Navigation – Plan du site

Le tourisme dans les îles et rivages tropicaux : enjeux, menaces et perspectives

Olivier Dehoorne et Pascal Saffache

Texte intégral

La finitude des îles et des rivages tropicaux

1L’époque de la quête de l’île paradisiaque, sur un archipel oublié, à l’autre bout du monde, est révolue. Le film « The Beach », tiré du roman de Garland (1996), qui révéla auprès du grand public, l’archipel thaïlandais des Phi Phi (mer Andaman), incarne ce fantasme qui déplaça tant de voyageurs (et autres « travellers » contemporains), hors des sentiers battus, à la recherche de « la plage ». Ces espaces ne peuvent plus accueillir les rêves d’expansion indéfinie qui animèrent des siècles de découvertes. Désormais le touriste évolue dans un monde fini. Les îles et rivages tropicaux sont identifiés, recensés. Les ressources y sont mesurées, les usages réglementés, les valeurs financières établies.

2La fin du vingtième siècle s’est caractérisée par une accélération des processus. À l’ère du tourisme de masse sous les tropiques, ce ne sont plus les touristes qui inventent des lieux au gré de doux vagabondages. Les ressources sont mises en scènes à des fins touristiques, fussent-elles culturelles comme dans le cas de l’archipel indonésien étudié par C. Cabasset.

3La soudaineté du phénomène surprend les sociétés d’accueil. Le choix des lieux investis relève de négociations entre un pouvoir central et des groupes transnationaux. L’explosion du tourisme de masse produit une uniformisation croissante des caractéristiques des lieux (Knafou, 1992) ; cette évolution s’explique par le fait que la plupart des nouveaux sites aménagés n’ont « pas la qualité des premiers sites équipés », ou, du moins, n’ont pas pu obtenir une notoriété suffisante permettant d’affirmer leur singularité, notamment en raison d’une accessibilité plus difficile. Les constructions répondent donc aux exigences de « standardisation, condition à une commercialisation internationale des produits touristiques ». C’est autour de l’archétype de la plage tropicale (lagon aux eaux turquoises et plage de sable blanc, bordée de cocotiers) que se développent d’imposants complexes touristiques conçus comme autant de centres de séjour autonomes. Ces complexes touristiques, de type instant resorts (Meyer-Arendt et al., 1992, Pattullo, 1996), sont particulièrement développés dans l’archipel des Maldives, sur les rivages caribéens, notamment en République dominicaine et à Cuba depuis les années 1980-1990. Les trajectoires des lieux touristiques se complexifient et s’adaptent aux conditions socio-économiques et politiques des territoires d’accueil. Le modèle classique du comptoir touristique fermé qui s’ouvre graduellement pour évoluer vers d’autres formes de lieux en intégrant les populations locales n’est que l’une des trajectoires possibles ; les perspectives sont très variables dans les destinations émergentes du Sud où les lieux touristiques s’inscrivent davantage dans une logique d’insularisation. Le fonctionnement de ces lieux, standardisés et uniformisés, que nous qualifions de bulles touristiques en milieu tropical (Dehoorne, 2006), vise à minimiser les contacts entre les touristes et la société locale. L’enclave se referme sur « sa » plage, dans un « contexte sécuritaire » mis en exergue pour justifier les processus de privatisation et d’exclusion engagés au profit des usagers de ces lieux réservés. Le retranchement de ces complexes, construits ex-nihilo, dans ces territoires qui constituent « the pleasure periphery », n’est pas sans poser la question de la souveraineté des États dans ces lieux (King, 2001).

4La concurrence exacerbée entre les destinations émergentes du Sud nourrit les opportunités financières sur les marchés. Des lieux autrefois réservés aux élites se démocratisent, s’ouvrent au tourisme de masse. Les élites investissent d’autres archipels « vierges », où les processus de réservation de lieux s’effectuent à partir de seuils financiers (comme à Saint-Barthélemy, l’île Moustique, etc.) ou/et avec l’appui d’arguments écologiques qui soulignent la nécessité de contenir les foules « dans la perspective d’un développement durable ».

Limites et fragilité des ressources

5La richesse des rivages tropicaux repose sur des ressources immatérielles et matérielles (notamment biophysique) à forte valeur ajoutée (à l’image des récifs coralliens) comme analysées dans les travaux de D. Picard (à partir de l’île de la Réunion) et de L. Vacher (avec la Barrière de corail australienne). S’il est difficile d’établir un seuil critique de charge pour ces milieux, plusieurs auteurs insistent sur l’importance des pressions enregistrées localement. J. Domínguez Mujica et R. Díaz Hernández le soulignent dans leurs études consacrées à l’archipel des Canaries qui reçoit plus de 12 millions de vacanciers (soit un ratio de 6,7 touristes par habitant). Il convient donc de définir de nouvelles politiques de développement et de gestion des ressources pour répondre aux logiques de ce tourisme de masse, notamment à travers la mise en place d’aires protégées (comme l’analyse L.M. Marafa avec le cas de Hong Kong) ; des conditions fondamentales garantir la qualité des lieux touristiques (comme l’expliquent R. Guerra Talavera et T. Pérez Garcia).

6Sur les littoraux tropicaux, et plus généralement sur les rivages insulaires, les modes de consommation touristique occasionnent des dégradations qui peuvent renforcer localement celles provoquées par l’urbanisation et les pressions démographiques (Island Resources Foundation, 1996 ; Saffache, 2000). Dès lors, une réflexion sur les effets du tourisme de masse s’impose, qu’il s’agisse de l’impact des croisières, de l’intensification du mouillage des bateaux de plaisance sur les platures coralliennes, des problèmes de gestion des déchets (Aruba, la Jamaïque) et des eaux usées non traitées ou partiellement traitées (Aruba, Îles Cayman, Grenade, République dominicaine, etc.). Les plages sont également au cœur de ces enjeux, entre l’utilisation massive de sable pour la construction de complexes touristiques (comme à Cuba) tout autant que pour en recouvrir (d’un sable blanc) la frange des îles les plus touristiques.

7Ces situations conduisent à la fameuse « spirale de la mort » définie par McElroy et de Albuquerque (1999). L’urbanisation littorale stimulée par les flux touristiques provoque une accumulation de pollutions domestiques qui conduit à la dégradation irréversible de certains lieux très fréquentés comme les plages de Miami Beach depuis le milieu des années 1960 et de Condado (San Juan) depuis le début des années 1980 ; ce cycle se reproduit implacablement sur d’autres plages de la région. Il faut bien souvent attendre des situations extrêmes, par exemple d’ordre sanitaire (comme le 30 juin 1997 lorsque les eaux de la célèbre station de Long Beach, sur l’île philippine de Boracay, ont été déclarées impropres à la baignade), pour susciter une vraie prise de conscience globale.

8Cette fragilité d’origine anthropique est renforcée encore par des facteurs naturels. À titre d’exemple, les récifs coralliens qui supportent les économies de nombreuses régions touristiques insulaires ne cessent de régresser. La Caraïbe qui compte 10,3 % des récifs de la planète a été fortement touchée, puisqu’au cours des cinquante dernières années, 80 % de sa couverture corallienne s’est amenuisée. Rappelons que le tourisme et les produits de la pêche liés aux récifs coralliens caribéens génèrent chaque année un volume financier de 4,6 milliards de dollars. La seule façon de sauvegarder le corail serait de contrôler le réchauffement en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et en limitant les agressions directes comme la pollution, la pêche ou encore les aménagements côtiers irraisonnés.

9Les nouvelles dimensions de ce tourisme de masse, avec des pressions fortes sur des espaces réduits, sont à prendre en considération : l’absence de contrôle des flux, de règlements, la loi du profit immédiat (Daly, 1990 ; Goodland, 1992) nécessitent des réponses politiques. Cette volonté de protection est aussi partagée par P. Erfut-Rauchhaupt et M. Cooper qui prennent la mesure de l’impact d’une forte densité de population sur des milieux fragiles ou fragilisés. Cette pression est parfois jugulée par le gouvernement comme dans le cas des Iles Canaries à travers les Orientations Générales du Territoire et du Tourisme (Díaz Hernández).

10L’exploitation actuelle des ressources touristiques (rythme, volume des consommations, etc.) compromet sérieusement l’avenir, car l’urbanisation croissante sous-tend une artificialisation du trait de côte et une pollution des espaces marins les plus proches, ce qui sous-tend une répulsion pour les milieux côtiers. À Porto Rico et au Venezuela, par exemple, la prolifération de résidences touristiques « les pieds dans l’eau » constitue une source de pollution majeure, car leurs effluents domestiques sont rejetés à proximité des mangroves sans traitement préalable. L’urbanisation des fronts de mer a aussi favorisé l’érosion des plages ; puisque les transferts sédimentaires qui s’effectuaient jusqu’alors entre les hauts et les bas de plage ne sont plus assurés, le repli du trait de côte s’accentue à Scotts Head et à Rock-a-way Beach (Dominique), Bathway, Lower telescope (Grenade), Junks holl, Savannah Bay (Anguilla), etc.

11L’accès à une eau de qualité est un autre défi qui doit être relevé. Les nappes phréatiques, soumises à des fortes pressions, avec pour conséquence une salinisation croissante, ne peuvent que difficilement répondre aux demandes pressantes. Sur les îles plates calcaires, l’eau douce est une denrée rare et sa désalinisation coûte chère. Enfin, la gestion des déchets pose de graves problèmes puisque 90 % des eaux usées issues des petits états insulaires en développement sont déversées dans la nature sans traitement préalable. La situation est encore plus dramatique dans l’Océan Indien, puisqu’à Madagascar par exemple seuls 6 % des ordures ménagères sont collectés régulièrement ; les 94 % restants étant dispersés dans la nature et particulièrement en bordure de mangrove, sur ou à proximité des plages ou immergés dans l’océan, ce qui pose d’ailleurs le problème de leur rejet lors des phases climatiques paroxysmiques. Le tourisme accentue les volumes de consommations et de production de déchets dans des territoires trop souvent dépourvus de moyens de collecte et de recyclage adaptés qui entraînent une prolifération des dépôts sauvages avec des lourdes conséquences sur la pollution de la nappe phréatique, des rivières et des eaux littorales. Bien que de vrais efforts aient été entrepris à l’île Maurice et aux Seychelles (des campagnes de sensibilisation des populations ont donné des résultats très encourageants), ces avancées demeurent fragiles, puisque ces États ne disposent pas des moyens technologiques leur permettant de recycler leurs déchets.

12En clair, les îles et les rivages tropicaux sont particulièrement vulnérables sur le plan écologique du fait :

  • de la dégradation des ressources littorales et marines (pollution des lagons, urbanisation croissante, développement des infrastructures et du tourisme, etc.) ;

  • de l’érosion des plages ;

  • du difficile accès à l’eau douce (rareté, coût, pollution)

  • de la gestion des déchets solides.

Les enjeux de développement autour d’une activité économique incontournable

13Le tourisme est un secteur d’activité essentiel pour le développement de ces régions. C’est un pilier fondamental des économies des Petits États insulaires. Le tourisme, synonyme d’internationalisation, d’inflation et de privatisation des ressources, crée des emplois, stimule l’économie et contribue à sa diversification. Ces recettes peuvent facilement couvrir plus de la moitié du PNB comme à Sainte-Lucie (64 %), Antigua-et-Barbuda (74 %), les Îles Vierges britanniques (82 %), et atteignent un résultat record de 91 % du PNB dans les îles Turques et Caïques.

  • 1 Depuis 1945, plus de 80 territoires insulaires ont obtenu leur indépendance ou bénéficient d’une au (...)

14Le tourisme vient à la rescousse des économies traditionnelles en difficulté, des économies insulaires qui portent les stigmates de l’histoire des plantations. Il ouvre une nouvelle phase du développement de ces îles, mais ses mécanismes s’inscrivent dans le prolongement du cycle des plantations, d’où le qualificatif de « tourisme de plantation » (Weaver 1988). Ce développement extraverti se caractérise par une concurrence exacerbée autour d’une monoproduction destinée à un marché contrôlé par quelques grands groupes transnationaux. Il faut souligner la jeunesse de ces économies1, les limites de leur capacité institutionnelle, les faiblesses de leurs capacités financières et techniques qui redoublent leur dépendance envers le tourisme et accentuent leur vulnérabilité économique en général (Brigulio et al. 1996, Lockhart & Drakakis-Smith 1997).

15Les offres faiblement diversifiées s’appuient sur des stratégies commerciales qui reposent d’abord sur le coût des prestations. L’avènement du tourisme de masse sous les tropiques ne peut pas être dissocié de ces réalités commerciales. Comme le souligne A.Magnan à partir de l’exemple des Maldives, « l’activité touristique conduit le pays à passer d’une économie traditionnelle vivrière essentiellement fondée sur la pêche à une économie capitaliste à la base d’une dynamique de consommation ». Se posent alors des questions fondamentales sur l’apport économique de ce tourisme : son coût réel au regard des infrastructures d’accueil nécessaires, de ses consommations, des ressources naturelles, des retombées locales et de la place des populations locales ? Díaz Hernández insiste sur la nécessité d’une réaction politique face aux profondes déstabilisations des économies locales, insistant notamment sur les enjeux autour de l’inflation, les processus de paupérisation des populations insulaires exclues du système. Rappelons que l’activité touristique se caractérise par le déplacement de consommateurs (les touristes) vers les lieux de production (les pays d’accueil) et que les consommations sont attachées à des ressources territorialisées. Et si elles concernent notamment la dimension immatérielle des ressources du territoire d’accueil (la photographie d’une plage au soleil couchant), elles reposent largement sur des ressources matérielles essentielles (l’eau, le lagon) déjà intégrées à des logiques de consommations locales. Le tourisme accentue les pressions anthropiques sur les ressources du lieu. Si les priorités en matière de consommation des ressources sont clairement décidées au niveau d’un gouvernement, d’une autorité centrale, en partenariat avec des investisseurs internationaux, les pressions et le partage de ces biens à l’échelle de la localité d’accueil sont sources de tension (par exemple sur les rivages de la Petite Côte étudiés par A.K. Diagne).

16Les enjeux économiques doivent être analysés au regard des limites de ces territoires. Le tourisme est un secteur d’activité dont l’assise sur la scène internationale demande d’importants investissements. Leur faible capacité d’investissement favorise l’emprise des capitaux étrangers, qui contrôlent plus de 60 % des capacités d’accueils dans la Caraïbe (Pattullo, 1996) et jusqu’à 75 % aux Maldives. Les premiers bénéficiaires du tourisme sont d’abord les investisseurs internationaux qui jouissent de fiscalités séduisantes autorisant une grande mobilité des profits sans contrepartie de réinvestissements (comme à Sainte Lucie ou encore à la Dominique). Ces dispositifs profitent également à quelques fortunes locales.

17Des spécificités insulaires incontournables, notamment en matière de transports, maritimes et aériens, et incompressibles induisent un coût supplémentaire. En dépit d’une accessibilité améliorée, la périphérie restera toujours éloignée et distante des marchés émetteurs de touristes. Il y a donc une problématique particulière dans le domaine des transports et des communications qui se traduit par des surcoûts. Les capitaux sont également nécessaires pour construire les infrastructures visant la mise en service des nouveaux complexes touristiques. Ces infrastructures, tels les ports, les aéroports, les dessertes autoroutières - à usage non exclusivement touristique mais obligatoire pour le fonctionnement touristique des lieux - coûtent très chers et sont à la charge des États (Hampton et al., 2007).

  • 2 Il est inférieur à 50 % à la Jamaïque, à Antigua et ne dépasse pas les 25 % à la Barbade, dans les (...)

18Le paradoxe de l’ouverture économique de ces territoires vient du fait que la valorisation de leurs ressources ne peut se faire qu’à travers leur intégration dans l’économie mondiale, or, n’ayant pas les capacités financières nécessaires, ils deviennent totalement dépendants. Le poids des investisseurs privés, notamment dans le domaine de l’hôtellerie, n’est pas sans poser le problème du fonctionnement des lieux et des choix en matière de logistique, tant pour les équipements que pour l’alimentation. Les approvisionnements sont décidés par les services spécialisés des grandes firmes, loin des réalités de chaque région d’accueil permettant de satisfaire ainsi le plus simplement et au meilleur coût d’ensemble leurs unités touristiques (Wilkinson, 2004). Les apports nets du tourisme doivent donc être envisagés après déduction de toutes ces importations (notamment alimentaires). Les études conduites à partir de l’île de Sainte-Lucie laissent apparaître des pertes financières équivalentes à 50 % des revenus touristiques déclarés (Wilkinson, 2004). Ces États sont confrontés à d’importants déficits commerciaux ; leur coefficient de couverture des importations par les exportations se réduit dramatiquement2.

19Le poids de ces dépendances nécessite de relativiser les revenus réels du tourisme, à l’image des séjours vendus sous la forme de forfaits incluant toutes les dépenses ; des forfaits achetés depuis le pays d’origine du consommateur et dont les revenus les plus confortables appartiennent à ceux qui contrôlent le marché (comme les grands voyagistes qui assurent la commercialisation, la distribution des produits, lorsqu’ils ne gèrent pas directement sur place les complexes touristiques ; sans oublier les transports des clients).

20L’impact du tourisme doit être reconsidéré au regard des statuts politiques et des niveaux de développement des territoires pour prendre réellement la mesure des effets d’entraînement sur les économies. En effet, il convient de distinguer d’une part les îles indépendantes et d’autre part les îles intégrées dans des espaces nationaux plus vastes. En effet, les territoires insulaires appartenant à des États plus vastes bénéficient de meilleures assises économiques facilitant le contrôle des investissements. Ce sont des îles côtières associées à un pouvoir central continental (comme les Îles de la Baie avec le Honduras ; l’île de Haïnan vis-à-vis de la Chine), des îles appartenant à des États-archipels (par exemple Bali en Indonésie, Palawan aux Philippines), ou encore des îles plus éloignées, mais intégrées à de riches espaces nationaux comme les îles françaises et britanniques des Antilles. Ces dépendances jouissent d’une solidarité nationale, mais elles ont une très faible marge de manœuvre dans leur stratégie touristique dont les décisions relèvent d’échelons politiques supérieurs, sans réelle concertation avec les populations locales.

21Les enjeux sont très différents pour les petits États insulaires indépendants, confrontés à la concurrence mondiale. Pour ces territoires, les enjeux économiques autour du tourisme sont fondamentaux : ils doivent faire face au chômage et au sous-emploi d’une jeunesse importante et à la crise des finances publiques. Leur capacité d’investissement est des plus réduite, lorsqu’ils ne bénéficient pas d’une rente pétrolière. Leur marge de négociation face à des investisseurs internationaux spécialisés dans le tourisme est très limitée tant les enjeux sont fondamentaux pour leur développement immédiat. On ne peut ignorer les logiques de la libéralisation des économies, la multiplication des avantages visant à séduire les investisseurs. Et pour les Petits États insulaires, comme pour les pays en développement en général, la principale motivation est d’abord la création de nouveaux emplois pour répondre à des problèmes économiques et sociaux immédiats (tels que le soulignent B. Maharaj et al. à partir de l’étude de la région côtière de Durban).

De la nécessité de promouvoir un tourisme intégré aux territoires et aux sociétés d’accueil

22Le tourisme de masse est devenu une réalité qui demande de nouvelles politiques d’aménagement, favorisant notamment une meilleure diffusion des flux (des rivages vers l’intérieur des terres) et impliquant davantage les communautés locales afin d’optimiser les retombées et de mieux intégrer les enjeux environnementaux, pour définir un nouveau modèle de développement touristique (comme le propose JM. Parreño Castellano à partir du laboratoire privilégié que constituent les Îles Canaries). Son développement résulte de mécanismes complexes dont la maîtrise échappe aux populations locales partagées trop souvent entre rancœur et sentiment d’impuissance. Inflation et dollarisation des économies locales, fermeture de portions de rivages, les coûts réels du tourisme pour le milieu et les hommes vont au-delà de la satisfaction de besoins immédiats. Et paradoxalement, dans ces espaces finis, confrontés aux limites de leurs ressources, à la perte de biodiversité, les stratégies de développement de nombreuses économies insulaires reposent sur une croissance touristique sans fin.

23À l’avenir, il conviendra de mieux prendre en compte les réalités environnementales, humaines et biophysiques des espaces considérés, d’intégrer les représentations territoriales des visiteurs et des visités, de s’interroger sur le contrôle des terres et les processus de privatisation des ressources convoitées. Comme le souligne D. Pearce, à partir de sa réflexion consacrée aux îles Samoa, la recherche d’alternatives impliquant les communautés locales s’impose, tant sur les formes de consommations touristiques que dans le renouvellement des sources de revenus, dans le but de s’affranchir d’un développement monolithique extraverti. Il s’agit de poser les bases d’un développement viable qui tente de s’inscrire dans le temps en intégrant les indispensables critères sociaux, culturels, économiques et politiques des territoires d’accueil.

Haut de page

Bibliographie

Brigulio L., Archer B., et al. (eds). Sustainable Tourism in Islands and Small Stats: issues and policies. London : Pinter.

Daly H-E. 1990. Sustainable growth : an impossibility theorem, Development Journal of Society for International Development, t. 3, n°4, p. 45-47.

De Albuquerque K., McElroy J-L. 1999. A longitudinal study of serious crime in the Caribbean, Caribbean Journal of Criminology and Social Psychology, n°4, p. 32-70.

De Albuquerque K., McElroy J-L. 1992. Caribbean small island tourism styles and sustainable strategies, Environmental Managament, vol.16, p. 619-632.

Dehoorne O. 2006. Les bulles touristiques en milieu tropical : logiques et enjeux des enclaves touristiques dans les pays en développement. In : J. Rieucau et J. Lageiste (dir.), L’empreinte du tourisme. Contribution à l’identité du fait touristique. L’Harmattan, p. 289 — 319.

Garland A. 1996. The Beach. Penguin Books.

Goodland R. 1992. The case that the world has reached its limits : more precisely that current throughput growth in the global economy cannot be sustained, Population and Environment, t. 13, n°3, p. 167-182.

Hampton M.P., Christensen J. 2007. Competing industries in sslands. A New Tourism Approach, Annals of Tourism Research, vol. 34, n°4, p.998-1020.

ISLAND RESOURCE FOUNDATION. 1996. Tourism and Costal Resources Degradation in the Wider Caribbean. St. Thomas (IVA) : Island Resources Foundation.

King B. 2001. Resort-based Toutrism on the Pleasure Periphery. In : D Harrison (ed.), Tourism and the Less Developed World : Issues and Cases Studies, Wallingford : CABI International, p.175-190.

Knafou R. 1992. L’invention du tourisme. In : A Bailly, R. Ferras et al. Encyclopédie de Géographie. Paris : Economica, 1992, p. 851-864.

Lockhart D.G., Drakakis-Smith D. (eds.) 1997. Island Tourism : trends and prospects. London : Pinter.

Meyer-Arendt K.J., Sambrook R. A., et al. 1992. Seaside resort in the Domincan Republic : a typology, Journal of Geography, n° 91, p. 219-225.

Pattullo P. 1996. Last Resorts : The Cost of Tourism in the Caribbean. London : Castell.

Saffache P. 2000. Le littoral martiniquais : milieux, dynamiques et gestion des risques. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 368 p.

Weaver D.B. 1988. The evolution of a ‘plantation’ tourism landscape on the Caribbean island of Antigua, Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie, n°79, p. 313-319.

Wilkinson P-F. 2004. Tourism policy and Planning in St. Lucia. In : S. Gössling ed. Tourism and Development in Tropical Island. Cheltenham (UK) : Edward Elgar, p. 88-120.

Haut de page

Notes

1 Depuis 1945, plus de 80 territoires insulaires ont obtenu leur indépendance ou bénéficient d’une autonomie croissante vis-à-vis de leurs anciennes puissances coloniales (De Albuquerque & Mc Elroy, 1992)

2 Il est inférieur à 50 % à la Jamaïque, à Antigua et ne dépasse pas les 25 % à la Barbade, dans les Antilles françaises et néerlandaises, et il atteint à peine 10 % à Aruba.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Dehoorne et Pascal Saffache, « Le tourisme dans les îles et rivages tropicaux : enjeux, menaces et perspectives », Études caribéennes [En ligne], 9-10 | Avril-Août 2008, mis en ligne le 15 août 2008, consulté le 23 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/1413 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.1413

Haut de page

Auteurs

Olivier Dehoorne

Maître de conférences, Université des Antilles et de la Guyane ; dehoorneo@gmail.com

Articles du même auteur

Pascal Saffache

Maître de conférences, Université des Antilles et de la Guyane

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org