Navigation – Plan du site

Les graffitis de l’habitation La Caravelle dite « Château Dubuc » presqu’île de la Caravelle, commune de la Trinité Martinique

Vincent Huyghues-Belrose et Marie-France Barouh

Résumé

Sous l’escalier, à l’abri de la pluie et des canonnades ennemies, les gardes nationaux de Trinité s’apprêtent à repousser les Britanniques, entre le 5 et le 6 février 1794. À l’aide d’une pointe, ils gravent dans l’enduit du mur le type des navires amarrés devant l’îlet Trésor et l’îlet Monsieur, tandis que le gros des troupes d’invasion débarque à la rivière du Galion. Pris à revers, les défenseurs se replient vers la Redoute de Beauséjour puis sur le Vert-Pré en laissant ce témoignage de leurs observations.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Trinité
Haut de page

Texte intégral

Figure 1. Carte de localisation du « Château Dubuc »

Figure 1. Carte de localisation du « Château Dubuc »

Introduction

1Les vestiges de l’habitation La Caravelle se dressent au fond de la baie du Trésor, anciennement Cul-de-sac de La Tartane, à l’extrémité de la presqu’île qui s’avance vers l’Est depuis la côte au vent de la Martinique. Balthazard Dubuc de Bellefond y établit une sucrerie en 1725 et commença à y bâtir une belle demeure en pierre vers 1740. En 1771, la dernière propriétaire résidant sur les lieux, veuve de Louisy Dubuc du Gallion, s’embarquait pour la Guadeloupe, laissant son logis à l’abandon.

2Au moment du dégagement des ruines, en 1972, une cavité de 1,12 m de large, 2,40 m de profondeur et 1,80 m de hauteur et située dans un coin de mur, servait de parc à cochon : c’était le dessous d’un escalier tournant en pierre conduisant à un étage.

1. Le mythe de l’esclave graveur

3Sitôt dégagé, le réduit révèle, sur l’enduit en chaux et sable madréporiques de sa paroi nord, une série de graffitis représentant des embarcations de haute mer. La presse est saisie de la chose et l’on peut lire dans un article d’août 1972 du journal France Antilles :

« lors d’une première reconnaissance, au début juillet, M. Mattioni a découvert dans un cachot servant de porcherie, des graffitis datant de plus de deux siècles. Dans ce réduit de moins de 4 min 2 s attenant à la maison, un prisonnier, sans doute esclave de Dubuc, a matérialisé son rêve d’évasion en dessinant sur le crépi des murs des bateaux parmi lesquels deux galions et une tartane. L’authenticité de ces dessins ne fait aucun doute ; les détails apportés par l’auteur de ces dessins sont trop précis. »

  • 1 La légende de cette photographie dit : « Un galion qui symbolisait la liberté dans l’esprit du pris (...)
  • 2 D’après Thierry Dorival, ingénieur de recherche à la DRAC, ces moulages n’ont jamais été faits.

4Ces explications de 1972 accompagnaient dans le journal une photographie du graffiti central1 que M. Mattioni a également placée dans le micro-musée du site en 1976. Elle est d’autant plus précieuse que l’enduit dans lequel les trois navires sont gravés a connu depuis des dommages importants et que les moulages qu’il dit avoir fait prendre ont disparu2.

5En 1976, M. Mattioni rédigeait un petit guide de l’habitation qui consacrait son surnom de « Château Dubuc », ainsi que la légende de l’esclave graveur :

  • 3 MATTIONI, M., Le "Château" Dubuc, 1976 ?, p. 8.

« Hypothèses, bien sûr, et pourtant certains faits mis à jour (sic) par les fouilles sont là, indiscutables. Non sans oublier les graffitis de navires sur les parois d’un “cachot”. Ils sont la silhouette classique des embarcations à voile du XVIIIè siècle, avec leur château de poupe, les sabords et les grands mâts. Il les a vus ces bateaux, celui qui a fixé les contours, avec la pointe d’un clou, peut-être, et il est émouvant de penser à cet esclave, à cet homme enfermé, qui a peut-être confondu en un seul symbole la mer, le grand large et aussi la liberté et son désir de la posséder3. »

6Plus loin, en décrivant le micro-musée, il signalait :

  • 4 MATTIONI, M., Le "Château" Dubuc, 1976 ?, p. 11-12.

« de part et d’autre de la porte d’entrée, le moulage des graffitis des bateaux du cachot placé sous l’escalier de l’habitation principale.4 »

7Pourtant, si l’on doit rendre à M. Mattioni le mérite d’avoir reconnu et préservé un vestige archéologique particulièrement rare, il serait temps de revenir sur ses interprétations, à la lumière des investigations archéologiques que nous avons effectuées sur le site et de la connaissance de l’histoire de la presqu’île à laquelle nous sommes parvenus aujourd’hui.

2. La fonction du dessous d’escalier

  • 5 CHANTEUR, C., Château Dubuc, 1986. Relevés par Alix de Raynal, architecte DPLG.

8La première cause des erreurs d’interprétation de M. Mattioni vient de ce que le dégagement complet des ruines n’a été achevé qu’en 1974 et qu’une étude des vestiges, avec un relevé architectural sommaire, n’a été entreprise qu’en 19865. L’étude d’archéologie menée en 1989 par Jean-François Barret s’est quant à elle cantonnée aux vestiges industriels.

9M. Mattioni — comme C. Chanteur — croyait que l’escalier de pierre était extérieur au logis, ce qui rendait vraisemblable l’internement d’un esclave rebelle, voire dangereux :

  • 6 MATTIONI, M., Le "Château" Dubuc, 1976 ?, p. 9.
  • 7 CHANTEUR, C., Château Dubuc, 1986, p. 32.

« On accédait à l’étage par un escalier extérieur en pierre au-dessous duquel on avait aménagé un cachot.6 » « L’escalier qui accède au second étage est extérieur.7 »

Figure 2. Plan de localisation des graffitis

Figure 2. Plan de localisation des graffitis
  • 8 Voir DEBIEN, G., « Les Grand'cases », 1970, EDWARDS and KARIOUK, A Creole Lexicon, 2004 et mon étud (...)

10En réalité, le dégagement des fondations et la restauration des murs ont fait apparaître un plan classique de grand'case du XVIIIe siècle colonial français, avec un escalier intégré au corps du logis, symétrique sur la façade d’un « cabinet » et dont le dessous faisait fonction de réserve8 : comment croire qu’on ait enfermé un individu dangereux à l’intérieur de la maison ?

11L’analyse structurale des graffitis contribue, elle aussi, à invalider l’hypothèse de M. Mattioni.

12La restauration du mur et le nettoyage de l’enduit, en 2005-2006, ont permis de faire apparaître plus de gravures que n’en avait dénombré M. Mattioni. Nous en avons compté une dizaine, sur deux niveaux et en trois groupes, mais il en existait d’autres là où l’enduit s’est complètement désagrégé. Une partie des graffitis a été réalisée par un homme accroupi, une autre par un ou deux hommes debout. Seules celles du centre, en bas et en haut, les plus complètes et les mieux conservées, ont été relevées et étudiées durant les mois de mars à mai 2006.

13La conclusion de ce travail est que la répartition des gravures sur les parois, ainsi que l’inachèvement et la reprise de certaines, prouvent qu’il n’y a pas eu un, mais plusieurs graveurs. L’hypothèse d’une exécution par la même main en plusieurs temps n’a pas été écartée sans examen, mais la différence de largeur et de profil des incisions, l’utilisation d’un outil tranchant et d’un clou — sans parler encore des sujets représentés qui s’intègrent à la mise en scène d’un événement bref et unique — la font repousser. Il y a bien eu plusieurs graveurs dans un même temps d’exécution, mais aurait-on enfermé plusieurs rebelles ensemble à l’intérieur de la maison ? À aucun moment ensuite, la documentation ne permet d’envisager que le réduit ait pu servir de prison civile ou militaire.

14Les dimensions du réduit voûté et la présence, au fond, d’une lucarne pour l’éclairage permettent seulement d’envisager qu’il ait été aménagé pour servir de chambre à un domestique de nuit, sachant que les occupants comptaient une dame âgée, la veuve Dubuc du Gallion mère, (+ 1769) et un infirme, Louisy Dubuc du Gallion (+ 1770). Un esclave domestique — valet de nuit ou servante — ne peut être tenu pour l’auteur des graffitis, pour des raisons de temps disponible d’abord, pour des raisons de capacités techniques ensuite et par incompatibilité chronologique enfin.

3. Des graffitis marins

15Les graffitis sont ordinairement classés suivant leur nature, leur fonction, les graveurs ou scripteurs et les thèmes abordés.

16Obtenus par incision de l’enduit du mur à l’aide d’un instrument métallique pointu et tranchant (pour les traits) et d’un clou (pour les points), les graffitis de la Caravelle sont des dessins, sans date ni inscription quelconque. Les formes représentées excluent toute fonction de protection ou de reconnaissance religieuses (ex-voto), tout projet de fabrication ou de construction, mais font penser à la trace d’un passage ou au témoignage d’un événement. Il s’agira d’examiner si les scripteurs ont pu être des prisonniers, des gardes ou des membres d’un corps de métier, l’éventualité de pèlerins étant à écarter sans appel.

17Quant au thème, il est unique : il s’agit d’un ensemble de navires, les uns liés (groupe central), les autres isolés ou par petits groupes sans attache à droite, à gauche et au-dessus. Cette unité du thème donne encore plus de valeur à cet ensemble glyptographique, H. Cahingt rappelant en effet :

  • 9 CAHINGT, Henri : « Les graffiti » dieppois", 1957, p. 54.

»… les graffiti de navires doivent être considérés comme des sources sérieuses de documentation. Ils ont le net avantage sur les œuvres des artistes d’être souvent, plus que ces dernières, conformes au modèle présenté. L’artiste est facilement tenté de ne voir le navire que comme un élément, sujet à interprétation artistique… Il n’y a, le plus souvent, que le peintre, dit de la marine, qui ait ce respect. L’auteur du graffito est généralement un simple qui n’a pas le don d’invention et qui exprime, grossièrement peut-être, mais avec fidélité, ce qu’il a couramment sous les yeux. Et si le graffito isolé peut être considéré comme une preuve insuffisante, un ensemble de graffiti portant régulièrement la même indication, peut être considéré comme une preuve certaine de la réalité de tel ou tel caractère9 ».

Photographie 1. Des graffitis

Photographie 1. Des graffitis
  • 10 Identifiable sur la photographie de 1972, elle n’est plus visible aujourd’hui.

18La quille10 et le gouvernail du navire le plus important sont dessinés avec exactitude, ce qui suppose qu’ils sont apparus aux observateurs à marée descendante : aucun terrien, libre ou esclave, n’est capable d’y faire attention dans sa vie ordinaire, encore moins d’imaginer qu’ils existent. La voilure et les gréements sont peu détaillés, mais parfaitement justes en formes, en positions et en proportion, mais ce qui est particulièrement technique est le dessin de l’antenne de charge avec le hauban supportant un filet pour permettre l’embarquement ou le débarquement des marchandises lourdes et volumineuses, ici des caisses. Les sabords et les ponts sont bien dessinés, mais cela n’est pas vraiment significatif. Ce qui frappe, c’est la justesse du rapport de taille entre les six bâtiments complets et celle de leurs proportions respectives. En outre, on reconnaît sans risque d’erreur une bouée d’amarrage et des câbles qui la relient à deux navires, eux-mêmes attachés à deux plus petits, soit un total de quatre bâtiments au mouillage.

19Tous les navires amarrés à la bouée et entre eux (quatre) sont représentés sans voile, en fait il n’y a qu’un gros navire, en haut à droite, qui semble croiser au large sous voiles.

20Le rendu des graffitis est également significatif : il comporte des reprises (ou « repentirs ») dues à la maladresse des graveurs, à la relative grossièreté du support et à leur outillage, mais aucune erreur de tracée.

4. Hypothèses sur les scripteurs

21La mise en relation du sujet des gravures avec le contexte culturel rend encore plus improbable leur exécution par un esclave, surtout à l’époque où la grand'case était habitée par ses maîtres (1740-1771).

  • 11 CAHINGT, Henri : « Les graffiti » dieppois", 1957, p. 69.

22On remarquera d’abord que les graffitis ne représentent que des navires et une bouée : de tels sujets ne sont en rien révélateurs de la présence d’un esclave ou d’un prisonnier enfermé. Tous les graffitis de cachots, connus par les études et publications de R. Villeneuve prouvent, qu’en cellule, l’homme ordinaire compte le temps (si le comput lui est connu), grave ses initiales (si l’écriture lui est connue) ou des signes ésotériques de protection ou de libération, mais surtout se dessine lui-même, son visage et ses organes les plus frustrés par la détention. Il laisse parfois trace des éléments de son métier, mais jamais du souvenir de sa maison ou de la végétation extérieure. En outre, dans les civilisations traditionnelles qui ignorent l’hédonisme de notre société marchande, la mer ne fait même pas rêver ceux qui y travaillent11. Aux autres, elle n’inspire rien ou alors seulement de la crainte. En tout cas, dans l’Afrique traditionnelle comme dans l’Europe préindustrielle, la mer et les navires sont tout sauf des symboles de liberté.

  • 12 Sur les graffiti de La Rochelle (fin XVIIIè-début XIXè), comparables à ceux de la Martinique et exé (...)

23Au contraire, les graffitis de navires européens répertoriés pour les XVIIe et XVIIIe siècles sont presque toujours le fait d’hommes de la mer ou ayant fréquenté la mer, installés librement à terre, comme à Dieppe (XVIIe s.), ou prisonniers comme à Peterborough (Angleterre, 1er Empire), au Maroc (1er Empire) ou à La Rochelle (XVIIIe s.)12.

24Des graffitis similaires, représentant des navires existent sur l’îlet Chancel (anciennement îlet Monsieur puis Ramville) et sur les parois du « Château Perinnelle », à Saint-Pierre. Sur l’îlet, ils se trouvent sur la paroi d’un petit réduit à proximité des ruines de la poterie qui alimentait « La Caravelle ». En fort mauvais état, ils attendent d’être photographiés, relevés et datés. Ceux de « Perinnelle », aujourd’hui invisibles, ont clairement été rattachés par les archéologues aux troupes de Marine qui casernèrent dans l’ancienne habitation des jésuites en 1762 puis en 1794-1802 : ils représentent des vaisseaux de haut bord à trois mâts du XVIIIe siècle. Ceux de « La Caravelle » pourraient dater, au plus tôt, de 1793, moment où l’habitation a été placée sous séquestre par les révolutionnaires puis occupée par les troupes, donc bien après son abandon par les propriétaires.

Figure 3. Relevé partiel

Figure 3. Relevé partiel

Source : Marie-France Barouh, 2006

25Pour avoir pu représenter correctement les gréements et les proportions des parties des navires, les auteurs des graffitis étaient incontestablement, sinon des hommes de mer, du moins des hommes habitués à observer la mer et les embarcations, certainement pas des esclaves africains ayant voyagé à fond de cale et qui, par leurs cultures d’origine, ignoraient absolument tout des embarcations qui les transportaient. Par ailleurs, on voit mal comment des prisonniers graveurs auraient pu dessiner « sur le sujet », car, du fait de la disposition des lieux par rapport à la baie, ils ne pouvaient voir ni la mer ni le moindre navire du fond de leur « cachot » et devaient nécessairement se déplacer dehors pour observer.

26Les conclusions de l’étude des formes représentées sur le mur du dessous d’escalier et ce que l’on sait de l’abandon et de la ruine précoce de la grand'case (1771) conduisent à écarter sans appel toutes autres mains que celles d’hommes libres, familiers de la mer. Dans un premier temps, il faut donc penser que l’on a affaire au passe-temps de matelots ou de soldats de la marine qui se seraient réfugiés là pour se mettre à l’abri et certainement pas d’esclaves au cachot.

5. L’identification des navires

  • 13 Un dernier galion espagnol a fait relâche à Trinité en 1717, mais ce gros navire n’a jamais pénétré (...)

27Les galions espagnols n’ont disparu qu’à la fin du XVIIIe siècle, mais ce terme générique n’a jamais désigné un type précis de navire et le mot n’existe à la Martinique qu’en rapport avec la baie dans laquelle les Espagnols venaient relâcher avant l’arrivée des Français13. Il en va de même de la tartane et de la caravelle. En réalité, les graffitis ne représentent ni galion ni tartane, comme le croyait M. Mattioni, mais des bâtiments de guerre que la précision de leur rendu permet d’identifier avec certitude.

Figure 4. Identification des navires

Figure 4. Identification des navires

28Quatre bâtiments complets sont au centre, deux autres sont placés respectivement à gauche et au-dessus, un dernier ne subsiste qu’à moitié ; c’est à ces sept images que nous avons limité le travail d’identification.

29Recherchant d’abord des navires français, nous avons essayé de reconnaître, dans le groupe central, une goélette franche pour le plus important et deux sloops pour les plus petits, le second, moins lisible, demeurant inconnu.

30L’hypothèse des sloops a été confirmée, mais celle de la goélette a été rapidement écartée à cause des deux mâts de charge et de la forme du gouvernail.

31En poursuivant nos investigations, nous nous sommes étonnés du rassemblement autour d’une bouée de bâtiments aussi divers et nous avons fini par reconnaître dans le navire inconnu une canonnière et dans celui dessiné au-dessus une frégate. Dans le groupe central, la canonnière est vue de haut, par le travers arrière, alors que sur un graffiti placé à l’extrême droite elle se présente de côté, avec le même gréement caractéristique. Le château arrière de la frégate est inachevé ou détruit, mais le gréement des trois mâts ne laisse aucun doute.

32La reconnaissance de trois embarcations de guerre donnait dès lors une signification au rassemblement des navires et nous conduisait à rechercher dans l’histoire de la presqu’île les épisodes de relâches et de stationnement d’une flotte française ou ennemie.

6. Histoire des invasions de la presqu’île

33Bien que depuis Blénac (1677-1693) les administrateurs de l’île n’aient cessé de venter le port de La Trinité et de pourvoir à sa défense, aucune flotte de guerre française n’y a jamais stationné. En revanche, c’est à quatre reprises qu’une escadre britannique s’y est présentée, soit pour effectuer un débarquement en 1759, 1762 et 1809, soit pour le simuler, en 1794.

  • 14 Voir en particulier PARES, Richard, War and Trade in the West Indies (1739-1763), London, Franck Ca (...)
  • 15 A View of the Port of La Trinité and all the north side of Martinique, vers 1765. National Maritime (...)
  • 16 RUSSETT, Allan, Dominic Serres R. A. : 1719-1793. War Artist to the Navy, Londres, Antique Collecto (...)

34Les opérations navales de la guerre de Sept Ans (1756-1763) nous sont mieux connues par la documentation britannique que par les sources ou études françaises14. Nous avons en particulier la chance de disposer d’une vue du port de la Trinité et du débarquement du 11 février 1762, peinte à l’huile par le Français Dominique Serres (1719-1793)15. Serres accompagna la flotte britannique en Nouvelle-Écosse et aux Antilles jusqu’à la fin de la guerre, s’installa à Londres en 1765 et devint peintre officiel de la marine16..Dessinées sur le sujet, sa toile et les gravures qui en ont été tirées permettent de reconnaître des vaisseaux de ligne, des frégates, des goélettes et des sloops, mais pas de canonnière. Par ailleurs, on sait que ce débarquement n’a pas affecté la presqu’île de La Caravelle. Il est donc peu probable que les graffitis datent de cette époque.

Figure 5. Carte des opérations de 1794. La carte des opérations britanniques à partir d’Alexandre Moreau de Jones

Figure 5. Carte des opérations de 1794. La carte des opérations britanniques à partir d’Alexandre Moreau de Jones

35Serres n’a pas participé aux guerres de la Révolution et de l’Empire et personne, pas même le Révérend Cooper Wylliams, aumônier de la flotte britannique, ne nous a laissé d’images de l’attaque sur Trinité en 1794. Cependant, les représentations précises qu’il donne de l’attaque du Marin et de Fort-de-France permettent de comparer les navires de cette invasion avec les graffitis. En outre, la documentation écrite, française et anglaise, est particulièrement riche à propos de cet épisode et nous y avons trouvé la clé du mystère des graffitis.

36Les sources anglaises nous donnent le cadre de l’invasion et les détails de la flotte :

  • 17 DUFFY, M., Soldiers, sugar and sea power, 1987. p. 69 d'après Willyams, An account, 1796, p. 15‑16 (...)

« La flotte approcha de la Martinique à la fin de l’après-midi du 4 (février), la division de Trinité composée de quatre vaisseaux (warships) sous les ordres de Thompson, avec près de 2 000 hommes de la 2de Brigade de Dundas, en même temps que le 2d Bataillon de Grenadiers et le 1er d’Infanterie légère, se séparèrent de l’ensemble du corps et firent route vers l’est de l’île. Après une autre nuit en mer, tandis que les troupes de débarquement de Trinité se mettaient en position, les attaquants se positionnèrent face à leur cible le 5 février17. »

37Pelauque atteste que, du côté français, ces manœuvres ont été clairement perçues et que la présence à l’entrée de la baie du Galion de cinq bâtiments de guerre a bien été remarquée :

  • 18 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 95.

« D’après cette connaissance, ils se montrèrent le 4 février, et signalèrent leurs projets. ‑ Dans la matinée du 5, ils parurent encore élevés au plus à la distance de 4 lieues au‑dessus des côtes de la Tartanne, et après avoir louvoyé quelque tems dans cette partie, cinq bâtiments de guerre qui, avec quelques transports et quelques bateaux armés, composaient cette division, se déployèrent et mirent le Cap, les uns sur la Tartanne, d’autres sur la Caravelle, d’autres enfin sur le Robert18 ».

38Une lettre de Bellegarde à Rochambeau, rédigée par Pelauque, confirme le fait :

  • 19 DANEY, S., Documents, 1858, p. 172-173.
  • 20 DANEY, S., Histoire de la Martinique, 1963, 3, p. 229.

39« Trinité 18, 5me. mois, l’an 2me. (6 février) de la République une et indivisible
Citoyen Général,
J’ai passé la nuit et toute la matinée en observation. Voici l’état des choses : un vaisseau, deux frégates et trois transports avec trois bâtiments légers sont mouillés dans la baie du Gallion très près de terre et cinq gros bâtiments dont trois paraissent du 1er rang croisent dans les parages de la Tartane…19 ».
S. Daney explique que « le dessein de l’ennemi, en se partageant ainsi sur trois points, était de forcer aussi les Français à diviser leurs forces et de rendre, de cette manière, son débarquement plus facile20 ».
Mais avant de pouvoir débarquer, et même de pouvoir mouiller en sûreté, les Britanniques devaient réduire au silence les batteries côtières.

  • 21 Batterie de la Pointe de la Batterie ou batterie de la Pointe à Chaux.
  • 22 DUFFY, M., Soldiers, sugar and sea power, 1987. p. 74.

40« Dundas brisa de façon spectaculaire le dos de l’ensemble de la défense intérieure de l’île. Son débarquement à la baie du Galion le 5 se distingua par la conduite impétueuse du capitaine Robert Faulkner du sloop Zebra qui devait laisser une marque indélébile sur cette expédition. Faulkner conduisit l’escadre vers la baie du Galion et plaça son navire à proximité de l’une des batteries côtières21, chassant ses occupants par une bordée de canon. Les vaisseaux suivants s’enfilèrent dans le passage et Dundas débarqua sans opposition ses troupes dans l’obscurité. Le jour suivant, il fit mouvement vers Trinité22. »

41Cette partie des évènements nous donne la certitude qu’une partie importante de la flotte d’invasion a stationné en face de l’habitation La Caravelle, à partir du 5 février 1794, qu’au moins un sloop de guerre a attaqué les batteries du nord de la baie du Galion et surtout que tous ces navires ont pu être observés, depuis la presqu’île, par des graveurs dont il reste à préciser l’identité grâce à une source française.

  • 23 Tous les détails biographiques proviennent du mémoire édité par Pelauque en 1795

42Dès 1793, Rochambeau avait confié la défense de la côte au vent (ou Capesterre) au lieutenant-colonel Bellegarde et à ses bataillons de Chasseurs de couleur. Grâce à son secrétaire, nous avons le récit détaillé des opérations menées par Bellegarde. Ancien avocat au conseil supérieur du Cap français et favorable aux idées nouvelles, Jean Marie Pelauque rencontre Rochambeau, devient son secrétaire le 14 janvier 1793 et s’embarque à sa suite pour la Martinique. Peu de temps après, il fait la connaissance de Bellegarde, quitte son maître et s’attache, toujours comme secrétaire, au colonel qui ne savait pas écrire.23. Grâce à lui nous connaissons les détails de la défense française de la Caravelle à peine évoquée par Rochambeau lui-même, S. Daney ou H. de Poyen.

7. Les gardes nationaux de La Trinité

  • 24 DANEY, S., Histoire, 3, p. 229. POYEN, H. de, Les guerres, 1896, p. 50. Les lieutenants de compagni (...)

43En février 1794, lors du débarquement britannique dans le quartier de La Trinité, « il y avait les trois compagnies (en réalité bataillons) d’hommes de couleur avec officiers blancs, commandés par Bellegarde, Édouard Meunier et l’Enclume24 ».

44Par une lettre reçue trop tard, Rochambeau laissait toute latitude à Bellegarde pour organiser la défense et plaçait sous ses ordres une compagnie de L’Enclume et la garde nationale de La Trinité :

« du Lamentin 18, 5me mois l’an 2me (6 février)

  • 25 Fort Rochambeau, le nouveau nom donné au fort de La Trinité en 1793. DANEY, S., Histoire de la Mart (...)
  • 26 DANEY, S., Documents, (1857) 1960, p. 172.

« J’ai appris à Saint-Pierre, à huit heures du soir, que le signal fait à République-Ville à quatre heures était que la Trinité demandait du secours. (…) Je vous laisse l’ordre par cette lettre de disposer de la garde nationale du Rochambeau25 et de Ste-Marie pour vous renforcer et veiller les parties du Robert, du François et de la Trinité. (…).26"

45Une lettre de Bellegarde à Rochambeau, rédigée par Pelauque, nous permet de connaître le mouvement de l’ennemi qui s’attaquait aux batteries du sud de la presqu’île pour libérer l’entrée de la baie du Galion :

« depuis la Trinité 18, 5me mois, l’an 2me (6 février 1794)

  • 27 DANEY, S., Documents, (1857) 1960, p. 173-174.

(…) Depuis hier, on tente du côté de Spoutourne un débarquement qui a toujours été empêché par la compagnie de mon frère et par celle de feu La Grenade. (…)27 »

46Dans la journée du 4 février, Bellegarde avait déjà décidé de poster des troupes à l’extrémité méridionale de la presqu’île, mais une initiative du comité révolutionnaire le détermine à les déployer jusqu’à l’habitation Dubuc :

« Bellegarde (…), reçut le 5 un arrêté des officiers municipaux de la Trinité, par lequel il était requis d’envoyer des forces suffisantes à la Caravelle et dans les environs pour s’opposer au débarquement ».

  • 28 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 96.

« D’après cet ordre, et d’après sa propre opinion qui le portoit à croire que ces points du vent de l’île, avoient besoin d’être soigneusement gardés, il envoya la première compagnie des chasseurs commandée par Hyacinthe, son frère à l’habitation la Spoutourne. ‑ La compagnie de Lagrénade commandée par Chamand, fut établie sur les hauteurs de la Tartane pour surveiller cette côte. ‑ Reinaud commandant de la garde nationale de la Trinité, se rendit à l’habitation de la Caravelle…28 »

47Une note de Pelauque nous permet d’être certains de la présence de cette unité dans les murs de ce que l’on appelle aujourd’hui le « Château Dubuc » :

  • 29 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 99 note 43.

« Le soin de maintenir l’ordre dans les environs de la Trinité et dans le bourg auroit regardé la garde nationale, mais elle étoit avec le commandant Reinaud à la Caravelle, pour y empêcher la descente des Anglais29 ».

48Alors que les Chasseurs étaient presque tous des esclaves sortis des habitations, attirés par la promesse qu’avait faite Rochambeau de leur accorder la liberté au terme de leur service, les gardes nationaux étaient des gens des bourgs et des villes, tous libres et majoritairement blancs, pas toujours créoles, ou alors « petits blancs » gagnés aux idées révolutionnaires. Ces hommes du port de La Trinité, qui n’étaient sans doute pas des marins, sont envoyés sur l’avant poste le plus extrême de la presqu’île, sur l’habitation la Caravelle. Pendant qu’ils progressent à pied, observant la baie, Pelauque raconte :

« Deux frégates et un vaisseau, pilotés apparemment par un pilote bien pratique de la baye du Gallion, y étaient entrés le 5 vers les quatre heures après midi avec une inconcevable facilité. - Ils avoient été suivis de deux transports et de deux bateaux armés, de manière qu’en cet état de choses, aux craintes que le débarquement s’effectuait à la Tartanne ou à la Caravelle où les ennemis se tenoient toujours en panne et assez près de terre, se joignaient les craintes non moins fondées de voir ce débarquement s’entreprendre à l’ouest de la baye du Gallion, vers la rivière de ce nom, ou du côté du Robert ». (…)

  • 30 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 100. En fait les compagnies ont été envoyées le jour même (5 (...)

« Ces dispositions ainsi faites et envoyées à l’instant même au général, Bellegarde se rendit du côté de la Caravelle et de la Tartane où les bâtimens faisoient toujours le simulacre d’un débarquement —Par cette raison il y laissa les trois compagnies qu’il avoit envoyé la veille, avec ordre de ne pas se déplacer sans nouvel avis30». (…)

  • 31 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 100.

49Au « Château Dubuc », les gardes nationaux cherchent un endroit pour échapper à la pluie. Pelauque precise en effet : « La soirée du 5 avoit été très pluvieuse. ‑ Cette pluie se renouvella souvent pendant la nuit, et la rendit obscure31 ». On sait que la toiture de la grand'case avait déjà disparu à cette date et qu’il n’y avait pas d’autre refuge que la cuisine et le dessous d’escalier : c’est dans ce dernier endroit que deux ou trois gardes se sont installés. Après avoir observé la flotte ennemie depuis le 4, ils allaient y rester de la fin de la journée du 5 au milieu de la nuit comme le raconte Pelauque :

  • 32 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 108.
  • 33 Lieu dit au sud du bourg de la Trinité, au bord de la rivière Epinette, où se retirèrent des Hollan (...)

« La nuit s’avançoit. ‑ Bellegarde, n’osant plus espérer des secours du second bataillon des chasseurs, se décida à rappeler Hyacinthe son frère, avec la compagnie qu’il avoit à Spoutoume. ‑ La garde nationale commandée par Reinaud, et la compagnie La Grenade reçurent le même ordre32 (…) des chasseurs se hasarderent, avec success, à traverser le Petit Brésil33, pour porter à la redoute l’ordre de faire retraite ». (…)

« La compagnie de la Grenade, et celle des gardes nationales de la Trinité, qui étoient bien plus éloignées que celle d’Hyacinthe, ne pouvant pas nous joindre assez promptement, l’ennemi leur coupa la communication —Il leur tua quelques hommes qui vouloient forcer le passage, ce qui les mit dans l’obligation de se retirer à la redoute (aujourd’hui Pointe La Martinière ou de la Batterie).

  • 34 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 111.

“Ces deux compagnies et celle de Ponthonier qui commandoit alors ce poste, profitèrent de l’obscurité de la nuit, pour passer dans les pièces de Canes à sucre, entre les habitations Laurencin (aujourd’hui Desmarinières) et du Grand Fonds (aujourd’hui encore Grand Fond). ‑ De cette manière, il leur fut possible, mais avec beaucoup de peine, d’aller au fort de la République par le chemin du Verpré34”.

50Ainsi s’achevait la nuit de la Caravelle pour les deux ou trois bons observateurs de la Garde nationale de La Trinité qui avaient eu le temps de laisser un souvenir des évènements dramatiques du 4 au 5 février 1794.

8. L’identification des graffitis

51Grâce aux sources françaises, il est possible d’affirmer que les navires représentés correspondent aux bâtiments britanniques qui ont stationné devant Tartane, devant la baie du Trésor et devant la baie du Gallion, une partie d’entre eux ancrés à quelques encablures de l’îlet Trésor pour simuler un débarquement et émietter la défense française. La confrontation entre les sources anglaises donnant la composition de la flotte avec les navires représentés a même permis de retrouver le nom de certains.

52Sur dix dessins, lisibles en 1972 ou aujourd’hui, nous avons reconnu :

  • Bouée d’amarrage (1),

  • Brick marchand, correspondant à un transport armé en flute (1),

  • Sloop de guerre (5 ou 6)

  • Canonnière (1 ou 2)

  • Frégate (1)

  • D’après les archives britanniques, la partie de la flotte d’invasion postée à l’Est était composée de :

  • Vaisseau de second rang : Boyne (98 canons)

  • Vaisseaux de troisième rang : Vengeance (74 canons), Irresistible (74 canons)

  • Vaisseaux de quatrième rang : Veteran (64 canons)

  • Frégates (8) dont La Blanche (32 canons)

  • Sloops de 16 canons : Zebra, Seaflower, Rattlesnake, Nautilus

  • Galiote à bombes : Vesuvius

  • Transports de 44 canons armés “en flute” : 3 dont 1 ravitailleur (storeship) : Dromedary

  • Canonnières : Spiteful, Tickler, Tiezer, Tormentor, Venom, Vexor

    • 35 DUFFY, M., Soldiers, 1987, p. 70-71.

    Navire hôpital (1)35.

53Pour des raisons nautiques, aucun vaisseau de haut-bord (premier à quatrième rang) n’a pu stationner à proximité de la côte, ni même venir s’ancrer près de l’îlet du Trésor à l’entrée de la Baie du même nom en contrebas du “Château Dubuc”. Les gardes nationaux n’ont pu les observer que de loin puisqu’ils ont pénétré dans la baie du Galion à la nuit tombante et sous la pluie. Il en va de même pour le navire hôpital. En revanche, à l’exception de la galiote à bombes à laquelle aucun graffiti ne correspond, tous les autres bâtiments ont été représentés sur la paroi du dessous d’escalier :

  • 1 frégate avec ses trois mâts (n° 5) sans doute La Blanche, déjà venue en 1793 pour débarquer Gimat, chef des émigrés. Le dessin rappelle les frégates H.M.S. Diana et Unicorn, construites en 1794.

  • 1 navire à deux mâts en plein déchargement de caisses d’armes et de munitions (n° 2). La forme de sa coque et la baume arrière du grand mât font d’abord songer aux brigantins ou bricks anglais de la fin des années 1750, mais la forme de la poupe et l’emplacement du mât avant ne correspondent pas. En revanche, la liste anglaise signale les transports comme “armés en flûte”, ce qui oriente l’identification. La flûte est à l’origine une construction hollandaise destinée au commerce qui évolue du XVIIe au XVIIIe siècle. Sa coque affecte la forme d’une caravelle avec une proue basse et une poupe arrondie vers le bas. En coupe, le pont apparaît plus étroit que la coque en dessous. À la fin du XVIIIe siècle, les navires marchands britanniques empruntent ces formes qui augmentent la capacité de charge, mais conservent le gréement du brick qui permet plus de vitesse et de meilleures allures. Ce type de bâtiment, dont le modèle est le brick Unicorn (1790), prend le nom de “brick marchand” au cours du XIXe siècle. Le dessin représente presque certainement le Dromedary, seul transport réservé aux marchandises dans la flotte de 1794.

  • 5 ou 6 sloops dont certains chargés de caisses d’armes. Appelé “naval sloop” ou “sloop of war” par l’utilisation que les Britanniques en font au XVIIIe siècle, le sloop ou “bateau bermudien” est une création originale de l’Amérique maritime originellement conçu pour se livrer à la contrebande. Il comporte un mât droit, une voile aurique et un foc, file 11 nœuds, porte 75 hommes et plus de 14 canons. Le Zebra destructeur des batteries figure sans doute parmi les graffitis, mais le chiffre de 5 ou 6 sloops est supérieur à celui de la liste des archives anglaises (4).

  • 1 ou 2 canonnières, car le dessin coupé en deux de l’extrémité droite pourrait aussi bien représenter un sloop. Avec son gréement caractéristique, la canonnière (gunboat) du XVIIIe siècle est armée d’un canon de 24 livres devant le mât et de deux caronades de 12. Après l’expédition de 1794, les Britanniques innovent en équipant le canon du H.M.S. Gunboat William (1795) d’une sorte de tourelle pivotante.

  • La correspondance entre la liste britannique et les graffitis est donc parfaite au niveau des types de navire ; la discordance en nombre s’explique par la présence ensemble de plusieurs scripteurs.

  • Une chose est sûre : sans les graffitis du dessous d’escalier, personne aujourd’hui n’aurait pu imaginer que la presqu’île avait connu un important épisode militaire et naval. Ignorés ou considérés comme des curiosités par les visiteurs, ces documents archéologiques seront désormais protégés, mis en valeur et expliqués grâce à la diligence du Parc naturel régional de la Martinique.

Haut de page

Bibliographie

Sur les graffitis

Auger-Sergent, Anne-Sophie, “Les graffitis à sujets maritimes de la Normandie”, dans Cahiers Havrais de Recherche Historique, n° 55, 1996, p. 53-70.

Cahingt, Henri, “Les graffiti” dieppois », dans Le navire et l’économie maritime, 1er Colloque international d’histoire maritime (1956), Paris, SEVPEN, 1957, p. 53-70.

Cahingt, Henri, Les murs qui parlent, Dieppe, 1990.

Bucherie, Luc, Enquêtes sur les graffiti de marins anglais, prisonniers de guerre en France au XVIIIe siècle, Académie des sciences, arts et belles lettres de Touraine, Mémoires, 2002.

Bucherie, Luc, « Panorama des graffiti maritimes des côtes du Ponant », Actes du VIIe colloque international de glyptographie de Rochefort-sur-Mer, Centre international de Recherches Glyptographiques, Tome II, 3-8 juillet 1990.

Graffiti marins des églises du Val de Saire. Réville, Quettehou, Morsalines, Musée Maritime de Tahitou, 2002.

Le Roc’h Morgere, Louis, Navires mémoire de la mer, Paris, Rempart patrimoine vivant, 1990.

Serander, Arnaud, « Les graffiti marins de l’église d’Hénouville », Hénouville Contact, n° 29, janvier 2000, p. 6.

Site internet créé par Eric Leconte 2003 : http://graffitimarins.free.fr

Sur les grand'cases du XVIIIe siècle

Cauna, Jacques de, « La création des grands domaines », Voyages aux Iles d’Amérique, Paris, Archives nationales, 1992, p. 179-183.

Dearborn Edwards, Jay, and Kariouk Pecquet du Bellay de Verton, Nicolas. A Creole Lexicon. Architecture, Landscape, People, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2004.

Debien, Gabriel, « Les grand'cases des plantations à Saint-Domingue aux XVIIè et XVIIIè siècles », Annales des Antilles, n° 15, 1970, p. 1-39.

Sur le « Château Dubuc »

Barret, Jean-Baptiste, Rapport de reconnaissance archéologique dans la presqu’île de la Caravelle, Fort-de-France, C.E.R.A., avril 1989, 5 p., 11 planches.

Chauleau, Liliane, Notes sur l’habitation Dubuc, manuscrit, Archives départementales de la Martinique, sans date.

Chanteur, Catherine, Château Dubuc, Mini-mémoire de Licence d’Histoire, 1986, levés d’architecte par Alix de Raynal.

Huyghues-Belrose, Vincent, L’habitation La Caravelle dite « Château Dubuc », Trinité, Rapport d’enquête, Fort-de-France, SRA-PNRM, juin 1998.

Mattioni, Mario, « Etude de la réserve de la Caravelle, 1ère phase : restauration et aménagement du château Dubuc », Parc naturel régional de la Martinique, a. u.p. t.m., juin, 1972, 8 p.

Mattioni, Mario, Le Château Dubuc, Fort-de-France, SIVMANO, Imprimerie Désorrmeaux, sans date (1976 ?), 13 p.

Soroptimist Club et EA du Galion, La Cabesterre — Terre vivante. 1645-1855, La Trinité, décembre 1988, multigraphié.

Sur l’histoire militaire de Trinité et de la presqu’île de la Caravelle

Pelauque, J. M., Le mistère dévoilé, ou Exposition de quelques faits relatifs aux mouvements de la Martinique, depuis le 4 Février 1793, jusqu’au 24 Mars 1794, (Paris), De l’imprimerie de Pain, Passage Montré, (1795), 148 p. (BnF, LK 121 158).

Daney, Sidney, Histoire de la Martinique depuis la colonisation jusqu’en 1815, Fort-Royal, E. Ruelle, 1846, rééd. Fort-de-France, Société d’histoire de la Martinique, 1963, 3 vol.

Daney De Marcillac, Sidney, Documents pour servir à l’histoire de la Martinique (1858), Fort-de-France, Société d’Histoire de la Martinique, 1980.

Duffy, Michael, Soldiers, sugar and sea power : the British expeditions to the West Indies and against revolutionary France, Oxford, Clarendon Press, 1987.

James, William, Naval History of Great Britain from the declaration of war by France…, London, Baldwin, Cradock & Joy, 1822-1824, 5 vol. Réédition en 6 vol., London, Conway Maritime Press, 2002.

Willyams, Reverend Cooper, An account of the campaign in the West Indies in the year 1794, London, G. Nicol B. and J. White, J. Robson, 1796, réédition en fac simile Basse-Terre, Société d'Histoire de la Guadeloupe, 1990.

Cartographie

« Carte de la Coste du Vent de l’Isle de la Martinique où les débarquements de l’armée Anglaise furent opérés par surprise en 1794 et 1809 », CAOM, F3, 293 2/2.

« Carte des débarquements Anglais de 1794, 1er juillet 1816 », CAOM, DFC 16 A 17 520 A.

Haut de page

Notes

1 La légende de cette photographie dit : « Un galion qui symbolisait la liberté dans l’esprit du prisonnier. »

2 D’après Thierry Dorival, ingénieur de recherche à la DRAC, ces moulages n’ont jamais été faits.

3 MATTIONI, M., Le "Château" Dubuc, 1976 ?, p. 8.

4 MATTIONI, M., Le "Château" Dubuc, 1976 ?, p. 11-12.

5 CHANTEUR, C., Château Dubuc, 1986. Relevés par Alix de Raynal, architecte DPLG.

6 MATTIONI, M., Le "Château" Dubuc, 1976 ?, p. 9.

7 CHANTEUR, C., Château Dubuc, 1986, p. 32.

8 Voir DEBIEN, G., « Les Grand'cases », 1970, EDWARDS and KARIOUK, A Creole Lexicon, 2004 et mon étude sur l’habitation.

9 CAHINGT, Henri : « Les graffiti » dieppois", 1957, p. 54.

10 Identifiable sur la photographie de 1972, elle n’est plus visible aujourd’hui.

11 CAHINGT, Henri : « Les graffiti » dieppois", 1957, p. 69.

12 Sur les graffiti de La Rochelle (fin XVIIIè-début XIXè), comparables à ceux de la Martinique et exécutés par des corsaires britanniques capturés pendant la guerre de course, on se reportera à l’émission télévisée « Thalassa » du 7 août 1998 qui montre les procédés de moulage utilisés pour leur conservation et leur étude.

13 Un dernier galion espagnol a fait relâche à Trinité en 1717, mais ce gros navire n’a jamais pénétré dans la baie du Gallion, encore moins dans celle du Trésor.

14 Voir en particulier PARES, Richard, War and Trade in the West Indies (1739-1763), London, Franck Cass & Co Ltd, 1963 et JAMES, W., Naval History of Great…, 1822-1824, vol. 2.

15 A View of the Port of La Trinité and all the north side of Martinique, vers 1765. National Maritime Museum. Gravures par Peter Charles Carnot, Londres, vers 1769 et par G. Lizeidt, Augsbourg, vers 1770 (Collection des Prospects).

16 RUSSETT, Allan, Dominic Serres R. A. : 1719-1793. War Artist to the Navy, Londres, Antique Collectors' Club, 2005.

17 DUFFY, M., Soldiers, sugar and sea power, 1987. p. 69 d'après Willyams, An account, 1796, p. 15‑16 et archives PRO, Admiralty papers, ADM 2/1346 : Instructions to Jervis, 16 Nov. 1793.

18 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 95.

19 DANEY, S., Documents, 1858, p. 172-173.

20 DANEY, S., Histoire de la Martinique, 1963, 3, p. 229.

21 Batterie de la Pointe de la Batterie ou batterie de la Pointe à Chaux.

22 DUFFY, M., Soldiers, sugar and sea power, 1987. p. 74.

23 Tous les détails biographiques proviennent du mémoire édité par Pelauque en 1795

24 DANEY, S., Histoire, 3, p. 229. POYEN, H. de, Les guerres, 1896, p. 50. Les lieutenants de compagnies du bataillon de Chasseurs commandé par Bellegarde étaient son propre frère Hyacinthe, La Grenade et Octavius. La Grenade meurt avant le 4 février et Poyen, précise que « la compagnie d’Octavius appartenait au bataillon de gens de couleur du mulâtre L’Enclume ».

25 Fort Rochambeau, le nouveau nom donné au fort de La Trinité en 1793. DANEY, S., Histoire de la Martinique, 1963, 3, p. 229.

26 DANEY, S., Documents, (1857) 1960, p. 172.

27 DANEY, S., Documents, (1857) 1960, p. 173-174.

28 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 96.

29 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 99 note 43.

30 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 100. En fait les compagnies ont été envoyées le jour même (5 février) comme Bellegarde et Pelauque l’indiquent plus haut.

31 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 100.

32 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 108.

33 Lieu dit au sud du bourg de la Trinité, au bord de la rivière Epinette, où se retirèrent des Hollandais du Brésil en 1654.

34 PELAUQUE, J. M., Le Mistère, 1795, p. 111.

35 DUFFY, M., Soldiers, 1987, p. 70-71.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de localisation du « Château Dubuc »
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 2. Plan de localisation des graffitis
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/361/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photographie 1. Des graffitis
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/361/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 3. Relevé partiel
Crédits Source : Marie-France Barouh, 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/361/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 4. Identification des navires
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/361/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 5. Carte des opérations de 1794. La carte des opérations britanniques à partir d’Alexandre Moreau de Jones
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/361/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Huyghues-Belrose et Marie-France Barouh, « Les graffitis de l’habitation La Caravelle dite « Château Dubuc » presqu’île de la Caravelle, commune de la Trinité Martinique », Études caribéennes [En ligne], 7 | Août 2007, mis en ligne le 15 août 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/361 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.361

Haut de page

Auteurs

Vincent Huyghues-Belrose

Docteur en histoire, d’Etat ès Lettres et Sciences humaines, Université des Antilles et de la Guyane vincent.huyghuesbelrose@martinique.univ-ag.fr

Articles du même auteur

Marie-France Barouh

Architecte d’intérieur, collaboratrice de vincent Huyghues-Belrose

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org