Navigation – Plan du site
Espaces et aires protégés. Gestion intégrée et gouvernance participative

Fonctions, défis et enjeux de la gestion et du développement durables dans la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie (Maroc)

Brahim El Fasskaoui

Résumés

Le Maroc est l’un des rares pays d’Afrique du Nord à disposer d’un ensemble d’écosystèmes endémiques d’une biodiversité remarquable. Ces écosystèmes sont sérieusement menacés par l’expansion et le développement de certains secteurs comme le tourisme, l’agriculture et l’urbanisation. Conscient de l’importance de ces écosystèmes dans le développement durable, l’UNESCO a distingué certains d’entre eux par le Label du Patrimoine Mondial en leur donnant le statut de « Réserve de Biosphère ». Cette contribution tente d’examiner l’expérience marocaine en matière de politique des espaces protégés à partir de l’exemple de la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

1Les Réserves de Biosphère sont reconnues comme des écosystèmes terrestres ou marins d’importance mondiale. L’origine du concept, ou plutôt de la philosophie de la Réserve de Biosphère, remonte au début des années 1970, lors de l’élaboration du programme de l’UNESCO intitulé « Man and the Biosphere », couramment abrégé en « programme Mab » (DEPRAZ, S., 2008). Les réflexions des experts de l’UNESCO et de ses partenaires ont conduit, dès 1976, à la mise en place un  réseau de réserves de biosphère. C’est ainsi que naît le concept de la Réserve de Biosphère dont le but principal est de préserver la biodiversité des sites protégés, doublé d’un souci de promotion des aspects culturels et des cadres sociaux ; l’ensemble devant contribuer à une amélioration des conditions de vie des populations locales dans une perspective de développement durable.

2Définis dans le cadre de la Stratégie de Séville (1995), les objectifs vers lesquels doivent tendre chaque réserve répondent à trois axes : 1/ la conservation des paysages, des écosystèmes, des espèces et de la variation génétique ; 2/ l’encouragement d’un développement économique et humain durable, tant sur les plans socioculturel qu’écologique ; 3/ le soutien des projets exemplaires et des activités d’éducation environnementale et de recherche sur des problèmes locaux, régionaux, nationaux et mondiaux de conservation et de développement durable.

3A l’instar des 105 pays qui détiennent des Réserves, le Maroc a répondu aux recommandations de l’UNESCO et défini une politique de conservation de ses écosystèmes fragiles et/ou menacés. Le pays compte deux Réserves de Biosphère : la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie [R.B.A], reconnue 1998 par l’UNESCO, puis la Réserve de Biosphère des Oasis du Sud du Maroc [RBOSM] créée en 2000. Une troisième réserve, transfrontalière, appelée Réserve de Biosphère Internationale Méditerranéenne (RBIM) ou Réserve de Biosphère Andalousie-Maroc, est en cours d’élaboration entre le sud de l’Espagne et le nord du Maroc.

  • 1 Il y a lieu de signaler que l’arganier a fait l’objet de plusieurs études (scientifiques et adminis (...)
  • 2 Le terme « argan » : désignation vernaculaire qui réfère soit à l’espèce soit au produit (huile)
  • 3 Je dois signaler que les données que j’ai pu trouver dans la documentation consultée sont fragmenta (...)

4Notre contribution vise à donner une idée de la politique du Maroc dans le domaine de la protection de ses espaces reconnus internationalement comme des écosystèmes menacés. L’Arganeraie1, située dans le secteur sud-ouest du Maroc, constitue le dernier rempart face au Sahara. L’arganier, ou argan2, est une espèce forestière qui constitue un écosystème singulier par ses dimensions éco-géographiques et socio-économiques. Avec 830 000 hectares et 21 millions d’arbres3, l’arganier constitue la deuxième ressource forestière marocaine après le chêne vert. Il occupe le littoral atlantique du nord d’Essaouira jusqu’au sud de Tiznit, sur une profondeur continentale qui peut atteindre cent kilomètres, et sur des altitudes allant jusqu’à 1 500 mètres. Les plus grands peuplements couvrent les versants méridionaux du Haut Atlas et septentrionaux de l’Anti-Atlas, c'est-à-dire une grande partie du bassin de Souss.

Figure 1. Aire de répartition de l’Arganeraie

Figure 1. Aire de répartition de l’Arganeraie

Source : Haut Commissariat des Eaux et Forêts, Maroc 2008

5La forêt d'arganiers assure des fonctions et des usages multiples pour les populations locales dont les activités socio-économiques sont fortement liées aux divers produits qu’elle procure. Ainsi, l'arganier offre des possibilités économiques diversifiées à travers différentes filières émergentes (huile d'argan, écotourisme, produits du terroir......), susceptibles de contribuer efficacement au développement socio-économique de la région du Souss-Massa-Drâa, l’une des régions les plus dynamiques du Maroc.

6Cependant, cet écosystème, à la lisière du désert, subit de nombreuses pressions. En effet, à la dégradation du milieu liée au climat (sécheresses, érosion) s’ajoutent les effets d’une urbanisation rapide et du développement de secteurs économiques qui ont des grands besoins en ressources naturelles. La surexploitation de ces ressources contribue à accentuer le dysfonctionnement des mécanismes physiologiques, biologiques et socio-économiques propres à l’Arganeraie. Conscientes de la nécessité de conserver cet équilibre pour la durabilité de secteurs économiques considérés comme des piliers de la richesse nationale, les autorités tentent de mener des actions de préservation et de développement du « système arganier ». Cette préoccupation coïncide avec les recommandations internationales dans le domaine de la conservation de la biodiversité.

7Qu’est-ce c’est que l’Arganeraie ? Quelles fonctions assume-t-elle dans la Réserve de Biosphère ? Y a-t-il une possibilité de concilier les objectifs économiques et la conservation de la biosphère ? Telles sont les trois questions auxquelles nous tenterons de répondre pour examiner l’expérience marocaine de préservation de la Réserve de Biosphère.

1. L’Arganeraie : un endémisme naturel et culturel

1.1. La géo-écologie de l’arganier

  • 4 Parmi les documents consultés on a pu repérer Ibn Albeitar au Xème siècle, El Bekri au XIème, Al Id (...)

8Argania Spinosa est un arbre mythique et unique qui a suscité l’attention de nombreux voyageurs, chroniqueurs et chercheurs. Depuis le Xème siècle (et jusqu’à nos jours), cet arbre a éveillé la curiosité et fait l’objet de fines descriptions physionomiques, d’études propres aux modalités de son exploitation et portant sur l’analyse des vertus de ses fruits4. L’arganier serait le dernier survivant de la famille tropicale des sapotacées, espèce qui s’est répandue au Maroc à l’ère tertiaire à la faveur d’un climat chaud et tempéré, ce qui lui a valu et vaut encore le nom d’arbre relique. Selon les travaux de Peltier (1982), l’Arganeraie s’étend sur plusieurs unités et étages bioclimatiques : du semi-aride frais aux zones tempérées du sud (plaine du Souss) en passant par les zones sub-humides dans la montagne du Haut Atlas. Dans ces zones, la pluviométrie se caractérise par une grande variabilité annuelle et interannuelle. La moyenne annuelle calculée sur plus de soixante ans est de 430 mm. La station météorologique d’Agadir enregistre des années sèches (0 mm en 1945, 1975, 1983 et 1990) et des années pluviométriques exceptionnelles (plus de 200 mm en 1996). L’ouverture du bassin du Souss sur les influences océaniques assure l’humidité nécessaire au développement de l’arganier et les plus belles forêts d’argan (par leurs densité, feuillage et hauteur) se situent sur le littoral entre Agadir et Essaouira. Dans les montagnes du Haut Atlas, les quantités de pluies sont beaucoup plus importantes (entre 200 et 900 mm). La neige des sommets joue un rôle important dans l’alimentation des nappes et régularise les eaux en prolongeant la période de ruissellement. Ici aussi on rencontre de très belles formations d’argan. Sur l’anti-Atlas et surtout sur les versants ouverts sur le Sahara, la faible pluviométrie conjuguée à une structure géologique de roches anciennes réduit l’Arganeraie à quelques taches clairsemées.

9Quant aux données thermiques, la lecture des relevés disponibles entre les années 1960 et la fin des années 1990 montre que la moyenne annuelle des stations de la région est de l’ordre de 19.7°C. La température la plus basse enregistrée en janvier varie entre 10° et 15°C. La moyenne du mois le plus chaud (août) varie entre 25° et 34°. La température minimale enregistrée dans le Haut Atlas était de 3° et 7° dans la plaine ouverte aux influences océaniques et la maximale a pu atteindre 50° à Taroudant à 65 kilomètres du littoral.

10Bien que l’arganier pousse sur la majorité des sols, d’autres facteurs entrent en jeu pour expliquer l’opposition entre les zones qui ont une végétation clairsemée et des sols squelettiques et celles dotées d’une végétation plus dense et de sols profonds. Selon Aziki (2002), une végétation plus dense a jadis existé et la dégradation actuelle est le résultat d’une action anthropique très précoce amplifiée par les nouvelles formes d’utilisation de l’espace.

1.2. L’emprise humaine sur l’Arganeraie

  • 5 L’une des grandes faiblesses de la politique et de la gestion de la réserve est le manque de donnée (...)

11Il n’est pas sans intérêt de s’interroger sur les revenus globaux de la région où se trouve l’Arganeraie pour comprendre les enjeux engendrés par cette espèce et les produits régionaux. Mais les données disponibles sont dispersées sur plusieurs provinces et régions économiques. Ce qui rend leur exploitation quelque peu difficile. Les chiffres reproduits ici sont ainsi des ordres de grandeur et ne sont donnés qu’à titre indicatif5. La région de Souss-Massa-Draa où se trouvent 80% de l’Arganeraie demeure pourtant l’une des régions les plus dynamiques au Maroc.

12La région de Souss-Massa-Draa est constituée de trois grandes unités géographiques. Le bassin du Souss constitue le cœur battant de la région et représente la première région agricole et touristique du pays. Le bassin de Massa avec ses aménagements hydroagricoles constitue la capitale des primeurs destinés à l’exportation. Le bassin du Draa est la région des oasis et des palmeraies présahariennes connues pour ses cultures rares et à grande valeur commerciale (Henné, Safran, roses). Les vastes étendues désertiques du Draa constituent la zone d’une civilisation pastorale la mieux établie au Maroc. Les vallées du Draa sont aussi des bassins de plusieurs civilisations qui ont donné lieu à une architecture en terre remarquable. Ces caractéristiques ont fait de Draa la destination du tourisme du désert et la capitale du cinéma.

13Selon le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) de 2004, cette région occupe 10% du territoire national et est habitée par 3,2 millions d’habitants soit également 10% de la population nationale. Les deux tiers de cette population vivent dans l’Arganeraie. Selon les statistiques du Haut Commissariat au Plan (2004), l’économie régionale est fondée sur quatre secteurs économiques clés qui drainent 34 milliards de dirhams (soit un peu plus de 3 milliards d’euros), comme produit intérieur brut : le tourisme qui représente 41% des revenus, l’agriculture 13%, l’industrie 6%, la pêche 6%, le dernier tiers est partagé entre l’artisanat, le secteur minier et l’industrie cinématographique. Les neuf dixièmes de ces activités sont en relations directement ou indirectement avec l’Arganeraie ; ces enjeux économiques expliquent les pressions croissantes que subit la forêt de l’arganier.

1.2.1. La civilisation traditionnelle de l’Arganeraie

14L’arganier conditionne la vie de nombreuses communautés rurales du sud-ouest marocain qui ont lié une relation intime avec cet arbre. Cette relation peut même être qualifiée d’organique et explique le système agraire mis en place. En effet, depuis des temps immémoriaux, des générations de paysans ont pu tirer profit de l’arganier à travers plusieurs formes d’exploitation : le bois, dur et résistant, sert dans la construction et la fabrication d’outils, alimente le chauffage et est transformé en charbon utilisé pour la cuisson, les feuilles nourrissent de grands troupeaux essentiellement caprins, l’huile tirée des amandes est une denrée alimentaire de base sans compter son exploitation dans les produits cosmétiques et médicaux.

15Espèce fruitière-forestière, l’arganier sert à de multiples utilisations. Il est considéré comme un Don de Dieu et est représenté dans les populations comme le père de tous. (Emberger, 1938). Cet arbre est considéré aussi comme un Satan qui est à l’origine de conflits d’usages. Cet arbre mythique et sacré développe autour de lui un ensemble de rituels annuels ou saisonniers dit horoms (sacres) qui se pratiquent sous différentes formes en fonction de la diversité des communautés mais qui mettent tous en évidence sa dimension magique.

16Pour protéger cet arbre providentiel, les communautés usagères ont mis en place des codes d’exploitation garantis par la coutume et parfois des règles écrites sur des planches (louhs en berbère), interdisant et sanctionnant par une amende les coupes non justifiées ou entreprises sans l’accord de l’assemblée locale. Une des caractéristiques de la civilisation des Berbères de l’Arganeraie est que toutes les communautés qui vivent dans la forêt disposent d’un droit coutumier. Lorsque les droits sont écrits, les manuscrits sont jalousement gardés dans un grenier collectif (agadir) : par sa forme et sa fonction, l’agadir est une sorte de banque fortifiée où sont gardés tous les biens de la communauté.

17Aujourd’hui, l’importance de ce patrimoine réside dans le fait qu’il procure 7 560 000 journées de travail familial par an et ce pour la seule opération d’extraction d’huile. Si l’on ajoute le travail du charbonnage de l’arbre et les travaux agraires liés à l’Arganeraie, le nombre de journée de travail serait amené une dizaine de millions. (Aziki, 2002 ; M’Hirit, 1998 ; El Ottmani, 1986). Considéré comme un pâturage « aérien » ou « suspendu », l’arganier assure le fourrage pour deux millions de ruminants. Il est très difficile d’apporter des chiffres exacts sur le rendement de l’Arganeraie dans son ensemble. Mais les secteurs qui ont fait l’objet de plusieurs recherches nous donnent des indices. Dans le secteur d’Admin, la plus belle forêt d’arganiers, le volume moyen pondéré est estimé 28,22 stères par hectare et par an. Selon Rahala (1989), les rendements varient selon les forêts en fonction de leur densité et du nombre des populations qui les exploitent. Et alors que ce rendement atteint 18 stères/ha/an dans le Haut Atlas, il est de 27stères/ha/an à Ighrem dans l’Anti-Atlas.

18La corvée de bois comme la majorité des autres activités liées à l’arganier relève de tâches dévolues aux femmes qui parcourent des distances considérables (une dizaine de kilomètres à pieds par jour) en fonction de la disponibilité du bois et des réglementations de la communauté. En plus de sa fonction comme arbre forestier, l’arganier est aussi un arbre fruitier. Son amande constitue l’élément providentiel de l’arbre. Ce fruit est composé d’une pulpe charnue et d’un noyau très dur renfermant la graine oléagineuse. C’est à partir de cette amande que l’on extrait la précieuse huile d’argan qui fait la renommée de toute l’Arganeraie voire du Maroc.

19Les rendements en fruits de cet arbre varient selon plusieurs facteurs : la pluviométrie, l’âge de l’arbre, la densité du peuplement et le milieu (sol, climat et orographie). Les documents que nous avons pu consulter avancent des chiffres qui varient selon la mesure, la période et la zone. En 1945, on estimait le rendement à 1 tonne/ha/an en fruits secs. En 1989, les services des Eaux et Forêts évaluaient ce rendement à 350 kg/ha/an en fruits dans quelques circonscriptions forestières. En 2002, Aziki, quant à lui, avance que la production moyenne de l’arbre se situe entre 4 kg et 10 kg par arbre et par an. Il estime la production à 300 kg/ha/an en fruits secs (affiach). En se référant à d’autres travaux, le même auteur apporte 450 kg/ha/an, ce qui fait 370.000 tonnes pour toute l’Arganeraie.

  • 6 Sachant que l’arganier est un arbre pastoral, les chèvres mangent les feuilles tendres de l’arbre m (...)

20Quelle que soit la production, le fruit de l’arganier donne lieu à un ensemble de pratiques agraires allant du gaulage à l’extraction de l’huile. Entre juin et août les fruits sont mûrs et les cueillettes commencent dans chaque zone selon des pratiques communautaires précises  qui fixent la date d’ouverture de la cueillette, délimitent les zones collectives, les zones privées et celles à protéger des animaux6. Après le ramassage des fruits, les familles procèdent au dépulpage et au stockage des amandes. Pour obtenir l’huile, les amandes subissent plusieurs opérations : le dépulpage, le concassage, la torréfaction à feu doux dans des plats en terre, suivie d’un écrasement dans une meule, puis du malaxage de la pâte obtenue avec une très faible quantité d’eau tiède et enfin le pressage de la pâte pour obtenir l’huile d’argan. Ces tâches traditionnelles sont l’apanage des femmes qui doivent travailler huit à dix heures par jour pour obtenir un peu plus d’un litre d’huile.

  • 7 Il faut signaler que les prix de l’huile d’argan varient en fonction de plusieurs facteurs : la dem (...)

21L’huile d’argan constitue une source de revenu durable pour les ruraux de l’Arganeraie. Selon Nouaim (2005), la production annuelle de l’huile d’argane varie entre 2 500 et 4 000 tonnes, soit entre 2,5 millions et 4 millions de litres. Le prix de cette huile varie entre 50 et 80 dirhams le litre, soit à peu près entre 4.5 et 7 euros7 selon les cours d’échange. Si on considère le prix moyen d’un litre extrait par les techniques traditionnelles à 6 euros pour une production moyenne annuelle de 3 millions de litres, les revenus de cette huile, de l’ordre de 18 millions d’euros, sont considérables pour l’économie régionale.

22Sous l’ombre de l’arganier se développe également une agriculture extensive bien adaptée à cet écosystème. C’est une agriculture familiale qui se pratique sous deux formes : une agriculture pluviale (bour) sur les versants ou sur des terrains collectifs où l’on cultive souvent de l’orge. Il s’agit d’une agriculture légère bien adaptée aux conditions écologiques assurées par l’arbre (ombre, humus et fixation du sol). L’agriculture irriguée, quant à elle, se pratique dans les vallées où l’eau peut favoriser une activité plus intensive et pérenne (céréales, légumes, arbres fruitiers et parfois luzerne comme fourrage).

23L’arganier constitue aussi, pour ses qualités fourragères et sa forme tabulaire un espace pastorale recherché par les caprins. Si l’année est humide, le sous-bois produit aussi une multitude d’herbes fourragères broutées par les troupeaux transhumants et exploitées selon une organisation socio-territoriale particulière. Cette activité mobile (transhumance) est une formidable adaptation aux conditions écologiques de l’Arganeraie caractérisée par un compartimentage en zones agro-écologiques. L’Arganeraie est un écosystème d’une grande tolérance biologique qui favorise aussi le développement de l’apiculture, l’une des caractéristiques de la région. En plus de la production de miel pour leur propre consommation, les populations rurales berbères du Souss sont réputées pour la production de miels destinés aux secteurs cosmétiques et médicaux. A titre indicatif, le miel d’euphorbe coûte plus de cinquante euros le kilogramme.

24L’arganier constitue le pilier fondamental autour duquel s’articulent toutes les composantes du système y compris les structures et les pratiques sociales qui résultent des différentes phases de son exploitation. L’Arganeraie ne doit pas seulement sa réputation à ses arbres mais aussi à la civilisation agraire qu’elle a suscitée, résultat d’un long processus d’adaptation. Ce sont ces caractéristiques qui ont lui valu le Label du patrimoine mondial de l’UNESCO et justifient la création de la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie (R.B.A.).

1.2.2. Les formes d’emprise actuelle : des pressions continues sur un écosystème fragile

25Malgré ses ressources fragiles et limitées, l'Arganeraie a toujours subi des pressions. Mais depuis le début du vingtième siècle elle doit supporter une surcharge démographique et une impérieuse activité économique promise à une continuelle extension. La plaine de Souss, « l’Eldorado » marocain, ouvre chaque jour des fronts d’expansion pour la production sous serres (maraîchage) et pour l’agrumiculture. Dans une zone où l’eau est rare, cette activité ne peut satisfaire ses besoins énormes en eau qu’en puisant dans les nappes. La profondeur des puits dans certaines zones atteint plus de 400 mètres. La surexploitation de l’eau provoque fatalement la vidange des nappes.

26La volonté de reconstruire rapidement la ville après le séisme a fait d’Agadir (la capitale de l’Arganeraie) le pôle d’attraction d’une population nombreuse. Cette pression se traduit par la recherche de nouveaux terrains destinés aux équipements nécessaires à cette région qui connaît une croissance vertigineuse (agrobusiness, tourisme de masse, industrie, urbanisation). La seule construction de l’aéroport international d’Agadir et la voie le reliant à la ville d’Agadir sont des opérations qui ont nécessité le défrichement de plus 1000 hectares au détriment des plus beaux massifs forestiers d’arganier d’Admin et de Mseguina.

27L’attraction de la ville d’Agadir et de toute la plaine du Souss a créé un système urbain d’autant plus dense que rapidement mis en place dans l’urgence. L’expansion de la ville d’Agadir et ses centres satellites forment aujourd’hui un complexe urbain sur le littoral allant de Taghazout au Nord jusqu’à Aït Melloul au Sud. Au cœur de l’Arganeraie, la ville de Taroudant est un deuxième pôle urbain à partir duquel se développe une urbanisation anarchique et sauvage sur des superficies entières de l’Arganeraie (comme Sebt El Guerdan, Amsagroud, Aït Iaazza, Ouled Berhil…).

28Si la première vague de constructions dans la zone touristique, aujourd’hui saturée, se caractérise par des établissements relativement en hauteur, les nouvelles formes d’investissement (provenant des pétrodollars) s’étalent horizontalement au détriment de l’Arganeraie (entre Anza et Taghazout). Les investissements dans le tourisme rural, dans l’état actuel des choses, n’ont rien à voir avec un tourisme respectueux de l’environnement, privilégiant l’architecture locale, les savoir-faire locaux, les produits du terroir. Ce n’est qu’une variante du tourisme de masse implantée dans un espace rural, dans le prolongement d’un littoral saturé.

29Les conséquences de ces dynamiques économiques et de l’extension urbaine sont nombreuses et diverses sur les écosystèmes. Deux catégories de facteurs perturbateurs peuvent être identifiées : des facteurs directs liés à des actions de défrichement et des facteurs accentuant le recul du couvert végétal.

30La plaine du Souss, qui est une sorte d’éponge qui régularise les apports en eau, est surexploitée par un pompage sauvage qui menace sa fonction stratégique. La nappe du Souss n’est pas seulement vide mais elle est aussi envahie par les infiltrations d’eau salée du front marin. Les exploitations agricoles vivrières sont sérieusement menacées et les trois millions d’habitants de l’Arganeraie manquent d’eau potable. Les autorités locales parlent désormais d’une situation de véritable crise et multiplier les moyens permettant d’acheminer l’eau sur de longues distances.

31L’agrobusiness qui se déplace vers l’amont de la plaine, où les ressources en eau sont encore « disponibles » est un des responsables de cette situation. L’urbanisation, le tourisme, l’agriculture et l’industrie agroalimentaire sont de grands consommateurs d’eau mais aussi de grands producteurs d’eaux usées. Ces eaux sont versées directement dans la nature ou dans des puits perdus dans les villes de la plaine. Malgré quelques efforts d’épuration, la majorité des eaux urbaines et industrielles de la zone côtière sont directement versées dans la mer.

32Face à ces problématiques, beaucoup d’initiatives et de nombreux acteurs sont venus proposer des solutions à ce déséquilibre. Mais ces actions ne sont pas intégrées dans un cadre de prévention ou d’intervention global et concerté (Ouhajou, 2007). Le projet de la Réserve de Biosphère se propose de mettre à la disposition des acteurs une connaissance de l’état de l’environnement et le cadre d’un développement harmonieux.

2. La Réserve de Biosphère de l’Arganeraie : une perspective d’une réhabilitation

2.1. Le contexte de la création de la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie

33Quoique sommaire, l’analyse précédente de l’emprise anthropique sur l’Arganeraie montre que les formes d’exploitation des ressources naturelles dans le milieu arganier ne cessent d’augmenter les risques écologiques.

34Comme on le sait, l’origine du concept de « Réserve de Biosphère » remonte à 1968 lors du lancement du programme de recherche internationale interdisciplinaire par l’UNESCO. Plusieurs congrès sur les problématiques de l’environnement et du développement durable ont été organisés depuis, sous le patronage de l’ONU. Lors du débat international sur le devenir des forêts à Rio en 1992, un appel fut lancé aux gouvernements, aux ONG et aux exploitants directs pour réfléchir et faire face aux problèmes écologiques au niveau mondial et local dans le contexte d’un développement durable. Sans revenir sur tous les congrès organisés sous l’égide des Nations Unies et les résolutions adoptées par les participants lors de ce congrès, on soulignera que les questions forestières ont suscité des débats qui témoignent de l’intérêt privilégié accordé à ce secteur. Si le débat sur les questions forestières et le développement durable a été conduit par les pays du Nord, les pays en voie de développement ont réagi contre la position d’accusés dans laquelle ils ont été placés. Cette situation a abouti, lors de la conférence de Rio, à un compromis politique ménageant les points de vue des pays Nord et ceux du Sud en insistant sur la nécessaire solidarité internationale en matière de financement du développement.

35Tous les écosystèmes forestiers du Maroc connaissent une dégradation inquiétante due à la pression démographique, au surpâturage et à l’urbanisation, aggravée par les conditions climatiques qu’a connues le pays durant ces dernières décennies. Le classement de l’Arganeraie en « Réserve de Biosphère ».par l’UNESCO (en 1998) consacre la reconnaissance de la richesse de son patrimoine (qui est aussi sérieusement menacé). A la différence des classements du type parc naturel ou parc national, la Réserve de Biosphère n’exclut pas les activités humaines ; son objet est de concilier les fonctions économiques, écologiques et sociales dans un esprit de solidarité et d’équité profitables aux différents acteurs du milieu.

2.2. Quelles fonctions pour la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie ?

36De la définition même de la M.A.B (1987) et des recommandations de l’UNESCO à travers les congrès organisés sur les questions des Réserves de Biosphère, nous pouvons déduire les préoccupations et les objectifs poursuivis par ce statut particulier. La Réserve est un outil d’aménagement visant des objectifs appropriés.

  • 8 Comme on pourra le constater l’arganeraie fait l’objet d’un compartimentage d’espaces protégés qui (...)

37Tout d’abord, la vocation principale d’une Réserve de Biosphère est d’aboutir à la conservation durable de tout un écosystème ou d’une unité biogéographique représentative. Pour maintenir la durabilité, ou du moins, la continuité des processus et des mécanismes de l’évolution naturelle ou semi-naturelle de l’écosystème, il faut veiller à maintenir la diversité génétique des espèces. L’Arganeraie, avec toutes ses complexités naturelles et humaines, s’étend sur plusieurs unités biogéographiques (montagnes, plaines, zones humides et zones sèches). Pour maîtriser les objectifs et la méthode de travail, les gestionnaires et leurs partenaires ont décidé de partager cet écosystème en 26  Sites à Intérêt Biologique et Ecologique (S.I.B.E). Cette répartition propre à la R.B de l’Arganeraie repose sur la richesse et la biodiversité de ces unités. Les zones continentales comptent douze S.I.B.E. et le littoral atlantique en compte quatorze dont un parc naturel8. Bien que le littoral soit étroit par rapport à la partie continentale de la réserve, ses ressources sont de loin plus convoitées (entre tourisme, industrie, urbanisme, pêche).

38Ensuite la conservation, la mise en valeur et la régénération des ressources naturelles dans la Réserve renvoient à ce qu’on appelle le développement durable, qui implique l’utilisation rationnelle des ressources renouvelables, la préservation des traditions culturelles et sociales ainsi que l’équité entre toutes les régions. Ceci ne peut se réaliser sans une participation directe et soutenue de la population locale, sans le respect et l’utilisation des savoirs faire locaux, et une valorisation des compétences traditionnelles des populations locales. L’Etat, représenté par ses différents services, doit soutenir les efforts locaux en engageant toute la logistique dont il dispose dans une région : Ministère de l’habitat et de l’aménagement, Eaux et forêts, Ministère de l’agriculture, autorités hydrauliques, Ministère du tourisme, Ministère de la culture et collectivités locales…

Figure 2. Forme d’organisation et de gestion de la Réserve de la Biosphère de l’Arganeraie

Figure 2. Forme d’organisation et de gestion de la Réserve de la Biosphère de l’Arganeraie

Source : Réseau d’Associations de la Réserve de la Biosphère de l’Arganeraie (RARBA), 2006

39Pour structurer et équilibrer ces fonctions, les responsables ont procédé au zonage de la réserve en plusieurs unités interdépendantes (cf. figure 2) :

  • Des aires centrales qui constituent par leur biodiversité les zones représentatives de la Réserve. Ces zones, strictement protégées, se situent à l’intérieur de zones tampons. Ici, seules les activités de recherche, d’observation et de surveillance sont acceptées.

  • Des zones tampons, beaucoup plus étendues que les précédentes, qui constituent en quelque sorte un « périmètre de sécurité » devant réduire au maximum toutes influences anthropiques susceptibles de compromettre la fonction écologique des aires centrales

  • Des zones de transition qui couvrent un plus vaste espace et tolèrent toutes les activités tout en remplissant une mission de conserver l’héritage biologique pour le transmettre aux générations futures.

40Le cadre étant posé, il s’agit désormais de s’interroger sur les actions concrètes entreprises dans le cadre la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie pour conserver la biodiversité. Qu’en est- il de l’investissement des populations en termes de savoirs faires locaux ? Comment évaluer l’apport des compétences nationales et régionales dans cette entreprise participative ? Peut-on sacrifier l’agrobusiness qui représente 30% des exportations agricoles du pays en limitant sa consommation d’eau? Peut-on substituer au tourisme balnéaire un écotourisme « clément pour les ressources » ? Comment protéger les ressources devant un urbanisme tout terrain (envahissant) dans la région ?

3. Acteurs et actions de développement de la réserve

41La conservation et le développement d’une Réserve de Biosphère sont l’affaire de tous. Tous les acteurs doivent être impliqués dans le processus de mise en œuvre des mesures et des pratiques d’utilisation durable des ressources naturelles. Mais cette conjonction des efforts diffère d’une société à l’autre. Les réserves des pays développés bénéficient d’importants moyens et de l’évolution des structures qui les gèrent (financement, recherche, société civiles, partenaires économiques…) alors que dans les pays en voie de développement les réserves ne peuvent compter, presque à tous les niveaux, que sur l’assistanat des pays riches (financement, recherche, logistiques, encadrement….). A partir de l’expérience de l’Arganeraie marocaine, nous tentons de mettre en lumière les jeux de ces contradictions et les modalités de fonctionnement de la Réserve.

3.1. Participation des populations locales et l’appel aux savoirs faire locaux

42Tout d’abord rappelons que l’Arganeraie est l’une des formations forestières les plus peuplées au Maroc, dans laquelle une civilisation agraire qui remonte à des temps immémoriaux a créé une relation organique avec l’arganier. Les communautés locales ont mis et mettent encore, d’une certaine manière, en œuvre des règles coutumières pour respecter et « obéir » à cet arbre qui est le père de tous. Avec des structures socio-écologiques particulières, elles ont su utiliser, au maximum de leurs moyens, les ressources de l’Arganeraie.

  • 9 Dans le Haut et l’Anti-Atlas les droits coutumiers vont jusqu’à interdire de brûler (pour la cuisso (...)

43L’agdal est un ensemble de règles qui consistent à fermer et à ouvrir des zones précises selon un calendrier concerté ou selon les conditions propres aux terroirs de l’Arganeraie. La personne qui viole ces règles est sanctionnée par la communauté (jmâa). Si les conditions naturelles profitent à l’arganier, les pâturages peuvent être utilisés selon des rythmes conformes aux dispositions communautaires. Lorsque l’année est mauvaise, les pâturages sont totalement fermés. Dans les cas extrêmes de sècheresse, on procède à une vente massive du troupeau pour réduire au minimum la charge sur l’Arganeraie et préserver l’équilibre nécessaire entre l’élevage et la protection de l’Arganeraie. Les coupes de bois pour des besoins domestiques (cuisson, chauffage ou construction) sont également soumises aux contrôles de la communauté. Toute amputation même d’une branche sèche de l’arganier ne peut être admise qu’à l’unanimité de l’assemblée villageoise9. Pour les bois de construction, c’est cette assemblée qui désigne les arbres à couper. Chaque ressource vitale (l’eau, pâturages et foncier par exemple) est régie par un arsenal de dispositions coutumières adaptées.

44Quand la forêt est devenue le domaine de l’Etat et qu’elle est passée sous la surveillance des agents des Eaux et Forêts, son utilisation a été sanctionnée par une réglementation « étrangère » aux assemblées communautaires. Une rupture dans l’écosystème est alors apparue et a provoqué des réactions agressives envers l’Arganeraie. La pénalisation par les nouveaux gardes forestiers et les nouvelles dispositions juridiques des communautés qui ont su protéger l’arganier parce qu’il est « une providence de Dieu », objet de rituels ancestraux, n’ont pas été admises et donnent lieu à des « revanches » qui atteignent des limites inquiétantes dues aux réactions agressives des populations locales envers l’arganier. Les populations locales exclues de la gestion de l’Arganeraie, où elles survivent, développent des pratiques incontrôlables d’exploitation maximale de cet arbre qui ne leur appartient plus. Ce constat montre l’échec des stratégies de croissance perçues comme indicateurs du développement  et marque les limites des efforts (techniques, matériels et financiers) consentis par les gestionnaires de l’Etat. En effet, l’esprit techniciste des agents de l’Etat, et la brutalité de leurs décisions sans avoir recours aux principes des gestions communautaires, aux répréhensions et aux formes d’appréciations des villageois, fait que les efforts de l’Etat sont souvent des impacts très limités.

45Aujourd’hui, on fait de l’homme le moyen et la finalité du développement, et les « experts » veulent impliquer cet acteur/cible dans les processus de conservation et de valorisation de ses ressources. La Réserve de Biosphère de l’Arganeraie comme espace socio-écologique est un espace « idéal » pour mobiliser les populations autour de leurs ressources et les motiver à réaliser leur auto-développement. C’est ce qu’on appelle la participation.

  • 10 Achat des motopompes de préférence à l’utilisation des canaux d’irrigation collectifs, développemen (...)

46Or, faire appel aux populations locales et leur savoir-faire n’est plus possible parce qu’elles ont acquis d’autres comportements incompatibles avec les attentes des gérants de la Réserve de Biosphère. En effet, l’ouverture des communautés sur le monde extérieur (par le biais de l’émigration, de l’école, des médias et du tourisme) a engendré des comportements plus individualistes vis-à-vis des ressources condamnant la gestion collective traditionnelle à tomber en désuétude10.

47Une nouvelle élite est née de ces mutations et c’est elle qu’il faut sensibiliser dans les communautés pour mettre en œuvre les objectifs de la Réserve de Biosphère. Ces nouveaux notables, qui ont pris la place de l’assemblée traditionnelle, jouent un rôle important comme facilitateurs d’une présentation du concept de Réserve. En effet, ils ont les moyens d’accueillir les équipes qui vont exposer les objectifs et la philosophie du développement durable, initier à l’approche participative et aux diverses méthodes « venues d’ailleurs ».

  • 11 Le Recensement National de la Population de 2004 montre que malgré les efforts de scolarisation, le (...)

48Le problème qui se pose en effet réside dans le très bas niveau d’instruction des populations cibles. Tous les recensements montrent que le taux d’analphabétisme dans l’espace rural en général, et dans les montagnes en particulier, est élevé, notamment chez les femmes11 qui assurent le majorité des travaux ménagers et vivent dans un état de pauvreté inquiétant. Comment exposer à une personne qui n’a jamais été à l’école « la méthode méta plan » ou celle des « figurines » parlant de l’approche participatives conçues par des techniciens étrangers ? C’est l’une des contraintes du développement durable dans cette région.

49Toutefois, initié par les élites instruites, originaires des zones en question, un mouvement associatif émerge. Les associations ainsi créées sont des structures importantes dans la perception et le processus de mise en place du concept de Réserve de Biosphère. Elles sont animées par des intellectuels attachés au pays (tamazirt) et sont des acteurs crédibles qui peuvent cependant entrer en conflit avec les assemblées traditionnelles. La conciliation entre ces deux formes d’organisation et d’intervention s’avère en tous cas nécessaire. Pour donner à chacun sa place dans cette démarche participative, les experts de la Réserve de Biosphère ont crée d’autres structures, compatibles avec les profils des structures traditionnelles : les associations des utilisateurs de l’eau agricole (AUAE), les associations de réhabilitation de la biodiversité par la transhumance, les associations de gestion des terres collectives sont des cadres où les communautés villageoises traditionnelles qui peuvent s’exprimer et valoriser les savoir-faire locaux auprès des experts.

50En somme, le mouvement associatif a proliféré dans toute la zone car les projets conçus dans l’Arganeraie ne peuvent voir le jour sans le concours des associations. Dans chaque village, chaque association affiche ses préoccupations même dans le nom qu’elle porte (Association du village X pour la protection de l’arganier, association du village Y pour la culture et le développement, association du village Z pour le développement durable, etc.). Pour concentrer les efforts de réflexion et d’action sur l’Arganeraie, les experts, les autorités locales ont pensé fédérer toutes les associations dans le Réseau des Associations de la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie (RARBA). Cette fédération devrait permettre aux experts et aux gestionnaires de réfléchir globalement sur les problèmes, les potentialités, les opportunités et les attentes des populations mais sans négliger toutefois les problématiques locales (réfléchir globalement et agir localement). C’est ainsi que les associations ont réalisé en partenariat avec plusieurs ONG internationales (GTZ allemande, USAID, JICA japonaise, CARRITAS espagnole…) des projets conséquents. Le recours aux savoir-faire locaux, sous toutes leurs formes, et la forte cohésion sociale des communautés berbères de l’Arganeraie, a permis de réaliser un diagnostic des ressources à conserver et des actions à mener. Parmi les actions proposées et défendues par l’ensemble des intervenants dans l’Arganeraie, on note en priorité la mise en valeur de l’arganier et la création d’une appellation d’origine.

Figure 3. Répartition géographique des associations et coopérative dans la RBA

Figure 3. Répartition géographique des associations et coopérative dans la RBA

Source : Réseau d’Associations de la Réserve de la Biosphère de l’Arganeraie (RARBA), 2006

3.2. Les coopératives  et la mise en valeur des ressources de l’Arganeraie

51Chaque unité biogéographique de l’Arganeraie possède au moins une ressource qui peut être valorisée tout en dégageant des emplois et des revenus. Les femmes ayant les relations les plus étroites avec les ressources, les responsables ont procédé à l’approche-genre.

52L’arganier et ses fruits ont donné naissance à plusieurs coopératives féminines encadrées par les associations et les services de l’Etat et fonctionnant dans un système local. Toute femme qui le désire peut être membre de la coopérative. En plus de l’objectif économique, la coopérative avec le concours d’autres partenaires, bénéficie selon les motivations des adhérentes de cours d’alphabétisation, de sensibilisation en matière d’hygiène, de contraception et d’autres formations qui peuvent améliorer leur niveau de vie (tissage, élevage de poulets, de lapins, de chèvre ou d’abeilles...).

53Parmi les autres ressources forestières de la Réserve qui sont valorisées, on cite le cactus (figues de barbarie) qui est une espèce adaptée à la sécheresse et dont les vertus n’ont rien à envier à celles de l’arganier. Dans le cactus rien ne se perd. Les feuilles et la pulpe du fruit séchée sont utilisées comme fourrage. Le fruit est mangé frais ou sec. Le cactus est aussi un pâturage d’une grande valeur pour les abeilles et donne un miel de bonne qualité et grande valeur marchande (un kilogramme coûte environ de cinquante euros en 2007). Ce cactus a fait l’objet de plusieurs études scientifiques et socio-économiques qui s’accordent à en faire un élément de l’auto-développement des groupes cibles. Une coopérative s’est créée pour mettre en conserve les feuilles du cactus (comme des cornichons) ou en faire des confitures. Ceci lui donne une place dans les plats locaux et surtout étrangers. La mise en conserve du fruit est aussi une nouveauté dans l’utilisation des figues. Alors que les figues séchées, ne sont consommées que localement, les figues en conserve sont exportées à l’étranger. Mais la révolution réalisée dans ce domaine est l’extraction de l’huile de cactus à partir de ses pépins. Cette huile, dont le litre coûte environ mille euros, est exportée à l’étranger pour l’industrie pharmaceutique et cosmétique. On peut multiplier les exemples de coopératives constituées autour d’autres arbres ou espèces qui poussent dans l’Arganeraie (les coopératives de transformation de l’olivier, de l’amandier et du safran…).

54Charrof, l’un des initiateurs du mouvement coopératif de l’arganier, souligne que « le chiffre d’affaire des coopératives fondées qui était presque nul en 1997 est passé de 6 millions de dirhams (environ 546 000 euros) en 2004 à 8 millions de dirhams (environs 727 000 euros) en 2005 » (Charrof, 2007 : 8). Les performances qui ont permis à l’huile d’argan d’acquérir une reconnaissance sur les marchés internationaux ont incité les gérants à se constituer en un Groupe d’Intérêt Economique (GIE). Sa mission, selon Charrof, est d’aider les coopératives à commercialiser leurs produits selon les valeurs de ce qu’on appelle le « commerce équitable ». En effet, ce GIE de l’huile d’argane a huit partenaires européens engagés dans le commerce dit équitable.

  • 12 Rappelons que dans la société rurale de l’Arganeraie, la femme travaille beaucoup dans l’exploitati (...)

55En général, les coopératives féminines ont valorisé le travail de la femme, notamment pour la production et la commercialisation. Grâce à ces coopératives, l’argane vendu sous le label biologique alimente les rayons des magasins, même à l’étranger. La mise en bouteille, l’emballage, l’hygiène sont les conditions de la réussite de ce produit. Alors que le prix d’un litre d’huile d’argan extrait selon le mode traditionnel varie entre 4 et 7 euros, celui du produit de la coopérative varie entre 9 et 35 euros (en 2007). Ces revenus procurent deux milles femmes adhérentes un revenu susceptible d’atteindre 5 000 dirhams par an (Nouaim, 2005). Ce revenu est considérable pour des femmes qui menaient jusqu’alors une vie de dépendance totale à l’homme12 ; sorties de leur soumission, elles ont appris à agir et à prendre des décisions librement.

56Même si on ne peu pas généraliser ces réussites à toutes les femmes de l’Arganeraie, leur situation fait l’objet de débats et de discussions, elle crée une mutation dans les rapports hommes/femmes et ville/campagne.
Une approche participative qui ne compte que sur les seuls efforts de la population locale et une diffusion aléatoire ne peut pas atteindre des objectifs de conservation et de valorisation des ressources. La société civile et les coopératives ne peuvent réussir que localement et de façon limitée. L’Arganeraie doit s’inscrire dans une politique globale et régionale d’aménagement du territoire impliquant tous les représentants des ministères et les autorités locales, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

3.3. Vers un « pays d’accueil touristique » dans l’Arganeraie

57Ce titre vient d’être adopté par les autorités publiques marocaines en ce mois de janvier 2009 lors de la signature d’une convention de partenariat relative au développement du tourisme rural dans les « pays d’arganier ». Ce projet vise la mise en valeur touristique de toutes les composantes naturelles et culturelles de l’Arganeraie et des zones avoisinantes. Cette convention/projet signée par toutes les parties qui participent à la gestion territoriale de la région, a également comme préoccupation la sécurité environnementale.

58La ville d’Agadir (capitale de l’Arganeraie) est la première destination touristique du pays. Mais c’est la forme du tourisme balnéaire qui y domine. La concentration des infrastructures dans le littoral d’Agadir engendre des problèmes de gestion urbaine. L’Arganeraie, qui constitue l’arrière-pays de la métropole touristique, peut être un espace de décongestion et de rééquilibrage spatiale et répondre à d’autres types de demande touristique comme l’écotourisme, le tourisme culturel et le tourisme de montagne.

59En plus de la biodiversité déjà évoquée, l’Arganeraie est aussi l’espace d’une civilisation importante. Les vallées et les oasis irriguées sont des musées vivants de pratiques agraires ancestrales. Les fameux greniers collectifs (igoudar) sont le symbole d’une vieille civilisation sédentaire, mais leur réhabilitation est plus que jamais indispensable pour la valorisation de l’Arganeraie. Cela est l’affaire des collectivités locales, du Ministère de la Culture et de la société civile. La valorisation des spécialités culinaires et des produits agricoles comme produits du terroir peuvent être un atout pour ce tourisme. Certes les agences de voyage en collaboration avec des investisseurs locaux proposent ces produits, mais la visite guidée n’est qu’une forme du tourisme de masse et de passage.

60Le développement de ces nouvelles approches touristiques nécessite de vrais programmes d’aménagement. L’Arganeraie doit être prioritaire en termes par exemple d’infrastructures routières -appropriées à la fragilité des sites et à la diversité des écosystèmes- ou de construction de structures d’accueil légères et adaptées. Le développement de la politique des gîtes chez l’habitant peut être un moyen privilégié pour le touriste de découvrir cette civilisation de l’arganier.

Conclusion

61L’importance relative de « la nature » au Maroc remonte à 1925 sous la colonisation française. L’administration française y avait délimité des « régions naturelles » à protéger pour des fins scientifiques, touristiques. La plupart des espaces protégés au Maroc sont hérités de l’époque coloniale, en l’occurrence le parc de Toubkal dans le Haut Altas et celui d’Ifrane ou Tazeka dans le Moyen Atlas. Au fur et à mesure de l’évolution des politiques nationales après l’indépendance, les autorités marocaines ont mis en place des lois de protection de la nature (1983) et délimité des espaces à protéger. Le Maroc a mis en place un réseau d’espaces protégés de 158 unités spatiales avec des statuts spécifiques à chaque type dans le souci de concilier les besoins locaux et les priorités nationales. Ce réseau, administré par le Haut commissariat des Eaux et Forêt, se compose de six Parcs Nationaux dans les forêts (2 millions d’hectares), deux Parcs Naturels (sur une superficie forestière de 120 000 hectares), 19 Réserves Biologiques sur les terres domaniales (67 000 hectares), 127 Sites d’Intérêts Biologiques et Ecologiques (1 million d’hectares), deux Réserves de Biosphère et une troisième en cours et un Géoparc dans le Haut-Atlas.

62Les études sur l’évaluation de ces aires protégées sont presque inexistantes; c’est dans cette perspective qu’il convient d’étudier les défis des politiques de conservation et de développement dans ce type d’espace, à partir de l’exemple de la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie. Dix ans après sa création, la Réserve de l’Arganeraie doit faire l’objet d’une évaluation par l’UNESCO.

63Malgré les efforts menés durant cette dernière décennie, l’Arganeraie continue d’être victime de sa providentialité ; les modes vie des populations se transforment, l’urbanisation y est galopante et les emprises touristiques s’étendent. Les besoins continus et énormes en ressources de l’Arganeraie (sols, fonciers, eau et produits divers) fragilisent cet écosystème chaque jour davantage. Selon Charrof (2007), en moins d’un dix ans, l’Arganeraie a perdu une superficie de l’ordre de 4300 hectares.

  • 13 S’agissant de la politique des aires protégées au Maroc, un responsable de la coopération technique (...)
  • 14 Suite de l’interview, Le Matin, 30 juin 2008.

64A partir de l’analyse de certains aspects du fonctionnement de la Réserve de Biosphère, comme cadre d’un développement harmonieux et conservateur de la biodiversité, il apparaît que dans le contexte marocain, peu de choses ont été faites et que la politique de conciliation entre la croissance économique et le développement de la région qui abrite l’Arganeraie est loin d’être engagée. Comme tous les autres projets, la Réserve est encore prisonnière d’une conception administratives qui privilégie « l’action » sous forme de rapports, de diagnostics et de stratégies à envisager13.Les raisons de cette politique encore timide et hésitante résident dans le fait que « les lois sur les aires protégés ne sont pas encore bien définies sur des bases solides et il y’a un manque d’expérience en matière de la gouvernance des aires protégées »14

  • 15 Le Matin, 28 avril, 2009.

65En ce mois d’avril 2009, le Conseiller du Roi et Président de la fondation Mohamed VI pour la recherche et la sauvegarde de l’arganier a confirmé que « la notoriété croissante de l’arganier, la confirmation scientifique des propriétés médicales, dermatologiques et diététiques nous imposent de la vigilance et la rigueur pour que ces acquis soient optimisés dans un cadre éthique et réglementaire régulé qui assure la pérennité de l’espèce et la qualité des produits qui en sont dérivés »15. Il est impératif de mettre en place une politique des aires protégées, politique qui doit faire des produits de chaque écosystème, des produits d’avenir et n’ont pas des produits reliques ou fossiles traités dans une approches muséologiques. Dans cette perspective, le Pôle d’Excellence Pluridisciplinaire créé en 2009, sur les aires protégées, aura-il les moyens législatifs, financiers et techniques de mettre en place des stratégies de conservation et de développement des aires protégées ?

Planche 1. Paysages classiques de l’Arganeraie

Planche 1. Paysages classiques de l’Arganeraie

Paysages classiques de l’Arganeraie. Cette forêt assure beaucoup de fonctions à la population rurale montagnarde. Elle reste encore à l’abri des convoitises qui la menacent dans la plaine.

Fruit « magiques » de l’arbre mythique de l’Argan. Avec sa couleur jaune, le fruit de l’argan est à la phase de maturité. Ses destinés sont divers : culinaires, cosmétiques, médicales t fourragères.

Dans la montagne comme dans la plaine, l’Arganeraie est aussi un complexe pastoral important dans la vie socio-économique des communautés de l’Arganeraie. Mais on obseerve des indices d’une forêt en péril. Outre le surpâturage, les signes de sécheresses se manifestent dans le sous-bois sec.

Planche 2. Les formes d’emprises sur l’Arganeraie de la plaine du Souss

Planche 2. Les formes d’emprises sur l’Arganeraie de la plaine du Souss

L’aéroport international d’Agadir occupe 800ha au détrimetn de l’Arganraie et les alentours font l’objet d’une appropriation pour de simples cultures pluviales (bour) qui préparent l’arrivée des cultures sous-serres.

Source : André Humbert, CERPA, Nancy 2, 2003

Cette parcelle appropriée dans l’Arganeraie représente une forme de front ouvert par le déplacement de l’agrobusiness vers l’amont, en raison du manque d’eau pour l’irrigation en aval.

Source : André Humbert, CERPA, Nancy 2, 2003

L’Arganerie « se plastifie » sous l’emprise d’un agrobusinness qui a des besoins illimités en ressources naturelles.

Source : André Humbert, CERPA, Nancy 2, 2003

L’Arganeraie reçoit plusieurs miliers de dromadaires venus du Sahara. Ces nouveaux venus n’appartiennent pas aux systèmes pastoraux de l’Arganeraie mais pour des raisons politiques ils sont acceptés par les autorités.

Planche.3. Aspects de la dégradation de l’Arganeraie

Planche.3. Aspects de la dégradation de l’Arganeraie

Confrontée à la sécheresse, la population coupe des arbres.

Les défrichements accélèrent et intensifient les dynamiques érosives

Source : André Humbert, CERPA, Nancy 2, 2003

L’ensablement progresse dans l’Arganerie.

Source : André Humbert, CERPA, Nancy 2, 2003

Haut de page

Bibliographie

Aziki, S., 2002. L’Arganeraie du Sud-Ouest marocain : développement durable et participation dans un système agro sylvo pastoral en voie de dégradation. Thèse de Doctorat, Université Libre de Bruxelles ULB, 239 p.

Charro, Z., 2007, L’arganier : levier du développement humain du milieu rural marocain, Synthèse des communications du colloque international organisé à Rabat en 2007.

Depraz, S., 2008, Géographie des espaces naturels protégés : genèse, principe et enjeux territoriaux, Armand Colin, 320 p.

Délégations des Eaux et Forêts d’Agadir : plusieurs rapports administratifs.

El Ottmani, A., 1986, Contribution au développement de l’arganier, Division provinciale de l’Agriculture, Notes ronéo.

Emberger, L., 1938, Aperçu sur la végétation du Maroc. Commentaire de la carte phytogéographique du Maroc, Institut scientifique Cherifien, Rabat, 157 p.

M’Hirit, O., 1998, Etude de l’évolution des populations de Ceratitis wied, sur deux plantes hôtes Argania spinosa et opuntia ficus-indica dans le Souss, Thèse de diplôme d’ingénieur, Institut Vétérinaire Hassan II, Rabat, 200 p.

Ouhajou, L., 2007, le grand Agadir : les risques environnementaux d’un espace urbain à aménagement difficile, in Aménagement du territoire et gestion des risques environnementaux, actes du colloque organisé à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Fès-Saïs, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès, pp, 92-129 ;

Peltier, J.P., 1982, Les séries de l’Arganeraie steppique dans le Souss (Maroc) in : Ecolgia Mediterranea, N° 10.

Nouaim, R., 2005, L’arganier au Maroc : entre mythes et réalités. Une civilisation née d’une espèce fruitère-forestiere à usages multiples, Paris, L’Harmattan.

Haut Commissariat au Plan, 2004, Recensement Général de la population de l’Habitat (RGPH)

Zerguef, A., 2001, Un espace montagnard et une société en crise au cœur de l’Anti-Atlas : la contrée d’Igherm, Thèse de doctorat, Université de Nancy 2, 587 p.

Guide sur les Réserves de Biosphère canadiennes : http://www.centrenature.qc.ca/pdf (en français).

Réserve de biosphère : rubrique qui explique la réserve, ses fonctions, ses principes et sa gestion : http : //fr.wikipedia.org

UNESCO : www.unesco.org/fr/ (sur l’institution) et le programme « Man and Biosphère » : www.unesco.org/mab/, rubrique « réserve de biosphère (en anglais).

Haut de page

Notes

1 Il y a lieu de signaler que l’arganier a fait l’objet de plusieurs études (scientifiques et administratives) que ce soit pour sa biogéographie ou pour ses multiples fonctions. Mais la Réserve de Biosphère comme concept et outils du développement n’a fait l’objet, que je sache, d’aucune étude. Cette contribution propose, à partir de la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie, un débat sur la question des espaces protégés au Maroc et leur fonction, leurs défis et leurs enjeux.

2 Le terme « argan » : désignation vernaculaire qui réfère soit à l’espèce soit au produit (huile)

3 Je dois signaler que les données que j’ai pu trouver dans la documentation consultée sont fragmentaires et incohérentes. A titre d’exemple, la superficie de l’arganeraie est estimée par le Haut Commissariat des aux et Forêt (administration de tutelle) à 2,5 millions d’hectares et dans d’autres références, elle varie ente un million et 830 milles hectares.

4 Parmi les documents consultés on a pu repérer Ibn Albeitar au Xème siècle, El Bekri au XIème, Al Idrissi au XIIème et Léon l’Africain au XVIème. Au XVIIème on parle de Hoest et Danois Schousboe. Dès le XVIIIème siècle, l’arbre suscite l’intérêt de chercheurs occidentaux.

5 L’une des grandes faiblesses de la politique et de la gestion de la réserve est le manque de données.

6 Sachant que l’arganier est un arbre pastoral, les chèvres mangent les feuilles tendres de l’arbre mais aussi la pulpe du fruit et laissant au sol, les noix qui seront récupérées par le berger.

7 Il faut signaler que les prix de l’huile d’argan varient en fonction de plusieurs facteurs : la demande et la production annuelle des fruits, qui fluctue selon les années et les conditions climatiques, selon les zones de l’arganeraie. C’est pour cela, et à titre indicatif, que j ‘ai calculé une moyenne de 6 euros à partir des chiffres disponibles.

8 Comme on pourra le constater l’arganeraie fait l’objet d’un compartimentage d’espaces protégés qui sont gérés par des lois différentes avec des objectifs parfois hétérogènes. Ce qui pose déjà un problème de gestion.

9 Dans le Haut et l’Anti-Atlas les droits coutumiers vont jusqu’à interdire de brûler (pour la cuisson et le chauffage) certaines espèces rares et indispensables dans la construction. Le peuplier et le rosier sont entourés d’un mythe disant que quiconque brûle ces espèces sera aveugle ou peut perdre tout ce qui lui est cher.

10 Achat des motopompes de préférence à l’utilisation des canaux d’irrigation collectifs, développement de fermes agricoles privées contre servitudes collectives, maison familiale moderne contre habitat collectif : les populations ont le sentiment d’être libérées des contraintes collectives.

11 Le Recensement National de la Population de 2004 montre que malgré les efforts de scolarisation, le taux d’analphabétisation chez les femmes rurales est de 67% et celui des femmes montagnardes dépasse les 70% certaines zones.

12 Rappelons que dans la société rurale de l’Arganeraie, la femme travaille beaucoup dans l’exploitation familiale : la corvée de bois et d’eau, la cuisine dès 5h du matin, l’entretien des champs jusqu’à la saison des moissons et parfois même les labours, la conduite des troupeaux. Des revenus de ses efforts elle ne reçoit rien en espèce et le moindre de ses besoins doit être longuement négocié avec son époux. Sans son autorisation, elle ne peut pas sortir de la maison que dans le cas de nécessité absolue (naissance, mariage et condoléance dans la famille, et souvent accompagnée).

13 S’agissant de la politique des aires protégées au Maroc, un responsable de la coopération technique allemande (GTZ), le premier partenaire étranger qui déploie des efforts financiers, techniques et scientifiques dans le cadre de la Réserve de Biosphère, lors d’un interview accordée au quotidien marocain le Matin du 30 juin 2008, déclarait que dix ans après la création de la RBA « bien que les allocations budgétaires augmente d’année en année, elles sont encore loin de couvrir les dépenses réelles liées à la gestion de ces aires qui, sans appui des partenaires internationaux, leur fonctionnement risque de ne pas durer ».

14 Suite de l’interview, Le Matin, 30 juin 2008.

15 Le Matin, 28 avril, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Aire de répartition de l’Arganeraie
Crédits Source : Haut Commissariat des Eaux et Forêts, Maroc 2008
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 2. Forme d’organisation et de gestion de la Réserve de la Biosphère de l’Arganeraie
Crédits Source : Réseau d’Associations de la Réserve de la Biosphère de l’Arganeraie (RARBA), 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 3. Répartition géographique des associations et coopérative dans la RBA
Crédits Source : Réseau d’Associations de la Réserve de la Biosphère de l’Arganeraie (RARBA), 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Planche 1. Paysages classiques de l’Arganeraie
Légende Paysages classiques de l’Arganeraie. Cette forêt assure beaucoup de fonctions à la population rurale montagnarde. Elle reste encore à l’abri des convoitises qui la menacent dans la plaine.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fruit « magiques » de l’arbre mythique de l’Argan. Avec sa couleur jaune, le fruit de l’argan est à la phase de maturité. Ses destinés sont divers : culinaires, cosmétiques, médicales t fourragères.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Dans la montagne comme dans la plaine, l’Arganeraie est aussi un complexe pastoral important dans la vie socio-économique des communautés de l’Arganeraie. Mais on obseerve des indices d’une forêt en péril. Outre le surpâturage, les signes de sécheresses se manifestent dans le sous-bois sec.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Planche 2. Les formes d’emprises sur l’Arganeraie de la plaine du Souss
Légende L’aéroport international d’Agadir occupe 800ha au détrimetn de l’Arganraie et les alentours font l’objet d’une appropriation pour de simples cultures pluviales (bour) qui préparent l’arrivée des cultures sous-serres.
Crédits Source : André Humbert, CERPA, Nancy 2, 2003
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Cette parcelle appropriée dans l’Arganeraie représente une forme de front ouvert par le déplacement de l’agrobusiness vers l’amont, en raison du manque d’eau pour l’irrigation en aval.
Crédits Source : André Humbert, CERPA, Nancy 2, 2003
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende L’Arganerie « se plastifie » sous l’emprise d’un agrobusinness qui a des besoins illimités en ressources naturelles.
Crédits Source : André Humbert, CERPA, Nancy 2, 2003
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende L’Arganeraie reçoit plusieurs miliers de dromadaires venus du Sahara. Ces nouveaux venus n’appartiennent pas aux systèmes pastoraux de l’Arganeraie mais pour des raisons politiques ils sont acceptés par les autorités.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Planche.3. Aspects de la dégradation de l’Arganeraie
Légende Confrontée à la sécheresse, la population coupe des arbres.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Les défrichements accélèrent et intensifient les dynamiques érosives
Crédits Source : André Humbert, CERPA, Nancy 2, 2003
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende L’ensablement progresse dans l’Arganerie.
Crédits Source : André Humbert, CERPA, Nancy 2, 2003
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3711/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brahim El Fasskaoui, « Fonctions, défis et enjeux de la gestion et du développement durables dans la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie (Maroc) », Études caribéennes [En ligne], 12 | Avril 2009, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3711 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3711

Haut de page

Auteur

Brahim El Fasskaoui

Université Moulay Ismaïl, Meknès, Maroc, Enseignant-chercheur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org