Navigation – Plan du site

Variations et cycles climatiques à la Martinique

Vincent Huyghues-Belrose

Entrées d’index

Index géographique :

Martinique
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis quelques années, les médias rapportent systématiquement les catastrophes naturelles survenues dans le monde, donnant l’impression qu’elles sont plus fréquentes et plus graves que dans le passé. La psychose d’un dérèglement climatique général de la planète s’est accentuée notamment avec les tempêtes survenues en Europe depuis 1999. Cette inquiétude n’est pas nouvelle à la Martinique, puisque cela fait plus d’un siècle qu’on s’interroge sur un éventuel dessèchement de l’île.

  • 1 Revert Eugène, « Essai sur le régime et la répartition des pluies à la Martinique leur irrégularité (...)

2En 1932, E. Revert écrivait en effet : « S’il est une opinion ancrée dans ce pays, c’est que le climat de l’île est allé en se desséchant de manière presque continue depuis l’occupation européenne et que la cause de ce dessèchement doit être cherchée dans les défrichements et déboisements inconsidérés que les colons ont propension à étendre d’année en année. »1

3Revert se proposait de démontrer « qu’aucune preuve ne peut être donnée d’un dessèchement progressif de l’île depuis le XVIIe siècle, tandis que de nombreux arguments militent en faveur de la stabilité aussi bien de la température que du régime des pluies depuis cette époque. » Cependant, les données chiffrées qu’il fournit à l’appui de sa démonstration ne remontent qu’à 1892, ceux, plus anciens, d’Octave Hayot à 1876 et les observations de J.-B. Thibault de Chanvallon, d’Alexandre Moreau de Jonnès et de P. Monnier ne portent que sur une année ou moins.

  • 2 La synthèse de ces recherches a été établie par John Reader dans le chapitre 15 "The Climatic Conte (...)

4En fait, les mesures de précipitation n’ont été effectuées de façon régulière à la Martinique que depuis la première moitié du XIXe siècle ; elles ne nous donnent pas une série suffisamment étendue dans le temps pour être significative. Par ailleurs, la question de la variation du climat à l’échelle du temps humain n’a jamais été systématiquement posée dans nos régions, alors que l’historiographie de l’Afrique considère, depuis les années 1970, ce paramètre comme déterminant pour comprendre les migrations et la traite des esclaves2.

  • 3 Cet article est extrait d’une étude du risque inondation commandée par la municipalité du Lamentin (...)
  • 4 SAFFACHE P., MARC J.-V., COSPAR O. : Les cyclones à la Martinique, 2003.

5L’étude historique des inondations de la plaine du Lamentin que nous avons entreprise en 20023 nous a conduit à compléter les séries de relevés pluviométriques disponibles par le report sur la ligne du temps des catastrophes mémorisées d’une façon ou d’une autre depuis les débuts de la colonisation : pluies anormalement abondantes d’une part, sécheresses exceptionnelles de l’autre. Cette documentation, plus large que celle réunie par l’équipe de P. Saffache4, a permis de reprendre sur de nouvelles bases les conclusions de Revert et à envisager l’hypothèse de cycles climatiques à l’échelle du temps humain.

6Le repérage des accidents météorologiques dans les documents anciens

7Pour connaître le passé climatique de la Martinique nous devons nous contenter de remonter à la colonisation française qui, la première, introduit le témoignage écrit. C’est en parcourant les ouvrages des chroniqueurs imprimés en Europe que nous devons glaner les informations les plus anciennes. Viennent ensuite les rapports manuscrits envoyés au ministre des Colonies par les administrateurs civils et militaires de la Martinique. Conservés aux Archives nationales à Paris ou à Aix-en-Provence, ces documents ont été préservés de la dispersion et de la destruction et nous permettent de suivre les principaux évènements météorologiques.

8Livres et rapports des XVIIe et XVIIIe siècle ne retiennent que les phénomènes catastrophiques, le plus souvent les ouragans destructeurs, mais signalent aussi les pluies exceptionnelles par leur durée et leur intensité. Il faut également tenir compte des restrictions de Klein l’auteur de la première chronologie quant à son exhaustivité avant le XXe siècle du fait de :

  • l’absence ou de la disparition des archives locales anciennes, paroissiales ou administratives,

    • 5 Klein, J-C., Recensement des inondations anciennes aux Antilles françaises, [s.l.], Office de la Re (...)

    de l’aspect souvent mineur, autrefois, des dégâts occasionnés par les rivières comparées à ceux provoqués par les ouragans et raz de marée, tremblements de terre et incendies.5.

9Dans les relations historiques des catastrophes météorologiques dont nous disposons, la description de la pluie apparaît rarement. C’est pourtant l’aspect des dépressions tropicales qui est le plus important pour le type de risque qui est ici en cause. Nous avons également relevé les indications de sécheresses annuelles données comme exceptionnelles par les témoins de l’époque. On retiendra toutefois que la sécheresse, dont les conséquences sont moins catastrophiques, est beaucoup moins souvent relevée par les chroniques et la correspondance administrative. On ne trouve aucune indication de sécheresse avant 1741.

10Les premières mesures précises de précipitation datent du XVIIIe siècle, mais elles n’ont qu’un caractère isolé avant le début du XIXe siècle. Elles ont été publiées en France dans des ouvrages destinés à diffuser des connaissances scientifiques sur les diverses colonies. La première table chronologique (6 ans) est publiée en 1829.

11À partir de 1834, le Ministère de la Marine rend obligatoire le relevé des observations météorologiques partout où stationnent des navires français et en confie la tâche au Service de Santé Colonial. Avec des lacunes pour certains mois et certaines années, ces relevés couvrent toute la période allant de 1835 à nos jours pour Fort-de-France.

  • 6 Biographie dans Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, V, 1ère éd. (1890) SAINTE-CLAIR (...)
  • 7 Boelle E. (2001). « Un savant cubain, libéral, du XIXe siècle d’origine française, Felipe Poey y Al (...)

12Les premières listes rétrospectives des ouragans sont l’œuvre de Charles Joseph Sainte-Claire-Deville6, né à Saint-Thomas (1814-1876) élève de l’École des Mines, géologue, inspecteur général du Service météorologique et professeur au Collège de France, et d’Andrès Poey y Aloy (1825-1900), scientifique cubain d’origine française, professeur comme son père à la Nouvelle Université Royale de La Havane, établie en 1841, et fondateur de la première station météorologique de Cuba7. Deville donne, dans un ouvrage de 1861, une première liste cumulative des ouragans des Antilles tandis que Poey publie à Paris, en 1862, une chronologie de tous les cyclones de l’aire atlantique depuis 1453. Quoique devenus introuvables, ces ouvrages sont à l’origine de toutes les listes d’ouragans des Antilles publiées à ce jour : elles leur empruntent sans grands changements la partie antérieure au XVIIIe siècle.

13Depuis la création du Service météorologique dans les colonies françaises en 1929, certains de ses responsables se sont attelés à reprendre la vieille liste de Poey en se reportant aux ouvrages anciens et aux archives et à la compléter par des observations postérieures à 1862. La production de ces tables de recensions des cyclones et ouragans commence en 1932 avec Auguste Romer et s’arrête en 1986 avec F.-H. Fortuné.

14À partir de 1971, ce sont les hydrologues qui, autour de J. C. Klein, reprennent cette recherche historique pour dégager les composantes pluviométriques du risque d’inondation. Les listes qu’ils ont établies prennent en compte les années à forte pluviométrie et délaissent les ouragans peu humides.

  • 8 Saffache, P., Marc, J.-V., Cospar, O., Les cyclones à la Martinique,, 2003.

15La publication de P. Saffache en 2003, tente de retrouver avec le maximum de documentation tous les accidents météorologiques dont on a conservé la trace, même les plus localisés et les moins destructeurs8.

16Une évolution générale du climat vers la sécheresse peut-elle être prouvée à partir d’un tel corpus de données ?

1. Le climat varie-t-il ?

17En zone intertropicale, les variations du climat sont essentiellement d’ordre pluviométrique, aussi avons-nous tenté d’établir une courbe des totaux annuels sur trois siècles à partir des sources d’archives.

  • 9 Thibault de Chanvalon, Jean-Baptiste Mathieu, « Observations météorologiques » et « Récapitulations (...)
  • 10 Guiscafre, Klein Moniod, Les ressources en eau de surface de la Martinique, 1976, p. 173.

18Les plus anciennes mesures concernent Saint-Pierre et sont dues à J. B. Thibault de Chanvallon pour les six mois d’hivernage de l’année 17519. Revert propose une conversion des mesures effectuées de juillet à décembre égales à 650 mm. La restitution de Klein et al., qui tient compte de l’évaporation, donne 673 mm10. Ces chercheurs estiment que l’hivernage 1751 fut assez nettement déficitaire et nous proposons d’extrapoler le double des précipitations recueillies à Saint-Pierre pour obtenir le total annuel de Fort-de-France soit : 1.300 mm.

19Les mesures d’A. Moreau de Jonnès (1803-1808) proviennent de Fort-de-France, l’équipe de Klein en a fait la conversion et nous les reportons directement sur la liste qui suit.

20P. Monnier indique seulement que les pluies recueillies par lui en 1824 sur la côte orientale étaient inférieures à celles mesurées par Chanvallon en 1751, soit pour Fort-de-France, 1824 : < 1.300 mm.

21Pour la période 1834 à 1875, nous avons retenu les mesures qui ont été relevées à l’Hôpital militaire Gallieni de Fort-de-France par les officiers du Service de Santé.

22Les chiffres pour Fort-de-France, station d’observation la plus proche du Lamentin, qui sont aussi donnés par O. Hayot pour la période 1875-1881, proviennent des tables de l’abbé Marchesi, aumônier de l’Hôpital militaire durant la même période.

23L’abbé Marchesi a également recueilli les chiffres de Saint-Pierre pour 1878 et 1879 ce qui, par comparaison, conduit à penser que les hauteurs d’eau relevées à Fort-de-France sont aberrantes. O. Hayot les retient cependant (7 814 mm et 4 410 mm) en expliquant que les mois de juillet à septembre 1878 entrent à eux seuls pour 4 425 mm et n’hésite pas affirmer que « la pluie tombée en 1879 au Lamentin et à Rivière-Salée eut donné le chiffre de 10 m. » De tels chiffres n’apparaissent jamais par la suite avec des mesures de qualité scientifique indiscutable. Même si l’on admet avec Hayot et Revert qu’il pleut deux fois plus à Fort-de-France qu’à Saint-Pierre (durant l’hivernage), il serait plus vraisemblable de diviser le chiffre de 1878 par deux ou de faire de la somme des mois de juillet à septembre 1878 le total de l’année entière et de ramener le chiffre de 1879 à 3 410 mm.

24Les mesures des années 1880 à 1891 qui ont été retenues ici sont celles de l’Hôpital militaire de Fort-de-France.

25Les chiffres mesurés de 1892 à 1921 ont été publiés par E. Bassières en 1922, tandis que l’Annuaire de la Martinique de 1931 fournit les hauteurs d’eau tombées annuellement pendant les années 1892 à 1930. Ces mesures ont été effectuées à Fort-de-France (Bougenot 1915-1935, Desclieux 1921-1937, Desaix 1934-1972).

  • 11 Statistique de précipitations sur la période 1950-1986,, janvier 1987. Les totaux annuels après 198 (...)

26Les relevés du Lamentin retenus ici sont d’abord ceux de l’usine de Soudon (1924-1930) puis de l’aéroport (1948 à aujourd’hui)11.

2. Liste des totaux annuels

271666 : Cyclone, inondations 3 000 mm ?
1672 : Cyclone
1680 : Cyclone
1687 : Dépressions août et septembre, 4 000 mm ?
1694 : Ouragan
1699 : Cyclone ?
1702 : Cyclone ?
1713 : Inondations, 3 000 mm ?
1724 : Inondations, 4 000 mm ?
1740 : Cyclone ?
1741 : Sécheresse, jusqu’en juillet, 1.300 mm ?
1751 : 1.300 mm
1803 : 2 080 mm
1804 : 2 130 mm
1805 : 2 190 mm
1806 : 2 400 mm
1807 : 2 270 mm
1808 : 2 200 mm
1813 : Ouragan
1817 : Ouragan
1824 : 1.300 mm
1825 : Coup de vent
Lacune
1834 : mesures incomplètes
1835 : 1.867 mm
1836 : néant
1837 : mesures incomplètes
1838 : néant
1839 : mesures incomplètes
1840 : 1.872 mm
1841 : 2 034 mm
1842 : 1.670 mm
1843 : 2 077 mm
1844 : 2 265 mm
1845 : 1.671 mm
1846 : 2 450 mm
1847 : 1.637 mm
1848 : 2 010 mm
1849 : 1.821 mm
1850 : 2 237 mm
1851 : 2 735 mm
1852 : néant
1853 : mesures incomplètes
1854 : mesures incomplètes
1855 : 1.980 mm
1856 : 1.433 mm
1857 : 3 022 mm
1858 : 2 097 mm
1859 : 1.954 mm
1860 : 2 390 mm
1861 : 2 767 mm
1862 : 2 298 mm
1863 : 2 072 mm
1864 : 1.673 mm
1865 : 3 041 mm
1866 : 1.901 mm
1867 : 2 417 mm
1868 : 1.759 mm
1869 : 2 048 mm
1870 : 2 101,4 mm
1871 : 2 110,7 mm
1872 : 1.791 mm
1873 : 1.865 mm
1874 : 1.945 mm
1875 : 1.626 mm
1876 : 2 200 mm
1877 : 2 437 mm
1878 : 4 000 mm (pour 7 800 mm donnés ?)
1879 : 4 343 mm ?
1880 : 3 831 mm
1881 : 2 964 mm
1882 : mesures incomplètes
1883 : mesures incomplètes
1884 : néant
1885 : néant
1886 : 2 215
1887 : 2 134
1888 : 2 733
1889 : 2 944,4
1890 : 1 700,8
1891 : 1 923,1
1892 : 2 442,20
1893 : 2 733,81
1894 : 1 360,59
1895 : 3 689
1896 : 2 092,20
1897 : 2 366,77
1898 : 2 358,11
1899 : 1.791
1900 : 1 885,4
1901 : 1.941
1902 : 2 085,8
1903 : 2 515
1904 : 1 726,3
1905 : 1 738,9
1906 : 1 892,1
1907 : 1 544,5
1908 : 1 475,3
1909 : 2 001,2
1910 : 1 844,1
1911 : 2 547,0
1912 : 1 710,7
1913 : 1.856
1914 : 1 432,1
1915 : 2 670,25
1916 : 2 227,25
1917 : 1.790
1918 : 1 582,5
1919 : 1.372
1920 : 1 102,5
1921 : 1 682,5
1922 : 1 345,1
1923 : 1.345 5 (Desclieux)
1924 : 2 005,1
1925 : 1 630,2
1926 : 2 161,9
1927 : 2 161,9 (Desclieux)
1928 : 1 795,55
1929 : 1 708,8
1930 : 1 536,6 (Desclieux)
1931 : 1 779,1 (Desclieux), 1.706 (Bougenot)
1932 : 2 102,1 (Desclieux), 1 753,2 (Bougenot)
1933 : 2 186,1 (Desclieux), 2 289,6 (Bougenot)
1934 : 1.284,7 (Desaix), 1.514,8 (Desclieux)
1935 : 1.752,2 (Desclieux), 1.725,1 (Desaix)
1936 : 2.491,6 (Desclieux), 2.141,6 (Desaix)
1937 : 1.343 (Desaix)
1938 : 1.994,3
1939 : 1.414,2
1940 : 1.283,4
1941 : 1.710,3
1942 : 2.046,7
1943 : 1.579,1
1944 : 1.825,1
1945 : 1.715,7
1946 : 1.443,4
1947 : 1.280,2
1948 : 2.280,3 (Lamentin aéroport)
1949 : 1.705,3
1950 : 1.622,7
1951 : 2.210,5
1952 : 2.081,4
1953 : 2.124,7
1954 : 1.868,8
1955 : 2.138,3
1956 : 2.069,8
1957 : 2.075
1958 : 2.684,7
1958 : 1.651,6
1959 : 1.991
1960 : 1.696,3
1961 : 1.725,2
1963 : 1.927
1964 : 1.933,8
1964 : 1.901,4
1965 : 2.402,4
1966 : 2.386,5
1967 : 1.893,2
1968 : 1.893,2
1969 : 2.229,4
1970 : 2.712,6
1971 : 1.873,5
1972 : 1.887,2
1973 : 1.191,9
1974 : 1.637,2
1975 : 1.972,6
1976 : 1.838,1
1977 : 1.801,1
1978 : 2.030,1
1979 : 2.285,1
1980 : 2.069,3
1981 : 2.457,2
1982 : 2.172
1983 : 1.709,3
1984 : 2.138,4
1985 : 1.881,5
1986 : 2.051,7
1987 : 2.120,80
1988 : 2.468,60
1989 : 2.123,40
1990 : 2.516,20
1991 : 2.066,90
1992 : 2.407,40
1993 : 2.094,20
1994 : 1.653,60
1995 : 2.564,60
1996 : 2.447,90
1997 : 1.574,36
1998 : 2.391,60
1999 : 1.723,90
2000 : 1.818,60
2001 : 1.630,20
2002 : 1.622,40

Graphique 1. Pluviométrie annuelle en Martinique

Graphique 1. Pluviométrie annuelle en Martinique

3. Les cycles de pluviométrie

28À partir des données disponibles, aucune preuve ne peut être donnée d’un dessèchement progressif de l’île depuis le XVIIe siècle, tandis que de nombreux arguments militent en faveur de la stabilité aussi bien de la température que du régime des pluies depuis cette époque. Cette position est renforcée par la comparaison que l’on peut faire entre le diagramme de la Martinique et celui de Georgetown, au Guyana pour les années 1880 à 1946.

29En revanche, la projection graphique des données en excédent et en déficit par rapport à la moyenne fait apparaître des cycles auxquels Bassières puis Revert donnaient une période de onze et cinq ans mais dont le plus long n’en dépasse pas cinq.

30Certains calculs de Bassières pour 1892 à 1931 s’appuient sur des cycles, artificiellement fixés à onze ans. L’observation sur cette base ne donne pourtant rien. On constate au contraire que les périodes 1880-1888 et 1912-1921, sont sèches et que seules les années 1889-1893 et 1906-1911, sont humides. On trouve par ailleurs des épisodes de forte pluviosité dont les plus significatifs ne dépassent pas trois années consécutives : 1909-1911 et 1936-1938.

31De son côté Revert envisage des séries de 5 ans. Il obtient ainsi les moyennes suivantes :

32De 1892 à 1896 : 2.463,5 mm en 12 mois
1897 à 1901 : 2.068,4 mm
1902 à 1906 : 1.991,6 mm
1907 à 1911 : 1.882,4 mm
1912 à 1916 : 1.979,2 mm
1917 à 1921 : 1.505,9 mm
1922 à 1926 : 1.644 mm (d’après E. Bassières)
1927 à 1932 : 1.817 mm avec une forte pluviosité en 1931 (Revert).

33En réalité, seules les phases de déficit (moins de 2.000 mm) sont significatives, car les deux périodes humides de Revert ne connaissent que deux années excédentaires :

  • de 1891 à 1906, avec excédent en 1891 et 1896,

  • de 1927 à 1933, avec excédent en 1927-28 et en 1933.

34À titre de comparaison, la période humide 1889-1893 apparaît de façon aussi marquée sur le diagramme de Georgetown.

35Les cycles suivants couvrent les années 1979-1981, puis 1988-1999 pour lesquels la tendance est identique à celle de la période 1860-1871.

  • 12 Klein J. C., La distribution des hauteurs de pluies journalières…, 1971, p. 1.

36J. C. Klein ne les a pas considérés comme tels dans son extrapolation vers les faibles fréquences. Son analyse fait cependant apparaître des familles de pluies « normales » et des familles de pluies « exceptionnelles » que l’on peut assimiler à des séries12.

37On constate que, pour les quatre siècles, les épisodes catastrophiques s’enchaînent en majorité dans des cycles de 9 à 11 ans, séparés par des périodes sans forte pluie d’une durée pouvant aller de 7 à 16 ans (1788-1804). Pour tout le reste, la sécheresse apparaît comme accidentelle et isolée, parfois coupée par un épisode cyclonique.

38Aucune loi sur l’alternance périodique des années de sécheresse et des années humides ne peut donc être tirée de l’analyse de ces mesures. Mais s’il n’y a pas alternance régulière d’années sèches et d’années humides, peut-on déceler une corrélation entre années humides et inondations et trouver une périodicité des crues majeures ?

Graphique 2. Pluviométrie de 1880 à 1946 au Guyana

Graphique 2. Pluviométrie de 1880 à 1946 au Guyana

Graphique 3. Pluviométrie de 1880 à 1946 en Martinique

Graphique 3. Pluviométrie de 1880 à 1946 en Martinique

39Le premier graphique de ce type a été réalisé par E. Bassières en 1922 ; il concerne les années 1892 à 1921. En 1946, le Jardin botanique de Georgetown, au Guyana, en a établi un faisant apparaître excédents et déficits annuels par rapport à une moyenne de 90,78 pouces (inches) par an (2.305 mm). Nous avons transcrit le tableau de la Guyana et converti les valeurs martiniquaises de la même période de millimètres en pouces et construit un histogramme sur le modèle du Guyana La moyenne retenue pour Fort-de-France est de 2.000 mm de pluie par an.

  • 13 « Annual rainfall 1880-1946 », dans Agricultural Journal of British Guiana, June 1947, Fig. 1 Varia (...)

40On ne peut s’empêcher de constater les similitudes de la courbe de tendance entre le diagramme de Georgetown et celui de Fort-de-France13. Elles tendraient à prouver que les variations majeures interviennent à l’échelle de la zone climatique et ne sont pas des accidents provoqués par les conditions locales d’exposition et d’altitude.

4. Historique des inondations de la Martinique

41Pour établir la liste la plus complète possible, nous sommes partis de celle compilée par J. C. Klein (1971) et de la chronologie des cyclones de P. Flament (1986) qui indiquent les « inondations importantes et étendues » jusqu’en 1891. Nous y avons ajouté des précisions glanées dans les livres anciens et les archives que l’on trouvera dans l’ouvrage de P. Saffache et alii.

42On notera que les avaries provoquées par les crues de tempêtes aux limigraphes sont souvent fatales à la station. Il est donc rare, aujourd’hui encore, d’enregistrer sans encombre une crue provoquée par le passage d’une dépression tropicale ou d’un cyclone : c’est après le passage de la crue que l’on peut relever sur les berges les traces des plus hautes eaux. Cette remarque permet d’écarter l’objection que l’on pourrait avancer contre la valeur scientifique des évaluations les plus anciennes et de les valider pour la chronologie.

43Une première mesure, isolée, est fournie en 1724 avec les hauteurs d’eau atteintes au cours d’une dépression stationnaire : maximum de 10 pieds d’eau (3,3 m), et de 7 pieds (2,21 m) dans la plaine de Rivière-Salée.

  • 14 D’après le compte-rendu du coup de vent de décembre 1825. CAOM, SG Martinique, C 52, D 432. Statist (...)

44Chronologie des inondations de la Martinique
On relève pour diverses régions ou pour l’ensemble de l’île :
1680 : ouragan suivi de pluie
1687 : inondations
1694 : ouragan suivi de pluie, destruction du premier bourg
1713 : cyclone suivi de 15 jours de pluie diluvienne
1724 : inondations
1753 : ouragan suivi de pluies
1754 : orages, débordements de rivières
1760 : inondations
1766 : ouragan avec pluie
1781 : inondations
1788 : ouragan plus grave que celui de 1766
1813 : ouragan
1817 : ouragan pluvieux14
1846 : inondations au bourg
1855 : dépression, inondations
1865 : inondations, Lézarde en crue (avril et août)
1879 : nombreuses inondations
1883 : ouragan accompagné de pluies, inondations au bourg
1891 : ouragan accompagné de pluies
1895 : inondations au Lorrain et Marigot
1909 : inondations au Macouba et à Basse-Pointe
1914 : dépression, inondations
1915 : dépression, inondations
1924 : inondations
1927 : dépression, 1 m d’eau au bourg
1932 : dépression, inondation à Gaigneron
1942 : dépression
1948 : dépression
1949 : dépression
1958 : inondations
1963 : ouragan Edith
1966 : inondations
1967 : tempête Beulah, inondations
1970 : tempête Dorothy, inondations
1976 : inondations
1979 : cyclone David
1980 : ouragan Allen
1984 : tempête Klaus
1988 : ouragan Gilbert
1990 : tempête Klaus, inondations
1993 : tempête Cindy, inondations
1995 : tempête Iris et fortes précipitations, inondations
1996 : dépression Hortense, inondations

  • 15 Klein J.-C., La distribution des hauteurs de pluies, 1976 : 3

45Il apparaît que les inondations les plus catastrophiques depuis le XVIIe siècle sont toutes liées à une pluviosité exceptionnelle, pas nécessairement à un cyclone. À partir de la liste, on constate que les précipitations destructrices relèvent des cinq cas de figure météorologiques établis par Klein15 :

  • pluies intenses d’hivernage liées au passage d’un véritable cyclone (1680, 1694, 1766, 1788, 1891, 1903) ou plus souvent d’une tempête tropicale.

  • Pluies intenses liées à une dépression n’atteignant pas, ou ayant perdu, le caractère de cyclone (1713, 1967, 1970)

  • grains d’hivernage non liés à une dépression tropicale (1687, 1754, 1865)

  • grains violents au sein de dépressions en dehors de période cyclonique (1724, 1817, 1895, 1927)

  • grains violents hors hivernage (1895, 1932, 1966).

46En majorité, les précipitations destructrices recensées n’accompagnent pas un cyclone caractérisé. Des deux cyclones de 1903 et 1963, seul le second a été accompagné de fortes pluies, mais celles-ci ont été largement dépassées par des précipitations sans caractère cyclonique en 1914, 1927, 1932, 1958, 1966, ou par des déluges à caractère cyclonique atténué en 1967 et 1970.

5. Corrélation de la pluviométrie, des cyclones et des inondations

47Durant les périodes pluvieuses identifiées par Bassières et Revert on a recensé les phénomènes cycloniques suivants :
1891 (ouragan)
1895 (cyclone)
1903 (ouragan)
1909 (cyclone)
1914 (cyclone)
1915 (cyclone)
1927 (cyclone)
1932 (ouragan)
1951 (cyclone)
1963 (cyclone).

48Seuls les cyclones de 1909, 1914 et 1915 apparaissent en désaccord avec la périodisation proposée par Bassières, puisqu’ils se manifestent durant une phase de sécheresse relative. Notons que leur violence et leur apport en eau demeurent moindres que pour les phénomènes des périodes humides qualifiés d’ouragans. Aucun cyclone ne touche la Martinique entre 1879 et 1891, soit durant 12 ans, et aucun entre 1932 et 1951 (19 ans), les accidents météorologiques des années 1941, 1942, 1948 et 1949 ayant été classés comme simples dépressions. On notera que le cyclone de 1951 est en quelque sorte une exception, car une série continue, annuelle et même pluriannuelle, ne commence qu’en 1963 pour atteindre 1971.

49J. C. Klein et son équipe estimaient, en 1976, que « par la diversité de leurs années d’apparition, de leur position dans l’année, de leur extension et de leur violence, on constate d’évidence que les crues, comme les précipitations qui les engendrent, représentent bien un phénomène essentiellement aléatoire. »

50On constate pourtant l’existence de véritables « années d’inondation », caractérisées par le passage de plusieurs dépressions durant l’hivernage et par un carême pluvieux ainsi :
1655-1656,
(31 ans) (?),
1687,
(7 ans),
1694-1695,
(29 ans),
1724-1725,
(28 ans),
1753-1754,
(2 ans),
1756-1758,
(17 ans) ( ?),
1775-1776,
(89 ans),
1865,
(30 ans),
1895,
1914-1915,
(20 ans),
1932,
(6 ans),
1948-1949,
(46 ans),
1995-1996.

Graphique 4. Destruction du bourg en 1694

Graphique 4. Destruction du bourg en 1694

51L’écart le plus court entre les épisodes caractéristiques est de 2 ans, l’écart le plus long (en ne tenant pas compte de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, période mal renseignée pour la pluviométrie) de 46 ; l’écart type serait donc de 27-28 ans. On pourrait donc parler en gros de crues trentenaires. Ce rythme semble confirmé par la lecture du graphique qui fait apparaître des périodes cycloniques plus intenses à peu près tous les trente ans, sauf durant des plages prolongées de calme que l’on retrouve à peu près tous les cent ans :
Calme ?
I : 1651-1656
II : 1680-1695
III : 1723-1725
IV : 1753-1758
V : 1775-1788
Calme
VI : 1872-1879
VII : 1891-1903
Calme
VIII : années 1960
IX : années 1990.
Calme ?

Graphique 5. Variations de la pluviométrie

Graphique 5. Variations de la pluviométrie

Conclusion

52Si une évolution générale du climat vers la sécheresse ne peut être prouvée, l’existence de cycles pluvieux et de cycles secs apparaît à la lecture des chiffres annuels de précipitation. En outre les cycles pluvieux témoignent d’une plus grande fréquence de phénomènes cycloniques que les cycles secs.

53Pour les évènements catastrophiques les plus importants, leur périodicité semble comprise entre 40 (1680 à 1723) et 97 ans (1775-1872) soit une moyenne de 68 ans. Sur cette base, il n’y aurait donc une probabilité de risque majeur tous les soixante ou soixante-dix ans, ce qui rejoint le calcul prévisionnel des hydrologues fondé sur la notion de crues décennales et centennales. Klein et son équipe écrivaient en effet :

54« Il a été distingué quatre épisodes particulièrement intenses {1724, 1865, 1895, 1970} […] Cette distinction, bien que fondée (sauf pour Dorothy) sur la seule relation de l’événement, a toute chance d’identifier des crues exceptionnelles de fréquence plus faible que centennale sur la partie touchée de l’île ».

55Etant donné que nous sortons d’une période humide caractérisée par une intense activité cyclonique, nous pourrions considérer qu’il n’y a pas de risque majeur avant 2030 voire 2060. Ce serait faire une grave erreur, car les autres composantes de l’inondation pèsent de plus en plus lourd dans le déclenchement des crises, même lorsqu’il n’y a pas de précipitations exceptionnelles.

Haut de page

Bibliographie

Albaert, P. et J. Spieser (1999). Atlas Climatique de la Martinique. Le temps à la Martinique, Paris, Météo France.

Bassières, E. (1923). « Eau et lumière », Bulletin Agricole, janvier : 1-3.

Bassières, E. (1921). « Les irrigations à la Martinique », Bulletin Agricole, n° 10, 1920 : 19-22, n° 11, janvier : 10-14.

Dessales, A. (1847). Histoire générale des Antilles, Paris, France Libraire-Editeur, tome III (inondations du 9-18 novembre 1724).

Flament, P. (1986). Cyclones m'étaient comptés à la Martinique 1635-1891, Fort-de-France, Direction de la Météorologie.

Fortuné, F-H. (1986). Cyclones et autres cataclysmes aux Antilles, Fort-de-France, Editions La Masure, 1986.

Guiscafre, J., J. CL. Klein et F. Moniod (1976). Les ressources en eau de surface de la Martinique, Paris, OSTOM, Monographies hydrologiques ORSTOM, 1976.

Hayot, O. (1938). Matériaux pour l’Histoire de la Martinique agricole, 1881 (1882), réimpression Fort-de-France, Imprimerie du Gouvernement.

Klein, J-C. (1976). La distribution des hauteurs de pluies journalières à la Martinique et son extrapolation vers les faibles fréquences, Fort-de-France, ORSTOM, Rapport dactylographié.

Klein, J-C. (1971). Recensement des inondations anciennes aux Antilles françaises, [s.l.], Office de la Recherche Scientifiques et Technique Outre-Mer, (Mission hydrologique aux Antilles).

May, L-P. (1972). Histoire économique de la Martinique : 1635-1763, Paris, M. Rivière, 1930, réédition Fort-de-France, Société de Distribution et de Culture.

Monnier, P. (1828). « Description nautique des côtes de la Martinique » (1824-1825), Annales maritimes et coloniales : 412-501.

Moreau de Jonnes A. (1822). Tableau du climat des Antilles et des phénomènes de son influence sur les plantes, les animaux et l'espèce humaine, Paris, Imprimerie de Migneret, 1817 ; Histoire physique des Antilles, savoir : la Martinique et les îles de la Guadeloupe, Paris, Imprimerie de Migneret, 2 vol.

Ostologue Y. (2003). « Les cyclones à la Martinique de 1635 à 1817 », Fort-de-France, Maîtrise d’Histoire, UAG.

Pierre-Fanfan, E. (1966). Les cyclones aux Antilles, [s.l.], Service météorologique du groupe Antilles-Guyane.

Poey y Aloy A. (1862). Chronologie de tous les cyclones de l’aire atlantique depuis 1453, Paris.

Revert, E. (1932). « Essai sur le régime et la répartition des pluies à la Martinique, leur irrégularité et les conséquences qui en découlent au point de vue agricole et forestier », Bulletin agricole de la Martinique, 1(6) : 124149.

Revert, E. (1949). La Martinique, étude géographique et humaine, Paris, Nles Editions latines : 110-111, 187, 262, 347, 407.

Rey Dr, H. (1881). Etude sur la colonie de la Martinique : topographie, météorologie, pathologie, anthropologie, démographie, Paris, Berger-Levrault.

Romer, A. (1932). Cyclones à la Martinique (1635-1932), [s.l.], [s.n.].

Rufz de Lavison E. (1850). Etudes historiques et statistiques sur la population de la Martinique, Saint-Pierre-Martinique, Imprimerie de Carles, deuxième volume.

Saffache, P., J.-V. Marc et O. Cospar (2003). Les cyclones à la Martinique : quatre siècles cataclysmiques, Petit-Bourg, Ibis Rouge Editions.

Sainte-Claire Deville Charles (1861). Recherches sur les principaux phénomènes de météorologie et de physique terrestre aux Antilles, Paris, Gide.

Statistique de précipitations sur la période 1950-1986, Centre météorologique du Lamentin, Service météorologique interrégional Antilles-Guyane, janvier 1987, rapport dactylographié.

Graphiques réalisés Jean-Michel Lavigne, ARTEFACT.

Haut de page

Notes

1 Revert Eugène, « Essai sur le régime et la répartition des pluies à la Martinique leur irrégularité et les conséquences qui en découlent au point de vue agricole et forestier », Bulletin agricole de la Martinique, vol. 1, n° 6, juin 1932, p. 124-149.

2 La synthèse de ces recherches a été établie par John Reader dans le chapitre 15 "The Climatic Contexte" de son Africa. A biography of the Continent, Londres, Hamish Hamilton Ltd., 1997, p. 435-445. Voir aussi NICHOLSON, Sharon E., "Climate, drought and famine in Africa", dans Hansen and McMillan, Food in sub-Saharan Africa, Boulder (Colorado), Lyne Reiner, 1986, p. 107-129.

3 Cet article est extrait d’une étude du risque inondation commandée par la municipalité du Lamentin au laboratoire GEODE Caraïbe : Historique des inondations de la Plaine du Lamentin, Le Lamentin, Municipalité du Lamentin-GEODE Caraïbe, 2003. Nous remercions le Service Environnement de la municipalité de nous avoir autorisé à le publier.

4 SAFFACHE P., MARC J.-V., COSPAR O. : Les cyclones à la Martinique, 2003.

5 Klein, J-C., Recensement des inondations anciennes aux Antilles françaises, [s.l.], Office de la Recherche Scientifiques et Technique Outre-Mer, (Mission hydrologique aux Antilles), 1971.

6 Biographie dans Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, V, 1ère éd. (1890) SAINTE-CLAIRE DEVILLE Charles, Recherches sur les principaux phénomènes de météorologie, 1861.

7 Boelle E. (2001). « Un savant cubain, libéral, du XIXe siècle d’origine française, Felipe Poey y Aloy », Généalogie et Histoire de la Caraïbe : 3060-3064.

8 Saffache, P., Marc, J.-V., Cospar, O., Les cyclones à la Martinique,, 2003.

9 Thibault de Chanvalon, Jean-Baptiste Mathieu, « Observations météorologiques » et « Récapitulations mensuelles », dans Voyage à la Martinique, édition M. Pouliquen, Paris, Karthala, 2004, p. 165-205.

10 Guiscafre, Klein Moniod, Les ressources en eau de surface de la Martinique, 1976, p. 173.

11 Statistique de précipitations sur la période 1950-1986,, janvier 1987. Les totaux annuels après 1986 ont dû être calculés, le Service de la Météorologie ne disposant que des totaux mensuels.

12 Klein J. C., La distribution des hauteurs de pluies journalières…, 1971, p. 1.

13 « Annual rainfall 1880-1946 », dans Agricultural Journal of British Guiana, June 1947, Fig. 1 Variations in annual rainfall British Guiana.

14 D’après le compte-rendu du coup de vent de décembre 1825. CAOM, SG Martinique, C 52, D 432. Statistiques pour 1826. Cahier n° 3 Atmosphère, par F. Braud, 30 octobre 1827.

15 Klein J.-C., La distribution des hauteurs de pluies, 1976 : 3

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Pluviométrie annuelle en Martinique
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Graphique 2. Pluviométrie de 1880 à 1946 au Guyana
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 3. Pluviométrie de 1880 à 1946 en Martinique
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 4. Destruction du bourg en 1694
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/273/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Graphique 5. Variations de la pluviométrie
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/273/img-5.png
Fichier image/png, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Huyghues-Belrose, « Variations et cycles climatiques à la Martinique », Études caribéennes [En ligne], 5 | Décembre 2006, mis en ligne le 15 décembre 2006, consulté le 23 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/273 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.273

Haut de page

Auteur

Vincent Huyghues-Belrose

Université des Antilles et de la Guyane ; Docteur en histoire ; vincent.huyghuesbelrose@martinique.univ-ag.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org