Navigation – Plan du site

La construction de l’espace touristique de la Grande Barrière de Corail : entre protection de l’environnement et modifications de l’accessibilité au récif

Luc Vacher

Résumés

La Grande Barrière de Corail s’étend sur 2000 kilomètres le long de la côte orientale de l’État du Queensland en Australie. Chaque année, le « Great Barrier Reef Marine Park », le plus grand parc marin du monde établi en 1975, compte plus de 1,8 millions d’entrées. Depuis 1981, cet ensemble d’îles et de récifs est aussi inscrit sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. La mise en tourisme de la région, qui s’est faite progressivement autour de l’exploitation de cette attraction, n’a pas été uniforme. Ce texte a pour objectif d’aider à comprendre la différentiation spatiale du développement touristique dans la région. Une analyse des changements dans la perception du récif montre que l’importance de la préoccupation environnementale est ancienne dans la gestion de cet ensemble, mais qu’elle a évolué. L’augmentation de la fréquentation de la Grande Barrière par les touristes est ensuite replacée dans le contexte de la croissance du tourisme australien. Enfin l’importance des conditions techniques et du cadre légal de l’accès aux récifs sont envisagés pour expliquer la polarisation actuelle du développement autour des zones de Cairns/Port Douglas et des îles Whitsunday.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Grande Barrière de Corail est un ensemble de 2900 récifs et de 940 îles coralliennes répartis sur 2000 kilomètres entre le Cape York et l’île Fraser le long de la côte orientale de l’État du Queensland en Australie. C’est aussi 730 permis accordés à des entreprises touristiques pour exploiter 1500 bateaux, hélicoptères, hydravions dans le cadre de l’accueil annuel de 1,8 million de touristes payant la taxe d’entrée dans le parc marin. En effet depuis 1975, le « Great Barrier Reef Marine Park » est chargé de la gestion des 350 000 km2 du plus grand parc marin du monde (IUCN, 2003) qui est aussi inscrit sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO (1981).

2Cette prise en compte précoce indique que la préoccupation environnementale pour les récifs de la Grande Barrière est ancienne. Les discours sur les pollutions en tous genres : risque de marée noire, rejets de pesticides de l’agriculture, écoulements d’eaux boueuses liés aux mines à ciel ouvert, pressions sur le milieu naturel impliquées par la fréquentation touristique, mais aussi menaces liées à une pêche abusive font partie des exposés qui ont accompagné la mise en place d’une politique de développement régional. Aujourd’hui, ils sont rejoints par les inquiétudes à propos du réchauffement des eaux et de l’atmosphère lié à l’effet de serre. Mais, alors que dans d’autres endroits du monde le discours écologiste vient contrarier des intérêts économiques déjà en place, ce qui provoque très souvent des conflits, le tourisme sur le récif a eu la chance d’entamer sa véritable croissance une fois le parc marin établi. L’activité touristique s’est épanouie, parallèlement aux discours environnementaux, dans un cadre spatial contrôlé ; elle a donc pu penser son développement en tenant compte de l’air du temps. Aujourd’hui, la mise en tourisme de la région de la Grande Barrière s’organise donc autour de l’exploitation du « récif » en tant qu’élément menacé d’un environnement tropical. Dans le cadre du développement de « l’écotourisme » et de l’idée de « tourisme durable », le récif est devenu, aux côtés de la culture aborigène et de la « rainforest », un élément des patrimoines que le tourisme doit permettre de préserver à travers une gestion responsable.

3Mais la construction de l’espace touristique de la Grande Barrière de Corail, l’établissement et l’évolution de ses hauts lieux et de ses marges ne sont pas spécialement associés à ces inquiétudes. Aussi est-il intéressant de comprendre quelles ont été les différentes dynamiques à l’œuvre dans la construction de la Grande Barrière de Corail en tant qu’espace touristique. La recherche des logiques et des processus ayant joué dans la différentiation des lieux permettra d’avoir une meilleure compréhension de la situation actuelle. Elle aidera aussi à comprendre les mécanismes à l’œuvre dans les évolutions en cours en ce début de XXIe siècle. Pour cela, après l’analyse des changements dans la perception du récif et l’étude de la croissance du tourisme australien en général, qui explique en grande partie l’augmentation de la fréquentation de la Grande Barrière ; il nous semble important d’aborder un certain nombre de facteurs explicatifs des conditions de l’exploitation touristique du récif, que cela soit au niveau de la réglementation ou au niveau technique.

1. La Grande Barrière de Corail : du risque pour la navigation à la merveille menacée

1.1. Un risque majeur pour la navigation

4La Grande Barrière est un ensemble d’îles et de récifs disposés au nord du tropique du Capricorne, le long des côtes orientales de l’Australie et plus particulièrement celles de l’État du Queensland. Elle est issue d’un récif frangeant qui bordait la côte. Lors de la remontée des eaux qui suivit la fin de la dernière grande glaciation, il y a environ 10 000 ans, les massifs coralliens ont été obligés de croître en hauteur pour rester à la profondeur optimale. Ils ont fini par former un récif-barrière éloigné de la nouvelle ligne de rivage. Avec la stabilisation du niveau des eaux, il y a environ 6 000 ans, le récif retrouvait un nouvel étage d’équilibre et les grandes lignes du paysage actuel de la Grande Barrière de Corail étaient en place. Cette barrière qui court aujourd’hui sur plus de 2 000 kilomètres entre l’île Fraser au sud et le détroit de Torres au nord ne forme pas un long récif ininterrompu. Elle est composée de plus les 2 600 récifs différents et de quelque 300 îles coralliennes. La disposition de ces récifs varie aussi. À la hauteur de Cairns, la zone des récifs est atteinte à une trentaine de kilomètres de la côte, elle s’étend alors sur une quinzaine de kilomètres de large. Mais au sud, les Swain Reef qui s’étendent sur 150 kilomètres de large ne sont atteints qu’après une centaine de kilomètres en mer ; la barrière n’est alors plus qu’un dangereux complexe récifal où les bateaux s’aventurent peu (figure 1).

5Ce risque pour la navigation (lieu de déferlement, présence de courants de marée, manque de visibilité à marée haute) est d’ailleurs la première nature qui fut reconnue aux récifs coralliens de la Grande Barrière. Le Capitaine James Cook en fut la première victime. Après avoir découvert la côte est-australienne à la hauteur de l’actuelle ville de Sydney, il remonte vers le Nord. Au niveau du Tropique du Capricorne, il longe la barrière par l’intérieur sans réaliser qu’il navigue dans une sorte de chenal en entonnoir qui le condamne à rencontrer les récifs tôt ou tard. Le 11 juin 1770, l’Endeavour, son vaisseau, heurte un récif à la hauteur de l’actuelle ville de Cooktown, le bateau est sérieusement touché. Cette avarie l’oblige à échouer le navire pour une réparation qui dura plus d’un mois. Ce fut la plus longue « escale » de Cook pour son premier voyage en Australie. Deux ans plutôt Bougainville, qui arrivait deTahiti par l’Est, notait dans ces parages la présence de récifs dangereux. Leur présence était suffisamment répulsive pour qu’il changeât de cap. En remontant vers le Nord, il ne pouvait comprendre qu’il était tout proche des côtes de ce qui deviendrait un jour l’Australie. La nature de la Grande Barrière, qui n’est d’ailleurs pas encore identifiée comme telle, est alors très claire c’est un danger pour la navigation qu’il convient d’éviter. C’est Flinders qui comprend la nature de « barrière » du récif quant en 1799/1800, il mène l’exploration systématique des côtes du Queensland, il baptisa cet ensemble « Great Barrier Reef ». Mais au début du XIXe siècle, cet espace reste peu parcouru. Les quelques pêcheurs d’holothuries ou l’exploitation de gisements de phosphate sur les îles Lady Elliot et Fairfax n’amènent pas une grande fréquentation de ces côtes.

6Figure 1. La Grande Barière de Corail (Australie)

7Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, avec la colonisation pastorale de l’arrière-pays, quelques ports voient le jour pour faciliter les relations avec le sud (Rockhampton, Mackay, Bowen et Townsville dans les années 1960). Dans les années 1870, les ports de Cairns, Port Douglas et Cooktown se sont développés en relation avec la découverte de gisements d’or et de cuivre dans le Nord. L’absence de réseau routier digne de ce nom dans la région, fit de la voie maritime le « chemin » le plus rapide et le plus confortable pour communiquer avec les grandes villes du Sud (Brisbane, Sydney et Melbourne). La côte du Queensland connut aussi un trafic maritime entre les colonies australiennes et les colonies asiatiques du Royaume-Uni (Inde, Birmanie, Malaisie, Singapour). Les récifs restaient un problème majeur à la fin du XIXe siècle. Sur les 858 épaves identifiées par la Australian National Shipwreck Database, pour la période 1791-1980 dans le nord du Queensland, 543 (soit plus de 60 % des épaves) datent de la période 1850-1899.

1.2. Un espace qui peut être regardé autrement

8Si les eaux de la grande barrière sont considérées comme un espace maritime dangereux, il n’empêche qu’à la fin du XIXe et au tout début duXXe siècle certaines îles commencèrent à être fréquentées, en général pour des pique-niques ou des parties de pêche. Certes, nombre de ces îles sont des îles proches de la côte : des îles hautes (d’anciennes collines) qui ont seulement développé un récif frangeant ; cependant un petit nombre d’entre elles sont des îles coralliennes faisant partie de la Grande Barrière de Corail. C’est le cas de Green Island. Dès 1880, un bateau proposait des excursions sur l’île à partir de Cairns. Dans les années 1890, l’usage de l’île était régulier, des cocotiers y furent plantés pour amener un peu d’ombre. En 1906, Green Island faisait suffisamment partie des habitudes des habitants de Cairns pour que le City Council déclarât l’île « recreation reserve ». Cette date nous rappelle que la préservation d’espaces naturels est une préoccupation ancienne en Australie. Le plus vieux parc national dans le monde, après Yellowstone (1877), est australien : il s’agit du Royal National Park établi en 1879 dans la périphérie de Sydney. Les premiers parcs australiens semblent, contrairement aux parcs américains, s’établir à partir des villes avant de concerner plus tardivement les profondeurs sauvages du pays.

9Cependant, la barrière de corail n’est pas encore vue : les guides touristiques du début duXXe siècle ont une approche très distante de la mer. Alors qu’ils s’extasient sur les reliefs de l’intérieur et que les cascades font la joie des rares touristes, il faut vraiment que la mer offre une « scenery » remarquable pour être vue ; c’est le cas du groupe d’îles des Whitsunday qui doivent être traversées par les bateaux qui remontent vers le nord du Queensland, entre Mackay et Townsville.

10Les visiteurs commencèrent à s’intéresser aux eaux et aux plages du Queensland quand ils prirent conscience que les coraux et la vie maritime pouvaient présenter un intérêt. On peut dire que la publication du livre « The Confessions of a beachcomber » de Edmund James Banfield en 1908 eut une grande importance dans cette nouvelle approche. Il décrit la vie simple et proche de la nature sur une île tropicale (Dunk Island entre Townsville et Cairns) loin de « la vie à la ville pleine de stress ». Le fait de se trouver isolé du monde et de devoir compter sur son environnement pour vivre l’amène à avoir un regard différent sur la nature qui l’entoure. L’ouvrage connut un réel succès en Angleterre et aux États-Unis et l’on peut dire qu’il marque la naissance d’un intérêt différent pour ces rivages tropicaux. Un deuxième événement marqua la véritable naissance de la Grande Barrière de Corail en tant que monument remarquable de la nature, ce fut une expédition scientifique pluridisciplinaire britannique dont le seul objet était l’étude de la Grande Barrière. La « Great Barrier Reef Expedition » parcourut pendant deux ans (1928-1929) les récifs et les îles de la région, afin de mesurer, collecter, décrire, cartographier un univers d’une richesse insoupçonnée qu’elle révéla au monde. Les touristes vont vouloir voir ces merveilles. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’intérêt existait bien. En 1934, un « Great Barrier Reef Booklet » est publié par le Queensland Government Tourist Bureau ; il parle du récif avant tout comme d’un paradis pour la pêche, mais souligne aussi que c’est un endroit formidable pour ceux qui veulent « étudier » le récif. Le touriste a encore besoin d’alibis pour aller s’émerveiller sur la beauté des coraux. Il n’a pas non plus beaucoup d’informations sur ce qui se passe sous la surface de la mer.

1.3. La découverte d’un monde merveilleux

11Au début du XXe siècle, les images du monde sous-marin étaient encore rares. Les premières photographies sous marines datent des années 1920 ; le magazine National Geographic publia sa première photographie sous-marine d’un poisson prise au large de la Floride en 1926. La plongée restait encore à cette époque une affaire de professionnels ou de militaires qui ont du mal à trouver une alternative au lourd scaphandre alimenté par une pompe à bras en surface. Cependant, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, est publié un livre permettant la promotion d’une autre forme de plongée plus sportive : « The Compleat Goggler » (1938), un ouvrage capital pour le développement de la plongée en apnée. Son auteur, Guy Gilpatric, est un résident américain vivant sur la Côte d’Azur. Les clubs de plongée en apnée se développèrent alors timidement, essentiellement autour de la pratique de la pêche sous-marine.

12La période de la Seconde Guerre a connu deux développements fondamentaux pour la promotion d’une nouvelle image des fonds marins. Au début des années 1940, le scaphandre autonome semble enfin être au point. Ce nouveau modèle, qui est tout de suite adopté par la marine française puis très rapidement par de nombreuses marines du monde dont la marine américaine, c’est « l'Aqualung » mis au point par Jacques Yves Cousteau et Émile Gagnan. Le début des années 1940 connaît aussi la sortie des premiers films sur le monde sous-marin. Hans Hass, un plongeur autrichien, présente en 1942 : « Pirsch unter Wasser », un film réalisé sur les récifs coralliens de Curaçao, possession des Pays-Bas juste à côté de Bonaire, au large du Venezuela ; il présente les premières vues sous-marines de coraux, mais surtout de requins. La mer y est en effet présentée pleine de dangers, peuplée de monstres dangereux que d’héroïques plongeurs repoussent avec des piques. En 1943, c’est au tour de Cousteau de présenter son premier film : « Par Dix-Huit Mètres de fond », mais il faudra attendre l’après-guerre pour que la vision des fonds marins évolue vraiment. La sortie du film « Le monde du silence » de Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle marque un tournant important ; le film tourné en Méditerranée, Mer Rouge et océan Indien remporte la Palme d’or à Cannes en 1956 et un oscar à Hollywood en 1957. Le film connaît un succès phénoménal et marque une véritable rupture dans la vision du monde sous-marin pour le grand public. Il semble que l’imagerie des monstres marins, illustrée par les romans de Jules Vernes, tende à perdre de l’importance. Ce Nouveau Monde est un monde de merveilles que les éclairages des torches sous-marines permettent enfin de voir en couleurs. Les années 1950 marquent aussi la diffusion du scaphandre autonome dans le monde entier. À la fin des années 1950 et au début des années 1960, la plongée avec bouteilles s’organise, des fédérations nationales, des formations des plongeurs et des instructeurs se mettent en place. En 1965, le premier complexe touristique spécialisé dans la plongée est mis en place à Freeport City aux Bahamas. Les fonds sous-marins peuvent s’ouvrir au plus grand nombre.

1.4. Un monde menacé qu’il faut absolument préserver

13La préoccupation de la protection de la nature est ancienne, les parcs nationaux sont nés à partir de la fin du XIXe siècle et se sont multipliés tout au long du XXe siècle. Pourtant, avant la fin des années 1960, la protection de l’environnement reste un domaine d’amoureux de la nature plus qu’un débat sur l’avenir de l’homme. C’est à partir des années 1970 que se développe, dans les sociétés du monde occidental, l’idée que notre environnement vital est menacé ; une conception plus radicale de sa protection apparaît. En 1971 c’est la création, par un groupe d’écologistes du Canada et des États-Unis, du mouvement Greenpeace pour protester contre les essais nucléaires et en 1972 la création du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) montre que la prise de conscience n’est pas un phénomène marginal.

14La création, en 1975, de l’immense parc marin autour de la Grande Barrière intervient donc dans le contexte de l’émergence d’une vision militante de la protection de l’environnement. Le parc se met en place alors que la fréquentation touristique est encore très discrète sur le récif et que les mouvements écologistes marquent leur temps par des actions spectaculaires. En Australie, c’est la très fameuse campagne anti-barrage sur la rivière Franklin en Tasmanie au début des années 1980 ; c’est aussi les polémiques autour de l’exploitation forestière et de l’ouverture d’une piste dans la « rainforest » autour de Cape Tribulation à une centaine de kilomètres au nord de Cairns en 1983. Les actions de type enchaînements aux arbres ou enterrements de militants au milieu des pistes pour empêcher le passage des bulldozers sont alors courantes. La Grande Barrière, merveille de la nature classée en 1981 à l’inventaire du patrimoine mondial de l’UNESCO, est un espace peu menacé et bien protégé et semble donc relativement en marge des préoccupations écologistes.

15À la fin des années 1980 et au début des années 1990, les choses changent, les inquiétudes à propos de l’effet de serre, avec le réchauffement de l’atmosphère et la montée du niveau marin placent très clairement les récifs coralliens dans une position de patrimoine naturel menacé. Le nombre des visiteurs en augmentation et la pêche sont aussi clairement désignés comme des éléments inquiétants. Cette même époque voit l’apparition d’un discours sur l’importance du maintien de la « biodiversité ». Cette idée, consacrée par le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992, désigne comme enjeu de la préservation des milieux le maintien de la richesse du matériel génétique des différentes espèces animales et végétales. Un aspect régulièrement évoqué du bien-fondé de cette approche est que notre avenir et les progrès de la science du futur seront possibles grâce à cette richesse. Le monde marin représentant plus de 90 % des espèces de la biosphère, la très riche vie des récifs coralliens apparaît comme un domaine encore largement inexploré, mais surtout comme un milieu dont la préservation est capitale.

16En parallèle à la montée de l’inquiétude sur l’avenir des récifs (un programme spécifique des Nations Unies sur l’avenir des récifs coralliens, le « Coral Reef Unit » [CRU] est mis en place en 2000), la fin du XXe siècle connaît aussi l’émergence du concept de « développement durable ». Cette durabilité qui cherche à concilier croissance économique et préservation des ressources naturelles pour les générations futures enfantera tout naturellement un « tourisme durable » qui se revendique « éthique » et responsable. Aujourd’hui toutes entreprises en relation avec l’exploitation commerciale des récifs coralliens de la Grande Barrière se doivent d’avoir un discours et des actions en faveur d’un usage respectueux de l’environnement. La caution scientifique est alors systématiquement recherchée et tous les opérateurs touristiques affichent le recrutement de biologistes marins « qualifiés » dans leurs équipes.

2. Structuration de l’espace touristique de la Grande Barrière de Corail

2.1. La mise en place de quelques lieux touristiques dans l’entre-deux-guerres

17Le tourisme dans la région de la grande Barrière se développe timidement à partir de la fin du XIXe siècle, mais c’est surtout dans l’entre-deux-guerres que l’on peut évoquer les premiers flux de visiteurs en provenance du sud du pays. Une pratique de visite hivernale au Queensland tropical se développe à partir des années 1920 ; les visiteurs, essentiellement originaires de Sydney et Melbourne échappent ainsi à la fraîcheur, toute relative, des grandes villes du sud en profitant de la saison sèche sous les tropiques. Ce tourisme pour gens aisés va s’organiser autour du voyage en bateau. Face à la concurrence du rail qui permet l’accès au Nord Queensland à partir des années 1920, les services maritimes, qui assuraient l’essentiel de la desserte des villes du Queensland, se transforment en véritables croisières. Les premiers hauts lieux touristiques sont donc en relation avec ce voyage. La ville de Cairns où les bateaux font escale avant le retour vers le Sud est bien sûr privilégiée ; c’est essentiellement son arrière-pays et ses paysages de plateaux verdoyants et de cascades spectaculaires qui retiennent l’attention. L’autre point d’apogée du voyage est le « Whitsunday Passage » où l’on traverse un groupe d’îles entre Mackay et Bowen. Le paysage tranquille de ces îles hautes rencontre un grand succès et elles sont rapidement établies en étapes où des pique-niques sont organisés. Entre 1930 et 1940, des hébergements touristiques, type accueil chez l’habitant, s’y développent : à Lindeman Island (1929), South Molle Island (1932), West Molle “ Daydream ” Island (1933), Long Island (1933), Brampton Island (1933), Hayman Island (1936). À ces implantations, dont la localisation est entièrement liée à la « croisière », s’ajoute l’épanouissement de lieux nés des pratiques de détente des citadins de la région.

  • 1 Premier hébergement touristique sous forme de « guest house » sur Magnetic Island avec la famille B (...)

18Les principales villes du Queensland tropical sont des ports régulièrement espacés le long de la côte qui ont été créés dans le cadre du développement d’une économie coloniale basée sur l’élevage extensif dans les grandes plaines de l’intérieur et la culture de la canne à sucre sur le littoral. Des lieux aménagés pour la détente locale ont vu le jour, parfois dès la fin XIXe, mais surtout au début du XXe siècle autour de ces agglomérations, que cela soit sur des hauteurs avoisinantes ou le long des plages. Quand des îles existent à proximité, elles sont souvent des lieux d’excursion. C’est le cas de Green Island à partir de Cairns ou de Magnetic Island à partir de Townsville qui sont fréquentées dès la fin du XIXe. La fréquentation touristique originaire du Sud dynamise ces lieux de la récréation locale. Green Island et Magnetic Island sont présentes dans les quelques guides touristiques édités dans l’entre-deux-guerres ; ces deux îles sont d’ailleurs équipées, à la fin des années 1930, d’un hébergement touristique1. D’autres îles connaissent l’implantation d’hébergements qui seront plus ou moins durables ; on trouve ainsi, en 1939, un hébergement dans l’ancienne maison de Banfield à Dunk Island et une audacieuse réalisation à Heron Island au sud de la Grande Barrière à 5 heures de bateau de Gladstone. La fréquentation touristique à l’époque reste cependant très modeste, l’ensemble des hébergements insulaires propose à peine 300 chambres en 1939 (Vacher, 1993). Il faut dire que les quatre principaux centres urbains de la région : Townsville, Cairns, Rockhampton et Gladstone sont alors de petite taille avec des populations comprise entre 10 000 et 35 000 personnes. L’Australie ne compte alors que 7 millions d’habitants, le Queensland atteint juste le million et les visites touristiques internationales ne sont pas favorisées par le long voyage en bateau.

2.2. Popularisation et diffusion du tourisme dans la région après-guerre

  • 2 Le goudronnage de la route principale entre Brisbane et Cairns qui relie toutes les principales vil (...)

19La Seconde Guerre mondiale apporte des changements importants en matière d’accessibilité. Le transport maritime, après avoir disparu pendant la guerre, suite à la réquisition des bateaux, a connu beaucoup de difficultés à la fin des années 1940 alors que le transport aérien était en plein essor. Des pistes d’aviations ont été tracées un peu partout durant la guerre et les visiteurs qui ne souhaitaient pas emprunter le train ou la route, qui n’était encore souvent qu’une piste2, pouvaient bénéficier, dans les années 1950, d’un service régulier entre les principales villes du Queensland. Si la croisière a disparu, l’accès aux îles des Whitsunday se maintint par bateau à partir de Mackay, mais aussi grâce à une déserte par hydravion au départ de Brisbane (Vacher, 1999). Ces appareils assuraient aussi un service permettant d’accéder à Magnetic Island et surtout à Heron Island dont l’isolement était ainsi atténué.

20C’est avec cette croissance du transport aérien et avec la popularisation de l’automobile que se développe à partir des années 1950-1970 un tourisme national sur une base populaire. L’accès aux congés payés qui atteignent, en Australie, trois semaines en 1958 et la multiplication du nombre des voitures individuelles changent la donne en matière de tourisme. De petites stations voient le jour tout au long de la côte du Queensland, l’automobile permettant de s’affranchir de la présence d’une halte de chemin de fer ou d’un aérodrome. Ces lieux se construisent sur le littoral autour de « caravan parks » et de logements en location. La visite sur les îles voisines est une activité commune. Devant l’augmentation de la fréquentation certaines îles jouent l’ouverture aux excursionnistes alors que d’autres revendiquent un accueil réservé à quelques riches clients. Au Queensland tropical on compte, à la fin des années 1960, 500 000 visiteurs nationaux pour 11 000 visiteurs étrangers (GBRMPA 1984), le tourisme dans la région de la Grande Barrière est donc alors essentiellement australien. Il faut dire que le voyage en Australie est encore complexe, ce n’est que le début du « jet age ». Si la première liaison régulière avec l’Europe en avion à réaction date de 1959, elle faisait étape à Fidji, Honolulu, San Francisco et New York ; le premier vol sans escale entre Sydney et San Francisco avec un Boeing 707 date de 1965. De plus la fréquentation touristique ne concernait que marginalement les îles ; en 1969, l’Australian Tourist Commission (ATC 1971) ne recensait que 680 chambres sur les 15 îles offrant un hébergement dans la région de la Grande Barrière. À la fin des années 1970, alors que le tourisme intérieur était en pleine croissance (1 800 000 visiteurs), la capacité d’accueil des îles progressait légèrement (1 000 chambres supplémentaires). Au cours de la même période, le nombre de motels et de « caravan parks » connut une augmentation fulgurante dans la région comme dans tout le pays. La diffusion du tourisme se fit donc tout au long du littoral, mais sans vraiment bouleverser la répartition des hébergements insulaires mis en place avant-guerre.

2.3. Retour à une polarisation du développement touristique à la fin du XXe siècle

21La massification du tourisme domestique débutée dans les années 1970 se poursuivit dans les années 1980 et 1990, elle entraîna une augmentation du volume des infrastructures d’hébergement sur tout le littoral dans une logique d’accès par la route. On observe aussi un accroissement important des visiteurs nationaux privilégiant les lieux bien desservis par les airs ; ce sont ces mêmes lieux qui sont sélectionnés par les visiteurs étrangers. En effet, les années 1980-1990 sont avant tout les années de l’internationalisation du tourisme dans la région de la Grande Barrière de Corail ; de 10 000 visiteurs étrangers à la fin des années 1960 (sur 300 000 visitant l’Australie), on passe à 200 000 à la fin des années 1980 (sur 2 000 000 visitant l’Australie) et à un peu moins de 1 000 000 à la fin des années 1990 (sur 4 000 000). Durant toute la période d’épanouissement du tourisme international en Australie, la région devient de plus en plus populaire auprès des étrangers ; de plus leur part dans la fréquentation totale peut atteindre localement des valeurs importantes comme dans le secteur de Cairns où seulement 63 % des visiteurs sont australiens (en 2002-2003, International Visitor Survey).

22Cette évolution ne recouvre pas une réalité uniforme. Durant toutes les années 1980-1990, on assiste à une concentration des opérations touristiques sur le secteur de Cairns ; en 2003, celui-ci accueille 38 % des nuits que les visiteurs domestiques passent dans la région de la Grande Barrière de Corail, ce pourcentage est de 60 % pour les nuits des visiteurs étrangers (tableau 1).

Tableau 1. La fréquentation touristique dans la Grande Barrière de Corail (2002-2003)

Secteur ou région

Total Visiteurs

Nuits

Visiteurs étrangers

Nuits

Visiteurs nationaux

Nuits

Bundaberg

619 000

2 188 000

43 000

158 000

576 000

2 030 000

Fitzroy (Gladstone)

1 049 000

3 253 000

84 000

290 000

965 000

2 963 000

Mackay

600 000

1 963 000

32 000

115 000

568 000

1 848 000

Whitsunday

646000

3233000

210 000

1 097 000

436000

2136000

Northem (Townsville)

1 012 000

3701000

106 000

861 000

906000

2 840 000

Tropical North (Caims/Port Douglas)

2 057 000

12516000

759 000

5 336 000

1 298 000

7 180 000

Total région GBRMP*

4 845 000

26 855 000

845 000

7 858 000

4 000 000

18 997 000

Îles du GBRMP*

430 000

1 862 000

147 000

592 000

283 000

1 270 000

Queensland

18 052 000

103 742 000

812 000

24 191 000

16 240 000

79 551 000

* L’adition de tous les secteurs de la région de la Great Barrier Reef Marine Park ne correspond pas au Total région GBRMP, car un même visiteur peut parcourir plusieurs secteurs de la région. Les visites dans les îles du GBRMP sont aussi comptabilisées dans leurs secteurs.

Source : Bureau of Tourism Research, 2003, Assessment of tourism activity in the Great Barrier Reef Marine Park Region, Canberra, Bureau of Tourism Research, 33 p.

  • 3 En 1989, c’est le départ du « floating hotel » : un des projets les plus ambitieux que la région ai (...)
  • 4 Depuis 1993, une Environmental Management Charge est perçue pour les entrées dans le parc.

23Il propose 50 % de l’hébergement régional. Cette domination est le résultat d’une compétition avec les secteurs voisins. Au début des années 1980, Townsville et Cairns sont clairement en concurrence ; l’aéroport de Townsville est alors le principal aéroport de la région et l’ouverture au trafic international voit les deux villes lutter pour obtenir le leadership. Au début des années 1980, Townsville recevait le plus de passagers de l’étranger, mais très vite, Cairns l’emporta ; elle bénéficiait à cette époque de très importants investissements japonais et se dota d’équipements de classes internationales (vacher 1994). L’échec de grands projets de développement3 dans la zone de Townsville entraînant la faillite d’opérateurs locaux est plus une conséquence qu’une cause de l’avance déterminante que Cairns prend alors sur sa concurrente. L’aéroport de Townsville ne dépassa jamais les 10 000 passagers sur des vols internationaux dans les années 1990 (quand il est ouvert au trafic international) alors que Cairns connaît une progression régulière l’amenant à dépasser les 900 000 passagers en 2002-2003, auxquels il faut ajouter les 2 millions de voyageurs des lignes intérieures. Cairns est ainsi au début du XXIe siècle le pôle incontesté du tourisme régional. Il est cependant un domaine dans lequel ce n’est ni le secteur de Cairns ni celui de Townsville qui domine, c’est celui des complexes hôteliers insulaires. La zone des îles Whitsunday compte en effet plus de 60 % des 2900 chambres de la région (tableau 3). Si on analyse les entrées enregistrées dans le parc marin, c’est-à-dire celles ayant donné lieu à la perception de la Environmental Management Charge (EMC)4, on observe là aussi la bonne santé des Whitsunday qui ont connu, en 1984 une nette amélioration de leur accessibilité avec l’ouverture d’un vrai aéroport sur Hamilton Island au cœur même de l’archipel. La part des Whitsunday dans le total des entrées progresse, puisque qu’elle dépasse en 2002 les 30 % des entrées alors que Cairns recule légèrement passant de 56 % en 1994 à 45 % en 2002 (tableau 2). Il est à noter que le nombre d’entrées dans le parc reste relativement stable depuis le début des années 1990 (entre 1,5 et 1,8 million entrées enregistrées chaque année) et que les secteurs de Cairns et des îles Whitsunday comptent durant toute cette période pour plus des trois quarts des entrées dans le parc.

24La place actuelle des Whitsunday est aussi liée au fait, que dans les années 1980-1990, la capacité d’accueil des îles a été multipliée par trois. Cette forte augmentation s’est faite de trois manières différentes.

Tableau 2. Jours visiteurs annuels* dans le Great Barrier Reef Marine Park (1994 – 2002)

Années

GBRMP

Cairns Planning Area

Whitsunday Planning Area

Total

Total

Part (%)

Total

Part (%)

1994

1 521 457

845 083

56

338 046

22

1995

1 659 646

916 763

55

355 626

21

1996

1 668 130

908 208

54

354 481

21

1997

1 655 884

943 896

57

357 203

22

1998

1 628 747

761 332

47

354 331

22

1999

1 664 844

771 684

46

395 593

24

2000

1 662 359

766 309

46

417 246

25

2001

1 824 104

806 362

44

459 444

25

2002

1 863 591

823 171

45

603 490

32

* Tourisme domestique et tourisme international. L’information provient de l’enregistrement de la Environmental Management Charge par le Parc.

Source : Great Barrier Reef Marine Park Authority, 2004. http://www.gbrmpa.gov.au/​corp_site/​key_issues/​tourism/​gbr_visitation/​cairns_pom.html

25D’abord tous les établissements présents sur les îles en 1980 ont augmenté leur capacité d’accueil ; ensuite des complexes de grandes tailles se sont développés (en 1984 ouvre Hamilton Island Resort qui atteint 640 chambres en 2002) ou redéployés (Le Club Med ouvre 220 chambres à Lindeman Island en 1992, Daydream Island propose 300 chambres en 2002 suite à une reconstruction datant de 1990) ; enfin devant la popularisation « odieuse » d’un certain nombre d’îles, des implantations plus isolées ont été développées dans l’esprit des petits hébergements luxueux de Bedarra Island, Orpheus Island ou Palm Bay à Long Island. Ces nouvelles petites structures se fixent dans des îles hautes proches de la côte comme à Fitsroy Island, Hinchinbrook Island ou Double Island, mais aussi, en jonglant avec la réglementation du Parc marin, sur les îles coralliennes comme à Lady Elliot Island, Haggerstone Island ou Wilson Island. Les hébergements peuvent se faire alors très discrets, comme à Wilson où la compagnie P&O a obtenu, au début des années 2000, une licence d’exploitation pour l’île à condition de limiter ses implantations à des tentes (type safari de grand luxe) et sa fréquentation à 12 touristes (enfants de moins de 16 ans interdits) (tableau 3).

Tableau 3. Capacité d’accueil* des établissements de la Grande Barrière de Corail

Resort insulaire/Année

1969

1980

1990

2002

Secteur Far north (Cairns)

Thursday Island

-

-

-

37

Horn Island

-

-

-

22

Haggerstone Island

-

-

-

3

Lizard Island

-

12

32

80

Double Island

-

-

-

10

Green Island

24

30

30

46

Fitsroy Island

-

-

40

10

Secteur Northern (Townsville)

Dunk Island

34

97

153

148

Bedarra Island

4

(a)

32

16

Hinchinbrrok Island

-

15

15

33

Orpheus Island

12

(a)

31

31

Magnetic Island

92

159

254

262

Secteur Whitsunday

Hayman Island

149

187

203

214

Hook Island

-

-

12

12

Daydream Island

60

60

(a)

298

South Molle Island

53

79

202

164

Long Island

59

50

153

180

Hamilton Island

-

-

426

641

Lindeman Island

33

87

152

218

Brampton Island

83

97

108

108

Newry Island

4

?

5

6

Secteur Capricorn

Great Keppel Island

29

88

156

192

Wilson Island

-

-

-

6

Heron Island

36

66

109

119

Quoin Island

8

15

7

7

Lady Elliot Islad

-

-

24

43

Total secteur de Far north (Cairns)

24

42

102

208

Total secteur Northern (Townsville)

142

271

485

490

Total secteur Whitsunday

441

560

1261

1841

Total secteur Capricorn

73

169

296

367

Total îles Grande Barrière

680

1042

2144

2906

* nombre d’unités d’hébergement (chambres, pavillons, bungalows)

(a) Établissement fermé pour rénovation

Sources : Australian Tourist Commission & Royal Automobile Club of Queensland

3. Évolution du contexte juridique et technique de la relation tourisme — environnement

3.1. Maintenir la fréquentation touristique tout en renforçant la protection des environnements marins

26Les activités et les aménagements dans la zone de la Grande Barrière sont soumis à une réglementation précise. On distinguera bien sûr un avant et un après 1975 ; le classement des eaux de toute la région en parc marin ayant eu des répercussions importantes sur les activités. Mais le tourisme sur le récif était à cette époque bien artisanale et la faible fréquentation ainsi que des moyens techniques limités n’entraînaient pas une pression forte sur l’environnement. La distinction est peut-être aussi à faire entre les terres émergées qui sont aujourd’hui de la responsabilité de l’État du Queensland et les eaux qui sont de celles de la fédération australienne.

27L’Australie est en effet une fédération ; les relations complexes entre le gouvernement fédéral et ceux des États sont fixées par la constitution adoptée en 1901, quand les six colonies australiennes sont devenues le Commonwealth of Australia (la fédération australienne). Au XIXe siècle, la grande barrière était administrée par la colonie du Queensland ; après la fédération, certaines responsabilités en matière de navigation et de pêche passèrent au niveau fédéral, mais la souveraineté sur les eaux restait queenslandaise. Le changement le plus important fut donc le vote du « Seas and Submerged Land Act » en 1973 qui établit la souveraineté et la juridiction fédérale sur les eaux et les fonds marins en dessous de la marque des basses eaux. Malgré la « résistance » de certains États, la validité constitutionnelle de la loi est confirmée en 1975. L’ensemble du domaine marin queenslandais bascule donc sous administration fédérale. Ce rattachement présente cependant des limites, car la compétence de l’État du Queensland continue de s’exercer jusqu’à la limite des basses eaux, c’est-à-dire sur toute la zone de l’estran : une zone « marine » particulièrement sensible, en particulier sur les îlots coralliens.

28Les premières mesures de protection de l’espace marin sont prises en 1937 quand le gouvernement du Queensland protégea le récif de Green Island à la hauteur de Cairns dans un rayon de un mille marin autour de la ligne des basses eaux sous le « Fish and Oyster Act ». Mais cette première mesure ne fut pas vraiment représentative, car il fallut attendre 1974 pour que les premiers parcs « marins » nationaux soient décrétés sur les récifs de Green Island et sur ceux de Heron Island et de Wistari (récif voisin de celui de Heron) au Sud. À cette époque, la protection marine est essentiellement pensée comme une extension de l’approche terrestre, tous les parcs, décrétés par l’État du Queensland, même les parcs marins, sont gérés par le Department of Forestry de l’État. Dans les parcs marins, la protection est complète, comme dans les autres parcs, avec quelques dispenses pour la pêche récréative.

29C’est aussi durant les années 1960 qu’une inquiétude à propos de l’avenir de la grande barrière apparut en Australie. Cette préoccupation, qui rencontra un fort écho populaire, devint grandissante quand furent évoqués des projets de forages pétroliers et d’exploitation des calcaires coralliens. Le Great Barrier Reef Marine Park établi en 1975 est, en grande partie, une réponse à ces inquiétudes. Avec l’établissement du parc, le gouvernement fédéral introduisit une nouvelle politique de gestion des habitats marins, le parc est pensé comme un espace dans lequel le développement économique doit être possible en restant compatible avec la préservation de l’environnement. L’immensité de l’espace concerné oblige à une vision autorisant des usages variés et nécessite un zonage pour permettre une protection différentiée et évolutive. Si les pratiques d’extraction « minière » sont interdites dans toutes les zones du parc, les différentes activités de pêches et de tourisme font l’objet d’autorisations spécifiques.

30La mise en place de la protection se fait par étapes, la première section du parc, la Capricornia Section est établie en 1979 autour de Heron Island, au sud de la Grande Barrière. Le parc est administré par la Great Barrier Reef Marine Park Autority (GBRMPA) basée à Townsville, le plus gros centre urbain régional. Elle dispose, à ses débuts, d’un budget de plus de 2 millions de dollars australiens par an. Une des missions essentielles du GBRMPA est alors d’établir le zonage du parc en en définissant les différents usages autorisés ; le travail est considérable. La procédure de zonage est longue, car elle a pour soucis d’être pensée avec la participation des habitants des côtes. En parallèle, l’État du Queensland a créé, en 1975, le Queensland National Parks and Wildlife Service auquel sont transférées les responsabilités des différents ministères en matière de politique, de régulation, de zonage et de gestion des parcs du Queensland.

  • 5 Sous le Seas and Submerged Land Act de 1973, la compétence des États en Australie a pu être conserv (...)

31Aussi en 1979, quand les gouvernements des États australiens et le gouvernement fédéral ratifient le Offshore Constitutional Settlement (OCS) sur la gestion des eaux territoriales australiennes, les deux parties ont les outils pour convenir que la législation sur les Parcs marins du Queensland est adaptée au Great Barrier Reef Marine Park Act 1975 et que des arrangements spéciaux sont mis en place pour une gestion en coopération de la Grande Barrière. Cette importance de la collaboration devient déterminante en 1981 avec l’inscription de la Grande Barrière sur la Liste du Patrimoine mondial (World Heritage List) de l’UNESCO. En effet, le gouvernement fédéral est responsable de la Great Barrier Reef World Heritage Area (GBRWHA) et c’est lui qui l’administre au travers du GBRMPA. Par contre, la zone de la World Heritage Area est plus large que celle du parc marin, car elle inclut des eaux côtières gérées par l’état du Queensland qui sont exclues du parc5 ainsi que toutes les îles comprises dans ses frontières qui sont, en tant que terres émergées, sous juridiction du Queensland. L’importance de la place des agents du Queensland Parks and Wildlife Service dans la gestion au « jour le jour » (day-to-day management) du parc marin, que cela soit dans les missions éducatives, de contrôle ou de surveillance du parc, apparaît donc comme une contrepartie à la place importante du fédéral dans l’administration du parc.

  • 6 Le blanchissement est lié à la disparition des algues vivant en symbiose avec certains coraux. Ce p (...)

32Au début des années 2000, deux constats sont faits. D’abord, les Australiens sont favorables à plus de 90 % à une meilleure protection de la grande barrière et les informations sur le blanchissement des coraux6, qui menace les récifs renforcent de manière forte la sensibilité environnementale. Ensuite, le tourisme, qui exploite l’image d’un récif en bonne santé, s’impose au début du XXIe siècle comme l’activité économique très dominante dans le parc marin. Aussi le gouvernement fédéral décide de renforcer de manière significative la protection du milieu contre les usages menant à un appauvrissement des eaux marines.

33La Great Barrier Marine Park Authority prépare donc un nouveau zonage du parc (tableau 4) qui étend considérablement l’étendue des « zones vertes » : les « no-take areas », ces espaces où la protection est importante et où n’est autorisée aucune activité de prélèvement, tout en permettant un usage récréatif autour de la plongée ou de la navigation de plaisance. La part des « zones vertes » passe de 4,6 % dans l’ancien zonage mis en place dans les années 1970-1980 à 32,5 % dans le nouveau zonage à l’étude depuis 2001. Début 2004, le projet est en cours de ratification par le Parlement australien. Il s’organise autour du Representative Areas Program (RAP) et vise à préserver la biodiversité dans le parc. Pour cela 70 « biorégions » ont été identifiées et cartographiées dans l’aire du parc marin, l’objectif du RAP est qu’au moins 20 % de chacune des zones représentatives des différents habitats soient mis en « zone verte » ou en « preservation zone » ; ces dernières sont cependant réservées à de très petites superficies. Le GBRMPA insiste sur le fait que le nouveau zonage est pensé pour ne pas gêner le développement du tourisme alors qu’il restreindra de manière évidente les activités en lien avec la pêche.

Tableau 4. Les activités autorisées dans les différentes zones de la section Far northern du Great Barrier Reef Marine Park en 2004

Activities

General Use Zone

Habitat protection Zone

Conservation Park Zone

Buffer Zone

National Park Zone (green zone)

Preservation zone

Boating, diving

Yes

Yes

Yes

Yes

Yes

No

Collecting (e.g. bêche-de-mer, Shells, Coral, Aqurarium fish)

Permit

Permit

No

No

No

No

Line fishing

Yes

Yes

Yes

No

No

No

Mesh netting

Yes

Yes

No

No

No

Bait netting

Yes

Yes

Yes

Yes

No

No

Bait netting

Yes

Yes

Yes

Yes

No

No

Trolling (for pellagic species)

Yes

Yes

Yes

Yes

No

No

Spear fishing

Yes

Yes

No

No

No

No

Pole and line tuna fishing

Permit

Permit

No

No

No

No

Trawling

No

No

Traditional fishing & collecting

Yes

Yes

Yes

Yes

No

No

Traditional hunting

Permit

Permit

Permit

Permit

Permit

No

Cruise ships

Yes

Permit

Permit

Permit

Permit

No

General shipping (other than shipping area)

Yes

No

No

No

No

No

Crayfishing

Yes

Yes

No

No

No

No

Mariculture

Permit

Permit

No

No

No

No

Source : Great Barrier Reef Marine Park Authority, 2004.

http://www.gbrmpa.gov.au/​

3.2. Des îles ouvertes au tourisme et de mieux en mieux protégées

  • 7 Superficie des îles hautes abritant un hébergement commercial : Lizard Island 10 km2 ; Fitzroy Isla (...)

34Les îles de la région de la Grande Barrière sont en général de petites tailles7 et se répartissent tout au long de la côte du Queensland tropical. Dans la partie nord, où la barrière est proche de la côte, les îles hautes sont rares contrairement aux îlots coralliens, mais les aménagements sont limités, car l’absence de ville côtière ne facilite pas l’accès. Dans le secteur de Townsville et des Whitsunday, les îles hautes sont abondantes, c’est d’ailleurs là que l’on trouve la plupart des resorts insulaires, mais la barrière est lointaine (au minimum 60 kilomètres) et ne porte pas d’îlots. Dans le secteur du Capricorne s’opposent des îles hautes très proches de la côte comme Quoin, Great Keppel et une barrière distante (60 à 70 kilomètres), mais portant de nombreux îlots coralliens Wilson, Heron, Lady Elliot, Lady Musgrave qui sont considérés comme autant d’opportunités pour le développement touristique.

35La gestion des îles relève pour l’essentiel du Gouvernement du Queensland. L’ensemble des terres du Queensland a été approprié au moment de la colonisation par la couronne d’Angleterre. Les terres ont pu être ensuite rétrocédées sous différents statuts et pour différents usages. Sur la plus grande partie du littoral, les terres agricoles ou pastorales ont été attribuées en pleine propriété (« freehold »). Cependant au nord de Cape Tribulation et sur les îles ce sont en général des baux de location (« leasehold ») qui ont été établis, ces baux peuvent être de durées variables, mais peuvent aussi être des baux permanents attribués pour un usage précis en général pastoral. Bien sûr, avant que ces terres ne soient attribuées, elles ont pu être classées pour d’autres usages : forêt domaniale, parc ou réserve naturelle, etc.

36La nature des baux ainsi que la mise en parc ne sont pas cependant des freins complets au développement d’activités économiques comme le tourisme, car les baux peuvent changer de nature et des parties de parc peuvent être extraites au profit d’un opérateur touristique. Les parcs et réserves ne représentent, au début du XXIe siècle, que 3 % des terres du Queensland ; ils sont cependant particulièrement présents dans la zone côtière et sur les îles où ils concernent des lieux ayant un « cachet » particulier, sites qui, bien souvent, sont aussi ceux qui intéressent les promoteurs touristiques. Il est donc remarquable de voir que la politique de mise en parc qui débute dès le début du XXe siècle (premier National Park au Queensland en 1908) a permis de protéger un nombre considérable d’îles. En 2003, ce sont plus de 200 îles du Queensland qui sont protégées en totalité ou en partie par la régulation des parcs nationaux. La politique de mise en parc a été particulièrement importante dans les années 1930-1940 quand environ 150 îles ont été classées. Parmi les premières îles dont le classement fut très symbolique, on peut noter Green Island en 1937 et Heron Island en 1938. Dans les années 1960-1970, une seconde vague d’inscriptions concernera le domaine insulaire, protégeant des îles, comme Dunk, Orpheus, Brampton ou Lindeman sur lesquelles des implantations touristiques existaient déjà. L’établissement d’hébergement est alors limité à une concession, voisinant le parc. Cette deuxième phase correspond clairement à une période d’augmentation de la fréquentation du littoral du Queensland tropical et de ses îles. Le classement en parc permet aujourd’hui une protection efficace et même si des actions de déclassements sont possibles pour des raisons d’intérêt public, l’aspect hypersensible de ces procédures les rend aujourd’hui exceptionnelles et limitées. À d’autres époques, ces démarches étaient plus courantes ; en 1938, un an après le classement en parc de Green Island, une partie de l’île est déclassée et un bail de location de 20 ans est établi pour le développement d’un hôtel.

37Le changement peut aussi venir d’une transformation des baux de location. La grande majorité des colons installés sur les îles s’était établie avec un bail pastoral. Ces îles étaient des îles hautes sur lesquelles une famille de colons ou deux installaient une ferme pour faire de l’élevage ; cette situation était classique dans les îles Whitsunday. Avec le passage des « croisières » dans l’entre-deux-guerres, quelques fermiers avaient développé des activités d’accueil ; pour certains cela devint une activité principale. Lorsque de véritables implantations hôtelières furent envisagées, la question de la transformation du bail pastoral en un bail permettant un développement touristique dut être considérée. Dans la plupart des cas, ces demandes datant d’avant la massification du tourisme dans la région furent satisfaites sans problème. Une des dernières opérations de transformation de bail pastoral fut celle d’Hamilton Island. Elle est intéressante à plusieurs niveaux : tout d’abord parce que cette opération marqua la fin de l’« ère » du libéralisme économique soutenu, commencée à la fin des années 1960 avec le Premier ministre du Queensland Joh Bjelke-Petersen et qui se termine en 1989 avec le retour du parti travailliste. C’est aussi par l’ampleur du projet, un développement unique dans le domaine insulaire qui peut illustrer une sorte de catalogue des problèmes que peut poser le développement d’un complexe hôtelier aux portes d’un parc marin. En 1975, un homme d’affaires du Sud-Queensland, Keith Williams, acquiert Hamilton Island avec un bail permanent de pacage (« grazing lease ») pour des cerfs. En 1980, il obtient du gouvernement du Queensland la conversion de son « grazing lease » en bail pour développement touristique et l’autorisation de commencer les travaux d’un complexe hôtelier. En 1982 la construction commence, elle comprend la création d’une plage artificielle, le comblement d’une lagune pour la construction d’un aéroport pour gros porteurs et le réaménagement d’une petite baie pour l’installation d’une marina (figure 2).

Figure 2. Plan de Green Island (Australie)

Figure 2. Plan de Green Island (Australie)
  • 8 En 2003, l’île est devenue bien autre chose qu’un simple complexe hôtelier. Avec plus de 330 000 pa (...)

38Toutes ces opérations peuvent être autorisées si elles n’ont pas d’effets négatifs dans le domaine du parc qui commence à la limite des basses eaux ; il faut beaucoup de compréhension pour considérer que la manœuvre est possible. Si l’on se place dans l’optique du respect du paysage remarquable du « passage de Whitsunday », dont la plupart des îles sont des parcs nationaux, il est aussi difficile de comprendre l’autorisation de la construction de bâtiments d’hébergement touristique de 20 étages (figure 3)8.

Figure 3. Plan du complexe hôtelier de Hamilton Island en 2004 (Australie)

Figure 3. Plan du complexe hôtelier de Hamilton Island en 2004 (Australie)

39Mais Hamilton devrait rester un cas isolé dans les îles de la région, la dernière île ouverte au tourisme, Wilson Island, l’a été avec une grande prudence ; la tendance actuelle est d’encourager des pratiques douces qui se rapprochent des pratiques de récréation des Queenslandais.

3.3. Rendre le récif plus accessible

  • 9 Charles Hayles eu l’idée, en 1928 de construire des caisses vitrées qui, plongées dans l’eau à coté (...)

40Au début du XXe siècle, pour contempler la vie marine, les visiteurs ont recours à la promenade sur les récifs frangeants à marée basse ou à la vision sous-marine depuis un canot grâce à un aquascope. Cet appareil est un gros tube métallique, dont une extrémité vitrée est plongée dans l’eau, ce qui permet en regardant par l’autre côté, de voir ce qui se passe « en dessous ». Avec le développement d’une demande des touristes pour voir les coraux dans de meilleures conditions, Charles Hayles qui opérait dans les années 1920-1930 un bateau d’excursion pour Green Island « inventa » le premier bateau « glass bottom » australien9. Ces équipements simples pouvaient être mis en œuvre sans problème, quel que soit le lieu.

  • 10 Les anciens « Fairmile » de la marine qui composent une flotte atteignant 7 navires à la fin des an (...)
  • 11 Un second observatoire sous-marin est aménagé en 1969 à Hook Island dans les Whitsunday, et le dern (...)

41Au moment de la Seconde Guerre, il n’existait pas vraiment de moyen pour emmener les rares touristes venus « voir » la Grande barrière sur la barrière extérieure faute de bateau et de tradition marine chez les Queenslandais. La situation évolua après la guerre. À partir de 1948 que Tom Mc Lean, un ancien fermier de la région de Mackay, racheta d’anciens navires de guerre pour les réaménager en bateaux touristiques. Il fonda Roylen Cruises qui offrit, à partir de Mackay, les premières croisières touristiques permettant de voir le vrai récif de la Grande Barrière comme le souhaitaient les touristes10. C’est aussi à cette époque que des observatoires sous-marins sont imaginés ; le premier fut construit à Green Island en 195411. Il s’agit d’un simple caisson équipé de hublots immergé au bout d’une jetée auquel on accède par un escalier étroit. Si cette structure est peu adaptée à une fréquentation de masse, elle permet une première découverte de la vie marine pour bien des touristes n’ayant pas le pied marin. Le coût de ces équipements, s’il reste à la portée d’investisseurs locaux, devient plus important et l’existence d’une fréquentation touristique devient nécessaire pour justifier leur financement. À cette époque se popularise aussi comme moyen de découverte des fonds marins la nage avec masque et tuba que cela soit depuis un bateau amarré à proximité du récif ou plus classiquement à partir de la plage pour contempler les formations coralliennes autour d’une l’île ; en 2003, cette pratique du « snorkelling » est la plus populaire pour découvrir les eaux de la Grande Barrière.

42Au début des années 1980, c’est le développement d’un tourisme international. Un nouveau pas est franchi, avec l’introduction des grands catamarans rapides, ces bateaux de vingt à trente mètres bien adaptés à l’excursion, accueillent 100 à 200 passagers et permettent un accès pour la journée à des récifs distants de 40 à 50 kilomètres ; en 1989, on en compte plus de 30 dans la région de la Grande Barrière. À Townsville, un nouveau venu, Doug Tarca, lance grâce à ces nouveaux navires des projets ambitieux ; en 1983, il installe le premier « ponton » à John Brewer Reef à plus de 70 km de la côte. L’absence d’îlot corallien est compensée par l’amarrage d’une barge couverte sur laquelle on peut pique-niquer à l’ombre. Le concept permet d’être vraiment à proximité du récif quelle que soit la marée et d’éviter le piétinement des coraux. Par contre l’amarrage peut être problématique, en particulier en cas de dépression cyclonique. Tarca introduit aussi en 1983, le premier semi-submersible ; ce bateau, qui se donne des airs de sous-marins, permet de contempler les coraux depuis la cale à travers de grandes vitres aménagées sur les deux côtés de la coque. Sur tous les sites d’excursion, cet équipement devient incontournable à côté du classique glass-bottom dès la fin des années 1980. À cette époque près de 80 % des visiteurs ont accès au récif par ces excursions à la journée proposées à partir de Port Douglas, Cairns, Townsville ou des îles Whitsunday (Driml, 1987).

43À la fin des années 1980 et au début des années 1990, les bateaux se font encore plus rapides ce qui permet de réellement démocratiser les excursions sur le récif. Les bateaux deviennent encore plus grands : 35 à 45 mètres et peuvent transporter jusqu’à 450 passagers. À la même époque, la plongée avec bouteilles, qui n’était qu’un sport marginal, devient suffisamment importante dans la région pour générer la spécialisation d’opérateurs touristiques. Les pontons sont multipliés sur tous les sites de visites : en 2002, on compte une vingtaine de ces pontons amarrés en général à plus de soixante kilomètres de la côte sur le récif-barrière ; ils peuvent mesurer une cinquantaine de mètres de long, avoir plusieurs niveaux et accueillir jusqu’à 500 personnes par jour. Le ponton d’une grande firme offre classiquement un espace équipé de tables permettant de déjeuner à l’ombre, un espace bronzage, des douches, un bar, un observatoire sous-marin, un espace plongée, divers escaliers et plates-formes permettant un accès à l’eau. Bien évidemment ces équipements très coûteux ne sont possibles qu’à proximité de flux touristiques réguliers. Cela explique que ce type de développement soit aujourd’hui réservé à deux secteurs : celui de Cairns/Port Douglas autour d’un tourisme international fortement marqué par la présence japonaise et celui des Whitsunday, avec un tourisme plus national s’organisant autour de l’aéroport d’Hamilton Island. Autant la croissance dans les années 1980 avait été forte pour les visites au récif, autant les années 1990 voient une stabilisation de la fréquentation autour de 1,8 million d’entrées dans le parc marin. Cette stabilisation de la fréquentation correspond aussi à un renforcement de la polarisation. Au début des années 2000, 40 % des visiteurs ont accès au parc de la Grande Barrière à travers dix opérateurs touristiques (sur 730 ayant un permis pour travailler dans le parc) et 50 % de ces visites ont lieu dans la zone de Cairns/Port Douglas (5 % de la superficie du parc) et 35 % dans celle des Whitsunday (1,5 % de la superficie du parc) (Harriott, 2002).

Conclusion

  • 12 La polarisation et la faible fréquentation se retrouvent à de multiples échelles et en lien avec de (...)

44Les opérateurs touristiques n’ont pas eu à s’opposer au développement d’une politique de l’environnement qui aurait menacé des intérêts établis. Leur activité s’est développée autour de l’accueil de visiteurs dont la motivation principale était la contemplation de la nature. La sensibilité au milieu a donc été très tôt au centre de leur démarche professionnelle. Bien sûr, le fait que le touriste soit un acteur préoccupé par la situation environnementale n’implique pas qu’il ne puisse pas être responsable de détériorations. De même, les opérateurs n’ont aucun intérêt à répandre l’idée que les récifs ne sont plus aussi « merveilleux » qu’autrefois. Il semble cependant que la pression sur les milieux naturels reste raisonnable ; le faible volume de la fréquentation globale12 et la forte polarisation du développement touristique autour de quelques lieux expliquent en grande partie cette situation. Si la Grande Barrière de Corail est donc aujourd’hui un espace menacé par un certain nombre de pollutions d’origine agricole ou par la pêche et le réchauffement planétaire, il semble que la pression liée au tourisme soit tolérable.

45La forte polarisation actuelle des activités touristiques ne s’explique pas par la politique de protection de l’environnement qui a joué, par contre, sur l’évolution de la nature des opérations touristiques à l’échelle de la grande barrière. La différentiation du développement touristique régional ne se justifie pas plus par une politique qui déciderait de l’ouverture ou de la fermeture de telle ou telle zone que par l’inégalité de la richesse écologique des différentes « biorégions » ; on peut rappeler que, dans l’ancien zonage comme dans le nouveau, qui entre en application en 2004, seul 0,2 % de la superficie du parc ne peut pas faire l’objet de demandes de permis pour activités touristiques, car elles sont classées en « preservation zone » ou en « scientific reseach zone » (Day, 2002 ; Hand 2003).

46En fait la différentiation régionale est liée à l’histoire des opérateurs touristiques et à leurs logiques d’acteurs. Elle est aussi intimement liée aux évolutions techniques qui permettent de faire évoluer la notion d’accessibilité aux récifs de la région. Elle est enfin indissociable de l’évolution des grands flux touristiques aussi bien nationaux qu’internationaux. Après la Seconde Guerre mondiale, une période de multiplication des lieux à partir desquels la découverte des fonds marins est possible succède ainsi à un début de XXe siècle où la fréquentation touristique était focalisée autour de Cairns et des îles Whitsunday en lien avec la pratique de la croisière et la recherche des paysages romantiques. À partir des années 1980, les gros investissements nécessités par les nouveaux navires permettant un accès au récif extérieur poussent à une concentration de l’animation touristique autour d’une demi-douzaine de pôles régionaux portuaires. Dans les années 1990, une relative stabilisation de la fréquentation, et l’importance toujours plus grande des investissements liés à l’évolution des équipements permettent à quelques gros opérateurs de confirmer leur position dominante tout en renforçant de la polarisation des opérations autour du secteur Cairns/Port Douglas et des îles Whitsunday.

47L’avenir amènera-t-il un nouveau déploiement spatial des initiatives touristiques autour d’une évolution et d’une diversification des pratiques ? La visite des parcs nationaux insulaires et de nouvelles approches plus saisonnières, comme le « Whale Whatching », peuvent sans doute prendre de l’importance et apporter le développement là où il est encore discret voir inconnu. L’évolution de l’accessibilité de lieux encore difficiles à fréquenter, que cela soit au nord de la Péninsule du Cape York ou dans les récifs du Swain Group à la hauteur de Rockhampton, devrait aussi permettre, dans le respect de l’environnement, l’ouverture au tourisme de nouveaux espaces de la région de la Grande Barrière de Corail.

Haut de page

Bibliographie

Australia, Department of the Environment and Heritage. 2004. The Australian National Shipwreck Database, Site consulté le 1 février 2004. (http://eied.ea.gov.au/nsd/public/welcome.cfm)

Australia, Bureau of Tourism Research. 2003. Assessment of tourism activity in the Great barrier Reef Marine Park Region. Canberra, Australie : Bureau of Tourism Research, 33 p.

Australia, Commonwealth of. 1975. Great Barrier Reef Marine Park Act 1975. Canberra, Australie : Commonwealth of Australia, 34 p.

Australia, Australian Tourist Commission. 1971. Great Barrier Reef visitor plan. Melbourne, Australie : Australian Tourist Commission; 170 p.

Day Jon C. 2002. Zoning-lessons from the Great barrier Reef Marine Park. Ocean & Coastal Management, p. 139-156.

Driml Sally M. 1987. Great Barrier Reef tourism, a review of visitor use. Townsville, Australie : Great Barrier Marine Park Authority (GBRMPA), 50 p.

GBRMPA. 2003. An economic and social evaluation of implementing the Representative Areas Program by rezoning the Great Barrier Reef Marine Park. Townsville, Australie : Great Barrier Marine Park Authority (GBRMPA), 82 p.

GBRMPA. 1984. Data review of reef related tourism 1946-1980. Townsville, Australie : Great Barrier Marine Park Authority (GBRMPA), 119 p.

GBRMPA. 1981. Nomination of the Great Barrier Reef by the Commonwealth of Australia for inclusion in World Heritage List. Townsville, Australie : Great Barrier Marine Park Authority (GBRMPA), 37 p.

Harriott V., Goggin L., et al. 2003. Marine Tourism on the Great Barrier Reef. Townsville, Australie : CRC Reef Research Centre, 6 p.

Hand T. 2003. GBRMPA : An economic and social evaluation of implementing the representative areas program by rezoning the Great Barrier Marine Park ; Report on the Revised Zoning Plan. Sydney, Australie : PDP Australia Pty Ltd, 82 p.

Harriott V. 2002. Marine tourism impacts and their management on the Great Barrier Reef. CRC Reef Research Centre Technical Report No 46. Townsville, Australie : CRC Reef Research Centre, 41 p.

IUCN. 2003. United Nations List of Protected Areas ; compiled by Chape, S., S. Blyth, L. Fish, P. Fox and M. Spalding. Gland, Suisse, International Union for Conservation of Nature and Natural Resources-The World Conservation Union (IUCN-WCU) & Cambridge, Royaume-Uni : United Nations Environment Programme-World Conservation Monitoring Centre (UNEP-WCMC), 44 p.

Kapitzke I. Ross et al. 2002. Reef infrastructure guidelines : tourist pontoons, CRC Reef Research Centre Technical Report No 39. Townsville, Australie : CRC Reef Research Centre. 20 p.

Kelleher G. 1987. Management of the Great Barrier Reef Marine Park, Australian parks and recreation, vol. 23, n°5, p.27-33.

Moscardo G., Saltzer R. et al. 2003. Changing Patterns of Reef Tourism. CRC Reef Research Centre Technical Report No. 49. Townsville, Australie : CRC Reef Research Centre, 63 p.

Queensland, Environmental Protection Agency. 2003. Protected area camping data 2000. Brisbane, Australie : Environmental Protection Agency, 362 p.

Queensland, Environmental Protection Agency. 2000. Marine protected areas in Queensland - a draft planning framework. Brisbane, Australie : Environmental Protection Agency,10 p.

Skeat H. 2003. Special Article - Sustainable tourism in Great Barrier Reef Marine Park. In : Year Book Australia 2003. Canberra, Australie : Australian Bureau of Statistics.

Vacher L. 1999. La structuration d’un espace touristique littoral : le cas de la Grande Barrière de Corail en Australie. In : Les espaces littoraux dans le monde, ed. Louis Marrou et Isabelle Sacareau, Gap-Paris : Ophrys, p. 61-82.

Vacher L. 1994. La récente et spectaculaire croissance des investissements dans la région touristique de la Grande Barrière de Corail, Cahiers d’Outre-Mer, n°188, p. 412-430.

Vacher L. 1993. Les logiques de l’implantation touristique dans la région de la Grande Barrière de Corail (Queensland-Australie), Thèse de Doctorat nouveau régime, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III. 562 p.

Haut de page

Notes

1 Premier hébergement touristique sous forme de « guest house » sur Magnetic Island avec la famille Butler à la fin des années 1870, construction du premier hôtel à Picnic Bay en 1899. Premier hébergement sur Green Island en 1940.

2 Le goudronnage de la route principale entre Brisbane et Cairns qui relie toutes les principales villes côtières du Queensland n’est achevé qu’en 1960.

3 En 1989, c’est le départ du « floating hotel » : un des projets les plus ambitieux que la région ait connu. Cet hôtel flottant amarré un an plus tôt à 70 kilomètres en mer sur le John Brewer Reef, pouvait accueillir 350 visiteurs et possédait un équipage/personnel de 100 personnes. La structure flottante de sept étages offrait un service de standard international et proposait un tennis, une piscine et une piste d’hélicoptère. Mais l’hôtel fut un échec commercial cuisant. 1989, c’est aussi la perte, par naufrage, de « Fantasy Island » : grande structure formée de pontons amarrée sur le récif ; l’« île flottante » forme une couronne portant cabanes et cocotiers. Ces échecs en série entraînent dans leur sillage d’autres faillites engendrant une vraie méfiance pour l’entreprise touristique dans le secteur de Townsville.

4 Depuis 1993, une Environmental Management Charge est perçue pour les entrées dans le parc.

5 Sous le Seas and Submerged Land Act de 1973, la compétence des États en Australie a pu être conservée dans les « Coastal waters », une bande côtière de trois milles nautiques déterminée à partir de la ligne des basses eaux. Une grande partie de ces eaux sont en fait incluses dans le parc en 2001 dans le cadre du Representative Areas Program.

6 Le blanchissement est lié à la disparition des algues vivant en symbiose avec certains coraux. Ce phénomène entraînant la mort des très nombreux coraux est encore mal connu. Il serait lié à la hausse des températures marines ou à l’augmentation du rayonnement ultraviolet en lien avec l’évolution du trou de la couche d’ozone et l’émission de gaz à effet de serre. Au début du XXIe siècle, des scientifiques australiens alarment l’opinion publique sur les risques de mort rapide de la grande barrière de corail en relation avec ce fléau.

7 Superficie des îles hautes abritant un hébergement commercial : Lizard Island 10 km2 ; Fitzroy Island 3,2 km2 ; Dunk Island 8,8 km2 ; Bedarra Island 0,8 km2 ; Orpheus Island 13,7 km2 ; Magnetic Island 50 km2 ; Hamilton Island 6 km2 ; Hayman Island 3 km2 ; Hook Island 52 km2 ; Daydream Island 0,3 km2 ; South Molle Island 4 km2; Long Island 1,6 km2 ; Lindeman Island 12 km2 ; Brampton Island 4,6 km2 ; Great Keppel Island 10 km2. Une seule île se détache du lot : Hinchinbrook Island, qui atteint 393 km2.

8 En 2003, l’île est devenue bien autre chose qu’un simple complexe hôtelier. Avec plus de 330 000 passagers en 2000, son aéroport sert de porte d’entrée principale pour tous les hôtels de la région. L’île n’était pas habitée en 1980, compte aujourd’hui une population permanente de 1500 habitants ; elle est entièrement aménagée avec réseau routier, banque, poste, pharmacie, boulangerie, école, église, caserne de pompiers etc. L’impression est renforcée par le fait que l’île est ouverte aux excursionnistes, aux plaisanciers qui profitent de la marina et que la plupart des services proposés ont été sous-traités à une multitude d’entreprises indépendantes dont les personnels habitent aussi sur l’île dans des logements construits à cet effet.

9 Charles Hayles eu l’idée, en 1928 de construire des caisses vitrées qui, plongées dans l’eau à coté du bateau, permettaient une meilleure vision. Son fils Blake aurait eu l’idée, dans les années 1930, du premier bateau « glass bottom » au monde en appliquant le principe des bacs vitrés dans la coque du bateau. Cette « invention » avait cependant déjà vu le jour depuis le début du siècle en Floride, aux Bahamas et au sud de la Californie sur l’île de Catalina. Ce fut cependant sa première apparition en Australie.

10 Les anciens « Fairmile » de la marine qui composent une flotte atteignant 7 navires à la fin des années 1960, resteront en service jusque dans les années 1980.

11 Un second observatoire sous-marin est aménagé en 1969 à Hook Island dans les Whitsunday, et le dernier est construit à Great Keppel Island, de manière plus tardive, en 1980.

12 La polarisation et la faible fréquentation se retrouvent à de multiples échelles et en lien avec des pratiques diverses. L’exemple de la plongée est exemplaire, la pression sur les sites de plongée est très relative, même sur les lieux les plus fréquentés. Au milieu des années 1990, le nombre de plongées avec bouteilles effectuées sur la Grande Barrière est estimé à 178 000 sur une centaine de sites. Heron Island, compte pour 16 000 plongées sur 23 sites par an, mais, même dans ce haut lieu de la plongée mondiale, très peu de sites atteignent le chiffre de 5 plongeurs par jour sur l’année qui marque une situation devenant préoccupante ; on est bien loin des 130 plongeurs par jour de l’année observé sur certains sites de Sharm-el-Sheikh dans la Mer Rouge (Harriott, 2002).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/1152/img-1.png
Fichier image/png, 797k
Titre Figure 2. Plan de Green Island (Australie)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/1152/img-2.png
Fichier image/png, 345k
Titre Figure 3. Plan du complexe hôtelier de Hamilton Island en 2004 (Australie)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/1152/img-3.png
Fichier image/png, 513k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Vacher, « La construction de l’espace touristique de la Grande Barrière de Corail : entre protection de l’environnement et modifications de l’accessibilité au récif », Études caribéennes [En ligne], 9-10 | Avril-Août 2008, mis en ligne le 15 août 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/1152 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.1152

Haut de page

Auteur

Luc Vacher

Maître de Conférences en géographie, Université de La Rochelle, Faculté des Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org