Navigation – Plan du site
Le tourisme en Amérique latine enjeux et perspectives de développement

Les résidences secondaires sur la côte Pacifique Sud du Nicaragua: une stratégie de développent et ses conséquences

Second homes on the South Pacific Coast of Nicaragua : a development strategy and its consequences
Xavier Matteucci et Matthias Beyer

Résumés

La prolifération récente des résidences secondaires, observée récemment sur la côte Pacifique Sud du Nicaragua, s’inscrit dans une perspective de développement ayant trait à l’hébergement touristique. Or, le caractère immobilier prédominant de ce type d’hébergement, ainsi que les modes de consommation de ces résidents temporaires nous mettent en garde quant aux risques socioéconomiques et environnementaux encourus par les communautés autochtones. Parmi ces risques, notons les problèmes découlant de l’amplitude des variations saisonnières, de privatisation et de destruction des espaces naturels, ainsi que les perspectives de pérennisation des retombées économiques à moyen et long terme. Les auteurs de cet article remettent donc en question les prouesses attribuées à ce secteur d’activité et invitent à considérer des alternatives de développement durable du tourisme plus respectueuses des territoires d’accueil.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au cours des dix dernières années, les régions littorales d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud ont connu un accroissement rapide du secteur des résidences secondaires. Le département rural de Rivas, situé au sud-ouest du Nicaragua, n’échappe pas à cette tendance. Les gains économiques, mis en exergue par les promoteurs immobiliers, pour promouvoir ce secteur d’activités, contribuent souvent à justifier certaines politiques locales de développement ayant trait à l’hébergement touristique. En Europe, les enjeux relatifs à l’implantation de résidences secondaires sont bien connus depuis les années 1980, où, déjà, à cette époque, les politiques d’aménagement touristique des littoraux français et espagnol des années 1960 et 1970 arboraient leurs premiers déséquilibres (Vles, 2004). Toutefois, et en dépit de l’ampleur des défis, à la fois socio-économiques et environnementaux, que représentent la prolifération de ce phénomène immobilier à l’échelle mondiale, le peu d’informations disponibles en matière touristique constitue une des carences principales de ce segment. Les impacts socio-économiques attribués aux résidences secondaires ont cependant fait l’objet de nombreuses études. À ce titre, il est notable de remarquer, entre autres, les travaux de Bevan and Rhodes (2005) en Écosse, Bourrat (2000) et Calzada et al. (2004) en France, Mateu I Lladó (2003) et Mazón et Aledo (2004) en Espagne, Müller (2001) en Suède, Hiernaux (2005) au Mexique, Mottiar (2006) en Irlande, et Visser (2004a, 2004b et 2006) en Afrique du Sud, dont il ressort que si les communautés locales semblent bénéficier économiquement et à court terme, de la création d’emplois principalement induits par l’activité du bâtiment, et de l’investissement public en équipement et services, les risques n’en demeurent pas moindres. La prolifération récente des résidences secondaires, observée récemment sur la côte Pacifique Sud du Nicaragua, constitue une excellente illustration du phénomène et permet d’en faire une première évaluation, qui conduira dès lors à s’interroger sur le bien-fondé de ces politiques destinées à soutenir le développement local, et par là, à nuancer toute politique de développement touristique fermement basée sur les promesses de ce segment.

I Rivas, une région qui se convertit au tourisme

2Même si l’image du Nicaragua n’est pas aussi favorable que celle du Costa Rica, ce pays n’a guère à envier à son voisin du sud en ce qui a trait à ses paysages, ses ressources naturelles et son patrimoine archéologique. Les chiffres du tourisme à l’échelle nationale, disponibles auprès de l’institut nicaraguayen du tourisme (INTUR), indiquent une croissance soutenue de ce secteur ces dernières années avec notamment un nombre de visiteurs passant de 579 165 en 2002 à 898 699 en 2006. De même, les recettes, que procure l’activité touristique, ont doublé entre ces mêmes années allant de 116 millions de dollars US en 2002 à 230 millions en 2006 (INTUR, 2006). Si le Nicaragua est devenue une destination référence pour l’écotourisme, d’importants investissements en infrastructures portuaires ont permis, en l’espace de quatre années, de tripler les mouillages de bateaux de croisière aux ports de San Juan del Sur et Puerto de Corinto, accueillant ainsi quelques 15 000 excursionnistes en 2006.

3Au sud-ouest du pays, le département de Rivas (voir cartes ci-après) longe le lac Nicaragua (dixième plus grand lac au monde et unique pour ses requins d’eau douce) et l’océan Pacifique. Au nord se trouve le fleuve Ochomogo, et au sud le Costa Rica. L’isthme, qui définit géographiquement ce département, se caractérise par les plaines fertiles d’Ochomogo et Nagualapa, les nombreuses collines occidentales donnant sur l’océan, et l’île d’Ometepe sur laquelle s’élèvent les volcans Concepción (1610m) et Maderas. Nombreux sont les adeptes de l’écotourisme et de surf qui désormais fréquentent les plages de la région aux dépens du Costa Rica devenu soit trop développé et/ou trop dispendieux. La région compte une population d’environ 167 000 âmes et son économie est essentiellement axée sur le tourisme, l’élevage et l’agriculture. En dépit d’une récente expansion des activités touristiques dans la région, le taux de chômage demeure important. Des informations locales indiquent que jusqu’à 28% de la population de Tola émigrerait vers le Costa Rica chaque année dans l’espoir d’y trouver de meilleures perspectives d’emploi (Aguilera, 2005).

Représentation de la région Centre Amérique et du Nicaragua avec le département de Rivas (cercle jaune)

4Ces dernières années, les zones littorales de San Juan del Sur (14 741 habitants en 2005) et Tola, ont vu de considérables investissements nationaux comme étrangers alimenter de larges projets immobiliers. Comme l’illustre Espinosa (2007), pour la seule municipalité de Tola, qui ne comptait que 22 012 habitants en 2005 (INIDE, 2005), treize majeures opérations immobilières étaient soit en étude, soit en cours de réalisation ou déjà achevées. Les luxueux appartements et villas de ces projets trouvent, avec quelques exceptions, preneurs européens et nord américains désirant une retraite au soleil pour pas moins de 750 000$US l’unité (Chamorro, 2006). De plus, parmi les futurs aménagements mentionnés dans la presse nationale, la municipalité compterait avec la construction d’un port de plaisance, un palais des congrès, des zones commerciales, un club de plage privée ainsi qu’un parcours de golf.

  • 1 Notons les nombreux articles de presse (Quintero, 2007; Solano Martínez, 2007; entre autres) qui fo (...)

5Toutefois, l’accroissement rapide du secteur des résidences secondaires au sein de la région accuse un développement désordonné, marqué par la prolifération, souvent en marge du cadre juridique, de la construction de villas et complexes de tourisme à vocation résidentielle, lesquels ont attisé le mécontentement des communautés locales ces dernières années. 1Dès lors, c’est dans ce contexte qu’en 2006, l’Association des Municipalités de Rivas (AMUR) convoqua une étude visant à pallier la discorde croissante entre les communautés autochtones et des nouveaux investisseurs et résidents fortunés, ainsi qu’à munir les municipalités d’outils pour une gestion adéquate de ce type d’activités en plein essor. À cet effet, les résultats d’une l’étude empirique menée dans la région de Rivas en janvier et février 2007, nous amèneront à considérer :

6D’une part, le positionnement, qui vise à tenir les résidences secondaires pour une activité touristique, lequel est mis en question; Et ensuite, les conséquences socio-économiques liées au développement du secteur des résidences secondaires. Leurs effets et risques environnementaux méritant subséquemment une attention toute particulière.

II. Résidences secondaires: une activité moins touristique qu’immobilière

7Dans ses travaux sur l’hébergement non-marchand sur le littoral français, Vles (2004) propose la définition suivante : "Une résidence secondaire est une maison ou un appartement occupé temporairement et à n’importe quel moment de l’année par son propriétaire ou locataire, seul ou avec sa famille ou des amis, à des fins de loisirs". Or si le terme résidence secondaire est éloquent dans la langue française, il devient ambigu, même paradoxal dans sa version espagnole, traduit littéralement par "tourisme résidentiel" (turismo residencial). Ainsi, Torres Bernier (2003) avance que le terme turismo residencial comprend une contradiction en soi, à savoir que par essence, un résident n’est point un touriste. De plus, si l’on considère l’activité économique liée à ce segment, il est permis de douter de la véritable contribution en matière touristique de ce secteur, qui semble d’avantage favoriser les domaines de la construction et de la promotion immobilière. De fait, Torres Bernier (2003) et Mazón (2007) soulignent que les modes de consommation des propriétaires ou locataires de résidences secondaires s’apparentent aux coutumes et pratiques du résident permanent, à savoir l’usage d’un véhicule privé ainsi que la faible fréquentation des sites et infrastructures touristiques. Ainsi, il convient de constater que, sur la base de ses dépenses journalières, le résident secondaire est amené à injecter moins d’argent dans l’économie locale que le touriste conventionnel. À l’opposé, dans son analyse purement économique et sur une base annuelle, Mottiar (2006) constate que dans la région North Wexford en Irlande, les résidences secondaires, par leur permanence, contrairement au tourisme conventionnel, engendrent des retombées économiques importantes à travers la consommation et l’apport fiscal.

8D’autre part, si la résidence secondaire a souvent revêtu un caractère anonyme par son intégration discrète au sein d’environnements urbains comme ruraux, les exemples nord-américains de ces quelques dernières années, connus sous forme de quartiers résidentiels clos (gated communities en anglais), souvent érigés en marge des centres urbains, dénotent d’une volonté d’isolement dissonante d’une activité touristique où visiteurs et locaux aspirent à se rencontrer. Le Goix (2003) décrit ces quartiers résidentiels clos en tant que nouvelle forme d’urbanisme où l’espace public est privatisé. Dans la littérature espagnole, Aledo (2008) présente cette nouvelle génération de développements résidentiels sous le nom de nuevo turismo residencial où le modèle du complexe hôtelier à la formule tout inclus, de type Club Med, est transposé aux résidences secondaires. Ce nouveau phénomène est principalement celui que nous avons rencontré au sein des municipalités de San Juan del Sur et Tola. Dès lors, la question se pose d’évaluer les conséquences de ces nouveaux quartiers résidentiels sur les régions rurales d’un pays en voie de développement comme le Nicaragua.

III. Considérations socio-économiques

9Depuis la moitié des années 1990, dans les communes de San Juan del Sur et Tola, des promoteurs immobiliers ont acquis à vil prix de vastes terres, où ils y ont érigés de luxueuses résidences destinées aux riches ressortissants européens et nord-américains. Dans un rapport de Bonilla et Mordt (2008), on apprend que ces transactions spéculatives n’ont cessé de faire monter le prix d’achat des parcelles côtières, partant d’une valeur de 300 $US l’hectare il y a une quinzaine d’années à des prix grimpant jusqu’à 280 000 $US aujourd’hui. Il est notable de signaler que, dans de nombreux cas, les terres qui furent vendues à des investisseurs ou promoteurs transnationaux, basées sur une valeur agricole, furent revendues par ces investisseurs ou promoteurs au prix immobilier des marchés occidentaux, de ce fait compromettant l’accès à la propriété pour la très grande majorité de la population locale. À San Juan del Sur et Tola, des paysans au revenu modeste, séduits par la promesse d’une richesse soudaine, bradèrent leurs terres pour fin d’acquérir des biens de consommation qui leur étaient jadis inaccessibles, mettant ainsi en péril leur unique moyen de subsistance en quelques mois. D’autres acceptèrent la promesse de pouvoir demeurer sur leur terre, même une fois vendue, et d’y poursuivre leur activité agricole. Cependant, lorsque la terre changea de nouveau de propriétaire, la promesse s’évapora soudainement, obligeant ces paysans à abandonner leurs travaux agricoles. Une fois que les terres cultivables et les pâturages seront convertis en parcours de golf, on peut alors émettre l’hypothèse que les communautés autochtones dépendront de produits alimentaires importés et deviendront vulnérables contre tout changement politique comme économique. De tels processus ont été signalés en Afrique du Sud (Visser, 2004a, 2004b & 2006), aux Etats-Unis (Fritz, 1982; Faulkenberry et al.,2000), ainsi qu’au Mexique (Hiernaux, 2005). A titre d’exemple, au sein de la municipalité sud-africaine de Clarens, Visser (2006) remarqua que l’établissement de nouveaux quartiers résidentiels permit également de maintenir la ségrégation raciale. Avec l’expansion des quartiers résidentiels, et afin d’amortir les investissements publics en infrastructures et en aménagement du territoire, la taxe foncière augmenta, contraignant les résidents à faible revenu de quitter leur quartier pour des zones périphériques.

  • 2 L’année 1979 est celle de la victoire du Front Sandiniste de Libération Nationale face à la dictatu (...)

10Une autre source de tension au sein des deux communes relève des droits d’usage et de propriété. En premier lieu, il est nécessaire de mentionner que l’évolution et la transmutation du cadre juridique nicaraguayen relatif aux droits de propriété, demeurent ambiguës depuis l’année 19792. De ce fait, bien que les noms des nouveaux acquéreurs soient généralement inscrits sur le registre cadastral, la commune de Tola fut le théâtre de conflits entre différents acteurs où chacun réclamait ses propres droits de propriété pour un même terrain. Ces nombreux litiges, certains copieusement médiatisés par voie de presse locale ou nationale, souillèrent l’image de la région en tant que destination touristique ainsi que sa valeur à l’investissement (Sanchez & Potoy, 2006; Aguilera & Villareal, 2008). En ce qui a trait à la terre, la loi nicaraguayenne reconnaît aux communautés indigènes le droit fondamental à l’usage et à la jouissance des eaux, forêts et terres qui leur ont traditionnellement appartenu (Leclerc, 2008). De plus, il apparaît que les terres, appartenant collectivement aux peuples indigènes, ne peuvent être ni vendues ni expropriées. Dans la commune de Tola, un exemple de contentieux qui concerne des terres indigènes est celui de Las Salinas de Nahualapa, où un investisseur étasunien tente de bâtir un projet résidentiel qui inclurait une frange importante de la plage Playa Sardina. Bien que selon la loi nicaraguayenne, les plages demeurent du domaine public, à Tola, la privatisation de franges du littoral, sous forme d’enclaves clôturées, a exclu les résidents indigènes d’accès à leurs ressources et occupations traditionnelles telles que la pêche et la collecte de coquillages. Un rapport révèle qu’à la suite des récents développements résidentiels à vocation touristique, seulement neuf des cinquante-quatre kilomètres de plages de la commune de Tola restent accessibles à la population locale (Rodriguez, 2007). Dans ses travaux sur le tourisme et l’accès aux ressources dans les petites îles de la Caraïbe, Dehoorne (2006) indique également qu’avec la privatisation des espaces naturels à des fins touristiques « des portions de front de mer se ferment, des enclaves hôtelières se greffent au littoral, des îlots de richesse et de surconsommation s’imposent à des populations dépourvues ». Les chercheurs Pessoa Silva et Lisboa Nobre (2007) ont fait état de problèmes semblables sur la côte brésilienne de Rio Grande do Norte, où les populations autochtones se trouvent physiquement, socialement et économiquement séparées des touristes et résidents étrangers.

11À Tola, tant les investisseurs que les autorités locales vantent les effets positifs des récents et futurs projets résidentiels sur l’économie locale, à savoir de plus amples opportunités d’emploi, de nouvelles infrastructures publiques (telles que des écoles et établissements hospitaliers), ainsi qu’un réseau électrique étendu et une nouvelle route reliant Tola à la ville de Rivas (Guerrero Nicaragua, 2005). Il a été estimé que grâce au Plan de Développement Municipal (Plan de Desarrollo Municipal), élaboré par la municipalité de Tola, outre les 555 emplois déjà créés en 2006, 2 800 emplois supplémentaires étaient promis jusqu’en 2010 (Alcaldía de Tola, 2007).

12Cependant, la situation actuelle semble désavouer les vertus attribuées aux résidences secondaires, notamment en termes de création d’emplois, puisque seulement un nombre restreint d’emplois, de surcroît mal rémunérés, a été offert durant la phase de construction de projets. Le problème de saisonnalité souvent attribué aux activités touristiques s’avère également être celui du secteur des résidences secondaires. Bien que ce symptôme n’ait pas été foncièrement remarqué au sein de la région de Rivas, il n’en reste pas moins une véritable menace si les développements résidentiels projetés ne sont pas contrôlés. À ce titre, les travaux de Bevan et Rhodes (2005) en Écosse indiquent que la faible consommation de ces résidents temporaires concourt à engendrer des quartiers fantôme où des commerces restent fermés les trois quarts de l’année. Bien qu’il soit évident que nombre de résidents tirent avantage des nouvelles possibilités d’ouvrage en tant que manœuvres, jardiniers ou vigiles à la surveillance de domaines résidentiels, il est aussi vrai que ces emplois ont attiré, à Tola et à San Juan del Sur, de nombreux migrants venus des régions et pays limitrophes, réduisant ainsi les opportunités salariales de la population locale.

  • 3 Le centre de vacances dans sa totalité, incluant jardins, piscines, 4 km de plage, terrains de tenn (...)

13Afin de contraster les perspectives d’emplois sur le long terme que toute politique de valorisation des résidences secondaires laisserait envisager, une comparaison est faite avec le seul complexe hôtelier de type forfait « tout compris » du Nicaragua. Situé en bord de plage, à Playa Montelimar sur la côte pacifique, au nord du département de Rivas, ce grand hôtel3 , bâti sur une surface de 12 000 m² et permettant d’accommoder jusqu’à 525 hôtes, emploie environ 108 personnes à plein temps tout au long de l’année. Les dépenses annuelles relatives à la gestion des opérations hôtelières, et qui sont injectées dans l’économie régionale, s’élèvent à un montant approximatif de 1,9 million de dollars US. Considérant que la surface moyenne bâtie d’une résidence secondaire individuelle au Nicaragua couvre une aire d’environ 500m², il ne serait donc possible de construire que vingt-quatre villas sur une surface équivalente à celle dudit hôtel. En outre, afin d’arriver au même volume en matière de dépenses courantes et en matière d’emploi, les propriétaires de chacune de ces villas se verraient contraints d’engager quatre personnes à plein temps et une à temps partiel, ainsi que de dépenser localement et quotidiennement jusqu’à 217 dollars US en biens et services.
L’argument apporté ici n’étant évidemment pas de justifier le bien fondé des larges complexes hôteliers comme celui du Barceló Montelimar, mais plutôt de mettre en relief la piètre performance, que constitue l’apport économique apporté aux communautés locales, du secteur des résidences secondaires.

14Un autre aspect économique important concernant la résidence secondaire réside dans les questions relatives à la taxe foncière, laquelle constitue un apport non négligeable dans les caisses municipales. À Tola, en 2007, il a été estimé que les taxes relatives aux résidences secondaires ont contribué à échelle de 13% environ du revenu municipal total (Bonilla & Mordt, 2008). Visser (2004a) et Hiernaux (2005) ont cependant averti que cette situation pouvait changer radicalement à long terme à cause des investissements en infrastructures et autres dépenses municipales nécessaires pour faire face à l’extension des quartiers. À ce propos, notons que les municipalités de San Juan del Sur et de Tola devaient déjà acquitter de lourdes factures concernant le traitement des déchets, l’accès à l’eau potable et à la réparation des routes endommagées par les nombreux véhicules qui transportent de lourds matériaux de construction.

15Enfin, nous signalerons qu’au Nicaragua, la loi dite Ley No. 360 invite les promoteurs transnationaux, à investir dans de larges projets touristiques, en leur offrant de généreuses exonérations d’impôts à hauteur de 90% sur une période de dix ans. C’est ainsi que dans le département de Rivas, en 2006, 23 projets bénéficiaient de cette loi No. 360 (INTUR, 2006). Hormis un manque à gagner évident de la part des autorités publiques, la critique principale trouve sa raison d’être dans le fait que les promoteurs immobiliers endossent rarement les coûts relatifs aux infrastructures qui connectent ou alimentent leurs projets (Mazón, 2007).

IV. Considérations environnementales

16Si les prouesses économiques attribuées aux résidences secondaires sont indéniablement contestées, l’empreinte écologique de ce type d’hébergement n’en est pas moins condamnable. La pression exercée sur les espaces naturels par des développements résidentiels hâtifs et désordonnés est à prendre en considération : dégradation des paysages, altération de la biodiversité locale, érosion et désertification, contamination des nappes phréatiques, destruction des espaces verts publics, traitement des déchets, ainsi que les cicatrices d’une architecture bon marché (Gartner, 1987; Vera Rebollo, 1987; Mateu I Llado, 2003; Aledo & Mazón, 2004; Mazón, 2007). Sur la commune de Tola, l’urbanisation provoque la destruction des mangroves, et autour de San Juan del Sur, avec la construction de nouvelles résidences, l’exploitation des ressources naturelles comme le bois, le sable des plages et le gravillon des cours d’eau favorise l’érosion et la déforestation.

  • 4 La presse nationale nicaraguayenne fait mention de ces pénuries d’eau dans la région de Rivas; à ti (...)

17L’accès à l’eau est un autre défi auquel la région se trouve confrontée. Lors de la saison sèche (de janvier à avril), il n’est pas rare que la municipalité de San Juan del Sur accuse de graves problèmes d’approvisionnement en eau potable de qualité. Les indices climatiques laissent envisager que le bas niveau actuel des nappes phréatiques de cette région côtière, au climat tropical sec, risque d’atteindre un seuil critique dans les années à venir. Ces dernières, qui permettent à peine à subvenir aux besoins de l’agriculture locale 4, sont soumises à de fortes pressions exercées d’une part par l’activité touristique conventionnelle et d’autre part par la construction et consommation gargantuesque des résidences secondaires. Plusieurs études, basées sur le littoral espagnol, précisent que la consommation d’eau journalière moyenne d’une personne logée dans une résidence secondaire avec jardin et piscine peut être jusqu'à trois fois supérieure (jusqu'à 600 litres par jour) à celle d’un résident permanent sans piscine (environ 200 litres), et au moins deux fois supérieure à celle d’un touriste logé à l’hôtel (entre 250 et 300 litres). Le long du littoral ainsi qu’en milieu rural, l’approvisionnement en eau potable procède de forages qui puisent dans les réserves aquifères. Les risques d’épuisement de ces réserves par l’exploitation de l’eau souterraine le long des côtes, où les résidences secondaires et autres centres touristiques sont généralement localisés, augmentent les risques d’intrusion d’eau salée dans les nappes phréatiques, lesquelles une fois contaminées peuvent restées polluées durant des années.

18Dans le même ordre, la gestion des ordures ménagères et des eaux usées pose un problème supplémentaire préoccupant. Nombreuses sont les régions côtières et rurales d’Amérique Centrale, où, en l’absence de système d’épuration, les effluents sont directement déversés dans la nature au moyen de puits d’infiltration sans avoir été préalablement traités. Les systèmes de contrôle sanitaire, tout comme la législation concernant les systèmes d’assainissement non collectifs étant imprécis, il est alors difficile d’évaluer le risque de contamination ou de pollution des eaux. Cependant, la problématique est pressante, puisque rappelons que près de 50% des nicaraguayens, vivant en milieu rural, n’ont pas accès à une source d’eau potable sure, et que 25% ne bénéficient pas d’installations sanitaires (FISE, 2004).

19Enfin, le paysage, attrait majeur sur lequel le tourisme de la région dépend largement, est paradoxalement malmené -si on en juge par la nature des développements résidentiels existants par des acteurs avides de retours sur investissements. Deux types de développements résidentiels sont exhibés : le premier est compact avec une architecture standardisée, et le second disparate.

Conclusion

20La prolifération des résidences secondaires sur la côte Pacifique Sud du Nicaragua s’inscrit dans une perspective de développement du tourisme. Or, le caractère immobilier prédominant de ce type d’hébergement, ainsi que les modes de consommation de ces résidents temporaires nous mettent en garde quant aux risques socioéconomiques et environnementaux encourus par les communautés autochtones. Parmi ces risques, comme l’illustre la situation du département de Rivas, notons les problèmes découlant de l’amplitude des variations saisonnières, de privatisation et de destruction des espaces naturels, ainsi que les perspectives de pérennisation des retombées économiques à moyen et long terme. Le poids de ces enjeux nécessite donc de relativiser les gains réels des résidences secondaires en milieu rural. Jusque-là, les autorités locales, aux moyens limités, un cadre juridique inadéquat et un certain manque d’expérience dans ce type d’activité, ne sont pas toujours en mesure de contrôler l’évolution des projets engagés par certaines élites locales ou transnationales. Il convient donc de définir de nouvelles politiques de développement et de valorisation des ressources, notamment à travers l’application des principes du développement durable. Il s’agit aussi bien évidemment de mener des études de faisabilité prenant en compte les spécificités des territoires, afin d’être en mesure d’établir un seuil critique de charge pour ces milieux. Les autorités en charge du tourisme devront non seulement freiner les développements des résidences secondaires mais surtout opter pour d’autres formes de tourisme permettant un développement harmonieux et respectueux des écosystèmes. À ce titre, les stratégies d’un tourisme durable doivent permettre de diversifier l’offre de produits de qualité dans un souci d’intégration des communautés locales. Comme le soulignent Fomoa-Adenet et Rieutort (2008), il est important de tenir en compte des problématiques socioéconomiques et culturelles des lieux et de « passer d’un mode de coordination hiérarchique à un mode plus participatif ». Pour ces auteurs, le développement durable passe par « une redéfinition des règles collectives qui visent à inventer des solidarités durables reposant davantage sur des savoir-être ensemble que sur des savoir-faire purement techniques ». En définitive, les configurations durables comme l’écotourisme, le tourisme rural ou le tourisme culturel créatif, qui nécessitent la mobilisation des savoir-faire et des identités, ainsi qu’une véritable conscience quant aux richesses à préserver, passent pour seules alternatives à une urbanisation avide de ressources. À l’avenir, pour une région rurale côtière, qui mise sur le tourisme pour sa mise en valeur, le danger que représente la propagation des résidences secondaires est celui d’une surconsommation des ressources naturelles qui pourraient autrement profiter à ces autres activités touristiques plus respectueuses des territoires hôtes.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Alcadía de Tola. 2007. Plan de Desarrollo Municipal. Power Point Presentation.

Aledo Tur, A. 2008. De la Tierra al Suelo: La Transformación del Paisaje y el Nuevo Turismo Residencial, ARBOR Ciencia, Pensamiento y Cultura, enero-febrero 2008, 99-113.

Bevan, M., Rhodes D. 2005. The Impact of Second and Holiday Homes on Rural Communities in Scotland, PRECIS n.70.

Bonilla, A., Mordt, M. 2008. Turismo y Conflictos Territoriales en el Pacífico de Nicaragua: el caso de Tola, más allá de los titulares. PRISMA (Programa Salvadoreño de Investigación sobre Desarrollo y Medio Ambiente/Salvadoran Research Program on Development and Environment).

Bourrat, Y. 2000. La résidence secondaire. Obstacle ou tremplin au développement local? Revue Espaces, n. 176, p. 16-21.

Calvet & Asociados. 2006. Plan Estratégico para el Desarrollo Turístico “Municipio de San Juan del Sur”. Managua/ Nicaragua.

Calzada, C., Le Blanc, F., Vandendriessche, M. 2004. Les résidences secondaires possédées par des étrangers, SES no. 156.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Dehoorne, O. 2006. Tourisme et accès aux ressources dans les petites îles de la Caraïbe, Études Caribéennes, 5/2006.
DOI : 10.4000/etudescaribeennes.275

Espinosa, F. 2007. Consultoría para la elaboración de un estudio catastral en el litoral marino de Tola. MASRENACE-GTZ.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Faulkenberry, L., Coggeshall, J., Backman, K., Backman, S. 2000. A culture of servitude : The impact of tourism and development on South Carolina’s coast, Society of Applied Anthropology. Volume 59, no.1.
DOI : 10.17730/humo.59.1.353730461t724j02

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Fomoa-Adenet, M., Rieutort, L. 2008. Territoires ruraux insulaires et développement durable, Études Caribéennes, 11/2008.
DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3454

Fritz, R. 1982. Tourism, Vacation Home Development and Residential Tax Burden: A Case Study of the Local Finances of 240 Vermont Towns, American Journal of Economics and Sociology, Vol. 41, 375-385.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Gartner, W. 1987. Environmental impacts of recreational home development, Annals of Tourism Research, 14, pp. 38-57.
DOI : 10.1016/0160-7383(87)90046-6

Hiernaux, D. 2005. La Promoción Inmobiliaria y el Turismo Residencial: El Caso Mexicano, Scripta Nova, Vol. IX, No. 194 (05).

INIDE. 2005. Caracterización Sociodemográfica del Departamento de Rivas. VIII Censo Nacional de Población y IV de Vivienda 2005.

INTUR. 2006. Boletín de Estadísticas de Turismo. Managua, Nicaragua.

Leclerc, J. 2008. «Nicaragua» dans L’aménagement linguistique dans le monde, Québec, TLFQ, Université Laval. URL: http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/amsudant/nicaragua.htm. Consulté le 20 juillet 2009.

Le Goix, R. 2003. The Suburban Paradise or the Parceling of Cities? An analysis of discourses, fears and facts about the sprawl of gated communities in Southern California. UCLA International Institute.

Mateu I Lladó, J. 2003. Turismo Residencial y Dispersión Urbana en Mallorca (Illes Balears). Un Ensayo Metodológico en el Municipio de Pollença, Estudios Turísticos, No. 155-156 (2003), 197-218.

Mazón, T. 2007. El Turismo Residencial en el Mediterráneo Español. Pensando Turismo.

URL: http://www.pensandoturismo.com. Consulté le 29 novembre 2007.

Mazón, T., Aledo Tur, A. 2004. Impact of residential tourism and the destination life cycle theory. WIT Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Mottiar, Z. 2006. Holiday Home Owners, a Route to Sustainable Tourism Development? An Economic Analysis of Tourist Expenditure Data, Journal of Sustainable Tourism. Vol. 14, N. 6, p. 582-599.
DOI : 10.2167/jost585.0

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Müller, D. K. 2001. Second home ownership and sustainable development in Northern Sweden, Tourism and Hospitality Research, vol. 3, No.4.
DOI : 10.1177/146735840200300406

Pessoa Silva, M. F., Lisboa Nobre, P. J. 2007. The close relation-ship between tourism and a privately governed territory – a sustainable urban solution for Brazil? Private Urban Governance and Gated Communities. 064.

Rodríguez, N. 2007. Mapa de desarrollos turísticos, conflictos y accesos a playas. Alcaldia de Tola, Mimeo.

Torres Bernier, E. 2003. El Turismo Residenciado y sus Efectos en los Destinos Turísticos, Estudios Turísticos, n. 155-156, p. 45-70.

Vera Rebollo, F. 1987. Turismo y urbanización en el litoral alicantino. Alicante: Instituto de Cultura Juan Gil-Albert.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Visser, G. 2004a. Second homes and local development: Issues arising from Cape Town’s De Waterkant, GeoJournal, 60 : 259-271.
DOI : 10.1023/B:GEJO.0000034733.80648.88

Visser, G. 2004b. Second homes and Small-town (Re)development: the Case of Clarens, Journal of Family Ecology and Consumer Sciences, Vol. 32.

Visser, G. 2006. South Africa has Second Homes too! An Exploration of the unexplored, Current Issues in Tourism, Vol. 9, N. 4 & 5.

Vles, V. 2004. L’hébergement non marchand, un casse-tête pour le tourisme littoral français? Premières rencontres franco-espagnoles du tourisme. Arles.

Articles de presse :

Aguilera, A. 2005. Riviera de Tola generara millones. La Prensa, édition du 25 février 2005. URL: http://www.laprensa.com.ni/cronologico/2005/febrero/25/economia/economia 20050225-02.html. Consulté le 13 mai 2008.

Aguilera, A., Villareal, R. 2008. Empujan turismo en San Juan del Sur. La Prensa, édition du 26 janvier 2008. URL: http://www.ni.laprensa.com.ni/archivo/2008/enero/26/noticias/economia/. Consulté le 13 mai 2008.

Chamorro, E. 2006. Norteamericanos y europeos enamorados de Arenas Bay. La Prensa, édition du 14 décembre 2006. URL:
http://www.laprensa.com.ni/archivo/2006/diciembre/14/noticias/mosaico/158879_print.shtml. Consulté le 13 mai 2008.

Guerrero Nicaragua, R. 2005. Inversiones frenan migración en Tola. La Prensa, édition du 28 février 2005.
URL:http://www-ni.laprensa.com.ni/archivo/2005/febrero/28/nacionales/. Consulté le 13 mai 2008.

Quintero, L. 2007. Cierran otra playa en Rivas. El Nuevo Diario, édition du 22 janvier 2007. URL: http://impreso.elnuevodiario.com.ni/2007/01/22/nacionales/39389. Consulté le 13 mai 2008.

Sanchez Ricarte, N., Potoy Rosales, F. 2006. Juez rectifica y devuelve propiedades a inversionistas. La Prensa, édition du 18 mai 2006. URL: http://www-ni.laprensa.com.ni/archivo/2006/mayo/18/noticias/regionales/. Consulté le 13 mai 2008.

Sánchez Ricarte, N., Vargas, L. 2007. Ganaderos afligidos por retraso de lluvias. La Prensa, édition du 12 mai 2007. URL: http://www.laprensa.com.ni/archivo/2007/mayo/12/noticias/nacionales/190500.shtml. Consulté le 14 mai 2008.

Sánchez Vargas, T. 2007. Bajón en turismo en Granada. La Prensa, édition du 30 octobre 2007. URL: http://www.laprensa.com.ni/archivo/2007/octubre/30/noticias/nacionales/224224.shtml. Consulté le 14 mai 2008.

Solano Martínez, M. 2007. Las costas de oro de Tola y San Juan del Sur. La Prensa, édition du 1 août 2007. URL: http://www.laprensa.com.ni/archivo/2007/enero/12/especiales/reportajes/166010.shtml. Consulté le 14 mai 2008.

Haut de page

Notes

1 Notons les nombreux articles de presse (Quintero, 2007; Solano Martínez, 2007; entre autres) qui font allusion aux nombreux projets « touristico-immobiliers » qui se caractérisent sous forme d’enclaves privées occupées par de luxueuses villas ou complexes résidentiels clôturés. Pour un aperçu supplémentaire d’un certain nombre de développements touristiques/résidentiels, veuillez consulter le site internet de la firme Calvet & Associates, responsable d’un grand nombre de projets dans le département de Rivas: http://www.rcalvet.com/en/.

2 L’année 1979 est celle de la victoire du Front Sandiniste de Libération Nationale face à la dictature du clan Somoza au pouvoir depuis 1937. À partir de cette date, une série de réformes agraires fut mise en place redistribuant peu à peu des parcelles cultivables aux paysans sans terre. En 1990, la nouvelle présidente, Violeta Chamorro, amorça une tentative de reconstruction du pays, instaurant des lois visant à revoir les mesures adoptées lors de la période précédente. De fait, les changements structurels relatifs aux droits de propriété furent appliques en marge du Cadastre et du registre foncier, lesquels étant les seuls institutions garantissant la sécurité juridique de la propriété (MAGFOR, 2005, cité dans Bonilla & Mordt, 2008). L’ambiguïté juridique et institutionnelle actuelle provient de cette série de réformes. Une description plus détaillée de ces lois et réformes est fournie par Bonilla et Mordt (2008) dans le cadre de leurs travaux sur les conflits territoriaux au sein de la commune de Tola

3 Le centre de vacances dans sa totalité, incluant jardins, piscines, 4 km de plage, terrains de tennis, bungalows et autres dépendances, compte une surface de 210 hectares (soit environ 2 100 000m²). Cependant, ici nous nous basons sur la surface construite du bâtiment principal.

4 La presse nationale nicaraguayenne fait mention de ces pénuries d’eau dans la région de Rivas; à titre d’exemples, veuillez vous référer aux articles de Sánchez Ricarte &Vargas (2007) et de Sánchez Vargas (2007).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Représentation de la région Centre Amérique et du Nicaragua avec le département de Rivas (cercle jaune)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3869/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Matteucci et Matthias Beyer, « Les résidences secondaires sur la côte Pacifique Sud du Nicaragua: une stratégie de développent et ses conséquences », Études caribéennes [En ligne], 13-14 | Décembre 2009, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 30 juin 2016. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3869 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3869

Haut de page

Auteurs

Xavier Matteucci

Modul University Vienna, xavier.matteucci@modul.ac.at 

Matthias Beyer

Université de Eberswalde (Allemagne), beyer@mascontour.info

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org