Navigation – Plan du site
Espaces et aires protégés. Gestion intégrée et gouvernance participative

Institutionnalisation de la protection environnementale et développement de l’artisanat minier dans les espaces sensibles de Madagascar

Rémy Canavésio

Résumés

À Madagascar, depuis quelques années, la sauvegarde de la biodiversité est devenue une priorité pour le gouvernement. Avec l’aide des partenaires étrangers, le pays étend actuellement de manière spectaculaire son réseau d’espaces protégés. Malgré l’intégration de la gouvernance participative sur le terrain, ce mouvement s’accompagne d’une très forte déstabilisation des communautés locales. Parallèlement, le pays qui affronte des crises multiples (crise économique latente et crises politiques à répétition) est le théâtre d’un formidable « boum » des activités informelles en général et de l’artisanat minier en particulier. Dans bien des cas, lorsque la gestion des milieux sensible est retirée aux communautés locales au profit d’acteurs institutionnels, on assiste au développement de ces activités destructrices. Pour lutter contre cet effet pervers de l’institutionnalisation de la protection environnementale, il devient urgent de disposer d’un plus large panel de systèmes de gouvernance. Ceux-ci doivent être conçus pour s’adapter aussi bien que possible à la multitude de contextes rencontrés, en prenant en compte l’ensemble des acteurs, qu’ils soient formels, issus de la société traditionnelle, ou informels.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans les pays du Sud, et à Madagascar en particulier, la spectaculaire extension des aires protégées se confronte presque systématiquement à un autre phénomène en accroissement rapide : celui du développement des activités informelles. Il ne s’agit pas ici de débattre de la place à accorder aux activités dites « traditionnelles » au sein de la gouvernance environnementale, car cette frange « tolérable » de l’économie a été maintes fois étudiée et même intégrée à des projets de terrain sur lesquels certains auteurs ont déjà pu dresser un bilan critique. L’objet de cette contribution est plutôt de pointer du doigt les enjeux, les causes et les conséquences du développement d’activités nouvelles, illégales, parfois criminelles, au sein même des sanctuaires environnementaux. Dès lors cela pose la question de la manière dont ces acteurs doivent être (ou ne pas être) intégrés au système de gouvernance, aux processus de gestions des espaces protégés, pour accroître l’efficience de celui-ci. Cette problématique gagne encore en pertinence quand on sait que dans bien des cas, les activités informelles qui prennent place dans les espaces protégés des pays les plus pauvres sont organisées par les conservateurs eux-mêmes. À Madagascar, il n’est ainsi pas rare de constater une augmentation des dégradations environnementales lors du passage d’une protection traditionnelle intégrée des territoires à une protection institutionnalisée et règlementée des espaces sensibles. Face à un tel constat, ne serait-il pas préférable d’opter pour un accompagnement des différents acteurs (institutionnels, traditionnels, informels) dans un processus global de préservation des territoires fixant des objectifs accessibles au vu des moyens disponibles ?

2Après avoir exposé le contexte économique et politique délicat dans lequel la multiplication des aires protégées et Parc Nationaux s’opère à Madagascar, nous analyserons la place tenue par les activités informelles (notamment liées à l’artisanat minier) dans les systèmes de gouvernance de ces espaces. À cette occasion, nous montrerons à partir des exemples des Parcs Nationaux de Zomitse-Vohibasia et de l’Ankarana, comment l’institutionnalisation de la protection débouche parfois sur un accroissement des destructions dans les espaces sensibles. Notre positionnement en faveur de la reconnaissance et de l’intégration de ces activités informelles, plutôt que de leur négation ou leur stigmatisation par les autorités, sera en toile de fond de cette réflexion. Ainsi, sans opposer gouvernance « éthique » et gouvernance « efficace », cela nous conduira à montrer tout le bénéfice que les aires protégées pourraient tirer d’une collaboration plus étroite avec les acteurs informels, notamment lorsque les contextes économiques difficiles sont favorables à leur développement. Sans proposer de boîte à outils d’usage systématique, nous montrerons l’intérêt de développer des systèmes de gouvernances alternatifs replaçant les acteurs informels (traditionnels ou liés aux activités en développement récent) au cœur des débats. En proposant des systèmes de gouvernance adaptés aux conditions locales et à la conjoncture, nous remettrons en cause une bonne partie des projets de conservation actuellement en œuvre à Madagascar.

1. Sauvegarder la biodiversité en période de crise

1.1. Une biodiversité exceptionnelle à préserver

  • 1 Le C.E.P.F. (Critical Ecosystem Partenership Fund) est un bailleur privé important de la préservati (...)

3Avec près de 200 millions d’années d’insularité, Madagascar a développé un taux d’endémisme faunistique et floristique exceptionnel. Plus de 80 % des végétaux supérieurs seraient endémiques alors que les recherches menées ces dernières années par les botanistes prouvent que le pays n’a pas encore livré tous ses secrets (un palmier géant qui appartiendrait à un nouveau genre a été découvert accidentellement en janvier 2008 dans le nord-ouest du pays). Selon le C.E.P.F1, on compte de 10 000 à 12 000 espèces de plantes à Madagascar, dont plus de 80 % sont endémiques. Avec une dizaine de familles inconnues hors du pays, « seul le continent australien, bien plus grand que Madagascar, a plus de familles endémiques » (C.E.P.F., 2000). Toutes les régions sont concernées, y compris les plus sèches. Ainsi, dans le Sud (région Androy), 95 % des plantes sont endémiques au niveau des espèces et 48 % au niveau du genre. L’île constitue ainsi l’un des 12 centres de mégadiversité de la planète. À Madagascar, l’objectif principal des espaces protégés n’est donc pas tant de préserver des espaces pour leur valeur paysagère que d’assurer la pérennité des milieux abritant une biodiversité exceptionnelle (forêts sèches ou humides essentiellement).

  • 2 World Wide Fund.

4Avec ce statut de « hot spot » de la biodiversité mondiale, et sous la pression (et avec le soutien) des bailleurs internationaux (Banque mondiale, USAID notamment), Madagascar est vivement encouragée à étendre ses aires protégées. En septembre 2003, à l’occasion d’un discours du Président de Madagascar, Marc Ravalomanana, au Congrès mondial de Durban, le pays s’est engagé à porter la superficie de ses aires protégées de 1 700 000 hectares à 6 000 000 hectares, ce qui n’est pas sans représenter un véritable défi logistique et financier dans un pays exsangue économiquement (cf. carte des espaces protégés ci-dessous). Pour atteindre cet objectif qui concerne toutes les régions du pays, Madagascar s’appuie sur les nombreux partenaires étrangers chargés de mettre en place les aires protégées (délimitations, structure, information et sensibilisation des populations riveraines...). Dans un second temps, les espaces sont le plus souvent confiés à un organisme national : l’Association Nationale pour la Gestion des aires protégées (A.N.G.A.P.). Autrement dit, si la constitution du réseau d’aires protégées est essentiellement assurée par des organismes internationaux (W.W.F.2 notamment) dotés de moyens considérables, sa gestion et son financement sur le long terme sont sujets à interrogation : « ... si la création du réseau d’aires protégées a permis d’obtenir des résultats remarquables, la durabilité du financement du réseau et des alternatives à la déforestation n’est pas encore acquise après dix ans » (J.C. Carret et al., 2003). Or, dans un contexte de crise économique généralisée, seul un organisme de gestion doté de moyens importants sur le long terme est capable d’éviter que la protection institutionnalisée des espaces n’engendre des effets pervers qui accentueraient les dégradations.

Figure 1. Les espaces protégés de Madagascar en 2003 (avant le programme d’extension décidé au Congrès mondial de Durban)

Figure 1. Les espaces protégés de Madagascar en 2003 (avant le programme d’extension décidé au Congrès mondial de Durban)

Les espaces nommés sur la carte correspondent aux principaux sites abritant de l’artisanat minier.

1.2. Le contexte malgache

  • 3 Le « pays » Betsiléo correspond au centre Sud de Madagascar, autour de la ville de Fianarantsoa.

5À Madagascar, trois décennies de gestion prédatrice et de politiques antagonistes (nationalisation puis libéralisation) ont conduit à un appauvrissement massif et généralisé de la population. Cette dernière, encore largement rurale (près des trois quarts de la population), subsiste tant bien que mal en tirant quelques revenus de la riziculture (dans le centre du pays), de la pêche (sur les littoraux) et de l’élevage de zébus (dans l’Ouest et le Sud principalement). L’état catastrophique des finances de l’État et l’importance de la corruption rendent le système administratif particulièrement inopérant. Les infrastructures (réseau routier, ferré...) sont délabrées et malgré une timide reprise en main ces dernières années, en l’absence d’un État efficace, la population n’a souvent d’autres solutions que de se tourner vers le secteur informel pour subsister. Cette tendance est devenue particulièrement inquiétante à partir de la fin des années 1980 avec le renforcement graduel des problèmes économiques. Parfois, la situation prend une tournure dramatique dans les régions exposées à des problèmes structurels (surpeuplement du pays Betsiléo3) ou lors d’évènements climatiques exceptionnels (cyclones, sécheresse dans le Sud comme au début des années 1990).

6Si une bonne part de la population rurale reste attachée aux pratiques dites « traditionnelles », pour les plus démunis et les marginaux, l’exploitation des ressources naturelles d’un autre type et la migration sont les seules issues. Les activités économiques pratiquées, informelles, parfois criminelles sont souvent reliées à des réseaux internationaux. La biosphère est généralement une cible privilégiée dans les pays du Sud (trafic de bois précieux, d’animaux rares...) mais à Madagascar, ce sont surtout les ressources minérales qui aiguisent l’appétit des trafiquants internationaux comme celui des populations les plus défavorisées. La crise économique que traverse le pays a poussé toute une frange de la population vers ces activités informelles. En moins d’une décennie, Madagascar s’est ainsi retrouvé propulsé parmi les premiers producteurs de pierres précieuses et semi-précieuses au monde (Canavésio, 2006) et, de manière plus générale, on assiste à une explosion de l’artisanat minier (explosion renforcée par la hausse des cours des matières premières des dernières années). Depuis la fin des années 1990, ce sont plusieurs centaines de milliers de personnes qui vivent à temps plein de cette activité (entre 250 000 et 500 000 selon les années et les estimations) dont un tiers de mineurs. La multitude et l’étalement des gisements conduisent régulièrement les mineurs à travailler au sein même des aires protégées (cf. photo du Parc National de l’Ankarana). On a ainsi pu compter jusqu’à 8000 mineurs travaillant dans le Parc National de l’Ankarana quelques mois après le début de la ruée et, une décennie plus tard, le travail d’extraction des saphirs se poursuit sous l’œil aussi désarmé que coopérant de gardes corrompus.

7Ainsi, les activités informelles, au premier rang desquelles l’artisanat minier fait peser une lourde menace sur les espaces sensibles de Madagascar. Loin d’être un épiphénomène, ce mouvement de fond, commun à de nombreux pays du Sud, pose la question du rôle qui doit être accordé aux acteurs informels (non traditionnels) dans la gouvernance des espaces sensibles et en amont, aux modalités de l’institutionnalisation de la préservation de ces espaces. La réponse à ces questions devient particulièrement délicate lorsque les acteurs majeurs de ces activités informelles se confondent avec le personnel théoriquement chargé d’assurer l’autorité dans les espaces protégés.

2. Quand l’institutionnalisation de la protection devient contre-productive

2.1. Environnement et sociétés « traditionnelles »

  • 4 Les fady (interdit en français) sont très divers et peuvent concerner des espaces (une forêt, un ta (...)

8À Madagascar comme dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, la gestion des espaces est encore largement empreinte de la conception traditionnelle de la nature. Cette manière de voir le monde tend généralement à sacraliser la terre (et le milieu « naturel » en général) qui abrite des esprits, le plus souvent ceux des ancêtres (population tompontany en malgache). Pour ne pas entrer en conflit avec le tout-puissant (Zanahary), les populations, avant toute atteinte au milieu naturel, doivent en référer aux ancêtres via des individus habilités (médecins guérisseurs). Dans bien des cas, cela débouche sur la mise en place de limitations des atteintes au milieu naturel, voire sur des interdictions formelles (les fady4), particulièrement bien respectées. Ces restrictions de l’usage des ressources naturelles assurent la pérennité à long terme de la société en garantissant la durabilité de son environnement.

9En l’absence d’un État fort, d’une population réceptive et de moyens financiers suffisants pour procéder à une gestion « moderne » des terres, les communautés locales (on parle de fokonolono à Madagascar), lorsqu’elles sont installées de longue date sur un territoire, bénéficient généralement de toute la légitimité pour administrer les espaces dont elles dépendent. Malgré la crise qui frappe le pays, ce modèle reste assez peu perturbé et assure une gestion prudente et raisonnée des ressources naturelles en milieu rural. Ces systèmes de production traditionnels (qu’ils soient basés sur l’élevage, l’agriculture, la pêche...), généralement viables, sont assez semblables à ceux qui prévalaient plusieurs siècles auparavant. Ils ont largement participé à la transmission de l’héritage environnemental tel que nous le connaissons aujourd’hui, et c’est bien la perturbation de ces fragiles équilibres qui conduit à l’augmentation massive des dégradations.

2.2. L’institutionnalisation de la protection environnementale et ses dérives

10Si dans les régions en crise aiguë, ce modèle est remis en cause par de multiples facteurs, il s’avère que dans les secteurs où ces systèmes demeuraient respectés et opérants, la mise en place d’espaces protégés institutionnalisés devient le déclencheur d’un cercle vicieux aboutissant à la destruction d’espaces sensibles. Le cas de la forêt de Zombitsy Vohibasia est éloquent à cet égard. La mise en place d’aires protégées y a été considérée comme une priorité pour assurer la conservation des forêts sèches du sud-ouest de Madagascar et garantir ainsi la sauvegarde des vastes réservoirs de biodiversité. Au début des années 1990, les lambeaux de forêt les plus proches de la RN7 ont commencé à être dangereusement attaqués par la culture sur brûlis et l’industrie du charbon de bois à la suite d’arrivées massives de populations fuyant une longue période de sècheresse (Fauroux, 1992). La déforestation devenait ainsi une menace sérieuse dans toutes les forêts xérophiles comprises entre Sakaraha et Tuléar. Ce phénomène inquiétant fut en partie enrayé pour les écosystèmes forestiers les plus proches de Sakaraha à la suite de la création du Parc National de Zombitsy Vohibasia. Mais le W.W.F. (qui organisa la mise en place du Parc National), soucieux d’assurer la sauvegarde de l’intégralité des forêts du secteur, étendit les limites du Parc National à des morceaux de forêt jusque là épargnés par la déforestation (notamment au nord et à l’est).

  • 5 Goedefroit S. (2007) développe ce type d’effets pervers liés à la Gelose dans d’autres espaces prot (...)

11Dans ces zones d’habitat peu dense, caractérisées par l’élevage extensif et une petite riziculture de bas fond, la gestion des espaces restait largement soumise aux règles traditionnelles de la population tompontany (ethnie Bara). Ce peuple d’éleveurs respectait la forêt, à la fois lieu de cueillette (alimentation, médecine traditionnelle) et de pâturage pour les bovins lors de la saison sèche (De Saint Sauveur, 1998). Malgré l’implication des populations locales dans la gestion du Parc et les différentes possibilités d’usage qui leur étaient données, cette institutionnalisation de la préservation des espaces forestiers désorganisa fortement la société locale en privant cette dernière de certains droits sur la forêt jusque là autorisés par le droit coutumier5. Parallèlement, la région située juste à l’est du Parc National fut secouée, à partir d’octobre 1998, par une des plus grandes ruées vers les pierres précieuses (région d’Ilakaka). Lorsque les mineurs ont mis à jour des gisements au sein du Parc National, dans la forêt proche du village, la population tompontany, déjà passablement désorganisée par la mise en place du Parc National n’avait plus la légitimité suffisante pour interdire aux mineurs l’accès à la forêt. Le respect de l’intégrité de la forêt repose désormais entièrement sur les gardes du Parc National.

12Ce basculement de la protection vers un système institutionnalisé est encore perverti par le faible niveau de rémunération des agents chargés de faire respecter l’intégralité de ces espaces sur le terrain. Ces personnels, généralement diplômés, sont rarement originaires de la région dans laquelle ils sont affectés. Ne faisant pas partie de la population tompontany, ils ne sont pas animés de la même volonté à défendre le milieu (chargée d’affect et de sacré) que la population autochtone. Dans le meilleur des cas, les acteurs de la protection institutionnalisée (agents de terrain et « cadres ») développent une fibre vaguement écologiste au cours de leurs études (le « réflexe environnemental » dans sa conception occidentale est peu développé), mais le plus souvent, leur démarche est guidée par l’assurance de travailler dans un des secteurs d’activité les plus dynamiques et lucratifs (essentiellement du fait des rémunérations occultes dans le cas des agents de terrain) actuellement accessible aux étudiants malgaches. Pour une bonne partie de ces personnes, l’autorité légitime (au regard du droit moderne) qu’ils exercent sur les espaces sensibles est perçue comme un moyen d’obtenir des revenus supplémentaires de la part de tous ceux qui souhaiteraient exercer une activité interdite dans les limites de ces espaces, et ainsi, de combler les lacunes d’une rémunération de base souvent insuffisante. Les espaces sensibles, protégés par des règlementations spécifiques, sont alors souvent perçus comme des espaces ressources par ces personnels.

2.3. Le cas du Parc National de Zombitsy Vohibasia

  • 6 La Gelose (Gestion locale sécurisée) vise à restituer une place centrale aux populations locales (G (...)

13Dans le Parc National de Zombitsy Vohibasia, l’exploitation des pierres précieuses par les populations migrantes se fait sous l’œil bienveillant de gardes corrompus. Les villages de la région et les espaces dont ils dépendent illustrent parfaitement ce mécanisme contre-productif (du point de vue de la protection de la forêt sèche), et ce malgré la mise en place de nombreux plans de gestion locale (GeLoSe6). Le village de Bekily (Commune de Maninday) est un terrain d’observation privilégié de ce phénomène. Jusqu’au milieu des années 1990, le village vivait au rythme du système de production bara traditionnel (De Saint Sauveur, 1998). La forêt xérophile à l’ouest du village était intégrée au système de production (pâturage de saison sèche, cueillette…) de sorte qu’aucun élément ne semblait indiquer une dégradation de celle-ci (limites stables sur plusieurs décennies). L’intégration de la forêt au Parc National de Zombitsy Vohibasia perturba profondément la communauté villageoise. Lorsque les mineurs de la région d’Ilakaka découvrirent des saphirs dans cette forêt, la population tompontany avait perdu toute autorité sur cet espace et ils se trouvèrent démunis pour faire respecter les nombreux fady qui protégeaient jusque là la forêt d’une exploitation abusive. Plutôt que de faire respecter l’intégrité du Parc, les agents de l’A.N.G.A.P. trouvèrent, dans la situation, un moyen aisé d’obtenir un complément de revenu substantiel. Pour ce faire, il leur suffisait de fermer les yeux sur l’exploitation informelle des saphirs contre une rémunération régulière versée autant par les mineurs que par les acheteurs de pierres étrangers dont des « représentants » sont désormais présents en permanence au village. En juillet 2008, le phénomène avait pris une telle ampleur que plus de 80 % des 2500 habitants du village de Bekily étaient des migrants vivant de l’exploitation des pierres précieuses dans la forêt protégée. Pour la population tompontany, cette situation initiée par la mise en place du Parc National est une tragédie. Elle se retrouve dépossédée de l’administration et de l’usage des terres qu’elle considère être les siennes, mais également contrainte de changer de système de production (et donc de mode de vie), car l’élevage est rendu impossible par la multiplication des puits de mine. Dans le même temps, un quart de la forêt a été dévastée par l’activité minière en moins d’une décennie (cf. carte n° 2).
Le cas de Bekily n’est pas isolé et les exemples d’extractions illégales de pierres précieuses au sein des espaces protégés ne manquent pas à travers le pays (Ankarana, Zombitsy Vohibasia, Isalo...).

Figure 2. L’exploitation de saphirs dans le Parc National de Zombitsy Vohibasia à proximité du village de Bekily (Madagascar)

Figure 2. L’exploitation de saphirs dans le Parc National de Zombitsy Vohibasia à proximité du village de Bekily (Madagascar)

14Le reste du Parc National, non visible sur cette carte s’étend à l’Ouest et au nord de la zone cartographiée. L’ensemble de la forêt située à l’ouest du village fait partie intégrante du Parc National alors que la partie située entre le village et le cours d’eau n’en fait pas partie. (réalisée par l’auteur).

3. Quelles gouvernances pour les espaces sensibles dans les pays du Sud ?

3.1. Diversifier et adapter les systèmes de gouvernance aux moyens disponibles

15À Madagascar, l’extension programmée des aires protégées pose la question de la gestion de ces phénomènes en pleine augmentation. Est-il pertinent d’étendre le réseau des aires protégées dans les régions où les espaces sensibles ne sont pas menacés à court ou moyen terme quand on connaît les répercussions qu’un tel programme peut avoir en termes d’équilibres socio-environnementaux ? Dans l’état actuel des moyens mis à disposition de la gouvernance des espaces protégés, la réduction de l’autorité des populations autochtones sur des espaces riches en ressources minières (or, pierres précieuses pour l’essentiel) pourrait s’accompagner d’un développement spectaculaire de l’artisanat minier et contribuer ainsi à accélérer les dynamiques destructrices dans les milieux sensibles, jusqu’ici préservés. Cette perversion de la gestion institutionnalisée des espaces protégés s’explique notamment par la faible rémunération des personnels chargés de la sécurité des parcs. On peut donc redouter que l’extension des aires protégées ne s’accompagne d’une dilution des moyens financiers et humains. Or le problème du financement sera d’autant plus sensible dans les années à venir en raison du désengagement prévisible des bailleurs internationaux et des niveaux de fréquentation touristique trop aléatoires pour répondre à l’inéluctable augmentation des charges financières qu’entraîne l’extension spatiale de ces aires (J.C. Carret et D. Loyer, 2003).

16La gouvernance des espaces fragiles doit être adaptée à chaque contexte et tenir compte des moyens dont les organismes de gestion disposent pour mener une politique de protection optimale. Cela implique d’abandonner le dogme et sa réalisation utopique (au moins pour une période) au profit d’une gestion plus pragmatique prenant en compte l’intégralité des acteurs des aires protégées et de s’adaptant aux spécificités de chacun des territoires. L’exemple malgache permet d’identifier trois cas de figure représentatifs des défis environnementaux que doivent relever les pays en développement.

3.2. Risques, objectifs et moyens : les paramètres d’une gouvernance optimale

17La fin du 20ème siècle a été marquée par l’implication croissante des populations locales au sein de ce que l’on a coutume d’appeler la « gouvernance participative ». L’évolution de ces modes de gestion répond à un objectif d’efficacité. Trop souvent, on a considéré qu’il existait un modèle type pouvant répondre à tout type de situation, du moins dans les limites d’un même espace national. Cela s’est traduit par une position centrale des acteurs institutionnels dans les systèmes de gouvernance, même lorsque la gouvernance participative s’est imposée comme quasi incontournable. En l’absence de ressources illimitées, les institutions chargées de protéger le patrimoine environnemental seraient avisées de s’interroger sur la pertinence de leurs actions en intégrant les dimensions risques, objectifs et moyens disponibles dans la réflexion.

  • 7 À Madagascar, l’orpaillage se réalise encore à la bâtée sans avoir recours au mercure ou à l’arseni (...)

18Lorsque les activités informelles sont déjà implantées dans des espaces protégés existants, ne faudrait-il pas intégrer les acteurs informels dans la gouvernance des espaces protégés ? L’informel « nouvelle génération » se nourrit de la situation dans laquelle les autorités le maintiennent. Sa négation s’accompagne d’une corruption grandissante. En l’absence de moyens suffisants et devant l’échec de la lutte contre l’artisanat minier, il conviendrait de développer des politiques d’accompagnement pour réduire les incidences sur l’environnement – elles restent assez marginales dans le cas de l’exploitation des ressources minérales, car elle se déroule en milieu souterrain et n’utilise pas ou peu de produits chimiques, voire aucun dans le cas des pierres précieuses7, et l’espace occupé par ces exploitations excède rarement un hectare. En intégrant ces populations immigrées au processus de gestion, au même titre que les populations locales autochtones, on pourrait mettre en place tout un panel de mesures visant à réduire les effets de leur activité sur le milieu (par exemple tolérer dans une certaine mesure leur activité en échange de reboisement en essences rares après exploitation, l’interdiction de prélèvements de certaines espèces, comblement sommaire des puits de mine après exploitation...). En responsabilisant ainsi ces acteurs, ils pourraient éventuellement devenir des défenseurs — peu coûteux — de la biosphère. Cette intégration des acteurs de l’artisanat minier à la gouvernance des espaces sensibles pourrait alors participer, de manière au moins transitoire, à une meilleure préservation des ressources sensibles.

Photographie 1. Une carrière de pierres précieuses en période de faible activité (saison des pluies) dans la Réserve Spéciale de l’Ankarana au nord du pays (février 2007)

Photographie 1. Une carrière de pierres précieuses en période de faible activité (saison des pluies) dans la Réserve Spéciale de l’Ankarana au nord du pays (février 2007)

Source : Auteur

19Dans les cas où les espaces sensibles ne sont pas encore concernés par l’institutionnalisation de la protection, il convient de juger avec précision de l’imminence des risques en réalisant des études préalables qui intègrent les paramètres environnementaux (menace supposée ou avérée des milieux), sociaux (stabilité des communautés locales, relation de celles-ci au milieu, incidence supposée d’une institutionnalisation de la protection) et financiers (coût de l’institutionnalisation de la protection, moyens disponibles). À l’issue de ces études, il serait possible de déterminer des priorités dans la mise en place des aires protégées et Parcs Nationaux et de construire des systèmes de gouvernance appropriés. Lorsque les espaces protégés sont créés dans des zones où les pressions anthropiques sur les milieux sensibles restent faibles, il convient de privilégier le développement des modes de gouvernance peu perturbateurs socialement (où les populations autochtones conservent leur légitimité de gestion des espaces) et peu coûteux à moyen terme. Des campagnes de sensibilisation à l’écologie « occidentale » et de soutien des systèmes de production peu dangereux d’un point de vue environnemental seraient suffisantes dans de nombreux cas, et d’un coût financier très faible.

20Les économies ainsi réalisées permettraient d’affecter des budgets plus élevés à la protection des espaces sensibles en péril. Cela permettrait donc d’allouer des budgets conséquents à la sauvegarde des milieux sensibles ne bénéficiant plus de la protection « traditionnelle » et ainsi d’étendre le réseau des Parcs Nationaux et des aires protégées. Une rémunération plus conséquente des agents institutionnels de la protection environnementale accompagnée d’une exigence de résultats (avec des contrôles effectués pas des organismes indépendants) permettrait de réduire significativement les mécanismes de corruption à la base du système décrit précédemment. Dans ce type de situation, la gestion reviendrait prioritairement aux acteurs officiels de la protection sans exclure la mise en place de plateformes de concertation avec les populations locales, qu’elles soient tompontany ou migrantes.
Cette typologie n’est ni exhaustive, ni restrictive, ni figée. Chaque espace sensible est unique autant du point de vue de son intérêt écologique et environnemental que du point de vue des activités humaines dont il est le théâtre, qu’elles soient formelles, « traditionnelles » ou strictement informelles. En construisant des systèmes de gouvernance multi-acteurs et en raison de cette diversité infinie des contextes, on est contraint d’imaginer autant de systèmes de gouvernance qu’il n’existe d’espaces sensibles.

Conclusion

21Ce constat paradoxal, qui pointe certaines carences de la protection institutionnalisée lorsque les moyens financiers sont insuffisants, appelle à une réflexion globale sur la gouvernance appropriée aux espaces protégées dans un contexte de crises multiples et profondes (crises politiques, environnementale et économique). N’est-il pas temps d’abandonner (au moins provisoirement) le dogme d’une gouvernance à visage unique pour une gestion plus pragmatique, faisant correspondre aux objectifs recherchés des moyens efficaces et accessibles ? Cela passe notamment par un soutien aux communautés locales et par une meilleure prise en compte de tous les usagers de ces espaces : les usagers « traditionnels » en premier lieu, mais également les usagers nouveaux, qu’ils appartiennent à la sphère formelle ou informelle, criminelle dans certains cas. Les évènements politiques récents (troubles politiques majeurs dans la capitale malgache en janvier 2009) rappellent la fragilité de la sphère institutionnelle à Madagascar. Dans ce contexte d’instabilité permanente et de crise économique latente, les communautés locales traditionnelles (lorsqu’elles demeurent bien structurées) semblent bien souvent les plus à même d’assurer la pérennité des espaces sensibles dont elles dépendent. Ainsi, dans bien des cas, plutôt que d’être exclues de la gouvernance (comme cela a longtemps été le cas) ou tenues à la marge de cette dernière (à partir des années 1990), les populations autochtones doivent être placées au centre des systèmes de gestion des espaces sensibles. Lorsque cela est possible, le renforcement des acteurs traditionnels de la conservation environnementale semble être une solution adaptée pour assurer la pérennité de la biodiversité exceptionnelle qu’abrite Madagascar, notamment quand le financement de la protection institutionnalisée des espaces sensible s’annonce problématique.

22Dans les pays du Sud, la gestion participative a ouvert la porte à ces modes de gouvernance nouveaux. Devant le spectaculaire développement de l’informel ne relevant pas de la « tradition », il est peut-être temps d’étendre le champ des acteurs et de disposer de systèmes de gouvernance variés et adaptés à la diversité du monde.

Haut de page

Bibliographie

Chaboud C., Froger G. et al. 2007. Madagascar face aux enjeux du développement durable. Des politiques environnementales à l’action collective locale. Paris : Karthala, 308p.

Canavésio R. 2006. Les filières « pierres précieuses » et « diamant » : la fin de deux trajectoires parallèles ? Les Cahiers d’Outre Mer. n° 236. p 451-462.

De Saint Sauveur A. 1998. Gestion des espaces et des ressources naturelles par une société pastorale, les Bara du Sud-Ouest malgache. Thèse de doctorat de l’Université de géographie Michel De Montaigne Bordeaux III. Bordeaux. 392 p.

Fauroux E., Rakotosalama J.A. 1992. Le développement de l’élevage dans le Sud Ouest de Madagascar. Rapport au Projet Elevage Sud Ouest, CNRE/ORSTOM. Tuléar. 65 p.

Goedefroit S., Revéret J.P. 2007. Quel développement à Madagascar ? Transfert et détournement. Biodiversité et ressources naturelles. Conservation, investissement et pratiques locales, Etudes rurales, n° 178, p 9-22.

Haut de page

Notes

1 Le C.E.P.F. (Critical Ecosystem Partenership Fund) est un bailleur privé important de la préservation de l’environnement à Madagascar depuis 2000 avec par exemple 3 millions de dollars de financement sur la période 2000/2003 (C.E.P.F., 200)

2 World Wide Fund.

3 Le « pays » Betsiléo correspond au centre Sud de Madagascar, autour de la ville de Fianarantsoa.

4 Les fady (interdit en français) sont très divers et peuvent concerner des espaces (une forêt, un talweg...) comme des éléments précis (une source, un arbre, une variété de plante...)

5 Goedefroit S. (2007) développe ce type d’effets pervers liés à la Gelose dans d’autres espaces protégés de Madagascar.

6 La Gelose (Gestion locale sécurisée) vise à restituer une place centrale aux populations locales (Goedefroit, 2007). Elle correspond à un mode de gestion des Aires protégées qui s’est largement diffusé à Madagascar à partir du milieu des années 1990.

7 À Madagascar, l’orpaillage se réalise encore à la bâtée sans avoir recours au mercure ou à l’arsenic. Les pollutions chimiques liées à cette activité sont donc également très faibles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les espaces protégés de Madagascar en 2003 (avant le programme d’extension décidé au Congrès mondial de Durban)
Légende Les espaces nommés sur la carte correspondent aux principaux sites abritant de l’artisanat minier.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2. L’exploitation de saphirs dans le Parc National de Zombitsy Vohibasia à proximité du village de Bekily (Madagascar)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Photographie 1. Une carrière de pierres précieuses en période de faible activité (saison des pluies) dans la Réserve Spéciale de l’Ankarana au nord du pays (février 2007)
Crédits Source : Auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Canavésio, « Institutionnalisation de la protection environnementale et développement de l’artisanat minier dans les espaces sensibles de Madagascar », Études caribéennes [En ligne], 12 | Avril 2009, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 30 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3622 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3622

Haut de page

Auteur

Rémy Canavésio

Université Michel De Montaigne Bordeaux III, Doctorant en géographie, remycanavesio@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org