Navigation – Plan du site
Espaces et aires protégés. Gestion intégrée et gouvernance participative

L’appropriation ludique de la forêt au Québec : d’une gestion privée de « club » à une intervention publique de protection (1885-1935)

Serge Gagnon

Résumés

Les grands domaines naturels, rattachés aux diverses stations de villégiature, étaient dépositaires des meilleurs lacs à truites, d’immenses territoires de sauvagine, de cerf de Virginie et d’un grand nombre de rivières à saumon. Si le littoral et la montagne ont agi comme attracteurs dans le cas de la villégiature, il en a été autrement pour les clubs de chasse et de pêche, qui sont apparus au milieu du XIXe siècle et se sont multipliés à compter de 1885. En l’occurrence, la mécanique à l’œuvre semble avoir posé la « grande nature » comme visée territoriale et le « coureur des bois » comme figure emblématique du héros romantique. L’argument développé dans cet article va s’employer à montrer que le tourisme et la villégiature ont constitué au Québec des procédures de valorisation positionnelle de nature géoanthropologique. Le « clubage » des Laurentides, au sens large du terme, aura constitué en ce sens le présupposé de leur colonisation intérieure. Qu’il s’agisse du lac Saint-Jean, de la Mauricie ou des Laurentides en général, on retrouve l’efficacité du parcours structural de l’établissement humain développé en géographie structurale : l’occupation utilitaire d’un territoire disponible présuppose non pas d’abord une transformation de la nature, mais une valorisation des positions abstraites par le tourisme et la villégiature. 

Haut de page

Texte intégral

1. À l’origine : les domaines privés de chasse et de pêche

The province of Quebec is the only one of the Dominion which offers to sportsmen the practically exclusive privileges of fishing and hunting over large tracts of forest, lake or river territory.
Québec, 1914 : 3.

1Les grands domaines naturels, rattachés aux diverses stations de villégiature, étaient dépositaires des meilleurs lacs à truites, d’immenses territoires de sauvagine, de cerf de Virginie et d’un grand nombre de rivières à saumon. « De vastes pans de nature ont été soustraits à l’exploitation forestière et à la colonisation et soumis à des règles qui donnaient aux nantis accès à des ressources fauniques et halieutiques exceptionnelles. On ne se contentait toutefois pas d’exploiter la ressource, on la “gérait” de manière à ne pas l’épuiser. Ce régime a perduré jusqu’au tournant des années 1960 et 1970 » (Beaudet, 1999 : 16). La mise en réserve de ces « domaines privés » était évidemment facilitée par l’État, qui concédait des superficies aux dépens des terres de la Couronne (Martin, P.-L., 1990 ; Québec, 1914).
Depuis 1883, au terme d’une âpre négociation « Québec-Canada », l’État québécois est propriétaire et responsable du développement des territoires « de la Couronne » (Courville et Séguin, 1989, 15). L’État provincial joue désormais un rôle essentiel dans la mise en valeur des espaces encore vierges. La planification de ces régions est même largement tributaire de décisions du gouvernement provincial. Les revenus que l’État tire de ces terres sont une des sources majeures de financement du gouvernement québécois. Il doit mettre en valeur ces terres pour en tirer des revenus et pour favoriser le développement économique. Toutefois : [dans] un pays aussi étendu que le nôtre, encore si peu peuplé, comprenant encore de si vastes espaces déserts, on conçoit que le gouvernement ne peut exercer une surveillance étroite sur son immense domaine ; on reconnaît qu’il est nécessaire d’intéresser au maintien et au bon ordre de la propriété publique des associations spéciales ou des individus qui s’en donnent la tâche, et que, par conséquent, le privilège accordé contre monnaie à ces associations ou à ces individus n’est, à vrai dire, qu’une délégation partielle et temporaire d’une souveraineté publique impossible à exercer efficacement (Québec, 1900 : 49-50).

2Autrement dit, l’État favorise normalement certains groupes ou individus, moyennant des règles modalisant leur accès aux terres publiques. Concernant les terres de la Couronne :

  • Pour la foresterie, « [...] la coupe du bois se fait dans le cadre du système de concessions : le gouvernement reste propriétaire nominal du territoire, mais il concède le droit exclusif d’y couper le bois à des exploitants forestiers ; ceux-ci paient en échange un droit de coupe » (Linteau, Durocher et Robert, 1989 : 142).

  • Pour la gestion de la faune, « [...] l’État [peut] toujours confier cette tâche à quelqu’un d’autre au moyen d’un bail renouvelable. Il conserverait la propriété, exercerait son contrôle, réglementerait au besoin l’exploitation et la jouissance, et enfin pourrait tirer certains revenus. Tel fut donc le choix des autorités de l’époque » (Martin, P.-L., 1990 : 83).

  • Pour la colonisation, « la concession des terres pour la colonisation se fait dans un cadre différent puisqu’elle aboutit à une vente de caractère définitif : [Le colon] obtient alors un billet de concession et il doit remplir certaines obligations dans des délais déterminés, comme construire une maison, y résider et défricher une partie du lot [cf. Québec, 1908 : 59-61]. Quand ces conditions sont remplies et le prix d’achat payé, le colon devient propriétaire en titre de sa terre » (Linteau, Durocher et Robert, 1989 : 143).

3Allié des porte-parole du capitalisme industriel, l’État provincial québécois s’engage de plus en plus dans un programme d’action qui consiste a élargir le territoire pour accueillir convenablement les nouveaux acteurs du développement, le premier pas ayant été effectué au Saguenay par William Price (Gagnon, S., 1996 et 1998).

1.1. La « grande nature » et le « coureur des bois » comme visée anthropologique

4Si le littoral et la montagne ont agi comme attracteurs dans le cas de la villégiature fasionable, il en a été autrement pour les clubs de chasse et de pêche, qui sont apparus au milieu du XIXe siècle et se sont multipliés à compter de 1885 (Boudreau, Courville et Séguin, 1997 : 45-54 ; Martin, P.-L., 1990). En l’occurrence, la mécanique à l’œuvre semble avoir posé la « grande nature » comme visée territoriale et le « coureur des bois » comme figure emblématique du héros romantique. Les clubs de chasse et de pêche répondent de l’attrait pour le genre de vie perdu que pratiquaient jadis les grands nomades des bois. Les difficultés d’accès, le séjour au cœur de la forêt, loin des commodités de la ville, et le cadre rustique de l’hébergement, permettaient aux sportsmen américains de se frotter à une nature sauvage, véritable complément des lieux plus policés de la grande villégiature fashionable (Gagnon, S., 1996). Philippe Dubé explique ainsi cette recherche de l’« ailleurs » par les sportsmen et la volonté de se fondre littéralement dans la nature. « Les œuvres qui se réclament de cette volonté [sont porteuses] d’une recherche compulsive du pays idéel où le dialogue avec l’environnement, en tant qu’interlocuteur valable, est par-dessus tout privilégié (1995 : 7).

5Ce goût démesuré de l’aventure, qui pousse à errer en terre hostile, ne serait pas sans lien, au reste, avec la mythologie du « colon ». Il ne faut pas oublier que la gestion de la colonisation et de la faune ont relevé du même ministère pendant trente ans, de 1905 à 1935. Arthur Buies décrit le colon comme le bâtisseur du Canada moderne : [...] la lutte partout, un combat continuel contre la nature, des découragements semés à chaque pas, des travaux souvent rendus inutiles par des contretemps et des accidents multipliés, de maigres récoltes perdues [...] voilà ce que c’est que la vie du défricheur, de ce colon solitaire, infatigable, héroïque et inflexible à qui nous devons d’être ce que nous sommes, à qui le Canada tout entier doit son existence, et cela depuis trois cents ans ! (1891 : 21-22).

6À cette époque, les valeurs identitaires canadiennes se reconnaissaient à la bravoure et au courage des acteurs qui fréquentaient les marges de l’écoumène : colons défricheurs ou coureurs des bois. Le citadin américain, qui vient pratiquer l’activité de chasse et de pêche dans la foulée de la colonisation, réalisait ainsi une trajectoire motivée par une quête identitaire.

1.2. Un tourisme accompagné par une quête identitaire

7Au moment même où les sportsmen envahissent les territoires bordiers de l’axe laurentien, un vaste mouvement de colonisation se met en branle en vue de faire conquérir et occuper plus systématiquement les marges forestières. Associée à un mouvement volontaire à ses débuts, la colonisation des territoires intérieurs fut ensuite orchestrée par le clergé via des « Sociétés » incorporées à cette fin. Implantées dans tous les diocèses du Québec, ces Sociétés se chargeaient de canaliser les efforts des différents intervenants, mais, surtout, elles s’occupaient de gérer l’argent nécessaire pour l’établissement des colons (Linteau, Durocher et Robert, 1989 : 138).
Assuré de l’appui des pouvoirs publics, le mouvement de colonisation dirigé par le clergé avait pour but d’occuper des terres neuves et d’endiguer l’exode rural des Canadiens français vers les États-Unis et vers les villes (Berdoulay et Sénécal, 1992 : 3). Dans la mesure où l’activité de colonisation était onéreuse pour l’État et le clergé, nous faisons l’hypothèse que le tourisme, tout comme la foresterie, aurait constitué un prérequis de valorisation positionnelle. « La réputation de nos lacs et de nos rivières à saumon s’établit de plus en plus chaque jour à l’étranger, et leur valeur locative s’en accroît naturellement » (Québec, 1900 : 240). Selon Herménégilde Lavoie : « La chasse et la pêche constituent, après notre histoire, une de nos richesses les plus monnayables » (1937 : 10). Concernant la gestion de la faune : « Ce n’est que depuis 1883 que le service des pêcheries intérieures, comprenant les lacs et les rivières, est passé sous le contrôle du gouvernement provincial. À cette époque, la location ou l’affermage des lacs et des rivières ne produisait encore qu’un revenu de 2 126 dollars. En 1895, ce revenu avait atteint la somme de 20 365 dollars et, en 1898, celle de 35 155 dollars » (Québec, 1900 : 238).

1.3. Le Haut Saint-Maurice : une première mise en réserve privée de la nature

8Les premières véritables « mises en réserve » privées de la nature, menées dès le XIXe siècle, se produiront dans le Haut Saint-Maurice, là où sera délimité le Parc National de la Mauricie. Elles permettront la création de certains des plus prestigieux clubs privés de chasse et de pêche, dont les club Winchester et Shawinigan (Martin : — L., 1990 : 89).
Le parcours du club Winchester débute en 1880 avec l’intervention d’un Américain, William H. Parker. Celui-ci est l’agent de la Beaver Lumber Company, une importante entreprise forestière qui transige avec ses clients (entrepreneurs forestiers, propriétaires de scieries) dans une région située au nord de Louiseville en Mauricie. Souffrant de problèmes respiratoires, Parker s’installe sur une ferme au bord d’un plan d’eau à faible distance de Saint-Élie-de-Caxton. Ses relations d’affaires l’amènent à se lier d’amitié avec Louis-Alphonse Boyer, personnalité influente auprès des gouvernements et ex-député du Comté de Maskinongé à Ottawa : « l’un et l’autre partageaient la passion de la chasse et de la pêche » (Idem : 87). La table est mise ? Leurs actions combinées entre 1880 et 1883, vont aboutir à la promulgation de la l’« Acte pour faciliter la formation en cette province de clubs pour la protection du poisson et du gibier », en 1885 (législation, organisation, etc.).
L’alliance entre l’Américain Parker et le Canadien-français Boyer a, pour ainsi dire, créé un « acteur collectif ». Jouant un rôle « géopolitique » central, l’un et l’autre ont permis le déclenchement d’itinéraires d’évasion sélective, concrétisés par l’aménagement de nombreuses voies de chemin de fer en direction des marges nordiques dans le dernier tiers du XIXe siècle. « Ces nouvelles voies de communication ont ouvert l’accès à des régions surtout parsemées de rivières et de lacs poissonneux, de nouveaux circuits où touristes chasseurs et pêcheurs se sont engouffrés sans plus attendre, le foisonnement des clubs privés de chasse et de pêche à compter de cette période [1870-1890] en témoigne [...] les chasseurs et pêcheurs ont vu s’ouvrir devant eux plusieurs horizons nouveaux qu’ils n’ont pas tardé à explorer » (Gagnon, F., 1992 : 131). Ces trajectoires balayeront les territoires fauniques jusque dans les années soixante-dix (tableau 1). « Jusqu’à la création des Z.E.C. [Zones d’Exploitations contrôlées] à la fin de la décennie 70, les clubs privés accaparaient 87 % du territoire de chasse et de pêche accessible par voie de terre et le membership en touchait guère plus de 5 % des populations régionales » (Désy, 1982 : 13).

Tableau 1. L’évolution du phénomène des clubs (1885-1965)

Périodes concernées

1885-96

1915

1923

1939-45

1965

Nombre de clubs

50

300

500

600

2 000

Source : Martin, P.-L., 1990.

9Pour le rôle qu’ils ont joué, les clubs Shawinigan et Winchester bénéficieront de privilèges : « [...] dans tous les documents officiels ultérieurs, [le club Shawinigan] et son prédécesseur le club Winchester occupent une catégorie particulière, d’où le rôle de pilote qu’ils ont pu jouer » (Martin, P.-L., 1990 : 90). Par ailleurs, l’émergence de cet acteur collectif « nord-américain » dans la sphère du tourisme vient confirmer que le Québec fait bel et bien partie de la catégorisation sous-continentale ainsi nommée à partir de la seconde moitié du XIXe siècle (Ritchot, 1999: 319-440).

1.4. La ligne Portneuf/Lac-Saint-Jean : l’épine dorsale d’un itinéraire d’évasion

  • 1 À l’instar de la ligne du Lac-Saint-Jean, cette ligne Mauricie — Abitibi (1924) sera à son tour esc (...)

10En 1869 est conçu le projet d’atteindre la région du lac Saint-Jean par chemin de fer. Cette liaison, à partir de Québec, passe par le corridor de la rivière Batiscan, le lac Édouard et Chambord. « C’était, après plusieurs années d’espoirs et d’essais, le désenclavement de toute cette région riche en ressources et aussi l’accès à un immense royaume de chasse et de pêche » (Martin, P.-L., 1990 : 78). Le tracé, d’une longueur de 260 kilomètres, traverse le flanc ouest d’un massif des Laurentides bientôt affecté à une réserve faunique. En 1886, Arthur Buies lance un appel au gouvernement afin qu’il agisse rapidement pour la conservation de la faune le long de la ligne et il propose d’affermer les territoires. (1886 : 23).
La ligne Portneuf/Lac-Saint-Jean fut le premier itinéraire organisé en fonction d’un tourisme de « grande nature ». Cette voie ferrée fut la première d’un réseau franchement nordique (1891-95 — la ligne du Grand Nord de l’Outaouais à Portneuf ; 1911 — la ligne du Transcontinental du Saint-Maurice à l’Abitibi)1. Pour l’inspecteur Baillargé, l’édification de cette ligne consacra une exemplaire réussite. (Gagnon, R., 1978 : 154). Celui qui a conçu son tracé, l’arpenteur P.-H. Dumais, s’est imprégné de « l’esprit des lieux » pour en faire le relevé. Arthur Buies, en 1886, décrivait ainsi la manière dont Dumais s’est acquitté de sa tâche : « [...] seul, dans une région sauvage, sans livres, pendant de longs mois de l’année, il a réfléchi et observé au milieu de la vaste nature, il a questionné ce grand volume toujours ouvert, où sans cesse s’ajoutent des pages nouvelles à des pages impérissables » (Idem : 163). Devant le Commissaire des Terres en 1874, Dumais déclare : « Les Laurentides se sont pour ainsi dire effacées de cette région que j’ai explorée », comme si la grande beauté des paysages avait rendu euphorique la « sauvagerie » que traversait l’arpenteur (Idem : 153).
Pourtant, le discours populaire autour de ce projet est plutôt alarmiste. On considère que cette aventure est impossible à réaliser en raison des difficultés qu’impose la traversée des Laurentides. Écoutons Buies, ce journaliste pamphlétaire et vif défenseur du projet, conforter l’argument des protagonistes :

11[...] des préjugés qu’une ignorance absolue de ce pays rendait intraitables, et dont le plus redoutable consistait à croire que la chaîne des Laurentides était absolument inaccessible [...] Quoi ! La chaîne des Laurentides inaccessible à une voie ferrée ! Mais qu’est-ce donc que cette chaîne comparée à la Sierra Nevada que traverse l’Union Pacific, ou aux Montagnes Rocheuses que traverse le Pacifique Canadien, ou même aux chaînons pourtant peu élevés, comparativement à tant d’autres, des Cantons de l’Est, où les chemins de fer qui conduisent au Maine gravissent jusqu’à une altitude de deux mille pieds, tandis que le plus haut point atteint par la ligne du Lac Saint-Jean n’est que de 1300 pieds au-dessus du niveau de la mer, le lac Saint-Jean lui-même n’étant que de 300 pieds environ au-dessus de ce même niveau (1886 : 16-17).

12Selon cet écrivain, la réalisation de la ligne a représenté « une odyssée [...] presque douloureuse » (Idem : 15). On y aménage un complexe touristique, composé de clubs privés de chasse et de pêche (Québec, 1914 ; Gingras et al., 1989), d’une hôtellerie de villégiature au lac Saint-Joseph et au lac Édouard (figure 1). « La ligne de chemin de fer Québec-Roberval [ouvre] une zone de lacs poissonneux et de forêts giboyeuses. Elle entraîne la création de clubs réputés, partout dans les Laurentides, où la gare jouxte souvent un petit hôtel » (Lessard et Cadrin, 1993 : 13). À cette appropriation valorisante devrait suivre une occupation utilitaire. « Des gens qui connaissent personnellement les lieux nous assurent aussi que toute la contrée dans laquelle passerait le tracé du lac Édouard se compose de magnifiques terres, on ne peut plus propres à l’agriculture et à la colonisation » (Gagnon, R., 1978 : 153).

Figure 1. La trajectoire d’évasion de la ligne Québec-Roberval

Figure 1. La trajectoire d’évasion de la ligne Québec-Roberval

Source : Désy, 1967 : 172

13L’essentiel de la conférence de Buies, sur l’avancement des travaux du chemin de fer, porte sur la description du trajet comme axe d’évasion pour les futurs sportsmen américains. « Nous verrons les Américains affluer vers ces lacs à chaque été nouveau, pour une raison bien simple, comme vous allez le comprendre ». Il explique alors que ces visiteurs font de bien plus grands efforts pour accéder à d’autres territoires de pêche. Par exemple, il nomme la rivière Saint-Jean au Nouveau-Brunswick. Et il décrit les avantages comparatifs que la ligne offre aux sportsmen américains. On peut les résumer ainsi :

  • [ils peuvent] prendre le train à Québec, et s’arrêter, le long de la voie, au lac qu’ils auront choisi d’avance pour leur sport ;

  • [ils peuvent] télégraphier à leur aise, s’ils veulent donner promptement des nouvelles de leur arrivée ou se faire envoyer des articles quelconques dont ils n’avaient pas prévu le besoin trente-six heures après, ils auront une réponse de leurs parents ou amis, en même temps que les articles demandés (1886 : 24).

14La localisation de la ligne ferroviaire vers Chambord s’adapte aux contours des lacs et des rivières. On pourrait même avancer que le choix du tracé du chemin de fer aurait été influencé par le goût du pittoresque de l’époque. Se servant des techniques de construction ferroviaire les plus à jour, le parcours sinueux permettait de « déambuler » dans la sauvagerie. « [La ligne passe] par la plus facile et gracieuse des courbes à travers un ravin voisin, le long du parcours de la rivière à Pierre ou un de ses affluents, aux abords d’un lac charmant jusqu’ici inconnu [...] » (Gagnon, R., 1978 : 154).
Les sportsmen américains pouvaient ainsi profiter du voyage pour contempler le décor et s’imprégner de la mystérieuse beauté qui s’en dégageait. D’un monde posé à un monde inversé, le chemin de fer a joué le même rôle que les bateaux blancs dans la région de Charlevoix (Gagnon, S., 1998). Mais cette fois-ci c’est la forêt laurentienne qui s’investit de valeur anthropologique « esthétisantes ». Pour saisir la profondeur de la transformation que subissaient les voyageurs, écoutons encore Arthur Buies.

Faisons maintenant une longue enjambée, et arrivons d’un trait au lac Édouard : mais remarquez toutefois, avant d’y arriver, que tout cet espace intermédiaire fourmille de lacs, plus ou moins grands, à une très petite distance de la ligne, ce qui leur conservera leur poésie, tout en leur permettant d’être d’un accès extrêmement facile [...] le grand et superbe lac Édouard, qui a 18 milles de longueur, et qui est à peu près situé à mi-chemin entre Québec et le lac Saint-Jean (1886 : 20-21).

15Jean Désy a réalisé une étude sur les clubs privés de chasse et de pêche à l’époque de leur organisation le long de la ligne ferroviaire vers le lac Saint-Jean. Il fait la remarque suivante quant à leur localisation : « La carte […] de Lemoine […] nous indique [que les clubs sont] tous axés le long du chemin de fer. Ce qui nous laisse supposer, parallèlement à la date des premiers écrits sur le sujet, que le chemin de fer de 1887 a réellement agi comme le facteur-clef du développement touristique entre Saint-Raymond et le Saguenay/Lac-Saint-Jean » (1967 : 196).
La colonisation, l’exploitation utilitaire des ressources, ces activités ne procèdent pas de la transformation directe de la nature. Elles s’inscrivent dans une dynamique de « rachat » de valeurs positionnelles. Ainsi, la nature est d’abord appropriée, valorisée et, à ce titre seulement, elle peut être transformée à toutes fins utiles. Notre argument à montrer que le tourisme de chasse et de pêche a constitué au Québec une procédure de valorisation positionnelle. Le « clubage » du bouclier laurentien, aura constitué en ce sens le présupposé de leur colonisation intérieure.
Qu’il s’agisse du lac Saint-Jean, de la Mauricie ou des Laurentides en général, on retrouve l’efficacité du parcours structural de l’établissement humain développé en géographie structurale : l’occupation utilitaire d’un territoire disponible présuppose non pas d’abord une transformation de la nature, mais une valorisation anthropologique des positions… par le tourisme de chasse et de pêche ! L’implication de plus en plus visible de l’État provincial québécois, dans l’organisation des territoires touristiques, nous amène maintenant à traiter de son rôle dans la création de « réserves » fauniques, dite publique, à l’aube du XXe siècle.

2. La vraie « nature » des Parcs Nationaux

16À la fin du XIXe siècle, nous assistions à une sérieuse prise de conscience en faveur de la protection et de la conservation des forêts publiques. Il était déjà question de soustraire des territoires publics à l’aliénation, à la colonisation, à l’exploitation commerciale des ressources et ainsi « [...] les conserver exclusivement pour l’agrément de la population » (C.I.F.P.Q., 1974 : 5). « La création de nos premiers parcs provinciaux s’inscrit donc dans une optique de conservation. Le fait qu’ils aient été créés par une loi illustre bien l’idée de permanence chez ceux qui les ont conçus » (Québec, 1969a : 22). Envoyé par Honoré Mercier au Congrès forestier américain en 1889, H.G. Joly de Lotbinière précise la portée de ce discours « écologiste » avant la lettre.
Ses propos, aux accents résolument modernes, introduisent pour la première fois peut-être dans les débats publics la notion d’un patrimoine collectif : « De plus, l’État est responsable à la postérité de la conservation des forêts nécessaires au bien-être du pays ». Les délégués américains ont enfin recommandé énergiquement à leur gouvernement de suspendre la vente des terres à bois avant que ne soit décidé « quelles sont les forêts qu’il est indispensable de conserver et de protéger dans l’intérêt général (Martin, P.-L., 1990 : 134).

2.1. Les « barons du bois »

17Cette volonté étatique se mesurait d’emblée à la réalité de l’exploitation forestière du domaine public. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’exploitation forestière est en pleine expansion. L’activité économique investit des régions telles que l’Outaouais, les Laurentides, la Mauricie et le Saguenay. Les « barons du bois », comme on les surnommait à l’époque, se partageaient les territoires de coupe et organisaient, avec l’aide de l’État, le domaine public de la province de Québec en concessions forestières.
Le phénomène social dénoté n’est pas anodin. La bourgeoisie aurait repris certaines règles de fonctionnement de l’ancienne aristocratie terrienne, et cela même après l’abolition du régime seigneurial. « À un premier régime seigneurial qui avait duré plus de deux siècles et qu’on avait aboli depuis 1854, succédait maintenant celui des seigneuries forestières, à la fois différentes, mais si ressemblantes, avec ses concessions, ses redevances, ses obligations, ses gardes particuliers, ses châteaux aussi, ses fastes et ses exagérations » (Martin, P.-L., 1990 : 99). En fait, l’ensemble du Québec faisait partie intégrante d’un véritable Wood Belt (Ritchot, 1999: 328).
La réalisation de l’idéal « écologique » était donc confrontée à l’exploitation des ressources forestières qui en constituait en quelque sorte le moyen. Conséquemment, la bourgeoisie américaine, avec l’aide de l’État, devait contrôler les trajectoires des forestiers de manière à protéger ses propres clubs de chasse et de pêche. C’est pourquoi auraient été créés les grands parcs, dont le Parc de la Montagne-Tremblante et le Parc des Laurentides en 1895, ainsi que le Parc de la Gaspésie en 1937 (Guérette et Hétu, 1995 ; Lemay et al., 1995). En pratique donc, les lois créant nos deux premiers parcs nationaux n’annulèrent aucunement les baux des clubs de chasse et de pêche dont une partie des territoires était affectée. (Martin, P.-L., 1990 : 138).

18En d’autres termes, les grands parcs réservaient les territoires fauniques et contraignaient les occupations concrètes qui ciblaient les mêmes positions. Ce qui expliquerait la présence très engagée, voire militante, dans les comités de la Commission canadienne de conservation, de représentants de la grande bourgeoisie d’affaires et industrielle (Girard, 1994). Cette Commission était créée en 1909, à l’image d’organismes similaires aux États-Unis (Martin, P.-L., 1990 : 81).
Est-il possible d’avancer que, pendant le dernier tiers du XIXe siècle, l’affermage de nombreux clubs de chasse et de pêche, dans le secteur du massif des Laurentides, aurait opéré, de concert avec l’État, un « enclavement » de la zone au bénéfice des propriétaires de clubs ? Car, à partir de 1905 : « Il n’est plus question de parc public, de lieu de délassement, d’endroit de chasse et de pêche comme cela avait été le cas lors de l’établissement de nos premières réserves forestières spéciales » (C.I.F.Q., 1974 : 13). Ces réserves auraient été « de superficies trop grandes et [...] par suite, très insuffisamment surveillées » (Québec, 1900 : 241).

2.2. Une manœuvre d’enclavement au profit des clubs privés

19Sur le manque de protection des territoires publics comparativement aux clubs privés, Louis-Paul Martin fait cette remarque : « Les gardiens des clubs furent longtemps considérés d’ailleurs comme des gardes-chasses et des garde-pêche officiels, investis sur leurs territoires des mêmes pouvoirs que leurs collègues, si peu nombreux, responsables des zones publiques » (1990 : 97). Ces quelques éléments d’analyse permettent d’introduire la problématique du Parc National des Laurentides. Des commentateurs disaient qu’il représentait « probablement la plus grande réserve au monde à cette époque » (Saint-Aubin, 1987 : 19). Posons alors la question suivante : pourquoi l’État établit de si grandes zones de « conservation », s’il ne fait pas grand-chose pour les protéger ?
Sous le couvert de l’idéologie de conservation, l’État entamait une opération de « mise en réserve » d’un territoire en zone centrale des terres de la Couronne. Le Parc National des Laurentides sera constitué en « réserve forestière » le 12 janvier 1895, en même temps que le « Parc de la Montagne-Tremblante » au nord de Montréal. En 1922, l’auteur d’un Guide sur les Laurentides attribue la précarité de la situation aux manœuvres d’enclavement de la zone du massif des Laurentides.

This territory has been removed from sale or settlement forever, though timber limits in it are leased to pulp companies and also the fishing and hunting rights to private clubs. Furthermore the publicness of the park must not be taken too much for granted, for one has to buy a permit, before entering, from the department of colonization, mines and fisheries at Quebec […] Clubs lands now form virtually a cordon around the park through which it is impossible for the poaching public to pass, since club guardians and park guards unite in an able vigilance-committee […] the park is rapidely becoming a sort of fountain of wild life which overflows its invisible boundaries to the benefits of the border-hunters (Longstreth, 1922: 134-135).

20Pourquoi le Parc National des Laurentides se trouve dans cette situation si contrariante ? Pour assurer un approvisionnement constant aux territoires de chasse et de pêche environnants ? On peut le constater quand le surintendant des pêcheries et de la chasse de l’époque déclare que les réserves de chasse et de pêche seraient « des lieux spéciaux de protection et de propagation, d’où le gibier pourrait écouler son trop-plein vers les régions favorisées » (Québec, 1900 : 241). Ces « régions favorisées » seraient les clubs privés qui enserrent la zone du parc (figure 2). Autres indices que les clubs privés dictent leurs lois : « En 1895, certaines parties du territoire du Parc étaient louées à des individus et à des clubs privés qui y avaient des droits exclusifs de pêche et de chasse » (Saint-Aubin, 1987 : 16). Jean Désy repère même : « Un club au territoire immense apparaît presque entièrement à l’intérieur du parc des Laurentides, le club Penn » (1967 : 173 ; cf. figure 1 infra).

Figure 2. L’enclavement du Parc National des Laurentides

Figure 2. L’enclavement du Parc National des Laurentides

21Ces diverses contradictions étaient connues dès 1923. À cette époque, les nouveaux administrateurs, le Ministère de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries, reconnaissaient d’emblée l’enclavement de ce territoire. « Ce parc créé dans le but d’en faire un endroit d’amusement et de récréation a pratiquement été fermé au public ; excepté toutefois certaines réserves de chasse et de pêche qui ont été louées à des clubs ou à des particuliers le long des frontières Nord, Ouest et Sud, afin de fermer l’accès et d’en rendre la protection plus efficace » (Rapport général du ministère de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries, 1923, cité dans C.I.F.Q., 1974 : 19).

2.3. Le Parc National des Laurentides : un laboratoire du « tourisme de masse »

22À partir du moment où l’État pouvait contrôler l’espace du Parc National des Laurentides, l’ambiguïté de son rôle était levée. « À partir de 1920, les gestionnaires mirent donc toutes leurs énergies à aménager le parc afin d’attirer et de satisfaire les pêcheurs » (Saint-Aubin, 1987 : 46). L’État s’est appuyé sur des interventions d’aménagement et d’amélioration de son réseau routier ainsi que la production de guides touristiques, pour capter les premières trajectoires d’un « tourisme de masse » de chasse et de pêche, c’est-à-dire la nouvelle classe moyenne nord-américaine désormais gagnée à la propriété de la voiture individuelle. Dès 1923, les nouveaux administrateurs du Parc, le ministère de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries, réaffirmaient la vocation d’origine de ce territoire. Nous avons commencé à organiser le Parc National des Laurentides, de façon à en faire une réserve de pêche et de chasse ainsi qu’un endroit d’amusement et de récréation pour le public, conformément à la pensée de ceux qui l’ont créé. (Québec, 1923 : 8).
Pourquoi avoir attendu si longtemps avant d’agir ? Deux éléments sont à considérer. D’une part, l’expérience acquise depuis l’instauration des « clubs privés » a profité à l’État pour l’élaboration de son programme d’organisation territoriale publique. D’autre part, le renforcement du contrôle étatique, au cours des années vingt et trente, a permis à la réserve faunique des Laurentides d’être accessible au public. Durant cette période, l’État a donc souscrit à une série d’actions d’aménagement qui ont pu se prévaloir de l’expérience des clubs privés de chasse et de pêche et qui ont fait du territoire laurentidien un modèle pour les futures réserves fauniques des années quarante à soixante. Les plus importantes seront celles de la route « Mont-Laurier–Senneterre » en 1939 (l’actuel Parc de La Vérendrye) et surtout de « Chibougamau » en 1946.

2.4. Une procédure d’accès aux territoires publics

  • 2 On offre des forfaits pour les touristes (repas, coucher, service de guide, possibilité de louer un (...)

23L’intervention de l’État est, de prime abord, administrative. Une « bureaucratie » fixe de nouvelles procédures d’accès plus facile pour la population. Dès 1922, « [...] on constate l’importance qu’il y avait de modifier certains aspects de l’administration et on procède à la formation de divisions territoriales en vue d’assurer une meilleure surveillance [des territoires publics de chasse et de pêche]. Grâce à ces changements, le public peut maintenant se renseigner plus facilement sur les conditions de chasse et de pêche des diverses régions de la province. Des chefs de district sont nommés pour assumer cette responsabilité » (Québec, 1969 : 37).
En 1924, l’État consolide sa juridiction sur le Parc des Laurentides et l’ouverture d’une route directe, « par monts et par vaux », est imminente. « D’ici peu de temps [...] une route classée sera ouverte entre la ville de Québec et le bas du Lac-Saint-Jean, permettant au tourisme américain de déferler vers ce pays nouveau pour lui, et dont la renommée l’attire fortement » (Bilodeau, 1924 : 83). On met alors en place des infrastructures pour l’accueil des visiteurs. Des « maisons rustiques » sont éparpillées dans l’ensemble du parc2 (figure 3). « Dans ce décor si séduisant des Laurentides, sur les rives de beaux lacs poissonneux, le Département de la Colonisation a aménagé une dizaine de camps propres et confortables, où les chasseurs et les pêcheurs, tant canadiens qu’américains, sont assurés de trouver, avec la paix et le repos des grandes solitudes, le plaisir de leurs sports favoris » (Québec, 1929b : 512).

Figure 3. L’organisation étatique du Parc National des Laurentides

Figure 3. L’organisation étatique du Parc National des Laurentides

24Entre-temps, le gouvernement amende la loi sur l’établissement des parcs et y ajoute la notion de protection de la faune et de la flore. L’ouverture des premiers lieux de pêche profite de l’emprise d’une ligne de transport d’énergie électrique. « En 1927, grâce à un chemin ouvert par la Shawinigan Power pour la construction d’une ligne de transmission électrique, le Grand Lac Jacques-Cartier est ouvert aux Sportsmen » (C.I.F.Q., 1974 : 22). Au début, l’accès au territoire s’effectue entièrement via les « agents » du gouvernement. Pour avoir accès aux différents camps, il est nécessaire de se faire accompagner par les gardiens.

25En 1929, on annonce officiellement que la route du Parc sera bientôt ouverte. « Le district de Chicoutimi et du lac Saint-Jean sera cette année relié au reste de la province par un chemin amélioré actuellement en construction entre Saint-Siméon et Grande-Baie. Les travaux sont actuellement en cours et le chemin sera en assez bonne condition au cours de l’été. Il y a aussi une route en construction à travers le Parc des Laurentides, entre Hébertville et Québec, mais les travaux ne sont pas encore assez avancés pour que la route puisse être livrée à la circulation cet été » (Québec, 1929a : 1).
La même année, le guide Sur les Routes de Québec consacre une première description détaillée du Parc des Laurentides. La traversée du parc dépend d’un tracé favorisant le contact avec la nature. La remarque est explicite. « Cette route, qui traverse en entier la chaîne des Laurentides, peut être considérée comme l’une des plus intéressantes et des plus pittoresques de la province [...] son tracé très accidenté présente une série ininterrompue de paysages variés et magnifiques, que le voyageur ne se lasse pas de contempler : tantôt il escalade une montagne, d’où la vue embrasse un superbe panorama ; tantôt il contourne un lac aux eaux calmes et claires, où se reflètent les forêts environnantes ; tantôt enfin il côtoie, au fond d’une vallée sinueuse, une rivière étroite dont les cascades nombreuses semblent retarder la fuite rapide » (Québec, 1929b : 512).

2.5. Un parcours romantique

26L’exemple de la réfection d’une section de la route, à la hauteur du Mont-Upica, montre à quel point l’État est attentif au parcours de l’automobiliste, comme dans le cas du tracé du chemin de fer entre Québec et le lac Saint-Jean (cf. infra). La voiture devient un médium de contemplation. Au fil du temps, on s’aperçoit que le voyageur est « manipulé », « transformé ». (Québec, 1933 : 3 ; 1934:6 ; 1935:3) ;
L’idéal romantique de la « grande nature » et du « coureur des bois » est encore omniprésent. « Ce Parc, auquel les Laurentides forment un incomparable décor, est particulièrement pittoresque. La nature s’est plue à y multiplier, de façon généreuse, les rivières et les lacs, les montagnes et les bois. De plus, le Parc étant fort élevé au-dessus du niveau de la mer, constitue un endroit exceptionnel pour y faire une cure d’air pur et de repos » (Québec, 1929b : 515).
Tout était donc prêt pour recevoir les touristes. La route est presque terminée, les camps sont implantés, il ne reste que les visiteurs. Comme le note Paul-Louis Martin, durant l’été 1933 : « [...] plus de 11 000 véhicules franchissent les barrières du parc [obligeant] les responsables à exercer des contrôles serrés » (1990 : 140). On établit alors des conditions d’accès au territoire. Le contrôle des touristes s’effectue à l’entrée et à la sortie, où l’ont doit se prémunir d’un permis d’accès. C’est ainsi qu’un rituel de passage est ajusté, qui prévaudra jusqu’en 1977.

Le Parc National des Laurentides est sous la surveillance du département des Terres et Forêts, et il faut un laissez-passer pour y avoir accès. Ces permis sont obtenus aux barrières du Parc, tant du côté de Québec que du côté du lac Saint-Jean. Pour séjourner dans le Parc, il faut un permis spécial. Le département des Terres désire rendre le voyage dans le Parc aussi agréable que possible et éviter toutes tracasseries aux visiteurs, ceux-ci voudront bien répondre aux gardes forestiers qui pourraient leur demander d’arrêter en cours de route. Les gardes forestiers sont les protecteurs de la sécurité du public voyageur (Québec, 1934 : 6).

27En 1937, on pouvait compter sur une vingtaine de camps en location, trois grands relais, dont ceux du Gîte et de l’Étape, des terrains de camping, des aires de pique-nique et, au lac Horacio-Walker, « une fontaine-abreuvoir et une salle où les voyageurs peuvent secouer la poussière du trajet ». Le discours de l’État, au sujet du statut du Parc, fait de celui-ci un « laboratoire » du tourisme de masse. Le Parc « jouit maintenant d’une très grande vogue […] Cet état de fait n’ira que s’accentuant lorsque la nouvelle route sera complétée » (Demers, A., 1978 : 170).
Bref, nous venons d’assister à l’actualisation d’une trajectoire d’évasion, à sa réalisation sous forme de route, enfin à l’occupation économiquement viable des abords. L’État vient d’établir son domaine, comme les acteurs de la bourgeoisie américaine au XIXe siècle l’avaient fait avec le « clubage » de la Mauricie et du lac Saint-Jean.

Conclusion

28En guise de conclusion et à la lumière des démonstrations présentées, on peut donc affirmer que certains lieux précis font l’objet d’une valorisation esthétique, tandis que d’autres ont au contraire été sacrifiés à l’hôtel de l’économie, forestiers en l’occurrence. Ce positionnement privilégié à l’égard de la conservation de certains patrimoines naturels démontre qu’il existe bien des espaces investis de valeur, des « imaginaires localisés », garantissant la pérennité de ces paysages en particulier. Ces positions identifiées et reconnues sont alors à l’abri de l’exploitation purement économique, que ce soit forestier ou agricole. Les raisons strictement géophysiques (relief, altitude, etc.) ne sont pas à l’origine de ses localisations paysagères. En fait, les mises en réserves récentes sont essentiellement le résultat d’une valorisation ancienne (comme le Parc du Saguenay célébré dès le XIXe siècle). L’approche géographique structurale (Desmarais et Ritchot, 2000) s’attarde justement à en faire la preuve (Gagnon S., 2003).
L’analyse de la mise en scène de l’activité de chasse et de pêche au Québec montre l’existence d’une différenciation régionale fondée sur des significations de nature « anthropologiques » (identitaire – grande nature et coureur des bois) et sur une appropriation territoriale de nature géopolitique. L’orientation de « trajectoires », éventuellement converties en flux touristiques (chemin de fer et route), vient rentabiliser l’appropriation politique des positions ciblées et y réalise par le fait même la « visée anthropologique », « imaginaire localisé » actualisé dans l’espace approprié. Dans cette perspective, il convient de tenir compte, dans l’analyse d’un produit touristique, du contexte géo-historique de l’attractivité « anthropologique » des lieux et des rivalités « géopolitiques » entre acteurs qui déclenchent le déploiement de trajectoires engendrant des valorisations positionnelles différenciées.

Haut de page

Bibliographie

Beaudet, G. (1999). « Du jardin au paysage : le façonnement des lieux de villégiature et du tourisme au Québec », Téoros, vol. 18, no 1 : 14-25.

Berdoulay, V. et G. Sénécal (1992). « Stratégies d’argumentation et aménagement du territoire : le rôle des monographies régionales au Québec (1850-1915) », Études Canadiennes/Canadian Studies, no 32: 1-18.

Bilodeau, E. (1924). Autour du lac Saint-Jean : impressions de voyage. Paris, Éditions Casterman.

Boudreau, C., S. Courville et N. Séguin (1997). Atlas historique du Québec : le territoire, Québec, Les archives nationales du Québec/Les Presses de l’Université Laval.

Buies, A. (1886). Sur le parcours du chemin de fer du Lac St-Jean, Québec, Imprimerie générale A. Côté et cie.

Buies, A. (1891). Au portique des Laurentides : une paroisse moderne. Québec, C. Darveau.

Corporation des ingénieurs forestiers de la province de Québec (C.I.F.Q.) (1974). Plein air et conservation au Québec. Québec, Comité des parcs en forêt.

Courville, S. et N. Séguin (1989). Le monde rural québécois au XIXe siècle. La Société historique du Canada, brochure historique no 47.

Demers, A. (1978). « Le boulevard Talbot a trente ans », Saguenayensia, vol. 20, no 6 : 165-171.

Desmarais, G. et Ritchot, G. (2000). Le géographie structurale. (Coll. Géographie en liberté), Paris, L’Harmattan

Désy, J. (1967). « Quelques aspects de la géographie des petites laurentides de St-Raymond », Université Laval, Institut de géographie, Mémoire de maîtrise non-publié.

Désy, J. (1982). « L’hébergement socio-touristique au Québec », Téoros, vol. 1, no 3 : 10-17.

Dubé, P. (1995). « La villégiature dans Charlevoix : une tradition séculaire, un patrimoine encore vivant », Téoros, 1995, vol. 14, no 2 : 4-7.

Gagnon, F. (1992). « Du cheval au rail : l’évolution des circuits touristiques québécois au XIXe siècle », dans Le pays laurentien au XIXe siècle, Cahier 1, Université Laval, Université du Québec à Montréal, Université du Québec à Trois-Rivières : 101-133.

Gagnon, R. (1978). « Le chemin de fer Québec & Lac-St-Jean », Saguenayensia, vol. 20, no 6 : 152-164.

Gagnon, S. (2003). L’échiquier touristique québécois. (coll. TOURISME), Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.

Gagnon, S. (1998). « De Lower St. Lawrence à Charlevoix : l’émergence d’un haut lieu de villégiature de la bourgeoisie marchande canadienne », Téoros, vol. 17, no 1 : 15-22.

Gagnon, S. (1996). L’émergence du tourisme au XIXe siècle : l’exemple de Charlevoix. Une analyse morphologique, dynamique et sémiotique, Université Laval, département de géographie, Mémoire de maîtrise non publié.

Gingras, S. et al. (1989). Le club Triton : l’histoire du plus prestigieux club de chasse et pêche au Québec. Les Éditions Rapides Blancs Inc.

Girard, M.F. (1994). L’écologisme retrouvé ; essor et déclin de la Commission de conservation au Canada. Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa.

Guérette, M.C. et P. Hétu (1995). « Le tour du bout du monde : un siècle de tourisme en Gaspésie », Téoros, vol. 14, no 2 : 8-11.

Lavoie, H. (1937). Le tourisme dans le Québec en 1937. Québec, Office de tourisme de la province de Québec, ministère du Commerce et de l’Industrie.

Lemay, A.B. et al. (1995). « Le parc du Mont-Tremblant : 100 ans de nature ! », Téoros, vol. 14, no 1 : 3-7.

Lessard, M. et G. Cadrin (1993). « Les sentiers de la villégiature », Cap-aux-Diamants, no 33 : 10-14.

Linteau, P.A, R., Durocher et J.C. Robert (1989). Histoire du Québec contemporain, tome I : De la Confédération à la crise (1867-1929). Montréal, Boréal compact.

Longstreth, M. T. (1922). The Laurentians : The hills of the habitants. Toronto, McClelland & Stewart Ltd.

Martin, P.L. (1990). La chasse au Québec. Montréal, Éditions du Boréal.

Québec (1969a). « Origine et rôle du garde-chasse et du garde-pêche », Bulletin du M.T.C.P., Québec, Septembre 1969 : 36-37.

Québec, (1969b). « Les trois périodes importantes dans le développement de nos parcs et réserves », Bulletin du M.T.C.P., Québec, Décembre 1969 : 22-23.

Québec, (1935). Bulletin du Tourisme. Ministère de la Voirie, Office Provincial du Tourisme, vol. 2, no 1, no 6, no 9.

Québec, (1934). Bulletin du Tourisme. Ministère de la Voirie, Office Provincial du Tourisme, vol. 1, no 1, no 2, no 3, no 6, no 10.

Québec, (1933). Bulletin Officiel du Ministère de la Voirie. Ministère de la Voirie, Bureau Provincial du Tourisme, vol. 11, no 4, no 8, no 9, no 11.

Québec, (1929a). Bulletin Officiel du Ministère de la Voirie. Ministère de la Voirie, Bureau Provincial du Tourisme, vol. 7, no 1, no 4.

Québec, (1929b). Sur les routes de Québec : guide du touriste, Québec, ministère de la voirie, Bureau provincial du tourisme.

Québec, (1923). Rapport général du ministère. Québec, ministère de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries.

Québec, (1914). The fish and game clubs of the province of Quebec. Québec, ministère de la colonisation, des mines et des pêches.

Québec, (1908). La province de Québec, les avantages qu’elle offre a l’Émigrant Français et Belge, Esquisse des richesses agricoles, industrielles, etc. : Guide pour le colon. Québec, ministère de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries.

Québec, (1900). La Province de Québec. Québec, Département de l’Agriculture.

Ritchot, G. (1999). Québec, forme d’établissement : étude de géographie régionale structurale, Paris, L’Harmattan.

Saint-Aubin, F. (1987). Histoire de la région des Grands Jardins — Tome 1. Québec, ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, Direction régionale de Québec.

Haut de page

Notes

1 À l’instar de la ligne du Lac-Saint-Jean, cette ligne Mauricie — Abitibi (1924) sera à son tour escortée de clubs (Martin, 1990, p. 78).

2 On offre des forfaits pour les touristes (repas, coucher, service de guide, possibilité de louer une tente, provisions, bibliothèque, embarcation). On assigne des gardiens à chacun des secteurs avec le téléphone. Secteur #1, à l’entrée du Parc, barrière de Stoneham (Camp Mercier + 3 autres camps = lac Bec Croche [1], lac à l’Épaule [2]) et enfin le camp du lac Jacques-Cartier. Secteur #2, accès via Saint-Urbain (Camp Perrault — lac Sainte-Anne, Château Beaumont — lac Turgeon, etc.). Secteur # 3, accès via Saint-Jérôme, un seul camp au lac de la rivière Belle Truite.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La trajectoire d’évasion de la ligne Québec-Roberval
Crédits Source : Désy, 1967 : 172
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 2. L’enclavement du Parc National des Laurentides
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3609/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 3. L’organisation étatique du Parc National des Laurentides
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3609/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Gagnon, « L’appropriation ludique de la forêt au Québec : d’une gestion privée de « club » à une intervention publique de protection (1885-1935) », Études caribéennes [En ligne], 12 | Avril 2009, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3609 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3609

Haut de page

Auteur

Serge Gagnon

Directeur scientifique du laboratoire de recherche sur la modélisation et l’intelligence territoriale (LabMIT) ; serge.gagnon@uqo.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org