont l’essence même de la prospective et sont au centre de la problématique du développement durable.

8L’approche globale, systémique. En prospective, on entend penser globalement un enjeu. Le développement durable est par essence une pensée du global, qui articule des domaines et des pratiques généralement peu reliés, d'où sa richesse mais également sa difficulté de mise en œuvre.
La recherche d'un processus de pensée collective, d'appropriation collective. On trouve dans la prospective la dimension participative publique, notamment dans le champ territorial (ce qui n'est pas le cas de l'application en entreprise). De même, dans le cas du développement durable le principe de participation est clairement affiché.

9Une même volonté : aller vers un futur souhaitable à savoir, vers une société plus harmonieuse dans ses relations entre humains et dans son rapport avec la nature. Enfin, le développement durable peut s’inscrire dans chaque étape de la prospective : i) dans la phase de diagnostic : les forces/faiblesses, les menaces/opportunités, les germes de changement, peuvent être analysés dans le triptyque du développement durable ; ii) dans l’approche stratégique : les leviers d’action pour provoquer les changements souhaités peuvent relever d’une démarche de développement durable (ex. considérer l’environnement comme facteur de développement, renouveler la gouvernance,…).

10Force est de reconnaître que ces deux univers, jusqu'à présent ne se sont croisés qu'à la marge. La méthode des scénarios n'est que rarement utilisée dans l'élaboration de projets de territoires durables. Or, « la prospective pourrait donner au développement durable des armes, d'une part dans l'effort de prise de conscience citoyen des enjeux, et ensuite dans les processus de décision sur le mode de la faisabilité des processus décisionnels à finalité durable » (Loinger, 2006).

1.3. Une démarche de prospective appliquée à la région Guadeloupe : de la phase exploratoire à la phase normative

11L’avenir n’est pas une fatalité, il se construit pas à pas et finalement est moins à découvrir qu’à inventer. Dans une phase exploratoire, la prospective cherche à réduire l’incertitude face à l’avenir, d’analyser et de conjecturer des futurs possibles. Dans une phase plus normative, elle permet de faire émerger la vision d’un futur souhaitable ainsi que la trajectoire pour y parvenir (Godet, 2008).

1.3.1. La méthode prospective des scénarios

12La méthode a été inventée comme outil d’aide à la décision publique. Elle consiste à mettre en lumière des tendances lourdes qui transforment la société, l’économie ou le territoire et à les pousser à l’extrême pour aboutir à des scénarios contrastés, soit inacceptables, soit souhaitables.

13L’introduction du territoire est malaisée et peu construite méthodologiquement. Il est, en effet, relativement facile de repérer les grandes tendances sociétales ou économiques et de les « projeter » sur le territoire. Il est plus difficile de construire des scénarios territoriaux où l’accent est mis, non pas tant sur les tendances générales, mais sur celles qui agitent le territoire considéré.

14C’est dans cette rencontre du global et du local que nous nous sommes risqués, dans le cadre de travaux sur deux régions d’outre-mer françaises : Martinique et Guadeloupe (Lazzeri et Mouhoud, 2006 et 2008). Nous en présentons l’application sur cette dernière région.

1.3.2. Méthodologie appliquée à la Guadeloupe : une démarche en trois étapes

15Le diagnostic (cf .figure 1), en amont de la prospective, doit servir de support et de matériau de base pour sa construction. Il comprend une analyse de la mondialisation et des nouvelles polarisations ainsi qu’un état des lieux de la situation régionale (sur les plans social, économique et environnemental). Les spécificités de la région sont analysées à partir de l’exploitation i) de statistiques INSEE (population, entreprises, emploi, commerce extérieur, pour la région et les zones d’emploi) et ANPE (chômage) ; ii) de travaux sur les activités régionales (Insee, Inra, Observatoire régional du tourisme, Chambres de commerce, d’agriculture et de métiers, Port autonome,…) ; iii) d’enquêtes de terrain conduites par Lazzeri et Mouhoud auprès de diverses institutions (publiques et privées) et personnalités locales (avril 2007 et février 2008). On en déduit les forces et faiblesses de la région en regard de la mondialisation ainsi que les enjeux en termes d’opportunités et de menaces.

  • 1 Cette partie n’est pas présentée dans l’article Elle peut être consultée dans le rapport Mouhoud et (...)

16La réflexion prospective intègre à la fois les tendances lourdes liées à l’environnement contextuel, issues des travaux de prospective de localisation des activités du groupe Perroux (Mouhoud, 2005) et les tendances lourdes spécifiques au territoire, issues du diagnostic et des perspectives d’évolution démographique de la région et de son environnement (Lazzeri et Mouhoud, 2008). Plusieurs scénarios sont décrits, à partir de bifurcations possibles autour d’un scénario au fil de l’eau.
Des recommandations pour une région durable sont formulées en termes de politique régionale et de stratégie de l’Etat1.

Figure 1. Démarche de prospective territoriale

Figure 1. Démarche de prospective territoriale

Source : Lazzeri et Mouhoud, 2008

2. Les specificites de La Guadeloupe : Une region dynamique mais vulnerable dans la mondialisation2

  • 2 Les données statistiques sont présentées en annexe.

17La Guadeloupe est un département français d'outre-mer considéré, en droit communautaire, comme une région ultra périphérique (RUP) en raison d’handicaps structurels lourds (aléas naturels et climatiques, relief, insularité et contraintes archipélagiques, éloignement des centres décisionnels et des marchés européens) qui sont autant de facteurs d’inertie.

2.1. Une économie fragile

  • 3 Sous l’effet du processus de convergence économique, toutes les régions d’outre-mer ont connu un ta (...)

18Tout au long des trois dernières décennies, la Guadeloupe s’est largement modernisée et a connu un développement important3 (avec un rythme soutenu de croissance du PIB, de la population, de l’emploi salarié), sans toutefois se retrouver au niveau des régions métropolitaines. Avec un PIB s’élevant en 2005 à 77% de la moyenne communautaire, la Guadeloupe appartient au groupe des treize régions les plus pauvres d’Europe. L’économie régionale reste une économie de consommation, dominée par les transferts publics (environ 30% du PIB) et par les importations (plus de 10 fois supérieures aux exportations). Elle est encore très marquée par une dépendance à la métropole qui se traduit notamment par la spécialisation de ses productions (banane, rhum, tourisme balnéaire) et de ses échanges extérieurs (la métropole compte pour 63% des importations de la Guadeloupe et 67% des exportations) et qui la rend tributaire du rythme de croissance et des aléas économiques en métropole.

  • 4 La mise en conformité du régime préférentiel avec les règles de l’OMC a conduit à l’accord de Coton (...)

19La limitation du bassin de consommation (petite taille de la population guadeloupéenne et faible intégration commerciale dans l’espace caribéen), l’absence de spécialisation industrielle de pointe, la prédominance de toutes petites entreprises, la situation oligopolistique des firmes spécialisées dans l’import distribution font qu’il n’y a pas d’effet d’entraînement productif local. A cette fragilité, s’ajoute le fait que le système territorial de production de la Guadeloupe doit désormais faire face à la libéralisation des échanges, entreprise dans le cadre des accords de l’organisation mondiale du commerce et des accords européens de partenariat économique (APE) avec les pays Afrique, Caraïbe et Pacifique4. L’intensité croissante des échanges qui en découle contraint la région à se repositionner, tant sur le marché national qui n’est désormais plus protégé, que sur le marché international maintenant plus ouvert. Avec des coûts de productions élevés et un euro cher dans une zone dollar, l’avantage compétitif de la région se fera sur la base de spécificités territoriales non ou difficilement transférables c'est-à-dire liées aux capacités cognitives des acteurs de la région (main d’œuvre hautement qualifiée, R&D, innovations, coopération institutionnelle, savoir-faire particulier, etc.) (Colletis et Pecqueur, 1994), ainsi qu’à l’exploitation maîtrisée du patrimoine naturel (protection des écosystèmes, énergie renouvelable, agri-environnement,…). Ces éléments sont intrinsèquement liés au territoire et à son organisation.

2.2. Une situation sociale et culturelle difficile

20La région est marquée par des écarts extrêmes de revenus (12,5% des ménages sont considérés pauvres pour 6% en métropole en 2005 ; le rapport du revenu moyen net entre les foyers fiscaux imposables et non imposables est de 5,8 en Guadeloupe pour 3,8 en métropole en 2000).

  • 5 Projections de population à l’horizon 2030, Insee/Antiane n°50 – Octobre 2001, Les Antilles vieilli (...)

21Le chômage (26% en 2005, au sens du BIT) est trois fois plus important qu’en métropole et frappe avant tout les jeunes (45% pour les moins de 30 ans) et les femmes (près de 30%), plus qu’en métropole. Son traitement butte sur des offres d’emploi trop limitées en nombre et des faibles niveaux de formation. En 1999, 37% de la population de 15 ans et plus est sans diplôme (18% en métropole) et la part de ceux ayant le bac ou plus n’est que de 24% (contre 36,5% en métropole). Dans les années futures, compte tenu de la structure par âge de la population, la croissance démographique, bien que ralentie5, demeurera concentrée sur les personnes d’âge actif (la part des 15 à 64 ans représente en 2005 les deux tiers de la population) ; ce qui constitue un défi important dans une économie déjà fortement touchée par le chômage.

22L’héritage culturel de la société de plantation (multiplicité des origines culturelles ; absence de mythe fondateur ; dévalorisation de l’individu non blanc), le modèle de consommation occidental (porteur d’individualisme), le caractère insulaire, les disparités géographiques de développement conduisent à des évolutions différenciées, se traduisant par des difficultés à mobiliser la population autour d’un projet de développement dépassant les seuls intérêts corporatistes.

2.3. Un écosystème régional fragile

23La région est exposée à de nombreux risques naturels : inondation, éruption volcanique, mouvement de terrain, cyclone et séisme. Les pressions anthropiques (accroissement démographique, urbanisation, construction d’infrastructures, intensification de l’agriculture, exploitation des ressources et des espaces naturels non raisonnée, pollutions induites, etc.) menacent les écosystèmes terrestres et marins, avec d’autant plus d’acuité que, du fait de l’insularité, il existe une extrême dépendance entre les espèces constitutives avec le risque d’un effet domino. A cela s’ajoute le changement climatique qui devrait influer sur la biodiversité d’outre-mer, de par la modification des zones climatiques, l’élévation du niveau de la mer, de la salinisation des eaux souterraines induite et de l’augmentation des phénomènes climatiques extrêmes comme les cyclones.

2.4. Un aménagement de l’espace non maîtrisé

24L’agglomération pointoise concentre une large part de la population (37% à Pointe à Pitre et les Abymes, 710 hab/km²), de l’activité économique (on y trouve 80% des créations d’emplois dans les dix dernières années, les deux tiers des établissements de plus de vingt salariés et 85% des entreprises industrielles) et des moyens de communication avec l'extérieur (ports, aéroports…). Les politiques d'aménagement de l'espace (urbanisation, organisation des transports) n'ont pas accompagné l'augmentation de la population et les phénomènes de concentration. Il s’ensuit un mitage de l’espace, une saturation des réseaux de transport, une dégradation des sites, des difficultés dans les domaines de l’habitat ou de la construction d’infrastructures (rareté et cherté des terres constructibles, problèmes d’approvisionnement en eau, gestion des déchets…). A contrario, certaines îles sont peu peuplées (Marie-Galante : 79,8 hab/km² ; La Désirade : 8 hab/km²) et la faible densité de population rend aléatoire la rentabilité des commerces ou des entreprises reposant sur le marché de proximité.

3. des atouts et opportunités à exploiter

3.1. Un ancrage institutionnel porteur

25La double appartenance à l’ensemble français et communautaire offre un cadre institutionnel et politique stable. Le statut de RUP permet à la région de bénéficier de politiques de compensation des handicaps structurels.

26L’attrait de la Guadeloupe (auprès d’entreprises, de touristes ou de simples particuliers) réside dans sa sécurité juridique, sa stabilité monétaire (euro), son circuit bancaire sain et dans la qualité de la logistique (infrastructures portuaires, aéroportuaires et routières) et des infrastructures scolaires, universitaires ou sanitaires, même si elle doit être encore améliorée.

3.2. Des opportunités de renouveau économique

27La région bénéficie de nombreux atouts (biodiversité, paysages naturels, milieu marin, qualité du cadre de vie,..) qui lui confèrent un potentiel de développement et d’attractivité élevé (écotourisme, énergies renouvelables, plantes médicinales et aromatiques…) dans un contexte de sensibilité croissante à l’environnement et à la démarche de développement durable. A cet effet, des prémisses de diversification d’activités s’observent autour de l’exploitation de ressources locales, combinée à une haute intensité de connaissances technologiques (ainsi la production de plantes aromatiques et médicinales par Biotanica, la production expérimentale d’un jus de canne bio). De plus, la Guadeloupe, comme l’ensemble des RUP, représente pour la recherche européenne le seul accès à la zone tropicale alors que tous les pays concurrents y ont un accès.

28Par ailleurs, la mondialisation de l’économie, associée à l’appropriation des nouvelles technologies de la communication et de l’information, offrent également des opportunités à exploiter (télétravail, centres d’appel).
A cela s’ajoute, depuis quelques années, une action de reconquête d’une partie du marché local par certains exploitants agricoles, chefs d’entreprise de l’agro-alimentaire, pêche, thermalisme… Cette action doit recevoir l’appui d’une politique régionale forte (Région, Chambre d’agriculture) où la conquête du marché intérieur est affichée comme un axe décisif du développement par la Région et l’Etat ainsi que du soutien de la métropole et de Bruxelles.

3.3. Emergence de nouvelles dynamiques sociales

29Des transformations s‘opèrent tant dans la reconnaissance d’une identité socio culturelle de la Guadeloupe, que « dans les pratiques de solidarité et d’action de coopération familiale, inter entreprise et interinstitutionnelle » : réseaux associatifs, régénérescence d’une solidarité familiale (cohésion familiale, objectifs collectifs, soutien aux jeunes, entreprises familiales…), tontine, groupement d’entreprises, coopération des conseils régional et départemental sur des projets structurants... Encore embryonnaires, ces dynamiques préfigurent peut être des changements de comportements plus porteurs de solidarité et par là même plus favorables à l’émergence d’un projet collectif (Corvo-Hatchi, 2008).

4. Marginalisation, eclatement, sortie par le haut : Trois scenarios pour objectiver les enjeux de la Guadeloupe

30La réflexion conduite sur le devenir de la Guadeloupe se situe dans le prolongement des travaux du groupe Perroux qui proposent une prospective des processus économiques en cours à l’échelle régionale, à l’horizon 2020. La globalisation des économies, la dépendance de l’économie locale à l’égard de la métropole et de l’Union européenne justifient le recours à une telle approche. Au-delà d’un scénario tendanciel qui peut conduire à une marginalisation de la région, nous proposons deux visions du devenir guadeloupéen …vers une inacceptable et une souhaitable. Des schémas qui, bien entendu, peuvent connaître des variantes et qui révèlent, en tout état de cause, la nécessité pour la Guadeloupe de prendre son avenir en main.

31Le groupe Perroux a cherché à décrire les évolutions possibles des économies régionales françaises sous l’effet des bouleversements des conditions et d’échange, à l’horizon 2020. Des établissements se délocalisent pour profiter de marchés dynamiques ou pour profiter de faibles coûts de production. Dans le même temps, des individus se déplacent pour suivre l’emploi ou bénéficier d’un cadre de vie agréable. L’ensemble de ces décisions individuelles modifie en profondeur le tissu économique et social des régions françaises et européennes. Les conséquences de ces évolutions peuvent être favorables ou néfastes selon les territoires, en fonction de leur degré d’exposition à la concurrence et de leurs ressources propres.

32La prospective est conduite de manière classique (encadré n°1), pour construire un scénario « au fil de l’eau » qui fait l’hypothèse que les évolutions dans lesquelles s’est construite la relation localisation des activités économiques/régions françaises se dérouleront dans le prolongement des tendances actuelles. Des variantes de ce scénario tendanciel sont introduites, et conduisent à définir des trajectoires plausibles pour les régions françaises (tableau n°1).

Encadré 1. La démarche de prospective (Groupe F. Perroux)

La démarche s’effectue en deux étapes :

  • Identification des variables déterminantes. Deux types de variables sont considérés majeurs dans la relation entre la localisation des activités économiques et les régions françaises : les caractéristiques de l’environnement des entreprises (évolutions technologiques, économiques et démographiques), les facteurs « institutionnels », qui relèvent des conditions de fonctionnement des systèmes économiques et des modes de gouvernance.

  • Choix des hypothèses. Le choix d’un scénario tendanciel conduit à retenir les hypothèses correspondant aux tendances lourdes. Des hypothèses sur les ruptures et bifurcations permettront
    ensuite de définir d’autres scénarios.

  • 6 A l’intérieur des trois scénarios, des variantes ont été envisagées et sont présentées dans le rapp (...)

33En reprenant les travaux du groupe Perroux, on déduit quelques futurs possibles pour la Guadeloupe eu égard aux atouts et fragilités régionales ainsi qu’aux perspectives d’évolution démographique et de l’environnement régional caribéen qui sont autant de contraintes pour la région. Bien entendu, si le décor « spontané » des années à venir est réellement envisageable, il reste encore beaucoup d'inconnues, tant en ce qui concerne l'intensité et la vitesse des transformations annoncées qu'en ce qui concerne l’attitude de maints acteurs susceptibles de peser sur le cours des choses6

Tableau 1. Localisation des activités économiques et territoires, Scénario tendanciel et variantes, à l’horizon 2020

Tableau 1. Localisation des activités économiques et territoires, Scénario tendanciel et variantes, à l’horizon 2020

Source : Mouhoud - Groupe Perroux, 2005

4.1. Un scénario tendanciel

34Ce scénario envisage un rythme très modéré de la croissance économique en Europe et en France (autour de 2%), en liaison avec l’absence de ruptures technologiques majeures, une croissance continue de la consommation des ménages, un vieillissement de la population et son corollaire le développement des services liés à la sécurité, aux loisirs, au tourisme,… Ce scénario dessine l’avenir des territoires français dans un environnement international libéralisé et dans un contexte d’accroissement des inégalités territoriales et de polarisation des activités au profit des grandes agglomérations. Le cadre européen est aussi au centre de ce scénario tendanciel avec une Union européenne à géométrie variable qui n’approfondit pas ses institutions.

  • 7 Les travaux du groupe Perroux ont conduit à définir trois types d’espaces pour la France à l’horizo (...)
  • 8 Dans la perspective d’un prolongement des tendances passées (qui prend pour référence de migration (...)

35Le risque de marginalisation de la Guadeloupe dans un environnement peu régulé
Bien que la Guadeloupe figure toujours parmi les régions les plus dynamiques de France en matière de création de richesse, le rythme de croissance s’affaiblit. La poursuite des tendances de polarisation des activités d’innovation dans les grandes métropoles et de mobilité internationale croissantes des firmes et du travail qualifié, tout en ouvrant des opportunités nouvelles pour les bases d’exportation des régions françaises, est peu favorable aux espaces standards7 comme la Guadeloupe, dont le pouvoir de polarisation est assez faible (tissu productif peu diversifié, enseignement supérieur et R&D insuffisamment développés, infrastructures de logistiques encore limitées,..), notamment dans un contexte institutionnel de faible régulation mondiale et européenne. De plus, une croissance molle en Europe et en France n’est pas favorable à une extension du marché régional, voire peut conduire à une contraction de la demande (produits de consommation, tourisme). A cela, s’ajoute un ralentissement de la croissance démographique et un vieillissement de la population8 qui auront des effets sur l’économie régionale, en termes de dynamisme du marché intérieur, de demande de biens et de services, …On ne peut écarter aussi les risques pour la Guadeloupe du maintien du chômage et de la pauvreté dans quelques pays caribéens (pression sur l’environnement, émigration clandestine, usage de la drogue, propagation du sida, etc.) (Hecquet, 2004).

36Si la croissance économique n’est pas imputable aux seuls transferts publics, la région du fait de son retard de développement, a bénéficié et devra encore recevoir des soutiens de l’Etat français et de l’Europe en sa qualité de RUP. Or, dans une perspective de politique régionale à moyens constants (en rupture par rapport aux ambitions de 1999) et davantage centrée sur les nouveaux Etats membres, les efforts seront nécessairement limités.

37Ce contexte peut bien entendu conduire à une marginalisation de la région, une hypothèse d’autant plus plausible que la région n’a pas su s’affirmer dans l’espace caribéen et sur la scène européenne. Bien entendu, les deux décennies ont connu des changements. Les efforts entrepris dans les domaines de protection de l’environnement (agriculture biologique, énergies renouvelables, écotourisme, gestion des déchets) ont contribué à modifier le paysage et pour partie l’économie guadeloupéenne. Les importations de produits agricoles ont diminué au profit de la production locale. Le patrimoine naturel a été préservé et constitue le moteur pour la filière tourisme. La tertiarisation de l’économie se poursuit avec le négoce et l’importation pour la consommation. La région est devenue un hub portuaire de renommée internationale et l’activité portuaire connaît une expansion continue.

38Cependant, si la région a pu se positionner sur quelques « niches » (nature et port notamment), les conditions de la rupture avec les tendances passées ne sont toujours pas réunies : coûts toujours élevés de la main d’œuvre et du transport (fiscalité inchangée, non continuité territoriale) ; innovations faibles ; absence de projet collectif et de vision prospective ; maintien de la région dans la dépendance de décisions extérieures.

4.2 Un scénario catastrophe 

39Il se caractérise par plusieurs éléments : stagnation économique, stagnation technologique, sclérose démographique, protectionnisme élevé, les 3 D (délocalisation de substitution, désindustrialisation, déclin de la France), politique redistributive de l’Union européenne et de l’Etat en panne et Politique Agricole Commune démantelée. Dans ce scénario, la compétition-coût reprend une importance croissante par rapport à la concurrence par l'innovation et la différenciation. Les territoires sont très affectés par les faibles performances technologiques (et les délocalisations). Les traditionnels bassins continuent à perdre un nombre important d'emplois, peu ou mal compensés par de nouvelles activités économiques. On peut assister à une fragmentation du territoire, entre les lieux qui restent « branchés » sur l'économie-monde et de nombreuses poches territoriales touchées par le déclin d'activités. Seules conservent un dynamisme, les villes qui ont basé leur essor sur l'exploitation des « intelligences ». Un repli sur le local se constate, surtout si la baisse du rythme de croissance est marquée. Dans ces circonstances, nombreux bourgs ruraux et petites villes survivent grâce à la résistance de firmes engagées dans une compétition par les coûts, dès lors qu'elles ont su serrer les règles de leur gestion.

40Vers un éclatement de la société guadeloupéenne
Les activités guadeloupéennes qui n’ont pas su adapter une offre qualité/prix en regard de la concurrence extérieure souffrent d’un manque de compétitivité conduisant à des rationalisations de la production, voire de profondes restructurations. L’hypothèse protectionniste à moyen terme peut permettre, aux activités fortement ouvertes à l’échange international et subissant une concurrence croissante par les coûts, de connaître une période temporaire de rémission. Cependant, des mesures de rétorsion sont envisageables : dans un contexte de morosité des marchés métropolitain et européen, certaines activités peuvent être freinées dans leur volonté de conquête de nouveaux marchés. En matière de tourisme, le contexte culturel du protectionnisme et la hausse du prix de l’énergie risquent d’accélérer la régression de la clientèle étrangère, tandis qu’ils favorisent l’identité territoriale et la différenciation de l’offre interne. Parallèlement la clientèle française, dont les revenus sont limités du fait de la stagnation économique, peut se replier sur les destinations intérieures de la métropole ou d’Europe. Dans un contexte de morosité économique, les jeunes (en particulier les plus qualifiés) sont enclins, davantage encore que par le passé, à quitter la Guadeloupe pour des espaces plus dynamiques. Une économie résidentielle se développe, en liaison avec le vieillissement de la population. Le renforcement de la polarisation au profit de quelques métropoles françaises bien insérées dans la compétition mondiale et autour des bassins d’emploi dominés par des entreprises innovantes qui tirent leur épingle du jeu, peut conduire à une récession en Guadeloupe, sauf un interventionnisme majeur des collectivités locales qui, dans un contexte de stagnation économique a cependant des moyens limités.

4.3. Un scénario vertueux

41Croissance économique forte, entretenue par d’importantes innovations technologiques (voire des bouleversements technologiques), dynamisme démographique soutenu par une politique d’immigration plus ouverte, régulation multilatérale du commerce mondial, développement des énergies renouvelables, constituent les éléments clés de ce scénario. Une compétitivité-coût liée à la diffusion d’innovations de procédés et une nette compétitivité-qualité en raison de l’essor de nouveaux produits vont bénéficier, en priorité, aux métropoles européennes et aux zones connectées sur les flux de l’économie monde et bien insérées dans l’économie de la connaissance. L’hypothèse de blocs régionaux et multilatéralisme doit aussi renforcer une polarisation des espaces agglomérés.

42Pourtant, ces tendances à une trop forte polarisation peuvent être contrebalancées, d'une part, par la forte vitalité des réseaux qui se développent à partir des pôles dominants et qui font de maints pôles « de second rang » des relais performants de l'innovation ; d'autre part, par la redistribution des gains de croissance enregistrés dans les espaces agglomérés. Cette dernière politique permet de relancer la dynamique de territoires éloignés et marginalisés et d'enclencher une spirale féconde de développements locaux.

43Vers une Guadeloupe qui gagne
Un cercle vertueux de croissance en France et en Europe, est favorable à une redynamisation de l’économie régionale (augmentation des débouchés pour les biens guadeloupéens, innovations), elle-même favorable à un retour en Guadeloupe des jeunes qui ont fait le choix de poursuivre des études en métropole ou à l’étranger et de moins jeunes ou retraités vivant en France et désireux de revenir en Guadeloupe.

44La Guadeloupe peut être tirée vers le haut avec l’appui d’une politique redistributive importante, en passant par la règle de continuité territoriale, rendue possible par les disponibilités de la puissance publique et une relance de la politique régionale européenne (dans l’hypothèse d’une Europe quasi fédérale). De plus, dans la perspective d’un développement des échanges mondiaux, la Guadeloupe peut chercher à tirer parti des flux touristiques, sous condition d’une différenciation des produits et d’une recherche permanente de qualité des prestations, rendues nécessaires dans un contexte de forte concurrence internationale sur les destinations.

45Ce scénario est fondé sur la capacité de la région à développer des produits de qualité : gestion de l’environnement, recherche, économie de l’immatériel,…En rupture avec les scénarios précédents, l’Union européenne, l’Etat et la région (décideurs et citoyens) se reconnaissent dans une même ambition : faire de la région un relais performant de l’innovation. Une mise en valeur et une gestion performante de son environnement et des ressources humaines favorisent l’implantation de centres de recherche importants qui irriguent le tissu économique et social. Un tissu d’entreprises émerge, axé sur les hautes technologies, les finances internationales et les services à forte valeur ajoutée. La région exporte son savoir-faire, ses produits. Elle met en avant l’image d’une société multiculturelle exemplaire de tolérance et de réussite.

46Si le scénario vertueux crée les conditions permissives d’un renouveau, il n’augure en rien un changement durable. Inventivité, engagement politique fort, volonté de la société guadeloupéenne de construire un projet collectif, doivent être au rendez-vous, cela dans une nouvelle culture de la relation construite autour du « vivre-ensemble » et du «vivre dans le monde» (Chamoiseau, 2006) ».

Conclusion

47En dépit des difficultés liées aux incertitudes à venir (technologiques, économiques, géopolitiques, institutionnelles), la méthode des scénarios permet de réfléchir sur les évolutions susceptibles de survenir dans la région. Pour éviter que les ajustements lui soient imposés et préparer des scénarios de substitution dans le sens d’une région durable, il est impératif de « définir des modalités de développement beaucoup plus respectueuses du milieu, de tendre vers des modes de production et de consommation raisonnés et plus généralement vers une gestion maîtrisée des atteintes anthropiques » (Saffache et Moutamalle, 2006). L’échelle régionale doit construire, avec l’Etat, une stratégie singulière de développement durable local.

48Par ailleurs, la cristallisation de l’anticipation en actions efficaces impose une phase d’appropriation par les décideurs et la société civile des résultats de la démarche, d’une vision du territoire qui fait sens et l’explication des conditions de mise en œuvre de la volonté d’action publique. Cela passe par une mobilisation d’un grand nombre d’acteurs, au travers d’un cadre organisé d’échanges qui s’appuie sur des formes interactives d’apprentissage (animation, concertation, débat participatif...). Comme le souligne Michel Godet (2001), « la prospective est réussie si elle est d’abord un vecteur de dynamique territoriale».

Haut de page

Bibliographie

Berger G. (1967). Etapes de la prospective, Paris, PUF.

Chamoiseau P. (2006). « L’esprit de liberté », Texte prononcé à l’Observatoire culturel, économique et social du Parti progressiste Martiniquais.

Colletis G., Pecqueur B. (1994). « Les facteurs de la concurrence spatiale et la construction des territoires », in G. Garafoli. et A. Vasquez Barquero (eds), Organization of Production and Territory : Local Models of Dévelopment, Pavia, Gianni Iuculano Editore.

Durance P., Godet M., Mirénowicz, P., Pacini, V. (2008). La prospective territoriale, Pour quoi faire ? Comment faire ?, Cahiers du LIPSOR, série Recherche n°7.

Godet M. (2001). Prospective et dynamique des territoires, Futuribles, 269 : 25-34.

Hecquet V. (2004). L’espace des Caraïbes : structures et enjeux démographiques et économiques au début des années 2000, INSEE.

Lazzeri Y., Mouhoud E.M. (2006). Mutations économiques et dynamique territoriale : quelles stratégies de compétitivité pour la Martinique ?, Rapport pour la Chambre de Commerce et d’Industrie de Martinique.

Lazzeri Y., Mouhoud E.M. (2008). La Guadeloupe dans la mondialisation : diagnostic prospectif et recommandations, Rapport pour le Conseil régional de Guadeloupe.

Lazzeri Y., Moustier E. (2008). Développement durable et territoires : du concept à la mesure, Paris, L’Harmattan.

Loinger, G. (2006). Développement des territoires et prospective stratégique, Paris, L’Harmattan.

Mouhoud, E.M. (2005). Localisation des activités économiques et stratégies de l’Etat : un scénario tendanciel et trois stratégies d’action régionale pour l’Etat - Rapport du groupe Perroux du Commissariat général du plan.

Saffache P., Moutamalle L. (2006). «Le développement durable : entre espoirs et illusions», Etudes caribéennes, URL : http://etudescaribeennes.revues.org/803

Haut de page

Annexe

Principales caractéristiques de la région

Tableau 2. Quelques chiffres indicatifs de la biodiversité en Guadeloupe

Formations récifales : 200 km²

ZEE (zone économique exclusive) : environ 90 000 km²

Types d’îles : Îles hautes volcaniques

Types de récifs : Barrière-Frangeant

Longueur de récif : 200 km

Surface des mangroves : 3000 ha

Surface des herbiers : 9726ha

La Guadeloupe est riche de plus de 3600 espèces de plantes différentes, 625 espèces médicinales, 220 espèces comestibles (dont 130 fruits, 60 légumes, 20 tubercules, 10 noix et graines)

Tableau 3. PIB par tête en Guadeloupe et écart avec la métropole

1993

2000

2005

PIB (millions d’euros)

3992

593

7342

PIB par tête (euro)

10068€

13071€

16575€

En % du PIB par tête moyen français

54%

55,9%

61%

Source : Insee

Tableau 4. Les indicateurs démographiques en Guadeloupe Métropole

Guadeloupe

Métropole

Population estimée au 1er janvier 2006

458000

62,9 millions

Evolution population (Taux annuel moyen) :

  • 1999-2006

+1,16%

+0,65%

  • 1990-1999

+0,98%

+0,40%

  • 1982-1990

+2,07%

+0,52%

Part moins 20ans/art des 60 ans et +

2,26

1,15

Part des moins de 20 ans dans la population

31,7%

24,6%

Source : Insee, RGP 1999 et *Estimations de population au 1er janvier 2006 (source : Antiane, n°66-Guadeloupe, septembre 2006)

Figure 2. Evolution des importations et des exportations (en millions euros), 1993-2003

Figure 2. Evolution des importations et des exportations (en millions euros), 1993-2003

Source : INSEE

Tableau 5. Part de la zone partenaire dans les échanges de biens et solde pour la Guadeloupe en 2004

Tableau 5. Part de la zone partenaire dans les échanges de biens et solde pour la Guadeloupe en 2004

Tableau 6. Quelques indicateurs socio-économiques selon les zones d’emploi de Guadeloupe

Tableau 6. Quelques indicateurs socio-économiques selon les zones d’emploi de Guadeloupe
Haut de page

Notes

1 Cette partie n’est pas présentée dans l’article Elle peut être consultée dans le rapport Mouhoud et Lazzeri (2008).

2 Les données statistiques sont présentées en annexe.

3 Sous l’effet du processus de convergence économique, toutes les régions d’outre-mer ont connu un taux de croissance supérieur à celui de la métropole.

4 La mise en conformité du régime préférentiel avec les règles de l’OMC a conduit à l’accord de Cotonou en 2000, qui prévoit la négociation d’Accords de Partenariat Economique à partir de 2008, entre l’Union européenne et les pays Afrique, Caraïbe et Pacifique. Il s’agit d’accords de libre-échange par lesquels chaque partie s’engage à supprimer les restrictions aux importations en provenance de l’autre partie.

5 Projections de population à l’horizon 2030, Insee/Antiane n°50 – Octobre 2001, Les Antilles vieillissent, la Guyane se peuple.

6 A l’intérieur des trois scénarios, des variantes ont été envisagées et sont présentées dans le rapport cité (Lazzeri et al., 2008).

7 Les travaux du groupe Perroux ont conduit à définir trois types d’espaces pour la France à l’horizon 2020 :
des «espaces agglomérés» où s’interconnectent de nombreuses fonctions génériques et où se concentrent toutes sortes de services spécialisés de haut de gamme, créateurs de nombreuses « économies d’agglomération ». Ces espaces correspondent soit aux métropoles ou villes de premier rang, soit à certains espaces de second rang, réunissant des facteurs spécifiques et entraînant dans leur mouvance des espaces périurbains ou ruraux. Le rôle croissance de ces espaces agglomérés est à rattacher à la poursuite de la concentration des activités de recherche et développement.
des «espaces différenciés», correspondant à la création de biens spécialisés pour développer des activités ou technologies bien précises (technopoles, districts, pôles de compétitivité, systèmes productifs localisés,…)
des «espaces standards» ou agglomérations de moyenne importance, offrant des services génériques à leurs habitants et aux territoires ruraux environnants. Dans cette catégorie on peut inclure des espaces plus diffus dominés par des activités rurales et touristiques qu’on peut qualifier de territoires à ressources fixes.

8 Dans la perspective d’un prolongement des tendances passées (qui prend pour référence de migration la période 1990-1999 et un nombre d’enfants par femme de 2), la population atteindra le demi-million d’habitants en 2030. La Guadeloupe ne gagnera plus que 1500 habitants par an à l’horizon 2030, contre 4000 en l’an 2000. Les jeunes seront moins nombreux (près de 25% en 2000, près de 19% en 2020, 17,3% en 2030 et le rapport moins 15 ans/plus de 60 ans passera de 1,8 en 2000 à 0,8 en 2020 et 0,5 en 2030. INSEE, 2001, Antiane n°50, « Les Antilles vieillissent, la Guyane se peuple ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Démarche de prospective territoriale
Crédits Source : Lazzeri et Mouhoud, 2008
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10998/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 1. Localisation des activités économiques et territoires, Scénario tendanciel et variantes, à l’horizon 2020
Légende Source : Mouhoud - Groupe Perroux, 2005
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10998/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 2. Evolution des importations et des exportations (en millions euros), 1993-2003
Crédits Source : INSEE
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10998/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 5. Part de la zone partenaire dans les échanges de biens et solde pour la Guadeloupe en 2004
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10998/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 6. Quelques indicateurs socio-économiques selon les zones d’emploi de Guadeloupe
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/10998/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yvette Lazzeri et El Mouhoub Mouhoud, « Prospective territoriale en terre de développement durable : une application à la région Guadeloupe », Études caribéennes [En ligne], 16 | Août 2010, mis en ligne le 15 août 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/10998 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.10998

Haut de page

Auteurs

Yvette Lazzeri

Enseignant-chercheur, Responsable du Pôle Développement durable et territoires méditerranéens, Centre d’Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), Faculté de Droit et de Science Politique, Université Paul Cézanne Aix Marseille III, yvette.lazzeri@univ-cezanne.fr

El Mouhoub Mouhoud

Professeur de sciences économiques à l’Université de Paris Dauphine, Président du groupe Economie des services et territoires à la DIACT, em.mouhoud@dauphine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org