Navigation – Plan du site
Espaces et aires protégés. Gestion intégrée et gouvernance participative

Les sports de nature dans le Parc national de la Guadeloupe : des conflits potentiels au potentiel de coopération

Nathalie Lahaye

Résumés

La perspective d’un classement en « cœur de parc » des îlets Pigeon, haut lieu de la plongée sous-marine, relance les débats autour de la place des sports de nature dans le Parc national de la Guadeloupe. Faut-il craindre une interdiction de la plongée sous-marine en cœur de parc, comme ce fut le cas pour le canyoning, suite au conflit environnemental entourant cette pratique ? La réglementation est-elle toujours de mise, alors que la loi sur les parcs de 2006 exhorte les parcs à s’engager dans des démarches partenariales, afin de bâtir un projet de territoire reposant sur les principes du développement durable et de solidarité écologique entre le cœur de parc et ses espaces environnants ? Parallèlement, si le Parc doit passer d’une gestion de crises, souvent hésitante et parfois arbitrale, à une gestion concertée, de quel potentiel de coopération dispose-t-il pour dépasser des situations de conflits potentiels comme celle des îlets Pigeon ? Existe-t-il un effet d’apprentissage du conflit du canyoning capable de modeler ce potentiel de coopération ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les sports de nature s’inscrivent par essence dans un rapport ambivalent avec l’environnement, et ce a fortiori lorsqu’ils sont pratiqués dans un parc national. Conflits d’usages, conflits environnementaux, accompagnent l’ancrage de ces diverses pratiques sportives, qui offrent à leurs territoires d’accueil (commune, région, etc.) une réelle opportunité de développement économique et touristique. La tension entre protection des milieux naturels et développement se renforce, dès lors que les pratiquants et les prestataires des sports de nature cherchent à déployer leur activité au sein d’un espace protégé. Le label Parc National représente de fait un attrait évident à la fois pour les sociétés commerciales et les pratiquants sportifs. Ainsi, le Parc National de la Guadeloupe (PNG) comme d’autres parcs nationaux, se trouve confronté à la difficile situation que provoque une demande soutenue pour une plus grande ouverture de l’espace protégé à la pratique des sports de nature et le maintien de sa mission première de conservation de la biodiversité.

2La question se pose aujourd’hui avec d’autant plus d’acuité que le PNG prévoit une modification des zonages, dans le cadre de la révision de son décret de création, suite à la nouvelle loi sur les parcs nationaux de 2006. Les îlets Pigeon, espace jusqu’ici non préservé, patrimoine naturel remarquable et site de renommée internationale pour la pratique de la plongée sous-marine, deviendraient ainsi « cœur de parc ». La transformation de ce site touristique en un territoire protégé devrait entraîner un changement des usages, afin de satisfaire à l’obligation première de préservation du milieu naturel marin et terrestre. En conséquence, faudra-t-il réglementer, voire interdire, la pratique de la plongée sous-marine et de tout autre sport de nature sur ce site ? La réponse à cette question de la place des sports de nature en cœur de parc semble déjà avoir été trouvée, avec le règlement adopté à la suite du conflit exemplaire du canyoning. Elle correspond à l’interdiction de la pratique du canyoning en cœur de parc.

3Cependant, une solution aussi radicale est-elle aujourd’hui encore envisageable alors même que la nouvelle loi sur les parcs recommande la recherche de solutions de développement durable, par des démarches de concertation et de coopération entre toutes les parties prenantes ? Quels sont les usages et les pratiques sportives que l’institution Parc est en mesure d’autoriser sans sacrifier à sa mission première de conservation de la biodiversité ? Comment passer d’une gestion de crises souvent hésitante et parfois arbitrale, à une gestion concertée d’un espace protégé voué à s’étendre ? Existe-t-il un potentiel de coopération réel au-delà des orientations contenues dans la nouvelle loi, pour dépasser des situations de conflits potentiels ?

4Ce sont là autant de questions auxquelles nous proposons de répondre dans la suite de cet article. Pour cela, après avoir exposée la problématique des sports de nature au sein du PNG (§.1) nous reviendrons sur le conflit avéré du canyoning en zone centrale (§.2) et sur le conflit potentiel de la plongée sous-marine autour des Ilets Pigeon (§.3). Comprendre la démarche de l’institution Parc en matière de sports de nature au travers des conflits et tensions qui la traversent, présente en effet un double intérêt. Premièrement, cela permet de mesurer la difficulté pour le PNG à combiner la préservation d’un milieu naturel particulièrement sensible, voire menacé, à l’accessibilité du parc au plus grand nombre grâce à des pratiques sportives renouvelées et en pleine expansion. Deuxièmement, cela permet d’apprécier la capacité du Parc à déployer des méthodes de gestion partenariale. Pour cela, nous partirons du mode de gestion des conflits passés et nous tenterons d’apprécier le potentiel de coopération sur lequel le Parc pourrait asseoir son action future, afin d’offrir une solution partagée et concertée, au problème des sports de nature dans un espace protégé (§.4).

1. Les sports de nature au cœur du PNG : conflit ou défi ?

1.1. Sports de nature et parc national : un équilibre instable

5Les sports de nature sont à la fois, facteur d’aménagement du territoire et de développement local, réservoir de main-d’œuvre, générateur d’un équilibre socioculturel du territoire et outil d’intégration et d’éducation à l’environnement. Toutefois, leur fort développement, lié en partie à l’essor du tourisme vert, soulève la question de leur durabilité (Mounet, 2007a) a fortiori au sein d’un espace protégé.
Comme d’autres parcs nationaux français, le PNG représente un formidable terrain de jeux pour les adeptes des sports de nature. Les activités se sont diversifiées ces dernières années : randonnée équestre, VTT, quad, parcours acrobatiques en hauteur, canyoning viennent s’ajouter à la randonnée pédestre première activité en nombre de pratiquants locaux (15 000 à 20 000). En quinze ans, le nombre de pratiquants, toutes activités confondues, est passé de 130 000 à 500 000 (DDJS, 2005). Cet engouement correspond à un double processus de diffusion et de « créolisation » des sports de nature. Le nombre des prestataires professionnels connaît aussi une augmentation significative ; mais la filière professionnelle, comme chacun des sports qui la compose, souffre d’un manque de structuration, ce qui dessert parfois ses acteurs face à leurs partenaires potentiels (collectivités territoriales, Parc national, etc.) pour renforcer le développement des activités.

6Ces activités sportives de pleine nature devraient devenir un élément de plus en plus déterminant dans le choix de la Guadeloupe comme destination touristique. Car, l’image balnéaire de l’île ne suffit plus à drainer une nouvelle clientèle et l’économie du tourisme sur l’île enregistre un fort ralentissement depuis 2000. Il y a donc là à la fois, un important potentiel de développement de ces activités, accolées à la présence du parc national et un enjeu fort de relance de l’économie touristique.
Parallèlement, un accroissement de la fréquentation du parc par ce nouveau type d’usagers pose, d’une part, la question de la maîtrise des impacts sur l’environnement ; d’autre part, celle de la conciliation entre les différents usages légitimes de cet espace naturel, dont la conservation de la biodiversité reste l’objectif central (en cœur de parc notamment). Car, ces pratiques sportives ne sont pas exemptes d’effets environnementaux : dérangement de la faune et de l’avifaune, dégradation des milieux naturels (flore, habitat, substrat) comme l’écrasement et l’arrachage de la végétation, le tassement et la compaction des sols, le creusement et l’élargissement des sentiers ou encore, la destruction d’habitats. Et le PNG présente, de par ses caractéristiques (fort endémisme, tropicalité, étroitesse et pente) un degré de vulnérabilité élevé. En outre, il n’est pas rare que les pratiques sportives se fassent concurrence sur des sites le plus souvent remarquables. Conflits d’usages et conflits environnementaux ont alors tendance à se cumuler, dès lors que les pratiquants sportifs (sociétés commerciales ou particuliers) perçoivent les préoccupations écologiques comme une contrainte et comme un risque de se voir refuser l’accès aux sites de pratiques.

7De plus, les limites techniques et scientifiques que pose l’évaluation des impacts environnementaux attisent ces conflits, en particulier lorsque les choix en termes d’activités autorisées et d’activités interdites sont discutables. La mesure des impacts environnementaux des sports de nature constitue un problème à part entière. Elle soulève la question de l’état de référence de l’environnement (en termes d’équilibre biologique, de paysage légitime) celle de la capacité de charge des sites ou encore celle de la valeur des entités écologiques à préserver ou non (nature ordinaire vs nature protégée) (Mounet, 2007b). L’incertitude scientifique qui découle des études peut alors devenir une source de pouvoir dans des contextes conflictuels, radicalisant les positions et menant souvent à des exclusions des espaces communs, de certaines pratiques sportives.
S’il relève des prérogatives du Parc de réglementer les pratiques, voire même de les interdire, celui-ci aujourd’hui, semble s’inscrire davantage dans une démarche participative, recherchant à établir des partenariats sur la base minimale d’un dialogue ou d’une gestion concertée. La nouvelle loi de 2006 sur les parcs nationaux invite d’ailleurs le PNG, comme l’ensemble des parcs nationaux français, à s’engager plus avant dans cette démarche de partenariat. L’idée est de créer un espace global de cohérence territoriale, de s’engager avec toutes les parties prenantes dans un projet de territoire reposant sur les principes du développement durable et de solidarité écologique entre le cœur du parc et ses espaces environnants. Dans ce contexte, il importe de prévenir les crises, ou lorsque les conflits sont avérés, de les gérer, en définissant des modes d’action capables de sortir du conflit. Juguler les conflits, apaiser les tensions, définir de nouveaux cadres d’action, semble alors structurer l’approche gestionnaire des conflits du Parc.

8Pour autant, participation et coopération ne se décrètent pas. Un temps d’apprentissage est nécessaire ; de même qu’il importe de tirer les enseignements de la gestion des crises passées (Lahaye, 2008). De la voie réglementaire à la coopération, il existe un chemin plus ou moins long à parcourir qui requiert la mobilisation de toutes les parties prenantes. Car, si l’institution Parc doit désormais veiller, dans le nouveau contexte dicté par la loi de 2006, à garantir une continuité territoriale de la qualité environnementale, son autorité (dont le pouvoir de police dévolu au directeur du parc) reste limitée au cœur de parc. Une gestion patrimoniale du territoire induite et encadrée par le PNG, ne pourra donc être acceptée par les collectivités locales et la population, que s’il existe de réelles retombées économiques liées à la fréquentation et à l’image du Parc, et si le Parc fait valoir sa capacité d’expertise et d’animation dans le montage d’opérations partenariales.
Il s’agit donc là d’un réel défi pour le PNG, dont la politique en matière de sports de nature en particulier, est perçue comme trop contraignante ; certains allant jusqu’à parler de « politique de sanctuarisation » en référence à l’interdiction du canyoning en zone centrale. Car, si une nouvelle approche de gestion d’états de tensions semble se dégager comme nous le verrons, avec la plongée autour des îlets Pigeon, le cas du canyoning demeure exemplaire à la fois, pour la gestion de la crise proprement dite et pour les conséquences directes de son règlement, sur la pratique des sports de nature au sein d’un espace protégé, voué à s’agrandir.

1.2. Gestion arbitrale ou gestion concertée ?

9La gestion environnementale des sports de nature dans les espaces protégés oblige à considérer le cadre juridique qui structure ces espaces. Une gestion concertée a-t-elle sa place au sein d’espaces gouvernés par des dispositions réglementaires fortes ? La gestion concertée suppose la construction collective des problèmes et des solutions et la recherche de solutions de type « gagnant-gagnant » (Beuret, 2005). Peut-elle se déployer alors que les choix entre activités de pleine nature autorisées et activités interdites relèvent de décisions arbitrales, en particulier en cœur de parc national ?
Certains parcs nationaux ont commencé à établir des partenariats sur la base minimale d’un dialogue, voire d’une gestion concertée. C’est le cas du Parc national de Port Cros qui a formalisé une charte de la plongée sous-marine et proposé un partenariat aux clubs et prestataires de plongée. Négociée avec les professionnels, la charte de plongée sous-marine a été rendue obligatoire par un arrêté du Préfet de région qui interdit l’activité, sauf dérogation du directeur du parc. Cette dérogation précise que la plongée peut-être autorisée sous la condition d’être signataire de la charte établie par le Parc national. Ainsi, le plus souvent, ces négociations s’appuient sur l’autorité légale donnée par le cadre réglementaire des espaces. Cela laisse alors la possibilité au gestionnaire de rompre les négociations et de revenir à une attitude autoritaire, si nécessaire (Mounet, 2007a, p.8).

10En même temps, on s’accorde à reconnaître aujourd’hui de plus en plus l’efficacité des démarches participatives du point de vue de la gestion environnementale, y compris au sein d’espaces protégés, et donc fortement réglementés. La nouvelle loi sur les parcs de 2006 s’inscrit dans cette mouvance, en préconisant une démarche partenariale qui associe l’État, les collectivités locales, les associations de défense de l’environnement, les acteurs du tourisme, les usagers.

11La réforme en cours, qui appelle une révision des décrets de création des parcs nationaux, afin de faire des parcs des projets de territoire fondés sur une vision partagée, intégrée et vivante des espaces naturels, concerne la Guadeloupe dont 10 % de son territoire est classé Parc national depuis 1989. Avec la nouvelle loi, qui substitue désormais les notions de cœur de parc/zone d’adhésion à la classique distinction zone centrale/zone périphérique, 18 communes sur 34, soit plus de 50 % du territoire, devraient librement adhérer à la nouvelle aire d’adhésion, et être directement impliquées, en partenariat avec l’institution Parc, dans l’élaboration de ce projet de territoire, fondé à la fois sur les principes d’un développement durable et la solidarité écologique entre le cœur du parc et ses espaces environnants.

12La loi de 2006 instaure un nouvel outil de gestion de l’espace du parc national, la charte, à caractère réglementaire pour le cœur du parc, mais désormais contractuel pour l’aire concernée par l’adhésion effective des communes. La charte pose comme principe fondamental de gouvernance, la participation entre toutes les parties prenantes et reconnaît la solidarité et l’existence d’une responsabilité partagée dans le développement durable des territoires concernés.

13La réforme des parcs nationaux semble donc inscrire ceux-ci à mi-chemin entre une gestion étatique et une gestion conjointe, entre des espaces de type A et de type B, selon la matrice des modes de gouvernance des aires protégées de l’IUCN (Borrini-Feyerabend et al., 2004). Si les parcs restent gérés par un établissement public de l’État, qu’un transfert de police est toujours effectué au profit du directeur du parc, la nouvelle composition du conseil d’administration, l’existence d’un conseil scientifique et celle d’un conseil économique, social et culturel confortent l’idée d’une gestion plus collaborative où les diverses parties prenantes intéressées par le parc national sont informées et consultées. Toutefois, dans ce cadre renouvelé de la gouvernance des parcs, comment les parcs sont-ils en mesure d’assurer la transition vers davantage de partenariat dans des champs d’action controversés, dominés par des tensions parfois vives, à l’instar des sports de nature en Guadeloupe ?

14Pour le PNG, on peut ainsi lire dans le rapport de présentation du projet de modification du décret de création : « dans le cœur terrestre, la pratique des sports d’eau vive est interdite par arrêté du directeur depuis 2004 ; cette interdiction est confirmée dans le projet de décret. Les autres activités sportives et touristiques de pleine nature sont réglementées dans le cœur de parc dans les conditions prévues par la charte, sous la responsabilité du directeur ». Cela signifie-t-il que des activités de pleine nature pourront être autorisées, tout en étant encadrées en cœur de parc ? Y aura-t-il un traitement différentié (interdiction ou réglementation) selon le type, des sports de nature en cœur de parc ? S’agit-il là pour le PNG, d’une façon de gérer au moindre coût, des situations de conflits potentiels et de développer un potentiel de coopération autour d’activités de pleine nature jusqu’ici librement pratiquées, comme la plongée sous-marine autour des Ilets Pigeon ? C’est ce que nous proposons de voir dans les parties suivantes, en revenant sur les cas du conflit avéré du canyoning et du conflit potentiel de la plongée sous-marine.

2. Le conflit exemplaire du canyoning dans le PNG

2.1. Le canyoning, une pratique en développement en Guadeloupe

15Au début des années 90, l’activité de canyoning commence à être pratiquée au cœur du parc. Elle ne fait pas l’objet d’une réglementation spécifique, car il s’agit d’une activité encore mineure. Le décret de création du parc ne précise pas la liste des activités autorisées, à l’exception de la randonnée à pied et la natation, qui sont au moment de la création du parc, en 1989, les pratiques les plus communes (article 21, décret n° 89-144 du 20 février 1989).

16Dix ans après la création du parc, l’activité enregistre une croissance forte. Pratiquée à l’origine par des sportifs expérimentés, elle est aujourd’hui le fait d’une clientèle plus large, à la recherche de sensations fortes, de dépaysement et d’aventure, dans un environnement sécurisé, ce qui nécessite des équipements plus nombreux. On dénombre actuellement 150 pratiquants locaux réguliers (licenciés) et 5000 pratiquants occasionnels, dont 4000 touristes (source DDJS, 2005). Cela représente environ 800 sorties par an, tous prestataires confondus, avec un effectif par sortie compris entre 2 et 8 pratiquants. L’activité est aujourd’hui assurée par une association et sept entreprises commerciales de sports de pleine nature, dont une seule pratique exclusivement le canyoning. Elle génère moins d’une dizaine d’emplois rémunérés équivalent temps plein. L’importance économique du secteur demeure donc faible en comparaison d’autres activités sportives et récréatives.

17Les sites sont peu nombreux, essentiellement concentrés en Basse Terre, dans la zone de la soufrière, à Deshaies et à Pointe Noire. Leur nombre toutefois va se trouver réduit en 2004, à la suite de l’interdiction de pratiquer le canyoning et les sports d’eau vive en général (randonnées aquatiques, rafting, canoë-kayak, hot-dog, hydro-speed) dans la zone centrale du parc.

2.2. De la controverse à l’interdiction du canyoning en zone centrale du parc

18Une situation de conflit se dessine à la fin des années 90, pour atteindre son apogée en 2003. L’entrée dans le conflit est marquée par la forte inquiétude quant aux impacts environnementaux à long terme que la pratique accrue du canyoning fait naître auprès des associations de défense de la nature. Cette inquiétude va rapidement se trouver relayée pour gagner toutes les instances de l’institution Parc et se transformer en objet de controverse.
Il existe alors encore peu d’études d’impacts sur l’activité de canyoning ; ses effets environnementaux sont donc très mal connus. Mais il n’est pas difficile d’imaginer, ou de craindre (et chacune des parties prenantes va avancer ses arguments) que des effets négatifs sur les milieux naturels existent et ceci d’autant plus, dans un milieu à forte valeur patrimoniale comme le PNG. Par ailleurs, des rencontres, souvent tendues entre des gardes moniteurs du parc qui développent une vision conversationniste de l’espace protégé, et des pratiquants vont se produire de façon récurrente, alimentant le climat de tension.

19L’opposition se dessine, de façon assez classique en présence d’un conflit environnemental, entre d’un côté le PNG et des défenseurs de l’environnement et de l’autre, les pratiquants et les prestataires. Les manifestations directes de cette opposition sont principalement l’arrachage des accroches, les invectives et les heurts. Mais les débats ont surtout lieu au sein des instances du PNG. La controverse se cristallise rapidement autour de la question : « pour ou contre le canyoning dans la zone centrale du parc ? ». En juin 2001, un débat animé, au sein du comité scientifique du parc, amène celui-ci à émettre un avis défavorable sur la pratique de toute activité aquatique en zone centrale, invoquant le principe de précaution. Le conseil d’administration n’entérine cependant pas l’avis, et réclame une étude à la fois plus globale et économique, afin de statuer. Car si la question des impacts environnementaux est à étudier, celle des retombées économiques et sociales, existantes et à venir, de cette activité ne peut pas être écartée. Une première étude est alors conduite au cours de l’année 2002 et un avis est rendu en février 2003 par les experts scientifiques locaux. Ceux-ci concluent à la nécessité de restreindre, voire d’interdire, l’activité de canyoning au sein des cours d’eau du parc national, étant données 1) l’absence de certitudes sur les impacts, 2) la nécessité de disposer de données sur les impacts en saison sèche (seule la saison humide a été prise en compte dans l’étude) et cela, afin de mettre en place une réglementation adaptée. L’avis du Parc ne se fait pas attendre et en novembre 2003, l’arrêté d’interdiction tombe, mettant fin au conflit. Le Parc prend également la décision de ne pas engager les études complémentaires initialement prévues.

20Derrière les débats qui animent tenants et opposants de la pratique du canyoning dans le cœur du parc, se joue un autre conflit, interne à l’institution Parc, sur des questions de direction et de gestion de l’institution. Dans un climat de défiance et de tension, le conflit du canyoning va alors servir les intérêts de tous ceux qui, an interne, désapprouvent la gestion de la direction, qui se montre par ailleurs plutôt encline à trouver un compromis sur cette question épineuse du canyoning. Une instrumentalisation du conflit du canyoning apparaît, qui participe alors de son activation.
Suite au décret d’interdiction, les prestataires vont se replier sur les sites en zone périphérique du parc et en dehors du parc. Après quatre années d’interdiction, ils dressent aujourd’hui le bilan suivant : 1) l’activité continue de progresser régulièrement ; 2) un effet de masse sur les sites autorisés apparaît, avec les effets négatifs sur la clientèle et sur le milieu environnant lui-même ; 3) l’ouverture sauvage de nouveaux sites dans des zones qui, bien qu’en dehors du parc, n’en sont pas moins sensibles sur le plan écologique, est à déplorer.

21Aussi, si la réglementation met un point d’arrêt au conflit, les revendications ne disparaissent pas pour autant. Les sociétés commerciales en exercice aujourd’hui, souhaiteraient 1) un assouplissement de l’interdiction, notamment sur des rivières situées dans des zones déjà largement fréquentées par le public, bien que situées dans le parc (secteur de la soufrière) ; 2) une révision de la liste des sites autorisés à la pratique avec création de nouveaux sites dans le parc dans des secteurs qu’ils jugent moins à risque sur le plan écologique ; 3) la réouverture des discussions. De leur côté, les défenseurs de l’environnement réaffirment leur position sur les effets dommageables et souvent irréversibles du canyoning pour le milieu naturel et s’inquiètent de voir la force du décret d’interdiction affaiblie avec la nouvelle loi de 2006. Les discussions autour des sports de nature dans le cadre de la rédaction de la charte vont-elles mener à une révision, ou un contournement, du décret d’interdiction ? Enfin, la nouvelle direction du Parc a conscience que la question du canyoning n’est pas totalement réglée, malgré le décret d’interdiction.

22La question controversée du canyoning en cœur de parc pourrait donc ressurgir avec force, lors des futurs débats que le Parc va devoir animer pour rédiger sa charte. Elle pourrait notamment remettre en cause l’équilibre des forces, au détriment du Parc, contraint désormais à plus d’ouverture à la fois de son territoire et de son mode de gestion. Car la question globale des sports de nature au sein du PNG dans son ensemble (cœur de parc et zone d’adhésion) ne peut être désormais laissée en suspens et la voie réglementaire n’est pas le seul recours possible et acceptable par toutes les parties prenantes. Déjà, comme nous allons le voir ci-dessous, le devenir de la plongée sous-marine autour des îlets Pigeon interroge les orientations et les modalités à définir pour une nouvelle gouvernance, par le PNG, de plus en plus contraint par l’obtention d’un équilibre stable entre conservation et développement.

3. Le conflit latent de la plongée sous-marine autour des îlets Pigeon

3.1. Un patrimoine naturel exceptionnel soumis à une forte pression anthropique

23Les îlets Pigeon concentrent à eux seuls toute la problématique de la conciliation entre l’enjeu de conservation de la biodiversité et celui du développement touristique. Situés sur le littoral nord de la commune de Bouillante (Basse Terre), en face de la plage de Malendure, les îlets sont le centre privilégié de la plongée sous-marine en Guadeloupe, avec entre 60 000 et 80 000 plongées par an et 7 clubs en activités sur cette zone. Leurs fonds rocheux, peuplés de la communauté corallienne la plus florissante de Guadeloupe, en termes de biodiversité et de taux de recouvrement, en sont la raison principale. La renommée internationale qu’ils ont acquise, après la diffusion des documentaires tournés sur place par J.Y. Cousteau, y génère une fréquentation particulièrement importante. Mais, aujourd’hui, la forte pression anthropique liée au tourisme aquatique (plongée et tourisme de vision) et à l’urbanisation croissante, à laquelle s’ajoutent les pressions naturelles (ouragans, houle cyclonique, crues) menace cet écosystème exceptionnel.

24Ces îlets, bien que connus sous le nom de « Réserve Cousteau », ne font l’objet actuellement d’aucune mesure de protection globale. Seules des protections spéciales qui réglementent la pêche, la chasse sous-marine (interdite depuis 1979) ou encore la circulation et le mouillage des bateaux protègent le site. Pendant plus de vingt ans, de longs débats, souvent passionnés, se sont tenus autour de la protection de ces îlets, sous le statut de réserve naturelle, sans jamais aboutir. Aujourd’hui, la question de la protection de ces îlets est de nouveau relancée, avec la révision du décret de création du PNG et la rédaction de la nouvelle charte. Les îlets Pigeon deviendraient, en effet dans ce nouveau cadre, « cœur de parc » et seraient donc soumis à une réglementation stricte pour la pratique de la plongée sous-marine, la pêche ou la découverte des fonds avec les bateaux à fond de verre.
Le classement dans le cœur de parc des îlets répondrait de fait aux problématiques de conservation et de gestion de ce patrimoine naturel marin, récurrentes et non résolues depuis plusieurs années, notamment par le projet non abouti de réserve naturelle. Mais la perspective d’une réglementation plus stricte, voire d’une interdiction de la plongée sous-marine, relance les débats autour des enjeux de la conservation et du développement touristique dans et autour d’un espace protégé, car les îlets représentent un atout économique essentiel pour la côte Sous-le-Vent. Les ressources directes issues du territoire des îlets concernent principalement la commune de Bouillante. Le tourisme est le moteur essentiel de l’activité économique de cette commune ; ceci est particulièrement vrai pour les villes de Malendure et Pigeon où l’on trouve la plus forte concentration d’activités liées au tourisme. L’attrait des îlets a aussi une influence forte indirecte sur l’ensemble de la côte Sous-le-Vent, par les flux touristiques qu’ils génèrent. Aux activités de pêche (environ une trentaine de pêcheurs) et nautiques viennent s’ajouter l’hôtellerie, la restauration et quelques boutiques de souvenirs.

25Il y a donc ici plusieurs parties prenantes intéressées au développement économique de cette partie du territoire ou simplement, par son libre accès. Toutefois, les habitants se montrent dans leur ensemble, assez favorables à une certaine forme de protection des îlets afin de maintenir ce capital naturel générateur de développement économique et social. Les clubs de plongée sont eux-mêmes largement conscients de la nécessité de prendre des mesures afin de préserver cet environnement, qui représente aussi leur « fonds de commerce ».

3.2. Les enjeux de la communication et de la connaissance pour échapper au conflit

26La question principale que soulève le cas des îlets Pigeon est de savoir comment protéger sans pénaliser l’activité économique. Peut-on définir un seuil de tolérance en termes de fréquentation qui garantisse le maintien de la qualité du milieu naturel ? De quelle marge de manœuvre dispose le Parc pour encourager le processus participatif et accompagner l’ensemble des parties prenantes dans une démarche de concertation et de coopération ?

27D’un côté, le projet avorté de création d’une réserve naturelle a produit plusieurs effets qui jouent en faveur de l’ouverture et du dialogue. Premièrement, l’ensemble des parties prenantes a pris conscience de l’importance et de l’urgence de préserver ce site exceptionnel d’une exploitation économique démesurée. Deuxièmement, la constitution de groupes de dialogue s’est imposée peu à peu. Tout le monde s’accorde aujourd’hui sur la nécessité d’échanger, de construire ensemble un scénario de gestion du patrimoine à moyen et long terme, qui soit admis par tous. Troisièmement, s’est développée l’idée d’une préservation comme objet d’une plus large ouverture de l’espace naturel. Ce dernier point peut sembler paradoxal. Mais il est chez les uns, la conséquence de l’appellation usurpée de « Réserve Cousteau », qui n’est alors qu’un argument touristique puissant, sans la contrepartie de la restriction ou de l’interdiction d’activités qui accompagnent logiquement la création d’un espace protégé. Il convient donc de se doter d’un cadre légal, qui assure la protection du site sans pour autant interdire toute pratique sportive et récréative. Il est chez les autres, la prise de conscience de préserver ce patrimoine exceptionnel pour un usage dans le long terme.

28D’un autre côté, le conflit du canyoning, avec son issue réglementaire, a participé de la croyance en une position de fermeture de l’institution Parc quant à la pratique des sports de nature en cœur de parc. La crainte de voir l’activité de plongée interdite, avec les effets économiques et sociaux qui s’ensuivraient, est donc bien présente chez les prestataires d’activités de pleine nature et les communes alentours.

29Deux enjeux majeurs apparaissent donc ici : celui de la connaissance d’une part ; celui de la communication entre les différentes parties prenantes d’autre part. Premièrement, pour toute activité ou projet ayant pour support le milieu naturel, la question des impacts écologiques et l’incertitude scientifique qui entoure ces impacts dominent les débats. La plongée sous-marine n’échappe pas à la règle. Cette incertitude pourrait alors alimenter la controverse. Si tout le monde s’accorde à reconnaître l’impact environnemental de la plongée — et donc, la nécessité de réguler l’activité — la part que la plongée représente dans la dégradation de la faune et de la flore sous-marine reste sujette à discussion, face à des pollutions que certains jugent plus préoccupantes (rejets de l’usine géothermique, pollution imputable à l’urbanisation croissante notamment à Bouillante, impacts des cyclones…). Les parties prenantes font alors valoir soit un principe de précaution menant à des mesures de prévention, soit un principe d’abstention en l’absence de preuve de l’innocuité de l’activité (Godard, 2005) soit un principe de gestion raisonnée. Si le premier principe est celui défendu jusqu’ici par le Parc, le deuxième reste l’argument de force des mouvements écologistes ; quant au troisième, il est soutenu par les acteurs du développement économique, les prestataires de sports de nature et les collectivités locales.

30Deuxièmement, la réforme de la loi portant modification du décret de création du parc sert ici à la fois de prétexte et de cadre, pour aborder la question de la préservation des îlets Pigeon en faisant valoir une approche partenariale. Le partenariat doit être organisé ; la consultation publique se doit d’être la plus large possible. L’enquête publique, sur la modification du décret portant création du PNG, qui s’est déroulée de juin à juillet 2008, a donc été la première étape de cette démarche participative. Et le sort des Îlets Pigeon, futur cœur de parc, en a constitué un temps fort.

31C’est donc sur un registre de l’information et de la consultation que le PNG oriente sa démarche participative. Il s’agit là néanmoins d’une forme faible de la participation (Arnstein, 1969). L’enquête publique certes, peut être efficace, à condition qu’elle ne soit pas neutralisée par les représentés, qui estiment très souvent que « tout a été décidé d’avance » (Blatrix, 1999). En même temps, il s’agissait pour le PNG, de profiter du cadre de révision du décret de création, pour engager des débats notamment avec les professionnels de la plongée sous-marine. Une deuxième enquête publique sera organisée en 2011, cette fois-ci sur la charte. Entre temps, il appartiendra au Parc de multiplier les rendez-vous avec les diverses parties prenantes pour trouver des compromis à la fois sur cette question sensible de la plongée sous-marine autour des îlets Pigeon et sur la question plus générale des sports de nature dans le parc. Pour autant, de quel potentiel de coopération l’institution dispose-t-elle en regard de conflits toujours latents ?

4. Entre conflits potentiels et potentiel de coopération

4.1. Des conflits susceptibles d’être réactivés en l’absence de leur transformation

32Avec la révision du décret de création du parc et la relance des discussions autour de la pratique des sports de nature, la problématique de la pratique du canyoning refait surface. Cela est logique, puisque la réglementation comme issue à un conflit, ne fait que mettre un terme à l’affrontement entre les tenants du « pour » et ceux du « contre ». Elle ne permet pas de travailler sur les représentations et les valeurs des acteurs qui pèsent fortement sur les interactions et de fait, sur le rendement des négociations. Elle ne permet pas davantage de saisir le jeu des interactions qui transforme le conflit au fur et à mesure que celui-ci se déroule. Le problème dans le cas de ce conflit du canyoning est l’absence de transformation du conflit.

33La transformation du conflit (Galtung, 1996 ; Lederach, 1995) est un processus d’intervention et de transformation des relations, intérêts, discours et si nécessaire, de la structuration de la société, qui participent de la poursuite du conflit. Un conflit constructif est perçu comme le catalyseur du changement dans une société. La transformation du conflit en situation d’entente ou de coopération, peut venir des acteurs du conflit eux-mêmes, à condition qu’ils comprennent et se détachent du processus d’oppositions et de tensions, voire parfois d’enfermement, dans lequel ils sont engagés. Il s’agit de tous les acteurs et pas seulement de ceux qui détiennent le pouvoir, notamment politique ou institutionnel. La sortie du conflit par voie réglementaire, ou par le recours à un tiers (médiation) offre une solution immédiate, qui met un terme aux manifestations concrètes du conflit (discours enflammés, menaces, destructions matérielles, etc.), mais elle n’agit pas sur les causes profondes. Ainsi, l’interdiction du canyoning en cœur de parc ne règle pas la question plus globale de la place des sports de nature au sein du PNG, ni celle de l’évaluation des impacts environnementaux de ces pratiques, ni celle enfin du potentiel de développement que ces activités sportives et touristiques représentent pour la Guadeloupe. Et en l’absence de transformation d’un conflit, la probabilité qu’il ressurgisse reste élevée.

34Au cours du conflit du canyoning, le jeu des acteurs a ainsi produit un certain nombre d’éléments, qui vont participer à la construction d’un environnement où les tensions n’ont pas totalement disparu. Sous l’effet d’un événement contingent, telle que la mise en débat des sports de nature au moment de la rédaction de la charte, ces tensions pourraient se renforcer, et réactiver le conflit du canyoning ; elles pourraient aussi faire naître par effet de contagion, de nouveaux conflits, comme sur la plongée sous-marine ou sur tout autre sport de nature.

4.2. Un environnement préconflictuel à ne pas sous-estimer

35On distingue quatre paramètres structurant cet environnement de tensions ou environnement préconflictuel (Lahaye, 2008).

36Le premier est l’image de fermeture de l’institution Parc, à double titre. Premièrement, suite au décret d’interdiction du canyoning, le parc est jugé, à tort ou à raison, peu enclin à toute forme de dialogue. Les prestataires et pratiquants ont perdu confiance dans la capacité du parc à engager des démarches de participation, qui ne se limitent pas à des opérations d’information. La procédure d’enquête publique qui accompagne la réforme des parcs n’aide pas à changer cette représentation. Le climat de défiance a tendance à gagner peu à peu l’ensemble des prestataires de sports de nature (dont ceux de la plongée sous-marine) comme en témoignent des avis émis lors de l’enquête publique sur la révision du décret de création. Deuxièmement, le parc défendrait une image de « sanctuaire » à préserver. L’idée d’activités raisonnées ferait alors défaut dans l’approche gestionnaire du parc.

37Le deuxième paramètre est la controverse sur la connaissance en matière d’impacts environnementaux du canyoning qui demeure, malgré l’arrêt de la pratique dans le cœur de parc. Pour l’institution Parc, la connaissance reste insuffisante. Sans doute, convient-il de poursuivre les études. Pour les prestataires, il s’agit moins d’un problème de connaissance scientifique que de la volonté de ré ouvrir le dialogue. Selon eux, assez d’études ont été conduites, y compris de leur propre initiative ; les impacts existent, mais le danger d’une pratique non encadrée (qui existe actuellement, car certains pratiquants tentent de se soustraire à la réglementation) constitue tout autant un risque humain ; de même que le phénomène de sur fréquentation sur un nombre restreint de sites constitue un risque économique pour les prestataires (la demande tendant à excéder l’offre en période de haute saison). Pour les défenseurs de l’environnement enfin, l’urgence n’est plus aux études qui ont démontré la réalité et la gravité des impacts environnementaux, mais à l’application d’un règlement (l’interdiction) qui n’a pas à être remis en cause.

38Le troisième paramètre est les représentations divergentes sur le sens à donner à un espace protégé. Il existe en effet une opposition encore marquée entre protection et développement, non seulement entre le PNG et les collectivités locales qui ont un intérêt à davantage de développement touristique dans le parc et aux abords du parc, mais aussi au sein même de l’institution Parc (même si une partie du personnel se prévalant d’une lecture très conversationniste a été remplacée). Une solidarité de massif, de même qu’une politique de gestion patrimoniale, semble ici faire défaut. Et si on constate depuis peu, une avancée dans ce sens, la dualité conservation/développement continue de marquer certains esprits et discours.

39Le quatrième paramètre touche à la question sensible d’un sport élitiste, réservé à une clientèle blanche. À la différence de la randonnée pédestre pratiquée par les Guadeloupéens, le canyoning est encore peu ancré dans la culture guadeloupéenne. Certains usagers locaux du parc qui utilisent le parc à des fins plutôt récréatives (baignades dans les canyons en famille, pique-niques dominicaux) dénoncent l’invasion par des pratiques étrangères, d’un territoire qu’ils considèrent comme leur propriété. Plus largement, c’est la dualité « métro » — Guadeloupéens qui ressortent, y compris dans la volonté de ne pas devoir subir des décisions imposées par la métropole, dont l’institution Parc reste un représentant majeur en Guadeloupe. Son influence devrait d’ailleurs s’étendre, avec l’entrée de nouvelles communes dans la zone d’adhésion au parc, couvrant plus de 50 % du territoire guadeloupéen.

4.3. Un effet d’apprentissage au profit de la coopération

40Le conflit passé du canyoning devrait ainsi continuer de nourrir les débats actuels sur la position du Parc en matière d’ouverture de l’espace protégé aux sports de nature. Un premier bilan dressé à l’issue de l’enquête publique fait déjà ressortir un certain nombre de récurrences. On retrouve 1) la perte de confiance à l’égard du parc et le doute dans sa capacité à accepter des compromis, 2) la défiance vis-à-vis des études d’impacts, 3) l’idée d’une domination métropolitaine quant à la façon d’organiser les activités ou encore les débats.

41Parallèlement, ce conflit du canyoning va apporter des éléments qui vont dans le sens de la structuration d’un potentiel de coopération, pour traiter de la question de la plongée sous-marine au sein du parc dans un premier temps et pour aborder la question des sports de nature dans leur ensemble, dans un second temps.
Ainsi, pour ne pas risquer une décision aussi radicale que l’interdiction à l’issue d’une mise en débat de type « pour ou contre », les acteurs concernés par la plongée sous-marine ne cherchent pas à poser le problème en des termes conflictuels, mais à considérer dès le départ, des solutions d’intégration. Par exemple, une solution d’encadrement de l’activité, sur le modèle de ce qui est pratiqué dans le Parc national de Port-Cros, avec une charte de la plongée sous-marine, pourrait être proposée. Il conviendrait alors de s’accorder sur les mesures d’encadrement de la pratique en fonction des particularités du site (nombre de plongeurs par jour, système d’amarrage, etc.). Ces récentes orientations dénotent de la volonté des parties prenantes à vouloir tirer les leçons du passé. On peut alors parler ici de l’effet d’apprentissage d’un conflit.

42La solution du contrôle, plutôt que de l’interdiction, des activités sportives repose sur une révision du mode de gestion des sports de nature, dans lequel, conscients du potentiel conflictuel, les acteurs vont d’abord rechercher une solution d’intégration. Cette solution se présente comme un compromis capable de maintenir l’activité sportive et récréative au sein de l’espace protégé, tout en minimisant sa pression anthropique.
Sans doute à la différence du conflit du canyoning, il ressort dans le cas de la plongée sous-marine, une volonté plus affirmée dès le départ, de dialogue et de coopération entre les différentes parties prenantes. Un consensus semble en effet se dégager autour de la nécessité de préserver les îlets Pigeon des atteintes d’un tourisme de masse. Aussi, si un effet d’apprentissage de conflit joue, on ne peut pas écarter l’importance de la reconnaissance par les acteurs, d’une très forte corrélation entre le milieu naturel et le développement économique de la côte Sous-le-Vent. Les impacts économiques et sociaux de la plongée sous-marine, beaucoup plus marqués que ceux du canyoning, participent fortement à la formation de ce potentiel de coopération.

Conclusion

43Les cas de sports de nature au sein d’un parc national exposés ici ont révélé, au-delà des situations de conflits avérés ou potentiels, un changement, voire une rupture, à deux niveaux. Premièrement, ce changement concerne la mission du parc. Celui-ci semble devoir conforter sa politique de développement durable, en particulier dans cette aire d’adhésion élargie. Les enjeux se réaffirment comme étant moins ceux de la conservation que d’un développement durable. Ainsi, la plongée sous-marine, comme source importante de revenus directs et indirects pour tout un territoire, ne semble pas raisonnablement pouvoir être interdite dans le nouveau cœur de parc qui se dessine.

44Est-ce là l’effet d’un apprentissage des conflits et la volonté d’éviter un nouveau conflit ou bien, une nouvelle approche des sports de nature, y compris dans le cœur du parc ? Sûrement un effet combiné, car au-delà du contexte institutionnel renouvelé, le PNG a tout à gagner à éviter un conflit ouvert sur la question de la plongée sous-marine, pratique qui représente des enjeux économiques, sociaux et politiques forts pour un territoire fondant son attractivité sur la valorisation de ses milieux naturels, terrestres et marins.

45Deuxièmement, le changement porte sur le mode de gouvernance du parc qui doit s’engager sans faille, dans une politique de dialogue et d’ouverture à une échelle locale. Pour cela, les voies d’information et de consultation retenues jusqu’ici ne peuvent être qu’une étape vers une démarche de gestion partenariale, intégrée et coopérative, systématique. En effet, la démarche de l’enquête publique n’offre pas une scène suffisamment large pour inviter les usagers du parc, non seulement à faire des propositions, mais aussi à porter eux-mêmes le changement. Et en cas de conflit avéré, la transformation du conflit ne pourra pas se faire d’une part, sans l’entière participation et implication de toutes les parties prenantes ; d’autre part, sans un accompagnement institutionnel afin de définir collectivement de nouvelles façons d’appréhender les sports de nature au sein d’espaces protégés. Or, le parc naturel reste encore aujourd’hui un espace largement approprié et géré par l’institution publique et mis à disposition des usagers. Pour autant, s’agit-il de transformer un parc national en parc naturel régional ? Il s’agit là d’un autre débat qui soulève entre autres, la question de la responsabilité en matière de conservation de la biodiversité.

Haut de page

Bibliographie

Arnstein, Sherry R., 1969, « A Ladder of Citizen Participation », Journal of American Institute of Planners, vol. 35, n° 4, juillet, pp. 216-224.

Beuret, J-E, 2005, La conduite de la concertation : pour la gestion de l’environnement et le partage des ressources, L’Harmattan, Paris, 340p.

Blatrix, C., 1999, « Le maire, le commissaire enquêteur et leur public : la pratique politique de l’enquête publique », in Blondiaux et al., La démocratie locale, représentation, participation et espace public, PUF, Paris, p.161-176.

Borrini-Feyerabend, G., A. Kothari and G. Oviedo, 2004, “Indigenous and Local Communities and Protected Areas: towards Equity and Enhanced Conservation”, IUCN, WCPA and CEESP, Best Practice Protected Areas Guidelines, no.11, 108p.

DDJS, 2005, État des lieux et analyse prospective des activités de pleine nature se pratiquant sur terre et en rivières en Guadeloupe, Rapport de synthèse, livre1, IPSOS Antilles.

Galtung, J., 1996, Peace by peaceful means, London, Sage.

Lahaye, N., 2008, « Modélisation systémique de crises et conflits en environnement. Systèmes dynamiques complexes autour des enjeux de conservation de la biodiversité et des sports de nature dans le Parc national de la Guadeloupe », XLVe Colloque de l’ASRDLF, Rimouski, Québec, les 25, 26 et 27 août.

Lederach, J.P., 1995, Preparing for Peace: conflict transformation across cultures, New York, Syracuse University Press.

Mounet, J.-P., 2007a, « La gestion environnementale des sports de nature : entre laisser-faire, autorité et concertation », revue Développement Durable et Territoire, http://developpementdurable.revues.org/document3817.html, mis en ligne le 11 juin

Mounet, J.-P., 2007b, « Sports de nature, développement durable et controverse environnementale », Natures, Sciences, Sociétés, n°15 : 162-166

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Lahaye, « Les sports de nature dans le Parc national de la Guadeloupe : des conflits potentiels au potentiel de coopération », Études caribéennes [En ligne], 12 | Avril 2009, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3608 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3608

Haut de page

Auteur

Nathalie Lahaye

Socio-économiste de l’environnement, Maître de conférences à l’Université Paul Sabatier (Toulouse), nathaly.lahaye@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org