Navigation – Plan du site

Les petites économies insulaires et le développement durable : des réalités locales résilientes ?

Valérie Angeon et Pascal Saffache

Résumés

Cet article invite à un examen des enjeux du développement durable dans les petites économies insulaires en développement. Notre propos se décline en trois points. Après avoir rappelé les spécificités de ces entités insulaires (exiguïté, éloignement/isolement, vulnérabilité), nous analysons ensuite les caractéristiques sociétales qui leur sont couramment prêtées (qualité du substrat social : homogénéité culturelle, sociabilité, propension à l’action collective, etc.) et leur contribution à la durabilité du développement. Nous nous interrogeons dès lors sur le caractère résilient de ces déterminants sociaux dans la mesure où ils peuvent permettre la mise en place de projets et de stratégies effectives de développement durable. Enfin, notre réflexion prend appui sur quelques exemples concrets dans la Caraïbe mettant en relation le contexte social local et les actions de développement durable engagées. Selon les cas, ce socle social territorial peut être appréhendé comme un facteur de blocage ou un moteur de développement durable.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le Sommet de Johannesburg avait en effet affirmé la nécessité d’inclure un chapitre sur les petits (...)

1Faisant l’objet d’une attention particulière dans la littérature, les petites économies insulaires constituent des catégories d’analyse singulières (Crusol, Vellas, Hein, 1988 ; Briguglio, 1993 ; Bouayad-Agha et Hernandez, 1993 ; Poirine, 1995 ; Bernardie et Taglioni, 2005). La reconnaissance de leurs spécificités a également œuvré en faveur d’une meilleure prise en compte de leurs particularismes sur la scène internationale. Le programme Action 21, adopté lors du sommet de Rio en 1992, stipule en effet que les petits États insulaires en développement (PEID) constituent « un cas particulier pour l’environnement et le développement ». Forte de ces considérations, la conférence de la Barbade en 1994 a réitéré l’importance pour les PEID de mener des stratégies et des actions en faveur de leur développement durable. Cette première conférence mondiale des Nations Unies sur le développement durable des PEID a été suivie près de dix ans plus tard par celle de Maurice en 2005, réaffirmant les engagements pris en 1994 et les orientations plus récemment affichées lors du sommet mondial sur le développement durable de Johannesburg en 20021. La vulnérabilité économique et environnementale des petites entités insulaires est soulignée par nombre de travaux (Briguglio, 1993, 1995, 2001, 2004 ; Saffache, 2002 ; Briguglio et Galea, 2004 ; Adrianto et Matsuda, 2004 ; van der Velde et al., 2006 ; Dehoorne et al., 2008-a ; Dehoorne et al., 2008-b) mettant en évidence leurs caractéristiques géographiques (petite dimension, éloignement, isolement, exposition à des risques majeurs, fragilité des écosystèmes, etc.), historiques (dépendance vis-à-vis de l’extérieur, relations privilégiées entretenues avec les anciennes tutelles politiques, etc.), sociales (moindre intensité et volatilité du capital humain, précarité du marché du travail, insécurité, etc.), économiques (déséconomies d’échelle, étroitesse des marchés locaux, faible diversification des activités, coûts d’accès aux ressources extérieures, etc.).

  • 2 Si des principes dérogatoires ont pu être ratifiés autrefois, il faut préciser le caractère incerta (...)
  • 3 On peut citer pour preuve : les initiatives de l’UNESCO (« Voix des petites îles » qui visent à don (...)

2Ces déterminants apparaissent comme des handicaps que l’on cherche à contrer par des dispositifs réglementaires et des politiques appropriés. On citera, par exemple, pour les petites économies ultramarines de l’Union européenne, l’amendement au traité d’Amsterdam (article 299 § 2) ; il constitue d’ailleurs le fondement juridique de la notion de région ultrapériphérique et marque la nécessité d’adapter les politiques communautaires à leurs réalités et enjeux de développement. Sur le plan international (Cf. paragraphe 35 de la Déclaration de la Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du Commerce tenue à Doha en 2001), ces mêmes critères structurels font valoir l’intérêt pour les PEID de bénéficier de traitements préférentiels2.Depuis leur identification comme « groupe spécial » lors du Sommet de la Terre en 1992, les PEID ont fait émerger une série d’objectifs auxquels ils entendent souscrire afin d’améliorer leurs performances économiques, sociales et écologiques. Plusieurs propositions concrètes ont ainsi vu le jour visant à atténuer la vulnérabilité des PEID. Ces projets ont en commun de s’appuyer sur des ressorts locaux pour favoriser la mise en place de démarches transversales et globales comme y invitent les principes du développement durable consacrés aujourd’hui par les organisations internationales3. Ces dernières exhortent en effet, dans un contexte de décentralisation, à substituer à une logique d’action descendante et sectorielle un registre de décisions et d’actions concertées et participatives pour la mise en place de démarches intégrées. Nous nous interrogeons sur la capacité des petites entités insulaires à s’approprier de telles démarches de développement. Nous posons l’hypothèse que les caractéristiques sociétales prêtées aux îles (homogénéité culturelle, cohésion sociale, prédisposition à l’action collective, etc.) recèlent des conditions favorables à la durabilité de leur développement. Restituant notre propos dans la littérature économique et géographique sur les PEID qui les décrit comme vulnérables, nous montrerons l’incidence potentielle du contexte social local sur leur dynamique de développement durable. Nous prolongerons notre réflexion sur le caractère résilient de ces déterminants sociaux, dans la mesure où ils peuvent permettre la mise en place de projets visant à susciter (sur le long terme) une véritable prise de conscience environnementale se traduisant par des stratégies et actions effectives d’aménagement et de développement durables. Notre analyse s’appuiera sur des exemples concrets puisés dans le bassin Caraïbe.

1. Les petits territoires insulaires : des économies vulnérables

  • 4 PMA selon la dénomination de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

3C’est dans les années 1970 — après leur vague d’accession à l’indépendance — que les PEID cristallisent l’attention, revendiquant leurs spécificités et justifiant la nécessité de les appréhender en tant que groupe à part entière. Le constat que les pays les moins avancés4 sont en majorité des petits espaces insulaires alimentent les interrogations sur l’existence d’un lien entre les particularités de ces espaces (éloignement, insularité, etc.) et leur niveau de développement. Les résultats concluent à une vulnérabilité économique forte des PEID. Par ailleurs, sur le plan environnemental, les auteurs s’accordent également sur la fragilité écosystémique des PEID (Beller, 1990 ; Adrianto et Matsuda, 2004 ; van der Velde et al., 2006 ; Desse et al., 2005 ; Saffache, 2006 ; Saffache et al., 2006 ; Jauze et al., 2007 ; Saffache, 2008 ; Dehoorne et al., 2008-a). La vulnérabilité environnementale des PEID ne fait alors aucun doute.

1.1. Des territoires vulnérables sur le plan économique

4La vulnérabilité économique d’un État désigne sa probabilité d’exposition à des chocs exogènes imprévus et difficilement contrôlables dont les effets sur le bien-être et la croissance sont négatifs. Les approches et appareillages économétriques développés sur ce plan sont nombreux. À titre d’exemple, l’indicateur synthétique élaboré par le conseil économique et social des Nations Unies (« Committe for Development Policy ») retient cinq variables : la population (qui rend compte de la taille relative de l’économie considérée), la contribution de l’agriculture et des services modernes à la richesse nationale, le degré de concentration des exportations sur un petit nombre de produits, l’instabilité de la production et des exportations agricoles (ampleur des chocs). Les résultats obtenus discriminent les pays par leur taille (il apparaît en effet que les petits pays sont plus vulnérables que les grands) ; ils reflètent leur vulnérabilité structurelle.

5Le secrétariat du Commonwealth (2004) propose également un indicateur composite de vulnérabilité regroupant trois variables jugées significatives : la dépendance à l’extérieur mesurée par le taux d’exportation (les exportations rapportées au PIB), la diversification des activités économiques et l’exposition aux risques naturels (mesurée par la proportion de la population affectée par les catastrophes naturelles). Le constat est le même : les pays les plus vulnérables dans l’échantillon retenu sont également les plus petits.
Sur la question de la vulnérabilité économique et sa mesure, les travaux de L. Briguglio méritent d’être cités. Ces travaux trouvent leur fondement dès les années 1970 dans le cénacle de la CNUCED mettant en évidence la nécessité de produire une base statistique pour mieux rendre compte de la spécificité des petites économies insulaires (Bouayad-Agha et Hernandez, 1993). Briguglio (1995) est ainsi l’un des premiers à proposer un indicateur robuste de vulnérabilité. Les modalités de construction de cet indicateur, déclinées ci-après, constituent aujourd’hui encore une référence majeure.

6Modalités de construction d’un indice synthétique de vulnérabilité selon Briguglio (1993)

7Vij = (Xij — Min Xi)/(Max Xi — Min Xi)
avec :
Vij : degré de vulnérabilité du pays j au regard de la variable i (indique le classement du pays)
Xij : valeur de la variable i pour le pays j
Min Xi et Max Xi représentent respectivement les valeurs minimale et maximale de la variable i.

8L’indice de vulnérabilité Vij est compris entre 0 et 1. S’il est proche de 0, la vulnérabilité est dite faible pour la composante considérée et inversement. L’indice synthétique de vulnérabilité est construit par agrégation de toutes les composantes ou variables i. Ce n’est toutefois pas tant la valeur de l’indice en soi qui importe que la position relative des pays étudiés en termes de performance économique (i.e. classement).
Dans ses contributions originelles, Briguglio (1993, 1995) retenait trois variables clés (ou composantes i) pour rendre compte de la vulnérabilité économique : la dépendance à l’ouverture (agrégation des taux d’importation et d’exportation rapportés au PIB), les coûts de transport et de fret et l’exposition aux risques naturels (mesurée par la part du PIB affectée aux dommages survenus). La matrice élaborée permettait de pointer la fragilité des PEID. Ce résultat général n’est pas remis en cause dans les travaux développés ultérieurement par Briguglio et Galea (2004).

  • 5 Mesurée par le taux d’exportation et d’importation rapporté au PIB.
  • 6 Exprimée par la distance aux grands centres et mesurée par les coûts de transport et de fret.
  • 7 À titre d’illustration, l’indice de vulnérabilité énergétique calculé par Bayon (2007) montre une g (...)

9Dans une étude récente visant à caractériser les économies d’outremer, Bayon (2007) — suivant la méthode présentée antérieurement — conclut à des résultats similaires. Parmi les variables retenues pour le calcul de l’indicateur synthétique figurent les plus classiques (la dépendance à l’extérieur5, la concentration des exportations sur un petit nombre de biens et de services clés, la périphéricité6), auxquelles il faut rajouter une variable énergétique. L’usage de cette dernière composante permet de prendre en compte au moins deux dimensions nouvelles. D’une part, cet indicateur énergétique rend compte de la dépendance des pays étudiés par rapport à des importations incompressibles essentielles à leur procès de production et par conséquent inhérentes à leur croissance. D’autre part, l’introduction d’une variable énergétique permet d’intégrer des considérations environnementales dans le calcul de la vulnérabilité économique. Au regard des analyses présentées soulignant l’invariance et la constance du phénomène, on retient le caractère structurellement vulnérable des PEID (faible accumulation de capital physique et humain, déséconomies d’échelles et rendements non croissants, périphéricités voire ultra périphéricité etc.). Outre cette exposition permanente à des forces non contrôlables, il faut aussi noter que la vulnérabilité économique des PEID relève de facteurs conjoncturels, parfois plus facilement réversibles (chocs financiers, instabilité politique et sociale, conflits, etc.). On démontre par ailleurs la fragilité environnementale des petites îles souvent exacerbées par leurs modalités de développement7.

1.2. Des territoires vulnérables sur le plan environnemental

10Si la vulnérabilité économique des PEID est un fait indiscutable, leur fragilité environnementale n’en est pas moins reconnue (McLean, 1980 ; Beller, 1990 ; Adrianto et Matsuda, 2004 ; van der Velde et al., 2006). Aux chocs liés au commerce, à la finance, au contexte socio-politique etc., se rajoutent les aléas naturels et climatiques (ouragans, tornades, séismes, éruptions volcaniques, inondations, solifluxion, variations eustatiques, sécheresses, etc.). La fragilité intrinsèque des écosystèmes des territoires ultramarins apparaît elle aussi comme l’une des caractéristiques majeures des PEID (Dehoorne et al., 2008-a). Ainsi, peut-on noter dans les actes de la Conférence de Maurice (2005) : « bien qu’ils soient différents à bien des égards, les PEID ont plusieurs caractéristiques communes. Leur petite taille, leur forte densité de population, l’inadéquation de leurs infrastructures et le manque de ressources naturelles, notamment de ressources en eau douce, ont des répercussions non seulement sur leurs caractéristiques géophysiques, mais aussi sur leur développement économique et social, qui sont encore aggravées par la variabilité du climat et des phénomènes climatiques extrêmes. Les populations habitant les zones côtières sont exposées aux risques d’élévation du niveau de la mer, de cyclones, d’inondations et de tsunamis. Dans les PEID ces risques sont exacerbés par le manque d’espace ou de possibilités de réinstaller les populations touchées ou de leur offrir d’autres moyens de subsistance » (Conférence de Maurice, 2005, p. 2). Certains écosystèmes insulaires (les lagons et leurs récifs coralliens ainsi que les mangroves) sont également de plus en plus menacés par le changement climatique, les catastrophes naturelles et un développement économique non soutenable. Pour ne prendre qu’un exemple, de façon générale dans la Caraïbe, l’industrie touristique — à travers la construction de marinas, de golfs, d’aérodromes, d’aéroports et de routes de désenclavement — a empiété fortement sur les marges côtières et particulièrement sur les mangroves, entraînant leur repli (Beekhuis, 1981 ; Hudson, 1983 ; Wilson, 1987 ; Alarcon et al., 1993).

11De nombreux PEID sont aussi fortement exposés au risque de marée noire du fait de leur proximité avec les routes de navigation empruntées par des pétroliers ou tous les autres navires dont les rejets menacent les plages (plus généralement les zones côtières et leurs écosystèmes associés). Enfin, une utilisation durable des ressources naturelles (i.e. énergies renouvelables) permettrait de réduire la dépendance à l’importation d’hydrocarbures. Les travaux les plus significatifs en matière de mesure de la vulnérabilité environnementale des PEID apparaissent de manière foisonnante au cours de la décennie 2000. L’indice de vulnérabilité environnementale produit et testé sur des États insulaires par la Commission du Pacifique Sud pour les géosciences appliquées (Kaly et al. 1999, Kaly et Pratt, 2000) constitue un point de référence. La littérature est sans équivoque : les PEID sont plus exposés à certains types de détérioration de l’environnement que les pays continentaux (même petits). Ils sont soumis à de graves dangers écologiques.

  • 8 SOPAC pour l’acronyme anglais.

12L’indice de vulnérabilité environnementale mis au point par la Commission du Pacifique Sud pour les géosciences appliquées (PACSU8) définit trois aspects de la vulnérabilité de l’environnement appréhendés à travers une batterie de 47 indicateurs : le niveau de risques (ou de pression) pour l’environnement (26 indicateurs), la résistance de l’environnement à ces pressions ou vulnérabilité intrinsèque (7 indicateurs), et le niveau de dégradation des écosystèmes ou vulnérabilité extrinsèque (14 indicateurs).
Ces indicateurs sont renseignés par différentes sources de données : météorologiques, géologiques, biologiques, anthropogéniques. Des indices de vulnérabilité environnementale ont été déterminés pour cinq pays (Fidji, Samoa, Tuvalu, Vanuatu et Australie) dans le cadre d’une première expérimentation. Ils révèlent que la vulnérabilité des PEID sur le plan environnemental relève de l’interaction d’une pluralité de facteurs tels que l’éloignement, la dispersion géographique, la fragilité, l’ouverture de l’économie, l’étroitesse du marché intérieur et le fait que les ressources naturelles sont limitées.

13La figure ci-dessous donne le niveau des 47 indicateurs qui composent l’indice de vulnérabilité pour l’île Fidji. Chaque composante de l’indice est notée de 1 à 7, du moins vulnérable au plus vulnérable.

14L’objectif de cette production d’indicateurs est de promouvoir la prise en considération des facteurs de vulnérabilité de l’environnement dans la planification du développement national, afin d’encourager un développement durable des territoires concernés.

Figure 1. La vulnérabilité environnementale des petits États insulaires en développement

Figure 1. La vulnérabilité environnementale des petits États insulaires en développement

Source : Repris partiellement de United Nations Environment Programme

15La prise de conscience de la double fragilité (économique et environnementale) des PEID milite en faveur de la construction d’indicateurs de vulnérabilité associant ces deux critères. Des contributions récentes tentent d’intégrer dans les indicateurs de vulnérabilité économique des variables environnementales (Adrianto et Matsuda, 2004). Une telle démarche revient d’une certaine façon à raisonner en termes de durabilité du développement. Plus généralement, et au-delà de la construction d’indicateurs, la référence au développement durable convoque la notion de résilience. Il s’agit, en effet, d’entreprendre un mode de croissance qui permette, par une gestion intégrée des contraintes (économiques, sociales et environnementales), un développement équilibré.

2. Des économies vulnérables, mais durablement résilientes ?

16Empruntée aux principes écologiques, la résilience désigne originellement la capacité d’un système à retrouver un équilibre stable après un choc initial. Une définition enrichie du terme est exprimée à travers l’idée de résistance d’un système aux chocs (Holling, 1973 ; Perrings, 1998 ; Reggiani et al., 2001). La résilience serait alors un indicateur de moindre vulnérabilité. Suivant ces considérations, une conception durable du développement permettrait d’atténuer la dégradation des ressources locales (voire de les préserver), d’entreprendre des actions respectueuses de l’environnement, de mieux aménager l’espace, d’anticiper et de se prémunir contre les risques éventuels (constructions parasismiques, usages raisonnés des ressources, adoption de techniques et de pratiques visant à ménager les milieux…), de réduire la dépendance à l’extérieur, etc. Dans les propos qui suivent, nous nous interrogeons dans une perspective de développement insulaire durable sur les dynamiques de résilience des PEID. Nous posons l’hypothèse que les déterminants sociaux (qualité du lien social, cohésion, sociabilité, etc.), dans la mesure où ils peuvent avoir un impact positif sur le développement durable, sont des facteurs de résilience. Aussi, nous considérerons, à travers une revue de la littérature, le lien entre relations sociales et développement durable. Nous chercherons alors à comprendre l’impact de ces facteurs dans les mécanismes de développement durable des économies insulaires de petite dimension.

2.1. L’incidence des relations sociales dans le développement durable des territoires

17Les exemples sont nombreux où les comportements de certains citoyens peuvent nuire à la mise en place d’actions effectives de développement durable. Est alors mis en évidence le fait qu’une certaine qualité de coordination locale permettrait d’enrayer ces dynamiques négatives. Ainsi, ne rattache-t-on pas l’existence d’externalités négatives (pollution et autres nuisances, surexploitation des ressources, etc.) au manque de responsabilisation des agents ? N’observe-t-on pas que des initiatives individuelles et éparses sont susceptibles de conduire à des situations insatisfaisantes pour le collectif ? Telles que décrites, ces situations rendent compte de problèmes de coordination. Si dans bien des cas, la résolution de ces problèmes relève de décisions et d’actions publiques, on observe que des ressorts sociaux territoriaux peuvent également fournir un contexte favorable à l’émergence de solutions efficaces. La littérature fait, de ce point de vue, état d’un ensemble de travaux visant à montrer que des facteurs sociaux locaux peuvent améliorer les perspectives de développement durable (Angeon et Callois, 2005 ; Angeon et al., 2006). Plus largement, ce propos s’inscrit dans un cadre de réflexion sur le développement territorial au fondement duquel les liens de sociabilité et de solidarité importent (Angeon, 2008).

18Ce substrat relationnel territorial présenterait un certain nombre de vertus parmi lesquelles la capacité des acteurs à collecter, diffuser, partager l’information et la propension à l’action collective (Sirven, 2000 ; Angeon et Callois, 2005). La qualité de liens sociaux permettrait ainsi une meilleure connaissance à la fois des comportements interindividuels (fiabilité, confiance, système de valeurs partagées, etc. facilitant les capacités d’anticipation), ainsi que de l’environnement dans lequel ils agissent (accès moins coûteux à des données concernant leur contexte économique et social immédiat). Ces mécanismes sont décrits par les économistes qui montrent que la meilleure circulation de l’information que favorisent les liens locaux s’avère avantageuse dans la mesure où elle contribue à réduire le risque, l’incertitude et à économiser les coûts de transaction. Elle améliore ainsi la qualité des décisions par rapport à des procédures individuelles de choix. Amenés à partager des informations de diverse nature, les agents accroissent leur connaissance des autres acteurs, de leurs intentions ainsi que de leur environnement socio-économique. Plus largement, de telles dynamiques sont porteuses d’une certaine efficience collective.

19Le principe de l’action collective repose sur l’habileté des agents à mettre en commun des ressources pour atteindre des objectifs qui n’auraient pas été atteints individuellement. Si l’on part de l’observation des comportements effectifs des individus, la coopération apparaît comme le résultat d’une combinaison de règles : valeurs, normes, conventions, routines, etc. Ces routines stabilisent les dynamiques de relations parce qu’elles permettent aux agents d’acquérir des informations essentielles visant à mieux comprendre et à anticiper leurs intentions réciproques d’action. Elles s’accompagnent d’autres phénomènes (i.e. réputation, confiance, réciprocité) qui confortent l’espace relationnel. Ces règles partagées facilitent les capacités d’anticipation des agents et régulent leur liberté de conduite et d’action. Favorisant une meilleure compréhension entre les agents, encourageant la transparence et la circulation d’informations, ces règles facilitent la coopération et contribuent à stabiliser ou à renforcer la régularité des comportements interindividuels en favorisant le développement de signes qui limitent les problèmes d’asymétrie d’information, d’incertitude et les dissensions.

20L’émergence d’une dynamique collective d’apprentissage visant à l’élaboration d’un socle commun de connaissances, d’une culture commune apparaît comme une condition nécessaire à l’élaboration de projets de territoire. Cette accumulation de connaissances, résultat d’un construit social, facilite et renforce les stratégies d’action collective, au cœur des logiques de développement durable. Les externalités produites par les relations sociales ne sont pas toujours positives. Elles peuvent se révéler dans certains cas néfastes (Portes et Landolt, 1996, 2000) et enrayer toute dynamique vertueuse (i.e. mafia, régime politique autoritaire, etc.). On cite couramment les excès de localisme et d’enfermement, de ségrégation socio-spatiale, l’absence d’ouverture sur l’extérieur qui peuvent servir un projet commun non acceptable socialement, freiner les mécanismes d’incitation, les dynamiques d’innovation, etc.Sur le plan du développement durable, on peut aussi souligner les impacts positifs et négatifs des liens sociaux.

Tableau 1. Incidence des relations sociales sur le développement durable des territoires

Damien

Économique

Environnementale

Sociale

Effets positifs

Résolution de problèmes d’informations

Action collective

Gestion du risque

Internationalisation des externalités

Attachement à la qualité de vie locale

Empathie, soutien affectif

Partage

Contrôle social de l’incivisme

Effets négatifs

Manque d’incitation

Manque d’ouverture

Collusion

Spoliation collective de ressources naturelles

Exclusion

Ségrégation

Source : Callois, 2006

21Les liens sociaux contribuent diversement au développement durable des territoires. Cet éclairage théorique sur les structures sociales locales cohésives et leur incidence fait particulièrement sens dans les petits territoires insulaires auxquels on prête des caractéristiques sociales fortes.

2.2. Socle social territorial et durabilité du développement des petites économies insulaires : des mécanismes auto-renforcés et auto-régulateurs ?

22Nous avons démontré antérieurement que la vulnérabilité des PEID tient à leur petite taille, à leur relatif isolement et à l’insularité. Ces éléments d’analyse nous semblent devoir être nuancés au regard des dynamiques de liens sociaux qui peuvent exister dans les îles. La cohésion sociale serait en effet plus élevée dans les PEID que dans les territoires de plus grande dimension (Streeten, 1993). Nous montrerons que les déterminants classiques de vulnérabilité sont susceptibles d’influer sur la cohésion sociale locale. Nous nous interrogerons par ailleurs sur la capacité de résilience des PEID au regard de ces facteurs sociaux.

2.2.1. La petite dimension

23Les îles habitées de petite dimension sont souvent présentées comme des terreaux fertiles de relations sociales. Ces espaces géographiques clos se caractérisent généralement par une forte identité locale (populations culturellement homogènes, histoire commune, sentiments d’appropriation et d’appartenance, constitution d’un collectif, etc.) concourant à un degré élevé de cohésion sociale. Cette proximité physique (en termes métriques) tend à faciliter les rencontres entre acteurs. La densité des interactions interindividuelles (liens forts) favorise quant à elle l’émergence d’un socle commun de représentations.

2.2.2. L’éloignement et l’isolement

24Le relatif éloignement des PEID par rapport aux centres décisionnels (plus ou moins grande difficulté d’accès à l’extérieur et de mobilité) tend à renforcer l’ancrage des agents et leur implication locale. Combiné à la petite dimension, ce facteur d’éloignement peut être compris comme un catalyseur d’énergie ou de force identitaire. Cette configuration socio-spatiale des petits espaces insulaires induit également des dynamiques particulières de liens à l’extérieur (liens ponts entre acteurs internes et externes au territoire). Elle interroge en cela les modalités d’insertion internationale de ces territoires (rapport local/global).

2.2.3. L’insularité

25Dans le même ordre d’idées, la discontinuité territoriale implique une dynamique particulière de liens entre acteurs. Cette caractéristique géographique rend nécessaire la mobilité des individus et invite à l’établissement de liens-ponts. Nous avons caractérisé l’incidence positive des liens sociaux dans les petits territoires insulaires. Il faut également noter que ces structures sociales cohésives peuvent ne pas déboucher sur des processus vertueux et constituer au contraire, dans certains cas, une entrave au développement durable. En effet, une concentration de liens forts peut conduire à des logiques d’enfermement et de localisme de la part des acteurs. Cet effet « nombriliste » peut se traduire par une position de refus voire de négation d’apports, d’informations, d’échanges avec l’extérieur. De même, si les liens-ponts sont le reflet d’une ouverture sur l’extérieur essentielle aux dynamiques de développement des territoires, ils peuvent dans certains cas perturber les systèmes de représentations locales (conflits de valeurs et d’intérêts, difficulté des populations autochtones à endogénéiser les principes, règles et normes véhiculés par les allochtones). La littérature met en évidence le poids des contraintes sociales dans la vulnérabilité des PEID. Certains auteurs en font d’ailleurs une variable à part entière qu’ils nomment vulnérabilité sociale (Springer et al., 2002). Ils entendent par là la probabilité de déstructuration d’une communauté exposée à un choc ou un stress externe (i.e. changements environnementaux, conflits économiques, sociaux, politiques, etc.) ou à des événements internes (i.e. précarité du marché du travail, insécurité sociale, etc.) résultant d’une combinaison de facteurs (St Bernard, 2002). Ces analyses invitent à la plus grande prudence quant aux effets de la structuration sociale en contexte insulaire. Le tableau 2 synthétise l’ensemble des ces propos.

Tableau 2. Incidence des caractéristiques intrinsèques des PEID sur la consistance sociale

Caractéristiques

Nature du lien

Impacts sociaux

Positifs

Négatifs

Petite taille

Liens forts

Cohésion sociale locale, propension à l’action collective

Renforcement identitaire

Collusion d’intérêts

Enfermement, localisme

Immobilisme, position de repli

Éloignement/isolement

Liens forts

Ancrage territorial

Implication locale, engagement civique, élaboration de projets communs

Enfermement, localisme

Immobilisme, position de repli

Liens ponts

Ouverture sur l’extérieur, afflux d’informations nouvelles

Difficulté d’appropriation du territoire, difficulté d’endogénéisation de normes extérieures, délitement éventuel de la structure sociale

Insularité (morcellement dispersion géographique, discontinuité spatiale)

Liens ponts

26Il va sans dire que les caractéristiques intrinsèques des PEID et leurs effets sur les dynamiques sociales se cumulent. Lorsque l’impact de ces forces est positif, ils atténuent les effets de la vulnérabilité en permettant une meilleure résistance aux chocs externes subis par ces économies. Ils s’apparentent en cela à des facteurs de résilience. À l’inverse, lorsque le contexte social local influe négativement sur les dynamiques de développement territorial durable, il accentue la vulnérabilité des PEID. Tout l’enjeu consiste alors à savoir comment activer les ressources réticulaires pour tirer partie des effets positifs qu’elles génèrent et en contrer les éventuelles résultantes négatives. Quel dispositif mettre en place pour capter les externalités positives induites par les dynamiques sociales ? En quoi les prérogatives de réglementation publique peuvent-elles contribuer au renforcement de processus réticulaires vertueux ?

3. Outils et pratiques d’aménagement et de développement durables en milieu micro insulaire : l’illusion de la résilience

27Les instances représentatives des PEID s’accordent à dire que la meilleure manière d’atténuer les effets de la vulnérabilité consiste à mettre en place des stratégies de résilience (Koonjul, 2004). Celles-ci trouveraient leur fondement dans des modes de développement durable pensés notamment dans le cadre de dispositifs de réglementation. « (…) The best response to vulnerability is to build resilience. Building resilience comes about the sound management of resources in such manner that maintains the highest level of diversity, requiring that all products and services be obtained in a synergistic manner. (…) Sustainable development in SIDS therefore requires sustainable management of the environment and mainstreaming or integration of sustainable development into national planning strategies » (Koonjul, 2004 : 156). De telles considérations invitent à explorer, par des cas concrets, comment des outils d’aménagement et de développement durable sont susceptibles d’enclencher des dynamiques de résilience dans les PEID. Nous prendrons exemple sur l’analyse de trois projets de gestion intégrée des zones côtières conduits dans la Caraïbe insulaire.

3.1. La Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC), un outil d’aménagement et de développement durables

  • 9 Traité international pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides élaboré en 197 (...)
  • 10 L’« Agenda 21 » appelle dans son Action 17 à généraliser la gestion intégrée des zones côtières.

28Durant de nombreuses années, les milieux littoraux et marins ont été appréhendés sur le strict plan physico-écologique et appréciés à partir de facteurs hydrodynamiques, bathymétriques, géomorphologiques, sédimentologiques et biologiques. Les approches visant à caractériser ces espaces en en conciliant les aspects écologiques et sociaux étaient relativement rares. Une exception relativement récente, mais notable d’outil d’aménagement et de développement durables des espaces littoraux et marins est la GIZC. Apparus dans les années 1970 (convention de Ramsar9), puis promus dans le cadre des sommets de la terre (Rio en 199210, Johannesburg en 2002) et par l’Union européenne — incitant dès 2002 ses États membres à en intégrer les principes dans leurs stratégies nationales — les préceptes de la GIZC ont été exprimés dans divers cénacles. En filiation aux principes du développement durable, la GIZC invite à une gestion raisonnée des espaces côtiers qui tienne compte de l’ensemble des facteurs (dont les facteurs humains) qui agissent ou interagissent sur le milieu marin. Cette prérogative de réglementation publique basée sur l’articulation terre-mer incarne les nouveaux référentiels des politiques publiques (Rey-Valette et Roussel, 2006) au sens où elle doit (i) veiller au respect d’une logique transversale, (ii) s’inscrire dans une perspective de long terme en se faisant le garant de considérations éthiques et intergénérationnelles (assurer la satisfaction des besoins des populations présentes sans altérer ceux des générations futures), (iii) promouvoir la philosophie des démarches participatives et concertées. Ce dernier point renvoie au principe de gouvernance qui caractérise la participation d’un ensemble d’acteurs de statut divers à la décision et à l’action publique. Ce changement de pratique en matière de politiques publiques est concomitant du phénomène de décentralisation.

29Ainsi, dans leur nouvelle mouture, les politiques d’aménagement et de développement des territoires admettent une non-standardisation des pratiques (Duran, 1999) et laissent place à des déclinaisons locales multiples de la mise en application des fondements du développement durable. Plus précisément, elles donnent à voir des configurations différenciées de coordination entre acteurs et rendent compte de l’« épaisseur » socio-institutionnelle des territoires concernés par la gestion de leurs ressources. La GIZC est, en effet, un « processus dynamique qui réunit gouvernement et société, science et décideur, intérêts publics et privés en vue de la préparation et de l’exécution d’un plan de protection et de développement des systèmes et ressources côtières. (…) C’est un instrument privilégié du développement durable des éco-socio-systèmes complexes en liant les questions environnementales, économiques et sociales » (IFREMER, 2007, p.2). De ce point de vue, la GIZC a pour objectif de réunir autour d’un même projet de développement durable des acteurs dont les intérêts peuvent se révéler divergents et non nécessairement compatibles a priori. Elle invite également à saisir l’interface terre/mer comme une unité territoriale pertinente aussi bien pour la réflexion que pour l’action. Mieux prendre en compte l’environnement dans les politiques d’aménagement du territoire implique en effet de considérer l’écosystème comme référentiel spatial premier. Plus largement, cette échelle écosystémique multiplie — en fonction des types de ressources — les zonages, les champs et les modalités d’intervention publique, accroissant ainsi les échelles de décisions et d’actions sur un même territoire. Ce n’est donc plus tant une logique de planification des activités et des usages qui préside à de tels outils d’aménagement qu’une logique de projet fondée sur la capacité des acteurs à adhérer à un système commun de représentations fédérant les initiatives individuelles vers des objectifs finalisés et collectifs. Ce caractère horizontal et territorial des actions suppose une certaine qualité de lien social.

30La GIZC se propose de fournir aux décideurs et aux aménageurs des outils leur permettant d’appréhender l’ensemble des facteurs qui participent aux dynamiques côtières et maritimes. Il s’agit d’une gestion plurielle, multisectorielle où la coordination des actions s’avère centrale. Cette nouvelle modalité de gestion revêt une importance majeure dans les milieux micro insulaires et confinés que sont les espaces antillais pour appréhender les espaces labiles que sont les milieux littoraux. Ce dispositif — comme ceux qui s’inscrivent dans le champ des nouveaux référentiels des politiques publiques — s’appuie, pour sa mise en place, sur un certain substrat social et territorial qu’il peut contribuer à densifier dans un processus itératif. Nous rendrons compte de ces éléments dans trois projets d’aménagement et de développement durable expérimentés dans la Caraïbe.

3.2. La GIZC en pratique : illustrations concrètes dans la Caraïbe

31La GIZC se doit d’être pluri-dimensionnelle, car les facteurs à l’origine de la destruction des ressources côtières et de leur épuisement le sont aussi : croissance géométrique de la population, littoralisation des hommes et de leurs activités, interprétation différenciée du rôle que doit jouer l’économique dans la gestion des ressources côtières, etc. La mise en place d’une politique de GIZC doit donc permettre de conserver les habitats naturels, de contrôler la pollution et la dégradation des rivages, de gérer efficacement les activités pratiquées sur les bassins versants, de réhabiliter les espaces dégradés, enfin, de fournir aux décideurs des outils leur permettant de procéder à une gestion raisonnée des ressources. Puisant ses origines dans un contexte où les principes du développement durable imprègnent les politiques publiques, les retombées de l’exhortation à une gestion intégrée des ressources doivent être appréhendées avec ce prisme. Suivant les conclusions du rapport du groupe de travail « ÉQUILIBRES » du Commissariat Général du Plan, cette dimension évaluative doit spécifier d’une part « la prise en compte par les actions collectives des préoccupations de long terme et (doit apprécier) d’autre part dans quelle mesure la politique publique considérée prend en compte les dimensions économique, sociale et environnementale ainsi que leurs interfaces sans omettre l’aspect participatif » (Ayong-le-Kama, 2005). De ce fait explicitent Rey-Vallette et Roussel (2005), « il ne suffit plus d’évaluer les résultats, mais bien les processus et l’esprit des politiques qui se doivent d’être à la fois intégrées et concertées » et qui par conséquent s’appuient sur le socle social des territoires où s’appliquent ces politiques et le renforcent. Pour prendre la mesure de la GIZC et de sa mise en application, une présentation sera effectuée à partir de l’exemple de deux départements français d’Amérique (la Guadeloupe et la Martinique) et d’une île de la Caraïbe anglophone (la Jamaïque).

3.2.1. Le projet de Terre de Bas (Les Saintes, Guadeloupe) : un projet d’aménagement et de développement durables prometteur

  • 11 Délégation à l’aménagement et à l’action régionale, aujourd’hui DIACT (Délégation interministériell (...)

32Par l’intermédiaire de l’agence des 50 pas géométriques, la commune de Terre de Bas a soumis à la DATAR11 un projet intitulé : « Terre de Bas, île des terroirs et des savoirs ». Ce projet a été retenu sous réserve que soient associées au porteur initial : Terre de Haut, l’île de la Désirade et la communauté de communes de Marie-Galante. Située à 9 km au sud de la Basse-Terre et ne disposant que d’une superficie de 7 km2, Terre de Bas (figure 1) est l’archétype de l’île antillaise en phase de déclin. Au dernier recensement de 1999, elle comptait 1267 habitants dont la moitié résidait sur l’île à temps partiel. À l’image des autres îles antillaises, le taux de chômage y est élevé : 32 % environ (INSEEE, 1999). Sur place, les activités économiques sont peu nombreuses ; on y pratique essentiellement la pêche et l’artisanat.

Figure 2. Localisation de l’Archipel des Saintes

Figure 2. Localisation de l’Archipel des Saintes

33Le milieu étant sous-exploité et la ressource humaine non valorisée, le projet soumis a pour objectif de valoriser les patrimoines naturels, culturels et historiques et en définitive d’initier une réelle dynamique touristique (par le biais de nouveaux produits économiquement viables pour les populations locales) respectueuse du milieu et des usages traditionnels. Pour ne prendre qu’un exemple, il faut savoir qu’une majorité de saintois est pêcheur. Aussi, les pratiques traditionnelles de pêche (la construction de nasses en bambou et d’embarcations en poirier, la vente de poissons sur des étals en bois le long des routes), sont autant d’éléments susceptibles de créer une atmosphère authentique, recherchée par les touristes qui fuient les activités balnéaires traditionnelles basées uniquement sur des ressources génériques de type mer et soleil. À l’intérieur des terres, certaines pratiques rurales traditionnelles comme la fabrication du charbon de bois, la création d’objets artisanaux comme les « couis » (calebasse creusée puis séchée qui sert de récipient ou d’assiette), le « salako » (chapeau saintois traditionnel), ou encore la confection de robes typiques pourrait-elle aussi servir de support à des activités touristiques basées sur la valorisation des produits du terroir. Ces activités pourraient même être renforcées par des randonnées historiques à travers, par exemple, les ruines des anciennes habitations, des fours à chaux. Pour initier ce projet qui s’inscrit dans une démarche de développement durable, la commune de Terre de Bas s’est inspirée du produit écotouristique « Retrouvance », mis en place dans les Hautes-Alpes en 1996 par l’Office National des Forêts (ONF). L’objectif est de vendre un package aux touristes afin de leur faire découvrir une région par le biais de la randonnée. Dans les Hautes-Alpes, cette formule a permis des retombées économiques certaines pour les communes concernées.
À Terre de Bas, l’objectif est d’accueillir les touristes, de leur faire consommer sur place des produits et services locaux, de visiter des ateliers artisanaux et plus généralement de s’imprégner du patrimoine naturel et culturel local (forêt sèche littorale, découverte de plantations, visite d’éoliennes, de jardins médicinaux, etc.). Une formule touristique maritime est aussi envisagée (randonnées en kayak de mer, découverte des fonds marins, pêche dans des embarcations traditionnelles et enfin, consommation des produits de la pêche). L’objectif poursuivi est bien d’initier à court, moyen et long termes, un développement intégré par le maintien sur place de la population (création d’emplois), par le développement d’un esprit communautaire (facteur de cohésion sociale permettant une appropriation des ressources locales) et enfin par un échange « gagnant-gagnant » entre le visiteur et l’accueillant avec enrichissement mutuel des deux parties sur divers plans (et non sur le seul plan matériel et marchand : renforcement de la culture vernaculaire en échappant au phénomène d’acculturation - voire déculturation - et en évitant des formes de déstructuration sociale, par exemple). Cette volonté de valoriser le patrimoine naturel, historique et culturel par la promotion d’une image authentique de Terre de Bas et par la valorisation de savoir-faire ancestraux témoigne d’une réelle prise de conscience par les acteurs locaux de l’importance que revêtent les ressources culturelles dans leur dynamique de développement et la nécessité de les réhabiliter. Le projet de GIZC entend ainsi activer les ressources réticulaires locales comme vecteurs et moteurs de normes collectivement ratifiées par les acteurs locaux. Cette stratégie relève d’une exploitation des effets positifs attendus de l’établissement de liens forts et de liens-ponts et est de nature à diminuer la vulnérabilité de ces territoires insulaires en les rendant plus résilients.

3.2.2. Le projet de la baie de la commune du Robert (Martinique) : un contexte local bloquant, un projet perfectible

  • 12 Son solde migratoire est positif depuis de nombreuses années et son taux de variation de la populat (...)

34Située sur la côte est de la Martinique, entre les communes du François au sud et celle de La Trinité au nord, la commune du Robert (figure 2) est l’une des plus attractives de l’île12. Contrairement à d’autres communes, ce n’est pas le bourg qui concentre l’essentiel de la population (14 %), mais l’arrière-pays (86 %). L’attractivité de cette commune résulte de deux facteurs : un éloignement du chef-lieu (Fort-de-France) suffisamment important qui lui évite de ressentir son hypertrophie et une position centrale qui permet aux administrés d’accéder aux plages méridionales et aux montagnes septentrionales dans des délais records. À cela s’ajoute la présence d’une baie, oblongue et semi fermée, ornée de nombreux îlots qui sont autant d’attractions et de lieux de détente.

Figure 3. Carte de localisation de la baie du Robert

Figure 3. Carte de localisation de la baie du Robert

35Ce contexte serait idyllique si les bassins versants qui entourent la baie ne subissaient pas un mitage excessif, et si la baie elle-même ne servait pas de réceptacle à toutes sortes de polluants et de matières en suspension qui altèrent son équilibre écologique. Pour pallier ces atteintes, la municipalité s’est engagée depuis 2003 dans un vaste programme d’études centrées sur l’élaboration d’un schéma directeur de la bande côtière, la réalisation d’une expertise préalable à l’aménagement du front de mer, l’établissement d’un diagnostic de fréquentation des îlets (Madame, Chancel et Loup-Garou) et la création d’un « centre caribéen de la mer ». Les résultats de ces études visent à la mise en place d’une gestion intégrée de la zone côtière. Sur un plan pratique, une brigade chargée de nettoyer les îlets et de les surveiller a été mise en place. De même, un projet de construction de station d’épuration a été initié pour remédier aux défaillances des anciennes stations sous-calibrées. Enfin, une tentative de restauration de l’état écologique initial de la baie a été engagée avec les Affaires maritimes et le Comité régional des Pêches. La moitié de la baie du Robert est classée maintenant en zone de cantonnement pour assurer le renouvellement des ressources. L’ensemble de ce dispositif présente trois objectifs : établir une nouvelle façon de gérer le milieu marin (i.e. nouvelle gouvernance environnementale), développer le tourisme de découverte et le tourisme scientifique, et disposer enfin de suffisamment de données scientifiques pour comprendre la filiation terre-mer.

36Si toutes ces initiatives sont louables, cette dynamique risque toutefois de ne pas fournir les résultats escomptés. Plusieurs raisons peuvent être évoquées :

  • Le manque de compétence sur les milieux marins et littoraux stricto sensu de l’équipe en charge du dossier. Bien que pluridisciplinaire (biologiste, économiste, anthropologue, sociologue, agronome, pédologue, etc.), ce collectif de travail n’est pas en mesure de maîtriser tous les aspects inhérents à l’hydrodynamisme marin, à la sédimentologie, à l’érosion des bassins versants, etc. (Saffache, 2006).

  • L’absence d’un coordinateur spécialiste des micro systèmes insulaires (« littoraliste tropicaliste ») nuit à la conduite de démarches globales et transversales pour appréhender les particularismes de la baie du Robert. En conséquence, des analyses sectorielles sont réalisées conduisant à une juxtaposition des savoirs sans réelle mutualisation des connaissances.

37Autre problème majeur, la municipalité du Robert s’enorgueillit de disposer de « gardes littoraux » assermentés, qui nettoient quotidiennement les abords des îlots en y enlevant les algues et les feuilles qui s’y sont déposées. En agissant ainsi, ces agents perturbent le fonctionnement naturel du site. En effet, au XVIIe et au XVIIIe siècle, toutes les plages de la Martinique et des îlots voisins étaient colonisées jusqu’à la zone de déferlement par des plantes ammophiles de type « patate bord de mer » (Ipomea pès caprea). En dehors de leur rôle de stabilisateur du substratum, ces plantes servaient aussi de lieu de reproduction et de vie à de nombreuses espèces : larves, vers, moucherons, etc. En supprimant cette biomasse végétale, on détruit d’autant la micro faune qui y est associée. Par ailleurs, en soutenant ces pratiques, la municipalité tend à privilégier une logique de développement survalorisant des normes et références en contradiction avec l’essence du développement durable qu’elle entend promouvoir. Car c’est dans l’imaginaire des populations européennes et nord-américaines que les plages tropicales sont constituées de sable blanc, lisse, bordé de cocotiers. Dans la réalité, les cocotiers sont souvent remplacés par des espèces halophiles (raisinniers bord de mer, oliviers bord de mer, mancenilliers, etc.) et le sable blanc est souvent gris ou noir, parsemé de toutes sortes de débris et couvert d’une végétation herbacée de type ammophile. Le projet de GIZC de la baie du Robert pèche par deux aspects. Premièrement, il semblerait qu’il n’y ait pas de tradition de coopération efficace au sein même des membres de l’équipe de travail recrutés au sein de la municipalité. Cette absence ou difficulté de dialogue nuit certainement à l’élaboration d’un projet crédible qui viserait, comme cela est recommandé, à susciter un espace d’échange entre les différents acteurs parties prenantes. Le seul acteur véritablement impliqué dans le projet est la commune. On est alors bien loin de l’injonction à la participation de l’ensemble des acteurs : élus, administrations, représentants socioprofessionnels, usagers, associations de protection de l’environnement, etc. Si une diminution de la pollution peut être escomptée de cette pratique de gestion de la baie et de ses bassins versants, le projet de GIZC du Robert relève plus de la juxtaposition d’idées et d’intentions que d’une véritable démarche de gestion, d’aménagement et de développement durables du milieu.

38Deuxièmement, sur le plan de la prise en compte de la dimension sociale de la démarche de développement durable prétendue, la GIZC du Robert s’apparente à un échec. Loin de favoriser l’appropriation des ressources locales par la population et de recueillir dans une démarche de concertation l’avis des différents acteurs concernés ou impliqués dans la gestion des ressources, la municipalité risque de susciter — par son action — un conflit de représentations entre populations autochtones et allochtones. On notera qu’actuellement, l’absence de prise de conscience écologique de la population locale retarde l’éclatement de conflits. Si on envisage que dans une perspective de développement (territorial) durable, des campagnes d’information et de sensibilisation du public et autres acteurs seront menés à d’autres échelles que celle de la seule municipalité, on peut imaginer que des oppositions violentes apparaissent entre habitants locaux et visiteurs extérieurs, amenuisant à terme les recettes du tourisme. Cette dynamique de liens sociaux, par essence instable, risque d’augmenter la vulnérabilité (sociale, économique et environnementale) de l’île. La GIZC du Robert fournit alors un cas d’étude qui montre en quoi les effets d’annonce et d’affichage d’un acteur dominant (la municipalité) plonge le territoire dans un cercle vicieux de développement. Dans cette configuration, le degré de résilience des liens sociaux s’avère faible.

3.2.3. L’exemplarité jamaïcaine : des réalités locales résilientes

39L’île de la Jamaïque (figure 4) se munit actuellement d’un programme de gestion intégrée de ses zones côtières. Cette volonté résulte d’une prise de conscience des dégradations du milieu et particulièrement de la pollution et de l’hypersédimentation de ses baies et de ses culs-de-sac marins.

Figure 4. Carte de la localisation de la Jamaïque

Figure 4. Carte de la localisation de la Jamaïque
  • 13 On notera que la vitesse moyenne annuelle de déforestation est peu élevée à la Jamaïque (0,1 %) rel (...)

40L’hypersédimentation vient compléter ce tableau, puisqu’en raison de ses versants abrupts (l’île est montagneuse), présentant des sols fragiles, d’importants volumes sédimentaires sont fréquemment déstabilisés, mobilisés par les eaux de ruissellement et acheminés vers les rivières qui les évacuent en direction des exutoires marins. Ce processus s’amplifie encore lorsque les bassins versants sont déboisés13 ou lorsque l’on y construit des routes de désenclavement, par exemple. D’autres facteurs interviennent et aggravent ce constat alarmant, puisque les 170 000 agriculteurs jamaïcains qui cultivent un peu moins de 245 000 hectares, à partir de techniques obsolètes (labours profonds, dans le sens de la pente, sarclages trop fréquents, etc.), fragilisent les sols et libèrent de gros volumes sédimentaires en direction du milieu marin. Cette dynamique renforce la pollution, car les intrants chimiques qui sont épandus sur les sols empruntent les mêmes trajets que les particules terreuses. Le tableau III livre un aperçu des pressions anthropiques exercées sur le milieu et de leurs impacts en aval.

Tableau 3. Présentation synoptique des pressions exercées sur les milieux littoraux et marins jamaïcains

Types de ressources côtières et marines

Types d’exploitation

Zones humides/mangroves

– Coupe sélective de bois d’œuvre

– Ostréiculture

– Prélèvements en tous genres sur des espaces biologiquement très riches

Plages

Prélèvements sableux

Herbiers marins

– Utilisation de sennes de plage traumatisante pour le milieu

– Déversement par les hôtels d’effluents à proximité des herbiers d’où une diminution spécifique

Récifs coralliens

Prélèvement de coraux noirs en raison de leur importante valeur marchande

41Face à l’importance de ces impacts, le gouvernement jamaïcain a entrepris de revoir ses politiques environnementales. Jusqu’alors, trois agences avaient en charge la filiation terre/mer : le Town planning department, le Natural resources conservation authority et le Land development utilization commission. La redondance des actions et des champs d’intervention de ces trois agences ayant conduit à la sclérose du système, leurs missions ont été regroupées au sein d’une seule et unique structure : le New Environment and Planning Agency (NEPA). Ce regroupement de compétences représente l’un des piliers de la politique de gestion intégrée de la zone côtière jamaïcaine. Bien que certaines aires marines protégées jamaïcaines datent de plus d’un siècle (Morant Cays, 1907 ; Pedro Bank and Cays, 1907), d’autres ont été créées dans le courant des années 1960 et 1970 (Ocho Rios Marine Park, 1966 ; Montego Bay Marine Park, 1974), mais le plus grand nombre date de la fin des années 1990 (Negril, 1998 ; Portland Bight Swamp, 1999 ; Black River Lower Morass, etc.). En 2001, les aires protégées jamaïcaines couvraient 13,3 % de la surface totale de l’île et leurs composantes maritimes totalisaient 1815 km2. Grâce à sa nouvelle organisation environnementale, la Jamaïque est devenue le partenaire privilégié de l’International Coral Reef Initiative (ICRI) et des instances RAMSAR. La Jamaïque est d’ailleurs l’un des premiers États antillais à avoir initié un plan en faveur de la protection des récifs coralliens. C’est vraisemblablement ce qui explique que sa couverture corallienne se maintienne, alors qu’elle s’amenuise partout ailleurs. Les mangroves sont elles aussi bien protégées, puisque depuis 1998 le site de Black River bénéficie du label RAMSAR (armature environnementale internationale visant la protection et la gestion durable des milieux humides).
Enfin, dernier élément sous-tendant la volonté du gouvernement jamaïquain de protéger le milieu, la mise en place du projet pilote « Blue Flag » (Pavillon bleu), en faveur de la qualité des eaux de baignade et de la propreté des anses sablonneuses. Les sites qui se conforment à des normes strictes obtiennent ce label (« Blue Flag ») : absence d’algues filamenteuses (signifiant une eutrophisation du milieu), de macro déchets, eaux limpides dépourvues de métaux lourds et de germes coliformes fécaux, etc. qui est un gage de qualité tout autant qu’une reconnaissance régionale. Les tours opérateurs — de plus en plus sensibilisés à la protection de l’environnement — plébiscitent les sites qui disposent de ce type de label. Cela peut d’ailleurs induire des effets nuisibles, puisqu’une trop forte pression exercée sur quelques sites protégés pourrait enclencher une inversion de tendance.

42Ces premières initiatives de gestion intégrée ayant été couronnées de succès, le gouvernement jamaïcain s’est fixé quatre nouveaux objectifs :

  • renforcer la connaissance relative à la filiation terre-mer ;

  • intégrer toutes les informations scientifiques disponibles (tant terrestres que marines) dans un Système d’Information Géographique (SIG) ;

  • initier les principes du développement durable à l’échelle des bassins versants et des milieux côtiers ;

  • tester les futurs produits chimiques qui seront utilisés sur les bassins versants de façon à apprécier leurs impacts sur le milieu marin (durée de vie, types de pollutions, etc.).

43La gestion de la zone de pêche de Portland Bight est aussi une initiative intéressante. Créé en 1993 avec l’aide de la fondation pour la gestion des aires côtières caribéennes (C-CAM), du département jamaïcain des pêches et de nombreuses associations et coopératives de pêcheurs, ce projet poursuivait cinq objectifs :

  • éviter la surpêche (en équilibrant les efforts de pêche) ;

  • inciter les pêcheurs locaux à gérer eux-mêmes leurs aires de production (développement de pratiques halieutiques douces sur le plateau insulaire) ;

  • établir une aire protégée (marine et terrestre) sur la côte méridionale ;

  • diversifier l’économie locale par le biais d’alternatives écotouristiques (offrir une opportunité de choix autre que la seule extraction des ressources naturelles primaires) ;

  • enfin, bâtir un modèle de gestion des ressources naturelles susceptible d’être exporté dans d’autres régions du monde.

44Aujourd’hui, quatre réalisations majeures sont à mettre au crédit de ce programme :

  • la conduite d’études scientifiques (relevant des sciences biologiques et sociales), l’objectif étant de faire un état des lieux exhaustif des forêts, des reptiles, des oiseaux, des récifs coralliens, etc. ;

  • cet état des lieux sous-tendant la présence d’un vrai potentiel halieutique, huit sites ont été occupés (mais deux seulement fonctionnent convenablement) ;

  • pour assurer la sauvegarde du milieu, depuis 1995, l’État jamaïcain nomme chaque année des inspecteurs en charge de la gestion des pêches (anciens pêcheurs ou vendeurs de poissons) dont la mission est de verbaliser les contrevenants.

  • En 1999, une aire protégée a été créée à Portland Bight et sa gestion confiée à la C-CAM (en 2001, 509 000 dollars US ont été débloqués par la Banque Caribéenne de Développement et près de 6 millions de dollars US par d’autres partenaires afin d’initier des projets de développement).

45L’exemple jamaïcain est révélateur d’une configuration où des dynamiques de concertation et de participation ont permis l’appropriation collective des ressources littorales et marines. Les acteurs parties prenantes de ce projet s’inscrivent dans de véritables démarches intégrées visant à articuler des considérations environnementales, économiques et sociales. Les différentes initiatives menées sont révélatrices de la capacité des acteurs locaux à se projeter ensemble dans l’avenir, et à fonder des projets de développement territorial durable. Cette mise en adéquation d’objectifs territoriaux avec l’assentiment de l’ensemble des acteurs est le résultat d’une histoire longue de coopération et d’apprentissage cristallisée par une structure de cohésion sociale forte. Par ailleurs, la réappropriation de son patrimoine naturel et culturel par la population locale tend à faciliter la mise en compatibilité entre les intérêts des populations autochtones et allochtones. On observe ici les effets positifs des liens-ponts.

Tableau 4. Effets des liens sociaux et implémentation d’une dynamique de développement durable

Cas d’étude

Nature des liens sociaux

Guadeloupe

Martinique

Jamaïque

Liens forts

+

(effet attendu)

(effet observé)

+

(effet observé)

Liens ponts

+

(effet attendu)

(effet observé)

+

(effet observé)

Dimension sociale du développement durable

+

(effet attendu)

(effet observé)

+

(effet observé)

Conclusion

46Après avoir caractérisé la vulnérabilité des petits États insulaires en développement, nous avons cherché à identifier les facteurs qui concourent à leur résilience. Nous avons alors montré à la fois sur le plan théorique et empirique dans quelle mesure la qualité du substrat social de ces petits territoires est un facteur de résilience. En nous appuyant sur trois exemples du bassin caribéen, nous observons que dans certains cas, les dynamiques de relations sociales à l’œuvre sont préjudiciables à la mise en place de réelles démarches de développement territorial durable. Plus généralement, nos résultats montrent qu’il n’y a pas toujours de réelle prise de conscience de la dégradation des milieux littoraux et marins antillais, et que la mise en œuvre des politiques de protection de l’environnement n’est pas toujours conduite de manière optimale. Les incitations financières et les enjeux de court terme sont souvent cités comme variable explicative de ce constat. Si les politiques de GIZC fournissent un cadre institutionnel visant à soutenir des pratiques d’aménagement et de développement durables des espaces marins et littoraux, elles ne se traduisent pas nécessairement par des effets d’apprentissage de la durabilité. Si l’exemple de la Jamaïque est encourageant, il reste encore à confirmer. D’ores et déjà il mériterait d’être mieux connu et de servir d’exemple à d’autres (PEID) qui fonderaient sur cette base une nouvelle façon de concevoir et de mettre en pratique des modalités d’aménagement et de développement durables de leur territoire.

Haut de page

Bibliographie

Adrianto L., Matsuda Y., 2004. Study on assessing economic vulnerability of small island regions, Environment, Development and Sustainability, n°6, p. 317-336.

Alarcon C., Conde J.E. 1993. Mangroves of Venezuela, In : Lacerda L.D. (Ed.)., 1993. Conservation and sustainable utilization of mangrove forest in Latin America and Africa regions, Part. I – Latin America. Okinawa : International Society for Mangrove Ecosystems, p. 211-244.

Angeon V. 2008. L’explicitation du rôle des relations sociales dans les mécanismes de développement territorial, Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n° 2, p. 237-250.

Angeon V., Callois J.-M.2005. Fondements théoriques du développement local : quels apports de la théorie du capital social et de l’économie de proximité ?, Économie et Institutions, n° 6 et 7, 1er et 2è semestres, p. 19-49.

Angeon V., Caron P., Lardon S. 2006. Des liens sociaux à la construction d’un développement territorial durable : quel rôle de la proximité dans ce processus ?, Revue Développement Durable et Territoires

URL : http://developpementdurable.revues.org/document.html?id=2851

Bacon P.R.1993 (a). Mangroves in the lesser Antilles, Jamaica and Trinidad & Tobago, In : Lacerda L.D. (Ed.) 1993. Conservation and sustainable utilization of mangrove forests in Latin America and Africa regions. Part I – Latin America. Okinawa : International Society for Mangrove Ecosystems, p. 155-210.

Bacon P.R.1993 (b). Wetland restoration and rehabilitation in the insular Caribbean, In : Moser M., Prentice R.C., Van Vessem J. (Eds).1993., Waterfowl and wetland conservation in the 1990s – a global perspective. St Petersburg Beach (Florida) : S.N, p. 206-209.

Bacon P.R.1993 (c). Investigation of the impacts of dredge spoils on mangroves in Hanson’s Bay, Antigua; with proposals for site rehabilitation, Report to the United Nations Centre for Human Settlements (UNCHS) a government of Antigua and Barbuda, on a mission undertaken from 11-21 july 1993.

Bayon D. 2007. Des économies vulnérables et dépendantes. In : Levratto N. (ed), Comprendre les économies d’outre-mer. Paris : L’harmattan (chapitre 2).

Beekhuis J.B.1981. Tourism in the Caribbean: impacts on the economic, social and natural environments, Ambio, 19, p. 325-331.

Beller W.1990. How to sustain small islands, In : Beller W., d’Ayala P., Hein P., (eds), Sustainable development and environmental management of small islands, The Parthenon Publishing Group, Paris, France, New Jersey, USA, p. 15-22.

Bernardie N., Taglioni F. (Dir) 2005. Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires : de l’île-relais aux réseaux insulaires, Paris, Ed. Karthala, 443 p.

Bouayad-Agha et Hernandez 1993. Etude des besoins de développement propres aux petits États membres et de la façon dont le système des Nations Unies pour le développement répond à ces besoins, Rapport, Genève, 1993.

Briguglio L.1993. The economic of small islands developing states study commissioned by CARICOM for the regional technical meeting of the global conference on the sustainable development of small island developing states (Port of Spain, Trinidad and Tobago), July 1993.

Briguglio L.1995.Small island developing states and their economic vulnerabilities, World Development, 23(9), p. 1615-1632.

Briguglio L.2001.  The Vulnerability Index , Workshop on Trade, Sustainable developement and Small Islands Developing States, Montego Bay – Jamaïque, 12-15 december 2001.

Briguglio L.2004.  Economic Vulnerability and Resilience : Concepts and Measurements , International Workshop on “Vulnerability and Resilience of Small States”, Commonwealth Secretariat et University of Malta, University Gozo Centre, Malta, 1er-3 mars.

Briguglio L., Galea W.2004. Updating and Augmenting the Vulnerability Index , Mimeo.

Callois JM.2006. Les relations sociales, frein ou moteur de la durabilité : approche par la notion de rayon de confiance, Revue Développement durable et territoire, Dossier 8 : Méthodologies et partiques territoriales de l’évaluation en matière de développement durable, URL : http://developpementdurable.revues.org/document3284.html

Carroll M., Stanfield, J. R. 2003. Social capital, Karl Polanyi, and American social and institutional economics , Journal of Economic Issues, 37, p. 397-404.

Crusol J., Hein P., Vellas F. (dir.), L’enjeu des petites économies insulaires. Paris, Economica, 1988/12, 297 p.

Dehoorne O., Saffache P. (dir.) 2008. (a), Mondes insulaires tropicaux. Géopolitique, économie et développement durable, Paris, Ellipses (collection : Carrefours, Les Dossiers), 251 p.

Dehoorne O., Saffache P. (dir.). 2008 (b), Le tourisme dans les îles et littoraux subtropicaux. Usages des lieux et enjeux de développement, Paris : Éditions Publibook (Études Caribéennes, n° 9-10, 375 p.

Desse M., Saffache P. 2005. Les littoraux antillais : des enjeux de l’aménagement à la gestion durable, Paris : Ibis Rouge Éditions, Collection Géographie & Aménagement des Espaces Insulaires, 116 p.

Duran P.1999. Penser l’action publique. L.G.D.J. Ed. Maison des Sciences de l’Homme Droit et société Série Politique, 209 p.

Ellison A.M., Farnsworth E.J. 1996. Anthropogenic disturbance of Caribbean mangrove ecosystems : past impacts, present trends, and future predictions, Biotropica, p. 549-565.

Holling C. S. 1973. Resilience and stability of ecological systems, Annual Review of Ecology and Systematics, 4, p. 1-23.

Hudson B.J. 1983. Wetland reclamation in Jamaica, Carib. Geog., 1, p. 75-88.

Jauze J.M., Saffache P. (dir.) 2007. Approche des littoraux réunionnais et martiniquais. La Réunion, Travaux & Documents, n° 32, 199 p.

Kerr S. A. 2005. What is small island sustainable development about? , Ocean and Coastal Management, 48, p. 503-524.

Koonjul J. 2004. The special case of small island developing states for sustainable development , Natural Resources Forum, 28, p. 155-156.

McLean R.F. 1980.  Spatial and temporal viability of external physical control in small island ecosystems , in H.C. Brookfield (ed.), Population–Environment Relations in Tropical Islands: The Case of Eastern Fiji, Unesco Press, Paris, France.

Meur-Ferec C. 2007. La GIZC à l’épreuve du terrain : premier enseignements d’une expérience française, Développement durable et territoire, Varia, mis en ligne le 28 septembre 2007. URL : http://developpementdurable.revues.org/document4471.html

Nations Unies. 2005. Réunion internationale d’examen de la mise en œuvre du Programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement, Résumé de la réunion-débat Vulnérabilités environnementales des petits États insulaires en développement, Port-Louis, Maurice, janvier 2005, 7 p.

Perrings C. 1998. Resilience in the dynamics of economic environment systems, Environmental and Resource Economics, 11 (3-4), p. 503-520.

Poirine B. 1995. Les petites économies insulaires : théories et stratégies de développement, L’Harmattan, Paris, 280 p.

Portes A., Landolt P. 1996. The downside of social capital, The American Prospect, 26, p. 18-23.

Portes A., Landolt P. 2000. Social Capital : Promise and Pitfalls of its Role in Development. Journal of Latin American Studies 32: 529.

Reggiani A., de Graaff T., Nijkamp, P. 2001. Resilience : An Evolutionary Approach to Spatial Economic System , Discussion Paper, Tinbergen Institute, The Netherlands.

Rey-Valette H., Roussel S. 2006. L’évaluation des dimensions territoriale et institutionnelle du developpement durable : le cas des politiques de Gestion Intégrée des Zones Côtières, Développement durable et territoire, Dossier 8 : Méthodologies et pratiques territoriales de l’évaluation en matière de développement durable, mis en ligne le 13 décembre 2006. URL : http://developpementdurable.revues.org/document3311.html

Saffache P. [dir.] 2002. Les outre-mers français et le développement durable, Paris, Éditions Ibis Presse [Aménagement et Nature], 174 p.

Saffache P. [dir.] 2006. Micro insularité et dégradations des milieux marins : l’exemple de la Caraïbe, Paris, Éditions Publibook [Études Caribéennes, n° 5], 112 p.

Saffache P., Marc J.V. 2006. Impacts de la mondialisation sur les espaces insulaires : le cas de la déforestation et de la surpêche, In : Wackermann G. [dir.], 2006, La mondialisation en dissertations corrigées et dossiers, Paris, Éditions Ellipses, Collection CAPEs/Agrégation, p. 70-79.

Saffache P. 2008. Les ressources naturelles des îles tropicales et l’importance d’un développement durable, In Wackermann G. [coord.] 2008. Le développement durable, Paris, Éditions Ellipses, [collection : Carrefours, Les Dossiers], p. 454-481.

United Nations. 2003. World Statistics Pocketbook Small Island Developing States, Department of Economic Series V No. 24/SIDS and Social Affairs Special Issue Statistics Division, New York, March 2003.

Van der Velde M., Green S. R., Vanclosster M., Clothier B. E. 2007.  Sustainable development in small island developing states: agricultural intensification, economic development, and freshwater resources management on the coral atoll of Tongatapu , Ecological Economics, 61, p. 456-468.

Wilson A.M. 1987. Caribbean marine resources: a report on economic opportunities, Oceanus, 30, p. 33-41.

World Bank. 2000. Small States: Meeting Challenges in the Global Economy, Report of the Commonwealth Secretariat/World Bank Joint Task Force on Small States, Washington DC and London, April 2000.

Webographie

http://www.unep.org/Geo/geo3/french/512.htm#fig313

Haut de page

Notes

1 Le Sommet de Johannesburg avait en effet affirmé la nécessité d’inclure un chapitre sur les petits États insulaires et de convoquer une réunion internationale pour évaluer le plan d’action de la Barbade. C’est ainsi qu’a été proposée la conférence de Maurice avec pour objectif de poursuivre l’application du Programme pour le développement durable des PEID.

2 Si des principes dérogatoires ont pu être ratifiés autrefois, il faut préciser le caractère incertain du résultat des démarches entreprises aujourd’hui par les PEID, en raison du durcissement de la position de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) sur les régimes préférentiels.

3 On peut citer pour preuve : les initiatives de l’UNESCO (« Voix des petites îles » qui visent à donner l’opportunité aux populations des PEID de s’exprimer à propos des enjeux du développement durable, « Sandwatch » qui a pour objectif de modifier les pratiques des habitants locaux au regard du développement durable), de la Banque mondiale (allocation de financements dédiés au développement durable, soutien à l’investissement local), Fonds pour l’Environnement Mondial (participation au financement de SIDSnet, plate-forme de collecte et de diffusion d’information permettant aux PEID de confronter leurs expériences respectives en matière d’utilisation d’éco-technologies et de constituer une communauté apprenante virtuelle) ou de la FAO (mise en œuvre, en réponse à la Stratégie de Maurice de 2005 et comme moyen d’accomplissement des objectifs de développement du Millénaire, de programmes nationaux et régionaux pour la sécurité alimentaire des PEID et l’aide à l’intégration de politiques et de programmes de sécurité alimentaire durable pour enrayer la pauvreté).

4 PMA selon la dénomination de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

5 Mesurée par le taux d’exportation et d’importation rapporté au PIB.

6 Exprimée par la distance aux grands centres et mesurée par les coûts de transport et de fret.

7 À titre d’illustration, l’indice de vulnérabilité énergétique calculé par Bayon (2007) montre une grande homogénéité des PEID sur ce plan.

8 SOPAC pour l’acronyme anglais.

9 Traité international pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides élaboré en 1971, mais entré en vigueur en 1975.

10 L’« Agenda 21 » appelle dans son Action 17 à généraliser la gestion intégrée des zones côtières.

11 Délégation à l’aménagement et à l’action régionale, aujourd’hui DIACT (Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires).

12 Son solde migratoire est positif depuis de nombreuses années et son taux de variation de la population a été estimé à + 15 % au cours de la dernière période intercensitaire (1990-1999). Sa densité moyenne de population dépasse aussi la moyenne nationale, puisqu’elle est estimée à 449 hab/km2.

13 On notera que la vitesse moyenne annuelle de déforestation est peu élevée à la Jamaïque (0,1 %) relativement à celle des îles alentours (2,6 à 7,2 %).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La vulnérabilité environnementale des petits États insulaires en développement
Légende Source : Repris partiellement de United Nations Environment Programme
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2. Localisation de l’Archipel des Saintes
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3443/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 3. Carte de localisation de la baie du Robert
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3443/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Figure 4. Carte de la localisation de la Jamaïque
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3443/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Angeon et Pascal Saffache, « Les petites économies insulaires et le développement durable : des réalités locales résilientes ? », Études caribéennes [En ligne], 11 | Décembre 2008, mis en ligne le 15 décembre 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3443

Haut de page

Auteurs

Valérie Angeon

AgroParisTech — ENGREF, Clermont-Ferrand, UMR Métafort, Maître de conférences, membre associé au CEREGMIA, valerie.angeon@martinique.univ-ag.fr

Pascal Saffache

Université des Antilles et de la Guyane, CEREGMIA, Maître de conférences, pascal.saffache@martinique.univ-ag.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org