Navigation – Plan du site

L'inégalité des territoires insulaires de la Caraïbe face aux menaces volcaniques

Thierry Lesales

Résumés

Les îles de la Caraïbe orientale sont particulièrement exposées aux éruptions volcaniques. L’ensemble des Petites Antilles comprend en effet une vingtaine de volcans actifs, aux styles éruptifs parmi les plus dangereux et destructeurs. La définition de facteurs de vulnérabilité autorise des comparaisons et un classement des îles en fonction de leur niveau d’exposition. Cette approche permet d’attirer l’attention sur la nécessité d’une gestion proactive des risques volcaniques en contexte insulaire

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’article se propose d'examiner les problèmes potentiels que posent les aléas volcaniques dans les îles de la région Caraïbe. Un bref rappel de l’impact des éruptions dans la région des Petites Antilles permet de constater à la fois le caractère dynamique de cet ensemble géographique et la forte vulnérabilité des sociétés insulaires face aux menaces volcaniques. La vulnérabilité est ici définie comme étant l’ensemble des caractères qui expliquent que ces sociétés sont susceptibles de subir des dysfonctionnements et des dommages en cas d’activité volcanique. La mise en évidence de facteurs de vulnérabilité autorise des comparaisons originales entre les territoires ainsi exposés.

2Sur la période historique, depuis l’installation des Européens au début du XVIIe siècle, il faut relever plus de 31 000 victimes du volcanisme : à Saint-Vincent (56 victimes en 1812, et 1 565 en 1902), en Martinique (30 000 victimes en 1902) et Montserrat (19 victimes en 1997).

3Au-delà des bilans humains, ces événements se soldent également par des pertes économiques élevées et de profonds bouleversements spatiaux (Ursulet, 1997 ; Lesales, 2005).

4Dans une démarche préventive, il est nécessaire d’identifier et d’analyser l’ensemble des facteurs à l’origine des catastrophes volcaniques. La définition des causes de ces lourds bilans tient aussi bien du caractère des volcans antillais que de l’occupation spatiale des îles et de l’approche qui est faite des phénomènes éruptifs par les sociétés ainsi exposées.

I. Faible récurrence des manifestations

5Le volcanisme se distingue très nettement des autres aléas, atmosphériques et géologiques, aussi bien par sa durée d’impact que par son extension spatiale. Les éruptions peuvent pénaliser un espace pendant plusieurs semaines voire plusieurs années, à l’inverse des ouragans ou des séismes, dont les échelles d’impact se traduisent en heures ou en secondes.

6Dans un contexte de subduction entre plaques océaniques, les styles éruptifs des volcans de l’arc des Petites Antilles sont parmi les plus dangereux. Les éruptions explosives libérant des coulées et les déferlantes pyroclastiques sont responsables de près de 98 % des victimes du volcanisme dans la région, aux côtés des lahars (coulées de boue) et des retombées aériennes (cendres et lapilli) (Belouet, 1998 ; Lesales, 2005).

7Ce sont donc près d’une vingtaine de volcans actifs qui menacent l’espace antillais (Lindsay et al., 2005). Dans un axe subméridien, du nord au sud, il s’agit du mont Scenery ou the Mountain (Saba), du Quill (Saint-Eustache), du mont Liamuiga ou mont Misery (Saint-Kitts), du Nevis Peak (Nevis), de la Soufrière Hills (Montserrat), de la Soufrière (Guadeloupe), du morne au Diable (Dominique), du morne Diablotin (Dominique), du morne Trois-Pitons (Dominique), du Micotrin (Dominique), du morne Watts (Dominique), du Grand Soufrière Hill (Dominique), du morne Anglais (Dominique), de Foundland (Dominique), du morne Plat-Pays (Dominique), de la montagne Pelée (Martinique), du Qualibou (Sainte-Lucie), de la Soufrière (Saint-Vincent), du Kick’Em Jenny (Grenade) et du mont Sainte-Catherine (Grenade).

8L’analyse de leur activité historique met en évidence une fréquence de 5 à 7 éruptions par siècle dans l’ensemble de l’arc des Petites Antilles. La Soufrière de Guadeloupe est le volcan de l’arc qui a connu le plus de manifestations éruptives depuis le XVIIe siècle. Il s’agit de 8 éruptions d’origine phréatique, dont les conséquences sont en général limitées. La plupart des volcans de l’arc n’ont pas connu de manifestation éruptive historique. Ils se caractérisent en effet par de longues périodes de repos éruptif pouvant s’étendre sur plusieurs siècles. L’étude des dépôts volcaniques permet cependant de reconstituer et de caractériser l’activité de ces volcans (Lindsay et al., 2005). En dépit de leur calme relatif, les possibilités d’un réveil sont réelles et nécessitent la surveillance constante des édifices volcaniques de l’arc des Petites Antilles.

II. Des niveaux d’exposition différenciés

9L’occupation des espaces insulaires s’est réalisée dans l’ignorance totale des menaces volcaniques. Les choix d’aménagement des espaces insulaires et/ou les contingences de l’histoire de ces sociétés ont abouti à des situations très diverses. Les flancs des volcans des Petites Antilles sont en effet inégalement occupés. La configuration des îles elles-mêmes, leur superficie et l’organisation des reliefs, pèsent directement dans les niveaux d’exposition. Ainsi, la vulnérabilité physique aux aléas volcaniques semble grandement fluctuer d’une île à l’autre (figure 1).

II.1 Un indice d’exposition

10Dans une première approche, il nous est nécessaire de définir et de calculer ce que l’on peut convenir d’appeler un indice d’exposition volcanique. Il s’agit du rapport entre le nombre de volcans actifs et la superficie totale disponible pour un territoire donné.

11Indice d’exposition volcanique = nombre de volcans actifs / superficie du territoire

Tableau 1

L’indice d’exposition volcanique des îles de l’arc des Petites Antilles

(Lesales, 2005)

Îles

Indice d’exposition volcanique

Saba

1 / 13 km²

Saint-Eustache

1 / 21 km²

Dominique

1 / 84 km²

Nevis

1 / 93 km²

Montserrat

1 / 102 km²

Saint-Kitts

1 / 177 km²

Grenade

1 / 311 km²

Saint-Vincent

1 / 344 km²

Sainte-Lucie

1 / 616 km²

Martinique

1 / 1100 km²

Guadeloupe

1 / 1438 km²

12(NB : Ici ne sont prises en compte que les superficies insulaires stricto sensu. Ainsi, pour Saint-Vincent et Grenade, les superficies des dépendances des Grenadines n’apparaissent pas. Pour la Guadeloupe, l’association Basse-Terre / Grande-Terre a été retenue du fait de la proximité et de l’absence d’entrave à la circulation routière. Pour la Dominique, le rapport 9/754 km2 équivaut à 1 volcan actif pour 84 km2).

13Cet indice autorise des comparaisons utiles (tableau 1), en permettant de ramener à une même échelle des entités spatiales en apparence très hétérogènes. Il permet ainsi de rendre compte de l’espace disponible non seulement pour la gestion d’une crise éruptive (définition d’une zone d’abri), mais aussi pour un aménagement préventif de l’espace, dans une vision à long terme de réduction des risques volcaniques.

II.2 Des configurations spatiales souvent défavorables

14L’analyse de la configuration des espaces insulaires volcaniques permet de définir malgré tout plusieurs groupes en fonction de leurs niveaux d’exposition. D’abord, les petites îles où le volcan est omniprésent. C'est le cas de Saba et de Nevis. L’ensemble de leur territoire insulaire est ainsi exposé aux aléas volcaniques les plus graves. Et, en cas de crise éruptive sévère, c’est la totalité de l’île qui nécessiterait d’être évacuée.

15Un second groupe rassemble les îles dont le volcan ne couvre pas l’ensemble du territoire. Cependant, leur superficie très limitée constitue un fort handicap en cas de crise éruptive. Il s’agit principalement de Saint-Eustache et de Montserrat. La crise éruptive actuelle de Montserrat a déjà montré combien le rapport à l’espace est important dans un tel contexte. Insuffisant, il réduit les potentialités d’accueil des populations déplacées et ne permet pas des alternatives satisfaisantes pour le développement.

16Le troisième groupe comprend les îles les plus grandes, dont le volcan se situe dans une des extrémités du territoire. C'est le cas de la Guadeloupe, de la Martinique, de Sainte-Lucie, de Saint-Vincent et de Grenade. Cette configuration semble laisser un espace relativement suffisant permettant de gérer au mieux l’évacuation des populations et des activités exposées en cas de crise éruptive.

17L’île de la Dominique s’impose ici comme un cas particulier. L’île possède en effet 9 centres éruptifs potentiels qui couvrent l’ensemble de sa superficie (Lindsay et al., 2005). Cependant, étant donné qu’il est peu probable que tous les volcans entrent en éruption de façon simultanée, les scénarios potentiels laissent des possibilités de repli.

Tableau 2 Les niveaux de vulnérabilité des espaces insulaires des Petites Antilles (Lesales, 2005)

Niveaux de Vulnérabilité

Caractères

Maximale

Petites îles < 100 km²Le massif volcanique couvre l’ensemble de l’île.(Saba, Nevis)

Très forte (a)

Petites îles < 150 km²Une faible partie du territoire n’est pas directement exposée.(St-Eustache, Montserrat)

Très forte (b)

L’île est formée de plusieurs volcans actifs, mais les scénarios de crises potentielles laissent des alternatives de déplacement des populations et des activités. (Dominique)

Forte

Le volcan actif n’occupe qu’une partie limitée du territoire (< 40 %). (St. Kitts, Guadeloupe, Martinique, St-Vincent,…)

18Il est possible de compléter cette approche en tenant compte de la situation des centres urbains majeurs vis-à-vis des volcans de l’arc des Petites Antilles. Il est ainsi intéressant de constater que Saba, Nevis et Saint-Eustache ont leur capitale située dans un rayon de 5 km de leur volcan respectif, et directement à l’ouest des édifices, donc sous leur vent. Cette configuration favorise l’exposition des populations et des infrastructures aux moindres nuisances d’une éruption, à savoir notamment les retombées aériennes, les gaz et pluies acides. Par ailleurs, Basse-Terre (Guadeloupe), Roseau (Dominique) n’ont rien à envier à Saint-Pierre (détruite en 1902) ni à Plymouth (détruite en 1997), car elles se situent également à moins de 10 km d’un volcan actif. Le degré de vulnérabilité de la Guadeloupe est néanmoins quelque peu atténué par la configuration du tissu urbain guadeloupéen, qui fait que Basse-Terre n’accueille que les fonctions politiques et administratives, le pôle économique majeur de la Guadeloupe étant dévolu à la région de Pointe-à-Pitre, en dehors de la zone volcanique. Pointe-à-Pitre, Fort-de-France (Martinique) et Kingstown (Saint-Vincent) sont situés dans un rayon de 25 km du volcan et ne sont donc pas soumis aux effets directs des éruptions. Toutefois, lors d’éruptions violentes, ces sites relativement éloignés peuvent quand même être soumis aux effets des retombées aériennes (cendres et lapilli) ainsi qu’à l’action de potentiels raz de marées d’origine volcanique sur le littoral.

19La définition et l’évaluation de la vulnérabilité physique des îles antillaises face aux menaces volcaniques sont nécessaires. Elles permettent, par des comparaisons judicieuses, de souligner les faiblesses des territoires insulaires et d’attirer l’attention sur l’impérative nécessité d’une gestion proactive des risques volcaniques dans cette région où l’étroitesse des espaces rend difficile la gestion des crises éruptives.

Haut de page

Bibliographie

-Belouet P. 1998. Nombres de victimes des éruptions volcaniques, L.A.V.E., n° 75, octobre 1998, pp. 22-27.

-Lesales T. 2005. La Vulnérabilité des sociétés aux risques volcaniques : le cas des Petites Antilles. Thèse de doctorat de géographie, Université des Antilles et de la Guyane, 372 p.

-Lindsay J. M., Robertson E. A. et al. (eds.). 2005. Volcanic Hazard Atlas of the Lesser Antilles. St Augustine : University of the West Indies, Seismic Research Unit, 279 p.

-Ursulet L. 1997. Le désastre de 1902 à la Martinique : l’éruption de la montagne Pelée et ses conséquences – Paris : Ed. L’Harmattan, 388 p.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Lesales, « L'inégalité des territoires insulaires de la Caraïbe face aux menaces volcaniques », Études caribéennes [En ligne], 7 | Août 2007, mis en ligne le 04 février 2008, consulté le 25 juin 2016. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/316 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.316

Haut de page

Auteur

Thierry Lesales

Attaché de recherches, University of Louisville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org