Navigation – Plan du site

Tourisme et accès aux ressources dans les petites îles de la Caraïbe

Olivier Dehoorne

Entrées d’index

Index géographique :

Caraïbes
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les îles et les rivages caribéens entrent dans l’ère du tourisme de masse avec des flux évalués à quelque 25 millions de visiteurs dans la partie insulaire et 50 millions sur l’ensemble des territoires de la Grande Caraïbe. Si, en terme de volume, l’activité régionale reste très inférieure à celles des grands foyers d’accueil, comme la Méditerranée, les réalités touristiques doivent être reconsidérées au regard de l’exiguïté des territoires (235 000 km² sur la partie insulaire), de leur niveau de peuplement (37 millions d’habitants dans les îles), des ressources disponibles et de la fragilité des milieux d’accueil (à l’exemple les récifs coralliens) (Dehoorne 2006).

2Compte tenu de l’inégale diffusion de ces flux, les enjeux autour des pressions touristiques sont particulièrement exacerbés sur certains micro-territoires et les charges touristiques influent directement sur la qualité touristique des lieux : certains, soutenus par de vols charters et contrôlées par des grands voyagistes, sont ouverts au plus grand nombre (comme la République dominicaine, Porto Rico, Cuba, Aruba) tandis que d’autres, moins accessibles, parfois méconnus du grand public, entendent se prémunir contre « les nuisances » induites par l’effet de masse (MIT 2002). Les élites qui investissent ces derniers lieux déploient des stratégies financières classiques limitant l’accessibilité et les conditions de séjours (comme Saint-Kitts, Saint-Barthélemy, certaines îles des Bahamas, des Grenadines, des Îles Vierges) et, au besoin, elles s’appuient volontiers sur une argumentation scientifique qui insistent sur la nécessité de contenir les flux pour préserver la biodiversité des lieux et donc s’en réserver l’exclusivité (par exemple Barbuda, les Grenadines, les archipels côtiers de Belize).

3Les pressions sur les ressources du milieu, au cœur des enjeux touristiques, s’accentuent sous les effets conjugués de la croissance démographique, de l’urbanisation et des consommations touristiques. L’accès aux ressources et leurs modalités de consommation et de gestion doivent alors être reconsidérés sachant que, comme le souligne R. Knafou (1992), « chacun des types de tourisme, même le plus doux, n’est pas sans effet pervers sur l’environnement. Il ne faut pas oublier que le tourisme, grand créateur de richesses, est à la fois une vision du monde […] et une formidable force de subversion de la nature et de la culture, des territoires comme des sociétés. Il ne faut donc pas sous-estimer le caractère potentiellement pernicieux de tous les types de tourisme, y compris de ceux qui se présentent comme respectueux de l’environnement et armés de bons sentiments ».

4Dans le cadre de cette réflexion, nous souhaitons mettre l’accent sur les stratégies politiques qui se dessinent autour du contrôle des ressources naturelles notamment à travers l’exemple des Îles de la Baie (Honduras) qui proposent un terrain d’étude complexe et riche d’enseignements sur les enjeux et les stratégies politiques qui motivent les considérations écologiques.

1. Des pressions croissantes sur les ressources

5Pressions anthropiques croissantes, massification des flux touristiques, dégradation des ressources premières sont autant de réalités qui affectent les lieux touristiques. L’hôtel de plage des années 1970, fleuron du tourisme international d’hier, est désormais noyé dans des quartiers résidentiels comme à San Juan, Port of Spain, Bridgetown ou Fort-de-France. Son architecture verticale de béton d’un autre âge, son manque d’espace (absence de jardin, de terrain de jeu en plein d’air), la promiscuité avec la ville, ses nuisances (bruits, embouteillages, petite criminalité) et ses plages souillées sont autant de réalités qui soulignent le vieillissement des structures et le déclin inéluctable de certains lieux touristiques incapables de répondre aux attentes des clientèles qui séjournent aujourd’hui sous le soleil des Caraïbes.

1.1. Qualité des ressources et réorganisation des fonctions touristiques

6Confrontés à la dégradation de leurs ressources, des lieux anciennement touristiques perdent progressivement leur valeur internationale ; leur aura d’hier autorise une reconversion temporaire auprès de touristes nationaux, flattés de s’installer dans ces lieux où se sont distingués de prospères visiteurs internationaux. Les élites nationales, confortées par les bourgeoisies urbaines se rencontrent dans le lieu (cf. Porto Rico, la Barbade, les Antilles françaises). Corrélativement de nouveaux lieux possédant les qualités requises du moment sont investis à des fins touristiques ; sous la conduite d’investisseurs transnationaux, une nouvelle génération de complexes touristiques, spacieux et enclavés, est déployée dans la région. C’est dans ce contexte que, dès le milieu des années 1990, le tourisme international se réorganise dans le nord-ouest de Porto Rico, sur les côtes nord de Sainte-Lucie, sur celles de la République dominicaine et dans les îles et archipels côtiers cubains (Cayo largo, Cayos de la Herradura, Cayo Coco et son prolongement Cayo Guillermo).

7Dans le cadre de ce redéploiement, la finalité des lieux est établie : certains sont construits pour répondre aux demandes immédiates du marché du tourisme de masse (comme en République dominicaine, à Porto Rico et à Cuba). Quelques destinations plus anciennes, autrefois réservées aux élites, rejoignent aussi ce marché (comme Aruba).

8À l’inverse, de nouvelles implantations, effectuées dans de petits archipels qualifiés de « vierges », sont destinées au tourisme de luxe, voire haut de gamme. Stratégies financières et argumentations écologiques (« pour un développement durable ») sont les clés du processus d’appropriation de ces lieux. L’accessibilité y demeure réduire, onéreuse et les déplacements aériens sont essentiellement privés.

1.2. Des ressources convoitées, l’ouverture de nouveaux territoires au tourisme

9Rappelons que l’activité touristique se caractérise par le déplacement de consommateurs (les touristes) vers les lieux de production (les pays d’accueil) ; les consommations sont attachées à des ressources territorialisées. Et si elles concernent notamment la dimension immatérielle des ressources du territoire d’accueil (la photographie d’une plage au soleil couchant), elles reposent largement sur des ressources matérielles essentielles (l’eau, le lagon) déjà intégrées à des logiques de consommations localement. Comme l’indique C.Gazes (1992) « il faut bien prendre conscience que nulle autre activité dans l’espace ne se préoccupe autant que le tourisme et les loisirs de son décor et de ses paysages, de l’attractivité et de la spectacularisation de son environnement, de la protection de son image collective. Ce n’est pas l’espace dans son acceptation objective qui en constitue la “matière première”, mais sa présentation, sa mise en scène et son entretien, son aménagement fonctionnel pour le regard extérieur. On peut aussi comprendre la double logique —apparemment contradictoire, mais obligatoirement complémentaire — qui préside à toute opération volontaire : d’un côté, mettre en valeur, faire produire et rentabiliser en ouvrant largement à la fréquentation rémunératrice ; de l’autre, préserver le capital environnemental, éventuellement en limitant son libre accès ».

10Le tourisme va donc accentuer les pressions anthropiques autour des ressources du lieu. Si les priorités en matière de consommations des ressources sont clairement décidées au niveau d’un gouvernement, d’une autorité centrale, en partenariat avec des investisseurs internationaux, les pressions et le partage de ces biens à l’échelle de la localité d’accueil sont sources de tension.

11L’internationalisation du territoire influe sur le rythme traditionnel des insulaires attachés à ces territoires aux économies les moins développées qui vivent d’activités complémentaires entre les ressources terriennes et océaniques, sans exploitation massive des ressources halieutiques. Leur faible emprise spatiale sur les plages conduit bien souvent à des analyses hâtives qui négligent les relations des sociétés traditionnelles à la mer et qui ignorent leurs représentations territoriales. Les plages apparaissent alors tels des « espaces vierges » dont l’appropriation matérielle et son urbanisation à des fins touristiques semblent aisées.

12L’archipel sort alors brutalement de son isolement séculaire et ses résidents sont confrontés à un double processus d’internationalisation et de privatisation dont ils ne sont pas en mesure de cerner les enjeux immédiats. Des usages ancestraux font désormais l’objet de réglementation lorsqu’ils ne sont pas prohibés localement ou déplacés. Des portions du front de mer se ferment, des enclaves hôtelières se greffent au littoral, des îlots de richesse et de surconsommation s’imposent à des populations dépourvues. L’accès aux ressources et les modalités de consommations (rythme, volumes) sont au cœur des enjeux de développement de ces petites îles (Wilkinson 1989).

13L’environnement, la définition et la gestion des ressources sont alors au cœur des conflits ; selon les pressions des différents groupes d’acteurs : elles peuvent être motivées par des sociétés locales soucieuses de contenir les arrivées de ces étrangers ou, inversement, elles sont le fait d’une minorité de privilégiés qui, soutenus par d’autres élites internationales, entendent se réserver l’usage de certains lieux (comme dans de nombreuses petites îles privées de la région), mais les prises de décisions relèvent du domaine politique dans un contexte de concurrence et de course à l’emploi avec des associations d’intérêts, parfois occultes, entre des catégories d’acteurs endogènes et exogènes. Les dynamiques récentes qui affectent le paisible archipel des Iles de la Baie illustrent ces nouveaux enjeux.

2. Les Iles de la Baie ou la privatisation des ressources

14Possession hondurienne située à cinquante kilomètres des côtes, l’archipel des Iles de la Baie se composent de trois îles majeures Roatán (127 km2), Guanaja (56 km2), Utila (42 km2) et d’environ soixante-dix petites îles pour une superficie totale de 258 km2 et 735 kilomètres de côtes sur la mer des Caraïbes (cf. figure 1). Les caractéristiques du lieu répondent au fantasme du voyageur en quête de l’éden tropical : « the perfect islands in the eye of yours dreams could not surpass the scenic beauty and special appeal of the Bay Islands of Honduras. Tucked away in a corner of the Western Caribbean and protected by the hush of time, the Bay Islands are the classic portrayal of forgotten tropical isles –unspoiled, sensuous, and totally irrestible. (Honduras Tourist Board, 1985, in Stonich 2000).

15Les lagons, les récifs de coraux, les plages bordées de palmiers, des dizaines d’îles et d’îlots. Mais, comme le démontre Susan C. Stonich (2000) dans sa thèse The Other Side of Paradise, il y a aussi l’envers du décors que peu de touristes sont en mesure de saisir. Et assez paradoxalement, la promulgation officielle des Îles de la Baie comme « parc marin national » à la fin des années 1990, soit une dizaine d’années après l’ouverture au tourisme international, ne semble avoir satisfait qu’une minorité d’acteurs (locaux et internationaux) pour laisser un profond sentiment d’amertume localement face à cette spoliation programmée.

2.1. Le peuplement des lieux

16Découvert en 1502 par Christophe Colomb, l’archipel des Îles de la Baie fut longtemps revendiqué par l’Empire britannique pour finalement être définitivement récupéré par les forces espagnoles en 1782 et rattaché à l’Honduras en 1872.

17Le peuplement des lieux reflète son histoire tourmentée entre : 1/ les derniers représentants de tribus amérindiennes, 2/ les descendants de pirates, de naufragés, d’aventuriers et de contrebandiers essentiellement britanniques, 3/ les descendants d’esclaves fugitifs (les Garifuna) puis des esclaves libres (la Couronne britannique y « a déposé » environ cinq mille esclaves libérés), 4/ des fermiers britanniques venant des Îles Caïman, 5/ et enfin les migrants hispaniques venus du continent sont les derniers.

18L’isolement, qui a prévalu jusqu’au milieu des années 1980, a contribué à la conservation des héritages culturels qui a permis aux Anglo-caribéens, l’élite économique anglophone et protestante, d’asseoir son pouvoir face aux Afro-caribéens et à la minorité latino-américaine. Cette situation a favorisé l’instauration d’un sentiment de proximité avec les Etats-Unis. L’archipel ne comptait alors que 20 000 habitants, dont 75 % résidaient dans l’île principale. Les pressions anthropiques sont restées relativement faibles jusqu’à l’ouverture de l’aéroport de Roatán à la fin des années 1980 qui situe désormais l’archipel à six heures de Miami et de Houston.

Figure 1. Les îles de la baie (Honduras)

Figure 1. Les îles de la baie (Honduras)

2.2. Tourisme international et mobilités dans les Îles de la Baie

19Au cours de la dernière décennie, la fréquentation annuelle est passée de 15 000 personnes à plus de 100 000 pour un total de 500 000 nuitées. L’offre hôtelière de standing compte désormais quelque 2 000 lits répartis entre 160 établissements (contre deux hôtels dans les années 1960).

  • 1 Sur le modèle du Cooper’s Key Resort dans la baie Sandy, l’hôtel le plus ancien (créé en 1964, 140 (...)
  • 1

20Les structures d’accueil restent contrôlées par les insulaires (62 %) au sein desquels il faut distinguer les élites anglo-caribéennes, propriétaires de luxueux hôtels1, des quelques afro-caribéens qui gèrent de modestes hôtels et pensions. De nouveaux immigrants venus du Nord (surtout de Californie et Floride)13 investissent aussi le secteur (35 % des structures). En l’espace d’une décennie, 10 000 nouveaux résidents, principalement des Latinos fuyant la pauvreté du continent, se sont installés dans ces îles qui avaient notamment besoin de travailleurs dans le domaine du bâtiment. Seuls les plus qualifiés ont réussi à s’intégrer au marché touristique émergent (ils détiennent aujourd’hui 4 % des infrastructures touristiques) ; les autres alimentent un prolétariat sans perspective (Stonich, 2000).

  • 2 À l’image de Sandy Bay (luxueuses et nord-américaine), des West End Beach (des élites insulaires et (...)
  • 3 Les contrevenants s’exposent à des amendes (de 100 à 600 $US) voire la mise en détention.

21Les pressions anthropiques sont devenues considérables. L’archipel compte plus de 30 000 habitants permanents, la densité de l’île de Roatán est de l’ordre de 200 hab./km2. L’accès aux ressources génère des tensions et conflits et ces dernières se détériorent rapidement face aux importantes sources de pollutions (eaux usées, déchets solides). Dans ces conditions extrêmes, les logiques ségrégatives se précisent à travers l’inflation, la privatisation et la fermeture de l’espace. Les divisions s’accentuent entre les communautés et se traduisent par des processus d’enclavement2. Les ressources marines sont au centre des conflits. C’est dans ce contexte que fut créée la première réserve marine de la baie Sandy en 1989, sur l’initiative du principal propriétaire, prolongée par une seconde réserve quatre ans plus tard. Dans le cas présent, les volontés environnementales qui aboutissent à ces nouvelles formes d’aires marines protégées (MPA ; Marine protected areas) relèvent d’une élite locale vivant du tourisme (et donc des ressources marines) qui construit sa légitimité à l’aide des soutiens internationaux sans rechercher de réels appuis à l’échelon national. Une trentaine d’hommes d’affaires financent la réserve (soit 2 200 $US/mois en 1996 ; Luttinger 1997) gérée par une ONG « Bays Island Conservation Association (BICA) ». Le principal hôtelier couvre la moitié d’un budget largement consacré à l’équipement des gardes. Ce dernier dispose même d’une patrouille privée pour surveiller le périmètre protégé au large de son domaine3.

22Ladite protection des ressources, unissant élite locale et ONG (largement construite par cette même élite), se traduit par une spoliation des richesses naturelles au profit d’une oligarchie. L’application des nouvelles réglementations, contestée par les usagers traditionnels, donne lieu à une privatisation accompagnée d’une « sécurisation » des lieux. Ce processus n’est pas exceptionnel dans les Caraïbes. Les mérites de cette opération dite de protection du milieu marin sont largement diffusés à travers les médias (notamment l’Internet) et relayées par des articles scientifiques (Luttinger, 1997). Dans ce cas, les autorités nationales, plutôt démunies, reconnaissent et appuient l’opération dont la stratégie de communication pourrait servir le pays. Mais les différentes populations locales restent sceptiques face à ces élites renouvelées qui entendent gérer les richesses. La pêche traditionnelle devient un braconnage nocturne ; les tensions sont vives entre les occupants les plus anciens, davantage respectueux des ressources naturelles, et les nouveaux immigrants latinos. La pauvreté ne se partage pas, elle exacerbe les tensions. Des membres de la communauté afro-caribbéenne organisés en mouvement de résistance (Native Bay Islanders Professionals and Labourers Association, NABILPA) réclament le partage des bénéfices de ce développement et insistent sur le fait que la première « espèce en danger » est d’abord leurs propres enfants. Mais certains doivent se familiariser avec l’idée de devoir quitter leur île devenue un paradis pour étrangers.

2.3. Communauté d’intérêts et processus d’exclusion

23Dans les territoires d’accueil, les habitants des lieux sont très souvent perçus et/ou traités comme un ensemble cohérent. L’emploi des termes de « population locale » et de « communautés », qui supposent une sorte de masse homogène, simplifient les analyses (Richards & Hall, 2000). En fait ces sociétés sont particulièrement ségréguées, les divisions sont profondes entre les classes, les ethnies, les genres. Des contentieux hérités d’une douloureuse histoire sont toujours d’actualité. Les rapports de forces asymétriques expliquent les tensions autour des décisions prises en matière d’aménagement touristique. L’État, parfois partial, aux moyens limités, n’est pas toujours en mesure de contrôler l’évolution des projets engagés par certaines élites locales aux intérêts transnationaux.

24Dans le cas des Îles de la Baie, les leaders politiques, qui s’imposent comme porte-parole de la communauté des Bay Islanders sont en fait les représentants d’une communauté d’intérêts associant des entrepreneurs, des investisseurs et des nouveaux résidents fortunés nord-américains et occidentaux en général. Ces leaders sont des Anglo-caribéens qui ont toujours entretenu un sentiment d’indépendance vis-à-vis de l’Honduras, se distinguant notamment par leur niveau de vie plus confortable, supérieur à celui de leur compatriote du continent. Dans l’archipel, leur position est confortée les arrivées de nouveaux résidents nord-américains et européens avec lesquels ils entretiennent des relations d’affaires privilégiées. Ouverture internationale a contribué au renforcement de leur pouvoir, avec des relais internationaux (politiques, financiers, intellectuels, dans le domaine des ONG). Ils donnent le sentiment de « contrôler et d’orienter la loi ». Lorsque les transactions foncières soulèvent des conflits ou rencontrer des entraves administratives, des interventions se font auprès de l’ambassade états-unienne.

25Les populations afro-caribéennes sont partagées entre quelques petits entrepreneurs qui investissent dans le tourisme, de familles de pêcheurs dépourvus de perspective et des jeunes qui n’envisagent leur avenir qu’à travers un projet migratoire vers le continent.

26Les Latinos venant de l’Honduras revendiquent leur légitimité dans cet archipel qui appartient à leur pays. À côté de leurs compatriotes employés du gouvernement (administration, police, enseignement), le quotidien des migrants venus tenter leur chance est bien précaire. Peu respectueux de l’environnement dans un territoire où ils ne trouvent pas trouver leur place, ils s’attirent les hostilités en raison de leurs prédations (tant envers les ressources du milieu que contre les biens et les personnes). Les dégâts provoqués par l’ouragan Mitch en 1998 dans un pays encore fortement rural ont précipité les flux de ces Honduriens continentaux attirés par les perspectives touristiques de l’archipel.

27Dans ce contexte, l’annonce de l’instauration d’un parc naturel avec son lot de nouvelles réglementations sonne le glas à cette période de quinze années d’absence de régulation, de libéralisation et d’appropriation des ressources. Désormais chacun campe sur ses positions. Il n’y a plus de place pour les derniers arrivants. La position des élites est renforcée par les nouveaux résidents occidentaux, les ONG et des experts scientifiques dont le seul but est « de protéger l’environnement ». Des financements internationaux soutiennent des programmes d’éducation à l’environnement décontextualisés dont l’objectif est de sensibiliser les populations à la préservation de la biodiversité.

3. « Du bon usage de l’écologie » ou l’écologie au cœur de stratégies de pouvoir

28Dans les petites îles de la Caraïbe, la ressource touristique repose d’abord sur des richesses biophysiques spécifiques (à l’image des récifs coralliens) ; les représentations touristiques leur confèrent une valeur immatérielle supplémentaire, mais l’activité se développe en étroite relation avec ces milieux particulièrement vulnérables. Des études spécialisées (comme celles du World Resources Institutes, 2004) démontrent la fragilité de ces ressources et soulèvent des inquiétudes quant à leur évolution récente compte tenu de l’importance des pressions enregistrées localement.

29Au-delà de la simple mise en évidence des dégradations, il s’avère indispensable de replacer les processus constatés dans leurs environnements et de cerner les enjeux autour des demandes sociétales. Rappelons, dans le contexte étudié, les profondes divisions de classes, de genre, d’ethnies qui caractérisent ces sociétés d’accueil où perdurent des contentieux hérités d’une douloureuse histoire. Le recours à l’argumentation écologie par telle ou telle catégorie d’acteurs doit interpeller quant à son intentionnalité réelle. Les tentations sont grandes : privation, réservation, exclusion… Des stratégies de retranchement s’imposent dans ces lieux touristiques sous tension où des logiques antagonistes (tourisme des élites et tourisme de masse) se fondent alors dans la complexité des sociétés d’accueil. De nouvelles alliances se dessinent entre des élites internationales et certains protagonistes locaux et les enjeux écologiques deviennent un leitmotiv pour chaque catégorie de protagonistes qui entend les utiliser à ses fins.

30Les rapports de forces asymétriques et les profondes divisions attisent les tensions autour des décisions prises en matière d’aménagement touristique et de gestion des ressources naturelles. L’État, parfois partial, aux moyens limités, n’est pas toujours en mesure de contrôler l’évolution des projets impulsés par certaines élites locales aux intérêts transnationaux. En ce sens, C Edie (1991, cité par Daniel 1996) insiste sur « l’unité dialectique entre clientélisme interne et dépendance externe » où « dépendance et clientélisme peuvent être mieux compris s’ils sont appréhendés comme les différentes facettes d’une même réalité ; ils reposent sur le même modèle d’échanges asymétriques entre dominants et dominés ».

31Dans cette logique, le contrôle des ressources touristiques est essentiel pour asseoir la domination sur le territoire investi. Les acteurs dominants développent des argumentaires écologiques destinés à appuyer leur volonté de s’approprier ces ressources et par conséquent de se donner les moyens de contrôler les mobilités touristiques. L’approche écologique est alors instrumentalisée par ces élites ; l’adoption de réglementations conformes à leur projet (conditions d’utilisation des ressources, limites et interdictions, etc.) occasionne des nouvelles contraintes susceptibles de limiter les flux migratoires qui étaient alimentés par les perspectives économiques d’un foyer touristique émergent (comme les migrants latinos aux Îles de la Baie) et d’encourager le départ de populations résidentes, installées de longue date et démunies, confrontées à la perte de leurs sources traditionnelles de revenus (telles des familles de pêcheurs afro-caribéens dans ces mêmes îles). Ainsi dans le cas des Îles de la Baie, les nouvelles réglementations environnementales profitent d’abord à la communauté d’intérêts dominante des élites anglo-caribéennes, Nord-Américaines et secondairement Européennes qui s’approprient l’archipel et se réservent l’usage de ressources.

Conclusion

32L’ouverture de ces marchés lointains, longtemps réservés au tourisme de masse, dévoile des difficultés de gestion jusqu’alors ignorées. Les situations extrêmes observées localement posent le problème de la gestion des milieux et interpellent quant à leur capacité à intégrer ces nouvelles consommations. Dans les pays les moins développés, elle met en exergue les enjeux de pouvoir, d’enclavement et de privatisation des ressources limitées. Les logiques du tourisme international sont confrontées à des sociétés d’accueil diverses, aux spécificités locales et nationales prononcées. L’histoire des lieux, les relations au pouvoir, les compatibilités entre les catégories d’acteurs, principales ou secondaires, doivent être envisagées sans négliger les associations occultes au service d’intérêts privés, du local à l’international.

33L’analyse des conditions d’accès aux ressources met en lumière la nature contradictoire et conflictuelle des configurations sociopolitiques autour du tourisme international dans ces petits territoires insulaires. Il convient d’identifier les catégories d’acteurs, leur positionnement et leur niveau d’intervention pour clarifier les discours et d’analyser les motivations comme dans le cas des démarches préservationnistes par exemple ; soutenus par les élites, ces raisonnements s’inscrivent dans le cadre de stratégies de type « ségrégation-exclusion spatiale » dont les objectifs sont l’appropriation des ressources et le contrôle des flux autour des derniers « édens tropicaux ».

Haut de page

Bibliographie

Britton R.A. 1977. “Making Tourism More Supportive of Small State Development: The case of St-Vincent”, Annals of Tourism Research, n°6, p.269-278.

Butler R. 1993. « Tourism-An Eviolutionary Perspective ». In J.G. Nelson, R. Butler, G. Wall (eds.), Tourism and Sustainable Development: Monitoring, Planning, Manging, Waterloo, Heritage Resosurces Centre And Department of Geography, University of Waterloo, p.27-44.

Cazes G. 1992. Fondements pour une géographie du tourisme et des loisirs, Paris, ed. Bréal, p.124-125.

Daniel J. 1996. « Pour une réévaluation des rapports entre l’économie et le politique », dans in J. Daniel (dir.), Les Îles Caraïbes. Modèles politiques et stratégies de développement, Paris, Khartala-CRPLC, p.11-44.

Dehoorne O. 2006. « L’avènement du tourisme de masse sous les tropiques. Eléments de réflexion sur les enjeux touristiques dans l’espace caribéen », Etudes Caribéennes, n°4, p.41-50.

Edie C.J. 1991. Democracy by Default ? Dependnacy and Clientelism in Jamaica. London-Kingston, Lynne Rienner Publishers/Ian Randle Publishers.

Equipe MIT 2002. Tourismes 1. Lieux communs. Paris, Belin, 320 p.

Knafou R. 1992. « De quelques rapports souvent contradictoires entre tourisme et environnement », in Actes du colloque Tourisme et Environnement, Paris, La documentation française, p.16-23.

Luttinger N. 1997. “Community-based coral reef conservation in the Bay Islands of Honduras”. Ocean & Coastal management, vol. 36, n° 1-3, p.11-22.

Richards G., Hall D. 2000. “The community: A sustainable concept in tourism development?”, in G. Richards & D. Hall (eds.), Tourism and sustainable community development, London, Routledge, p.1-13.

Stonich S.C. 2000. The Other Side of Paradise : Tourism, Conservation and Development in the Bay Islands, New York, Cognizant Communication Corporation, 205 p.

Wilkinson P. 1989. “Strategies for Tourism in Island Microstates”, Annals of Tourism Research, n°16, 153-177.

Haut de page

Notes

1 Sur le modèle du Cooper’s Key Resort dans la baie Sandy, l’hôtel le plus ancien (créé en 1964, 140 lits).

1

2 À l’image de Sandy Bay (luxueuses et nord-américaine), des West End Beach (des élites insulaires et continentales) et de Flowers Bay (dominée par vieille communauté afro-caribéennne).

3 Les contrevenants s’exposent à des amendes (de 100 à 600 $US) voire la mise en détention.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les îles de la baie (Honduras)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Dehoorne, « Tourisme et accès aux ressources dans les petites îles de la Caraïbe », Études caribéennes [En ligne], 5 | Décembre 2006, mis en ligne le 15 décembre 2006, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/275 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.275

Haut de page

Auteur

Olivier Dehoorne

Université des Antilles et de la Guyane ; Maître de conférences ; dehoorneo@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org