Navigation – Plan du site
Espaces et aires protégés. Gestion intégrée et gouvernance participative

Gestion communautaire des ressources naturelles au Bénin (Afrique de l’Ouest) : le cas de la vallée du Sitatunga

Pricette Dovonou-Vinagbè et Omer Chouinard

Résumés

Le Bénin, pays de l’Afrique de l’Ouest est confronté à la destruction des terres humides particulièrement dans la partie sud du pays. Les terres humides riches biodiversité sont importantes tant pour les humains que pour milieu naturel. La menace la plus importante est la pression du anthropique. Même si ce territoire est reconnu par la Convention Ramsar, la destruction continue. En 1995 le gouvernement a décidé de créer une aire de gestion communautaire pour ces territoires. L’objectif de cette recherche est de comprendre les grands défis liés à la mise en œuvre de la gestion communautaire des milieux humides à travers une étude de cas, en l’occurrence celui de la vallée du Sitatunga. Pour atteindre cet objectif, un séjour de 3 mois a été effectué sur le site. Des entrevues semi-dirigées ont été alors réalisées. Les résultats montrent que la vallée du Sitatunga est considérée comme inutile voire nuisible par les populations riveraines rencontrées dans le cadre de l’étude, qui sont davantage préoccupées à se sortir de leur état de pauvreté. Les traditions et valeurs autrefois attribuées à la conservation des milieux humides ont quasiment disparues et l’individualisme est grandissant. Il importe de tenir compte de tous ces facteurs pour espérer véritablement préserver ces milieux. D’un autre côté, parlant de gestion de l’environnement et plus particulièrement de gestion des milieux humides à l’échelle béninoise, le constat n’est pas reluisant. En effet, l’État étant donné son état de sous-développement et donc de manque de ressources, à du mal à coordonner ces activités. Il est de même pour les ONG. La situation est accentuée par l’état des relations entre ONG et structures de l’État qui se considèrent davantage comme des adversaires que comme des partenaires ce qui affecte l’efficacité des activités menées. Pour que la gestion communautaire devienne une réalité, il importe qu’un partenariat soit établi entre les différents acteurs liés à la gestion de la vallée du Sitatunga en particulier et des milieux humides en général : les ONG, l’État et les communautés locales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Bénin, pays côtier de l’Afrique de l’Ouest, dispose d’une biodiversité riche, variant du Nord au Sud, et d’un réseau de parcs et de forêts classées qui couvre presque de 19 % de son territoire. Les parcs nationaux sont les seuls à offrir véritablement une garantie en termes de protection de la diversité biologique mais ils ne sont pas représentatifs de toute la diversité biologique du pays car ils sont tous situés au Nord. Une stratégie visant à étendre le réseau d’aires protégées a été adoptée en 1995 et le Bénin a adhéré à la convention Ramsar, le 24 janvier 2000 (Frasier, 1999). L’accent particulier mis sur la création d’aires protégées dans le Sud du pays représente un sérieux dans cet espace qui supporte plus de 60 % de la population (pour moins du tiers de la superficie du pays) en raison de la richesse des ressources prisées par les populations. La population du littoral béninois qui croît actuellement à un rythme annuel de 3,3% passera à 629 habitants par km2 à l’horizon 2009-2019 (Adam et al., 2007). Le défi est d’autant plus grand que l’on se situe dans un contexte de pays en développement où les populations sont directement dépendantes des ressources du milieu. Des sites identifiés grâce à des études scientifiques et sous l’initiative d’organisations non gouvernementales (ONG) locales sont proposés pour être érigés en aires protégées communautaires.

2La présente étude s’est intéressée au cas particulier de la forêt communautaire de Zinvié, dans le département de l’Atlantique, qui est l’un des derniers sites de refuge pour le Sitatunga (Tragelaphus spekei) et la loutre à cou tachetée (Lutra maculicollis) ; deux espèces menacées de disparition. Le Sitatunga est un grand mammifère présent uniquement dans le sud du pays en zone humide et inscrite sur la liste rouge de l’Union Mondiale pour la Conservation de la Nature. Ce site, à une cinquantaine de kilomètres de la plus grande ville du Bénin Cotonou, a été proposé sous l’initiative du Centre Régional de Recherche et d’Éducation pour un Développement Intégré (CREDI-ONG), qui travaille avec les populations locales depuis 2003. La question de son érection comme aire protégée est récente (2007).

3Cet article présente une description du site en question et une mise en contexte. Les objectifs de la recherche, la cadre théorique et la méthodologie correspondante suivront. Enfin, les résultats obtenus dans le cadre de cette étude serviront de base de discussion pour une réflexion les représentations sociales et les rôles des acteurs impliqués dans la gestion des milieux humides béninois et la gouvernance.

1 Objectifs de l’étude

4La préoccupation première de cette recherche porte sur la vulnérabilité des milieux humides étant donné le rôle important que ces derniers jouent dans le processus de développement des populations qui en dépendent. La question est alors de savoir dans quelle mesure une gestion plus communautaire, voire enracinée localement (Leloup et al, 2003), des milieux humides contribue au développement des populations de la zone d’étude sans que leur intégrité écologique soit menacée ?

5En d’autres termes, comment la gestion communautaire des milieux humides à l’échelle des communautés locales, est perçue par les différents acteurs en jeu ? Comment chacun se représente le milieu en question ? Et enfin comment le jeu entre acteurs sociaux influe sur la gestion du site ?

2 Cadre théorique et conceptuel

6La présente étude s’est basée sur la théorie des nouveaux mouvements sociaux développés par Gendron (2006) et Touraine (1978). Le mouvement social consiste en la lutte d’un acteur de classe contre un adversaire de classe pour la direction de l’historicité qui se caractérise par le mode culturel car la culture reste la référence, le mode de connaissance (scientifique ou traditionnel) qui est relatif au rapport de la société à son environnement et qui peut induire des conflits et le mode d’investissement qui soulève la question des rapports de classe.

7Les modes de connaissance traditionnelle ou scientifique ont pendant longtemps été à la base de conflits entre les détenteurs des deux types de connaissance. Les modèles de gestion longtemps imposé aux pays en développement étaient essentiellement basés sur les principes scientifiques. Il en est de même en ce qui concerne la gestion des ressources naturelles et plus particulièrement des aires protégées. Les connaissances et les capacités des peuples indigènes et des communautés locales ont été méprisées par les autorités gouvernementales de ces pays (Bulletin nº 63 du WRM, octobre 2002). La connaissance scientifique occidentale (Roots, 1998) était la référence au détriment de la connaissance environnementale traditionnelle (Roots, 1998). Paradoxalement, les résultats en ont été catastrophiques aboutissant à une rupture de l’harmonie qui régnait jadis entre les hommes et la nature (Bulletin nº 63 du WRM, octobre 2002). D’un autre côté, la plupart des modes traditionnels de gestion et d'utilisation des ressources naturelles ne sont plus durables dans le contexte actuel caractérisé par l'accroissement démographique, la dégradation des conditions climatiques et de nombreux facteurs sociaux (Boukar Attari 2000). Il faut une approche collaborative, concertée, voire partenariale, (Bourque, 2008) pour que les deux systèmes s’intègrent pour plus d’efficacité et d’efficience dans la mise en œuvre de la gestion communautaire. Roots (1998) le démontre bien dans son texte « Intégration des différents systèmes de connaissance dans la recherche ». Il faut en ce sens contribuer au développement des capacités locales ce qui inclut le travail de dialogue pour dépasser les conflits d’usages existants (Barker, 2005, Agenda 21, Chapitre 17 UNCED, 1992). Au-delà de la gestion des ressources naturelles, c’est le concept de développement qu’il faut repenser. Plusieurs auteurs insistent sur le fait de penser local. Le développement local (Gagnon, 1994, Maser, 1996, Deffontaine et Prod’homme, 2001, Winter, 2002, Favreau et Fléchette 2004) est nécessaire à tout développement. Selon Favreau et Fléchette (2004) le développement local est caractérisé entre autres par une approche intégrée, une approche multipartenaire, multiactivité, une démarche partenariale, etc. Les deux types de connaissance doivent être mis au service (Ashini, 1998) de l’objectif de conservation en ce qui concerne la gestion des milieux humides protégée.

8En 1992, au sommet de Rio, l’Agenda 21 adopté par la communauté internationale met l’accent sur la gouvernance locale en insistant sur les notions de participation communautaire et l’importance pour les gouvernements de prendre les décisions en partenariats avec les communautés locales (Perron, 2004). En 1999, Gagnon et Fortin insistent sur l’importance de la prise en compte de l’environnement dans la gouvernance locale. La gouvernance locale doit donc se faire dans le respect des principes écologiques propres au milieu en intégrant tous les acteurs et en se basant sur une approche holistique. Autrement dit une gestion locale (communautaire) et durable de l’environnement a donc des objectifs de développement durable et local et rassemble des éléments de définition de base qui aboutissent à une diversité de modèles. Chacun, dépendant de la culture et des conditions environnementales locales et ayant tous en commun un cadre conceptuel allant au-delà des aspects purement techniques (Bulletin n°81 du WRM, avril 2004).

9La gouvernance locale comporte trois dimensions : une approche holistique et transversale, la participation publique et le développement de partenariats (Juillet et Andrew, 1999). Le développement de partenariats implique la coordination et la coopération ( Beuret et Pennanguer 2002; Bourque, 2008) entre acteurs. Chouinard et al. (2008) dans leur étude sur l’érosion côtière en Atlantique insistent sur la notion de résilience sociale (Munasinghe, 2007 et Lebel, 2006) qui réfère à la capacité des communautés à prendre des décisions démocratiques (en impliquant tous les acteurs). Chiasson et al. (2008) en s’appuyant sur Salamon et Elliott (2002) reviennent également sur les modalités de coordination entre acteurs qui, loin d’être un acquis, est un défi permanent à relever par les différents acteurs d’un enjeu donné qui ont longtemps fonctionné dans une logique sectorielle.

10Selon Jodelet (1989), une représentation sociale est une forme de connaissance socialement élaborée. Elle est influencée par les éléments d’ordre affectifs, mentaux, sociaux, émotifs, etc. (Jodelet, 1989 et Sperber, 1989). Une représentation largement distribuée dans un groupe social et qui l’affecte durablement est une représentation culturelle. C’est le cas des traditions, des normes, des croyances, etc. La représentation culturelle est déterminée par le système social et idéologique dans lequel il est inséré et par la nature des liens que le sujet entretient avec ce système social (Abric, 1989).

11Nous référant au concept de représentation sociale développée par les auteurs ci-dessus cités et par Gendron (2006), Quivy et Campenhoudt (2006) et Jodelet (1989), nous déduisons que les populations élaborent leur propre perception des milieux protégés non seulement à travers leur rapport à eux mais aussi à travers l’expérimentation individuelle ou en groupe (entre acteurs sociaux).

3 Méthodologie

12Une étude sociologique a été menée dans le village de Kpotomey où CREDI-ONG conduit ses actions durant la période d’Août à Octobre 2008. Il s’agit donc d’une étude de cas (Yin, 2003). Un cas peut être une décision, un individu, une organisation, un processus, un programme, une institution, un évènement, … (Yin, 2003 et Merriam, 1998). De plus, l’étude de cas se construit de façon méthodologique par l’intermédiaire de méthodes telles que l’observation participante, les entrevues semi-dirigées, l’analyse de contenu, etc. (Yin, 2003 et Hamel, 1997) soit une triangulation d’outils méthodologiques (Cohen et Marion, 1980; Pourtois et Desmet, 1988; Gauthier, 2006).

13Une analyse des documents liés au projet « vallée du Sitatunga » a été faite. Ces documents étaient disponibles au niveau de CREDI-ONG et du Centre National pour la Gestion des Réserves de Faune du Bénin.

14Un total de 18 entrevues a eu lieu dont certains au niveau du village de Kpotomey et d’autres auprès d’ONG et de structures de l’État. Les personnes interviewées ont été choisies grâce aux échantillonnages typiques et en boule de neige décrites par Beaud (2006). Cette méthode d’échantillonnage est non probabiliste (Beaud, 2006) et consiste « à ajouter à un noyau d’individus, tous ceux qui sont en relation d’affaire avec eux et ainsi de suite ». Elle a pour avantage de mettre en évidence le système de relations qui existent dans un groupe et donc d’interroger tous les acteurs impliqués dans le phénomène étudié. Étant donné que l’échantillonnage n’est pas probabiliste, on ne peut généraliser les conclusions tirées d’une telle étude (Beaud, 2006).

15Une première liste a été réalisée en considérant les personnes susceptibles de fournir le mieux l’information. Elle a par la suite été allongée sur les indications de ces premiers interviewés.

16À l’échelle du village de Kpotomey, 12 entrevues ont été menées et les questions ont globalement concerné les valeurs que les populations attribuaient aux milieux humides, la gestion qu’elles en font, leur relation avec l’ONG, les coutumes et traditions liées aux milieux humides les raisons qui selon elles justifient leur préservation. Certaines informations ont été collectées durant des entrevues informelles et par la méthode d’observation participante (Yin, 2003 et Gauthier, 2006). Les entrevues ont été arrêtées quand une « saturation des catégories » (Savoie-Zajc, 2006) a été remarquée.

17Nous avons participé à diverses activités qui ont permis d’observer les différents acteurs en action au niveau du village. Participation à des réunions entre l’ONG et les habitants du village, participation à des discussions informelles entre habitants du village et entre agents de CREDI-ONG. La diversité des méthodes utilisées, à savoir l’analyse documentaire, les entrevues semi-dirigées et l’observation participante, a servi à la triangulation des informations obtenues (Gauthier, 2006).

18Avec les cadres de structures étatiques chargées de la gestion de l’environnement (3 entrevues) et les ONG (3 entrevues), les entrevues, ont porté sur la création de nouvelles aires protégées dans le Sud-Bénin, leur expérience personnelle de travail avec les communautés, les définitions de la gestion communautaire et sur leur relation avec les autres acteurs. D’autres structures auraient pu être rencontrées mais le temps restant ne nous l’a pas permis de même que l’indisponibilité de certaines personnes.

La vallée du Sitatunga (Bénin)

4 La vallée du Sitatunga : les enjeux de la biodiversité

19Selon Draper et Reed (2005), la biodiversité a trois niveaux de signification : 1) la diversité génétique qui est la variation de l’information au sein d’individus appartenant à la même population, 2) la diversité spécifique qui a rapport au nombre de différentes espèces et à leur abondance dans un habitat donné, 3) la diversité écologique ou diversité d’habitats qui réfère à la variété de communautés biologiques en interaction avec d’autres et avec l’environnement non vivant (physique et chimique). Les auteurs y ajoutent la diversité culturelle humaine qui représente l’adaptabilité des populations humaines face aux divers changements pouvant s’opérer. Guillaud (2007) insiste sur l’importance de préserver la biodiversité pour les générations futures.

20Le Centre Régional de Recherche et d’Éducation pour un Développement Intégré (CREDI-ONG) a délimité le site de la forêt de Zinvié et l’a dénommé « Vallée du Sitatunga » en référence à son animal emblématique. Ce site est désigné par l’expression « bas-fond » dans notre recherche. Un projet a été initié dans le cadre de son érection comme aire humide protégée communautaire.
L’ONG a eu à mener plusieurs études qui permettent de faire une description détaillée de la vallée. Le site, d’une superficie de 1000 ha encore appelé vallée corridor de Kpotomey, était autrefois un riche écrin naturel de biodiversité, regorgeant de forêts et de marécages luxuriants, d’animaux rares et mythiques. Il est situé dans la commune de Zinvié, appartenant au département de l’Atlantique du Bénin les figures 1 et 2 présentent respectivement la densité par commune du Bénin et la commune d’Abomey-Calavi où se situe la vallée du Sitatunga.

21Aujourd’hui il est fortement dégradé et les causes sont multiples : destruction des habitats, augmentation de la pression de chasse, urbanisation anarchique et galopante, ignorance des populations locales, pollution de tous genres, etc. (CREDI-ONG, 2008). La partie marécageuse de la vallée a été épargnée parce qu’impropre aux logements et activités humaines. Elle sert encore de refuge aux populations survivantes de mammifères comme le Sitatunga (Tragelaphus spekei), la loutre à joue blanche (Aonix capensis) ou le potto (Perodicticus potto) et de reptiles comme le Python sebae ; etc.

22En ce qui concerne la flore, un total de 208 espèces végétales a pu être inventorié. La flore de la vallée est caractérisée par trois groupements végétaux : le groupement à Angylocalyx oligophyllus et Piptadeniastrum africanum observé dans les milieux à faible degré d’hydromorphie, le groupement à Leersia hexandra et Rhyncospora corymboza des milieux très fréquentés et le groupement à Scleria depressa et Lasiomorpha senegalensis des stations à fort degré d’hydromorphie où la profondeur de l’eau est d’au moins 1 m et peut atteindre 2 m par endroits (CREDI-ONG, 2008).

23Les paramètres physico-chimiques de l’eau se caractérisent par des températures moyennes relativement faibles (24° à 25°C) qui s’expliquent entre autre par l’importance de la couverture de la végétation qui réfléchit une grande partie de l’énergie solaire. L’étude du pH a montré des pH acides tendant vers la neutralité (pH= 6,1 à 6,7) conséquence de la nature du sol latéritique et de la présence d’acide humique issu de la décomposition des végétaux (CREDI-ONG, 2008).

24Au total, 34 espèces de Mammifères, 47 familles comprenant 127 espèces aviaires, 17 espèces de reptiles regroupées dans huit (08) familles et 20 espèces de poissons regroupées dans 16 genres et 11 familles ont pu être identifiées (CREDI-ONG, 2008).
Onze villages sont riverains à la vallée du Sitatunga et environ 10 % de la superficie totale de la vallée constituent des propriétés privées (CREDI-ONG, 2008). Les principales activités sont la pêche, la chasse, l’agriculture et le commerce. Les marécages qui constituent la majeure partie du site à conserver ne sont pas exploités sinon pour la pêche ludique par les enfants ou pour la chasse de petits mammifères. Les comités villageois de gestion de l’environnement (CVGE) seront les organes de gestion participative de la réserve. Ils sont chargés de mettre sur pieds des actions de développement communautaire tout en veillant à la conservation de leurs ressources naturelles et vice versa. La présence des femmes dans le comité est promue. Pour l’heure, seul le comité du village de Kpotomey a été monté. Un comité des chasseurs est en cours de formation. Cette catégorie d’acteurs est importante parce qu’ils connaissent très bien le milieu.

25L’ONG est présente dans le village de Kpotomey depuis 2003. Elle y a installé une ferme d’une superficie de 2 ha où elle pratique la pisciculture, la cuniculture, l’aviculture et la recherche appliquée en pisciculture.

5 Résultats

5.1 La gestion des milieux humides aux Bénin

26L’État joue un rôle de leader en adoptant des politiques et stratégies qui se traduisent en actions sur le terrain, actions menées par plusieurs acteurs (structures de l’État, ONG, centres de recherche). Il y a 10 ans, le Bénin a opté pour la gestion participative de ses ressources et dispose d’un Ministère de l’environnement et de la Protection de la Nature. Ce ministère est chargé de l’élaboration de la politique environnementale du pays et ce à travers plusieurs structures telles que l’Agence Béninoise pour l’Environnement, la Direction de l’Environnement, la Direction Générale des Forêts et Ressources Naturelles, le Centre National de Gestion des Réserves de Faune, etc. Des structures privées telles que les ONG interviennent aussi pour la protection de l’environnement. Il existe plusieurs lacunes et contraintes à la gestion des ressources naturelles au Bénin : multipriorités de l’État qui a tendance à négliger certains secteurs dont celui de la protection des milieux humides, manque de collaboration entre structures de l’État qui se font parfois une concurrence déloyale, appartenance des structures à différents ministères, etc. Les membres d’ONG et les cadres de structures étatiques rencontrées sont conscientes de cet état de chose et reconnaissent qu’il est nécessaire d’opérer un changement. Ils reconnaissent également le rôle important joué par les ONG et le fait que la collaboration n’est pas toujours franche entre ces dernières et les structures de l’État.

27Les ONG béninoises œuvrent en grand nombre dans le domaine de la protection de l’environnement et particulièrement en milieu humide. De façon générale, les ONG visent à combler les vides de l’État (inefficacité et inadéquation des lois, manque de repères pour les communautés locales devenues fatalistes, impunité, pollution, dégradation de l’environnement, méconnaissance des ressources, etc.). Cependant, les enjeux politiques à la base de conflits, le manque de formation des populations, la désinformation et la mal information, les intérêts particuliers qui priment sur l’intérêt général constituent de sérieux blocage au travail avec les communautés locales. Par ailleurs, les ONG essaient d’intégrer les pratiques traditionnelles des communautés dans leur mode d’intervention et dans leurs actions. Ce sont des pratiques qui perdurent malgré la misère des populations et la forte évangélisation.

28Elles se décrivent comme des pionnières. Ce sont elles qui offrent le plus de visibilité en matière de conservation des ressources et en ce sens, il leur importe de conscientiser également les autorités béninoises. Elles ont une forte capacité de réseautage aussi bien au plan national qu’international. C’est le cas du Réseau Africain des Mangroves (RAM) qui part du Sénégal jusqu’en Angola et qui fait partie d’un réseau mondial, et du Grand Écosystème Marin du Golf de Guinée qui regroupe toutes les ONG des pays concernés et travaillant en zone côtière. Au plan national, il y a des creusets de rencontre tels que le forum biodiversité qui s’est concrétisé par l’organisation du premier salon sur la biodiversité en novembre 2001 (Nature Tropicale, 2008). Cependant, la communication manque cruellement entre les ONG qui se font une concurrence déloyale. Certaines ne visent que leur intérêt particulier et retiennent toute information importante. L’un de mes interlocuteurs m’a affirmé que « le béninois excelle seul » ce qui n’est pas possible quand il collabore avec d’autres. Les ONG jouent en quelque sorte un rôle de gouvernance.

29Les ONG sont indispensables et complémentaires à l’État. Pour cette raison, ce dernier doit mieux les considérer. En effet, au Bénin les ONG comptent essentiellement sur le financement extérieur. La collaboration avec les structures étatiques est quasiment inexistante. Généralement les structures de l’État pensent que les ONG ont des possibilités qu’elles n’ont pas ou qu’elles parasitent des ressources de l’État et des partenaires au développement alors qu’elles ne font pas grand-chose sur le terrain. Selon l’un des directeurs exécutif d’ONG, qui a beaucoup voyagé, les réalités diffèrent sous d’autres cieux où la collaboration entre ONG et État est effective. Il est vrai cependant que certains individus créent des ONG pour s’enrichir, ternissant ainsi l’image de ce type d’organisation. Ce bref diagnostic sur la gestion des ressources naturelles au Bénin m’a permis de mieux comprendre le cas étudié qui celui du village de Kpotomey.

6 Les représentations

6.1 Les populations

30Contrairement à mes attentes, la majorité des gens interrogés, à l’exception de quelques uns (enseignant et chasseurs) ne semblaient attribuer aucune valeur au bas-fond. Ce dernier est morcelé en parcelles appartenant à des familles. Ces parcelles n’ont pas été vendues comme celles sur la terre ferme à cause de leur inutilité, le prix de vente ne serait donc pas intéressant. Pour l’un de mes informateurs de sexe féminin, c’est un endroit dangereux non propice à la vie et aux activités humaines. De plus, le bas-fond est infesté de sangsues de plus en plus nombreuses. À l’unanimité mes interlocuteurs pensent qu’elles proviennent du Sitatunga (Tragelaphus spekei) qui les rejettent par ses selles. Pourtant, il m’a été affirmé qu’il existe dans le village un adage qui dit « akouè wè non xo gba » c’est-à-dire que c’est l’argent qui permet d’acquérir un bas-fond parce que le bas-fond a de la valeur.

31Une personne m’a affirmé que la conservation est un concept nouveau et est surtout le fait des blancs et des intellectuels. Les villageois sont à l’affût de tout ce qui pourrait procurer le moindre revenu du fait de leur état de pauvreté. Ils n’ont pas le temps de se préoccuper de la sauvegarde des espèces.

32Les chasseurs et les membres du corps enseignants rencontrés m’ont tous souligné l’importance de la préservation de certaines espèces dont ils constatent la disparition. De plus, certaines ressources du bas-fond sont utilisées à des fins médicinales et pour leur pouvoir surnaturel.

33Pour ce qui est du projet de création d’une aire communautaire protégée, les personnes rencontrées l’ignorent en général y compris les membres du comité villageois. Ils ne sont pas au courant ou ne s’y intéressent pas vraiment. Ils ont du mal à définir le rôle que le village pourrait y jouer. Les femmes en particulier, pensent que c’est surtout aux hommes d’intervenir.

34Le tableau 1 présente les différentes catégories de valeurs attribuées aux milieux humides par les participants aux entrevues à savoir les habitants du village.

Valeurs attribuées à la vallée du Sitatunga à l’échelle du village de Kpotomey.

6.2 L’ONG

35Pour CREDI-ONG, la vallée du Sitatunga est un milieu riche servant d’habitat à plusieurs espèces devenues rares au Sud-Bénin. L’ONG a installé une ferme de production non loin de la vallée du Sitatunga en 2003. Cette dernière, constituée de prairies humides (bras mort de la rivière Sô voir figure) et de lambeaux de forêt inondable, sert de refuge à de nombreuses espèces comme a pu le constaté l’ONG. Elle a alors commencé à organiser des séances de sensibilisation. C’est ainsi qu’est venue l’idée de créer une aire humide protégée communautaire avec comme animal phare le Sitatunga (Tragelaphus spekei) pour offrir une plus grande visibilité.

36Selon un interlocuteur, au début la population n’a pas vraiment été associée, l’ONG était convaincue de sa bonne intention sans songer que son idée n’était pas forcément partagée par les populations. Par la suite elle l’a compris et a commencé à les impliquer en leur fournissant toutes les informations en temps et en heures. Des activités d’ordre communautaire ont été initiées. Une réunion d’informations sur le projet de création de la réserve a été initiée. Selon le directeur exécutif de l’ONG, les populations ont compris que c’est dans leur intérêt de contribuer à la création de cette réserve étant donné que cela pouvait être source de revenus. Onze villages sont riverains à la vallée. Kpotomey est celui qui est le plus près du site de l’ONG et sert en quelque sorte de village d’expérimentation.

6.3 La pauvreté des populations

37Le tableau 2 présente les perceptions qu’ont les personnes interrogées vis-à-vis de CREDI-ONG.

Perception des habitants de Kpotomey par rapport à la présence de CREDI-ONG et au projet « vallée du Sitatunga »

38Pour les personnes rencontrées, la présence de la ferme de production piscicole et d’élevage et surtout d’un homme de race blanche dans l’équipe de l’ONG est un grand signe de développement et d’ouverture pour le village. Les activités de CREDI sont acceptées dans le village parce que les habitants estiment qu’elles contribuent au développement. Le développement équivaut pour eux à l’électrification, la disponibilité de l’eau potable, et l’évolution personnelle de chacun. Certains, surtout les jeunes, nous ont dit : « doudou ni bio min » c’est-à-dire « du cash pour chacun ». Pourtant ils saisissent très peu les opportunités. Parfois, l’ONG est obligée d’aller recruter ailleurs parce que les villageois ne manifestent aucun intérêt pour les postes disponibles. Les arguments sont divers : manque de temps, peur des animaux sauvages gardés sur la ferme, dureté des travaux à réaliser, etc.

39L’ONG a conscience de la pauvreté des populations avec lesquelles elle travaille et du fait que cela peut nuire à la réussite du projet de création d’aire protégée. En ce sens elle mène des activités pour contribuer au développement des localités : l’entretien de la route qui lie le village aux autres localités de la région, le reboisement et la création de nouvelles sources de revenus à travers l’écotourisme par exemple. Cependant, beaucoup reste à faire et CREDI-ONG en est consciente.

6.4 La gouvernance et le dynamisme

40Les habitants du village de Kpotomey sont conscients de leur carence en matière de connaissances et de moyens. Certains ont proposé que CREDI-ONG rachète tout le bas-fond aux familles propriétaires et reconnaissent qu’il leur est impossible de prendre des initiatives. Le bas-fond ne servait à rien avant l’arrivée de l’ONG.

41D’autre part, aux dires de la majorité des personnes rencontrées dans le village, la solidarité est quasi inexistante dans le village. Les habitants sont très individualistes et toujours en attente d’un secours extérieur. Il n’existe aucun regroupement dans le village et toutes les tentatives en ce sens sont demeurées vaines. La boisson est devenue une sorte d’exutoire ou d’échappatoire aux soucis quotidiens. Les villageois semblent avoir une piètre opinion les uns des autres. Ils se décrivent mutuellement comme des menteurs, des hypocrites, des envieux, prêts à se nuire les uns aux autres. Certains préfèrent se tenir à l’écart pour éviter tout problème.

42Une exception cependant existe. Une tontine a été mise en place sous l’initiative d’une femme il y a environ 6 mois avant la tenue de la présente étude. L’objectif de cette association était de disposer en permanence d’un fond qui permette de faire face aux évènements imprévus susceptibles de survenir dans la vie des membres. La tontine est donc une association qui envisage de créer une activité commune aux membres comme par exemple l’extraction et la vente d’huile de palme. Mais, dans un contexte de pauvreté, les problèmes personnels de chacun, les maladies et les décès qui surviennent, empêchent les membres de se consacrer comme il se doit aux activités de la tontine.

43Le CVGE, tel que souligné précédemment, formé sous l’initiative de l’ONG est un regroupement de villageois doté d’un bureau et qui sert d’intermédiaire entre l’ONG et les habitants du village. Il aide aussi à l’accueil et l’hébergement de touristes et des stagiaires. Cela favorise les échanges interculturels. CREDI-ONG compte en faire de même dans les onze villages qui se partagent la vallée. Pour le moment c’est seulement dans le village de Kpotomey qu’un comité a déjà été formé. Normalement les membres du comité devraient avoir une activité en commun. Mais ce n’est pas encore possible parce qu’ils ne disposent pas de fonds pour démarrer. Une tentative de cotisation a connu un gros échec. Certaines personnes rencontrées, principalement de sexe féminin, ont une très mauvaise opinion du comité. Cela a commencé lors de la formation du bureau. Elles estiment avoir été mises à l’écart et se sont désintéressées du comité. Il ressort de nos entrevues que des personnes empressées dans un premier temps pour être membres du comité pensant qu’elles pouvaient en tirer de l’argent. Des femmes interviewées trouvent que le bureau du comité joue très mal son rôle. Les membres du bureau forment un club restreint où ils se partagent entre eux les informations de façon exclusive. Il est évident que la question du CVGE soulève des passions dans le village.

44CREDI-ONG quant à elle fait preuve d’une plus grande ouverture d’esprit en nouant des partenariats avec plusieurs institutions aussi bien nationales qu’internationales. Elle est en partenariat avec plusieurs autres ONG menant des actions similaires à la sienne dans d’autres régions du pays. CREDI-ONG est membre fondateur de l’organisation du tourisme responsable et solidaire il est d’ailleurs au secrétariat de cette organisation. Le partenariat s’étend aussi aux institutions étatiques comme c’est le cas avec le Centre National de Gestion des Réserves de Faune (CENAGREF-Bénin) depuis l’idée de création d’une réserve communautaire dans la forêt communautaire de Zinvié. Avec le monde de la recherche, les relations sont moins évidentes. Cependant les contacts personnels des membres constituent un atout pour établir des relations avec certains laboratoires de recherche du pays.

6.5 Influence de l’occidentalisation

45Auparavant, certains interdits existaient et étaient respectés. Ainsi la forêt était un endroit craint regorgeant d’animaux « dangereux » et servait à la formation des jeunes adeptes choisis par l’esprit « vaudoun ». Les interdits liés au bas-fond ou à la forêt inondable ne sont plus respectés par personne dans le village de Kpotomey. Toutes les personnes rencontrées sont unanimes sur ce point. De même les villageois ont délaissé le culte « vaudoun » pour le christianisme. Les causes varient selon nos interlocuteurs : ordres d’un roi déçu par les traditions, non perpétuation des coutumes et traditions par les générations précédentes, incompatibilité avec la modernisation et désintérêt des jeunes. On peut ajouter à cela l’effet des média d’informations.

46La forte évangélisation qui a lieu actuellement a tendance à diaboliser les traditions y compris celles qui sont positives. Selon certains interlocuteurs, la religion « vaudoun » a son importance pour certains maux pouvant affecter les hommes et pour lesquels la médecine moderne n’a pas de remède.

47D’autre part, la proximité de la grande ville de Cotonou où le secteur informel est très développé et du Nigéria, pays limitrophe de plus de 100 000 millions d’habitants avec une monnaie _ le naïra _ plus forte que la monnaie béninoise qui est le franc CFA, exerce un attrait certain sur les jeunes qui délaissent le village. Aujourd’hui avec la baisse du naïra, ils reviennent mais n’ont plus le goût pour les travaux champêtres. Plusieurs personnes se sont mises à fumer et/ou à boire pour tuer le temps. La terre est là mais personne ne veut plus la travailler. Avant, de retour de l’école, les enfants allaient au champ. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

48Selon un informateur non originaire du village, les habitants de Kpotomey étaient des gens plus ouverts et plus accueillants mais les choses ont changé. Mon interlocuteur explique cela en se basant sur la thèse malthusienne (Malthus, 1798), par le déséquilibre entre le taux de croissance démographique qui est galopant et taux de croissance de la production qui est limité. Cela a provoqué moins d’ouverture de la part des villageois, une plus grande méfiance et une moindre tendance à partager.

7 Discussion

49D’après Gendron (2006) et Touraine (1978), le mouvement social consiste en la lutte entre acteurs de classe pour la direction de l’historicité qui caractérise par les modes d’investissement, culturel et de connaissance (Touraine 1978). Ce serait selon ce dernier,

50Le mode d’investissement qui soulève la question des rapports de classe. Au Bénin, la gestion de l’environnement est le fait de plusieurs acteurs : l’État, la société civile et les communautés locales qui dépendent des ressources. L’État doit jouer un rôle de leader pour la protection de l’environnement au Bénin. Il l’a fait en adoptant la stratégie d’extension de son réseau d’aires protégées. Cependant, cela n’est pas toujours évident. La situation de sous-développement du pays accentué maintenant par la crise alimentaire mondiale fait que les priorités de l’État ne concernent pas forcément la protection des ressources naturelles. En ce sens, les ONG jouent un rôle de gouvernance en menant des actions dans différentes localités du pays. Il importe cependant qu’il y ait une plus grande coordination. Par ailleurs, les ONG sont plus efficaces pour la mobilisation des bailleurs de fonds. Elles arrivent à établir des partenariats qui leurs offrent plusieurs opportunités. Il est indéniable que l’État tout comme les ONG sont indispensables pour la préservation des ressources naturelles. Mais, la collaboration manque cruellement d’une part entre les ONG et d’autre part entre les structures étatiques travaillant pour la conservation des ressources naturelles. Ils se mènent entre eux une lutte qui n’est nuisible qu’à l’atteinte de l’objectif qui est pourtant commun : la protection de l’environnement. La collaboration entre les différentes structures intervenant pour la sauvegarde de l’environnement est nécessaire (Rankin, 2008 et Roots, 1998). Ils doivent devenir des partenaires et ce partenariat passe par l’échange d’informations, l’installation d’un climat de confiance et une meilleure coordination entre leurs différentes interventions afin d’éviter les duplications et les contradictions. Les atouts d’un tel partenariat sont entres autres la réduction des conflits et une plus grande efficacité et efficience des interventions (Rankin, 2008)

51Les ONG tout comme l’État reconnaissent une chose cependant : il est aujourd’hui impossible d’envisager une protection de l’environnement sans prendre en compte les préoccupations des populations qui vivent justement dans cet environnement. Ils ont aussi conscience que le travail avec les populations est délicat et compliqué. Cela est dû à plusieurs phénomènes tels que la pauvreté qui pousse les communautés à surexploiter les ressources et le caractère multi usage des milieux humides dû à leur richesse. L’État et les ONG doivent s’entendre pour progressivement éliminer ces contraintes car seul, ni les ONG, ni l’État ne peuvent jouer ce rôle. Pour le cas de Kpotomey par exemple, les chasseurs constatent la diminution du nombre de gibiers. Cependant, peu d’entre eux sont prêts à passer à une autre activité que la chasse. Il faut donc composer avec cela en essayant d’établir de manière participative des pratiques de gestion durable de ces activités. Le travail avec les communautés nécessite une bonne connaissance de ces dernières dans leur manière de vivre, leurs références et tous les facteurs externes susceptibles d’influencer leur manière de vivre. Selon Gendron (2006), plusieurs facteurs peuvent affecter la représentation : l’accessibilité à l’information, les intérêts des acteurs sociaux pouvant entraîner la focalisation sur un aspect au détriment d’un autre et la logique d’inférence qui consiste à prendre position ou agir. Elle peut alors être sujette à la défalcation (retraits de certains attributs du sujet), la supplémention (ajout de certains attributs au sujet) et la distorsion (redéfinition de l’importance relative des attributs) (Jodelet, 1989 et Gendron, 2006).

52Le mode culturel : les communautés locales avaient l’habitude de pratiquer des coutumes et traditions pour le respect de l’environnement et la préservation des ressources. Le partage d’une représentation est aussi une affirmation du lien social ou d’une identité. En effet, les groupes ont une influence sur la pensée de leurs membres (Jodelet, 1989). Les populations élaborent leur propre perception des milieux protégés non seulement à travers leur rapport à eux mais aussi à travers les rapports entre les différentes catégories de la population. Pour le cas particulier du village de Kpotomey, les populations ne trouvent aucune utilité aux milieux humides qui les entourent. Ces milieux sont perçus comme hostile par la majorité sauf les chasseurs qui y vont régulièrement pour chasser. Les autres catégories de la population vivent presque sans contact avec la vallée. Cela semble être dû au fait que les générations précédentes n’ont pas su perpétuer les traditions car les parents ont envoyé leurs enfants à l’école et ne voulaient surtout pas que ces derniers continuent à souffrir comme eux en menant les activités dures (agriculture, élevage, etc.). Aujourd’hui les populations ont été évangélisées et n’accordent plus aucune valeur à ces traditions. Cela pose le problème de l’influence du monde occidental à travers l’évangélisation, l’école, l’attrait de l’argent, etc. L’attrait du « cash » fait primer l’intérêt individuel à celui collectif et cela se traduit par la perte de confiance entre les villageois, le manque de solidarité et d’entraide, l’exode rural, la vente des parcelles de terre dont les terres cultivables, la régression des activités culturales, la scission progressive entre les individus et la nature, la recherche d’activités pouvant procurer très vite de l’argent, etc. Il importe donc pour CREDI-ONG d’intégrer tout cela dans ses interventions si elle veut atteindre l’objectif de gestion communautaire de la vallée. La question est de savoir comment cela est possible si les populations elles-mêmes n’ont pas conscience de la nécessité de préserver les ressources naturelles ? Il importe donc de faire de la sensibilisation à tous les niveaux et d’insister sur les notions de solidarité et d’éthique en matière de gestion des ressources naturelles même si d’une certaine manière les populations doivent aussi en tirer profit.

53Le mode de connaissance qui est relatif au rapport de la société à son environnement. Comme Gendron (2006) l’a souligné, l’accessibilité à l’information peut influer la représentation et entraîner une certaine réaction chez les acteurs. L’État et surtout les ONG du fait de leur plus grande capacité de réseautage accèdent à l’information plus facilement que les communautés locales. CREDI-ONG par exemple a démontré des capacités pour établir des réseaux même hors du village et cela part de sa plus grande ouverture, le fait que ce soit une association franco-Béninoise le démontre aisément. La dynamique dans le village est plus difficile à cause du manque de capacités humaines. En effet, il leur est très difficile de se mettre en groupe et de fonctionner ainsi. Cela traduit dans une certaine mesure un manque d’ouverture d’esprit. La méfiance entre les individus est aussi très forte. En ce sens, l’ONG semble être en avance sur la population et cela influe négativement sur l’atteinte de l’objectif de gestion communautaire de la vallée. Il importe donc de faire de la sensibilisation et du renforcement de capacités afin d’avoir des ressources humaines dans le village (Barker, 2005, Agenda 21, Chapitre 17 UNCED, 1992). L’ONG à elle seule ne peut pas y arriver. Elle doit pour cela collaborer avec l’État qui a certainement un grand rôle à jouer dans la formation des populations et dans la mobilisation de ressources financières et matérielles pour aider les populations à se prendre en charge elles-mêmes. Le comité mis en place par exemple pourrait jouer un rôle de leader en initiant des activités génératrices de revenus, en prenant les devants pour la demande de crédits pour les activités en question. L’ONG pourrait appuyer cela en donnant les informations utiles aux populations et l’État en mettant les moyens à disposition. La notion de partenariat revient encore ici, partenariat entre l’État, les ONG, et les communautés locales (Bourque, 2008; Rankin, 2008). Par ailleurs, il faut une revalorisation des pratiques traditionnelles de gestion et plus d’engagement de la part des communautés locales (Rankin, 2008).

Conclusion

54La création d’aires protégées communautaires dans le Sud du Bénin est un véritable défi pour tous les acteurs impliqués à savoir l’État et ses institutions, les ONG qui interviennent dans le milieu et les populations qui y vivent. CREDI-ONG s’attelle à le relever en collaboration avec les populations de la vallée du Sitatunga. Le cas du village de Kpotomey est assez édifiant et donne une idée à petite échelle de l’immensité de la tâche. Les résultats peuvent servir de base à une étude plus approfondie et plus globale. Les populations n’attribuent aucune valeur au bas-fond. Elles expliquent cela par son inutilité et par le caractère dangereux du fait de la présence de créatures hostiles. La pauvreté de ces populations fait reléguer les problèmes environnementaux au dernier plan. Le fait est que les populations coupent progressivement le contact avec la nature. Les activités traditionnellement menées sont délaissées par les jeunes générations encouragées par les aînés qui rêvent du mieux pour leur progéniture. Cela réfère aussi, selon nous, à l’influence de l’occident à travers les religions et les lois du marché. L’agriculture n’est pas assez rentable pour procurer du « cash » en quantité et rapidement pour ces communautés de plus en plus pauvres. Cela se traduit aussi par l’individualisme très poussé et le climat de méfiance qui règne entre les gens.

55Face à cela, le défi est d’autant plus grand pour CREDI-ONG qui ne peut et ne doit certainement pas faire cavalier seul. Pour atteindre l’objectif de conservation des ressources de la vallée, il importe de considérer tous les aspects pouvant constituer un blocage ou non. L’État et CREDI-ONG, à titre de « partenaire », ont tous les deux un rôle important de sensibilisation à jouer. Il faut réconcilier ces populations avec la vallée.

56Au plan national, l’État doit jouer le rôle de meneur à travers sa vision et en adoptant des politiques adéquates pour la gestion des milieux humides. Il faut aussi une meilleure coordination des actions des structures étatiques pour éviter les tensions et conflits inutiles. Il en est de même pour les ONG. L’État a besoin des ONG qui maîtrisent mieux le terrain, ont déjà des résultats probants et convainquent mieux les bailleurs de fonds. Les ONG quant à elles ont besoin que l’État prenne des bonnes décisions et installe un cadre permettant une plus grande efficacité de leurs actions. Les uns comme les autres doivent mieux se considérer et mieux évaluer l’importance de leurs rôles.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Abric, J.-C., 1989. L’étude expérimentale des représentations sociales. In Jodelet D. Les représentations sociales. Presse universitaire de France. 447. 206-223.

Adam, K. S., Fiogbe, E. Dossou-Yovo, A. et Ogouwale, E., 2007. Rapport National sur l’Environnement Marin et Côtier du Bénin. Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature Direction Générale de l’Environnement CEDA. 56 p.

Ashini D., 1998. Contribution des différents systèmes de connaissances. In Manseau M. Institut pour surveillance et la recherche environnementales. Xi + 66 p. 43-44 pp.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Barker, A., 2005. Capacity building for sustainability : towards community development in coastal Scotland. Journal of Environmental Management 75. 11-19 pp.
DOI : 10.1016/j.jenvman.2004.11.002

Beaud, J-P., 2006. L’échantillonnage. In Gauthier B. Recherche sociale : de la problématique à la collecte de données. Quebec, Presses de l’Université du Québec. 619 p. 211-242 pp.

Beuret, J.-E. et Pennanguer S. (2002). Quand les citoyens modèlent l’action publique : la gouvernance des espaces littoraux. Pour, 174, 171-178 pp.

Boukar, A., 2000. La gestion communautaire des ressources naturelles : cas de l’Afrique de l’Ouest. Deuxième Colloque Pan-Africain sur l’Utilisation Durable Des Ressources Naturelles en Afrique: Ouagadougou, Burkina Faso. UICN. 12.

Bourque, D., 2008. Concertation et Partenariat : entre levier et piège du développement des communautés, PUQ. 152 p.

Bulletin nº 81 du WRM, avril 2004. Forêts communautaires : équité, utilité, pérennité. Mouvement Mondial pour les Forêts Tropicales. 188 p.

Bulletin nº 63 du WRM, octobre 2002. Forêts communautaires : équité, utilité, pérennité. Mouvement Mondial pour les Forêts Tropicales. 188 p.

Centre Régional de Recherche et d’Éducation pour un Développement Intégré (CREDI-ONG), 2008. Éveil de la conscience Éco-citoyenne pour la protection durable et la valorisation participative du ‘‘corridor du Sitatunga’’ à «Zinvie-kpotomey». Fonds français pour le développement mondial, Nature et Découvertes, Volontaires du progrès. 23 p.

Chiasson, G., Andrew, C. et Leclerc, E., 2008. Territorialiser la gouvernance du développement : réflexions à partir de deux territoires forestiers. Dans Simard, J.-F., Chiasson, G., Martin, T. et Proulx, N. La gouvernance territoriale : à l’épreuve des faits. Revue canadienne des sciences régionales. Vol 31, no. 3., 489-506 pp.

Chouinard, O., Plante, S. et Martin G., 2008. The Community Engagement Process : A Governance Approach in Adaptation to Coastal Erosion and Flooding in Atlantic Canada. Dans Simard, J.-F., Chiasson, G., Martin, T. et Proulx, N. La gouvernance territoriale : à l’épreuve des faits. Revue canadienne des sciences régionales. Vol 31, no. 3., 507-520 pp.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Cohen, L. & Manion, L., 2007. Research methods in Education, Sixth Ed., London, Roodletge, 656 p.
DOI : 10.4324/9780203224342

Deffontaines, J-P. et Prodhomme J-P., 2001. Territoires et acteurs du développement local. De nouveaux lieux de démocratie. Éditions de l’aube. 179 p.

Draper, D. Reed, M. G., 2005. Our environment. A Canadian perspective. Third Ed., Thompson Nelson., 573 p.

Favreau, L. et Fréchette, L., 2004. Le développement social des communautés. L’expérience québécoise et nord-américaine. In. Fall, A. S. Favreau, L. Larose, G. Le Sud…et le Nord dans la mondialisation. Quelles alternatives ? Le renouvellement des modèles de développement. Collection Pratiques et politiques sociales et économiques. Presses de l’Université du Québec, les éditions Karthala. 385 p., 293-307 pp.

Gagnon, C., et Fortin, M.-J., 1999. La gouvernance environnementale locale : où est le Timonier ? Économie et solidarités, Vol. 30, no. 2, 94-111 pp.

Gagnon, C., 1994. La recomposition des territoires. Développement local viable. Collection «Logiques sociales». Éditions L’Harmattan. 272 p.

Gauthier, B., 2006. Recherche sociale. De la problématique à la collecte de données. Quebec, Presses de l’Université du Québec. 619 p.

Gendron, C., 2006. Le développement durable comme compromis. La modernisation écologique de l’économie à l’ère de la mondialisation. Presse de l’université du Québec. 269 p.

Guillaud, Y., 2007. Biodiversité et développement durable. Karthala/UNESCO. 246 p.

Hamel, J., 1997. Étude de cas et sciences sociales. Collection outils de recherche Harmatthan. 123 p.

Juillet, L. et Andrew, C., 1999. Développement durable et nouveaux modes de gouvernance locale : le cas de la ville d’Ottawa. Économies et solidarités, Vol. 30., No. 4, 75-93 pp.

Jodelet, D., 1989. Les représentations sociales : un domaine en expansion. In Jodelet, D. Les représentations sociales. Presse universitaire de France. 447 p. 47-78 pp.

Lebel, L., Anderies, J. M., Campbell, B., Folke, C., Hatfield-Dodds, S., Hugues, T.P. et J. Wilson., 2006. Governance and the capacity to manage resilience in regional social –Ecological Systems. Ecology and Society. http://www.ecologyandsociety.org/search.php visité le 21 05 2009.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Leloup, F., Moyart, L. et Pecqueur, B., 2003. Le développement local en Afrique de l’Ouest : quelles réalités possibles ? Monde en Développement. Vol. 31-2003/4-n°124. 95-112 pp.
DOI : 10.3917/med.124.0095

Malthus, T. R., 1798. Essai sur le principe de population. Collection: "Les classiques des sciences sociales". 153 p.

http://classiques.uqac.ca/classiques/maltus_thomas_robert/essais_population/principe_de_population.pdf visité le 21 05 2009.

Maser, C., 1996. Resolving environmental conflict. Towards sustainable community development. St. Lucie Press. 200 pages.

Merriam, S. B., 1998. Qualitative research and case study applications in education. Jossey-Bass Publishers. San Francisco. 275 p.

Munasinghe, S., 2007. Ecological and Social Aspects. Dans M. Munasinghe (ed.). Making Development More Sustainable : Sustainomics Framework and Practical Application. Sri Lanka, Colombo : Munasinghe Institute for development (MIND), 114-137 pp.

Musée Nature Tropicale, 2009. Site officiel de Nature Tropicale ONG. http://ntong-benin.ifrance.com/nt/for.htm. visité le 31 01 2009.

Perron, J., 2004. La gouvernance environnementale locale : étude de cas de la forêt de Fundy. Maîtrise en étude de l’environnement. FESR, Université de Moncton. 87 p.

Pourtois, J.-P. et Desmet, H., 2007. Épistémologie et instrumentation en sciences humaines, 3ième éd. Liège Bruxelles, Pierre Mardaga, 235 p.

Quivy, R. et Van Campenhoudt, L., 2006. Manuel de recherche en sciences sociales. 3ième éd., Paris, Dunod. 253 p.

Rankin, J., 2008. The influence of community-based watershed monitoring groups on decision-making in Nova Scotia, Canada. Dalhousie University, Nova Scotia. Xi + 86 p.

Roots, F., 1997. Intégration des différents systèmes de connaissances dans la recherche. In Manseau, M. Institut pour surveillance et la recherche environnementales. Xi + 66. 46-54 pp.

Salamon, L. M. & Elliott, O. V., 2002. The tools of government: a guide to the new governance, Oxford University Press, 669 p.

Savoie-Zajc, L., 2006. L’entrevue semi-dirigée. In Gauthier B. Recherche sociale : de la problématique à la collecte de données. 4è éd., Québec, Presses de l’Université du Québec. 619. 293-316 pp.

Sperber, D., 1989. L’étude anthropologique des représentations : problèmes et perspectives. In Jodelet D. Les représentations sociales. Presses universitaires de France. 447 p.

Touraine, A., 1978. La voix et le regard. Paris : Seuil, c1978. 309 p.

UNCED, 1992, Agenda 21, The United Nations Program of Action from Rio, New York, United Nations Development Program. Disponible en ligne : http://www.un.org/esa/sustdev/documents/agenda21/english/agenda21chapter17.htm, visité le 31 janvier 2009.

Winter G., 2002. L’impatience des pauvres. Collection Science histoire et société. Presses Universitaires de France. 294 p.

Guillaud, Y. 2007. Biodiversité et développement durable. Éditions UNESCO et Karthala. 246 p.

Yin R. K., 2003. Case study research. Design and methods. Third Edition. Sage Publications. 179 p.

Haut de page

Annexe

Tableau : liste des activités et des rôles des personnes interviewées.

Haut de page

Table des illustrations

Légende La vallée du Sitatunga (Bénin)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3630/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Valeurs attribuées à la vallée du Sitatunga à l’échelle du village de Kpotomey.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3630/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Perception des habitants de Kpotomey par rapport à la présence de CREDI-ONG et au projet « vallée du Sitatunga »
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3630/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3630/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pricette Dovonou-Vinagbè et Omer Chouinard, « Gestion communautaire des ressources naturelles au Bénin (Afrique de l’Ouest) : le cas de la vallée du Sitatunga  », Études caribéennes [En ligne], 12 | Avril 2009, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 24 août 2016. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3630 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3630

Haut de page

Auteurs

Pricette Dovonou-Vinagbè

Etudiante Maîtrise en Etude de l’Environnement (Université de Moncton, Nouveau-Brunswick, Canada) ; pri7dov@hotmail.com ou epd4824@umoncton.ca

Omer Chouinard

Professeur en Etudes de l’Environnement et de sociologie (Université de Moncton, Nouveau-Brunswick, Canada) ; omer.chouinard@umoncton.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org