Navigation – Plan du site
Le tourisme en Amérique latine enjeux et perspectives de développement

Du soutenable à l’insoutenable : le tourisme à Bocas del Toro (Panama). L’impact des logiques nationales et globales dans la déstructuration progressive d’une société d’accueil

From Sustainable to the Unsustainable: Tourism in Bocas del Toro (Panama). The Impact of National and Global Logic in the Gradual Collapse of a Host Society
Del sostenible al insostenible: el turismo en Bocas del Toro (Panamá). El impacto de la lógica nacional y mundial en el colapso gradual de una sociedad de acogida
Camille Le Masne

Résumés

L’objectif poursuivi par cet article, issu d’une enquête d’un mois sur l’archipel de Bocas del Toro en février 2009, est d’évaluer les mutations engendrées par l’avènement du tourisme sur l’île de Colon depuis une vingtaine d’année. Le développement de ce boom touristique en deux étapes assez différenciées — celle du tourisme dit soutenable de 1990 à 2002, puis seconde phase avec un tourisme non contrôlé — nous a permis de dresser une analyse historique des rapports qu’entretiennent les populations à l’activité touristique. Notre enquête, qui porte sur les perceptions des habitants actuels de l’île, a mis en lumière les acteurs et leur rôle en fonction de leur temps d’arrivée dans l’île, lui-même lié au basculement d’une conception du tourisme à une autre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les graves inondations qui ont touché la province de Bocas del Toro en novembre 2008 ont mis à jour la fragilité de l’organisation territoriale de ce lointain ouest panaméen. L’archipel, présenté par certains comme « les Galapagos du Panama », par d’autres comme « les Keys de Floride d’il y a 30 ans », a été coupé du monde durant plusieurs jours. C’est finalement par la voie aérienne que la majorité des touristes furent rapatriés puisque l’unique route reliant la province au reste du Panama était impraticable. Au-delà de son caractère anecdotique, l’événement a attiré l’attention des médias nationaux sur l’existence d’une population bocatoreña dont les conditions de vie ne correspondaient pas réellement à l’image d’eldorado touristique, et il a remis à l’ordre du jour l’interrogation sur les risques naturels et humains liés à la dégradation d’un écosystème caraïbe particulièrement fragile, ainsi que l’éventualité d’une « spirale de la mort » (De Albuquerque et McElroy, 1999).

2Bien loin de la carte postale et du modèle de « tourisme soutenable », pourtant érigé en dogme, le développement ininterrompu de l’activité touristique depuis une vingtaine d’années a profondément remodelé les relations sociales et leurs implications territoriales au sein de cette ancienne capitale de la banane au Panama. D’autant plus qu’historiquement la province de Bocas del Toro n’a jamais réellement été intégrée à l’ensemble panaméen, répondant davantage à des logiques d’avant-pays. Les projets de « développement soutenable », dont se targuent les initiateurs du Plan Puebla Panama, ne semblent pas en mesure de répondre aux défis posés par l’émergence de l’activité touristique à Bocas del Toro.

3Notre démarche repose sur des séries d’enquêtes ; outre un dialogue avec les principaux acteurs de l’archipel, les enquêtes, auprès d’une quarantaine de sondés résidents sur l’île, lors d’entretiens individuels, ont porté sur leurs perceptions. Les analyses ont privilégié l’appréhension des représentations qui traduisent des fractures territoriales. Les acteurs sont interrogés sur leur conception du territoire et la manière dont ils comptent le mettre en valeur. L’enracinement au territoire est apparu comme l’élément clé permettant de différencier des acteurs mus par une exploitation raisonnée des ressources de ceux, généralement déterritorialisés, intéressés par les seules perspectives d’enrichissement.

4Après une brève présentation du phénomène touristique à Bocas del Toro (cf.figure 1), nous proposons de nous attarder sur les logiques d’acteurs dans l’archipel (les logiques historiques, politiques ou ethniques), puis nous étudierons les implications écologiques, économiques et surtout sociales qui bouleversent les frontières de ce véritable territoire global. Ces éléments nous permettront de saisir les mutations de l’activité et de nous interroger sur la pertinence du « tourisme soutenable » à Bocas del Toro.

Figure 1. La région de Bocas del Toro (Panama)

Figure 1. La région de Bocas del Toro (Panama)

1. Naissance et structuration du tourisme à Bocas del Toro : du « soutenable » au « résidentiel »

5La province de Bocas del Toro est née conjointement à l’État panaméen, en 1903 ; auparavant, c’était l’installation de la United Fruit Company (UFC, 1898) qui avait signé l’acte de naissance de la capitale de cet archipel déserté par les populations indigènes pendant toute la période coloniale. Il faut attendre la dernière décennie du XXème siècle pour que l’on réentende parler de Bocas del Toro, au cœur d’un boom touristique qui s’inscrit dans un contexte spécifique. Plusieurs éléments étroitement liés expliquent cet essor : sur le plan politique, la chute de Noriega a stabilisé durablement le pays et rassuré les touristes nord-américains. Ensuite il faut souligner la proximité du Costa Rica et les facilités d’accès, sans oublier l’usage du dollar et la pratique de la langue anglaise. Ce contexte propice explique l’attrait de la région auprès de nombreux ressortissants nord-américains ; les ingénieurs américains du canal et les anciens formateurs de l’école des Amériques s’y sont installés lors de la rétrocession du canal et de la fermeture concomitante de la base militaire en 1999.

6À cette époque, Bocas del Toro n’est qu’une destination mineure, et les auteurs qui cherchent à valider l’hypothèse d’un tourisme soutenable s’y intéressent particulièrement. Selon les grilles d’analyse, le tourisme y est défini comme « social », « intégré », ou « alternatif ». En bref, Bocas del Toro est un exemple à suivre, le modèle vertu par opposition à Cancún. Or la situation actuelle semble contredire cette analyse. Même le tourisme social apparaît comme un leurre. Les populations locales peuvent effectivement détenir dans une large mesure les moyens de production, mais les structures d’hébergement, appelées localement les « hôtels gringos », en raison des origines nord-américaines de leurs propriétaires, s’emploient à fournir tous les services nécessaires à leurs clients. Les propriétaires offrent les activités que divers petits prestataires locaux proposaient (par exemple la location de surf, des cours d’espagnol, l’initiation à la plongée...). Ce phénomène d’intégration verticale concerne tout autant le tourisme haut de gamme que celui des backpackers, puisque les hôtels fréquentés par ces derniers, pour la plupart tenus par des Nord-Américains, disposent de dortoirs dont les prix défient toute concurrence, d’une cuisine permettant des économies substantielles vu le coût de l’alimentation dans l’île, de connexions à Internet gratuites, voire d’un bar au sein de l’hôtel. Dès lors, ces deux types de structures touristiques contribuent à marginaliser les structures plus petites, moins compétitives, des acteurs économiques locaux qui ne bénéficient pas de facilités avec les réseaux de voyagistes.

7La motivation du touriste reste un élément d’appréciation important : rappelons ici que nous sommes dans le cadre d’un tourisme balnéaire, et surtout dans ce que Dehoorne (2006) nomme une « bulle touristique », c’est-à-dire sur un espace fini. Bien que toutes les îles de l’archipel n’aient pas encore toutes été bétonnées, les ressources touristiques sont connues, recensées et estimées.

8La plupart des touristes sont originaires d’Amérique du Nord. Ils se répartissent en deux catégories distinctes : la première est celle des touristes internationaux au sens classique du terme, la seconde concerne ceux qu’on nomme les « touristes résidentiels » en raison de la durée de leur séjour dans le lieu. Ces deux catégories transcendent les distinctions sociales, puisqu’elles rassemblent chacune des touristes aux pouvoirs d’achat variés. Les backpackers constituent les petits budgets du tourisme sur l’île (leurs nuitées coûtent entre 6 et 20 dollars). Il existe ensuite toute une gamme de prix jusqu’à 600 dollars par jour dans certains complexes, comme à Playa Tortuga, à quelques encablures du centre de Bocas del Toro. Cette distinction engendre un impact différent sur l’économie de l’Isla Colon.

9Le tourisme soutenable, qui suggère une responsabilisation commune des acteurs du tourisme, rencontre donc de nombreux écueils ; ainsi, le tourisme de basse intensité génère moins de devises, ce qui marginalise les acteurs locaux vis-à-vis de la concurrence internationale. La dépendance de ces territoires s’accentue et les populations sont frustrées, notamment lorsqu’elles sont maintenues à l’écart des processus de décision. Liu et Wall (2006) soulignent les limites du modèle écotouristique tant qu’il n’existe pas de cohésion et de projet global : le tourisme accroît les processus de dépendance et génère de fortes inégalités, surtout s’il est un produit planifié de l’extérieur et non de l’intérieur. Pour Wheeller (1998), les infrastructures requises par l’activité remettent tout simplement en cause le concept d’écotourisme. La soutenabilité apparaît parfois comme l’argument décisif qui retire aux populations locales la gestion de leurs ressources, consacrant l’existence de territoires touristiques régis par un pouvoir extérieur.

10À Bocas del Toro, le « tourisme soutenable » est devenu une véritable arlésienne dont les locaux se méfient. Quelques éléments récents, comme l’ouverture d’un fast-food Subway, fin 2008, ou la construction d’un imposant hôtel sur 4 niveaux dans la rue principale, témoignent d’une emprise prépondérante des acteurs extérieurs. Les projets démesurés, comme celui de l’entreprise 6 Diamonds, se sont multipliés et m’ont permis de structurer mon enquête autour de cet événement décisif dans l’actualité de l’île.

2. L’organisation des acteurs

2.1. L’insularité et l’approche temporelle

11L’idée d’étudier les différentes catégories en fonction de leur moment d’installation dans l’île nous est apparue comme la plus à même de dégager des perceptions partagées vis-à-vis du tourisme, car ces catégories peuvent être définies en fonction des trois phases touristiques de l’île : 1/l’absence de tourisme (chez les populations arrivées il y a plus de 20 ans ; PI), 2/celle du tourisme de basse intensité (auprès des populations installées entre 1990 et 2002 ; PRI), 3/celle du développement touristique non contrôlé depuis moins de 7 ans (PR). C’est donc l’analyse sous l’angle temporel qui a été traitée dans la majeure partie du questionnaire, car elle permet d’identifier ce basculement d’un tourisme de basse intensité vers un tourisme de masse. Le questionnaire a mis en lumière des rapports au territoire très différents selon les catégories et nous avons aussi procédé à des analyses transversales lorsque leur pertinence ne nous semblait pas suffisante.

Tableau 1. Question 1 : Que pensez-vous du tourisme à Bocas del Toro ?

PI (+ de 20 ans)

PRI (20-7 ans)

PR (—de 7 ans)

Bonne chose

43 %

29 %

70 %

Mitigé

22 %

42 %

30 %

Mauvaise chose

35 %

9 %

0 %

12Sur 34 personnes ayant répondu à cette question, beaucoup sont très favorables au tourisme. En analysant les réponses en fonction de nos catégories, nous arrivons cependant à un résultat différent : les PI (14 sondés) répondent de manière assez partagée : 6 considèrent sans discussion que c’est une bonne chose, 3 considèrent que c’est mitigé, soit qu’il faille que le tourisme donne réellement du travail, soit parce que le tourisme soutenable est négligé ; enfin, 5 estiment que c’est une mauvaise chose, pour des raisons assez diverses. Les PRI (7) sont dans l’ensemble favorables au tourisme, dont ils sont les pionniers, tout comme les PR (13), chez qui 9 personnes sur 13 considèrent le tourisme comme une activité positive, souvent avec évidence ; ils ne voyaient pas d’intérêt à cette question. La plus ou moins grande adhésion au tourisme sur l’île est surtout liée à la durée de la présence sur l’île.

13La question 2, « Que pensez-vous du tourisme soutenable ? », suscite des réponses positives de la part de la majorité des personnes rencontrées à qui le concept est présenté. Ceux qui le connaissent déjà répètent la leçon à merveille : il faut protéger l’écosystème. Certains y voient tout de même un frein à l’activité économique, notamment dans la construction (comme les Indigènes Ngöbe arrivés récemment). Les rares personnes pour lesquelles le « tourisme soutenable » apparaît comme une escroquerie en soi sont aux trois quarts des natifs. Cette opinion, qui remet en cause le tourisme soutenable comme concept inopérant, rassemble des catégories différentes en âge, en genre, en origine ethnique (2 Noirs, un Ladino, une Ngöbe), ainsi qu’en termes de catégorie socio-économique (deux ingénieurs, deux sans emplois). Quant au moment d’installation, 3 personnes natives pour une autre installée une dizaine d’années auparavant : c’est une nouvelle fois la grille d’analyse la plus lisible, qui permet d’exclure les nouveaux arrivants.

2.2. Une société civile balbutiante

14Au moment de notre enquête, le débat sur le bien-fondé de l’installation d’une gigantesque marina à quelques encablures du front de mer (par le consortium 6 Diamonds) était au cœur des discussions. Lors des enquêtes, plus d’un tiers des personnes disent ne pas avoir entendu parler du projet (13 réponses sur 35), certains sont juste au courant et comprennent assez mal le projet —la réunion d’information publique de présentation de la version finale du projet de marina avait été organisée une dizaine de jours avant le début du sondage. Une proportion importante de personnes qui ne connaissent pas le sujet sont pourtant nées ici (PI), donc plutôt concernées. Chez les opposants au projet, les personnes installées depuis 7 à 20 ans sont les plus actives (souvent des acteurs associatifs) ; les opposants comptent aussi quelques personnalités importantes natives de l’île (principalement des acteurs économiques de premier plan). La portée de ce type de réunion montre ici ses limites en raison de la difficile émergence d’une société civile et de la déconnexion entre les acteurs associatifs et la base sociale – il est reproché à ceux qui constituent le tissu associatif de ne pas être représentatifs de Bocas del Toro. Même si les entretiens ne livrent que rarement cet aspect, la réunion d’information et sa réunion préparatoire ont été émaillées de reproches de la part de natifs à l’encontre de cette élite associative rapportée, censée défendre leurs intérêts. Parfois, c’est même l’aspect conservatiste ou écologique qui a été dénoncé ; la préservant les réserves naturelles rend désormais ces ressources non disponibles pour les locaux.

15Parmi ceux qui estiment que le projet est intéressant, nous comptons des personnes venues depuis peu de temps dans la région, la plupart sont des Indigènes. Les autres arrivés arrivées récemment, comme les commerçants ladinos, venus de Chiriqui ou de Panama, ou les touristes au long cours (pourtant théoriquement dans le credo « soutenable ») se désintéressent de la question.

16La meilleure manière de comprendre les fractures de la société bocatoreña sur cette question est une nouvelle fois en fonction de leur ancienneté sur l’île. Sur 14 sondés PI, la moitié n’est pas au courant ou ne se prononce pas, 1 considère que ça ne concerne que ses voisins, 6 sont contre, aucun n’est favorable. C’est une catégorie peu informée, mais qui s’exprime toujours contre dès qu’elle a vent du projet. Sur 7 sondés PRI, 5 sont contre, 1 a changé d’avis et se dit dorénavant contre, 1 dernier ne se prononce pas. Cette catégorie est bien informée et c’est la plus engagée contre le projet. Sur 14 sondés PR, 5 ne se prononcent pas, 2 sont partagés et hésitent, 2 sont contre et 5 sont pour. C’est la seule catégorie de population dont des membres se prononcent pour le projet, et dont la majorité exprimée se prononce aussi en ce sens. Les autres modes de classification (appartenance ethnique, genre, âge ou classe sociale) ne sont pas pertinents, même s’ils se superposent dans certains cas, sur la classification basée sur le moment d’installation (surtout pour les Indigènes, dont beaucoup travaillent dans le bâtiment, et qui constituent des catégories pauvres).

17À la question « Qui détient le pouvoir ici ? », la réponse est sans équivoque : celui qui tient le pouvoir ici est la plata (l’argent). À ce titre, les acteurs économiques les plus puissants semblent plus à même que quiconque d’orienter le destin de l’île. Les associations « conservatistes » (ONG et locales) sont relativement bien perçues par les rares personnes qui connaissent leur existence. Néanmoins la plupart des personnes interrogées comprennent mal de quoi il s’agit, ou les assimile à des entreprises qui, elles aussi, privatisent l’espace et travaillent pour leur propre compte (comme pour l’institut Smithsonian). Mais d’autres institutions sont dénoncées ici, comme l’ANAM (Autoridad Nacional del Ambiente), accusée de vendre purement et simplement les licences de construction. Corruption ou simples « copinages » (amistad), l’alcaldia de Bocas del Toro est plus souvent discréditée qu’encensée. Il faut dire que l’élection en 2005 d’un proche des écologistes n’a absolument rien changé. Le système électoral n’a donc d’autres fonctions ici que de mettre en place un intermédiaire entre les vrais tenants du pouvoir et la société civile. Lors de la réunion d’information de 6 diamonds, l’actuel alcalde a préféré en appeler au calme et aux experts, tandis que les candidats, en cette année électorale, s’abstenaient de prendre la parole.

18Au-delà du règne de la plata, nombreux sont les PI à se prononcer pour la planification et l’organisation du tourisme. Ce sont les mêmes qui s’insurgent contre un individualisme grandissant qui ruine toute tentative de cohésion et qui fait dans le même temps baisser les prix des activités proposées aux touristes. Beaucoup soulignent que les locaux ne sont pas formés aux métiers de la construction ou du commerce (souvent à travers le préjugé raciste du Noir trop fatigué pour travailler), ce qui justifierait la venue de travailleurs plus aptes que les locaux (Indigènes dans la construction, métis dans le commerce…). Ce constat traduit surtout une volonté d’uniformiser les modes de consommation en fonction d’un touriste lui aussi uniformisée. On est donc très loin du modèle alternatif, puisque la société s’adapte au tourisme, et non l’inverse. À ce titre, l’essor démographique sur l’île (liés aux travailleurs migrants) alimente ce modèle de développement anarchique, d’autant que les nouveaux venus estiment transitoire leur passage à Bocas del Toro ! Comment dès lors la société locale peut-elle organiser le tourisme sur l’île si ses acteurs ne se préoccupent aucunement de l’avenir de l’île, mais seulement de tirer le maximum de bénéfices en un minimum de temps ?

3. Les implications territoriales : écologiques, économiques et sociales

3.1. La « spirale de la mort »

19L’enquête révèle une prise de conscience des risques écologiques liés à l’accroissement incontrôlé de l’activité touristique. Les populations les plus récemment arrivées sont celles qui attachent le moins d’importance à la conservation des ressources, qu’il s’agisse des travailleurs indigènes ou des touristes. De la même manière, certains jeunes ne semblent pas outre mesure alarmés par ce phénomène, préférant y opposer un fatalisme inquiétant. Pour les populations locales, les implications écologiques sont pourtant énormes, bien qu’indirectes. Ainsi, pour Ilker Lasa (le représentant pour Bocas del Toro de l’ONG The Nature Conservancy), davantage que les défrichements sur la côte (qui amènent immanquablement leur lot de sédimentation et modifient l’équilibre écologique de la baie), le tourisme résidentiel est le facteur le plus déstabilisant pour l’écosystème corallien. De la même manière, l’enquête démontre que les populations locales sont sensibles à la gestion des déchets, ainsi qu’à la question de l’assainissement de l’eau et à l’approvisionnement en électricité. Le problème du logement n’est pas que social : le développement incontrôlé de l’habitat urbain implique de gros problèmes de santé publique pour les populations de migrants. Plusieurs quartiers ont essaimé spontanément sur les espaces disponibles, dans les marais et au détriment de la mangrove, comme autour de l’aéroport, ou dans l’île toute proche de Carinero. Les conditions d’existence y sont très précaires, d’autant que les terrains sont évidemment occupés illégalement. De plus, les nouveaux résidents apparaissent les moins sensibles aux problématiques écologiques ; ils ne considèrent pas l’Isla Colon comme leur destination finale (le supposé comportement écologique des Indigènes est ici clairement mis à mal !).

20Concernant les problèmes que les personnes rencontrées estiment liés à l’activité touristique, les réponses ont été traitées en fonction de la sphère considérée comme problématique (écologique, économique ou sociale ; les personnes interrogées avaient droit à plusieurs réponses). Étonnamment, les difficultés économiques (23 % : hausse des prix, chômage…) ont été négligées au profit des problèmes sociaux (63 % : vols, drogue, privatisation du littoral…). Quant aux inquiétudes écologiques, la plupart des gens en ont peu ; elles ne concernent que 14 % des réponses (le corail, l’évacuation de déchets, l’approvisionnement en eau et en électricité).

21La question « Aimeriez-vous vivre dans un autre endroit plus tard ? » a permis de préciser la pensée des différents acteurs concernant leur rapport au territoire. On y voit transparaître la différenciation entre catégories la plus évidente et une superposition entre ces différentes catégories assez révélatrice de la réalité sociale bocatoreña. La catégorie des plus anciennement installés (PI ; 13 sondés) souhaite à l’unanimité rester dans l’archipel. Les PRI, ceux qui sont arrivés sur l’île il y a entre 7 et 20 ans, et dans leur très grande majorité liés à l’activité touristique, présentent une faible unité sur cette question, certains souhaitent rester, tandis que d’autres, assez dubitatifs, s’inquiètent de la dérive touristique, bien qu’ils ne veuillent pas quitter l’île dans l’immédiat. Quant aux PR (– de 7 ans), ils présentent une situation contrastée où se retrouvent les lignes de fracture ethniques et nationales. Ainsi les Indigènes, arrivés depuis peu, ont tous la même réponse, à savoir qu’ils souhaitent se réinstaller dans la Comarca, une fois qu’ils auront suffisamment de plata (4 sur 4). L’un d’eux me déclare, en montrant la piste d’atterrissage de l’avion sur laquelle je l’interroge : « C’est comme toi, tu viens de là-bas et tu vas retourner là-bas, mais moi je ne sais pas encore dans combien de temps. » La situation est plus contrastée chez les métis, certains sont attachés à l’île, d’autres avouent se désintéresser de l’endroit et être surtout sensibles aux perspectives économiques… Il s’agit néanmoins d’une population dont une partie a su s’intégrer sur l’île et qui semble s’intéresser au destin de celle-ci. Pour les étrangers, la situation est différente selon qu’ils viennent ici concilier tourisme et activité professionnelle, seulement travailler, ou plutôt résider, voire investir dans le même temps. Les premiers profitent de ce petit paradis sans s’inquiéter outre mesure de l’avenir, qui n’est bien sûr pas intimement lié à l’île. Ceux qui ne sont là que pour le travail apprécient surtout l’endroit pour les revenus qu’il permet (une Colombienne et une Haïtienne), tandis que les résidents (deux Nord-américains venus l’un acheter une guesthouse, l’autre pour se reposer) se posent parfois la question de leur avenir dans l’île. Les populations étrangères récemment installées ne sont donc pas outre mesure attachées à l’île, qui est davantage perçue en fonction des opportunités économiques ; l’idée est d’ailleurs répandue que ça ne durera pas éternellement. Quant aux PI, il est important de noter que les distinctions sociales ou le niveau d’éducation ne joue qu’un faible rôle, la seule ligne de fracture à l’intérieur de cette catégorie est générationnelle, puisque les jeunes apparaissent vraiment désabusés. À part chez les Indigènes, les jeunes sont plutôt conscients de la « spirale de la mort », qui, contrairement aux plus âgés, leur semble désormais inévitable.

3.2. Le tourisme de plantation ou l’économie de la dépendance

3.2.1. L’inflation

22Le phénomène économique le plus patent est la hausse des prix : les prix des denrées connaissent une croissance exponentielle en fonction inverse de la qualité des communications. Sur la terre ferme, dans les villes relais de Changuinola, puis Almirante, les prix sont sensiblement plus élevés qu’à Panama City ; puis certaines denrées doublent quasiment en arrivant sur l’archipel (tels que la viande et les légumes, alors qu’il existe un ferry quotidien !). À Bastimentos, uniquement reliée par la ville de Bocas del Toro, les différentiels de prix sont encore plus importants. Dans toute la province de Bocas del Toro, la totalité des grossistes alimentaires sont des Chinois, tout comme la très grande majorité des commerçants de détail à Bocas del Toro. Ils sont évidemment accusés de profiter du renchérissement de l’alimentation de base, qui est davantage attribué aux Chinois qu’au tourisme ; ainsi, pour le dirigeant de la coordination d’associations Allianza Bocas, Angel Gonzalez, habituellement mesuré « Ils [les Chinois] se reproduisent comme des rats, et sont d’ailleurs tout aussi dangereux ». Pourtant, cette hausse des prix ne peut être seulement attribuée au monopole chinois. L’absence totale de production agricole sur les îles — tant liée au désintérêt des locaux pour des pratiques devenues peu valorisantes qu’au changement des modes de consommation — explique dans une large mesure la hausse des prix alimentaires. La crise alimentaire mondiale joue aussi depuis 2008 en ce sens, mais le manque d’organisation localement est tout aussi criant, par exemple dans le secteur de la pêche. Faute de production locale, rien ne semble pouvoir enrayer cette dépendance alimentaire. Cette désaffection des locaux pour l’agriculture s’explique surtout d’un point de vue psychologique, en raison de l’attrait du tourisme.

23La très inégalitaire répartition des terres à Bocas del Toro depuis plus d’un siècle, n’a fait que s’accroître ces dernières années. La hausse des prix du terrain, liée à la très forte spéculation foncière, empêche tout accès à la propriété pour les travailleurs locaux.

3.2.2. Vers une nouvelle division du travail

24La concurrence pour l’emploi fait rage dans le cadre d’un tourisme de plus en plus massif. L’intégration verticale qui caractérise ce nouveau tourisme handicape les offres « soutenables » émanant des natifs. Il faut désormais trouver un emploi dans un complexe regroupant hôtel, restaurant, bar et centre de loisirs, appartenant dans la plupart des cas à un Gringo. Sur l’île de Bastimentos, ce nouveau complexe a toutes les apparences d’une construction « écologique ». Les plus anciens habitants de l’île (les Noirs) n’y travaillent pas, m’expliquant qu’ils ne seraient pratiquement pas payés, et l’entrepreneur emploie seulement la main-d’œuvre indigène installée depuis peu, nettement plus docile, qu’il laisse en outre vivre et cultiver sur ses terres en amont. On assiste clairement à une détérioration des salaires en raison de l’abondance de la cette main d’œuvre disponible. Dans la construction, les Indigènes (en tant que manœuvres) et les métis de Chiriqui (contremaîtres) sont aussi les plus nombreux : les locaux sont rarement employés, faute de formation suffisante (c’est l’argument le plus souvent resservi, bien que l’on comprenne mal où l’indigène Ngöbe a bénéficié d’une meilleure formation à la construction). Le constat est identique dans le commerce, alors que les locaux parlent pour la plupart anglais !

25Les locaux sont cantonnés dans les secteurs des transports et du secteur public. Le transport est très important, mais le secteur est progressivement déréglementé et les revenus y diminuent. Le cercle vicieux de la construction constitue un autre problème. Les Indigènes désormais installés constituent un réservoir de main-d’œuvre qu’il faut bien employer. C’est d’ailleurs l’argument des promoteurs, qui promettent par exemple pour le projet de marina l’emploi de 300 à 400 personnes. Les populations installées depuis plus de 7 ans ont bien conscience de ces dangers, d’autant qu’elles sont souvent exclues du salariat et soulignent le cercle vicieux de cette course au développement.

3.2.3. Les transferts de richesses

26Le rapatriement des richesses pratiqué par quasiment toutes les populations installées récemment (PR) est fréquemment souligné par les natifs, mais jamais de la part des élites associatives qui œuvrent pour la conservation de l’écosystème et un « tourisme soutenable » (essentiellement des PRI). Les populations nouvelles ne font qu’utiliser les ressources de l’île (comme l’« hôtel gringo » dont l’imposition officielle est extrêmement faible), employer une main-d’œuvre étrangère à l’île pour son fonctionnement (par exemple des Indigènes économes, qui habitent des logements illégaux et rapatrient les revenus dans leur village), proposer des activités multiples en privilégiant des accompagnateurs eux-mêmes gringos, et souvent volontaires ! Ainsi, le touriste totalement intégré ne rencontrera le local que dans le cadre officiel ou informel : dans l’office de tourisme, pour lui acheter de la drogue ou s’en plaindre à la police du tourisme… Tandis que l’entrepreneur nord-américain réinvestira ou non les dollars engrangés dans la sphère locale.

27Ce rapatriement des devises concerne donc toutes les populations actives arrivées récemment. Il y a peu d’investissement productif, surtout du spéculatif. C’est en tous cas l’avis de nombreux anciens, qui citent la bananeraie comme un exemple d’investissement productif, d’autant plus que l’encadrement sanitaire ou social est désormais absent, étant donné l’incurie du gouvernement et de l’alcaldia. Qu’il s’agisse des Chinois, des Indigènes, de la plupart des travailleurs et commerçants ladinos, ou des investisseurs et des retraités gringos, tout concourt au rapatriement des devises : la base sociale bocatoreña est donc marginalisée, car elle investit très peu elle-même dans son propre territoire, qu’elle maîtrise de moins en moins, car son pouvoir financier relatif s’affaiblit constamment. Parmi ces mécanismes économiques, seuls ceux de l’antimonde semblent à même de créer des richesses susceptibles de rivaliser avec ceux à qui les locaux sont désormais confrontés, faute de capital de départ. L’économie de la drogue, la prostitution ou le racket attirent des individus ou des groupes en quête d’argent facile, accélérant la déstructuration progressive de la société bocatoreña.

3.2.4. La requalification des espaces

28La très forte immigration et la paupérisation d’une grande partie de la population remodèle les territoires de la ville. À Bocas del Toro, des nouveaux quartiers indigènes se sont dressés là où personne ne voulait habiter, dans des conditions sanitaires épouvantables. Les Ngöbe se sont installés dans les espaces inconstructibles les plus insalubres : entre l’aéroport et la station d’épuration, les mangroves ont été plus ou moins aménagées en village indigène, qui bien sûr croule sous les eaux à chaque inondation. À Bastimentos, on observe un phénomène similaire où les espaces périphériques sont occupés par les Indigènes. Juste en face de Bocas del Toro, la petite île de Carinero fait figure de banlieue-dortoir. D’ailleurs, le va-et-vient des lanchas ne pose pas que des problèmes de sécurité : la privatisation de l’espace public — ou la dérive sécuritaire des nouveaux propriétaires — empêche désormais les canots de débarquer sur l’Isla Colon. Les pêcheurs ne sont pas les seules victimes de ce phénomène puisqu’il est aussi très difficile pour ceux qui vivent hors de Bocas del Toro de venir y travailler. À l’extérieur de la ville, les resorts sont désormais extrêmement surveillés, certaines encloses pour éviter toute incursion. Les locaux s’insurgent fréquemment contre cette restriction de leur accès à de nombreux espaces, notamment maritimes, seulement justifiée par une petite délinquance pour l’instant sans gravité. Néanmoins, l’organisation du territoire ne prend pas totalement les formes du « tourisme de plantation » observé dans les îles de la Caraïbe (Weaver, 1988), où la spécialisation des espaces est davantage marquée. Plusieurs éléments empêchent ce système de se reproduire ici ; d’abord l’insularité ne se superpose pas au caractère national ou étatique, qui est d’ailleurs ici centraméricain, et non caraïbe ; d’autre part l’effet archipel et la discontinuité de l’espace permettent des fractures territoriales encore plus marquées… le schéma de Weaver ne s’applique donc que partiellement à Bocas del Toro.

3.2.5. Les mesures de rétorsion

29La criminalité a tout de même connu une hausse non négligeable : on note de très nombreux cambriolages, des touristes détroussés sur la plage, parfois par des hommes armés. Même si elle connaît les coupables, la communauté n’est plus capable de gérer elle-même cette situation de crise, pas plus qu’une justice déficiente totalement focalisée sur le trafic de drogue. L’augmentation de la consommation de drogue chez les jeunes est l’un des aspects que soulignent la plupart des locaux. Les dealers sont très souvent consommateurs, ce qui est un phénomène nouveau dans l’île. Plus que la marijuana, c’est la cocaïne qui a fait son irruption dans le quotidien des familles, car Bocas del Toro est l’une des étapes de son transit de la Colombie vers les États-Unis. Pour l’instant, le crack n’a pas fait les ravages qu’on lui connaît dans d’autres territoires caraïbes de l’Amérique centrale (Colon, Bluefields…). Mais il existe d’autres moyens plus ou moins légaux de profiter du tourisme : le système des doubles prix en est un, tout comme l’opaque gestion de la frontière avec le Costa Rica (les douaniers contraignent les entrants à s’acheter un billet retour à 12 dollars). Autre phénomène, les artisans nationaux qui vendent dans la rue appellent fréquemment la police pour empêcher les étrangers de bénéficier de ce pignon sur rue. Ces derniers sont menacés, pénalisés financièrement, voire contraints à rejoindre le Costa Rica. Beaucoup d’autres éléments accréditent cette réaction épidermique de la société d’accueil, qu’il s’agisse des terrains vendus plusieurs fois (l’ancien alcalde est d’ailleurs actuellement en prison à ce titre), ou des intimidations que subissent parfois les Gringos la nuit tombée..

3.3. L’espace-tensions : des territoires de plus en plus marqués

3.3.1. La conscience nationale en territoire globalisé

30À la question « Y a-t-il des tensions entre les gens installés depuis longtemps sur l’île et ceux qui le sont depuis peu de temps ? », la distinction nationale s’est spontanément mise en place sans jamais qu’elle ne soit suggérée. Si l’on prend l’ensemble des personnes interrogées, 42 % affirment ne pas avoir constaté de tensions de ce type, 48 % affirment que ces tensions existent sans pour autant les considérer comme fondamentales, car la tolérance est un comportement établi dans l’île, enfin, 10 % seulement des sondés estiment que ces tensions sont très importantes dans l’archipel.

31Parmi la nature des tensions recensées, certaines sont purement ethniques, elles concernent surtout les autres nouveaux « envahisseurs » de l’île : Indigènes et Chinois. D’autres soulignent que les seules tensions qui existent sont entre nationaux et extra nationaux, et que tous les Panaméens qui viennent travailler ici sont les bienvenus. Si beaucoup s’accordent sur les tensions qui existent entre locaux et touristes, sans trop insister d’ailleurs, certains estiment que l’on doit les respecter (et arrêter les doubles prix). La césure la plus pertinente est bien celle qui différencie les nationaux des étrangers. S’il y a une défiance des locaux envers les Indigènes, voire envers ceux de la Ciudad ou des Chiriqueños, la principale tension est d’ordre national, avec les Chinois et les Gringos, qui rapatrient les devises vers leurs territoires (accusation elle aussi portée contre les Indigènes). C’est aussi l’un des aspects de cette marge anciennement et superficiellement globalisée : les mélanges ethniques ont ici développé la tolérance et relativisé les tensions liées à l’appartenance ethnique. Ainsi, ceux qui accusent les Indigènes de venir prendre le travail des Bocatoreños visent essentiellement les Ngöbe venus récemment de la Comarca, et non ceux qui résident sur l’île depuis longtemps. Aucune personne interrogée n’a exprimé de propos racistes vis-à-vis des Indigènes. Ceux qui ont évoqué les tensions ont avant tout insisté sur le problème territorial où les anciens habitants se sentent spoliés. Les seuls qui subissent un racisme ouvert sont les Chinois dernièrement arrivés, tandis que les Gringos (touristes européens comme nord-américains, ici) ne sont pas victimes de discrimination et bien accueillis par la grande majorité des locaux.

32Une nouvelle fois, le moment d’installation dans l’île est la variable la plus instructive, mais il faut bien garder à l’esprit que la variable ethnique s’y adjoint assez bien. Quand les tensions sont soulignées, il s’agit à la base de tensions sociales (les Noirs natifs exclus des revenus touristiques, pour généraliser), même s’il existe des cas, nombreux, où les tensions ethniques s’y superposent, avec les Chinois et les Ngöbe. On ose le dire pour les Chinois, mais beaucoup moins pour les Indigènes, car le tabou demeure. La solidarité nationale reste une ligne de démarcation forte pour la plupart des interrogées.

3.3.2. Le triomphe du modèle occidental

33Les Bocatoreños sont majoritairement descendants d’Antillais, et les nombreux contacts qu’ils ont eus avec les États-Unis les lient fortement à cet autre Outre-mer. Pour beaucoup, l’anglais créole est donc la langue maternelle, même si les dernières générations étaient pour la plupart élevées en espagnol (la langue de l’école). Les Étasuniens étaient très positivement perçus au début du procès touristique. On peut dès lors difficilement s’étonner que les locaux adoptent des comportements empruntés au grand voisin du Nord. Même chose pour ce qui est des jeunes générations venues de David (province de Chiriqui) ou de Panama City, villes très américanisées. En réalité, l’aspect le plus surprenant, pour qui connaît les rapports qu’entretiennent les Indigènes à cette modernité, c’est de voir que le processus touche aussi les jeunes Ngöbe qui vendent désormais eux aussi de la cocaïne. « Il y a quelques années, on ne voyait pas ces petits Indiens déguisés en gangsta rappeurs, » me confiait Ilker Lasa. Ce phénomène est évidemment lié au tourisme, qui fait se côtoyer deux mêmes générations qui se réclament d’un même monde, global ou américain, sans pour autant disposer des mêmes armes pour y accéder.

3.3.3. Clichés, identités, catégories ethniques

34La logique ethnique se surimpose sur d’autres phénomènes pour créer des clichés, elle s’articule sur des rapports de classe, eux aussi présents, mais dans une large mesure liés aux trois étapes de l’évolution progressive de la socio-économie du lieu vers un tourisme de masse. D’autant plus qu’il est difficile d’identifier le fait ethnique à Bocas del Toro. En immigrant à Bocas del Toro, les Indiens adhèrent au modèle de la nation métisse : ils se ladinisent progressivement, même si en tant que territoire global, le modèle américain y est très attractif. L’Etat existe toujours sous certaines formes, comme l’éducation en langue espagnole… Pour saisir le degré d’authenticité et d’intégration à la communauté : le temps de résidence est prépondérant. Le Bocatoreño (né ici, l’enfant de la 1ère génération de pionniers) peut être Noir, Ladino, Indien, ou Chinois. Celui de l’extérieur est moins bien vu, même s’il y a une légitimité nationale. L’indigène — de part son rôle d’auxiliaire du tourisme intensif — reste encore moins bien vu que d’autres nationaux, car il est suspecté de ne pas réellement appartenir à la nation. En revanche, celui qui n’est ni originaire de l’île, ni du Panama, est uniquement perçu à travers sa plata. On est vite un Gringo à Bocas del Toro : il suffit d’avoir de l’argent et de ne pas être panaméen.

35L’appartenance à telle ou telle catégorie, notamment celle véhiculée par les clichés, engendre des représentations différentes d’un même territoire. Tous les nouveaux arrivants avouent venir ici pour chercher « la plata ». Bocas del Toro représente la jungle, l’antimonde, mais surtout l’argent et la modernité, le fantasme. L’antimonde est accru par la renonciation politique, la corruption, un laisser-aller total en ce qui concerne l’entretien des infrastructures secondaires. Les tensions territoriales ont pris un nouveau tour avec le complet désintérêt de l’État panaméen, passé du rôle de supporteur des populations ladinisées à celui de spectateur d’une globalisation sauvage. Les rares techniques de résistance de la population locale sont de basse intensité : elles ne peuvent que nuire aux relations entre les deux communautés, nationales et étrangères, sans remettre en cause le modèle touristique en lui-même.

Conclusion

36Plus que des dissensions sociales, ethniques, ou nationales, ce sont différentes conceptions du territoire de Bocas del Toro qui s’opposent ici. Dans un certain nombre de cas, celles-ci s’appuient sur les registres socio-économiques, comme la logique de classe, présente chez les PI (ceux qui possèdent et ceux qui ne possèdent pas). Chez les PRI, s’y adjoignent des considérations culturelles où sont différenciés ceux qui sont éduqués et intégrés au système institutionnel bis (le soutenable), souvent étrangers, de ceux qui sont juste venus là travailler avant les autres (peu tournés vers le soutenable). Chez les PR, ceux qui mettent l’île sous tutelle (Gringos, Chinois, mais aussi entrepreneurs de Panama City ou trafiquants) se distinguent nettement de ceux qui en profitent temporairement (touristes, travailleurs indigènes et commerçants ladinos).

37L’origine ethnique ne fait que s’adjoindre à ces logiques historiques et socio-économiques, puisque les identités sont assez lâches sur un espace précocement globalisé et marqué par le métissage. Certains sont soupçonnés de ne pas jouer la carte nationale, comme les Ngöbe. D’ailleurs, ce phénomène se retrouve dans les termes utilisés pour définir chacune de ces catégories : Gringo, Chino et Indio sont évidemment péjoratifs, tandis qu’il n’existe pas de terme équivalent pour les métis, celui de Chiriquiño n’étant pas foncièrement négatif.

38Faute d’une cohésion suffisante des acteurs pour s’opposer aux dérives actuelles du tourisme, le concept de tourisme soutenable est devenu inopérant à Bocas del Toro. Pour les locaux, le tourisme est souvent conçu comme inéluctable et préférable au destin d’autres marges caribéennes (le marasme écologique de la comarca, le crime et la drogue à Colon). La logique historique est bien celle qui cimente l’île, en fonction des vagues migratoires : c’est l’un des effets d’un processus de ladinisation extrêmement lent. Mais face à la logique globale, et faute d’espoir local, on constate une revitalisation du sentiment d’appartenance à ce qui est conçu comme une nation métisse.

39L’enracinement au territoire est l’élément clé du futur de Bocas del Toro, bien que l’accroissement permanent de l’activité touristique ne semble pas pouvoir le stabiliser. L’autre élément fondamental pour réussir à juguler les dérives liées au tourisme reste la capacité des locaux — puis de ceux qui le deviennent — à maîtriser les tenants et les aboutissants du tourisme. Face à l’entrée fracassante de la globalisation sur un espace fini, l’éducation conserve une importance cruciale comme en atteste la prise de conscience environnementale.

Haut de page

Bibliographie

Cordero, A. (2005). Turismo y dinámicas locales: el caso de Flores, El Petén, Guatemala, FLACSO,CostaRica,[www.flacso.or.cr/fileadmin/documentos/FLACSO/turismoydinamicaslocales.pdf]

De Albuquerque K., McElroy J-L. (1999). “A longitudinal study of serious crime in the Caribbean”, Caribbean Journal of Criminology and Social Psychology, n°4, p. 32-70.

Dehoorne O. (2006). « Les bulles touristiques en milieu tropical : logiques et enjeux des enclaves touristiques dans les pays en développement. » in J. Rieucau et J. Lageiste (dir.), L’empreinte du tourisme. Contribution à l’identité du fait touristique, L’Harmattan, pp. 289 — 319.

Demyk, N. (2002). Espace pouvoir et société : contribution à l’étude des structures territoriales de l’Amérique centrale, Université Paris 7, hdr

Equipe MIT, (2002), Tourismes 1. Lieux communs. Paris : Belin

Liu, A., Wall, G. (2006). “Planning tourism employment: A developing country perspective”, Tourism Management, n° 27, p. 159-170.

Litvin, S.W. (2006). “Revisiting Plog’s Model of Allocentricity and Psychocentricity - One More Time”, in Cornell Hotel and Restaurant Administration Quarterly, vol. 47, no 3, p. 254-253.

Plog, S. (2001). “Why Destination Areas Rise and Fall in Popularity”, Cornell Hotel and Restaurant Administration Quarterly, vol. 42, no 3, p. 13-24.

Smith, V. (1977). Hosts and Guests, The Anthropology of Tourism, University of Pennsylvania Press

Stella B.R. (2005). “La ley que vende nuestro patrimonio”, La Prensa (Panama), 21 octobre 2005, in Dossier spécial Privatizacion de Islas y costas [www.dosier.prensa.com/especiales/web.asp?Id_dossiers=4]

Stephens C-S. (2008). Bosquejo historico de la provincia de Bocas del Toro, Panama, Panama, Ed. Stephens.

Wheeller B. (1998). “Eco/Ego/Sustainable Tourism : The Complete Confidence Trick”, in F. Michel (ed.), Tourismes, touristes, sociétés, L’Harmattan : 45-55.

Weaver D.B.(1988). “The evolution of a ‘plantation’ tourism landscape on the Caribbean island of Antigua”,in Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie, n° 79, p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La région de Bocas del Toro (Panama)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Le Masne, « Du soutenable à l’insoutenable : le tourisme à Bocas del Toro (Panama). L’impact des logiques nationales et globales dans la déstructuration progressive d’une société d’accueil », Études caribéennes [En ligne], 13-14 | Décembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3820 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3820

Haut de page

Auteur

Camille Le Masne

SEDET (Sociétés en développement dans l’espace et dans le temps) Université de Paris-7-Denis Diderot, Doctorant, camasne@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org