Navigation – Plan du site
Dossier : Le tourisme en Amérique latine enjeux et perspectives de développement

Observatoire de tourisme et de culture comme stratégie mise en valeur du développement régional

Observatory of culture and tourism as a development strategy of regional development
Edegar Luis Tomazzoni et Eric Dorion

Résumés

Cet article aborde la création du projet Observatoire de Tourisme et Culture de la Serra Gaúcha qui, dans son étape initiale, inclut les dix villes de l'Agglomération Urbaine nord-est de l'État de Rio Grande Do Sul (AUNe). La création de l'Observatoire a été prévue dans le projet de Valorisation du Tourisme Intégré à l'Identité Culturelle des Territoires (VICTUR), financé par le Programme URB-AL, de la Commission Européenne. Le programme de Maîtrise en Tourisme de l’Université de Caxias do Sul coordonne et développe les activités de recherche de l'Observatoire, dont l'objectif principal est de contribuer au développement régional, par un processus de socialisation de connaissances, au moyen d’un portal électronique (www.observatur.org.br). L'initiative démontre la possible coopération et la présence réelle d’échanges entre les organismes publics et privés pour la réalisation de projets d'intérêts communs qui mettent en valeur le capital social régional.

Observatory of culture and tourism as a development strategy of regional development

This article discusses the creation of Project Monitoring Tourism and Culture of the Serra Gaucha, which in its initial stage, includes the ten cities of the urban north-eastern state of Rio Grande Do Sul (ELL). The creation of the Observatory has been provided in the proposed Integrated Tourism Enhancement of the Cultural Identity Territories (victuri), funded by the URB-AL, the European Commission. The program in Tourism Degree from the University of Caxias do Sul coordinates and develops research activities of the Observatory, whose main objective is to contribute to regional development, um process of socialization of knowledge, by means of an electronic portal (www.observatur.org.br). The initiative demonstrates the cooperation and the possible presence of real exchange between public and private projects of common interests that enhance the regional capital.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le processus de globalisation a impulsé les économies de marché des pays émergents, dont la transition insère l’industrie du tourisme. L'internationalisation du tourisme se configure comme opportunité pour les pays en émergents, grâce à l'intégration entre l'académie et les organisations des secteurs public et privé, et par la fortification de la compétitivité des destinations touristiques (URRY, 1995; OMT, 2007). En raison de cela, la mise en oeuvre de projets d’envergure régionale est nécessaire, comme base d’informations sur le potentiel de l’offre, les dimensions de la demande touristique et un diagnostic de la réalité.

2Dans ce contexte, la planification intégrée est perçue comme un facteur essentiel du développement socio-économique, au moyen d'innovations et par la prospection de nouveaux marchés.  Dans différentes parties du monde, les acteurs qui se détachent dans le développement régional sont ceux qui assument le rôle d’articulateurs endogènes, soutenus par une série de facteurs externes (Vázquez; Barquero, 2002).

3Comme stratégie d'aide au développement régional, la systématisation de la connaissance produite par l'académie constitue un élément important, une fois jumelé à la communauté (Vilaschi, 2003). La régionalisation du tourisme consiste en un vaste réseau de relations entre les entreprises, les institutions publiques et parapubliques, les centres de recherche et les universités. Ce réseau influence positivement d’autres régions de l’État et du pays.

4Dans l'identification des potentialités du tourisme régional, se détache la dimension culturelle, qui inclut les richesses des identités et des manifestations régionales. La diversité de la culture fournit des opportunités d'innovation au moyen de la gestion organisationnelle intégrée (Boniface, 1995; Murta, 2002). Les attraits culturels constituent la production de l'offre de scénarios patrimoniaux historiques et architecturaux caractéristiques, d’une gastronomie typique, d’événements, conjointement au tourisme de consommation (Silberbereg, 1995; Pires, 2001). Au même moment, des opportunités de création de nouvelles options de commerce peuvent surgir, en gastronomie ou en hospitalité, comme stratégie d’entrepreneurship pour augmenter la demande touristique (Castelli, 2005).

5Certains des problèmes qui incombent ou rendent difficile la réalisation de projets sont parfois dus au manque d'informations à propos de la propre configuration de l'offre touristique, au manque d'indicateurs de performance, de diagnostics sur la qualité des services et de la capitalisation des attraits et des organisations du secteur, avec des conséquences directement liées à une perte de compétitivité (Pearce, 2005).  Aussi, une des plus importantes difficultés et défis reliés à l'intégration des organisations publiques et privées réside dans la consolidation des pôles régionaux de tourisme au moyen d’une gestion systémique et de coopération; d’où l’importance de former des entrepreneurs et de qualifier des professionnels dans les institutions régionales d’enseignement et de recherche. (Trigo, 2005)

6Le projet de l’Observatoire de Tourisme et de la Culture de la Serra Gaúcha a été créé en 2007, dont l'objectif général est de soutenir le développement régional au moyen du tourisme. Les objectifs spécifiques font référence à la construction d’une base de données sur le tourisme régional; à la stimulation de la production académique à propos du tourisme et de la culture, par la production de cours d’études graduées et post-graduées; à la génération de bénéfices et retours par la divulgation et la commercialisation d’activités touristiques aux fins de développement régional; à la contribution et la production de nouveaux produits et attraits touristiques et culturels; à la contribution à la planification de politiques publiques de tourisme et de culture. Une des principales stratégies de l'Observatoire de Tourisme et de Culture de la Serra Gaúcha est le portail Internet, par lequel sont fournis, divulgués et socialisés les informations et les contenus des travaux académiques.

7Pour la collecte de données et d’informations, sont utilisés les formulaires du Ministère du Tourisme du Rio Grande do Sul. La mise à jour est faite par les secrétariats des préfectures municipales (tourisme, environnement, culture, administration, planification); par des entités privées d'entreprises et professionnelles (associations et syndicats) et par des entrepreneurs des secteurs de l'hôtellerie, de la gastronomie, du commerce et des services. Grâce à cette application, se réunissent les donnés nécessaires à la configuration de l'offre du réseau touristique

I. Caractérisation de la Region de la Serra Gaúcha et Tourisme

8La régionalisation constitue une des principales stratégies pour le développement du tourisme brésilien où certains des problèmes, qui incombent ou rendent difficile les initiatives et les réalisations de projets, proviennent du manque d'informations sur la configuration de l'offre touristique, du manque d'indicateurs de performance, de l'absence de diagnostics sur la qualité, de la non exploitation des potentiels des attraits et de la faiblesse des organisations du secteur. Ces difficultés et défis reposent sur le manque d'intégration des organisations publiques, parapubliques et privées, qui constituent, de facto, un pôle régional du tourisme, au moyen d’une gestion systémique et de la coopération qui, par exemple, permettraient aux entrepreneurs de se qualifier comme professionnels, grâce au rôle intégré et contextualisé des différents acteurs régionaux, dont les universités (DORION, 2003).

9La Serra Gaúcha est constituée de trois grands territoires touristiques : Régions de Uva e do Vinho, das Hortênsias et des Campos de Cima da Serra. En 2004, la configuration socio-économique de la Serra Gaúcha était la suivante :

Configuration socio-économique de la Serra Gaúcha, en 2004.  Sources: PIB (2004) – FEE; Entreprises et Emploi - RAIS 2005; Population (2006) – FEE; IDHM (2000) – PNUD, in Sebrae-RS).

10La Région Uva e Vinho est formée de 28 municipalités: Antônio Prado, Bento Gonçalves, Carlos Barbosa, Casca, Caxias do Sul, Cotiporã, Fagundes Varela, Farroupilha, Flores da Cunha, Garibaldi, Guaporé, Ipê, Marau, Monte Belo do Sul, Nova Araçá, Nova Pádua, Nova Prata, Nova Roma do Sul, Protásio Alves, Santa Teresa, São Marcos, São Domingos do Sul, Santo Antônio do Palma, Serafina Corrêa, Veranópolis ,  Vista Alegre do Prata, Vila Flores  et  Vila Maria.

11Son activité touristique a initié au début du siècle XX, quand les trains partaient de la capitale, Porto Alegre, avec des visiteurs à la recherche de loisirs et d’un climat agréable. Actuellement, l'énotourisme et le tourisme d'événements constituent des segments du tourisme qui se détachent dans la région de la Serra Gaúcha  et qui représentent des potentiels d'expansion. L'offre de services en hôtellerie dans la région se compose de 110 unités, avec 8.379 lits, et l'offre gastronomique englobe plus de 250 restaurants.

12L'identité culturelle de la région s’est manifestée au moyen de la langue (dialecte), des habitudes, de la musique et de la gastronomie, comme héritages des immigrés italiens. La production de vins, champagnes et jus de raisin a attiré, approximativement, presque un million de touristes à la Région de Uva e do Vinho en 2006, principalement, des États tel que São Paulo et Minas Gerais. (ATUASSERRA, 2007).

13Pour intégrer le secteur public et l'initiative privée dans le développement du tourisme, l'Association de Tourisme de la Région Uva e Vinho (ATUASERRA, 2007) réalisent des rencontres mensuelles avec la participation de directeurs et d'entrepreneurs, sur la base des directives du Ministère du Tourisme du RS. Selon les leaders d’opinions, la régionalisation doit être mise en oeuvre par la communauté, au moyen de la production de connaissances et de la discussion de projets directement avec les entrepreneurs. La qualification de professionnels pour la mise à jour et le cadastre des inventaires est une des actions importantes du processus d'intégration. Le Syndicat des Hôtels, Restaurants et Bars de la Région Uva e Vinho a réalisé des projets importants pour la Région, comme celui de l'« Économie de l'Expérience », du Ministère du Tourisme du RS. Le Ministère défend que les différents Convention Bureau, responsables pour la captation d'événements, doivent stimuler le tourisme orienté vers le commerce d'événements.

14La Région das Hortênsias est formée par les villes de Canela, Gramado, Nova Petrópolis et de São Francisco de Paula, représentées par les Secrétariat de Tourisme et intégrés au Syndicat des Hôtels, Restaurants, et Bars (ACIs). C'est la principale destination touristique du Rio Grande do Sul et reçoit annuellement plus de deux millions de touristes. L'offre de services touristiques inclut la gastronomie, avec ses 228 restaurants, l’hôtellerie avec ses 254 établissements et 16.977 lits et le commerce diversifié avec ses 1.100 magasins et son infrastructure privilégiée.

15Afin d'améliorer la qualité de l'offre, les organismes de la Région das Hortênsias considèrent fondamental la réalisation de programmes de mise à jour des directeurs, des gérants, des propriétaires et des collaborateurs de « première ligne» qui agissent en contact direct avec les clients. Pour les directeurs du secteur, l’offre des connaissances produites par les universités, les inventaires touristiques, les recherches de satisfaction touristique et la planification stratégique de marketing régional, contribueront significativement au succès de l'intégration du tourisme de la Serra Gaúcha.

16Les Campos de Cima da Serra se localisent dans la zone la plus élevée du Rio Grande Do Sul. La Région est formée de neuf villes : Bom Jesus, Cambará do Sul, Esmeralda, Jaquirana, São Francisco de Paula, São José dos Ausentes, Monte Alegre dos Campos, Muitos Capões et Vacaria. La culture Gaúcha et la nature exubérante, avec proéminence des canyons Aparados da Serra sont les principaux attraits de la Région. Un des projets les plus importants est la Rota dos Tropeiros, qui se base sur des études et des recherches historiques des cycles économiques du sud du pays. Le trajet, utilisé durant le XVIIème et le XVIIème siècle, par les tropeiros, jusqu'à la région sud de São Paulo, constitue aujourd’hui un des principaux attraits touristiques et culturels qui contribuent à l'intégration macro-régionale.

17Par exemple, la production d'artisanat local et l'implantation de NRB 14001 (économie de la culture), destiné à fortifier les identités culturelles des communautés et à fournir des résultats économiques pour les entreprises, sont des cas d'initiatives de participation avec les communautés des Campos de Cima da Serra avec l’aide du SEBRAE-RS. Les diagnostics démontrent qu'il faut, néanmoins, fortifier une union entre entrepreneurs, et que, malgré la performance du Consortium des Villes des Campos de Cima da Serra (CONDESUS), la gouvernance est encore perçue comme étant centralisée et sous la responsabilité du secteur public.

II. Fondements théoriques et design du projet

II.1. L’approche de l’espace géographique

18Quant à la délimitation de l’espace du développement économique, une des prémisses est la définition de critères de contextualização géographique, ou territoriale. D'une part, au moyen d'un processus d'interactions sociales, les organisations se spécialisent dans certaines activités productives en s'adaptant aux conditions de l'espace physique. D'autre part, les intervenants exercent des efforts pour adapter et mouler l'espace à leurs intérêts et leurs nécessités, causant un impact spécifique au lieu, à l’espace géographique. (Andrade, 1987, Clemente, 2000).

19Un des processus pour délimiter géographiquement un espace ou un territoire peut être par décision politique. Aussi, il existe divers paramètres et critères pour évaluer et délimiter une région. Outre les facteurs géographiques et économiques, la constitution d'une région est un phénomène de nature politique (Santos, 2004). L'économie de l’espace se rapporte à l'analyse des types d'activités économiques, leurs localisations concernant d’autres activités, en identifiant les aspects afférents à la proximité, comme facteurs de concentration et de dispersion. Les régions peuvent être classées comme homogènes, polarisées et planifiées (Boudeville, 1973). Une région homogène se caractérise par un ensemble de parties semblables entre elles, où peuvent prédominer des aspects économiques, géographiques ou climatiques. Oliveira (2006) affirme que les régions ne sont pas des faits géographiques mais plutôt des phénomènes politiquement construits.

20La théorie des pôles de développement selon Perroux (1978) explique que la croissance économique, pour des raisons diverses, se concentre sur des points déterminés de diverses intensités. La concentration d'industries produit des effets sur l'ensemble de l'économie, en bénéficiant les régions qu’elle polarise. Pour Andrade (1987), selon une vision macro de l’espace, s'établit une hiérarchie entre les pôles internationaux, régionaux et locaux. Ces pôles peuvent être comparés aux astres qui s'attirent entre eux. Finalement, selon le géographe Michel Rochefort (1998), on observe qu'un pôle régional se caractérise par un cercle vertueux d'impulsions entre des industries et des services.

II.2. L’approche du développement       

21Les fondements théoriques du projet soulignent que le concept de développement socio-économique dépasse les aspects matériels et physiques de l'être humain, tel que le revenu, la santé et l’habitation. Le concept inclut des aspects culturels et psychologiques. Les idées de pouvoir institutionnel et la liberté de choix évoquent la dimension politique du développement qui s'impose sur les autres situations. (SEN, 2000; North, 2001). Cette dimension réfère à la capacité d'expression, de décision et d'action de la personne sur la réalité. C'est un processus dont la mise en oeuvre dépend du changement de mentalités. Dans ce sens, une des principales stratégies et conditions pour le développement régional est l'éducation, visant à former et à permettre une participation populaire pour la génération et la distribution d'opportunités et l'accès aux bénéfices de la croissance économique. (Perroux, 1967; Vásquez Barquero, 2002; Dorion, 2003).

22Les théories du développement des principaux auteurs économistes analysent les problèmes des régions et des pays sous-développés et en développement en proposant des alternatives et des stratégies de changement, d’une situation de léthargie au moyen d'alternatives tel que l'industrialisation et les exportations (Prebisch, 1949; Furtado, 1979). L'objectif des théories économiques est de réduire les disparités sociales et de contribuer à libérer les pays et ces régions de la dépendance économique des nations développées. D’autre part, le concept de développement durable inclut la conservation de l'environnement, en considérant l'être humain comme élément central. Considérant que s'aggravent les conflits sociaux régionaux, nationaux et internationaux, en raison de la croissance démographique, le développement durable reste, néanmoins, la solution la plus globale, en s'appliquant aux contextes social et culturel et en ayant pour raison et fondement l'inclusion et la qualité de vie des personnes (Sachs, 2002).

23L'approche du développement économique, contextualisée dans cette recherche comme un aspect endogène à la région, se base sur des avantages qui produisent des résultats exportables (Haddad, 1975; Rochefort, 1998). Cette capacité exportatrice régionale est constituée par des facteurs de génération de la richesse, des éléments pour un environnement favorable au développement régional et au développement environnemental durable, à l’inclusion sociale et à des acquis régionaux. Ces acquis sont constitués par les attributs du profil urbain, dont la qualité des infrastructures, la force de la production technologique par les organisations, la qualité de la main d'oeuvre et la génération d'opportunités d'emplois (Polèse, 1998). Les différentes agglomérations productives constituent des concentrations d’activités commerciales ou industrielles, vouées à l'augmentation de la compétitivité, la division du travail et les interactions ou les échanges entre mêmes segments d'activités. Chaque région et segments d’activité économique possède un profil qui lui est propre. Une densification de l’activité économique de ces régions résulte dans un meilleur développement et distribution de revenu (Perrin, 1974).

24Un des modèles d'analyse des chaînes productives et de développement régional les plus appropriés en ce moment est celui du cluster, qui met en évidence l'importance des regroupements industriels comme stratégie concurrentielle pour les pays en développement (Schumpeter, 1985). Les clusters sont des concentrations géographiques d’entreprises qui coopèrent et qui compétitionnent entre elles (Porter, 1998). Pour que les pays se développent et puissent appartenir à un marché globalisé, il est nécessaire de fortifier les regroupements industriels au moyen de l'augmentation de la productivité, de l'amélioration des produits et de l’appui à l'innovation. Le développement économique d'un certain secteur géographique peut être conquis par un nombre relativement petit de regroupements guidés pour le marché d'exportations (Marshall, 1996).  Les auteurs relient la viabilité des clusters dans les pays moins développés en fonction de leurs liens réels avec des chaînes globales. Cette idée renforce les conditions de dépendance et l’historique d’accumulation de recettes par les pays plus industrialisés.

25Pour renverser cette logique, il devient stratégique de mettre en évidence des activités productives et innovatrices dans un territoire donné au moyen de la mise en place de processus de qualité et de la diversification régionale (Myrdal, 1972). Le concept de cluster peut avoir une applicabilité englobante et, sur une base géographique, peut s'élargir encore davantage. Dans un monde globalisé, la tendance est que les régions se relient de plus en plus par les télécommunications et par les flux commerciaux et financiers (Sevcenko, 2001). Ainsi, la question géographique peut prendre de plus en plus de place tout en étant à chaque fois moins important. Néanmoins, les sociétés continueront à être situées territorialement, et la localisation physique continuera à être une réalité régionale essentielle pour l'existence des affaires (Porter, 1998).

II.3. L’approche du capital social

26L'environnement du tourisme n'est pas construit seulement sur des fondations physiques, ou sur des valeurs matérielles efficacement mesurables par des critères économiques. Dans la dimension culturelle du tourisme, se considèrent les visions d'ensemble proportionnées par les connaissances de champs tel que l’anthropologie et la sociologie. (Krippendorf, 1989; Pires, 2001; Pearce, 2002; Molina, 2003).

27En gestion organisationnelle, la solidarité, l'esprit de participation et la coopération en fonction des intérêts collectifs constituent des vertus valorisées par la nouvelle économie comme éléments du capital social. La principale caractéristique d'un environnement génératif de capital social est la coopération, qui fournit les conditions pour l’utilisation efficace des ressources mobilisées et multiplie les énergies pour obtenir des bénéfices collectifs. Le capital social est un bien public qui peut être partagé par tous les acteurs d’une société (Coleman, 1999; Arrow, 2000; Costa, 2002; Albagli e Maciel, 2003).

28La conscience du dévouement aux intérêts collectifs, sans individualisme, fortifie le capital social, où se crée un environnement favorable pour conquérir des objectifs individuels et communautaires. La performance, dans l'intérêt de la collectivité, peut viser l'intérêt même lorsque l'attitude est guidée par des normes morales, en se préservant de la confiance et la crédibilité. La confiance est une priorité du capital social et est une prémisse de la coopération (Srour, 2001; Carlzon, 2005).

29Pour toute cohésion du capital social produit, la survie des organisations dépend d’abord et avant tout de la gestion appropriée des rivalités, dont les environnements incluent la coopération, mais aussi, la concurrence. Le capital social peut être éliminé par la concurrence, mais en contrepartie, il est impossible pour une organisation de se maintenir isolée du monde concurrentiel de l'économie de libre marché (Adizes, 2004; Tomazzoni,  2007). La gestion de l'équilibre entre la coopération et la concurrence est une réalité avec laquelle les organisations du tourisme font face et affrontent pour réussir à augmenter le niveau de capital social. Le capital social s'articule au moyen de liens fiables et l'affaiblissement des ces liens peut détériorer la structure des relations, en produisant des retards et préjudices économiques.

30Dans les sociétés modernes, les relations sont devenues plus impersonnelles et complexes, et la confiance personnelle s'est transformée en confiance sociale (Fukuyama, 1996 ; Putnam, 2002). Dans ce contexte, les relations se basent sur des règles de réciprocité et sur des systèmes de participation et d'échanges entre les acteurs du développement socio-économique et des sociétés, des communautés, des gouvernements et des institutions d'enseignement et recherche.

31En synthèse, les fondements théoriques mis en évidence permettent de constater une logique de soutenance au projet mis en valeur. D’abord, parce que la question de l’espace géographique, de par sa nature, constitue un élément-clé des fondements théoriques à la conceptualisation du projet. L’importance de la délimitation du projet comme entité est garante du succès de sa réalisation. Deuxièmement, parce que la question du développement met en évidence le rôle du projet dans son espace géographique. Finalement, parce que le question du capital social donne une valeur au projet parce qu’il compromet les acteurs dans le processus de réalisation.

III Historique et design de l'Observatoire de Tourisme et Culture de la Serra Gaúcha

32Dans son étape initiale, le projet Observatoire de Tourisme et la Culture de la Serra Gaúcha incluaient les dix villes de l'Agglomération Urbaine nord-est de l'État (AUNe).  La Aune est une région formée par les villes de : Bento Gonçalves, Carlos Barbosa, Caxias do Sul, Farroupilha, Flores da Cunha, Garibaldi, Monte Belo do Sul, Nova Pádua, Santa Tereza e São Marcos. La création de l’Observatoire avait été prévue dans le projet Évaluation du Tourisme Intégré à l'Identité Culturelle des Territoires (VICTUR), pour la planification de politiques publiques de tourisme et de culture dans le contexte d’intégration régionale des administrations municipales. L'Observatoire à l'AUNe a rendu possible une performance en développement en tourisme de forme intégrée aux activités de planification physique, environnementale, sociale et économique, valorisant les actions dans un contexte régional.

33D'octobre 2004 à juin 2007, la ville de Caxias do Sul a dirigé la réalisation du Projet VICTUR, comme « ville coordinatrice », avec onze partenaires, dont quatre villes  Brésiliennes (Caxias do Sul, Flores da Cunha e Bento Gonçalves, et l’Association de Tourisme de Estrada do Imigrante) et deux villes d’Amérique latine (Montevideo, Uruguay et Casablanca, Chili), quatre provinces italiennes (Perúgia, Trento, Treviso et Venise) et une ville espagnole, Village Franc Del Penedès. Le projet VICTUR a été financé par la Commission Européenne, dans le contexte du Programme URB-AL, qui finance des projets de formation et de développement socio-économique. Le Programme URB-AL a comme principe le travail en réseaux de partenaires entre toutes les villes de l’AUNe, en accord avec l'Université de Caxias do Sul.

34Les partenaires du projet VICTUR ont discuté, a la rencontre de Casablanca (Chili) en 2004, une proposition de création d'un observatoire de tourisme, qui a été acheminé pour appréciation aux municipalités de l'AUNe. L'inclusion de la culture au projet a transformé le concept même du projet VICTUR, considérant que le tourisme s'articule autour de la culture, de l'histoire, des paysages et des territoires. La proposition a été acceptée à l’unanimité par l’Assemblée du Conseil Délibératoire de l'AUNe, en raison de son importance pour la planification commune et les réalisations d'intérêts communs des villes membres. La gestion de l'Observatoire a été attribuée à un comité de gestion, formé de ses partenaires. Le comité est représentatif, sur la base des intérêts d’une planification démocratique d'actions régionales. Sa formation réunit, outre les villes participantes et l'Université de Caxias do Sul, des partenaires des diverses entités de classe de l'initiative privée du secteur touristique et d'autres secteurs.

35L'Université de Caxias do Sul coordonne et développe les activités de recherche de l'Observatoire, au moyen de son programme de Maîtrise en Tourisme. Les travaux impliquent aussi les enseignants et les élèves des cours de Bacharel en Tourisme, des noyaux universitaires de UCS de Canela et de Bento Gonçalves, ainsi que des enseignants et des élèves d'autres cours de l'institution.

36Une des premières initiatives de l'Observatoire de Tourisme et de la Culture de la Serra Gaúcha a été la création du portail www.observatur.org.br, lancé en 2007, dans lequel sont systématisées les informations relatives aux productions académiques. En six mois, le nombre d’internautes, de différentes régions du Brésil et aussi d'autres pays, s'est accru de 250 fois, à plus de cinq mille visites. Parmi les réalisations du groupe d'enseignants, de chercheurs et directeurs des organisations partenaires, se démarque la Forum d'Intégration du Tourisme de la Serra Gaúcha, réalisé en avril 2009, à l'Université de Caxias do Sul, avec plus de 150 participants, dont des préfets, secrétaires municipaux, enseignants, étudiants, directeurs d’organismes parapublic, entrepreneurs et professionnels du secteur. Dans ce contexte, des groupes de travail ont présenté des propositions qui ont été formalisées dans les minutes de la rencontre. Ces travaux assisteront les gouvernements, en terme de gestion et développement du tourisme régional, et consistent en :

  • Organiser et fortifier les instances micro-regionales (Uva e Vinho, Hortênsias et Campos de Cima da Serra), conjointement á l’articulation de la gouvernance macro-régionale de la Serra Gaúcha ;

  • Institutionnaliser l'Observatoire de Tourisme et de la Culture (OBSERVATUR), comme articulateur et facilitateur des plans d'actions ;

  • Mettre en oeuvre des forums régionaux permanents des entreprises et des organisations participantes au Forum;

  • Développer des programmes de formation et de qualification professionnelle en tourisme, autant pour le secteur public que pour l'initiative privée.

37Pour les organisateurs, la Forum a dépassé ses objectifs, à cause de la profondeur et de la qualité des sujets abordés et, de l'intérêt et de la représentativité des participants. En raison de la répercussion de l'événement et de la projection des propositions du projet, le groupe de l'Observatoire pourra répondre aux sollicitations de la Préfecture Municipale de Caxias do Sul, par la réalisation d’une recherche sur le profil du touriste. La méthode, sur une base de recherche en marketing, sera appliquée dans les hôtels, aux événements et aux principaux points touristiques de la ville, en interviewant plus de 1.500 touristes, durant une période de plus de six mois. En plus, l'équipe de l'Observatoire produira les plans de tourisme de plusieurs préfectures municipales de la région. L'élaboration des plans se basera sur des objectifs d'intégration régionale et de développement socio-économique, en mettant l’accent sur la coopération (capital social), au moyen de l'engagement des acteurs locaux (entrepreneurs et gestionnaires publics et privés du tourisme).

Conclusion

38L'Observatoire de Tourisme et de la Culture de la Serra Gaúcha s'intègre aux intérêts et aux désirs des communautés locales et appuie les initiatives des organisations du tourisme régional et de l'État. L’articulation de partenariats avec les entités régionales et avec les organisations qui agissent dans le développement du tourisme, comme le Ministère du Tourisme du Brésil et le Secrétariat de Tourisme de l’État du Rio Grande do Sul, est essentielle pour l'expansion des activités touristiques dans la région.

39Considérant la délimitation territoriale, la configuration productive et les indicateurs qualitatifs et quantitatifs, les recherches stimulent des initiatives endogènes de développement intégré au moyen de décisions locales de planification. Les organisations partenaires et les communautés se motivent à participer activement dans ce processus. Cette initiative démontre la viabilité de la coopération et des échanges pour la réalisation de projets d'intérêts communs, qui met en évidence le capital social de la région. En outre, la divulgation du projet souligne un échange réel entre des régions de différents niveaux de développement, visant à réduire les disparités entre les pôles économiques et les régions dont les potentialités touristiques peuvent se constituer en fonction des opportunités d'innovation et de développement.

40La création de l'Observatoire de Tourisme et de la Culture de la Serra Gaúcha facilite l'échange et la production des connaissances, sur une base d'informations systématisées et les disponibilisent, de forme didactique et objective, via portail Internet, en s'intégrant au processus dynamique de la communication électronique en temps réel.

41Entre les résultats attendus de la première étape, estimée à durer quatre ans, il se dénote une vaste socialisation des informations de production scientifique et de mise à jour des connaissances locales, au moyen d'échanges entre les organisations académiques, politiques et les entreprises. Pour cela, seront intensifiées les articulations et les réseaux des environnements de tourisme et de la culture du Rio Grande do Sul, avec la participation des autres régions. Il ne reste plus qu’à consulter le site www.observatur.org.br.

Haut de page

Bibliographie

Ajub, G. W. Inteligência empreendedora: uma proposta para a capacitação de multiplicadores da cultura empreendedora. 1997. Dissertação (Mestrado em Engenharia da Produção) – UFSC, Florianópolis, 1997.

Atuaserra – Associação de Turismo da Região da Uva e do Vinho (Serra Gaúcha).

AUNe – Aglomeração Urbana do Nordeste do Estado do Rio Grande do Sul.

Adizes, I. Gerenciando os ciclos de vida das organizações. São Paulo: Pearson, 2004.

Albagli, S. e Maciel, M. L. Capital social e desenvolvimento local. In: Pequena empresa – Cooperação e desenvolvimento local. Rio de Janeiro: Relume Damurá, 2003.

Andrade, M. Correia de. Espaço, polarização e desenvolvimento: uma introdução à economia regional. São Paulo: Atlas, 1987.

Arrow, K. J. Observation on social capital. In: Dasgpta, P. and Serageldin, I. Social capital: a multifaced perspective. Washington, D.C.: The World Bank, 2000.

Baron, R. A.; Shane, S. A. Empreendedorismo: uma visão do processo. São Paulo: Thomson Learning, 2007.

Bastos Júnior, P. A. et al. Empreendedorismo no Brasil. Curitiba: IBQP; Sebrae, 2005.

Boniface, P. Managing quality cultural tourism. London : Routledge, 1995.

Boudeville, J. R. Os espaços econômicos. São Paulo: Difel, 1973.

Becker, C. G. Habitats de Inovação e Empreendedorismo. Brasília: InfoDev Incubator Support Center (iDISC). 2003.

Bernardi, L. A. Manual de empreendedorismo e gestão: fundamentos, estratégias e dinâmicas. São Paulo: Atlas, 2003.

Bhide, A. How Entrepreneurs Craft Strategies That Work. Harvard Business Review on Entrepreneurship. Harvard Business School Press Originally published in March – April 1994.

Campos, A. et al. O comportamento empreendedor. Porto Alegre: Sulina, 2003.

Carlzon, J. A hora da verdade: o clássico sobre liderança que revolucionou a administração de empresas.  Rio de Janeiro:  Sextante, 2005.

Castelli, G. Hospitalidade na perspectiva da gastronomia e da hotelaria. São Paulo: Saraiva, 2005.

Clemente, A. e Higachi, H. Y. Economia e desenvolvimento regional. São Paulo: Atlas, 2000.

Costa, A. C. G. Por uma cultura de cooperação. Brasília: SEBRAE, 2002.

Coleman, J. S. Foundation of social theory. Cambridge MA: Harvard University Press, 1994.

Consórcio dos Municípios dos Campos de Cima da Serra (Serra Gaúcha).

Cruz, C. F. Os motivos que dificultam a ação empreendedora conforme o ciclo de vida das organizações: um estudo de caso: Pramp’s lanchonete. 2005. Dissertação de Mestrado – UFSC, Florianópolis, 2005.

Dees, J. G. The meaning of social entrepreneurship. Center for the Advancement of Social Entrepreneurship. 1998 Disponível em: <http://www.fuqua. duke.edu/centers/case>. Acesso em: 18 jun. 2006.

Dorion, E. Les stakeholders de l´entrepreneurship au Québec : une source de données à la base d´une réflexion holistique en matière d´aide aux entrepreneurs. Communication présentée à AIREPME – Association Internationale de Recherche en Entrepreneuriat et en PME, mars 2002.

Dorion, E. La formation universitaire em entrepreneurship: um expérience brésilienne à Novo Hamburgo (RS). Thèse de doctorat. Université de Sherbrooke, Canadá, 2003.

Drucker, P. F. Inovação e espírito empreendedor (entrepreneurship): práticas e princípios. São Paulo: Pioneira Thomson, 2002.

Filion, L. J. Diferenças entre sistemas gerenciais de empreendedores e operadores de pequenos negócios. Revista de Administração, São Paulo, v. 39, n. 4, p.6-20, out./dez. 1999a.

Filion, L. J. Empreendedorismo: empreendedores e proprietários-gerentes de pequenos negócios. Revista de Administração, São Paulo, v. 34, n. 2, p. 5-28, abr./jun. 1999b.

Fukuyama, F. Confiança: As virtudes sociais e a criação da prosperidade. Rio de Janeiro: Rocco, 1996.

Furtado, C. Teoria e política do desenvolvimento econômico. São Paulo: Companhia Editora Nacional, 1979.

Hisrich, R. D.; Peters, M. P. Empreendedorismo. 5. ed. Porto Alegre: Bookman, 2004.

Krippendorf, J. Sociologia do turismo. Rio de janeiro - RJ: Civilização Brasileira, 2003.

Lopes Júnior, G. S. Atitude empreendedora em proprietários-gerentes de pequenas empresas de varejo: criação de um instrumento de medida. 2005 Dissertação de Mestrado. UNB, Brasília, 2005.

Marshall, A. Princípios de economia: tratado introdutório. São Paulo: Nova Cultural, 1996.

Molina, S. O pós - turismo. São Paulo: Aleph, 2003.

Myrdal, G. Teoria econômica e regiões subdesenvolvidas. Rio de Janeiro: Saga, 1972.

Murta, S. M.; ALBANO, C. Interpretar o patrimônio: um exercício do olhar. Belo Horizonte: UFMG, 2002.  

North, D. C. Instituciones, cambio institucional y desempeño económico. México: Fondo de Cultura Económica, 2001.

Oliveira, H. A. Política internacional contemporânea: mundo em transformação. São Paulo: Saraiva, 2006.

Organização Mundial do Turismo (OMT). www.world-tourism.org.

Paiva Júnior, F. G.; Cordeiro, A. T.. Empreendedorismo e espírito empreendedor: uma análise da evolução dos estudos na produção acadêmica Brasileira. In: ENANPAD – Encontro Nacional da Associação Nacional da Pesquisa em Administração, 26, Salvador, 2002, Anais.

Pearce, D.; Butler, R. Desenvolvimento em turismo. São Paulo: Contexto, 2002.

Perrin, J. C. Le developpement regional. Paris: C.N.R.S., 1974.

Perroux, F. A economia do século XX. Lisboa: Livraria Morais Editora, 1967.

Pires, M. J. Lazer e turismo cultural. São Paulo: Manole, 2001.

Polèse, M. Economia urbana e regional: lógica espacial das transformações econômicas. Coimbra: APDR, 1998.

Porter, M. Clusters and new economics of competition. Novembro/Dezembro

EUA: Harvard Business Review, 1998.

Prebisch, R. O desenvolvimento econômico da América Latina e seus principais problemas. Revista Brasileira de Economia. Rio de Janeiro: FGV, ano 3, p. 47-111, set. 1949.

Putnam, R. D. Comunidade e democracia: a experiência da Itália moderna.  trad. Luiz Alberto Monjardim. Rio de Janeiro:  Fundação Getúlio Vargas,  2002.

Rochefort, M. Redes e sistemas: ensinando sobre o urbano e a região. São Paulo: Hucitec, 1998.

Sachs, I. Caminhos para o desenvolvimento sustentável. Rio de Janeiro: Editora Garamond, 2002.

Santos, M. Por uma geografia nova. São Paulo: EDUSP, 2004.

SEBRAE-RS – Serviço Brasileiro de Apoio à Micro e Pequena Empresa do Rio Grande do Sul.

SETUR-RS – Secretaria de Turismo do Estado do Rio Grande do Sul.

Schumpeter. J. A teoria do desenvolvimento econômico. São Paulo: Nova Cultural, 1985. (Os economistas).

Sen, A. Desenvolvimento como liberdade. São Paulo: Companhia das Letras, 2000.

Silberberg, T. Cultural tourism and business opportunities for museums and

heritage sites, in: Tourism Management, 16 (5). London: Elesevier, 1995.

Sindicato de Hotéis, Bares, Restaurantes e Similares de Caxias do Sul.

Sindicato de Hotéis, Restaurantes e Bares da Região das Hortênsias (Serra Gaúcha).

Srour, R. H. Poder, cultura e ética nas organizações. Rio de Janeiro: Campus, 2000.        

Sevcenko, N. Virando séculos: a corrida para o século XXI. São Paulo: Companhia das Letras, 2001.

Swarbrooke, J. Turismo sustentável: conceitos e impacto ambiental. São

Paulo: Editora Aleph, 2000.

Swarbrooke, J. Turismo sustentável: meio ambiente e economia. São Paulo:  

Editora Aleph, 2000.

Tomazzoni, E. L. Turismo e desenvolvimento regional: Aplicação do modelo APL Tur à Região das Hortênsias (Rio Grande do Sul). Tese de Doutorado. São Paulo: ECA-USP, 2007.

Trigo, L. G. Análises regionais e globais do turismo brasileiro. São Paulo: Roca, 2005.

Vázquez Barquero, A. Desenvolvimento endógeno em tempos de globalização. Porto Alegre: UFRGS Editora, 2002.

Urry, J. Consuming places. New York: Routledge, 1995.

Victur – Projeto de Valorização do Turismo Integrado à Identidade Cultural dos Territórios.

Villaschi, A. Arranjos produtivos locais. Universidade Federal do Rio de Janeiro: RedeSist, 2003.

URB-AL – Programa de Integração da União Européia com a América Latina.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Configuration socio-économique de la Serra Gaúcha, en 2004.  Sources: PIB (2004) – FEE; Entreprises et Emploi - RAIS 2005; Population (2006) – FEE; IDHM (2000) – PNUD, in Sebrae-RS).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/3986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edegar Luis Tomazzoni et Eric Dorion, « Observatoire de tourisme et de culture comme stratégie mise en valeur du développement régional », Études caribéennes [En ligne], 13-14 | Décembre 2009, mis en ligne le 19 avril 2010, consulté le 01 août 2014. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3986  ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3986

Haut de page

Auteurs

Edegar Luis Tomazzoni

Professeur Enseignant et Chercheur du PPGTUR (Programme de Maîtrise en Tourisme), Université de Caxias du Sul, Docteur en Tourisme avec emphase sur le développement Régional par le Programme d’Études Post-Graduées en Sciences de la Communication ECA-USP, Université de São Paulo, Directeur du projet Observatoire de Tourisme et Culture de Serra Gaúcha, eltomazz@ucs.br

Eric Dorion

Docteur dans Administration des Affaires, Université de Sherbrooke, Maître dans Administration de Affaires, Université Laval, Enseignant titulaire de l'Université de Caxias du Sul Directeur du Programme d’Études Post-Graduées en Administration PPGA-UCS, edorion@ucs.br

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page