Navigation – Plan du site
Editorial

Espaces et aires protégés. Gestion intégrée et gouvernance participative

Jean-Marie Breton

Texte intégral

1Les atteintes récurrentes et aggravées à la biodiversité et aux écosystèmes naturels, dans les zones ultrapériphériques d’outre-mer en particulier, appellent et justifient aujourd’hui une protection adaptée et renforcée des espaces naturels fragiles, sensibles, ou convoités, dont les richesses écologiques sont particulièrement menacées. Les espaces insulaires et archipélagiques du bassin de la Caraïbe n’échappent pas à la problématique gestionnaire complexe issue de la dialectique des exigences contradictoires de la dynamique du développement économique et de la protection environnementale, pour les aires terrestres aussi bien que marines, pour les espaces urbanisés autant que ruraux, pour les zones côtières et littorales.

2Les objectifs initiaux de protection et de conservation visant au maintien sinon au gel de la nature et de l’environnement en l’état, trouvent désormais un indispensable prolongement dans la mise en valeur et l’utilisation durables et reproductibles des ressources naturel-les. Les différents modes et instruments conçus et mis en place à ce titre revêtent des formes et obéissent à des régimes divers et variés : création d’aires protégées (parcs nationaux, parcs naturels, parcs maritimes, réserves naturelles, réserves de biosphère, etc.) ; dispositifs règlementaires de mise en défens, et de protection de biotopes ; création du réseau communautaire « Natura 2000 » ; acquisition d’espaces fonciers par le Conservatoire du littoral ; etc.

3Les buts poursuivis, légalement impartis, résident selon les cas soit dans les seules protection et conservation, érigées en exigences prioritaires, en fonction desquelles doit être appréciée et validée toute politique gestionnaire des espaces, des ressources, des espèces et des habitats ; soit dans une démarche développementale élargie, intégrant des composantes ludiques, culturelles, éducatives et aménagistes, auxquelles doivent alors être conciliées les contraintes protectrices et conservatoires. Les perspectives ouvertes par les nouvelles idéologies et politiques de développement durable, au profit des collectivités et/ou communautés locales, appellent, corrélativement, une nouvelle approche conceptuelle et un renouvellement opérationnel, des cadres, des modalités et des régimes de gestion des aires protégées.

4Il est en effet impossible de dissocier leur gestion spécifique des politiques parallèles et convergentes, parfois consubstantielles, d’urbanisme et d’aménagement du territoire, de tourisme et d’énergie, de transports et de loisirs. Ces politiques sont de plus en plus fréquemment élaborées et mises en œuvre dans un cadre territorial largement décentralisé, aux niveaux régional comme à celui des collectivités de base, au profit d’un développement délibérément tourné vers les populations locales. Ces dernières doivent dès lors y être logiquement et nécessairement associées, par des processus de partenariat et de gestion participative qui procèdent directement des exigences d’une démocratie de proximité remettant fondamentalement en cause les méthodes et les outils centralisés du pouvoir politique et administratif, au profit d’une nouvelle « gouvernance » des espaces et des aires protégés. Celle-ci, procédant d’une gestion complexe des différents paramètres et composantes des politiques publiques locales et/ou sectorielles, en faveur d’un développement transversal et multiforme, trouvent une illustration significative, entre autres, dans la gestion intégrée des zones côtières.

5Ce qui est en cause, à travers la cohérence du processus de conception, d’élaboration, d’exécution et de suivi d’un développement conçu comme durable tout autant que viable, réside dans les attentes populaires en termes de crédibilité, d’acceptabilité, d’effectivité et d’efficience de ces politiques, par et pour les collectivités et communautés locales. Eu égard aux attraits qu’exercent les zones concernées à l’endroit des demandes collectives dans le domaine des activités sportives et de loisirs, la recherche de cohérence entre la conservation environnementale et l’utilisation des espaces et des aires protégés à des fins « ludiques », au sens large, occupe une place centrale et déterminante. C’est le cas, entre autres, du tourisme, et plus particulièrement de ses déclinaisons « éco compatibles » que sont l’écotourisme, le tourisme responsable et solidaire, et toutes les formes de tourismes « alternatifs ».

6L’association des populations à la gestion intégrée des espaces et aires protégés constitue ainsi une condition et un élément essentiels et déterminants d’une gouvernance véritablement participative des ressources et des territoires placés sous un régime spécifique de protection, plus ou moins rigoureuse et accentuée. À travers une séquence appropriée et successive d’information, de mobilisation, d’implication et de responsabilisation, elle postule à terme une refonte originale et radicale des processus de décision et de gestion, s’inscrivant dans un renforcement des politiques publiques au service d’un développement caractérisé par le passage progressif d’un ordre public originel administratif et impératif, à un ordre public réinventé écologique et partenarial. Sont concernées des communautés et/ou des collectivités de plus en plus nombreuses, dans des zones situées dans la mouvance des espaces et aires protégées, souvent élargies ou en extension (à l’instar des nouvelles « zones d’adhésion » des parcs nationaux français, instaurées en 2006, en lieu et place de leurs anciennes zones périphériques).

7Consacré à un thème aussi actuel que prégnant, qui « interpelle » à de nombreux égards les responsables et acteurs de la protection environnementale et de la gestion des aires protectrices, dans la région Caraïbe comme hors de son champ géographique, ce numéro spécial d’Études caribéennes présente, à partir d’un panel d’analyses et d’expériences dûment ciblées, un panorama des problématiques et des situations auxquelles sont confrontés les décideurs comme les populations, ces dernières appréhendées comme les principaux destinataires et, surtout, bénéficiaires des politiques mises en œuvre à cet effet. Son intérêt procède du regard pluridisciplinaire qu’il entend renvoyer au lecteur, articulant des savoirs, compétences et approches entre sciences biotechniques et sciences sociales pour une analyse du vivant et de sa complexité.

8Les contributions présentées ci-après s’articulent autour de trois axes principaux, qui s’inscrivent dans la mise en exergue de l’approche à la fois globale et innovante qu’appellent aujourd’hui, eu égard aux considérations ci-dessus, la gestion intégrée et la gouvernance participative des espaces et des aires protégées, tout à tour illustrées par des textes relatifs à la Caraïbe, et par des études de cas se référant plus particulièrement à l’Afrique et à Madagascar.

9Deux articles « hors thème » — sur le contenu desquels on ne reviendra pas dans ces propos liminaires — viennent par ailleurs, conformément à la formule habituelle de la Revue, les compléter (J. Kroubo Dagnini ; J. Pruneau, S. Ferez, et F. Maillard).
Dans un premier temps, pour situer le contexte et dresser le décor, on s’intéressera à la problématique générale et transversale qui est, dans les régions ultrapériphériques, celle de la gestion des ressources environnementales dans une perspective de développement touristique durable et viable, à travers l’identification des paramètres et conditionnalités d’une gestion apte à répondre aux enjeux et aux défis d’une démarche directement affectée par les ambiguïtés d’une (re)construction identitaire aussi prégnante que déterminante (J.M. Breton). Pour sa part, la création d’aires protégées, en amont comme en aval d’une telle approche opérationnelle, met en cause des logiques d’action relevant tant des pouvoirs publics, de l’État en particulier, que du milieu qui apparaissent a priori difficilement compatible, sinon même « réconciliable », en termes de contextualisation comme de logiques et de dynamiques d’action (M. Lequin). Une lecture originale et un éclairage pertinent peuvent être à cet égard utilement recherchés à travers le prisme et les présupposés de la justice environnementale, dont la portée heuristique, appliquée à la double problématique de la conservation et de la valorisation des espaces, est de nature à fournir une grille de lecture et partant, à apporter des éclairages essentiels (D. Lapointe et Ch. Gagnon).

10Les recherches et les réflexions portant sur la Caraïbe, auxquelles il est logique que la présente Revue fasse une place particulière, sont, elles, centrés sur des préoccupations gestionnaires et fonctionnelles plus précisément situées, dont la connotation pragmatique suffit à justifier justifie l’intérêt. Interpellant les décideurs et responsables comme les collectivités et les populations, les acteurs publics aussi bien que privés, les opérateurs économiques autant que les mouvements associatifs, elles portent respectivement sur l’extension complexe et controversée de la nouvelle zone d’adhésion du Parc national de la Guadeloupe à la majeure partie de l’espace guadeloupéen (A. R. Teixeira-Mazaudoux) et aux conflits d’usages que ne manquent pas de susciter la création et la gestion des aires protégées, à l’endroit de toute une série d’activités, traditionnelles et/ou modernes, des sports de nature en l’occurrence (N. Lahaye). En contrepoint de l’espace caribéen, et afin de permettre de prendre un recul nécessaire dans la perception que l’on peut avoir, à partir de celui-ci, des espaces et des aires protégées insulaires et ultrapériphériques, l’appropriation de la forêt québécoise à des fins ludiques vient opportunément illustrer les difficultés de la nécessaire conciliation, dans un but de protection, d’une gestion de type privatif avec une intervention publique garante de l’intérêt général (S. Gagnon).

11Élargissant plus encore le regard et la perception géographique autant que scientifique des problèmes inhérents aux problématiques territoriales et conservatoires, on tirera profit des études de cas qui, s’intéressant à d’autres espaces et continents, contribuent à enrichir le propos et à alimenter le débat. Il en va ainsi de la gestion communautaire des ressources naturelles au Bénin (P. Dovonou-Vinagbé et O. Chouinard), comme des effets pervers de l’institutionnalisation de la protection environnementale (R. Canavésio), aussi bien que, à l’inverse, de la sécurisation de la gestion locale des ressources naturelles (B. Sarrasin), à Madagascar ; voire même des défis et des enjeux de l’exploitation et de la valorisation des ressources de terroir au profit d’un développement local, comme il en va de la Réserve de biosphère de l’Argeneraie au Maroc (B. El Fasskaoui).

12On aura compris l’intérêt qui s’attache aux questions abordées dans le présent numéro d’Etudes Caribéennes, aux interrogations qu’elles soulèvent, aux défis qu’elles posent, aux enjeux qu’elles impliquent, aux choix de société et de politiques publiques qu’elles postulent. Certes — mais c’est là la loi du genre —, elles demeurent fragmentaires, circonstancielles, précisément situées dans le temps et dans l’espace, suscitant probablement chez le lecteur, par leur diversité comme par leur hétérogénéité, réflexion autant que frustration, satisfaction de connaître autant qu’envie d’en savoir plus.

13Elles présentent à tout le moins le mérite d’alimenter un débat multiforme et transdisciplinaire — aussi vaste que prégnant dans le contexte sociétal de ce nouveau millénaire — que l’on ne saurait prétendre être suffisamment exposé ci-après, a fortiori épuisé, dans un domaine crucial ô combien pour l’avenir de l’humanité, qui est celui de la conservation et de la valorisation des espaces comme des ressources naturelles, au profit d’un développement qui ne peut désormais plus être conçu autrement que durable et viable. Celui-ci appelle alors impérativement des modes de gestion à la fois renouvelés et inventifs, centrés sur des exigences protectrices et reproductibles renforcées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Breton, « Espaces et aires protégés. Gestion intégrée et gouvernance participative », Études caribéennes [En ligne], 12 | Avril 2009, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 30 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3558

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org