Navigation – Plan du site

De « l’île absolue » à « l’île barrière » : l’exemple de la Caraïbe

Pascal Saffache et Yoann Pélis

Entrées d’index

Index géographique :

Caraïbes
Haut de page

Texte intégral

1Les mondes archipélagiques japonais et caribéens s’opposent, tant du point de vue de leur structure intrinsèque que de la vision qu’en ont les populations extérieures. Constitué de 7 000 îles environ (6 852 pour être précis), l’archipel nippon — appelé aussi « Japonésie » — apparaît comme un tout, une entité homogène, une « île absolue » ; ne dit-on pas « le Japon » et non « les Japons ». A contrario, la Caraïbe qui n’est constituée que de 25 îles, s’affirme comme une entité plurielle en quête d’une identité unique ; aujourd’hui, on parle tout autant de « la Caraïbe » que « des Caraïbes ».

2En réponse au concept de Japon, la région Caraïbe est en réalité un archipel éclaté et morcelé entre Grandes et Petites Antilles, mais surtout entre Antilles britanniques, hollandaises, françaises ou encore hispanophones. Au-delà des prismes sémantiques, ce paradoxe entre un archipel absolu et un archipel pluriel tient en fait à un certain nombre d’écueils, qui font de la Caraïbe un espace hétérogène autour de la notion « d’île barrière ».

3Dans la Caraïbe, la notion « d’île barrière » est multiforme et à des conséquences plus ou moins importantes en fonction des contraintes que ces dernières peuvent exercer sur les dynamiques démographiques, socioculturelles, économiques et spatiales. Trois facteurs explicatifs de la systémogénèse des îles barrières existent :

  • Le premier est celui de la taille et de la nature de l’île. En effet, seuls les micro-systèmes insulaires disposant de massifs montagneux intérieurs et de zones côtières escarpées apparaissent comme de vraies « îles barrières ». La mise en valeur y est difficile et la structure économique et le dynamisme de l’île restent marginaux. La disponibilité foncière est donc réduite, d’où une dépendance structurelle de ces territoires.

  • Le second facteur coïncide avec les faits historiques et civilisationnels de la région Caraïbe. Depuis le XVIIe siècle, la Caraïbe demeure l’archipel des conquêtes, des empires coloniaux européens, britanniques, hollandais et français. De cette rencontre naquit une Caraïbe aux influences multiples, mais toujours placée sous l’égide des puissances européennes. La cristallisation de ces colonies en associât, principalement tournés vers leur métropole, accentua les processus d’indépendance et/ou d’autonomie, mais ralentit les volontés de coopération et d’intégration régionale. Aujourd’hui encore, cela représente un frein à l’établissement d’une grande région Caraïbe.

  • Enfin, le troisième facteur résulte des différentes trajectoires politiques et économiques des territoires caribéens. En effet, l’espace Caraïbe s’appuie sur une diversité de statuts entre états souverains, territoires associés ou encore départements (cas des Antilles françaises). Quels que soient leurs statuts, ces entités tentent de s’ouvrir vers les marchés extérieurs et de passer d’une économie de type primaire à une économie de type secondaire, voire même tertiaire.

4En définitive, tant du point de vue socioéconomique que politique, l’espace Caraïbe est confronté à des situations très disparates à l’origine de l’apparition de nombreuses barrières.

5Pour mieux appréhender ce concept « d’île barrière », six structures élémentaires participant à l’organisation et au fonctionnement de ces entités seront retenues. Il s’agit de l’isolat, des contraintes naturelles, de l’opposition de façade, de l’enclave, de l’associât et enfin des limites culturelles. De ces structures, un modèle de base (figure 1) — comme première approche de la notion « d’île barrière » dans la Caraïbe insulaire — sera réalisé.

Figure 1. Proposition de modélisation graphique de l’île barrière caribéenne

Figure 1. Proposition de modélisation graphique de l’île barrière caribéenne
Haut de page

Bibliographie

Brunet R., Ferras R., Théry H. 1992. Les mots de la géographie : dictionnaire critique, Paris : Reclus - La documentation française, coll. Dynamiques du territoire, 520 p.

Ferras R. 1993. Les modèles graphiques en géographie, Paris : Economica-Reclus, coll. Géo-poche, 110 p.

Pelletier Ph. 1997. La Japonésie, « Géopolitique et géographie historique de la surinsularité au Japon », Paris : CNRS éditions, coll. Espaces et milieux, 391 p.

Scheibling J. 1994. Qu’est-ce que la géographie ?, Paris : Hachette supérieur, coll. Carré géographie, 199 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Proposition de modélisation graphique de l’île barrière caribéenne
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/284/img-1.png
Fichier image/png, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Saffache et Yoann Pélis, « De « l’île absolue » à « l’île barrière » : l’exemple de la Caraïbe », Études caribéennes [En ligne], 5 | Décembre 2006, mis en ligne le 15 décembre 2006, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/284 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.284

Haut de page

Auteurs

Pascal Saffache

Université des Antilles et de la Guyane ; Maître de conférences ; Pascal.saffache@martinique.univ-ag.fr

Articles du même auteur

Yoann Pélis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org