Navigation – Plan du site

Constructions identitaires et récits médiatiques

Fathallah Daghmi

Entrées d’index

Index géographique :

Caraïbes
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les récits identitaires sont présents dans chaque média. Ils se révèlent à travers les différentes représentations des journalistes qui définissent une « communauté » ou un peuple avec une trajectoire historique singulière. Les journalistes, même dans leurs rapports sociaux informels, sont des médiateurs d’opinion qui véhiculent une certaine vision de l’identité. Ces professionnels de l’information participent à la construction de représentations identitaires dans leur traitement quotidien des événements. De par leur fonction d’acteurs dans un système médiatique, mais aussi de par leurs propres discernements, ils construisent une représentation de l’identité.

  • 1 Travaux de B. Anderson et de A.M. Thiesse cités par Neveu E., Edelson B. « Médias de masse et journ (...)

2Les médias sont des lieux où apparaît une offre d’identités collectives susceptibles de créer la conscience d’appartenance à des « communautés imaginées », mais pas imaginaires, car s’inscrivant dans une conscience collective, dans des institutions1. Ils ne sont pas uniquement des « haut-parleurs » où s’échangent arguments et opinions sur la politique, la société et les faits d’actualité.

3À cet égard, deux facteurs entrent en ligne de compte. Le premier concerne la position du média, définie par sa ligne éditoriale, sa politique, ses objectifs et son idéologie. Le second révèle le point de vue du journaliste qui se traduit par un discours, se mêlant à celui du média, marqué par sa propre expérience, ses convictions et par le contexte culturel, social, politique et géographique dans lequel il exerce son métier.

  • 2 On utilise ici le mot « journaliste » pour désigner une profession « ouverte » à tous les journalis (...)

4Afin d’illustrer ces propos, cette étude est consacrée à la manifestation de la thématique de la « Caraïbe » dans le traitement habituel de l’actualité par les médias martiniquais. À partir d’expériences et pratiques journalistiques2, on a observé et analysé les modes de construction de l’identité. Il a donc été question de mesurer la construction que font les journalistes martiniquais de l’identité caribéenne ou régionale, à travers leur propre perception du rôle qu’ils jouent par rapport à cette thématique.

5De la fonction de journaliste découle une « mission » d’information. Ses représentations de l’identité seraient un des facteurs influents sur sa vision de l’actualité et des événements de la région caribéenne. Par conséquent, on situe l’influence ou le renforcement des opinions du public dans ce processus de retransmission de l’information. On évoque alors le journaliste tel un guide ou un relais d’opinion (Rieffel, 2002 : 16).

  • 3 Une grille d’entretien a été préparée autour de grandes thématiques qui renvoient à l’identité mart (...)
  • 4 Cette tendance est représentée par le journal régional France-Antilles, les radios RCI (Radio Caraï (...)
  • 5 Il s’agit de l’hebdomadaire Antilla (gauche/plus ou moins indépendantiste), du journal Le Naïf (ind (...)

6L’analyse s’articule autour d’une enquête par entretien individuel3. On interroge les journalistes sur leurs perceptions des questions identitaires et notamment caribéennes. L’enquête touche quinze journalistes appartenant à douze médias dont la périodicité, les lignes éditoriales et les finalités sont divergentes. En effet, hormis les techniques de diffusion de ces médias, on dégage deux grandes orientations. D’une part les médias dits généralistes4 et de l’autre les médias d’opinion et/ou de partis politiques5.

7Lors de la réalisation de cette enquête, on a pu juger la complexité d’une recherche qui s’appuie sur des « opinions » d’acteurs. Dans leurs discours, ces derniers ne différencient pas clairement leurs propres perceptions de la Caraïbe de la production médiatique effective sur cette thématique. Ainsi, on commence notre étude par une précision fondamentale. L’objet de recherche ne concerne pas en priorité la « réalité » de l’identité caribéenne, mais la façon dont les journalistes se la représentent et la représentent dans les médias.

1. Part caribéenne de l’identité martiniquaise

8L’importance de la Caraïbe et la volonté de développement de la coopération inter-caribéenne, ou du moins les tentatives de lancement d’un tel débat dévoilent un consensus chez les journalistes. La proximité géographique, culturelle et parfois linguistique des pays de la Caraïbe justifie cette unanimité. Toutefois, la perception de la Caraïbe revêt quelques signes distinctifs et se concrétise par un traitement sous l’angle humanitaire ainsi que par des lectures différentes du sens de la coopération régionale.

9Une grande partie des journalistes interrogés considère la Caraïbe d’abord comme un marché. Ils évoquent en priorité la coopération et les échanges économiques entre États de la Caraïbe. Rares sont ceux qui saisissent le caractère culturel ou historique derrière une éventuelle collaboration. Seule une fine minorité perçoit une identité culturelle de la Caraïbe.

2. Un traitement « humanitaire »

10La réalité des traitements médiatiques de la question caribéenne se distingue par deux caractéristiques majeures : sa fréquence et le point de vue de son de traitement. Il s’agit d’une thématique vaguement présente dans les médias martiniquais et généralement proposée à travers une lecture « humanitaire ».

  • 6 Par exemple, les téléspectateurs martiniquais peuvent suivre le magazine « Caraïbes » sur RFO.

11– Concrètement, rares sont les médias dont la grille de programmation présente des émissions ou des informations régulières sur le sujet. Seuls Antilla, ATV et RFO proposent des rendez-vous plus ou moins périodiques dédiés à la Caraïbe6.

12Les journalistes reconnaissent d’abord la rareté d’information et d’émissions sur la Caraïbe. Pour expliquer ce désintérêt, ils avancent diverses raisons qui se résument dans les difficultés financières, les problèmes techniques, l’enclavement, mais aussi le manque de volonté politique. Le facteur d’audience et les contraintes de rentabilité entrent également en ligne de compte pour les journalistes. Le public ne serait pas intéressé par l’actualité sur cette thématique et n’y adhérerait que rarement. En conséquence, la logique d’audience condamnerait la Caraïbe à une visibilité limitée dans les médias martiniquais qui se traduit par des programmes « secondaires ».

13– Aborder la thématique de la Caraïbe sous un angle « spécifique » apparaît comme une règle intrinsèque du traitement des médias martiniquais. Au-delà de leurs lignes éditoriales, ces derniers partagent certaines pratiques caractérisées par une couverture limitée, sporadique et souvent stéréotypée.

14Ainsi, la Caraïbe est habituellement proposée selon une lecture « humanitaire » ou « charitable ». Elle se convoque à travers une actualité dramatique qui rend compte des catastrophes naturelles (cyclone Yvan à Grenade en 2004), des guerres (événements d’Haïti en 2004 et 2005) et les actions d’aide de la Martinique ou de la France à ces pays. Volontairement, ou involontairement, ce traitement révèle des rapports marqués par une supériorité de la Martinique face aux pays de l’espace caribéen.

3. Limites de la « coopération » caribéenne

15Les journalistes font donc une représentation particulière de la coopération entre les États de la Caraïbe. Ainsi, l’échange est perçu en premier chef dans le sens humanitaire et parfois économique ou politique. Il est conforme à un traitement à double signe distinctif : sporadique et relevant d’une logique de souhait. En effet, cette coopération correspond davantage à une aspiration, à un vœu, à une idéologie, à une perception particulière qu’à une réalité concrète. Lorsqu’on interroge les journalistes martiniquais sur la région du monde dont ils souhaiteraient rendre davantage compte, ils sont près de la moitié à choisir la Caraïbe. Cependant, l’intérêt effectif, qui se traduit par une programmation et des actions médiatiques, reste très restreint.

  • 7 C. Beaubœuf. Ibid, p. 312.

16Bien que les rapports entre Etats de la Caraïbe apparaissent comme un enjeu politique et stratégique qui dépasse la position des journalistes, il serait intéressant de revenir sur la nature du discours sur la « coopération » caribéenne. Ainsi, quand on observe les faits, il n’existe que très peu d’échanges économiques entre la Martinique et ses voisins. Diverses raisons expliquent cet hyperisolationnisme et hyperinsularité (Beaubœuf, 2005 : 305-325). Elles se résument dans la dispersion géographique, le problème de circulation des biens, services et main-d’œuvre, les limites des capacités aéroportuaires, les coûts de transport aérien, etc. Historiquement, les espaces caribéens ont été dominés par quatre puissances coloniales : Angleterre, France, Espagne et Pays-Bas. De cette situation résulte un niveau limité de relations intrarégionales dans la Caraïbe depuis longtemps aussi bien pour les exportations que pour les importations. Il en découle également une dynamique de rapports économiques qui engendre par exemple des habitudes productrices, exportatrices, des relations économiques beaucoup plus importantes entre la Jamaïque et Londres qu’entre la Jamaïque et Trinidad7.

17Paradoxalement, certains journalistes placent la coopération économique au cœur du discours sur les motivations de la médiatisation de la thématique de la Caraïbe. Mais qu’entend-on au juste par « échange » inter-caribéen ?

18Il semble qu’une grande partie de journalistes peinent à imaginer un traitement de cette thématique en dehors de l’actualité relatant les catastrophes naturelles et les actions humanitaires qu’elles engendrent, mais rarement les échanges économiques. Les journalistes définissent en conséquence « l’échange » dans le sens d’un rapport caractérisé par les aides humanitaires et financières de la Martinique/France aux pays de la Caraïbe. Ces représentations journalistiques révèlent une réalité plus profonde qui place la Martinique « au-dessus » des pays de la Caraïbe. On est dès lors en présence d’une relation où les rapports entre la Martinique et ses voisins sont proposés comme étant une association entre un pays développé et des pays du tiers-monde. Cette perception « dominant/dominé » ne rappelle-t-elle pas une certaine « coopération » entre pays du Nord et pays du Sud ?

  • 8 On avance, bien entendu, prudemment cette hypothèse. Cette dernière ne peut être confirmée ou infir (...)

19La production médiatique sur la Caraïbe serait souvent descriptive, rarement analytique, cramponnée à l’actualité et à l’événementiel8. Au-delà ces critères, la Caraïbe peut difficilement se transformer en thème « vendeur » selon la vision de ces médias.

4. La Caraïbe enté rêves et réalités

20La Caraïbe n’occupe qu’une place négligeable dans la production médiatique en Martinique. L’insuffisance de la couverture d’information de la région est surprenante si l’on tient compte de la proximité géographique des pays de la Caraïbe.

21Longtemps ignorée, l’appartenance de la Martinique à l’espace caribéen commence à être plus visible et à se concrétiser par des actions variées et dans plusieurs domaines. Mais globalement, le sentiment de partager le même destin que les autres Caribéens reste ambigu et écartelé entre le rêve d’un ancrage effectif dans le bassin caribéen et l’appartenance ou la dépendance réelle d’un espace économique européen.

5. Manifestation « idéologique » de l’identité caribéenne

22Avant toute chose, dans leurs représentations, les journalistes martiniquais définissent la géographie de la Caraïbe de manière particulière. Chacun propose une vision prioritaire qui correspond au traitement habituel qu’en fait son média. Ainsi, un journaliste de RFO par exemple voit la Caraïbe d’abord comme les trois départements français d’Amérique (DFA), un autre (RCI) perçoit surtout la petite Caraïbe (DFA, Dominique, Sainte Lucie), un troisième (Justice) la considère au sens de la grande Caraïbe, une zone qui intègre aussi bien l’Amérique latine que Miami.

  • 9 Un des journaliste d’Antilla, n’hésite pas à qualifier « d’illusion » le marché de la Caraïbe tant (...)

23L’éclairage de la Caraïbe est conditionné également par la ligne éditoriale et l’idéologie de chaque média. Ce traitement correspond à des représentations particulières, qui découlent de positions politiques spécifiques. C’est la raison pour laquelle il divise les titres d’opinion. Chacun a sa position sur la nature des rapports inter-caribéens. Ainsi, les journaux de gauche ou indépendantistes (Antilla, Le Naïf et Asé Pléré annou lité) sont pessimistes quant au développement de la coopération entre les pays de la Caraïbe9. Ils perçoivent la politique de l’État français et parfois la langue française, comme un handicap devant le rapprochement et l’évolution des rapports avec les autres caribéens. A contrario, les journaux des partis autonomistes restent fidèles à leur positionnement idéologique. En effet, Le Progressiste et Justice ne se projettent dans aucune coopération qui passerait outre la souveraineté de la France.

  • 10 À cet égard, on signale tout de même la création de l’AEC même si elle n’est pas dotée de vrais pou (...)

24Globalement, les médias d’opinion ont une vision politique qui définit la nature des relations entre la Martinique et ses voisins. Une telle orientation trouve source dans les idéologies indépendantistes et/ou marxistes qui imaginent par exemple « l’État socialiste de la Caraïbe » (Révolution socialiste). Néanmoins, ces idéologies qui ont connu leur temps de gloire dans les années soixante et soixante-dix, donnant lieu à de belles « utopies », semblent révolues. Les journalistes ont sans doute abandonné le « vieux » rêve de la Grande Caraïbe10.

6. Un destin partagé entre le Nord et le Sud

25Sans exception, les journalistes sont conscients de l’insuffisance de l’information et des traitements de l’actualité qui rendent compte de la Caraïbe. Ils mettent en avant, de manière systématique, le décalage entre les moyens humains, techniques et financiers réellement alloués à l’information sur la Caraïbe et la représentation qu’on se fait de l’importance de cette région.

  • 11 Les régions ultrapériphériques (RUP) françaises (Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion), espagn (...)

26Ainsi, on affirme que l’identité caribéenne est tiraillée entre deux représentations distinctes. Elle peut être symbolisée par la dichotomie réalité/aspiration. D’une part, la réalité effective est marquée par le sentiment d’être français, et de surcroît de dépendre de la France et de l’Europe. En conséquence, tout développement socioéconomique conditionnant l’avenir de la Martinique se joue ailleurs que dans la Caraïbe. D’autre part, la symbolique de la région caribéenne procure à la Martinique le pouvoir, ou du moins l’impression, d’exister comme une entité identitaire différente de la France. Dans ce contexte, l’île peut prétendre s’affirmer comme une puissance économique et politique face aux pays voisins de la région. Elle peut être au centre où se joue le pouvoir, la décision et surtout son « destin » tout l’inverse de son statut actuel de Région Ultra-périphérique européenne11.

  • 12 R. Mansoor. p. 167.

27La représentation de la Caraïbe en tant que région géographique, on l’a vu précédemment, ne fait pas l’unanimité. Les journalistes sont confus et ambigus face à la définition d’une zone géographique distincte. Cette remarque est révélatrice d’un profond désarroi et embarras à se définir et à définir les Martiniquais en tant que Caribéens. Une telle difficulté, il faut le reconnaître, n’est certainement pas propre aux Martiniquais. L’ignorance entre peuples de la Caraïbe est une donnée effective qui s’explique par des raisons historiques. « La Caraïbe est certainement une région d’ignorance interne et de fragmentation » (Mansoor, 2005 : 167-180). Pendant longtemps, ces peuples ont cultivé les stéréotypes les uns par rapport aux autres bien qu’ils aient une culture et une histoire « commune ». Ce n’est que récemment que les Caribéens ont commencé à se connaître et à découvrir les points de convergence historique et culturelle de leur région12.

7. Un traitement journalistique décalé

28Ni les conditions de travail des journalistes, ni l’insuffisance de moyens humains et matériels, ni même le « supposé désintérêt » du public ne peuvent expliquer entièrement la manière dont les médias proposent les thèmes liés à la Caraïbe. Ce traitement tel qu’il est décrit par les journalistes eux-mêmes manque d’analyse et de réflexion de fond. Il est globalement handicapé par la primauté de « l’actualité » souvent dramatique et le fait du jour. En dépit de l’ouverture de l’espace public martiniquais à de nouveaux médias, l’usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication susceptible de favoriser le désenclavement, les nouvelles orientations politiques d’ouverture sur les pays caribéens, etc., ne semblent pas changer profondément le traitement ni le regard journalistique sur la Caraïbe.

29Les journalistes sont très marqués par les principaux événements qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. La départementalisation de 1946 Outre-Mer, les mouvements indépendantistes et surtout les luttes marxistes des années soixante et soixante-dix, demeurent les faits majeurs de ces dernières années. La nouvelle tendance d’ouverture politique sur la Caraïbe n’a pas encore pris toute son ampleur.

  • 13 On se contente à ce titre de deux exemples récents afin d’étayer nos propos. En janvier 2006, un ac (...)
  • 14 J. Daniel. op., cit., p. 130.

30L’identité caribéenne et de plus en plus visible dans divers domaines à travers les influences culturelles, la coopération scientifiques13, les échanges économiques (investissements trinidadiens en 2005), etc. Les Antilles ont depuis toujours été ouvertes aux formes culturelles en provenance des autres pays de la Caraïbe. Malgré les différentes linguistiques, on assiste au développement d’initiatives « par le bas » dans le domaine culturel (Daniel, 2005 : 117-136). La musique par exemple est un formidable vecteur de communication et l’identité caribéenne, constamment rappelée par le soka, le calypso, la salsa ou le reggae. La Caraïbe prend sens pour la Martinique « à travers la configuration d’un espace culturel de rencontres, dont l’exemple emblématique est le Carifesta »14.

  • 15 Une nouvelle époque de coopération entre la Martinique et les pays caribéenne s’est ouverte avec de (...)

31La tendance d’émergence identitaire se traduit également par des rencontres entre spécialistes autour de thématiques de recherche ciblées. Depuis quelques années, on remarque l’évolution des études distinctement caribéennes comme une spécialité à proprement dit de la recherche dans une grande partie des pays caribéens (de Cauna, 2005 : 51-71). Sur le plan politique, l’initiative du président du Conseil régional15 supplante la dialectique « Français ou Caribéens ». Elle offre une nouvelle orientation de la coopération entre la Martinique française et les pays de la Caraïbe. Ne sommes-nous pas en train de vivre les prémisses d’une nouvelle orientation identitaire ?

8. Des certitudes à réinterroger

32Au terme de cette étude, il est primordial de revenir sur deux précisions. La réflexion ne vise pas à instaurer une quelconque « originalité » inhérente au traitement de la thématique abordée et va au-delà d’un éventuel cadre spécifique à la Martinique. Elle n’a certainement pas pour objectif d’exagérer l’influence ni de railler des pratiques journalistiques. Elle s’inscrit bien au contraire dans un cadre général qui ne prétend à rien moins que de mettre en relief la grande influence des représentations et images identitaires sur les discours et traitements journalistiques.

33Les pratiques et productions médiatiques sur la question de l’identité n’échappent pas aux schémas de fonctionnement des médias. Ces derniers opèrent, entre autres, suivant une logique d’audience, de parts de marché et de rendement. Ces éléments déterminent également le type de traitement alloué à telle ou telle thématique.

34Néanmoins, les journalistes s’accrochent à des « évidences » et schémas de pensées qu’ils ne songent guère à interroger. Par conséquent, ils présentent souvent des couvertures stéréotypées des événements et thématiques qu’ils abordent. Par ailleurs, les journalistes proposent des traitements médiatiques qui peinent à prendre en compte les évolutions sociales ainsi que les nouvelles orientations de recherche en sciences sociales. Dans un monde en ébullition, les grands changements semblent dépasser un certain fonctionnement de la profession journalistique qui reste sur ses acquis intellectuels.

35Le travail journalistique qui doit répondre à une logique de questionnement, de remise en cause et d’analyse des phénomènes fait défaut. Le journaliste ne se positionne guère comme une source d’ouverture du débat sur des thèmes prioritaires, ni comme un acteur qui devance la société et les politiques pour aborder les questions fondamentales pour un peuple.

Haut de page

Bibliographie

Bernabé, J., Chamoiseau, P. et al. 1989. Eloge de la créolité. Paris : Gallimard, 69 p.

Charon J.M., Mercier A. 2003. Pour en finir avec le pouvoir des journalistes. Paris : CNRS, Hermès, n° 35, 338 p.

Daghmi F. 2006. « Journalistes et identité en Martinique ». Communication et langages, n° 148, pp. 103-116

Daghmi F., Pulvar O. 2006. « Médias et identités collectives : quand les journalistes disent le “nous” ». In. Images de soi dans les sociétés postcoloniales. Donatien-Yssa P. (dir.). Paris : Manuscrit, 2006, 675 p.

Féral C., Marienstras E. et al. (dir.). 2001. Le citoyen dans « l’Empire du milieu, Alizés (numéro spécial)

Lerat C. (dir.). 2005. Le monde caraïbe : défis et dynamiques. Tome 2, Géopolitique, intégration régionale, enjeux économiques. Pessac : MSHA, 373 p.

Maigret E. 2003. Sociologie de la communication et des médias. Paris : Armand Colin, 287 p.

Mathien M. 1995. Les journalistes. Paris : PUF, 127 p.

Mucchielli A. 2002. L’identité. Paris : PUF, 127 p.

Neveu E. 2001. Sociologie du journalisme. Paris : La Découverte, 122 p.

Simonin, J. (dir.) 2002. Communautés périphériques et espaces publics émergents. Les médias dans les îles de l’océan Indien, Paris : L’Harmattan, 208 p.

Watin M. (dir.) 2001. Communication et espace public. Univers créoles 1. Paris : Economica, 266 p.

Wolton D. et al. 2002. La France et ses Outre-mers. L’enjeu du multiculturel. Paris : CNRS, 2002, Hermès, n° 32-33, 634 p.

Haut de page

Notes

1 Travaux de B. Anderson et de A.M. Thiesse cités par Neveu E., Edelson B. « Médias de masse et journalisme », In M. Watin, (dir.). Communication et espace public. Univers créoles 1. Paris, Anthropos, 2001, pp. 105-106.

2 On utilise ici le mot « journaliste » pour désigner une profession « ouverte » à tous les journalistes et sans exigence de diplôme. M. Mathien. Les journalistes. Paris, PUF, 1995, 17.

3 Une grille d’entretien a été préparée autour de grandes thématiques qui renvoient à l’identité martiniquaise. On questionne les journalistes sur le type de traitement qu’ils réservent aux événements qui se rapportent à la langue, au statut politique, à la coopération régionale, à la culture, aux faits et personnages historiques, etc.

4 Cette tendance est représentée par le journal régional France-Antilles, les radios RCI (Radio Caraïbe International) et RFO (Réseau France Outre-mer) et les chaînes de télévision RFO et ATV (Antilles Télévision).

5 Il s’agit de l’hebdomadaire Antilla (gauche/plus ou moins indépendantiste), du journal Le Naïf (indépendantiste), des journaux de partis politiques Le Progressiste (Parti Progressiste Martiniquais/autonomiste), Justice (Parti Communiste), Asé Pléré annou lité (extrême gauche/indépendantiste) et Révolution socialiste (Groupe Révolutionnaire Socialiste — GRS —) ainsi que du magazine L’Eglise en Martinique (catholique).

6 Par exemple, les téléspectateurs martiniquais peuvent suivre le magazine « Caraïbes » sur RFO.

7 C. Beaubœuf. Ibid, p. 312.

8 On avance, bien entendu, prudemment cette hypothèse. Cette dernière ne peut être confirmée ou infirmée que par une analyse des articles, émissions, programmes des médias martiniquais.

9 Un des journaliste d’Antilla, n’hésite pas à qualifier « d’illusion » le marché de la Caraïbe tant que cette coopération serait dépendante des autorités françaises. Néanmoins, ces journaux voient une « lueur d’espoir » dans la décision du Préfet de la Martinique en 2005, d’autoriser, pour la première fois, l’aide financière du président du Conseil régional, Alfred Marie-Jeanne (Mouvement indépendantiste martiniquais), à l’Association des États de la Caraïbe (AEC).

10 À cet égard, on signale tout de même la création de l’AEC même si elle n’est pas dotée de vrais pouvoirs et ne bénéficie pas d’une réelle visibilité. L’AEC a vu le jour suite à la signature de la convention de juillet 1994 à Carthagène en Colombie. Son rôle affiché consiste en la promotion de la consultation, de la coopération et de l’action concertée entre tous les pays de la Caraïbe. Elle compte 25 Etats membres et 3 membres associés, dont la France au titre des DFA (voir le site officiel de l’AEC : http://www.acs-aec.org).

11 Les régions ultrapériphériques (RUP) françaises (Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion), espagnoles (les Canaries) et portugaises (Açores et Madère) se caractérisent par leur faible population et surtout leur éloignement important du continent européen. Ils sont mentionnés dans une déclaration annexée au traité de la Communauté Européenne et peuvent bénéficier de mesures spécifiques sur la base de l’article 299 du même traité. Cette déclaration reconnaît le retard structurel important qui caractérise ces régions.

12 R. Mansoor. p. 167.

13 On se contente à ce titre de deux exemples récents afin d’étayer nos propos. En janvier 2006, un accord signé entre l’Université des West Indies (Jamaïque), l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux et l’Université des Antilles et de la Guyane prévoit la création d’un master intégré « Etudes politiques et coopération internationale ». Cette nouvelle formation s’adressera à une vingtaine d’étudiants des trois établissements, avec mobilité chaque année dans une université différente.

En février 2006, le Secrétaire général de l’AEC, Ruben Silié Valdez, s’est rendu en Martinique pour s’entretenir avec les responsables de l’Université des Antilles et de la Guyane. Les échanges ont principalement porté sur la traduction des publications, travaux de recherche de disciplines diverses dans les langues des pays membres de l’AEC, sur les aides à apporter aux étudiants candidats à la mobilité dans les pays de l’AEC, sur le partenariat entre les consortiums régionaux d’Universités et l’AEC.

14 J. Daniel. op., cit., p. 130.

15 Une nouvelle époque de coopération entre la Martinique et les pays caribéenne s’est ouverte avec de l’aide financière du Conseil régional à l’AEC. Elle s’ajoute aux récentes ouvertures économiques, encore timides il faut le reconnaître, déjà entreprises par la circulation des capitaux d’investissements entre les pays de la région.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fathallah Daghmi, « Constructions identitaires et récits médiatiques », Études caribéennes [En ligne], 7 | Août 2007, mis en ligne le 15 août 2007, consulté le 23 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/368 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.368

Haut de page

Auteur

Fathallah Daghmi

Maître de conférences, Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org