Navigation – Plan du site

Le développement durable du tourisme dans les territoires insulaires français et la valorisation touristique des espaces naturels littoraux métropolitains

Christine Bouyer, Christine Fortin, Nadège Lombard et Maximilien Simon

Résumés

Cet article aborde la question du développement touristique dans les territoires insulaires, et propose un éclairage plus particulier sur la valorisation touristique des espaces naturels.
Il présente, tout d’abord, les enjeux du développement durable du tourisme dans les territoires insulaires français. En fonction de la taille des îles, de leur accessibilité, de l’importance de leur fréquentation touristique on peut distinguer différents types d’îles.  Le défi pour chaque  île réside dans la mise en oeuvre d’un projet en étroite adéquation avec ses propres ressources et les spécificités de son territoire pour assurer un développement durable du tourisme.
L’article illustre ensuite l’exemple de la valorisation touristique des espaces naturels, l’ambivalence du rapport entre le tourisme et ces espaces. Il s’attache à montrer en quoi le tourisme qui peut être parfois à l’origine de la  dégradation des espaces naturels peut être source de retombées positives pour l’environnement dès lors que les acteurs du territoire sont en situation de gérer leur développement.
L’article s’achève sur un essai d’élaboration de grille d’évaluation des retombées économiques liées à la valorisation touristique des espaces naturels, appliqué à l’exemple du site naturel de la Pointe d’Agon, situé au nord du Mont Saint Michel, dans le département de la Manche.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le territoire français est riche en îles réparties sur tous les océans. Particulièrement, son littoral métropolitain est constellé d’une myriade d’îles côtières. On dénombre ainsi plus de 1200 îles et îlots en France métropolitaine, 890 sont situés sur les façades de la mer Manche - Mer du nord et  Atlantique dont 70% en Bretagne.
Sur la façade méditerranéenne si la France est moins favorisée en nombre d’îles que d’autres pays méditerranéens (comme la Croatie ou la Grèce) elle dispose avec la Corse (8 722 km²) de la 4ième île de la Méditerranée en superficie après la Sicile, la Sardaigne et Chypre.
Enfin, avec les Départements et les Territoires d’Outre mer répartis sur les trois océans la France détient la plus grande variété et diversité de territoires insulaires de l’Union Européenne.  
On retrouve dans les îles des problématiques littorales exacerbées par le caractère fini du territoire. Ces territoires, très attractifs, supportent une pression foncière, industrielle et touristique forte, exercée sur des ressources naturelles fragiles.

2Le tourisme est l’une des activités économiques majeures du littoral et des territoires insulaires. Basé sur la mise en valeur des ressources naturelles et culturelles du territoire,  il est source de richesse pour l’économie locale mais son intensification peut mener à la dégradation de ces ressources. La question du développement durable du tourisme, son poids dans l’économie locale est aussi l’un des enjeux majeurs pour les territoires insulaires
ODIT France, groupement d’intérêt public sous tutelle du Ministre chargé de ce secteur du tourisme, travaille depuis plusieurs années sur les problématiques de valorisation touristique des espaces naturels, littoraux et insulaires. Cette réflexion est engagée en partenariat avec le Ministère en charge de l’environnement et l’Ecole Nationale du Génie Rural des Eaux et Forêts1.
Cet article vise à présenter l’avancée des travaux en matière de connaissance des problématiques liées au tourisme insulaire mais également d’élaboration d’une grille d’analyse des retombées économiques et non économiques liées à la valorisation touristique des espaces naturels littoraux.

I. Le développement durable du tourisme dans les territoires insulaires

I.1 Les spécificités de l’insularité

3L’insularité engendre d’importantes spécificités qui font des îles des milieux, des espaces et des territoires aux équilibres écologiques, économiques et sociaux particulièrement fragiles Même si certains handicaps insulaires (éloignement, périphéricité) ont pu être compensés en partie par les progrès réalisés en matière d’accessibilité, de transports et de communication, les îles  restent des territoires très dépendants de leurs caractéristiques insulaires.
Leur morphologie, leur localisation aux avant postes des terres émergées, la fragilité de leurs écosystèmes terrestres et marins, les rendent particulièrement vulnérables aux catastrophes naturelles et au changement climatique.
Sur le plan économique et social, certaines îles connaissent encore l’exode de leur population d’origine, conséquence du déclin des économies traditionnelles (pêche et agriculture…)
Dans le même temps la plupart des îles connaissent une augmentation du tourisme qui engendre une importante pression sur le foncier alors que parallèlement, le coût élevé des transports, la diversification limitée de la production, l’étroitesse du marché domestique freinent le développement d’activités productives et multiplie les sources de chômage.
Enfin sur le plan environnemental, l'exiguïté du territoire et la faiblesse des ressources posent de nombreux problèmes de gestion de l’espace non seulement en termes de préservation des milieux et des paysages mais également en matière de gestion de l’eau  et des déchets.
Cette spécificité insulaire a engendré des politiques publiques et des actions particulières notamment au niveau européen. L’Europe s'efforce de promouvoir, sur le littoral et plus particulièrement dans les îles, une politique de gestion intégrée de la zone côtière (voir schéma), qui vise à définir dans le cadre d'une vision d'ensemble des phénomènes côtiers, une politique rationnelle qui conjugue environnement et développement.
Les territoires insulaires ultramarins européens (Guadeloupe, Martinique, Réunion, Canaries, Açores, Madère) bénéficient d’aides spécifiques destinées à compenser les handicaps issus de leur périphéricité.Nous avons dressé un rapide panorama de spécificités insulaires, la partie suivante permet d’approfondir ces questions, sous l’angle du tourisme.

I.2 Le tourisme insulaire

4Leurs caractéristiques, leur localisation entre terre et mer, font des territoires insulaires un monde à part, source d’imaginaire et de rêve. Ils constituent pour de nombreux touristes une destination spécifique, une promesse de dépaysement.

I.2.1. Les caractéristiques du tourisme insulaire 

5Aujourd’hui, le tourisme est sans conteste la principale activité économique dans la plupart des îles françaises. La spécialisation touristique s’est progressivement imposée à partir des années 1960 (dans les îles de Ré, Oléron et Noirmoutier) même si certaines îles ont connu un développement touristique plus ancien (Bréhat, Belle-Ile-en-Mer). Les territoires insulaires d’outremer ont connu un développement important dans les années 80 en lien avec la croissance du transport aérien.

6Pour ces territoires d’outremer comme pour les îles de métropole l’activité touristique est apparue comme une manne économique face au déclin des activités traditionnelles. Le tourisme insulaire se caractérise par :

  • une fréquentation saisonnière (saturation estivale pour les îles de métropole, saison d’hiver pour les îles d’outremer) ;

  • des séjours courts ou visites à la journée ;

  • une activité touristique principale de promenade ;

  • une dimension maritime permettant de développer une gamme de produits particulière : plaisance, découverte des milieux marins et du patrimoine maritime, thalassothérapie …

I.2.2. Des problématiques touristiques exacerbées par les spécificités insulaires

Une capacité d’accueil limitée par l’exiguïté  de l’espace disponible

7Plus que sur le littoral « continental », l’espace est rare dans les îles et les mesures de  protection et de prévention des risques renforcent la rareté des espaces urbanisables.  

Une pression forte sur les espaces et les ressources naturelles

8Même si les statistiques et les moyens d’observation sont parfois insuffisants pour évaluer avec précision les évolutions en cours, on constate que la majorité des îles connaissent une croissance importante de leur fréquentation. Il devient nécessaire de réguler l’accès à certains sites naturels très fragiles (par exemple à Porquerolles, Chausey...) en allant jusqu’à l’organisation de limitations d’accès. Dans le même temps, l’implantation des résidences secondaires a tendance à se développer. Ce phénomène jusqu’alors plus marqué dans les îles « avec pont » s’étend aux îles plus lointaines (Ile d’Yeu, Belle île…). Des questions d’approvisionnement en ressources et de traitement des déchets se posent également. Ce fut le cas à Belle île lors de la sécheresse de 2005, à l’origine d’une réflexion sur l’approvisionnement en eau de l’île.

Des conflits d’usage exacerbés  par la spécificité des territoires insulaires

9La colonisation d’espaces délaissés par les loisirs et le tourisme pose des questions particulières d’aménagement et d’organisation du territoire. En l’absence de stratégie claire et de gestion maîtrisée des espaces, on risque de voir se développer les conflits entre touristes, populations résidentes et acteurs économiques dont les activités (pêche, aquaculture, agriculture) sont menacées par le développement de l’activité touristique.

  Une fréquentation touristique particulièrement dépendante des moyens de transport

10La saisonnalité de la fréquentation est accentuée par la forte dépendance aux moyens de transport, maritime et aérien pour les destinations lointaines. L’éloignement, la durée et le coût du transport limitent les possibilités d’accueil pour le développement de certains produits faute d’accessibilité à l’année ou de pratiques qui se développent comme des séjours courts.

Une tension sur les prix des équipements et des services touristiques

11La tension sur les prix ne se limite pas seulement au prix du foncier, l’éloignement des marchés d’approvisionnement vient renchérir le coût des matières premières et des services et impacte sur la rentabilité des entreprises touristiques insulaires.
Partant de ces constats, ODIT France a mené une étude approfondie afin de mieux cerner les enjeux des territoires insulaires et de recueillir un ensemble de bonnes pratiques dans le domaine du tourisme durable.

II. Méthodologie et organisation de la réflexion menée

II.1 Méthodologie

12Depuis septembre 2006, ODIT France a engagé un ensemble de travaux de réflexion et d’études sur les territoires insulaires et le développement durable du tourisme avec l’appui du ministère en charge de l’environnement (Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de l’Aménagement du territoire). Ces travaux visent à associer les différents acteurs concernés par les problématiques spécifiques au développement touristique insulaire, pour envisager les caractéristiques d’un développement touristique durable sur les territoires insulaires. La première étape du projet a d’abord permis l’élaboration d’un outil de classification des îles. A partir d’un panel représentatif de 70 îles françaises, une typologie a été mise en place (Morel, 2007), les îles étant définies par six critères principaux : taille, distance au continent (accessibilité), population, fréquentation touristique, capacité d’accueil et degré de protection.

13Cinq groupes ont été identifiés :

  • les petites îles peu ou pas fréquentées (exemples choisis : St-Marcouf, Brescou)

  • les petites îles fréquentées (exemples choisis : Ratonneau, Gavrinis)

  • les îles moyennes peu fréquentées (ex. : Madame, Callot)

  • les îles moyennes fréquentées (ex. : Ile-aux-Moines, Groix, Ouessant, Port-Cros)

  • les grandes îles fréquentées (ex. : Yeu, Oléron)

14Dans chaque groupe, un panel d’îles (les noms sont indiqués entre parenthèses) a permis d’assurer la représentativité de chacun et de prendre en compte la diversité des situations existantes sur le terrain (localisation, île d’estran ou du large, superficie, population, accessibilité etc.).

15Dans ces territoires étudiés, des acteurs ont pu être identifiés, en fonction de leur rôle et de leur positionnement dans les démarches touristiques insulaires (institutionnels ou têtes de réseaux, acteurs de terrain, élus) et  selon deux catégories différentes :

  • le tourisme : prestataires touristiques sur les territoires insulaires (hébergement, restauration, compagnie maritime, constructeur immobilier, etc.)

  • l’environnement : personnes agissant sur les sites choisis (association de protection, gestionnaires, etc.).

16Par le biais d’un questionnaire d’enquête, un ensemble de ces acteurs a été interrogé pour chaque catégorie d’îles afin de mettre en évidence les différentes stratégies touristiques possibles sur les territoires insulaires. L’objectif était de comprendre les démarches mises en œuvre, d’interroger ces acteurs sur leurs expériences, leurs attentes, leurs besoins et leurs interrogations.

II.2 Des problématiques communes pour des territoires et  des situations parfois contrastées

17Les résultats témoignent de la diversité des situations, mais aussi d’un certain nombre de points de similitudes. Les acteurs interrogés ont souligné l’importance du paradoxe entre maintien de la fréquentation touristique et la préservation des milieux et de la vie sociale îlienne. La recherche du juste équilibre entre valorisation touristique et préservation s’impose avec d’autant plus de prégnance que la demande en espaces de nature ne cesse d’augmenter. La taille restreinte des îles et la question de l’accessibilité exacerbent ces paramètres. Le fait que les bateaux navettes (moyen d’accès le plus fréquent) aient une capacité limitée et un nombre de rotations précis est reconnu comme un moyen implicite de réguler cette fréquentation.
Les politiques touristiques mises en place sont plus ou moins structurées, allant de la simple mise en valeur d’un patrimoine historique, à la concertation et l’organisation des acteurs pour la mise en place d’un schéma de développement touristique.
On peut remarquer que, dans l’ensemble des catégories étudiées, toutes les îles ont déjà franchi un seuil dans leur développement et intégré le tourisme dans leur économie. Mais chaque groupe illustre un stade différent sur une échelle d’évolution graduelle, de développement. Seules les petites îles apparaissent bloquées à un stade de développement  Leur taille les empêche d’accueillir plus d’activités sur leur territoire. Les autres îles de taille moyenne sont susceptibles d’évoluer vers une économie de tourisme  « dominant » comme le connaissent actuellement les grandes îles. L’important étant alors d’optimiser les caractéristiques de chaque territoire, afin que le tourisme ne soit pas subi mais apprécié, quelque soit l’importance de l’île : la capacité d’accueil est de ce fait un critère important à prendre en compte.
Enfin, l’analyse du terrain a permis de constater que la majorité des acteurs étaient sensibles au sujet et motivés par la question de la conservation des espaces naturels et de l’équilibre à trouver et à conserver entre développement et protection. La plupart soulignent leurs besoins d’appui et de conseils, la nécessité de développer les réseaux et les échanges entre acteurs qui pourraient permettre d’optimiser les actions et les pratiques. Ils déplorent également le manque de données chiffrées et de connaissances de leur territoire et des attentes des touristes. Le thème de l’évaluation de la capacité de charge et la nécessité de disposer de chiffres fiables et actualisés de la fréquentation touristique de leur île est fréquemment rappelé

II.3. Les enjeux et les axes d’un développement touristique durable des îles

18Maîtrisé et bien géré le tourisme participe au développement des économies locales insulaires en générant des emplois mais aussi des infrastructures d’équipements et de services qui vont bénéficier aux populations permanentes et aux entreprises. Le tourisme est également une source de revenus complémentaires pour les activités traditionnelles  (pêche, agriculture) et les habitants qui peuvent développer une activité réceptive.

Quatre enjeux pour un tourisme durable dans les îles

19Les spécificités des territoires insulaires sont autant de défis à relever pour mettre en œuvre une économie touristique durable. Mais le défi majeur pour chaque zone insulaire réside dans sa capacité à imaginer et à piloter un développement sur-mesure, respectueux des milieux des hommes et des ressources aptes à favoriser l'ouverture, l’équilibre social et la qualité de l'accueil.

20S’adapter aux spécificités insulaires

  • prendre en compte la diversité des acteurs économiques et de la société civile ;

  • valoriser la maritimité et la spécificité de ces territoires ;

  • déterminer la place du tourisme au sein des autres activités économiques ;

  • parier sur l’économie d’espace, la qualité, l’innovation et la productivité du secteur touristique.

21Engager un développement intégré et prévenir les conflits d’usages

  • développer une vision globale intégrée prenant en compte l’ensemble des activités, des ressources et  des dynamiques économiques et sociales ;

  • prendre en compte les préoccupations liées à l’environnement dans un objectif de gestion des ressources (protection et mise en valeur).

22Lutter contre les déséquilibres territoriaux  et maîtriser l’usage du foncier  

  • Veiller à la bonne application des cadres réglementaires permettant de réaliser des    aménagements adaptés à l’équilibre des territoires.

23Maîtriser le développement du tourisme,

  • Prendre en  compte les stratégies d’aménagement, de planification et le cadre de l’action publique (Schéma de Cohérence Territoriale, Plan Local d’urbanisme, Schéma d’Aménagement rural…)  

  • Soutenir la création d’activités touristiques, génératrices de valeur pour le territoire, au sein des sites touristiques et répondant aux objectifs du développement local.

Ces enjeux peuvent être relevés grâce à la mise en œuvre de six axes d’actions pour un développement touristique durable

  • Définir un aménagement touristique respectueux de l’espace maritime et littoral en privilégiant l’aménagement en profondeur (notamment pour les hébergements "horizontaux", maisons individuelles, plein air …).

  • Etablir une programmation des espaces, des implantations et des usages touristiques qui permette de différencier et de répartir les zones de concentration, les zones d'accès limité, les zones spécialisées plus organisées (zones piétonnes, parcs de délestage, navette, circulations douces …).

  • Privilégier un  tourisme marchand économe de l’espace et créateur d’emplois et de valeur ajoutée (sur la base d’unités à taille humaine et favoriser la création d’emplois professionnalisés pérennes).

  • Privilégier une économie touristique diversifiée, apte à accueillir différents types clientèles et à valeur ajoutée pour l’ensemble du territoire.

  • Valoriser les spécificités insulaires en proposant des produits thématiques respectueux et mettant en valeur de l’identité îlienne et maritime.

  • Rechercher l'équilibre qui permet de renforcer et d'optimiser les différents secteurs d'activités(activités rurales agricoles, activités maritimes (conchyliculture, pêche) tourisme.

24Ces différents éléments de cadrage montrent les enjeux du développement touristique dans les territoires insulaires. Parmi eux, la mise en valeur des espaces naturels est un point clé. L’analyse des retombées économiques en lien avec la valorisation touristique des espaces naturels donne un premier angle d’approche de cette question.

III. Analyse des retombées économiques et autres retombées issues de la valorisation touristique des espaces naturels littoraux (ENL)

III.1 Les enjeux de la valorisation touristique des ENL

III.1.1 L’importance des ENL

25Le littoral, zone de transition, constitue une mosaïque de milieux riches et fragiles, qui occupe une place centrale dans les activités humaines, en tant que lieu d’échange, de production et d’habitat. Il représente 5500 km de côtes en France métropolitaine, dont 3800 km en façade atlantique et 1700 km en façade méditerranéenne. Outre mer, il représente 1279 km de côte dans l’Océan Atlantique Nord (Guadeloupe, Martinique, Guyane) et 210 km dans l’Océan indien (Ile de la Réunion).  

26Le littoral est riche en écosystèmes variés : dunes, falaises, marais, vasières, mangroves … Une grande variété d’outils a été mise en place pour préserver les espaces naturels, chacun ayant des objectifs et des modes de gestion spécifiques. On peut classer ces outils du plus contraignant au moins contraignant (IFEN, 2007) :

  • la maîtrise foncière (Conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres, acquisition par les départements au titre des espaces naturels sensibles, Conservatoires régionaux et départementaux des espaces naturels)

  • la voie réglementaire (les Parcs Nationaux, les réserves naturelles, les arrêtés préfectoraux de protection de biotope, les sites classés, les sites inscrits…)

  • la voie contractuelle (Natura 2000, les Parcs Naturels Régionaux, les Opérations Grand Site, les plans de restauration de la faune et de la flore sauvages…)

  • des inventaires scientifiques (ZNIEFF, ZICO), qui, s’ils sont des outils de connaissance et d’expertise, ne sont pas des outils de protection au sens juridique.

III.1.2 Le paradoxe de la valorisation touristique des espaces naturels

27L’attraction touristique, économique et résidentielle du littoral ne se dément pas. Le tourisme «  représente plus de la moitié de la valeur ajoutée produite sur le littoral, pour plus de 150000 emplois » (AFIT, 2004). Il est donc source de valeur économique et créateur d’emploi.
Parmi les 883 communes littorales maritimes, 87 communes d’estuaires en métropole et 91 communes maritimes dans les DOM, le littoral concentre 85 des 100 premières communes touristiques, selon un classement en termes d’hébergement touristique (DATAR, 2004).
Il y a une corrélation entre richesse du patrimoine naturel et intensité du tourisme sur le littoral (AFIT, 2004) : les communes les plus touristiques sont aussi celles qui comptent le plus d’espaces de richesses écologiques sur leur territoire ou à proximité. Ceci illustre l’attrait des espaces naturels pour les touristes. La présence d’espaces naturels est un atout majeur, car ils donnent une notoriété positive au territoire, permettent d’offrir une gamme plus large de produits et d’élargir le temps de consommation. Ils répondent aux nouvelles attentes exprimées par des touristes plus soucieux des enjeux environnementaux globaux ainsi qu’au contexte environnemental dans lequel s’inscrit leur séjour.
La valorisation touristique des espaces naturels littoraux laisse d’ores et déjà ici apparaître ses limites : une valorisation touristique des espaces naturels « poussée à l’extrême » peut aboutir à leur surfréquentation et/ou à leur dégradation.

III.1.3. La participation des ENL à l’économie locale

28Les ressources naturelles doivent apporter la preuve de leur contribution au développement local. Les « visiteurs » de ces espaces sont des acteurs dans l’économie locale, dans la mesure où ils sont consommateurs de biens et services marchands alentour, tels que les hôtels, les restaurants, les commerces, etc. De ce fait, l’attractivité des espaces naturels profite à l’économie locale.
Ainsi, la véritable économie touristique d’un espace naturel se situe dans les équipements touristiques, les commerces et les services qui l’environnent. Les retombées économiques locales qu’il génère doivent être démontrées et quantifiées, et le rôle joué par l’activité touristique en la matière doit être analysé.

III.2 Méthode d’analyse des retombées de la valorisation touristique des ENL

III.2.1 Référence à des méthodes existantes

29On distingue généralement dans l’analyse des retombées économiques trois niveaux d’analyse : les effets directs, indirects et induits (Agence régionale du patrimoine PACA, 2005).

  • Les effets directs sont constitués par le chiffre d’affaires, la valeur ajoutée, les emplois, les recettes fiscales directement produits par un site ou un équipement.

  • Les effets indirects correspondent aux dépenses effectuées par les visiteurs d’un équipement ou d’un site dans son environnement, et qui alimentent le chiffre d’affaire des agents chez qui ces dépenses sont effectuées, générant ainsi une valeur ajoutée, des emplois, des recettes fiscales.

  • Les effets induits renvoient au fait que les agents économiques bénéficiaires des retombées économiques directes et indirectes mobilisent les sommes perçues pour rémunérer leurs salariés, acquérir à leur tour des biens et services auprès d’autres agents, payer leurs impôts etc. Ces agents vont à leur tour mobiliser leurs revenus pour consommer et investir contribuant ainsi à faire circuler les revenus au sein de l’économie locale.

30Parmi les travaux menés dans le domaine de l’ingénierie touristique territoriale et l’appui conseil deux cabinets d’étude (FIGESMA conseil et  Second Axe) ont proposé des méthodes d’analyse des retombées économiques d’équipements ou de sites touristiques qui apparaissent cohérentes et complémentaires.
FIGESMA conseil a accompagné le Réseau des Grands Sites de France pour une étude qui avait pour but de mesurer les retombées économiques pour des sites du réseau. Un premier travail a concerné les sites du Pont du Gard, du Puy de Dôme et du Mont-Saint-Michel. Le Réseau des Grands Sites de France est actuellement engagé dans une démarche de généralisation de la méthode afin de pouvoir l’appliquer à d’autres sites.
Le Groupe Second Axe a quant à lui développé un modèle d’évaluation des retombées économiques pour des équipements culturels ou patrimoniaux à vocation touristique. La « méthodologie  Second Axe », a été présentée à l’occasion d’une journée technique ODIT France en mai 2006. Elle a été appliquée à la Cité de l’Espace à Toulouse et à l’Atelier Cézanne à Aix en Provence.
Le Groupe Second Axe propose une définition particulière de chaque niveau d’impact : l’impact économique direct mesure les effets entraînés par l’équipement touristique lui-même. L’impact économique indirect mesure les effets entraînés par les visiteurs de l’équipement en dehors de celui-ci. L’impact économique induit est calculé par l’effet multiplicateur des flux monétaires. Les flux indirect et direct étant sources de revenus pour les autres entreprises du territoire. L’impact économique global est calculé en sommant les différents niveaux d’impact. Un périmètre géographique à proximité de l’équipement est choisi en tenant compte  de la caractéristique du territoires et de son rayonnement en terme de chalandise en utilisant notamment la méthode isochrones.
La méthode d’analyse des retombées économiques de la valorisation touristique de sites établie par FIGESMA permet de quantifier les retombées directes et indirectes de la valorisation touristique d’un site.
Dans cette méthode les retombées économiques directes correspondent aux dépenses générées par les activités offertes sur le site et directement engagées par la visite du site (exemple : la navette d'accès au site, le stationnement à l'entrée du site, le souvenir acheté à la boutique du site, etc). Les retombées indirectes correspondent quant à elles aux dépenses réalisées par les visiteurs hors du site (exemple : dépenses d'hôtel, restauration, achats, visites d'autres lieux etc.). Les dépenses de transport ne sont pas incluses. Enfin il est à noter que les retombées induites ne sont volontairement pas prises en compte.
Par ailleurs, la valorisation d’un territoire recouvre plusieurs aspects. Il s’agit de prendre en compte un double objectif : d’une part, accroître la valeur économique, la valeur sociale, et la valeur environnementale, et/ou d’autre part, accroître l’une d’entre elles sans affecter les deux autres. C’est la raison pour laquelle l’analyse des retombées économiques cherche à dépasser l’analyse des seules retombées économiques de la valorisation par le tourisme des espaces naturels littoraux, pour d’apprécier d’autres types de retombées,  « non économiques ».
Sur ces bases, une grille d’analyse des retombées économiques et autres retombées de la valorisation touristique des espaces naturels littoraux a été élaborée.

III.2.2 Elaboration d’une grille d’analyse

31Dans un premier temps, il est essentiel de définir le périmètre d’étude. Deux espaces sont à définir : l’Espace Naturel Littoral en lui-même, et le territoire sur lequel les retombées économiques indirectes vont être évaluées.(illustration : « ENL territoire.jpg »)

32On peut caractériser ces espaces en précisant : les propriétaires des terrains, les gestionnaires, les protections et classements en vigueur, les communes et intercommunalités concernées, les activités économiques primaire et les activités touristique exercées sur ces espaces …

33Ensuite, l’analyse prend en compte huit types de retombées :

  • Retombées économiques directes : richesse créée par les différentes activités dans l’ENL ou directement liées à son existence.

  • Retombées économiques indirectes : dépenses faites par les visiteurs sur le territoire « retombées économiques indirectes » du fait de l’existence de l’ENL.

  • Retombées sociales : nombre d’emplois créés ou maintenu directement et indirectement par l’existence de l’ENL.

  • Retombées fiscales directes : ensemble des taxes et impôts perçus par les collectivités et l’Etat du fait de l’existence d’activités économiques sur l’ENL.

  • Retombées environnementales : évolution de la biodiversité sur l’ENL, comparaison entre coût d’une gestion environnementale et d’une gestion mécanique des terrains.

  • Retombées pédagogiques : nombre de visites organisées pour la sensibilisation et l’éducation du public au respect de l’ENL.

  • Retombées d’image : notoriété de l’ENL, utilisation de l’image de l’ENL pour la promotion du territoire, évolution de la valeur de l’immobilier à proximité de l’ENL.

  • Retombées sur la valeur d’usage : ensemble des usages de l’ENL (loisirs, suivi scientifique…), comparaison de la fréquentation par les « locaux » pour les loisirs et les touristes.

34L’évaluation de chaque type de retombées est effectuée à partir de données statistiques et d’enquêtes de terrains.

III.2.3 Application au cas d’étude de la Pointe d’Agon (département de la Manche)

35Cette grille a été appliquée sur le territoire de la « Pointe d’Agon ». Ce havre naturel se situe sur la côte ouest du département de la Manche (50). Il fait notamment l’objet de différentes mesures de préservation (Zone de Protection Spéciale, Site Classé, ZNIEFF notamment). Les usages de cet Espace Naturel Littoral sont variés : agriculture (maraîchage, élevage), pêche (pêche à pied, conchyliculture), tourisme (hébergement, restauration), loisirs (baignade, kayak, voile, équitation, golf …).
L’utilisation de la grille précédemment décrite a permis de mettre en évidence des retombées économiques directes dues en très grande majorité aux activités de production primaire, notamment la conchyliculture et  des retombées économiques indirectes essentiellement liées aux hébergements touristiques.
Les retombées « non économiques » constituent une part importante des retombées positives générées par l’existence de la Pointe d’Agon. Le maintien de la dune en l’état et une bonne qualité des eaux constituent par exemple des retombées environnementales positives permises par une gestion adéquate de cet espace naturel. La valeur d’usage de ce site est, d’une part, liée au bien-être dont peuvent bénéficier pour leurs activités les excursionnistes locaux qui viennent pour la journée ou la demi-journée sur le site et, d’autre part, aux activités pratiquées par les touristes, comme la plage ou le camping-carisme.

III.3 Intérêts et limites de la démarche d’analyse des retombées de la valorisation touristique des ENL

36Les études d’impact des retombées économiques peuvent constituer des bases de réflexion et d’action en matière de politique territoriale. Elles peuvent permettre d’analyser la pertinence d’investissements – a priori comme a posteriori – et ainsi prévoir leur efficacité.
L’étude de ces retombées économiques, dans le cas des espaces naturels, permet également d’appréhender une autre forme de valeur d’un territoire en identifiant un espace naturel, en tant que support d’activités variées (primaires et touristiques notamment), créateur de valeur économique. Au delà des efforts financiers consentis pour leur protection et leur mise en valeur, l’économie des espaces naturels doit s’apprécier plus largement dans les retombées indirectes pour le territoire dans lequel ils s’inscrivent.
L’étude de l’ensemble des retombées, économiques et non économiques, montrent que les espaces naturels doivent être préservés pour leurs multiples valeurs, économiques ou non.
Les activités touristiques développées sur un espace naturel font partie des activités potentiellement génératrices de retombées économiques positives. La France doit une grande partie de son attractivité touristique à la qualité et à la diversité de ses paysages et de son patrimoine. L’ensemble de ses espaces naturels y contribuent largement : les touristes sont attirés par les espaces naturels et les paysages dont la beauté est préservée.
L’environnement, au travers notamment de la préservation des espaces naturels, constitue un paramètre indispensable de l’équation touristique. La valorisation touristique d’un espace naturel ne peut négliger sa préservation. Tous deux sont intimement liés, dans la mesure où la qualité paysagère fait partie de l’offre touristique, au même titre que l’accueil, l’hébergement et la restauration, les divers services au public, les loisirs organisés, et les animations proposées sur un site. Aucun de ces éléments pris isolément ne fait le tourisme. Tous doivent être rassemblés pour une offre touristique de qualité. Cette démarche nécessaire s’inscrit entièrement dans une perspective de développement durable.

Conclusion

37Les territoires insulaires présentent dans l’imaginaire collectif un côté idéal et préservé qui incite les touristes à venir chercher un caractère authentique et unique. Le tourisme représente ainsi un atout économique et social, à développer.
Sur le plan environnemental, la préservation des milieux et des paysages est un des garants d’un développement touristique respectueux de la nature et des hommes. Dans le cas des territoires insulaires, et plus généralement du littoral, ceci pose la question de l’usage des espaces naturels, de leur gestion, et de la valeur qu’on peut leur attribuer.
Nous avons pu mettre au point et appliquer dans cette étude une méthode globale pour l’évaluation des retombées issues de la valorisation, touristique notamment, d’un espace naturel littoral. Cette méthode imparfaite doit encore se confronter à différents cas d’étude pour la rendre plus opérationnelle.
Un des avantages de la méthode proposée est de dégager de manière claire les caractéristiques principales d’un espace naturel littoral, ses apports multiples aux différents usagers, au gestionnaire et aux collectivités, et de commencer à en cerner les enjeux de gestion. La valorisation touristique d’un territoire peut participer à son développement durable, en créant de la valeur d’une part, de l’emploi d’autre part. Mais elle ne remplira parfaitement ce rôle que si, en plus, elle contribue à maintenir ou améliorer la qualité environnementale des espaces. L’analyse des retombées au sens large pourrait alors témoigner, dans le temps, du rôle du tourisme comme outil de développement durable.
Il apparaît important de souligner que l’une des particularités les plus significatives des îles, en tant que territoires finis, est qu’elles constituent des laboratoires, notamment pour l’application des outils de l’ingénierie touristique. En maîtrisant l’ensemble des paramètres, on peut analyser de manière efficace les impacts de chaque action. Cette utilisation comme laboratoire expérimental participe à l’enrichissement des réflexions sur la mise en valeur et la préservation des espaces littoraux.
L’analyse de l’importance des espaces naturels dans le tourisme littoral et des enjeux du développement touristique des territoires insulaires est poursuivie au sein de la Direction du pôle littoral d’ODIT France. Il est envisagé d’appliquer cette grille d’analyse à d’autres espaces naturels littoraux concernés par des statuts de protection et des problématiques variées. Les travaux actuels aboutiront à la publication, fin 2008, d’un recueil de bonnes pratiques pour un développement durable du tourisme dans les territoires insulaires.  

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Actes du colloque le littoral: subir, dire, agir, Lille, France 16-18 Janvier 2008.

Agence Française de l'Ingénierie Touristique. 2001. Piloter le tourisme durable dans les territoires et les entreprises. Collection les dossiers et documents de l'AFIT Guide de savoir-faire.

Agence Française de l'Ingénierie Touristique. 2001. Sites naturels, contribution du tourisme à leur gestion et leur entretien. Collection les dossiers et documents de l'AFIT.

Agence Française de l'Ingénierie Touristique. 2002. Ecotourisme, expériences françaises. Collection les dossiers et documents de l'AFIT Guide de savoir-faire.

Agence Française de l'Ingénierie Touristique. 2003. Le tourisme de nature. Collection les dossiers et documents de l'AFIT Guide de savoir-faire.

Agence Française de l'Ingénierie touristique. 2004. Offre et organisation touristique des communes du littoral métropolitain.

Agence Française de l'Ingénierie Touristique. 2004. Tourisme et loisirs sportifs de nature développement touristique des territoires et sports de nature.

Association des îles du Ponant, Les îles du Ponant, faits et chiffres, 2007.

DATAR. 2004. Construire ensemble un développement équilibré du littoral, La documentation française, Paris 2004.

Décret n° 2007-1406 du 28 septembre 2007 portant création du Parc naturel marin d'Iroise JORF n°228 du 2 octobre 2007.

De Zélicourt O., Galdi B. 2007.  La valorisation touristique des espaces naturels littoraux dans les démarches de développement territorial , TGE ENGREF-ODIT 2006-2007 (dossier + présentation soutenance).

Déplacements et accès aux espaces touristiques: faut-il encadrer ou laisser faire ?, Actes colloque GART du 9/02/07 à Chambéry.

Brigand L. 2002. Les îles du Ponant, Ed. Palantines.

Livory A. 2002. Dossier de Manche-Nature n°4, Flore et faune du Havre de Regnéville, état de la recherche - Tome II. Les Vertébrés.

Livory A. 2000. Dossier de Manche-Nature n°2, Flore et faune du Havre de Regnéville, état de la recherche - Tome I : Flore vasculaire.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Levoy F., Anthony E. J., Monfort O.and Larsonneur C. 2000. The morphodynamics of megatidal beaches in Normandy, France Marine Geology, Vol. 171, Issues 1-4, 15 December 2000, p. 39-59.
DOI : 10.1016/S0025-3227(00)00110-9

Loi n° 2006-436 du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux (JO n° 90 du 15 avril 2006).

Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, Annexe VI du Plan Stratégique National, présentation détaillée du secteur pour chaque DOM, 2007.

Ministère délégué au tourisme. 2005. Le tourisme, outil de revitalisation des territoires ruraux et de développement durable ? Edition La documentation française, Conseil national du tourisme, octobre 2005.

Morel D. 2007. Territoires Insulaires et Développement touristique durable, Rapport d’étude ODIT France, Juin 2007.

ODIT France. 2008. Séminaire  Valorisation touristique des territoires insulaires : le développement durable du tourisme  organisé le 24 Juin 2008.

ODIT France. 2006. Le tourisme littoral et la mise en valeur touristique des espaces naturels, Présentation aux  ateliers du conservatoire du littoral.

ODIT France. 2006. L'évaluation de la durabilité des pratiques touristiques, La Documentation Française.

ODIT France. 2006. Impact économique des sports de nature revue de littérature et mise en perspective des méthodes d'évaluation, Rapport final juin 2006 (+ synthèse).

ODIT France. 2006. Le tourisme durable par l'expérience : le terrain commande, La documentation française.

ODIT France. 2006.  Pourquoi et comment mesurer les impacts des sites, équipements et événements touristiques et culturels ?  Journée Technique du 04 mai 2006.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Pacaud L., Vollet D., Angeon V. 2007.  Impact of tourism infrastructure on regional development: the implantation of a Center Parcs resort in northern France , Tourism Economics, 13 (3), p. 389-406.
DOI :
10.5367/000000007781497782

Peyron J.L. 2004. Principes de l'estimation de la valeur des forêts, Disponible sur http://www.engref.fr/coursenligne/Economie/Economie.html

Ract Madoux, D. 2004. Modèle d’évaluation des retombées économiques et des emplois créés ou maintenus par les équipements culturels ou patrimoniaux à vocation touristique , Cabinet-conseil, groupe Second Axe, Premières rencontres franco-espagnoles du tourisme Arles décembre 2004.

Réseau des Grands Sites de France. 2007. Quelles retombées socio-économiques des Grands Sites ? Communiqué de presse, septembre 2007.

Réseau des Grands Sites de France / FIGESMA. 2007. Les retombées économiques des grands sites, nov. 2007.

Réseau national d'observation du tourisme fluvial. 2003. Tourisme fluvial en France et premières évaluations des retombées économiques locales.

Scherrer S. 2006. Evaluation des bénéfices pour le public de la protection des espaces littoraux remarquables, Série Etudes, MEDD-D4E n°03-06.

Travers M., Nassiri A., Appéré G., Bonnieux F. 2006.  Evaluation des bénéfices environnementaux par la méthode des prix hédonistes : une application au cas du littoral , 55ème Congrès de l'Association Française de Science Economique, 2006, Paris, France.

Haut de page

Notes

1 Ecole interne d’AgroParisTech, l’institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Bouyer, Christine Fortin, Nadège Lombard et Maximilien Simon, « Le développement durable du tourisme dans les territoires insulaires français et la valorisation touristique des espaces naturels littoraux métropolitains », Études caribéennes [En ligne], 11 | Décembre 2008, mis en ligne le 28 mai 2009, consulté le 28 août 2016. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3476 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3476

Haut de page

Auteurs

Christine Bouyer

ODIT France (Observation, Développement et Ingénierie Touristiques), Agence publique de développement en ingénierie touristique

Christine Fortin

Elève Ingénieur, AgroParisTech-ENGREF

Nadège Lombard

Ingénieur du GREF, AgroParisTech-ENGREF, ODIT France (Observation, Développement et Ingénierie Touristiques).

Maximilien Simon

Elève Ingénieur, AgroParisTech-ENGREF

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org