Navigation – Plan du site

Territoires ruraux insulaires et développement durable

Madly Fomoa-Adenet et Laurent Rieutort

Résumés

Après avoir rappelé que comme concept de gestion des territoires, le développement durable peut s’inscrire dans un système territorial complexe, l’article s’interroge sur les imaginaires associés à la ruralité et à l’insularité. Largement issue du regard de nos sociétés urbaines, la critique des abus d’un modèle de développement insulaire peu respectueux d’un environnement détérioré et/ou à l’abandon, conduit à promouvoir une gestion des territoires intégrant également une dimension économique et socioculturelle, notamment un fort mouvement de « patrimonialisation », sorte de réinvention de l’île mythique, symbole d’un équilibre passé. Divers exemples (île grecque de Skopelos, Corse, Martinique) montrent que ressources et savoir-faire spécifiques, difficilement transposables en dehors du contexte insulaire, peuvent être considérés comme un atout pour le développement ; ils renforcent l’identité d’une communauté et inspirent des dynamiques sociales renouvelées. Pour autant, il importe de réfléchir aux interactions entre des filières qui partagent les mêmes lieux, les mêmes ressources et impliquent les mêmes personnes. À l’évidence, la qualité du lien social augmente la résilience du système territorial même si cela passe par une redéfinition des règles collectives qui visent à inventer des solidarités durables passant davantage par des savoir-être ensemble que par des savoir-faire purement techniques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En présentant l’expression hybride de « développement rurable », le géographe Roland Pourtier (2004) insiste sur « l’objectif fondamental d’un développement rural qui ne peut plus éviter d’intégrer la durabilité dans ses objectifs » ; en d’autres termes, tout en cherchant à « nourrir les hommes » et à conserver les ressources en prévision du futur, il importe de tenir compte des « exigences d’une mondialisation inéluctable et des légitimes aspirations des acteurs locaux en faveur de l’identité de leurs territoires de vie ». Pour l’auteur, le « développement rurable » n’est que « la version locale de ce développement durable dont la promotion à l’échelle de la planète est devenue un enjeu décisif ». Le développement territorial durable peut alors être vu comme « une construction d’acteurs visant une trajectoire particulière intégrant notamment l’évolution conjointe des systèmes économiques, sociaux et écologiques » (Angeon et al., 2006).

2Pour accompagner ces problématiques de développement territorial, de nombreux auteurs, suivant en cela certaines injonctions réglementaires, font la part belle à la démarche de projet qui permettrait de polariser l’action de chacun autour d’une ambition commune, de révéler et mobiliser la ressource territoriale (Gumuchian et al., 2007) et enfin d’exprimer et de résoudre des problèmes complexes afin d’assurer la résilience d’un système territorial (Angeon, Lardon, 2007).

3Face à des mutations inégales, mais souvent de grandes ampleurs, le thème du développement durable en milieu insulaire revêt une importance d’autant plus évidente que s’affirme dans la société globale, essentiellement urbaine, une image collective de l’île et de sa valeur patrimoniale. Mais, au-delà de cette mise en perspective, l’analyse empirique pose bien des questions auxquelles cet article tente d’apporter quelques réponses, à partir d’exemples choisis dans les bassins méditerranéen et Caraïbes...

1. La question rurale insulaire face au développement durable

4Le développement rural durable offre t’il des spécificités dans les situations insulaires dont on connaît la diversité ? Si la thématique est bien au cœur des enjeux actuels, encore faudrait-il s’entendre sur les sens de concepts polysémiques comme ceux de « territoire », « rural » ou « insulaire ».

1.1. Quels territoires ?

5Le chercheur se heurte d’abord à la complexité même de la notion de territoire. Pendant longtemps, on a considéré que le territoire était une forme d’organisation de l’espace destinée à mieux administrer les choses et les hommes. Le territoire est alors institutionnel et repose sur un découpage « administratif », essentiel à l’exercice d’un pouvoir ou de fonctions socio-économiques. La période contemporaine a vu la critique souvent vigoureuse du territoire « naturel » ou « prescrit ». De nouvelles approches ont souligné l’importance des pratiques individuelles et collectives, matérielles ou symboliques. Le territoire est ainsi le produit d’un « construit social », d’une volonté collective, d’une démarche partagée, parfois inscrite dans la durée. Or, il est rare que les territoires des politiques coïncident avec les territoires vécus ; les logiques sont différentes et les stratégies dites « territorialisées » visent souvent à infléchir les réalités locales pour les faire rentrer dans le moule global du développement. De fait, pour le géographe, le territoire est bien au cœur d’un système multiscalaire interagissant avec des temporalités complexes (Fomoa-Adenet, 2007). En nous appuyant sur les travaux de R. Brunet (1990) sur le système de production de l’espace, nous avons proposé de définir le territoire comme un système d’actants et d’actions spatialisés. Ce système a été formalisé sous la forme du diagramme présenté ci-après.

Figure 1. Le système territorial

Figure 1. Le système territorial

Source : Fomoa-Adenet, 2007 modifié d’après Brunet, 1990

  • 1 La notion d’actant est issue de la linguistique et désigne tout protagoniste, personne, animal, obj (...)

6Au sein du système territorial, des actions spécifiques et des savoir-faire fondateurs de territoire (approprier, valoriser, habiter, communiquer et gérer) sont en interactions permanentes avec les actants au sein desquels nous avons discriminé les acteurs1. Une multiplicité d’acteurs/actants participe par des actions et des jeux de pouvoir à la production du territoire. Ils habitent les lieux de manière concrète, mais aussi symbolique. Ils aménagent et créent ainsi des formes, des configurations spatiales. Ils valorisent des ressources. Ils communiquent, échangent, quadrillant ainsi le territoire. Ils gèrent et s’organisent, tout ceci sur des échelles spatiales et temporelles mouvantes. Le territoire est ainsi appréhendé comme un système dynamique et peut être saisi en termes de processus. Cela signifie qu’il peut évoluer, changer d’état, se transformer.

  • 2 Pour M.-G. Durand (1997), « Gérer, c’est d’abord maintenir le fonctionnement de l’utilisation d’un (...)

7Deux réflexions découlent de cette approche. D’une part, comme concept de gestion des territoires2, le développement durable peut s’inscrire dans ce système territorial capable de prendre en compte la multiplicité des fonctions et des acteurs/actants entrant en jeu, et la complexité de leurs interrelations. On peut alors émettre l’hypothèse que la durabilité dépendra des modalités d’appropriation et d’usage des ressources territoriales, sachant que le territoire est partagé, qu’il crée des liens entre les acteurs, qu’il est doté d’un enracinement historique, d’une identité et de symbolisme, ce qui peut permettre, par exemple, de valoriser les savoir-faire hérités et transmis. D’autre part, le lien île/territoire doit être objectivé, car s’il ne fait guère de doute que de par sa configuration géographique particulière, par son « insularité » et ses imaginaires, l’île peut réunir certaines conditions favorisant la construction d’une unité spatiale, on sait qu’il existe une grande diversité de constructions territoriales insulaires dans leurs dimensions idéelle, matérielle et relationnelle (Le Berre, 1995) ; ainsi, à titre d’exemple une île peut être composée de territoires très distincts, et, a contrario, un archipel peut former un territoire. En fait, la réflexion est rendue délicate par la complexité des situations concrètes : taille de l’île, statut politique, organisation du peuplement, répartition des ressources et activité, etc. (Taglioni, 2006)

1.2. La ruralité face aux représentations

8Dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (Lévy, Lussault, 2003), Françoise Plet avance que le mot rural, classiquement opposé à la ville dans les statistiques, « désigne globalement les campagnes dans leur complexité sans réduire celles-ci aux manifestations des activités agricoles », tandis que Jacques Lévy établit une distinction entre « rural » qui correspond davantage à une « substance sociétale caractérisée par la prééminence de l’agriculture comme activité structurante de la dominance, de la production et de l’organisation sociales », et « campagne » « terme descriptif qui peut être associé à des substances diverses », notamment à des perceptions dans les sociétés urbaines pour qui « la campagne constitue […] la dimension spatiale de la mémoire de la ruralité ». Les deux auteurs s’accordent toutefois pour souligner que les faibles densités du peuplement rural laissent une large place à l’environnement agro-sylvo-pastoral, à des paysages à dominante végétale et où le bâti demeure « diffus ». On soulignera que dans les conceptions historiques les points communs entre insularité et ruralité n’ont pas manqué. Les sociétés rurales comme insulaires étaient vues comme déterminées par une relation étroite entre un espace local ou micro-local et un groupe d’individus. Les campagnes étaient vues comme le lieu d’activités agricoles et artisanales réalisées par des populations vivant en quasi autarcie, attachées à leur territoire et au groupe familial. L’interdépendance entre les individus d’un groupe était forte. Or, face aux dynamiques d’ouverture et de décloisonnement de ces territoires, les chercheurs qui travaillent sur les pays anciennement industrialisés, critiquent désormais la singularité de cette société « rurale » ; celle-ci étant désormais à la fois diversifiée et de plus en plus intégrée au monde citadin (rapprochement des modes de vie et des aspirations, mobilité des populations…). Il n’en reste pas moins que l’opposition urbain-rural persiste dans les imaginaires : « c’est que la représentation d’une différence entre “urbanité” et “ruralité” d’un mode de vie demeure ancrée dans les esprits de tous ceux qui cherchent par leur mobilité et migration à en associer les avantages » (Sencébé, 2002). Persiste aussi dans les campagnes comme dans les petits espaces insulaires, des modes d’habiter originaux (Mathieu, 1996). Dans ces conditions, le territoire rural « ne se caractérise pas seulement par les particularités bio-physiques de l’étendue qui lui sert de support, les techniques et les modes de production des populations qui l’exploitent et les droits d’usage exclusifs qu’elles revendiquent ; il se caractérise aussi par son degré d’intégration économique et sociale dans un espace chaque jour davantage réticulaire, et par la force des sentiments identitaires et d’appropriation que les habitants nourrissent à son égard » (Pourtier, 2004). Ainsi, quelle que soit la forme et les perceptions qu’il recouvre, le rural est bien présent et peut être appréhendé comme un actant de la construction du territoire.

1.3. Insularité et développement rural

9La littérature sur les îles est très abondante et de nombreuses disciplines se sont intéressées à cet objet. Dans son travail sur les petits espaces insulaires, François Taglioni (2006) a proposé une typologie des insularités tout en insistant sur-le-champ de la représentation en citant Françoise Péron (1993) : « une île est considérée comme petite quand chaque individu qui y vit a conscience d’habiter un territoire clos par la mer ». On sait que le concept d’insularité a été forgé pour souligner les difficultés socio-économiques, l’éloignement, les liens de dépendance. Peu à peu, il a désigné ce qui « a la configuration, la situation, les problèmes des îles » (Brunet et al., 1992). L’insularité se traduit souvent par des effets de séparation, de « périphérie » et plusieurs scientifiques se sont alors attachés à définir des critères d’isolement. Les économistes en particulier ont mis l’accent sur ces handicaps pouvant se transformer en véritables contraintes économiques venant pénaliser la croissance des petites îles : « déséconomies » d’échelle, faible diversification de l’appareil productif, marché local étroit, surcoûts… (Urunuela, 2004 ; Levratto, 2007). Nathalie Bernardie-Tahir (2005) considère pourtant que l’on « finit par se prendre dans les rets d’une recherche indiciaire vaine et laborieuse, dont on peut d’ailleurs se demander si elle ne traduit pas les limites conceptuelles de l’isolement géographique ». La déconstruction du lien île-isolement apparaît ainsi pour cet auteur, « non seulement primordiale sur le plan scientifique, mais elle est aussi nécessaire pour comprendre les enjeux contemporains des dynamiques insulaires » (Ibid., 2005). Il est évident qu’une même situation d’insularité peut avoir des effets contrastés et que le chercheur doit échapper à une forme de déterminisme selon laquelle l’île créerait un système socio-spatial spécifique et conditionnerait un niveau de développement.

10Pour autant, cela ne signifie pas que cette situation géographique particulière n’a aucune influence sur la société insulaire et sur les territoires ruraux. Comme l’argumente F. Taglioni (2006), « ceci ne veut pas dire que l’on réfute l’enclavement plus ou moins prononcé des îles ou encore leurs spécificités physiques dues à leur taille et à l’isolement. Non, mais ces données ne sont jamais absolues et n’engendrent pas un mal développement qui placerait a priori les îles en position d’isolat ou de marge du système-monde ». En effet, toute la singularité des petits espaces insulaires réside souvent dans la façon dont les habitants ont aménagé et construit leur territoire « pour aboutir à une situation complexe de dépendance-indépendance vis-à-vis du monde extérieur, qu’elle soit politique, culturelle et/ou socio-économique » (Acquier, Woillez, 2007). Dans les campagnes intérieures, le caractère limité et la difficile valorisation des ressources, le manque d’équipement ou de services, l’enclavement, accroissent encore les fragilités même si les sociétés locales recherchent l’autonomie, la minutie des aménagements ou les usages complémentaires des richesses de la terre et de la mer. L’isolement insulaire ne signifie pas l’absence d’ouverture comme en témoignent les accès vers les ports et les navires, la mobilité des populations et les spécialisations économiques et commerciales, surtout à partir de l’époque moderne. Il n’en reste pas moins que ces territoires sont caractérisés par un fort degré d’appropriation, la puissance des liens au lieu et l’attachement identitaire, une cohésion sociale souvent défensive, car liée à une vulnérabilité vis-à-vis de l’extérieur (Bonnemaison, 1997). La question qui se pose aujourd’hui est alors de savoir comment activer cette dynamique volontariste et ces identités collectives pour favoriser l’émergence d’un développement durable et d’une gouvernance locale efficace ?

11Nous ne reviendrons pas longuement sur les transformations « globales » contemporaines, car les risques de caricaturer des situations contrastées sont grands. La reconnaissance et l’interprétation des dynamiques doivent toujours être replacées dans des contextes locaux. Tout au plus peut-on souligner les retournements récents en matière d’amélioration de l’accessibilité et des équipements (productifs comme sociaux) dans les territoires insulaires ; une nouvelle attractivité socio-économique des îles se dessine, qui profite tout à la fois d’imaginaires contemporains favorables, du renforcement de l’îléité, c’est-à-dire, l’« ensemble de représentations et d’affects concourant à une forme d’identité insulaire » (Brunet et al., 1992), de soutiens financiers et de politiques d’aménagements volontaristes. Si, à première vue, plusieurs îles se trouvent au cœur de dynamiques de développement les plus remarquables, de tels processus conduisent à des diagnostics mesurés, voire inquiets, face aux risques de surexploitation des ressources, de dégradation des environnements (Miossec, 2004). De tels processus ont été décrits en Méditerranée (l’exemple chypriote étant symptomatique, notamment les deux tiers Sud de l’île) comme sur l’archipel brésilien de Sâo Sebastiâo qui tente d’articuler tourisme et protection des milieux (Péron, 1999 ; Lazzarotti et Violier, 2007 ; Dehoorne et al., 2008). Ces angoisses de l’avenir s’expriment en termes de renouvellement ou de dégradation des ressources (abandon, perte de biodiversité, raréfaction et pollution des eaux, etc.), mais aussi en termes de crises et tensions sociales (renforcement des inégalités, des discriminations, des conflits et des migrations). Certes, il faut jouer avec les terrains et les échelles d’analyse, pour éviter les présupposés idéologiques et souligner que les territoires ruraux présentent des situations contrastées entre des espaces attractifs au dynamisme artificiel et des « arrière-pays » insulaires, parfois vidés par l’exode, marqués par une mauvaise gestion de l’espace et les fragilités socio-économiques ; une partie des ruraux étant attirés par les zones de dynamisme littorales et urbaines. S’il existe bien une prise de conscience des menaces et une volonté de coopération autour du bien commun (notamment environnemental) que constitue la défense de l’équilibre communautaire, il faut aussi compter sur des comportements plus individualistes face aux opportunités financières. La gestion en bien commun du patrimoine insulaire n’est pas toujours souhaitée qu’il s’agisse des ressources « naturelles » ou culturelles, aujourd’hui menacées.

2. La nouvelle donne du développement rural insulaire : quelques exemples en Méditerranée et Caraïbes

12Les dynamiques à l’œuvre confirment les efforts des îliens pour préserver et valoriser leur environnement, mobiliser le potentiel de ressources humaines et de compétences, renforcer les productions locales et diversifier le tissu d’entreprises en place, marier le tourisme, l’artisanat ou l’agroalimentaire autour d’une offre de biens de consommation, parfois organisés et vendus en « paniers », enrichis d’une valeur patrimoniale (donc idéologique) et constituant une sorte de réseau territorial (Gumuchian et al., 2007) ; compte tenu de la diversité des enjeux à prendre en compte pour accroître la durabilité, ce sont aussi les modalités de coordination des acteurs qu’il importe d’éclairer avec des nuances selon les territoires. Dans le cadre de cet article, nous avons privilégié trois exemples qui présentent des « modèles » contrastés et se positionnent différemment dans le gradient d’organisation des institutions et des acteurs. La petite île de Skopelos en Grèce est un territoire rural soumis à une pression urbaine et touristique récente ; la valorisation des ressources locales est confrontée à l’inégale participation des acteurs. L’arrière-pays d’Ajaccio est plus nettement encore soumis à la périurbanisation, mais les processus de développement durable et de patrimonialisation sont plus avancés grâce à une gouvernance locale rénovée. Enfin, dans cette « île-ville » qu’est la Martinique, si on peut s’interroger sur la réalité d’une ruralité vécue ou réinterprétée, la participation nouvelle de divers acteurs contribue à réévaluer les diverses ressources de l’intérieur, dorénavant considérées comme pouvant contribuer à un développement durable du territoire

2.1. L’île grecque de Skopélos : la ruralité sous pression

  • 3 Cette présentation doit beaucoup au travail de deux étudiantes (Claire Acquier et Mathilde Woillez, (...)

13L’Île grecque de moins d’une centaine de km2, Skopelos appartient à l’archipel des Sporades au nord-ouest de la mer Egée, au large des côtes de Magnésie3. C’est une île allongée, encore largement boisée (pins d’Alep), avec une zone centrale semi-montagneuse (Mont Delphi) qui sépare un littoral méridional doté du port principal de Skopelos (qui concentre les deux tiers des habitants) et des zones rurales plus isolées vers Glossa, village perché à 300 m d’altitude, Loutraki ou Elios. La communauté insulaire ne dépasse guère 5 000 personnes, même s’il faut compter avec des travailleurs immigrés, en majorité albanais, mal comptabilisés. Classiquement, ce territoire à dominante rurale, vidé par l’exode dans les années 1950-1960 (Kolodny, 1974), connaît un renouveau depuis une vingtaine d’années, avec des vagues d’installations (retour d’originaires, travailleurs, résidents temporaires) et un rajeunissement des structures par âge. Les modes d’habiter s’avèrent donc complexes avec des formes de multirésidence.

14Loin du mythe de l’isolement insulaire et comme bien d’autres îles de la Méditerrané, Skopelos a connu plusieurs phases historiques de spécialisation économique. « Des vins de Peparithos à l’épopée des chantiers navals, sa communauté a su faire preuve d’une grande capacité d’adaptation, recherchant sans cesse de nouvelles sources de richesse, développant chaque fois de nouveaux produits et savoir-faire de haute technicité » (Acquier, Woillez, 2007). La valorisation des ressources locales, les spéculations agricoles (petits élevages, arboriculture et transformation de la prune en pruneaux autrefois commercialisés auprès de la communauté juive de Thessalonique) ou artisanales (bâtiment, meubles et objets en bois sculptés, poterie, coutellerie, broderie de soie), sans oublier « l’exportation de la main d’œuvre » (comme marins ou maçons), avaient permis d’assurer la résilience du système territorial avec de forts sentiments d’appropriation.

15Or, aujourd’hui, ce dernier paraît fragilisé. Depuis 1970, le développement d’un tourisme balnéaire national (les deux tiers de la clientèle) et international concurrence les activités traditionnelles (notamment l’agriculture), même si des stratégies complexes de pluriactivité familiale sont apparues. De nombreux îliens ont maintenu une petite unité d’élevage ou d’arboriculture et travaillent en parallèle dans un commerce, un restaurant, un hôtel ou encore tiennent des chambres d’hôtes. Si, pendant les mois de juillet et août, la fréquentation atteint 15 000 personnes en moyenne par jour, dont 10 000 personnes concentrées sur le port de Skopelos, cette fonction saisonnière contribue à l’augmentation du chômage hivernal, actuellement estimé à 70 %, et conduit à une urbanisation diffuse avec une forte pression foncière notamment sur les terres agricoles, les parcelles forestières restant protégées. Les modalités de la gestion du territoire insulaire apparaissent donc peu « durables », d’autant que l’absence de document d’urbanisme et la réglementation fixant la taille minimale des terrains pour leur constructibilité à 4 000 m² accroissent la consommation d’espace. Si l’on considère que le développement durable de Skopelos passe par une diversification des activités, comment peut-on renforcer la complémentarité entre l’agriculture, l’artisanat et le tourisme ?

16Une étude approfondie des filières actuelles montre des formes de valorisation inégales ; l’arboriculture fruitière profite de la notoriété de la variété insulaire et des produits typés qui en sont issus ; une démarche d’AOP est en cours, portée par une petite dizaine de producteurs et par la coopérative de femmes de Glossa. La race spécifique de chèvre dite de Skopelos, est également soutenue par une coopérative qui regroupe une vingtaine d’éleveurs sur la cinquantaine que compte l’île. Mais, la filière présente bien des incertitudes : le cheptel diminue et ces animaux rustiques sont « exportés » dans la plaine de Thessalie où ils font le bonheur de gros élevages laitiers plus intensifs ; dans l’île, s’il existe une tradition de consommation de viande ou de fromage, aucune démarche de certification n’existe et l’absence d’unité de transformation sur place (pas d’abattoir, une seule fromagerie aux normes) ne laisse pas d’inquiéter. En revanche, les savoir-faire spécifiques de menuiserie (sculpture sur bois), de broderie (influences orientales et byzantines) ou surtout de maçonnerie (au moins 120 professionnels) sont davantage porteurs. Malgré l’absence de démarche de promotion ou de communication, ils profitent de circuits de commercialisation diversifiés, largement fondés sur des réseaux informels entre producteurs et consommateurs (liens familiaux, de voisinage ou issus de la « diaspora »), encouragés tout à la fois par la fréquentation touristique et par un fort attachement identitaire aux coutumes et traditions insulaires. Il n’en reste pas moins que la faible organisation entre les producteurs limite les possibilités de gestion collective des filières. Les modalités de gouvernance locale et donc de la contribution des différents acteurs de la société civile (entreprises, coopératives, associations, acteurs individuels) ne sont pas encore stabilisées.

2.2. Les Trois Vallées en Corse du Sud : arrière-pays urbain et émergence d’un « panier de biens »

17Dans un contexte insulaire marqué tout à la fois par l’abandon de la montagne et l’extension de la périurbanisation ajaccienne, le territoire des Trois Vallées (I Trè Valli) en Corse du Sud (22 communes, 62 000 ha), témoigne des mêmes processus de mobilisation des ressources locales, en jouissant d’une rare mobilisation culturelle des acteurs locaux (y compris les collectivités, les chambres consulaires, le PNR, l’Office de Développement Agricole et Rural de Corse, etc.) et du soutien du programme européen LEADER. Car, on est bien dans « une démarche de projet, basée sur la valorisation de l’identité, des ressources et des savoir-faire locaux à travers des métiers rénovés et des produits agricoles spécifiques » (Collectif, 2007).

18Ici, dans ces vallées (Prunelli et Gravona ouvertes sur la plaine, Cruzinu davantage fermée) qui dévalent depuis les hauts blocs cristallins de l’intérieur (Monte d’Oru, Monte Renosu), le mouvement de valorisation patrimoniale a débuté à la fin des années 1970 autour des produits de la châtaigneraie, puis s’est élargi à l’élevage (charcuterie, fromages de brebis ou de chèvres), à la vigne, au miel, aux plantes aromatiques et médicinales (deux entreprises), voire à la figue ou à la coutellerie, cette dernière étant largement « réinventée ». Aujourd’hui, la qualité et la spécificité des produits et des savoir-faire, liées à leur image de produits insulaires ou aux méthodes de production « traditionnelles », leur permet d’accéder à des débouchés solides sur des marchés de plus en plus diversifiés (par exemple pour la farine de châtaigne, le fromage de brocciu, le vin d’Ajaccio ou le miel qui ont tous obtenu des AOC). La population se stabilise et s’accroît même sensiblement dans le proche arrière-pays d’Ajaccio qui concentre désormais les trois quarts de la population d’I Trè Valli.

19Mais, deux enjeux demeurent cruciaux. Le premier concerne les formes de gestion de la montagne et les nouvelles formes de sociabilité ; face aux risques de conflits d’usages entre cultivateurs, éleveurs, villégiateurs, touristes ou chasseurs, comment trouver des formes de cohabitation durables (zonage partiel de la montagne, modification des pratiques…) ? Plus marqué qu’à Skopelos, le renforcement du lien social « implique de rendre compatibles projets individuels et démarches collectives » ; il passe notamment par l’organisation depuis 1983 de la « Foire de la châtaigne » à Bucugnà (30 000 visiteurs, véritable vitrine du savoir-faire, agricole et artisanal corse, tout en accueillant des producteurs d’autres îles de la Méditerranée). La recherche de la qualité des solidarités entre acteurs et entre générations « permet enfin aux projets d’échapper à une pure logique de filières en les inscrivant dans une démarche plus globale, qui vise à occuper durablement le territoire, au sens propre comme au figuré » (Collectif, 2007). On devine que les modalités de gouvernance tendent de plus en plus à associer l’ensemble des parties prenantes à la définition des actions de développement durable. Le deuxième enjeu concerne les relations à l’agglomération ajaccienne : cela intéresse la gestion du marché foncier, mais aussi et peut-être surtout de nouvelles relations à la ville (à travers le tourisme avec des expériences innovantes d’accueil à la ferme, en lien avec la vente directe de produits).

2.3. Tourisme, ville et campagnes en Martinique

20En Martinique, sur cet espace que l’on qualifie volontiers de « île-ville » tant le phénomène urbain est prégnant, la ruralité revêt différentes formes que nous pourrions décliner de la manière suivante :

  • une ruralité vécue. Nous entendons par là que la ruralité fait partie de l’identité des Martiniquais et qu’ils la vivent dans leurs pratiques (élevage d’animaux, jardin créole…) sans une réflexion consciente sur ces mêmes pratiques ni sur leur sens en termes d’identité ;

  • une ruralité niée ou rejetée. Rejetée par la ville qui dévore les espaces dévolus à la ruralité aussi bien dans la matérialité de cet espace que dans ses investissements culturels ; rejetée de manière consciente ou inconsciente par ceux qui se tournent résolument vers l’urbanité comme synonyme de modernité, la campagne étant considérée comme désuète ;

  • une ruralité revendiquée. Elle serait le fait d’individus qui, au contraire, investiraient la ruralité de vertus patrimoniales et identitaires. Un certain nombre de pratiques sont alors construites en référence au passé. Ces pratiques peuvent investir la ville et révéler ce que nous pourrions appeler une « ruralité urbaine » ;

  • une ruralité réinterprétée et construite par le tourisme selon des critères qui sont ceux d’un tourisme mondialisé et standardisé pour répondre à une demande de nature, de « campagne » des touristes.

  • 4 Le chlordécone est un pesticide utilisé de façon massive dans les Petites Antilles en particulier s (...)

21Or, en Martinique, deux circonstances majeures viennent depuis plusieurs années réorienter les regards vers les espaces de l’intérieur et invitent à reconsidérer les espaces ruraux, à réinterroger leurs diverses ressources, leur capacité à contribuer à un développement plus équilibré et durable du territoire. Il s’agit en fait de deux crises, celle dite du « chlordécone »4 et celle du tourisme insulaire menacé par une concurrence internationale aiguë.

  • 5 La Surface Agricole Utile a en effet diminué de 37 % entre 1973 et 2000 et le nombre d’exploitation (...)

22Dans le premier cas, la mise en lumière de l’ampleur de la pollution est venue souligner les difficultés d’une agriculture qui voit sa SAU diminuer d’année en année5 même si les deux principales cultures, la banane et la canne sont en croissance. Une agriculture convoquée dans le cadre du développement durable à réfléchir à de nouvelles alternatives, à de nouvelles pratiques plus respectueuses de l’environnement. Mais que reste-t-il des liens entre agriculture et territoire en Martinique ? Rappelons que dans ces îles, conquises à l’origine non pas pour les habiter, mais pour les exploiter, le lien agriculture-territoire va se tisser lentement mais sûrement. De l’habitation sucrerie va naître une société issue, dans la fortune ou dans la douleur, de la même terre. À certains les champs des terres moyennes et basses, aux autres le petit parcellaire cloisonné des mornes et vallons. Près de deux siècles après l’abolition de l’esclavage, le paysage révèle une certaine permanence d’un système dual faisant coexister culture de rente et culture de subsistance. Les champs ouverts sont le domaine de la banane, de la canne à sucre et dans une moindre mesure de l’ananas. Les petites exploitations encloses fournissent des vivres (tubercules, « racines »), multiplient les cultures (maraîchage, fruits, fleurs, plantes aromatiques) souvent associées à de l’élevage. Opposés, mais aussi associés, ces deux systèmes renvoient à des acteurs et témoignent de savoir-faire ancrés sur le territoire. Des transferts de savoirs sont-ils possibles ? Quelles complémentarités peut-on rechercher et mettre en place ?

23Pour beaucoup, le monde paysan des mornes et des petites exploitations serait le monde rural par excellence et le gardien d’une identité fondée sur la résistance au système esclavagiste dans un premier temps et le lieu de la conquête de la possession de la terre fondatrice de l’appropriation territoriale. Greniers à vivres, mais aussi espaces de proximité et de solidarité, dans les mornes se sont transmis des savoir-faire agronomiques (voir le jardin créole) et culinaires qui pourraient stabiliser une identité alimentaire, des pratiques artisanales et aussi des manières de vivre. Ce monde paysan est cependant de plus en plus fragilisé. Les sollicitations de la ville porte d’entrée de nouveaux modes d’habiter, de consommer et de vivre ensemble remettent en question cette identité rurale. Les opportunités immobilières (car la demande est grande) déstabilisent le foncier agricole. Comment résister ? Comment réinventer un savoir habiter le territoire ? Comment valoriser les différentes productions de ces territoires ruraux en tenant compte des contraintes économiques locales et globales, mais aussi de l’évolution des goûts et du rythme de vie des consommateurs martiniquais ? Les acteurs ont besoin d’être aidés à conforter leurs savoir-faire et à en acquérir de nouveaux. Plusieurs initiatives de transformation des produits locaux existent et contribuent à conforter une petite industrie agroalimentaire. Mais ces initiatives sont encore diffuses sur le territoire et ne constituent pas encore une véritable filière bien organisée. Des « savoir-travailler ensemble » sont à réinventer. Les filières banane et canne-sucre-rhum sont mieux organisées. Ici, le foncier est plus stable. Même si ces productions sont fragiles et complètement dépendantes de la concurrence mondiale, elles sont protégées et largement subventionnées. Ces gros efforts pour les maintenir, témoignent non seulement de leur poids économique dans l’île, mais aussi d’un attachement et d’un fort investissement identitaire. Cela est en tous cas particulièrement vrai pour le sucre et le rhum. Ces productions, ces savoir-faire, s’enracinent profondément dans l’histoire et l’imaginaire martiniquais. Mais elles ne sont pas restées figées dans le temps et tirent parti de la modernité (label, plan marketing, etc.). Leur promotion sur les marchés mondiaux participe aussi à la promotion d’un territoire.

  • 6 Schéma de Développement et d’Aménagement touristique.

24Autre secteur qui concourt à cette reconnaissance territoriale, le tourisme. Premier secteur d’exportation de l’île, le tourisme basé sur un produit balnéaire classique arrivé à maturité et soumis à une forte concurrence régionale (Caraïbe) connaît une profonde crise depuis 1998. Si on comptait 950 000 visiteurs en 1997, ils n’étaient plus que 639 000 en 2005. Les autorités en charge du tourisme cherchent à diversifier l’offre de la destination Martinique. Les discours se portent dès lors vers un développement-aménagement de l’arrière-pays. Ce discours n’est pas récent puisque le SDAT6 établit en 1999 faisait du rééquilibrage nord-sud une priorité. Il était question d’alléger la « pression » que subissaient les littoraux du sud de l’île où se concentre la quasi-totalité des équipements touristiques, en développant des aménagements et des activités dans le nord où les potentialités en termes de tourisme vert sont indéniables : « indubitablement, les potentialités touristiques sont grandes, mais la touristicité des lieux reste bien insuffisante. L’existence de ces ressources ne s’est pas accompagnée d’une mise en valeur rationnelle et cohérente à des fins touristiques […]. La valorisation rudimentaire de nombreux sites touristiques nuit à l’image de la Martinique et l’absence d’aménagements adéquats induit une altération progressive de la qualité des lieux sans perspective de valorisation économique. » (Dehoorne, 2007). Près de dix ans plus tard, ce discours est donc d’une urgente actualité. Le défi est de taille. Il s’agit de réfléchir à de véritables projets qui s’inscrivent dans la durée et qui impliquent les acteurs mêmes de ces territoires porteurs non seulement d’un patrimoine naturel remarquable, mais aussi d’un patrimoine culturel qui repose sur des savoir-faire différenciés, mais aussi sur des savoir-être. Ici, on serait dans la construction de l’authenticité, de l’accueil à taille humaine et non dans la sophistication et l’artifice qu’entraîne souvent un tourisme standardisé. Ces espaces ruraux nous semblent propices au développement d’une « identité accueil » en opposition à une « identité refuge et fermeture » et permettrait ainsi de tirer partie de la mondialisation dont le tourisme est une des manifestations. Comment dès lors, aider les populations à se saisir des outils d’une mise en tourisme sans qu’elles se sentent dépossédées de leurs espaces, de leur patrimoine voire de leurs projets par des institutions privées ou publiques ? Communiquer serait alors à la fois un savoir-faire et un savoir-être de l’ingénierie touristique territoriale.

3. La construction du développement durable : savoir-faire et savoir-être

3.1. Le développement durable : projets de territoire et jeux d’acteurs à l’épreuve

25Largement issue du regard de nos sociétés urbaines, la critique des abus d’un modèle de développement insulaire peu respectueux d’un environnement détérioré et/ou à l’abandon débouche sur une volonté de protection des milieux. Il s’agit bien de prendre en compte la fragilité des écosystèmes dans une gestion des territoires intégrant également une dimension économique et socioculturelle, notamment un fort mouvement de « patrimonialisation », sorte de réinvention de l’île mythique, symbole d’un équilibre passé. In fine, c’est bien l’idée de reconstituer un système viable qui est prônée avec la volonté d’infléchir les dynamiques exogènes en leur substituant des pratiques locales. Pour certains auteurs, la mise en œuvre de ce développement durable s’appuie alors sur les principes suivants (Combette-Murin, 2005) :

  • la participation des acteurs, usagers et habitants du territoire à l’élaboration du projet ;

  • la gouvernance, c’est-à-dire une démarche permettant d’organiser les relations entre des acteurs de statuts divers et entre différents niveaux territoriaux ;

  • l’innovation et le progrès qui doivent conduire à une amélioration de la situation de la population concernée ;

  • la transversalité des projets, qui doit mettre en évidence les principaux enjeux du territoire d’un point de vue économique, social, culturel et environnemental.

26Le développement territorial durable est appréhendé comme un processus s’appuyant sur la coordination des acteurs, la valorisation des ressources locales, et le territoire lui-même comme condition et finalité des actions des acteurs. Dès lors, le projet de territoire est souvent vu comme le lieu de la cristallisation des intentionnalités et des coordinations des acteurs. Mais ceux-ci sont nombreux et disposent de capacités de décision et d’intervention inégales (Miossec, 2004). Cet emboîtement d’échelles d’intervention s’inscrit dans des territoires limités : dans les campagnes, les réalités sont complexes, car on devine que deux logiques interfèrent fréquemment. La première est celle de réalisations, souvent individuelles, qui tiennent compte des dimensions environnementale et économique : écotourisme, « agriculture de terroir », labellisation des produits, valorisation patrimoniale, etc. Une seconde approche, plus globale, provient des nombreuses initiatives soutenues par des organisations internationales ou des États. L’objectif est de promouvoir un développement intégré des économies insulaires en respectant « au mieux » l’environnement. Pour ce faire, tout un arsenal juridique et des mécanismes d’appui (type « Agenda 21 ») se mettent en place, à différentes échelles, afin d’éviter les conflits et d’apporter des solutions aux problèmes insulaires. La multiplication des aires protégées confirme l’intérêt des démarches collectives et de leur application à l’échelle locale. L’approche LEADER initiée dans les programmes européens de développement rural est aussi significative. On y décèle en effet une volonté d’infléchir les dynamiques territoriales exogènes en leur substituant des pratiques locales basées à la fois sur l’identification d’acteurs invités à se réunir au sein d’un groupement d’action locale (GAL) et sur la délimitation d’un « territoire de projet ». En Martinique par exemple, cette stratégie a été mise en place sur la programmation 2000-2006. Le programme a été porté par la Communauté des Communes du nord de la Martinique (CCNM) constituée en GAL avec des acteurs comme la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Martinique, le Pays d’Accueil touristique Plein Nord et un partenaire privé, l’entreprise APART. Le projet portait sur la valorisation des produits locaux. Pour la nouvelle programmation 2007-2013, pas moins de trois GAL peuvent être éligibles et bénéficier des subventions du dispositif. L’adaptation aux spécificités des situations locales doit donc se combiner avec les emboîtements complexes d’échelles de décisions, ce qui suppose des mécanismes de coordination et de nouvelles formes de solidarités (professionnelle, de voisinage, de communautés d’usagers, d’intérêt, etc.).

3.2. Des territoires porteurs de mémoire

27Les exemples choisis précédemment présentent un genre particulier de durabilité qui repose sur la valorisation des ressources grâce à la participation des résidents et à leurs savoir-faire. La gestion durable des territoires ruraux insulaires nécessite de prendre en compte les interrelations élaborées dans le passé entre les acteurs et l’espace. Or, comme on l’a vu dans les exemples précédents, le monde insulaire peut être un lieu emblématique de manifestations des spécificités culturelles et politiques. Ces spécificités sont une source, au moins potentielle, de développement durable alors qu’on leur attribue fréquemment une image positive et que leur mobilisation dans un projet de développement renforce la construction du territoire vécu. L’un des aspects les plus importants est bien le phénomène récent de patrimonialisation. On retrouve la définition d’Olivier Lazzarotti (In Lévy et Lussault, 2003), qui considère que le patrimoine est « ce qui est censé mériter d’être transmis du passé, pour trouver une valeur dans le présent ». Comme d’autres types de milieux à forte valeur symbolique (les montagnes par exemple), les territoires insulaires ont développé des stratégies de valorisation de « leur » patrimoine. Cette « mise en patrimoine » ou patrimonialisation de la culture « endogène » est un processus d’attribution d’un sens à des objets ou des savoirs, sens qui va pouvoir être partagé avec de nouveaux acteurs, et aboutir à une valorisation (avec ses retombées économiques) et une légitimation (prestige social, notabilisation). Mais cette démarche est lourde de conséquences et reflète le jeu parfois ambigu des acteurs sociaux et politiques. Car, comme le souligne V. Veschambre (2008), la patrimonialisation comme processus de construction d’une ressource est fréquemment associée à des enjeux d’appropriation (sur des espaces revalorisés), de pouvoir, de positionnement social, et donc à des formes de convoitise et de conflictualité. Si la notion de patrimoine est associée à l’idée de « bien commun », la construction de celui-ci est rarement consensuelle, mais portée par certains groupes qui cherchent à faire valoir un point de vue, un intérêt particulier. Ce mouvement demeure donc socialement sélectif même si, à travers l’engagement qu’il suscite parmi divers acteurs du territoire, il permet d’accroître un capital social. Par ailleurs, le concept de patrimoine peut rejoindre la notion d’identité lorsque celle-ci valorise certains éléments d’une histoire et renvoie « au lien social, au capital social, à la distinction que permet l’appropriation collective du patrimoine » (Veschambre, ibid.). Or, comme le patrimoine, « l’identité contemporaine n’est pas la simple expression d’un passé enfoui, mais toujours une tension entre une mémoire et une projection dans le futur, ces trois éléments (mémoire, projet, identité) se modelant mutuellement » (Lazzarotti, op cité).

28L’originalité des produits et savoir-faire, parce qu’elle est liée à l’histoire, au lieu et à la société locale, est un élément de l’îléité. Encore faut-il éviter les dérives de la seule conservation d’une tradition ou d’un passé idéalisé ; échapper à la mise sous cloche de la culture locale ou bien encore à l’appropriation, notamment institutionnelle, des traditions et objets patrimoniaux locaux. H. Guicheney (2001) a ainsi distingué le patrimoine « figé par les experts » et souvent inaccessible aux locaux, le patrimoine « objet commercial » et donc mobilisé à seules fins de promotion et le patrimoine « identitaire exclusif » dissimulant un certain conservatisme avec son cortège de discours d’exclusion ou de discordes. Comment alors en tenir compte dans la gouvernance des territoires ?

3.3. Participation des acteurs, savoir-faire et savoir-être

29Comme le montrent les exemples précédents, les ressources spécifiques difficilement transposables en dehors du contexte insulaire peuvent être considérées comme un atout pour le développement durable des territoires ruraux. Dans ce cadre, les savoir-faire occupent une place centrale, à condition d’être réappropriés et/ou « réinventés » par les sociétés locales. Au sein d’un système socio-spatial complexe, ils favorisent la mise en relation du passé, du présent et de l’avenir dans une construction patrimoniale ; ils renforcent l’identité d’une communauté et inspirent des dynamiques sociales renouvelées (échange, concertation, coordination entre différents acteurs). Pour autant, les « savoir-faire dépassent le monde du geste ou de la technique pour renvoyer aux relations que leurs détenteurs entretiennent avec l’espace, les ressources, le temps et les autres hommes » (Collectif, 2007). Ils « sont les fruits d’une longue relation des hommes au territoire. Ils sont l’expression d’une “écologie” du territoire, c’est-à-dire d’une façon d’habiter les lieux, d’intégrer leurs contraintes naturelles, d’adapter les façons de produire à l’état des ressources. Ils sont aussi le produit d’une “économie du territoire”, c’est-à-dire d’une façon de s’emparer des ressources pour en faire un support de la vie matérielle et des échanges économiques. Ils sont enfin le produit d’une culture, c’est-à-dire d’une façon d’être ensemble, de s’approprier les lieux, de produire du lien social, de forger collectivement une histoire et une identité » (Ibid., 2007). Par ailleurs, le développement durable suppose de ne pas seulement se focaliser sur des produits ou des filières économiques, mais aussi de prendre en compte l’ancrage social et territorial des différents savoir-faire. Alors que les acteurs du monde rural insulaire sont souvent polyvalents et que les fonctions des territoires se complexifient, il importe de réfléchir aux interactions entre des filières qui partagent les mêmes lieux, les mêmes ressources et impliquent les mêmes personnes.

30L’approche théorique du développement territorial durable tente également d’aborder la délicate question de la participation des acteurs, usagers et habitants, à l’élaboration de projets et à leur bonne gouvernance. Il s’agit bien pour la société civile de passer d’un mode de coordination hiérarchique à un mode plus participatif. Il est alors important de tenir compte des problématiques sociales, celles des discriminations basées sur le genre, les catégories socioprofessionnelles, l’origine ethnique, la foi religieuse ou les pratiques culturelles, etc. Dans les campagnes insulaires, on peut émettre l’hypothèse que la qualité du lien social augmente la résilience du système territorial. Cela passe par une redéfinition des règles collectives qui visent à inventer des solidarités durables reposant davantage sur des savoir-être ensemble que sur des savoir-faire purement techniques. Le savoir-être n’est pas simplement une notion (un concept ?) relevant de la psychologie ou de la sociologie de l’entreprise, mais un outil scientifique et stratégique pertinent en matière de développement local. Dans une première approche, on peut le définir comme une forme de sociabilité ancrée dans un territoire (« le savoir-être ensemble »), avec des modes de comportement encadrant les pratiques socio-spatiales dans leurs dimensions individuelles et collectives. Redéfinis à travers les interactions entre les acteurs à différentes échelles (géographiques, mais aussi intra et interprofessionnelles, intergénérationnelles, associatives ou citoyennes), ces règles, normes, droits ou obligations peuvent ainsi contribuer à une meilleure gestion des ressources et de l’espace afin de construire durablement un territoire.

Conclusion

31Le développement durable n’est que la traduction d’une gestion globale et intégrée des territoires. Soumis à des dynamiques complexes, souvent peu respectueuses de l’environnement, les espaces ruraux insulaires peuvent profiter d’un « quatrième pilier » du développement durable, celui de la culture locale revalorisée notamment par un fort mouvement de patrimonialisation. Dans la pratique, divers exemples contemporains montrent que la mobilisation des ressources locales et des savoir-faire, de l’identité et des réseaux sociaux peut non seulement constituer un « avantage concurrentiel », mais aussi répondre aux attentes de la durabilité et constituer une force de restructuration pertinente et légitime depuis la base. Il s’agit bien d’inventer de nouvelles formes de gouvernance (coordinations d’acteurs, d’utilisateurs d’une même ressource limitée, de différents usagers d’un même système territorial). Ce processus est un véritable défi qui ne pourra se relever que collectivement, car il s’agit bien de définir une manière « durable » d’être ensemble sur un territoire insulaire, de donner la parole à tous les acteurs sans discrimination. Cette exigence et la qualité du lien social invitent à imaginer, à innover, à tirer parti du proche et du lointain, du semblable et du tout autre, à inventer son propre devenir ensemble. Afin de relever ce défi, les acteurs ont besoin d’être accompagnés dans la découverte d’eux-mêmes et de leurs territoires. Voilà sûrement les chantiers d’une ingénierie territoriale bien pensée.

Haut de page

Bibliographie

Acquier C., Woillez M0. 2007. Vers une cohésion territoriale de l’île de Skopelos, valoriser les ressources spécifiques et soutenir l’organisation des acteurs, Mémoire master 2, Université de Thessalie, Volos, 72 p.

Angeon V., Caron A., Lardon S. 2006. Des liens sociaux à la construction d’un développement territorial durable : quel rôle de la proximité dans ce processus ? Développement Durable et Territoires. Dossier n° 7 : Proximité et environnement.

Angeon V. Lardon S., in Lardon S., Moquay P, Poss Y. (dir.) 2007. Développement territorial et diagnostic prospectif. Réflexions autour du Viaduc de Millau. La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube.

Bernardie-tahir N. 2005. Des « bouts du monde » à quelques heures : l’illusion de l’isolement dans les petites îles touristiques. Annales de géographie. Paris : Armand Colin, n° 644.

Bonnemaison J., 1997. La sagesse des îles. in Sanguin A.-L. (dir.), Vivre dans une île, L’Harmattan, p. 121-129.

Brunet R.1990. Le défrichement du Monde, in Mondes Nouveaux, Géographie universelle, tome 1, Hachette, p. 9-271.

Brunet R., Ferras R., Théry H. (dir.) 1992. Les mots de la géographie. Dictionnaire critique. Reclus/La documentation française, 470 p.

Collectif, 2007, L’anima di a terra. Les savoir-faire du territoire I Trè Valli, essai, Gal I Trè Valli, Albiana, 104 p.

Combette-murin C. 2005. Les Pays. Paris, La documentation française, DATAR Collection Territoires en mouvement, 87 p.

Dehoorne O. 2007. Les déboires du tourisme à la Martinique. Travaux et Documents, n° 32, numéro spécial Approche des littoraux réunionnais et martiniquais, p. 85-106.

Dehoorne O., Saffache P., Bernard N., Bernardie-tahir N. 2008. Mondes insulaires tropicaux - Géopolitique, économie et développement durable, Ellipses, 251 p.

Durand M.-G. 1997. Un « système montagne » réinventé : le développement durable dans les Alpes françaises ou la nouvelle gestion globale des territoires, Revue de géographie alpine, n°2, p. 157-172.

Fomoa adenet M. 2007. Les démarches participatives dans les projets de territoire : analyse et réflexions critiques dans une perspective de développement territorial. Mémoire de Master 2 Recherche. Université Blaise Pascal.

Guicheney H. 2001. Du patrimoine rural au développement local. Les atouts de la race Bazadaise, Educagri, 136 p.

Gumuchian H., Pecqueur B (dir.) 2007. La ressource territoriale. Paris : Ed Economica, 252 p.

Kolodny E. 1974. La population des îles de la Grèce. Essai de géographie insulaire en Méditerranée orientale, Edisud.

Lazzarotti O., Violier P. 2007. Tourisme et patrimoine. Un moment du monde, Presses de l’Université d’Angers, 240 p.

Le Berre M. 1995. Territoire, in Bailly A., Ferras R., Pumain D. Encyclopédie de Géographie Paris : éditions Economica, p 601-622.

Levratto N. (coord.) 2007. Comprendre les économies d’Outre-mer. Paris : L’Harmattan, 224 p

Lévy J., Lussault M. (dir). 2003. Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés. Paris : Belin.

Mathieu N. 1996. Rural et urbain : unité et diversité dans les évolutions des modes d’habiter, in L’Europe et ses campagnes, Presses de Sciences Po, p. 187-213.

Miossec A. 2004.  Les littoraux face au développement durable, Historiens et géographes, n° 387, p. 181-188.

Peron F. 1993. Des îles et des hommes, Rennes : Éditions de la Cité/Ouest-France, 286 p.

Pourtier R. 2004. Développement rurable au Sud, géodiversité et dynamiques territoriales, Historiens et géographes, n°387, p. 211-216.

Sancebe Y. 2002. Les manifestations constatées de l’appartenance locale  in Sylvestre J.-P. (éd.), Agriculteurs, ruraux et citadins, les mutations des campagnes françaises, Ed. CRDP, p. 293-310.

Taglioni F. 2006. Les petits espaces insulaires face à la variabilité de leur insularité et de leur statut politique. Annales de géographie. Paris : Armand Colin, n°652, p. 664-687

Urunuela Y. 2004. Les perspectives limitées du tourisme en milieu insulaire. Le cas de la Caraïbe et des Antilles françaises. Espaces Populations Sociétés. Lille : Université des sciences et technologies de Lille, n° 2, p. 387-396.

Veschambre V. 2008. Traces et mémoires urbaines : enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Presses universitaires de Rennes, 315 p.

Haut de page

Notes

1 La notion d’actant est issue de la linguistique et désigne tout protagoniste, personne, animal, objet, qui joue un rôle spécifique dans le déroulement d’un récit. L’actant n’est pas simplement celui qui agit, mais plus généralement celui qui participe au déroulement de l’action. Ainsi, l’actant peut-il être défini comme une « réalité sociale, humaine ou non humaine, dotée d’une capacité d’action » (Lussault, 2003). Ainsi, conférons-nous au paysage, à l’identité, au lieu et au discours un rôle actif dans la construction territoriale.

2 Pour M.-G. Durand (1997), « Gérer, c’est d’abord maintenir le fonctionnement de l’utilisation d’un territoire en assurant le renouvellement des ressources, tant d’un point de vue économique qu’à des fins écologiques » et l’auteur ajoute que « Gérer suppose, par définition, l’intervention humaine avec tous ses acteurs : producteurs, gestionnaires, utilisateurs des territoires. De ce fait, sont incluses les dimensions sociologiques, historiques, géographiques, économiques, politiques, juridiques, culturelles ».

3 Cette présentation doit beaucoup au travail de deux étudiantes (Claire Acquier et Mathilde Woillez, 2007) et aux échanges scientifiques issus du fonctionnement du master franco-hellénique DYNTAR (Dynamique Territoriale et Aménagement Rural).

4 Le chlordécone est un pesticide utilisé de façon massive dans les Petites Antilles en particulier sur les exploitations bananières jusqu’à son interdiction en 1993.

5 La Surface Agricole Utile a en effet diminué de 37 % entre 1973 et 2000 et le nombre d’exploitations agricoles a chuté de 80 % depuis les années 1980 (source : Agreste 2000).

6 Schéma de Développement et d’Aménagement touristique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le système territorial
Crédits Source : Fomoa-Adenet, 2007 modifié d’après Brunet, 1990
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3454/img-1.png
Fichier image/png, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madly Fomoa-Adenet et Laurent Rieutort, « Territoires ruraux insulaires et développement durable », Études caribéennes [En ligne], 11 | Décembre 2008, mis en ligne le 15 décembre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3454 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3454

Haut de page

Auteurs

Madly Fomoa-Adenet

UMR Métafort, AgroParisTech/CERAMAC, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, Doctorante

Laurent Rieutort

Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, CEREMAC, Professeur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org