Navigation – Plan du site

Le nom des lieux à la Martinique : un patrimoine identitaire menacé

Vincent Huyghues-Belrose

Résumés

A la Martinique, les noms les plus anciens et les mieux conservés sont ceux qui ont été précocement fixés par la cartographie et par l’administration, non par la mémoire populaire. En conséquence, lorsque le cartographe supprime un nom de lieu, celui-ci disparaît ; mais lorsqu’il le déforme, le transforme ou même renomme le lieu, c’est une composante du passé et de l’identité territoriale qu’il soumet à une logique étrangère, qu’il colonise en quelque sorte. Si l’ensemble de la population martiniquaise éprouve de l’intérêt pour l’origine et le sens des noms de lieux, il apparaît cependant qu’elle n’a pas conscience de l’importance identitaire de la toponymie ni des dangers qui la menacent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Alors que les lotissements occupent souvent d’anciens champs de canne à sucre, rares sont les amén (...)
  • 2  GENDRON Stéphane. 2003. p. 52-53 : 4.4. La normalisation des toponymes (adaptations, francisations (...)

1La toponymie désigne l’ensemble des noms de lieux portés sur un document cartographique mais surtout l’étude de ces noms, généralement sur les cartes, de plus en plus sur d’autres documents écrits et même sur le terrain, par l’enquête orale. En pays où l’écrit domine, le cartographe joue un rôle capital dans la création ou la conservation de différentes formes de toponymes : en codifiant les noms sur les cartes, il les fixe. Cela conduit à prendre la véritable dimension de l’origine écrite de presque tous les noms de lieux, là où l’on a tendance à rechercher le vernaculaire. En fait, si des légendes popularisées, parfois accréditées voire créées par des érudits ou des hommes de lettres, expliquent le sens et l’origine de certains noms de lieu à la Martinique, pour l’ensemble, il n’y a pas de mémoire ancienne des toponymes, pas plus que dans les autres départements de l’Outre mer français. Cela vient du fait de l’interruption constante de la patrilocalité ou de la succession de propriétaires et d’occupants sans liens entre eux. Il n’y a pas non plus d’étymologie populaire qui témoignerait d’une relation plurigénérationnelle des individus ou des groupes avec leur milieu car, lorsqu’une telle situation existe, elle n’a pas suffi à faire naître une « mémoire des lieux » ni même une transmission orale des noms de lieux (à l’exception de la chanson), en dehors du nom des agglomérations. En conséquence, lorsque le cartographe supprime un nom de lieu, il disparaît ; mais lorsqu’il le déforme, le transforme ou même le renomme, c’est une composante du passé et de l’identité territoriale qu’il soumet à une logique étrangère, qu’il colonise en quelque sorte.
De cette situation culturelle découle le fait que les noms les plus anciens et les mieux conservés sont ceux qui ont été précocement fixés par la cartographie et par l’administration, non par la mémoire populaire. Mais, aujourd’hui, ce sont eux qui subissent les premiers l’érosion de la francisation uniformisatrice, du fait de l’ignorance de leur orthographe et de leur sens premiers. Quant aux plus récents, surtout les toponymes communaux et les micro-toponymes (lieux-dits, jusqu’aux pièces de canne) souvent conservés par le plan cadastral, ils disparaissent des cartes et de la mémoire locale avec chaque classe d’âge, remplacés par des noms de fantaisie et, trop souvent pour les lotissements et les grands ensembles voire les rénovations urbaines, par des emprunts au lexique – truffé de mots anglais – des promoteurs immobiliers, dont la pauvreté et le conformisme sont consternants1. Comme si, pour eux et pour les décideurs, le toponyme dialectal était impropre à incarner la modernité remarque S. Gendron2.

I. Ce qui menace la toponymie de la Martinique

  • 3  On imagine mal en France la disparition de l’article devant Le Havre, La Ferté, La Villette etc. q (...)
  • 4  DESLANDES Gaston ; 1974. « La doctrine toponymique de l’IGN », Onomastica 1.
  • 5  ORMELIN Ferjan. 1980. « Toponymies », p. 332-334.

2En France, l’avènement de l’Etat centralisateur et unificateur a emporté les minorités linguistiques dans son système, ce qui a souvent conduit à leur élimination. Le paradoxe pour les pays créoles, ici la Martinique, est que cet Etat qui est à l’origine des toponymes les plus anciens et les plus importants s’applique aujourd’hui à les transformer dans une logique de simple communication administrative, souvent la simple règle de l’ordre alphabétique (ablation systématique de l’article devant le nom de l’île et de ses communes3), la plupart du temps par assimilation à un précédent reconnu et codifié dans la métropole, à l’orthographe nationale, manifestant ainsi un colonialisme récurant dont bien peu de gens ont conscience.
Les topographes et, d’une manière générale, tous ceux qui recueillent des données nécessaires à l’établissement des cartes, sont des agents de l’Etat, des exécutants à son service. A l’origine, vers 1950, la doctrine de l’IGN pour les cartes à 1 pour 20.000 et à 1 pour 25.000 était que « placées au premier rang des grandes cartes mondiales, employées par tous les milieux français, jugées par l’étranger sous l’angle français, il leur faut une nomenclature française4 ». Or il se trouve que le créole et les toponymes qu’il a produit ne sont pas à proprement parler du français ; il était donc implicitement prévu de les déformer pour qu’ils apparaissent comme français, des exonymes (transcription selon la phonétique française ou graphies francisées de noms étrangers) en territoire français n’étant pas admissibles dans la logique centralisatrice.
Les menaces ne viennent pas toutes de l’action directe de l’Etat, mais sont aussi la conséquence de son centralisme bureaucratique : dans l’usage des noms de lieux qui fait que deux phénomènes se produisent pour entraîner une véritable aliénation toponymique5 :
Le premier est une altération par influence de l’étymologie populaire, largement touchée par l’école uniformisante et les médias nationaux : la langue réceptrice, même s’il s’agit du créole, voit dans les termes adoptés par les cartographes certains éléments qu’elle interprète mal mais auxquels elle adapte l’orthographe. Ainsi Pothuau (Le Robert), orthographié Pothau par les agents de l’Etat - après ou avant les fabricants métropolitains de panneaux routiers -, est compris aujourd’hui comme « un poteau » et devient Poteau ( « poteau mitan » ?) dans une autre commune. Canouville (Saint-Pierre), mal transcrit en Canonville devient la ville du canon ; La Régale (Le Saint-Esprit), transformée en Régal, devient un régal ; Surirey (Fort-de-France), prononcé « surè »,  devient Suray sur les cartes et sans doute compris comme « surette » etc.

  • 6  La modification du nom des communes est régie par l’article L.2111-1 du Code général des collectiv (...)
  • 7  Volontariat civil à l’aide technique.

3Le second est la mise en minorité du groupe qui comprend et prononce correctement un toponyme officiellement déformé : à la longue, il se conformera à la norme imposée de l’extérieur pour ne pas « faire arriéré » ou « faire vieux nègre » devant le fonctionnaire métropolisé ou le visiteur métropolitain. A aucun moment un mouvement de résistance identitaire ne s’opposera à cette mise au pas de l’élément fondamental du patrimoine que constitue l’identification des noms de lieu.
Ces phénomènes frappent aussi bien les provinces d’Europe puisqu’ils sont propres à la France avec sa hiérarchie géographique des cultures qui place Paris au sommet, mais il faut en ajouter un qui est spécifiquement créole. La langue créole ignore l’article défini (Le, La, Les, L’) et lorsqu’il s’agit d’un toponyme, soit elle l’intègre à la racine du mot lorsqu’il commence par une voyelle, soit elle le supprime. Cette suppression purement vernaculaire des toponymes à article défini a été récupérée à l’écrit par l’administration de l’Etat qui a procédé à l’ablation pour un certain nombre de noms de communes et qui programme la suppression totale des articles pour l’ensemble des communes par l’artifice de la parenthèse : Robert (Le), Lamentin (Le).
Cependant, si dans sa tendance générale l’Etat français nie la particularité dialectale et refuse aux noms créoles le statut d’exonymes dans les DOM, dans sa pratique, il tire parti des particularités dialectales lorsqu’elles vont dans le sens de sa logique de réduction au minimum français, pour agir impunément en dehors de la légalité. Rappelons en effet que, par le décret colonial du 12 juin 1837, la liste des vingt premières communes et leur nom ont été fixés au titre premier, chapitre unique. Depuis, des décrets ont créé et nommé d’autres communes, mais n’ont jamais modifié le nom de celles qui avaient été dénommées en 1837, à l’exception du Fort-Royal devenu Fort-de-France. Mis à part Saint-Pierre, Sainte-Marie, Sainte-Anne et Sainte-Luce, tous les noms des communes qui subsistent depuis 1837 sont tous pourvus d’un article défini6. En entérinant sans décision officielle la pratique créole qui l’élide, donc en violant un décret non abrogé, l’administration française a agi hors la loi et continue de le faire à l’insu de tous. Certains hauts fonctionnaires en ont eu conscience et ont tenté de poser des garde-fous et même de clarifier la situation.
Dans chaque région et département d’outre mer, le préfet réunissait une fois par an un « Comité des levés à grande échelle », destiné à vérifier la pertinence et la cohérence de la toponymie officielle établie par l’IGN et utilisée par toute l’administration. Un historien local, représentant ou non de l’Université, devait y participer et, durant les années 1980 à Cayenne, j’y ai moi-même été convié en tant que représentant des Archives départementales. Aucune trace n’existe des réunions d’un tel comité à la Martinique ; je n’en ai jamais vu de comptes-rendus anciens et n’en ai jamais entendu parler, ni aux Archives ni à l’Université, depuis 1994. En revanche, j’ai rencontré en 1996 au Saint-Esprit un jeune VAT7 chargé par l’IGN de vérifier sur le terrain l’exactitude des données cartographiées : il ignorait le créole et bien sûr tout de l’histoire et des traditions de l’île. A Paris, une Commission de toponymie gère la base informatisée nommée BDNyme  et élabore les critères de choix en matière d’écriture des toponymes. Elle a publié en 1989 une étude des problèmes posés par la toponymie dialectale, sans même envisager le créole et, en 2000, une Charte de Toponymie qui ne s’intéresse qu’à l’Europe. En fait, il semblerait qu’à Paris une cellule de toponymie de l’IGN prend en charge l’Outre-mer et que mon nom y figure, à la suite de mes prestations guyanaises. Néanmoins, je n’ai eu connaissance d’aucune activité de ce service.

II. La connaissancedes noms de lieux

4Si la transmission est défaillante et la résistance à l’érosion administrative nulle, peut-on, dire que l’indifférence soit à l’origine de la dégradation de la toponymie martiniquaise ? La réponse est ambiguë, car s’il apparaît que l’ensemble de la population n’a pas conscience de l’importance identitaire de la toponymie ni des dangers qui la menacent, elle éprouve cependant de l’intérêt pour l’origine et le sens des noms de lieux. Comme l’écrivaient avec quelque excès Jack Berthelot et l’équipe AUPTM  à propos des Guadeloupéens, « l’espace n’est pas pour eux un sol, un horizon, bref une surface objectivement repérable, mesurable, délimitable. Tout lieu est d’abord l’incarnation, la manifestation de la nature, identifiée à une personne et comme telle douée de paroles,… » Cela est, bien entendu, valable pour les Martiniquais, en conséquence de quoi un lieu « ne renvoie pas simplement à des conditions géographiques ou historiques, mais à une représentation de l’espace où s’investit tout l’inconscient … Il n’est pour s’en convaincre que de remarquer la toponymie ; grands fonds, abîmes, basses terres, hautes terres. Nous avons bien affaire là, non pas à une simple géographie ou à une histoire, mais à des lieux nommés en tant qu’espaces  ». Les Alsaciens ne disent pas autre chose lorsqu’ils affirment :« Les hommes ne vivent pas sans attache, ils s’inscrivent dans l’espace et dans le temps en nommant les lieux (…) Les toponymes permettent d’établir une passerelle avec les ascendants. Ils servent de référence et permettent de mieux inscrire dans l’espace l’habitat. L’homme a en effet besoin de liens à son territoire  »

  • 8  COLLECTIF. 1996. Dictionnaire des communes, quartiers et sections communales de la République d’Ha (...)
  • 9 REVERT Eugène. 1949. La Martinique, p. 272-277, "la Toponymie", qui ignore Delmond-Bebet et ne crit (...)
  • 10 MOUSNIER M. et CAILLE B. 1991. Atlas historique, p. 46-50.
  • 11  RENNARD Joseph. 1935. Tricentenaire. des Antilles : Guadeloupe, Martinique 1635-1935 ; Documents p (...)
  • 12 « Les noms de lieux à la Martinique ». 1933.
  • 13  Il n’y a rien à retirer sous le rapport de la toponymie de l’Histoire des Communes Antilles Guyane (...)

5L'étude de l'évolution des toponymes est aussi riche d'enseignements de tous ordres que la cartographie historique, à laquelle elle emprunte souvent : chaque nom renvoie en effet aux raisons pour lesquelles il a été donné. La toponymie est pourtant une discipline qui est longtemps restée sur les marges de l’histoire académique et qui n’a pas encore suscité ici de vocation universitaire. Aucune recension complète de la toponymie de la Martinique n'a été réalisée à ce jour, à la différence d’un pays plus démuni comme Haïti8. Après les observations générales d'Eugène Revert9, on trouvera pourtant des indices méthodologiques de qualité dans l'étude de M. Mousnier et B. Caille qui contient un sous-chapitre intitulé "Toponymie et industrie sucrière"10. Ces deux esquisses confirment que, de manière générale, les termes historiques anciens ou récents, paraissent avoir bien résisté à l'usure du temps, alors qu'il y a moins de fixité dans les quartiers habités après 1848.
Ce sont donc des érudits locaux qui ont tenté à plusieurs reprises de recenser et d'expliquer l'origine du nom de certains bourgs et lieux-dits, sans vraiment sortir de la légende qui en entoure beaucoup. Pour l'ensemble de l'île, l'origine des noms que donne J. Rennard11 est entièrement reprise de l'article pionnier du Dr. Delmond-Bebet,12 en tout cas les explications souvent fantaisistes sont identiques. Il est vrai que le Dr Demond-Bebet a puisé quelques perles dans l’Origine des paroisses et des quartiers de la Martinique que l’abbé Rennard avait édité dès 1927.
Le capitaine Jacques Petitjean Roget qui n’avait pas encore acquis la connaissance quasi encyclopédique des traditions martiniquaises dont témoignent ses ouvrages postérieurs a donné, en 1948, une esquisse de classement et des explications de l’ensemble des toponymes de l’île. Les erreurs et les fantaisies d’interprétation sont nombreuses, mais la tentative de classement en quatre catégories et la ventilation en pourcentage des toponymes ne manquent pas d’intérêt. Il lui semble que les noms empruntés au premier concessionnaire, aux circonstances de son établissement ou à son état d’âme sont les plus nombreux, représentant environ 30 % des toponymes. Viennent ensuite les noms caractérisant l’aspect ou la situation géographique, puis les noms qui ont trait à la faune ou à la flore. Il définit enfin une curieuse catégorie regroupant les noms de saints. C’est sans doute la définition de la première catégorie qui est la plus contestable, elle apparaît un peu comme un fourre-tout colonial, influencé par les études précédentes qui voulaient faire de la toponymie une simple illustration de l’histoire de la colonisation vue sous le rapport des « grands hommes ».
Il est évident que tout est à revoir dans les informations données par ces études, d’autant plus que rien n’a été fait depuis dans cette direction13. L’étude des toponymes doit désormais partir du croisement des documents et non plus des légendes populaires ou savantes. En premier lieu, l'observation des plus anciennes cartes françaises, depuis 1645, est indispensable pour connaître l'origine des appellations et leur véritable graphie.
Nous proposons ci-après une ébauche de classement des toponymes, avec des exemples, en fonction de ce qui est apparu à l’équipe chargée de l’Atlas des paysages de la Martinique commandité par le PNRM en 2007.

III. Toponymes environnementaux

  • 14  MAY Louis-Philippe. 1930. Histoire économique de la Martinique : 1635-1763, Paris, M. Rivière, réé (...)
  • 15 THIBAULT de CHANVALLON Jean-Baptiste Mathieu. (1783) 2004. Voyage à la Martinique, Paris, Karthala, (...)
  • 16  PETITJEAN ROGET Jacques. 1980. Le Mémorial Martiniquais I, Nouméa, Les éditions du Mémorial, p. 11 (...)
  • 17  Il existe trois lieux dits « Fond Moulin » à la Martinique. Dans le cas du Fond Moulin de Grand’Ri (...)
  • 18  MOUSNIER Mireille 1991. « Occupation spatiale des habitations littorales à la Martinique. XVIIe-XI (...)
  • 19  VIAL Eric. 1985. Les noms, p. 282.

6Le journal de bord d'un officier de la flotte de Cahuzac en 1629, prouve que la toponymie d’une grande partie des côtes de l'île était déjà fixée pour les Français qui revenaient du Brésil par les "îles du Pérou".  L. P. May écrivait que "les «Culs-de-sacs », les « fonds », les « cranages » (carénages), les « forts », tels sont les noms de ces premiers établissements.14". Le terrier de 1671 nous renseigne sur l'importance des bois debout, des « païs perdus », des « grands païs montagneux », des savanes et des raziers ou haziers, mot d'origine normande défini par J.-B. Thibault de Chanvallon comme « des espèces de bois taillis15 ». Il signale les pointes, les falaises, les précipices, les « païs perdu par mangles » (on ignore le mot mangrove) et les « païs noyés », pour marquer les limites du paysage colonial. Les premières transcriptions littéraires du paysage de la Martinique qui ont été collectées et analysées par J. Petitjean Roget offrent une plus grande variété de ces mots16. Dès 1640 avec le père Bouton, deux caractéristiques du paysage martiniquais sont fixées par des mots tout aussi caractéristiques : mornes et pitons.
Dès l’origine, le terme « morne », issu du portugais et ignoré du français, désigne ce qui apparaît comme caractéristique du paysage martiniquais puisque, dès 1656, le père Pacifique de Provins note que « la meilleure terre est celle de petites montagnettes (en réalité des collines) qu’ils appellent mornes à la différence des très hautes et inhabitables ». Dans le paysage reconnu, parce qu’habitable, les mornes avec leurs « costières » ou flancs s’opposent aux « fonds » ou petites vallées.
Quant aux « fonds » de la toponymie, ils continuent d’alimenter une polémique futile à cause de l’ignorance persistante de l’histoire agraire des Antilles, y compris chez certains archivistes, malgré les recherches réalisées sur les « habitations ». En 2006 encore, pour justifier la systématisation de la graphie « fonds » pour « fond » sur les cartes au 1 pour 25.000, un directeur de l’IGN dont on taira le nom adressait à une association de généalogistes ce message électronique ahurissant :
« Effectivement ce toponyme se rapporte à la topographie. Il s'agit d'un endroit creux et humide, carrefour et thalwegs (confluence) avec éventuellement une source ou une résurgence et, accessoirement, peut-être situé loin du hameau ou du village. Cela dérive de font qui vient de fontaine et/ou de fond qui vient de fond de vallée. Ce toponyme se trouve en moyenne montagne mais jamais en plaine.
Toujours sur le sujet évoqué ci-dessus, pour un même lieu, le toponyme de la carte de Moreau du Temple (1770) est parfois différent de celui qui figure, de nos jours, sur la carte 25000 de l'IGN (cela est fréquent).
Exemple:
Au Morne-Vert : Carte Moreau du Temple = Deville fils, carte IGN = Fond Moulin.
A Case-Pilote : Carte Moreau du Temple = Roche, carte IGN = Fond Boucher etc.
Les suffixes (Moulin ou Boucher) se rapportent souvent à des anthroponymes c'est-à-dire des noms de personnes ayant vécu à cet endroit mais, il n'est pas exclu (pour les cas ci-dessus), qu'il y ait eu une minoterie pour le premier ou un débit de viande pour le second. Le sujet est à approfondir ... 17, »
Mis à part le fait que ce porte parole de l’IGN raisonne comme s’il parlait d’un pays d’Europe, avec des références à la moyenne montagne, à la minoterie et au débit de viande, l'orthographe de "Fond" pose un problème général à l'ensemble des Antilles françaises, celui du contenu des mots. Parce que jamais les données particulières à un lieu et à une histoire ne sont associées à un toponyme qui présente l’apparence d’un mot français commun, la francisation cartographique devient proprement antigéographique. Parce que le cartographe français est incapable de régionaliser un mot « centralisé », le débat sur le « fond » continue, alors qu'on pouvait le croire résolu après H. Petitjean Roget et M. Mousnier18. Dans le langage créole usuel fond s'oppose à morne et prend un sens nettement topographique : dépression, fond de vallée. Il est bien vrai que l'appropriation du sol, qui s'est avérée la plus précoce parce que la plus facile, a concerné les terres basses proches des exutoires hydrographiques et les costières des mornes, mais la topographie de la côte caraïbe, de part et d'autre de Saint-Pierre, offre bien plus de plateaux tombant sur la mer par une falaise que de vallées alluviales. Les fonds sont en réalité des surfaces subhorizontales souvent coupées par de profondes ravines à proximité de la mer.
Dans une logique étroitement française et en conséquence d’une histoire sociale et culturelle qui lie l’essor de la bourgeoisie française aux fonds – de commerce, de caisse et de terre – c'est le mot fonds, tiré du latin fundus, avec le sens de "bien fonds", de "fonds de terre", qui conviendrait le mieux pour désigner la concession non bâtie et donc la base foncière du domaine agricole. Mais ce dernier n’a jamais été désigné ainsi dans les colonies françaises d’Ancien régime, car après s’être appelée place la concession a toujours reçu le nom habitation (exploitation agricole). Eric Vial, constatant la présence de ce terme dans tous les territoires tropicaux anciennement français, le classe d’ailleurs dans les toponymes dont la source est le relief et précise : « Fonds étant à prendre au sens de vallée19 ».
Si l’on veut respecter l’histoire et la géographie de ce qu’on désigne, il paraît bien peu légitime d'orthographier systématiquement ce mot avec un "s" final, simplement parce que c’est cela qui se fait en France.
L’orthographe de ce terme, essentiellement géographique aux Antilles créoles, illustre de façon frappante le problème général du respect du patrimoine toponymique.

IV. Toponymes amérindiens et protohistoriques conservés

  • 20  LABAT, Nouveau voyage, 1978, I, p. 165 : « Macouba ou Testard, poisson dont la tête large et charn (...)
  • 21  Maniba : tois-toi, ne lui dis mot, d’après BRETON, Dictionnaire caraïbes-françois, 1665.
  • 22  Dans ses souvenirs intitulés Jeunesse aux Antilles, p. 125, Stany Delmond témoigne de l’influence (...)
  • 23  PACIFIQUE DE PROVINS. R. P. ofm. 1646. Brieve Relation du voyage des Isles de l'Amérique, A Paris, (...)

7Le Macouba20, L’Ajoupa (Bouillon) Le Maniba21 (au Carbet) et Le Carbet, sont des noms d'origine amérindienne qui correspondent parfois à un habitat précolombien attesté. Macouba est donné originellement comme le nom d'une rivière (R. de Macouba) par la carte de F. Blondel (1667), alors qu'il n'y existait encore ni poste administratif ni chapelle. Carbet n’est pas un mot de la langue karib, mais le terme tupi du Brésil que les premiers Français de passage dans les îles ont appliqué à la grande halle dans laquelle les Caraïbes tenaient leurs assemblées. Quant à ajoupa, ce n’est pas un endroit mais une paillote sommaire à un seul pan de toit dans laquelle Caraïbes et premiers Blancs trouvaient un abri pour leurs jardins, la pêche ou la chasse. Ce mot est passé dans la toponymie de La Réunion lors de la migration des pirates de la mer des Antilles.
Sur la presqu’île de la Caravelle, un toponymes d'origine amérindienne a peut-être subsisté, soit par transmission orale, soit par application récente d'un mot caraïbe à un endroit particulier : la pointe Caracoli. Il en va de même, à l’intérieur , pour le Morne Caraïbe (Ste Luce), la Fontaine Caraïbe (Saint-Esprit), le Tombeau des Caraïbes (Prêcheur, Rivière Pilote) Ces toponymes n’apparaissant sur aucune carte antérieure au XXe siècle, ils doivent être rangés dans la catégorie des inventions toponymiques du tourisme qui sévissent par à-coups depuis les années 188022.
Les noms amérindiens des capitaines caraïbes qui désignaient leurs villages ont disparu, mais ont été remplacés par ceux que leur avaient attribués Dupont et Duparquet : Le Simon, Le Robert, Le François et La Rose. C’est en effet la "politique caraïbe" des premiers gouverneurs, celle qui leur permit de se faire céder le Carbet et la Case de Pilote pour étendre la colonie vers le Sud, qui expliquerait les noms français adoptés par les indigènes, si l'on en croit Pacifique de Provins qui notait :
Le Gouverneur de cette Isle sur les François se nomme Monsieur du Parquet, (…) qui gouverne son peuple avec tout plein de satisfaction de leur part ; & qui par ce moyen s'est acquis tant de crédit sur l'esprit des Sauvages de son Isle, qu'il en fait ce qu'il veut ; spécialement sur celuy de leur Capitaine, qui s'appelle le Capitaine Pilote : car il m'a dit avoir tout nouvellement obtenu de ce Sauvage, qu'il feroit près de son logis, une petite maison & Chapelle, pour y loger un ou deux peres Iesuites ; (…) Ce Capitaine Pilote dit un jour à Monsieur le Gouverneur (ainsi qu'il me l'a raconté) que pour l'amour qu'il portoit aux François, il vouloit que tous les enfans qui naistroient desormais des Caribes ou Sauvages, portassent des noms de François23.
Cependant, le récit de l’anonyme de Carpentras prouve que, vingt ans plus tôt, des chefs caraïbes étaient déjà connus par des noms français (Pilote, Salomon et Louis) : l’échange des noms faisait partie de leur rituel d’alliance ou banaré.
La toponymie ne conserve donc aujourd’hui que les noms français des chef caraïbes.
Sur la côte au vent : Le Simon, La Rose, Le François, Le Robert.
Sur la côte sous le vent : Pilote, Salomon, Arlet.
Il y a pourtant une exception : Le Macabou. On trouve en effet sur la carte réalisée en 1704 par Nicolas de Fer, le dessin d’un petit village avec le renvoi en légende « n° 44 : Carbet de Sauvages Macabou. » ; ce village semble localisé au Simon (toponyme tiré du nom d'un capitaine caraïbe). La carte donne au village le nom de Macabou, nom tiré de la langue des Kalinago et sans doute véritable nom du capitaine Simon.

V. Toponymes floristiques et animaliers

  • 24  ARSAYE Jean-Pierre. 1992. « Cohé », dans CORZANI Jack. 1992. Dictionnaire encyclopédique Désormeau (...)
  • 25  MONNIER P. 1828. « Description nautique des côtes de la Martinique » (1824-1825), Annales maritime (...)
  • 26  DEAWARDE Jean-Baptiste. 1937. La vie paysanne à la Martinique. Essai de géographie humaine, Fort-d (...)

8De nombreux toponymes, à l’intérieur de l’île comme sur le littoral, conservent aujourd’hui le souvenir des végétaux et des animaux qui composaient le paysage martiniquais au début de sa colonisation par les Français.
La fixation précoce de la toponymie sur la côte sous le vent témoigne des premières activités de coupe de bois, de pêche et de chasse, particulièrement dans la baie de Fort-de-France. Certains noms se sont maintenus, mais ont souvent été déformés et continuent de l’être, par ignorance.
On en a retenu ci-après quelques exemples caractéristiques :
L’acajou. Le nom de la Rivière de l’Acajou, devenue rivière Gondeau, renvoie à une autre des premières activités : la coupe du bois. Il est fort vraisemblable que la concession de 1643 ait été accordée pour cet usage et certain que c’était la première destination de toutes les concessions de la baie que l’on trouve cartographiées entre 1684 et 1704. Le balata, qui correspond à un cycle d’exploitation beaucoup tardif, n’est entré dans la toponymie qu’au XIXe siècle.
Le gommier blanc donne un toponyme qui est toujours affecté à un morne (Le Saint-Esprit, Sainte-Anne).
Le balata, qui correspond à un cycle d’exploitation beaucoup plus tardif, n’est entré dans la toponymie qu’au XIXe siècle.
Il en va de même pour le génipa (Ducos), alors que cette plante était connue des Caraïbes, mais avec un nom différent. Génipa est le nom emprunté par les Français aux Tupis du Brésil, comme pétun et carbet.
Le lamentin (lamantin) ou « vache de mer ». C’est un mammifère marin que les Français, suivant en cela leurs prédécesseurs amérindiens, ont abondamment chassé à l’embouchure de la Rivière du Lamentin, au Cul-de-Sac à Vaches (Baie de Génipa) et sur l’Ilet à Vaches (Gros Ilet). Dutertre en porte témoignage, affirmant que le lamentin constituait l’essentiel de la nourriture carnée des premiers habitants blancs.
Le lézard. Les lézards sont en réalité des iguanes, que les premiers colons ont appréciés autant que les Caraïbes le faisaient. Les premières cartes (1645-1671) désignent la Lézarde sous le nom de Rivière aux Lézards ou Rivière des Lézards, plus tard sous celui de « Rivière du Lézard », ce qui ne laisse aucun doute sur l’intérêt qu’elle représentait pour les chasseurs.
Le cohé. C’est le « nom créole employé à la Martinique pour désigner des Engoulevents, oiseaux caprimulgiformes de la famille des Caprimulgidés24 ». La première carte qui donne une toponymie détaillée de la Martinique, celle de Blondel (1667), porte B.(aie) de Lohé. On trouve ensuite Cul de Sac Koé (1704) puis Cul de Sac Cohé jusqu’à la carte et à la description nautique de Monnier qui, sans raison apparente, adopte l’appellation « Cohé du Lamentin » en 182425.  Cette appellation s’impose comme une évidence telle que le père Delawarde lui invente une explication absurde dans sa notice sur  la signification des mots créoles employés dans son étude  : «Cohé : petite baie26 ».
Pour les ornithologues, ce Caprimulgiforme (Caprimulgus cayennensis, Bond, 1979) ne se rencontre aux Antilles qu’à la Martinique où il a peut-être été introduit depuis les Guyanes, via Tobago et Trinidad, par les Caraïbes. En 1763, le Créole J. B. Thibault de Chanvallon signalait cet oiseau dans son Voyage à la Martinique, relevant qu’il n’était connu que là et n’avait pas encore été décrit. Il est vraisemblable que le vocable cohé est d’origine caraïbe, même si E. Benito-Espinal pense que c’est « un nom créole, l’onomatopée de son cri ». Il signale en effet plus loin que « son chant est un sifflement plaintif, une sorte de chi-peeeer », ce qui n’a rien à voir avec co-hé !

  • 27  MOREAU DE JONNES Alexandre. 1822. Histoire physique des Antilles Françaises, vol. 1, Recherches su (...)
  • 28  BENITO-ESPINAD Edouard. 1990. Faune 1, Pointe-à-Pitre, Sanoli, La Grande Encyclopédie de la Caraïb (...)

9Aujourd’hui pratiquement disparu, le cohé était un volatile qui fréquentait le fond des baies et signalait la présence de lamantins aux chasseurs. Si les lézards ne sont pas véritablement amphibies et ne s’aventuraient qu’exceptionnellement au voisinage des vaches de mer, ces dernières étaient familièrement entourées par des colonies d’engoulevents antillais que les premiers colons appelaient Cohé ou Coré. Selon la tradition recueillie par Moreau de Jonnès entre 1808 et 1820, « Chant du Cohé (Caprimulgus americanus L.) : présage de tempête et de mort27. ». En publiant son homologation en 1963, le père Robert Pinchon lui a donné le nom significatif de Stenopsis cayennensis manati. Il voulait ainsi rappeler l’origine guyanaise de l’engoulevent de la Martinique et surtout son étroite association avec le manate ou lamantin (Trichesus). Cohés et lamantins avaient la même niche écologique et c’est pourquoi on trouve ces deux noms associés dans la toponymie de la baie de Fort-de-France28.
Baie ou Cul-de-sac du Cohé et Baie du Lamentin sont parmi les plus anciens toponymes de la Martinique : il est donc d’une totale absurdité de dire ou d’écrire « Cohé du Lamentin » à côté de Port Cohé. Cela ne fait que révéler l’ignorance dans laquelle on se trouve aujourd’hui de l’histoire « utile » de la Martinique, à moins qu’il ne s’agisse d’un racisme intégré par les Martiniquais vis-à-vis de leur propre culture. Dans cette hypothèse, ils estimeraient comme le pensaient les rationalistes blancs du siècle passé, que les « races exotiques » (c’est-à-dire leurs pères) ont une mentalité prélogique qui les fait appréhender sans embarras un Cohé (cul-de-sac) du Lamentin à côté d’un Fond Cohé (oiseau).

  • 29  La carte Insula Matanino vulgo Martanico est datée de 1660 par J. Petitjean Roget et même de 1690 (...)
  • 30  FRAISSINET J. P.. 1987. Anse Couleuvre (Prêcheur), Mémoire de maîtrise, UAG, p. 109.
  • 31  FRAISSINET J. P. 1987. Ibidem, p. 14.
  • 32  Tradition rapportée par le Ducossais Maurice JOSEPH-GABRIEL dans Martinique, Terre d’Eden, 1978, p (...)
  • 33  DELMOND Stany. (1937) 2001. Jeunesse aux Antilles (Saint-Pierre 1870-1902), Paris, L’Harmattan, p. (...)

10Le serpent. Le serpent “fer de lance”, trigonocéphale très venimeux et très dangereux pour l’homme, était extrêmement abondant à la Martinique et totalement absent dans d’autres îles. Ce reptile est bien entendu signalé par la toponymie sous la forme : la couleuvre.L'Anse Couleuvre, jadis "de la Couleuvre" ou "des Couleuvres", est un toponyme attesté dès 1648 sur la carte de Nicolas Visscher qui connaît aussi un Font à la Couleuvre proche d'une rivière qui correspond à celle de l'actuel Fond Lahaye29. J. P. Fraissinet se demande s'il s'agit d'un qualificatif attribué à la rivière comme une couleuvre ou de la vannerie caraïbe qui sert à purger le manioc amer de son suc vénéneux et même d'un totem caraïbe30. Il songe également à une couleuvrine qui indiquerait la présence de la batterie de canon dès le XVIIe siècle, mais un tel dispositif n'a été implanté que vingt ans après la mention du terrier (1689). On peut donc croire que c'est bien la rivière, appelée la Couleuvre par la carte de 1648, qui a donné son nom à l'anse et à l'habitation, à cause de son tracé sinueux à travers bois. J. P. Fraissinet note en outre que "les couleuvres, aux dires de certains habitués, pullulent dans le sous-bois" et qu'il pourrait s'agir de la vraie couleuvre, aujourd'hui disparue, mais plus vraisemblablement du trigonocéphale, appelé « couleuvre de la Martinique » par le père Labat31. Le fait qu'on trouve sur sa carte de 1720 le toponyme ance des Couleuvres permettrait de soutenir cette dernière hypothèse qui ne serait pas en contradiction avec le Font à la Couleuvre (actuel Fond Lahaye) de Visscher.Un autre reptile, inoffensif car véritable couleuvre, a également marqué la toponymie sous sa forme créole : la couresse.
Toponymes :
Bois serpent, Fond Serpent (Le Lorrain), Ravine Couresse (Rivière-Pilote).
Le burgau
. Les Caraïbes étaient très friands de la chair des coquillages marins appelés Burgaux (Cittarium pica et Livona pica, Linné, 1758). L'origine du mot reste mystérieuse, mais incontestablement liée aux coquillages nacriers des Antilles. Le burgau a en effet longtemps servi en Europe à la confection de boutons : dès 1611 on y signale l'emploi du mot "burgan" et "burgandine". Dans ses publications de 1671, Dutertre parle de la "burgadine" qu'on tire des coquillages antillais. Les Caraïbes et leurs successeurs créoles consommaient la chair des petites et moyennes coquilles parce que plus tendres.
Toponymes :
anse, îlet, pointe (Le Lorrain, Les Anses d'Arlet, Sainte-Anne)
Le poisson chat. ?
On ne peut enfin écarter l’idée que le nom de Trou au Chat, attesté dès 1671, renvoie au poisson chat plutôt qu’au refuge d’un Sieur Lechat, comme le veut la tradition de Ducos32. On notera que le Trou d'Enfer, entre le Prêcheur et les Abymes, s'appelait encore Trou Chat à l'époque de Stany Delmond (1880)33, ce qui prouve que ce toponyme correspondait à une configuration bien particulière du littoral.

VI. Les toponymes liés aux phases du peuplement

VI.1 Premiers Blancs, esclaves et libres de couleur

  • 34  Vauclin viendrait du colon Robert Vauclin d’après Rennard et Petitjean Roget, mais ce nom n’appara (...)

11Les noms de quelques habitués français de la Capesterre (terme disparu de la Martinique) que conserve la toponymie témoignent des premières activités prédatrices de la colonisation : pêche, chasse et flibuste. Les toponymes Cap de Ferré et Baie de Pacmar (ou de Pacmotte) apparaissent avant 1667, mais ne peuvent renvoyer à des colons, le terrier de 1671 attestant l'absence de concessions dans cette partie de la Martinique. Ce sont des chasseurs et pêcheurs, des traitants (qui pratiquent la traite avec les Caraïbes) antérieurs à l’occupation permanente des terres qui avaient là un ajoupa.
La toponymie de l’ensemble de l’île conserve en revanche plus d’une douzaine de noms des
premiers véritables colons. On trouve ainsi sur la carte :
Bouillon  - pour Jean Gobert dit de Bouillon (L’Ajoupa Bouillon)
Capot  ? (habitation, rivière, anse, fond)
D’Orange (morne),
Dunkerque - pour Nicolas Leconstre dit (pointe)
Hardy (îlet)
La Touche (anse, rivière),
Lahaye (fond),
Lamare (pointe, rivière),
Madame - pour Madame Duparquet (anse, rivière).
Mascré, Macré (fond, pointe)
Monsieur – pour Monsieur Duparquet (îlet, quartier et rivière),
Roxelane pour Rosselan ou Rousselan (rivière),
Thierry (îlet)
Vauclin34

12Beauséjour (pointes) est le nom des deux fortins construits sur ordre de Duparquet pour surveiller les Caraïbes et les Espagnols dans la baie de Fort-de-France et dans celle de Trinité.
Une caractéristique du système de l’habitation esclavagiste a marqué le paysage et la toponymie avec le nom Guinée. La petite Guinée était en effet le nom donné, à partir du XVIIIe siècle, au jardin particulier des esclaves situés sur les terres marginales de l’habitation ; ils y ont créolisé le jardin de case ou lougan ouest-africain. La culture en jardins tend à s'éloigner des champs ouverts d'habitation, elle se replie dans les fonds et dans les mornes aux soins des libres de couleur, de plus en plus nombreux : les Fonds Gens Libres et Fonds Mulâtres de la toponymie en témoignent.
Toponymes : Guinée Fleury (Rivière-Salée) : Fond Gens Libres (Le Marin, Rivière-Pilote, Le Vauclin), Fond Mulâtre.
Comme les « tombeaux des Caraïbes », les traces et les canaux « des esclaves » sont des inventions à visée touristique, mais beaucoup plus récentes. On en connaît d’ailleurs parfaitement la date d’apparition et les inventeurs à la Préfecture.

VI.2 Les engagés africains

  • 35  Communication de Bertrand Hayot, petit-fils de Simon.
  • 36  MARIE Emma. 1977. « Une immigration et ses survivances dans une commune de la Martinique. le Diama (...)

13L'immigration africaine commence en juillet 1857 avec l'arrivée de 284 engagés pour 6 ans. Originaires de Sierra Leone, ces Africains étaient libres au départ de chez eux et vraisemblablement volontaires. En décembre un autre convoi parvient à la Martinique dans des conditions de recrutement et de transport différentes qui demeureront jusqu'à l'abandon de l'immigration africaine, en 1862.
Tous demeurent dans l'île à l'issue de leur contrat refusant un retour dans la "terre de l'esclavage" : l'Afrique. Derrière ce refus, la Martinique ne leur apparaît pas comme une terre d'exil, mais comme un pays où ils ont acquis la liberté dont l'Afrique les avait privés.
Plus tard, en 1915, Simon Hayot introduit quelques dizaines de travailleurs africains pour l'usine du Simon ; ils refusent de la même manière de rentrer chez eux et s'installent sur la commune de Ducos, au lieu dit L'Afrique détaché de l'habitation Rivière La Manche35.
C'est au Diamant, sur le Morne L'Afrique (ignoré par la carte IGN qui ne connaît que le Morne Pavillon) qu'un très grand nombre d'Africains survivants des engagements du XIXe siècle se regroupent, une fois leur contrat expiré. Ce morne avait été donné aux affranchis par le comte Dizac, propriétaire de l'habitation du même nom, au moment de l'abolition. Les Congos y étaient près de 500 en 1900, ils ne comptaient plus que pour 44 foyers reconnaissables à leur patronyme africain en 1970. Vivant au début à l'écart de la population créole, ce groupe s'est ouvert et même peu à peu dissout à partir de 195036.
Ces immigrants n’ont marqué le paysage, au Diamant ou ailleurs, que dans la toponymie fine des lieux dits.
Toponymes : Trou Congo (Basse Pointe), Morne Congo (Gros-Morne), Morne l'Afrique (Le Diamant), Fond l'Afrique (Morne-Rouge).

VI.3 Les Chinois

14Entre 1859 et 1862, on introduit 701 Chinois avec un contrat de 8 ans. Il en restait 430 en 1900 : 318 hommes, 17 femmes et 95 enfants. Ce déséquilibre des sexes entraîna un métissage important avec la population martiniquaise, mais ne marqua ni le paysage ni la toponymie : plus aptes au commerce qu'à l'agriculture, les engagés chinois se replièrent rapidement sur les villes, surtout Fort-de-France et le Lamentin.
Toponymes : Le Chinois (Saint-Pierre), Col Yang Ting (Morne Rouge)
Les Indiens engagés pour travailler à la Martinique entre 1853 et 1900, en nombre plus important que les Africains et les Chinois, n’ont laissé aucune trace dans la toponymie actuelle. Cela est d’autant surprenant que Fort-de-France, le Lamentin et quelques bourgs ont connu des quartiers baptisés Couli-ville, Ville-couli ou rue Caye couli, comme en témoigne la cartographie des années 1870 à 1900.

VII. Les phases économiques derrière la toponymie

  • 37  MOUSNIER et CAILLE. 1990. Atlas historique, p. 47-48.

15A partir du XIXe siècle, le nom des différentes « habitations » tend à se stabiliser, sans que cela ait jamais rien eu d'absolu jusqu'à nos jours ; une appellation particulière se substitue au nom du propriétaire qu'on utilisait précédemment. Sur l'ensemble des toponymes de l'île, une quarantaine renvoie à l'habitation sucrerie ou à un équipement technique qui lui était lié. Au sucre, il faudrait ajouter tous les toponymes liés au café et au caco, à la chaux et à la poterie, au canal et au bac. Aucun ne renvoie au chemin de fer.
Moulins
Fond Moulin : Grand Rivière, Le Morne Vert.
Moulin à eau  :Case‑Pilote, Le Robert.
Moulin à vent : Fort‑de‑France, Le Robert, Le Saint‑Esprit.
Moulin l'Étang : Basse Pointe.
Le Vieux Moulin : Fort‑de‑France.
Ravine Moulin : Le Morne Rouge (nord‑est).
Le Moulin à Vent : Sainte‑Marie (nord de l'habitation Union en Haut).
Bâtiments et installations
Grand Case : Le Lamentin, Le Prêcheur, Le Saint‑Esprit, Le Vauclin.
La Sucrerie : Les Anses d'Arlets.
Belevent : Le Morne Vert.
Beauregard‑Sucrière : Rivière Pilote (Nord‑Est).
Ravine Vieille Sucrerie : Bellefontaine (Est).
Bas Fourneau : Les Trois Ilets (nord de l'habitation Espérance).
Morne Étuve : Le Marigot (nord de l'usine du Lorrain).
La Gragerie : Basse Pointe (sud de Gradis).
Rivière des Coulisses : Le Saint-Esprit.
Fond Coulisse : Le Saint-Esprit.
Morne la Coulisse : Le Carbet.
Hydraulique
Grand Bassin : Le Saint-Esprit
La Digue : Le François, Le Robert, Le Lorrain, Rivière Salée.
Les Digues : Rivière Salée.
Rivière La Digue : Le François (sud).
Habitation La Digue : Trinité (est de l'habitation Merveilleuse).
La Digue : Sainte‑Marie (ouest de Fond Saint‑Jacques).
La Digue : Sainte‑Marie (au quartier Reculée).
Fond Canal : Le Lorrain (nord de Vivé), Le Carbet.
Le Bout du Canal : Le Carbet (ouest quartier Bout Bois)37.

VIII. Les toponymes liés aux croyances

16Diables et zombis. Quelques toponymes côtiers qu'on rencontre autour de l'île témoignent de l’idée collective que le diable semble affectionner les lieux proches de la mer, particulièrement les « trous » et les « tables », alors que les zombis fréquentent l’intérieur. En revanche, c'est dans les grands bois que se réunissent les engagés pour se faire accepter ou non par les démons et que rôdent les zombis. Le zombi est le nom qu'on donne généralement à l'esprit qui hante une maison pour empêcher qu'on l'occupe ou qui empêche son achèvement, mais la toponymie prouve qu'il affectionne les montagnes, les fonds et les bois.
Toponymes : Trou au Diable (Sainte-Luce), Trou de la Diablesse (Grand'Rivière), Fond d'Enfer (anciennement Trou Chat au Prêcheur), Table du Diable (Salines) ; Bassin Zombi (Le Diamant), Fond Zombi (Saint-Joseph), Pointe Zombi (Le François), Rocher Zombi (Rivière-Pilote).
Mabouya. Ce terme désigne en créole un gecko (Hemidactylus mabouia, M. de J.), introduit d’Afrique à la Martinique au XVIIIe siècle – donc inconnu des Caraïbes – où il est devenu très commun. Son origine comme son sens sont ambigus. Mapoya, désignait l’esprit malin en langue kalinago, mais il n'est pas compris sous cette forme par les Créoles qui ne connaissent que mabouya, mot inconnu du lexique karib. Il semble qu'un doublet maboya ait existé en karib pour désigner, non pas le lézard proprement dit – bien qu'appelé « lézard » en créole – mais l'iguane que les Caraïbes chassaient avec une corde appelée caboya (d'où l'herbe cabouya en créole). Les Créoles considèrent ces mabouyas domestiques, qui hantent les demeures mais qui ne sortent que la nuit en se collant au plafond, comme des esprits répugnants.

IX. La défense des toponymes, base du combat identitaire

17Aujourd’hui, l’accélération de la mondialisation culturelle ne diminue pas les tendances de l’Etat à l’élimination des minorités linguistiques et culturelles, bien au contraire.
Cependant, la doctrine de l’IGN en matière de transcription des toponymes a évolué ; c’est désormais celle d’une « francisation prudente des expressions dialectales ». Les grandes aires linguistiques de la France sont ménagées et la doctrine de la francisation systématique a même été totalement abandonnée pour la Corse depuis les années 1970, pour l’Alsace peu après et depuis peu pour tous les pays de langue d’Oc. La faiblesse de la situation de la Martinique, comme plus généralement de tous les DOM, est que leur lexique n’est pas reconnu comme dialectal et ne s’est d’ailleurs jamais affirmé comme tel face à l’IGN ou à tout autre administration centrale : on évoque tout au plus des « particularités locales ». Or selon sa doctrine initiale, l’IGN ne peut considérer comme exonymes des toponymes qui appartiennent à une langue qui n’a pas de statut officiel dans la région concernée.
La Martinique est donc, au regard des cartographes de l’institut national, une zone de francisation intégrale. La preuve : la vieille orthographe « Le Galion » a été corrigée en bon français, sur les cartes et sur les panneaux. On a du estimer que les locuteurs du « petit nègre » – et non pas d’un dialecte – ignoraient que le mot devait prendre deux « l » ; et l’on a « Le Gallion », y compris sur les sachets de sucre et les bouteilles de rhum ! A quand la correction « en bon français » de Lamentin en Lamantin ?
Alors qu’on s’applique en Alsace et en Corse à la dialectisation de la toponymie sur les cartes topographiques et, par contrecoup, sur les cartes touristiques et à usages divers, chaque nouvelle édition de cartes de la Martinique francise un peu plus ses toponymes. Malgré l’intérêt porté dans toute l’Union Européenne aux minorités linguistiques, aucun retour à l’authenticité de la toponymie n’est envisagé au nom de l’identité créole. Il est vrai qu’en Corse comme en Alsace, une prise de conscience de plus en plus vive a fait reconnaître par des associations d’habitants et par des élus le caractère patrimonial des noms non français des lieux dans lesquels ils vivent. Désormais, sur les cartes, certains « termes dialectaux » sont substitués au nom français ou francisé, d’autres apparaissent en doublet de l’exonyme français.

  • 38  MURET Ernest. 1930. Les noms de lieux dans les langues romanes, cité par WYDMUSCH Solange. 1998. I (...)

18Alors que rien n’est modifié sur les cartes, bien au contraire, c’est cette dernière démarche qui tend à se généraliser à la Martinique sur les panneaux indicateurs routiers. On pourrait se réjouir de cette initiative si le résultat n’était pas aussi consternant : la plupart du temps, le toponyme créole est la simple transcription du nom de lieu français ! C’est le mot de la carte, écrit et souvent déformé en créole, rien de plus. Aucune recherche sur le nom exact – créole ou pas – sur son origine, sa signification et surtout son orthographe ancienne n’a précédé l’attribution arbitraire du toponyme prétendument local. Au lieu de contester les noms français en leur opposant une culture et une tradition, les inventeurs de toponymes écrits en créole se contentent de les travestir, de les maquiller. Il est d’ailleurs à craindre que, dans une logique de reconnaissance des réalités locales, l’IGN puisse un jour reprendre à son compte ces toponymes de pacotille, sans autre vérification.
Le combat pour l’identité créole s’enlise dans l’idéologie et s’égare dans  la politique, oubliant que derrière chaque mot il y a du réel et du concret, en particuliers les mots qui dénomment le sol natal. Encore faut-il vouloir se pencher sur ce sol. Il s’agit ici du problème de l’appropriation et de la réappropriation de l’environnement visuel et auditif, de l’intelligibilité du paysage lexical et scriptural face aux défigurations, aux dégradations et aux occultations de la banalisation cosmopolite qui détruit le sens, l’information, la beauté et tout simplement la personnalité insulaire. « Un nom de lieu est une forme de langue, un mot formé, comme tous les autres de voyelles, de consonnes, de phonèmes articulés par les organes de la parole et transmis par l’oreille au cerveau. Il ne saurait donc être étudié autrement qu’un mot quelconque, en dehors de la langue dont il fait partie et dont il porte l’empreinte » 38. Lorsque vers 1950, c’est-à-dire avant la période des inventions toponymiques de l’urbanisation, 95% des noms de lieux de la Martinique avaient été fixés, 80% de la population née dans l’île parlait le créole et 100% le comprenait. C’est donc du créole dont les noms de lieux portent l’empreinte et sont souvent issus, et c’est pour cela qu’ils sont des marqueurs de l’identité culturelle. Attaquer les toponymes, c’est attaquer la langue créole et cela est d’autant plus facile que ce créole n’a pas d’existence aux yeux du cartographe français.
Les modulations que l’IGN apporte à sa doctrine toponymique sont indiscutables  mais elles ne nous concernent pas encore ; elles doivent être prises en compte pour les étendre et les renforcer au bénéfice de notre aire culturelle, encore plus menacée que les autres puisque toujours incertaine de son existence et de son contenu. Au même titre que les constructions et les sites, la toponymie est un patrimoine que nous devons découvrir pour le gérer avec attention, dans le respect des générations passées et dans l’intérêt des générations futures.

Haut de page

Bibliographie

Collectif. 1999. Paroles de paysages, Paris, Fondation des Parcs naturels régionaux de France, collection Expérimenter pour agir.

Collectif. 1998. La toponymie, un patrimoine à préserver, actes du colloque « Conscience et maîtrise du patrimoine, la toponymie en Alsace », Paris, L’Harmattan.

Delmond Bebet Dr [Stanislas]. 1933.  Les noms de lieux à la Martinique , Revue d’Histoire des Colonies, n° 96, p. 293-306.

Deslandes G. 1974.  La doctrine toponymique de l’IGN , Onomastica 1.

Gendron S. 2003. Les noms des lieux en France. Essai de toponymie, Paris, Editions Errance.

Mousnier M., Caille B. et Begot D. 1990. Atlas historique du Patrimoine sucrier de la Martinique, Paris, Editions Caribéennes.

Negre E. 1998. Toponymie générale de la France : étymologie de 35.000 noms de lieux, Genève, Droz.

Ormelin F. 1980.  Toponymies , dans Collectif. 1980. Cartes et figures de la terre, Paris, Centre Georges Pompidou, p. 332-334.

Pelissier J-P., Motte C. (réd.). 2003. Géonomenclature historique des lieux habités, Paris, Direction des Archives de France.

Petitjean R. Capitaine. 1948.  Les noms de lieux à la Martinique , Onomastica, n° 3-4, décembre 1948, p. 219-222.

Revert E. 1949. La Martinique. Etude de géographie, Paris, Nouvelles Editions latines. La toponymie : p. 273-277.

Rostaing C. 1948. Les noms de lieux, Paris, PUF Que sais-je ?.

Schnakenbourg C. 1980. Histoire de l’industrie sucrière en Guadeloupe aux XIXe et XXe siècles, Paris, L’Harmattan, tome 1. Le nom des habitations : p. 27-30.

Vial E.  1985. Les noms de villes et de villages, Paris, Belin.

Illustrations

Page du Journal officiel de la Martinique fixant le nom de ses 20 premières communes.

Liste des communes en 1990 d’après l’INSEE. Tous les articles définis (Le, La Les, L’) ont disparu sans justification ni annonce légale.

Haut de page

Notes

1  Alors que les lotissements occupent souvent d’anciens champs de canne à sucre, rares sont les aménageurs qui cherchent à en connaître le nom cadastral pour l’appliquer au nouvel ensemble immobilier ; ils préfèrent le pauvre vocabulaire de l’exotisme européen : noms de quelques plantes et oiseaux, mots fétiches du vocabulaire caraïbe ou de l’abécédaire de l’hédonisme tropical.

2  GENDRON Stéphane. 2003. p. 52-53 : 4.4. La normalisation des toponymes (adaptations, francisations, traductions).

3  On imagine mal en France la disparition de l’article devant Le Havre, La Ferté, La Villette etc. qui seraient, dans un premier temps, orthographiés, Havre (Le), Ferté (La), Villette (La)… C’est pourtant ce qui se produit hors la loi et systématiquement dans tous les DOM, pour les simples besoins de la classification alphabétique administrative.

4  DESLANDES Gaston ; 1974. « La doctrine toponymique de l’IGN », Onomastica 1.

5  ORMELIN Ferjan. 1980. « Toponymies », p. 332-334.

6  La modification du nom des communes est régie par l’article L.2111-1 du Code général des collectivités territoriales et ses modalités fixées depuis l’arrêt du Conseil d’Etat en date du 22 avril 1955. L’initiative du changement ne peut venir que du conseil municipal de la commune intéressée qui adresse une demande au préfet. Après avis du Conseil général, du directeur des Archives départementales, du directeur de la Poste et du Conseil d’Etat et si aucune contestation ne s’élève, un décret est signé par le Président de la République ou par le Ministère de l’Intérieur (Commission de révision du nom des communes) et publié au Journal officiel.

7  Volontariat civil à l’aide technique.

8  COLLECTIF. 1996. Dictionnaire des communes, quartiers et sections communales de la République d’Haïti, Delmas, Communication Plus. Réalisé par quatre journaliste, cet ouvrage n’a pas d’équivalent dans les DOM français, pas même le défunt MADRAS de l’éditeur Exbrayat (8 éditions) en dépit de son volume. ROMAIN J. B. 1960. Noms de lieux d’époque coloniale en Haïti, essai sur la toponymie du nord à l’usage des étudiants, Port-au-Prince, Imprimerie de l’Etat.

9 REVERT Eugène. 1949. La Martinique, p. 272-277, "la Toponymie", qui ignore Delmond-Bebet et ne critique pas J. Rennard dans ses tentatives du Tricentenaire.

10 MOUSNIER M. et CAILLE B. 1991. Atlas historique, p. 46-50.

11  RENNARD Joseph. 1935. Tricentenaire. des Antilles : Guadeloupe, Martinique 1635-1935 ; Documents publiés sous le patronage de René Cottrel et de Théodore Baude, Fort-de-France, R. Cottrel ; Thonon-les-bains, Le Messager.

12 « Les noms de lieux à la Martinique ». 1933.

13  Il n’y a rien à retirer sous le rapport de la toponymie de l’Histoire des Communes Antilles Guyane dirigée par J. Adelaide Merlande.

14  MAY Louis-Philippe. 1930. Histoire économique de la Martinique : 1635-1763, Paris, M. Rivière, réédition Fort-de-France, S.D.C., 1972., p. 209.

15 THIBAULT de CHANVALLON Jean-Baptiste Mathieu. (1783) 2004. Voyage à la Martinique, Paris, Karthala, p. 67.

16  PETITJEAN ROGET Jacques. 1980. Le Mémorial Martiniquais I, Nouméa, Les éditions du Mémorial, p. 112-119.

17  Il existe trois lieux dits « Fond Moulin » à la Martinique. Dans le cas du Fond Moulin de Grand’Rivière, une autre habitation que celle évoquée par le spécialiste de l’IGN, une étude d’archéologie historique a précisément révélé à quelle époque l'ancienne sucrerie Borq (Moreau du Temple, pour Bourk), redevenue caféière, prend l'appellation Le Fond Moulin qui lui est restée : après son acquisition par Paul Méry de Neuville en 1804 et avant sa vente à Jean Baptiste Sabat Cassius Linval en 1821. Tous les actes notariés portent expressément Le Fond Moulin. C'est donc l’orthographe « fond » que doit retenir l’IGN, dans le cas présent comme dans tous ceux qui s’appuient sur la tradition ou sur les archives, mêmes si elles sont en contradiction avec la « norme » française.

18  MOUSNIER Mireille 1991. « Occupation spatiale des habitations littorales à la Martinique. XVIIe-XIXe siècles », Caribena, 1, 1991, p. 129.

19  VIAL Eric. 1985. Les noms, p. 282.

20  LABAT, Nouveau voyage, 1978, I, p. 165 : « Macouba ou Testard, poisson dont la tête large et charnue, leur corps est assez lourd. Ils ont la peau noire et fort fine ; la chair est très blanche et délicieuse ».

21  Maniba : tois-toi, ne lui dis mot, d’après BRETON, Dictionnaire caraïbes-françois, 1665.

22  Dans ses souvenirs intitulés Jeunesse aux Antilles, p. 125, Stany Delmond témoigne de l’influence précoce des légendes touristiques : en 1880, le Coffre-à-Mort du Prêcheur commence à être appelé « Tombeau des Caraïbes ». Ce sera aussi le sort de celui de Rivière-Pilote. Alors que coffre à mort (= cercueil) est le premier nom de ce monticule, cartographié dès le XVIIe siècle, personne aujourd’hui ne le connaît et ne sait ce qu’il signifie !

23  PACIFIQUE DE PROVINS. R. P. ofm. 1646. Brieve Relation du voyage des Isles de l'Amérique, A Paris, Chez Nicolas & Jean de La Coste, (achevé le 2 septembre 1645), p. 8.

24  ARSAYE Jean-Pierre. 1992. « Cohé », dans CORZANI Jack. 1992. Dictionnaire encyclopédique Désormeaux, Fort-de-France, Editions Désormeaux, 3, p. 348.

25  MONNIER P. 1828. « Description nautique des côtes de la Martinique » (1824-1825), Annales maritimes et coloniales, 1828, p. 412-501.

26  DEAWARDE Jean-Baptiste. 1937. La vie paysanne à la Martinique. Essai de géographie humaine, Fort-de-France, Imprimerie officielle, 1937, p. 7. Un peu d’attention aurait épargné cette absurdité, aussi bien à J.-B. Delawarde qu’aux cartographes de l’IGN : il existe en effet dans la même baie du Lamentin un Port Cohé et une caille Cohé, sans compter le Fond Cohé de Saint-Pierre.

27  MOREAU DE JONNES Alexandre. 1822. Histoire physique des Antilles Françaises, vol. 1, Recherches sur l’ouragan. reproduit dans REVERT E. 1946. La Martinique, p. 512.

28  BENITO-ESPINAD Edouard. 1990. Faune 1, Pointe-à-Pitre, Sanoli, La Grande Encyclopédie de la Caraïbe, vol. 3, p. 128-131 : Ordre des Caprimulgiformes.

29  La carte Insula Matanino vulgo Martanico est datée de 1660 par J. Petitjean Roget et même de 1690 par les auteurs de l'Atlas historique du patrimoine sucrier (1990, p. 15). Une étude biographique sur Nicolaus Visscher montre qu'il était actif avant 1648 et que sa carte ne peut dater que des années antérieures à l'occupation de la Capesterre par les Français (1658).

30  FRAISSINET J. P.. 1987. Anse Couleuvre (Prêcheur), Mémoire de maîtrise, UAG, p. 109.

31  FRAISSINET J. P. 1987. Ibidem, p. 14.

32  Tradition rapportée par le Ducossais Maurice JOSEPH-GABRIEL dans Martinique, Terre d’Eden, 1978, p. 115. NB. Il existe un Trou au Chat sur le littoral méridional de La Réunion et une rivière du Trou au Chien sur la Basse Terre de la Guadeloupe.

33  DELMOND Stany. (1937) 2001. Jeunesse aux Antilles (Saint-Pierre 1870-1902), Paris, L’Harmattan, p. 125. Ce livre, publié pour la première fois en 1937, suit de quatre ans l’article sur les noms de lieux.

34  Vauclin viendrait du colon Robert Vauclin d’après Rennard et Petitjean Roget, mais ce nom n’apparaît sur aucun acte contemporain de la première occurrence du toponyme. Il en va de même pour Le Marin qui serait, d’après Petitjean Roget, le surnom du colon Pierre Baillardel.

35  Communication de Bertrand Hayot, petit-fils de Simon.

36  MARIE Emma. 1977. « Une immigration et ses survivances dans une commune de la Martinique. le Diamant 1848-1973 », dans Quelques aspects du patrimoine culturel des Antilles,Fort-de-France, CDDP, décembre 1977, p. 27-36.

37  MOUSNIER et CAILLE. 1990. Atlas historique, p. 47-48.

38  MURET Ernest. 1930. Les noms de lieux dans les langues romanes, cité par WYDMUSCH Solange. 1998. Introduction à La topographie, un patrimoine à préserver, p. 7-8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Huyghues-Belrose, « Le nom des lieux à la Martinique : un patrimoine identitaire menacé », Études caribéennes [En ligne], 11 | Décembre 2008, mis en ligne le 16 novembre 2010, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3494 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3494

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org