Navigation – Plan du site
Le tourisme en Amérique latine enjeux et perspectives de développement

Qualité des plages et tourisme dans les îles vierges britanniques

Quality of beaches and tourism in the British Virgin Islands
Virginie Duvat

Résumés

Cette contribution aborde différents aspects relatifs à l’évaluation de la qualité des plages. Elle propose d’abord une mise au point conceptuelle sur la notion de qualité et un état des lieux des approches méthodologiques utilisées. L’auteur applique ensuite le protocole méthodologique qu’il a élaboré aux plages des Iles Vierges Britanniques. Sur base des résultats obtenus, il met en débat les relations qui existent entre tourisme et qualité des plages dans les petites îles tropicales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’émergence de la question de la qualité des plages dans le champ des recherches scientifiques littorales est relativement récente, car elle date des années 1990. Elle a été soutenue par trois facteurs : (1) le développement de la conscience environnementale occidentale, qui a poussé les gestionnaires et les élus à chercher des solutions pour réduire les impacts environnementaux du tourisme ; (2) le développement des études naturalistes et paysagères qui ont mis en évidence non seulement la richesse, mais aussi la grande fragilité des milieux littoraux ; (3) l’essor de la recherche appliquée à laquelle cette thématique offre d’intéressantes possibilités de développement.

2Les recherches sur la qualité des plages se sont d’abord développées dans des pays continentaux (Royaume-Uni, États-Unis, Afrique du Sud) alors que les enjeux environnementaux et socioéconomiques semblent exacerbés dans les petites îles tropicales, en particulier dans les Petits États Insulaires en Développement dont l’économie repose le plus souvent sur le tourisme littoral. Au regard de la demande croissante des gestionnaires de ces espaces pour des études appliquées permettant, d’une part, d’évaluer et de suivre la qualité du littoral, d’autre part, de produire des outils d’aide à la gestion (tableaux de bord, par ex.), il paraît intéressant de réaliser des études sur ces milieux. Au-delà de leur intérêt pour la gestion, elles ouvrent un champ de recherche particulièrement intéressant sur les plans conceptuel et méthodologique (1), et permettent de produire des connaissances variées (2), utiles pour mettre en débat les relations qui existent entre tourisme et environnement (3).

1. Fondements conceptuels et méthodologiques des études de qualité des plages

3Le développement des études de qualité des plages a eu pour effet de faire évoluer à la fois leur statut, le champ conceptuel dans lequel elles s’inscrivent, et les méthodes de recherche sur lesquelles elles se fondent.

1.1. La qualité des plages : d’une question d’écologie à une question de société

4Au cours des dernières décennies, la question de la qualité de l’environnement littoral, et plus particulièrement celle de la qualité des plages, a changé de statut. Dans les années 1970, elle relevait principalement du champ de l’écologie et donnait lieu à des travaux scientifiques centrés sur les dégradations environnementales. Sur la base de ces premières évaluations de l’état de l’environnement, en particulier des eaux côtières et des écosystèmes sensibles (récifs coralliens, mangroves et lagunes en milieu tropical), la question de la qualité du littoral est entrée dans le champ des gestionnaires. À tous les échelons territoriaux, les élus ont pris des dispositions réglementaires visant à protéger la qualité des sites touristiques, adhérant dans certains cas aux démarches de labellisation (Nelson et al, 2000). Depuis une vingtaine d’années, cette question a pris une nouvelle dimension, d’ordre sociétal, en conséquence de l’intégration des usagers, professionnels et touristes, dans le champ de la gestion par le biais de divers processus (consultation, lancement de campagnes d’information, de sensibilisation et d’éducation...).

5Cette évolution a démultiplié les acceptions de la notion de qualité. Ce terme, qui désignait dans les années 1970 l’état de l’environnement sur la base de critères principalement écologiques, géomorphologiques et paysagers, s’est enrichi d’un volet réglementaire et/ou normatif dans les années 1980. Jusque-là, la qualité se définit comme étant un état que l’on évalue sur la base de normes établies (expertise scientifique, réglementation, labels). Au cours de la décennie suivante, la notion de qualité intègre la dimension subjective, autrement dit l’appréciation des usagers, ce qui revient à prendre en compte l’attractivité des lieux (Cazes-Duvat, 1999). Cette évolution rapide explique qu’il n’existe pas de champ conceptuel définitif pour désigner les différentes acceptions de la notion de qualité, ni de frontière claire entre ce terme et des notions ou concepts voisins. Certains auteurs qui évaluent l’état de certaines composantes du système littoral inscrivent leurs travaux dans les champs de la sensibilité (état intrinsèque d’un système sans prise en compte des perturbations anthropiques) et/ou de la vulnérabilité (sensibilité + impacts anthropiques existants et potentiels) (Cendrero et al., 2003). D’autres établissent une distinction entre qualité « objective » (déterminée sur la base de données d’état quantitatives) et qualité « subjective » (degré d’appréciation d’un lieu par le public) qu’ils reportent sur l’objet d’étude, la plage, en distinguant l’« objective beach » de la « subjective beach » (Pereira et al., 2003). Certaines équipes de recherche ont évolué vers des méthodologies qui placent les préférences des usagers au cœur de l’évaluation (De Ruyck et al., 1995 ; Morgan, 1999). D’autres approches globales s’inscrivent dans le champ de l’évaluation environnementale, sans ancrage conceptuel particulier (Cendrero et Fisher, 1997 ; Leatherman, 1997 ; Ferrarini et al., 2001 ; Hernandes, 2003 ; Ergin et al, 2008). Ainsi, la notion de qualité désigne suivant les cas les seuls aspects quantifiables (« objective beach »), l’attractivité des lieux, ou ces deux volets à la fois, ce qui sera le cas ici.

1.2. Les fondements méthodologiques des évaluations de la qualité des plages

6Suivant que l’évaluation porte sur la qualité « objective » ou sur la qualité « subjective », les méthodes de recherche varient. La première est évaluée sur la base de critères qui relèvent de disciplines comme l’écologie, la géomorphologie, l’hydrologie marine ou la sédimentologie. Les niveaux de qualité sont distingués sur la base de seuils co-déterminés par les scientifiques qui ont souvent joué le rôle d’éclaireurs en attirant l’attention des décideurs sur la dégradation des milieux ou sur l’insécurité due aux courants marins et par les gestionnaires qui participent à l’élaboration des normes en jouant un rôle majeur dans les processus de prise de décision. C’est parce qu’elle résulte d’un travail de collaboration étroite entre ces deux parties et qu’elle est influencée par des facteurs sociétaux, en particulier culturels et socioéconomiques (les exigences variant selon les cultures et les niveaux de développement) que les valeurs retenues comme étant « bonnes » ne sont pas forcément les mêmes d’un pays à un autre. Le caractère « objectif » des normes et des mesures de l’état du milieu ne tient donc pas aux valeurs de référence qui résultent nécessairement de choix humains, mais au fait que différents opérateurs réalisant la même évaluation obtiendront des résultats identiques.

7L’évaluation de l’attractivité des plages, autrement dit de leur pouvoir d’attraction, repose sur d’autres méthodes d’investigation qui relèvent du champ des sciences humaines et sociales. Elle s’appuie principalement sur la réalisation d’enquêtes auprès des usagers des plages et d’entretiens auprès des professionnels et des gestionnaires qui, par leurs fonctions, connaissent les préférences des usagers et les dysfonctionnements des sites. Il ne s’agit ici plus de mesurer des valeurs, mais bien de déterminer et de comprendre quelles sont les attentes et les préférences du public.

1.3. Les principaux facteurs d’attractivité des plages

8Les différentes séries d’enquêtes qui ont été réalisées dans le cadre d’études d’attractivité des plages ont mis en évidence l’importance de quatre catégories de facteurs (Morgan et Williams, 2002 ; Leatherman, 1997 ; Nelson et al., 2000 ; Deng et al., 2002 ; Micallef et al, 2004 ; Ode et al., 2007) : (1) la qualité de l’environnement et du paysage, qui s’appuie sur des facteurs naturels et anthropiques ; (2) la qualité sanitaire (eaux et déchets) à laquelle le public est sensible, mais qu’il apprécie principalement à partir de critères visuels ; (3) la sécurité des biens et des personnes ; (4) le niveau d’aménagement et d’équipement, qui détermine le confort et la capacité récréative des sites. Ces quatre catégories de facteurs ont été prises en compte dans l’évaluation qui suit.

2. Évaluation de la qualité des plages des Îles Vierges Britanniques

9L’archipel des Iles Vierges Britanniques (153 km2, 46 îles et îlots dont 16 habités, 23 098 hab. en 2006) compte 79 km de plage inégalement répartis (Government of the British Virgin Islands, 2007). En raison de sa nature géologique, l’île corallienne éloignée d’Anegada (38 km2) possède le tiers du linéaire sableux (26 km). Le groupe de Virgin Gorda (île de 30 km2) vient en deuxième position avec 18,5 km de plages. Il regroupe cette île et ses satellites qui, au nord-est, isolent la mer intérieure de North Sound. L’île centrale, Tortola (54 km2), qui abrite la capitale, Road Town, et la majorité des infrastructures, est très montagneuse, donc moins bien dotée (10 km de plage). À son extrémité orientale, Beef island et les îlots qui l’entourent offrent 12,2 km de plage alors qu’à l’ouest, le groupe de Jost Van Dyke en compte 5,2 km. Les 7,1 km de plage restants se répartissent entre des îlots situés au sud et accessibles seulement par la mer.

2.1. Grille méthodologique

10L’évaluation de la qualité des plages a été réalisée sur la base de 44 critères physiques, humains et biologiques (tab. 1). Une grille pratiquement identique avait déjà été appliquée à deux autres archipels de la zone intertropicale, ceux des Mascareignes (Maurice, La Réunion) et des Seychelles granitiques (Cazes-Duvat, 2001 ; Duvat, 2008). Chacun de ces critères comporte 5 niveaux de qualité qui ont été déterminés, selon les cas, sur la base d’études scientifiques, d’observations, d’enquêtes auprès des usagers ou d’entretiens auprès des gestionnaires (Cazes-Duvat, 1999 ; Duvat et al., à paraître). Parce qu’il s’appuie principalement sur l’opinion du public, ce système d’évaluation permet de mesurer l’attractivité des plages.

Tableau 1. Critères de qualité des plages

1. Largeur moyenne de la plage ; 2. Type de plage ; 3. Nature des matériaux de la plage ; 4. Couleur du sable ; 5. Densité du sable ; 6. Tendance sédimentaire ; 7. Profondeur de la zone de bain ; 8. Substrat de la zone de bain ; 9. Violence du déferlement ; 10. Courants côtiers ; 11. Cadre végétal ; 12. Arrivée d’eaux courantes ; 13. Présence d’eaux stagnantes ; 14. Turbidité ; 15. Couleur d’eau ; 16. Matières flottantes ; 17. État de propreté du site ; 18. Densité des algues sur la plage ; 19. Apports de matériaux terrigènes à la mer ; 20. Odeurs nauséabondes ; 21. Pestes animales ; 22. Organismes marins odorants ou blessants sur la plage ; 23. Faune marine dangereuse ; 24. Faune marine attractive ; 25. Qualité des vues vers l’intérieur et latérale ; 26. Qualité de la vue vers l’intérieur ; 27. Bétonnage de la côte ; 28. Gêne liée à des ouvrages de défense contre la mer ; 29. Accessibilité de la plage ; 30. Équipement du site ; 31. Équipement de la plage ; 32. Offre d’activités de loisirs ; 33. Activités nuisibles ou dévalorisantes ; 3. Actions de préservation ; 35. Sécurité de la baignade ; 36. Délinquance/criminalité ; 37. Animaux domestiques ; 38. Bruit ; 39. Véhicules sur plage et/ou dune ; 40. Niveau de fréquentation de la plage ; 41. Pratiques locales gênantes pour le tourisme ; 42. Conflits d’usage ; 43. Empiètement de parcelles privées sur la plage ; 44. Réputation du site

2.2. Application aux plages des Iles Vierges Britanniques

11Notre évaluation a été réalisée dans les principales îles de l’archipel, Tortola, Virgin Gorda, Jost Van Dyke et Beef Island. Elle ne prend en compte ni les îles-hôtels et les îles-restaurants, ni l’île basse éloignée d’Anegada qui présente de fortes spécificités. Par ailleurs, cette étude se concentre sur les 21 plages à fonction touristique. Par conséquent, elle exclut d’une part, les plages de poche inaccessible, et d’autre part, celles qui bordent les marinas, les ports et les aéroports dont les fonctions dominantes ne sont pas balnéaires.

12Les plages évaluées présentent des taux d’attractivité de 60,9 à 96,3 % (tab. 2). Au-delà des écarts de qualité, les résultats mettent en évidence la prédominance des plages de bonne et de très bonne qualité (13 sur 21).

Tableau 2. La qualité des plages des Iles Vierges Britanniques

Indicateur de qualité

Indicateur de qualité

Tortola

Valeur

%

Virgin Gorda

Valeur

%

Lambert Bay

197

89,5

Deep Bay

184

83,6

Josiah’s Bay

192

87,2

Nail Bay

171

77,7

Brewers Bay

161

73,1

Mountain Trunk Bay

193

87,7

Cane Garden Bay

183

83,1

Pond Bay

187

85

Little Apple Bay

134

60,9

Savannah Bay

191

86,8

Long Bay

189

85,9

Little Dix Bay

210

95,4

Smugglers Cove

190

86,3

Spring Bay

203

92,2

Brandy Wine Bay

153

69,5

The Baths

212

96,3

Devil’s Bay

206

93,6

Bercher’s Bay

166

75,4

Jost Van Dyke

Beef Island

White Bay West

195

88,6

Long Bay

172

78,1

White Bay East

187

85

13L’on ne compte que 4 plages de très mauvaise (< 65 %) et de mauvaise qualité (65 à 75 %). Seule la plage de Little Apple Bay, très étroite, impropre à la baignade et aux usages balnéaires, entre dans la première catégorie. Les trois autres présentent de faibles qualités naturelles et sont bordées par des routes côtières (Brandy Wine Bay à Tortola), des murs de protection ou un bâti imposant (Brewers Bay à Tortola, Bercher’s Bay à Virgin Gorda). La baignade y est le plus souvent difficile ou impossible en raison de l’existence de courants dangereux, d’un hydrodynamisme puissant et/ou d’un platier affleurant (photo 1 et fig. 1).

Photographie 1. La plage de galets de Bercher’s Bay à Virgin Gorda

Photographie 1. La plage de galets de Bercher’s Bay à Virgin Gorda

Source : Auteur, décembre 2008.

14L’hôtel qui borde cette plage, que l’on aperçoit sur cette photographie, possède une piscine, la baignade n’étant pas praticable en mer. La plage n’est pas fréquentée, les touristes restant sur leurs terrasses.

Figure 1. La qualité de la plage de Bercher’s Bay (Virgin Gorda)

Figure 1. La qualité de la plage de Bercher’s Bay (Virgin Gorda)

En abscisse, les critères, de 1 à 44, et en ordonnée, les niveaux de qualité par ordre croissant.

15Les 4 plages de qualité moyenne (75 à 85 %) offrent des conditions naturelles médiocres, parfois compensées par l’offre d’équipements et de services, et par un effort d’entretien (Deep Bay). Cane Garden Bay fait figure d’exception dans cette catégorie avec un score élevé (83,1 %) dû au cumul d’atouts physiques, et d’équipements et de services liés à son appartenance à la seule petite station balnéaire de Tortola (photographie 2, figure 2).

Photographie 2. La plage touristique de Cane Garden Bay (Tortola).

Photographie 2. La plage touristique de Cane Garden Bay (Tortola).

Source : Auteur, décembre 2008.

16Cane Garden Bay est une petite station balnéaire qui regroupe services, commerces et bars restaurants. Les facilités qu’elle offre lui valent une fréquentation élevée et hétérogène (touristes en séjour, croisiéristes à la journée, résidents). Son attractivité est largement due à ses aménagements et à son entretien.

Figure 2. La qualité de la plage de Cane Garden Bay (Tortola)

Figure 2. La qualité de la plage de Cane Garden Bay (Tortola)

17La grande majorité des plages des Iles Vierges Britanniques sont de bonne qualité (9 plages, taux compris entre 85 et 90 %) ou de très bonne qualité (4 plages, taux compris entre 90 et 95 %). Les premières sont en général de grandes plages alliant d’importants atouts physiques (sable, végétation, conditions de baignade) à un environnement préservé, voire à un cadre grandiose. Deux d’entre elles sont exploitées par un hôtel (Lambert Bay et Long Bay à Tortola) (photographie 3, figure 3). Ces plages peuvent être assimilées aux plages mythiques de la zone intertropicale qui allient cocotiers, sable blanc et eaux turquoises (Duvat et al., à paraître ; Vacher, à paraître).

Photographie 3. Vue générale de la plage de Long Bay (Tortola)

Photographie 3. Vue générale de la plage de Long Bay (Tortola)

Source : Auteur, décembre 2008.

18Bordée par des établissements touristiques, cette plage est très peu fréquentée par la population. Les conditions de baignade sont assez mauvaises (critères 6, 7 et 9 ci-dessous). Son attractivité tient principalement à ses qualités environnementales (absence d’urbanisation et de dégradations) et au paysage qu’elle offre.

Figure 3. La qualité de la plage de Long Bay (Tortola)

Figure 3. La qualité de la plage de Long Bay (Tortola)

19Les plages dont le taux d’attractivité est supérieur à 90 % se distinguent des précédentes par leur caractère unique, exceptionnel à l’échelle de la région ou du monde, comme c’est le cas des plages de poche bordées de granites roses et d’eaux cristallines du sud-ouest de Virgin Gorda qui valent les plages les plus réputées des Seychelles (photographie 4, figure 4). Elles font partie de ces lieux réputés qui sont fréquentés par les plus fortunés.

Photographie 4. La plage de Spring Bay (Virgin Gorda).

Photographie 4. La plage de Spring Bay (Virgin Gorda).

Source : Auteur, décembre 2008.

20La côte sud-ouest de Virgin Gorda possède une succession de plages comparables à celles-ci. Elles se distinguent par la qualité des paysages qu’elles offrent, par d’excellentes conditions de baignade et par une vie sous-marine abondante. Elles sont réputées dans la Caraïbe et attirent tout autant les touristes en séjour que les plaisanciers.

Figure 4. Qualité de la plage de Spring Bay (Virgin Gorda)

Figure 4. Qualité de la plage de Spring Bay (Virgin Gorda)

21Les qualités naturelles remarquables de ce type de plage se distinguent nettement.

3. Qualité des plages et tourisme : éléments d’analyse

22Il s’agira d’éclairer les résultats précédemment exposés, et en particulier d’expliquer, d’une part, le niveau de qualité globalement élevé des plages de cet archipel, et d’autre part, les écarts de qualité qui existent entre celles des deux îles principales, Tortola et Virgin Gorda. Ce faisant, il sera intéressant de débattre des relations qui existent entre qualité des plages et tourisme.

3.1. L’emprise spatiale et l’empreinte environnementale limitées du tourisme dans les Iles Vierges Britanniques

23Les quelque 820 000 touristes que les Iles Vierges Britanniques accueillent chaque année ont une emprise spatiale et une empreinte environnementale limitées, comme le montrent les résultats obtenus pour les critères relatifs à l’importance de l’urbanisation, à ses conséquences sur l’environnement littoral (17, 27, 28, 43) et à la qualité des paysages (25 et 26). Cette situation trouve son origine dans l’histoire démographique et économique des Iles Vierges. La brièveté de la présence des Européens a favorisé l’accession des Noirs à la propriété et la construction d’une société égalitaire et soudée qui a refusé la mise en place d’un modèle de développement touristique favorable aux « capitaux blancs » comparable à celui des autres îles de la Caraïbe (Harrigan et Varlack, 1975). Ainsi, à la suite de la mobilisation de la population de Tortola contre le premier gros projet touristique, les dirigeants ont fait le choix d’une politique de développement fondée sur deux principes, l’intégration de la population locale — qui se traduira par l’ouverture de guest houses dans les zones habitées — et la limitation de la taille et du nombre des hôtels, ceci ayant pour avantage de « réduire les impacts terrestres du tourisme » et de « maintenir l’attractivité des sites » (O’Neal, 1983). Le croisiérisme, qui a été encouragé, continue à connaître une forte croissance (fig. 5).

Figure 5. Évolution des touristes par catégorie entre 1995 et 2007

Figure 5. Évolution des touristes par catégorie entre 1995 et 2007

Source : Department of Statistics of the BVI.

24Cette politique a limité la diffusion spatiale et les impacts du tourisme, plus de la moitié des visiteurs logeant dans le port de Road Town à bord de bateaux de croisière (fig. 6). Les croisiéristes effectuent des visites ciblées (plage de Cane Garden Bay) et encadrées, ce qui réduit leur éparpillement sur les côtes et leurs impacts sur les écosystèmes, d’autant plus que la clientèle états-unienne, largement prépondérante (529 619 visiteurs sur 820 766 en 2005), pratique des activités à faible impact (baignade, visite de parcs d’animation et de Road Town).

Figure 6. Répartition des touristes par point d’entrée en 2003

Figure 6. Répartition des touristes par point d’entrée en 2003

En bleu, les entrées maritimes ; en rouge, les entrées par voie aérienne (aéroport international de Beef Island) ; en violet, les entrées par voies maritime et aérienne sur l’île de Virgin Gorda.

3.2. Rockefeller à Virgin Gorda : « an island for the rich and the famous »

25Les écarts de qualité qui s’observent entre les plages de Tortola et celles de Virgin Gorda trouvent leur origine, d’une part, dans l’histoire géologique de ces îles qui a doté la seconde de paysages côtiers exceptionnels que ne possède pas la première, et d’autre part, dans leur histoire touristique qui s’est construite de manière très différente et qu’il s’agira ici d’exposer.

26Dès l’ouverture de l’archipel au tourisme, Lawrence Rockefeller a manifesté son intérêt pour l’île exceptionnelle de Virgin Gorda et signé un accord avec le gouvernement pour la construction d’un hôtel de 50 chambres « for the rich and the famous » (Harrigan et Varlack, 1975). Cet établissement ouvrit en 1964 et joua un rôle fondamental dans la construction de la réputation de Virgin Gorda et dans l’implantation de nouveaux établissements de grand standing. Il apporta la démonstration que le tourisme pouvait générer des revenus et apporter ainsi une solution à l’émigration, aussi la population accueillit-elle favorablement la construction de nouveaux hôtels. Sa réussite incita les banques à ouvrir une agence dans l’île, ce qui conforta le développement touristique.

27La très grande qualité des plages de Virgin Gorda tient donc, d’une part, à leurs attributs naturels exceptionnels, qui jouèrent un rôle incontestable dans le choix que fit Rockefeller d’investir dans cette île, et d’autre part, au développement d’un tourisme de grand standing respectueux de l’environnement et soucieux d’offrir à sa clientèle un haut niveau de confort et de divertissement.

Conclusion

28Cette contribution a d’abord retracé l’évolution des approches de qualité appliquées aux plages et montré leur élargissement progressif à l’ensemble des sphères concernées par cette question, scientifique, politique et sociétale. Aujourd’hui, la qualité des plages constitue un enjeu majeur sur les littoraux touristiques, en particulier ceux des petits États insulaires dont l’économie est peu diversifiée, aussi peut-elle jouer un rôle central dans la mise en œuvre des politiques de gestion intégrée des zones côtières. La qualité du littoral, parce qu’elle dépend de facteurs diversifiés (naturels et anthropiques) et appelle l’implication de l’ensemble des acteurs (politiques, économiques, scientifiques...) peut résolument être placée au cœur des projets de territoire des espaces littoraux et insulaires.

29Sur un second plan, cet article a permis de montrer que même là où il est très développé, le tourisme peut avoir une emprise spatiale et des impacts environnementaux très limités sur les côtes. Le tourisme sur l’eau (croisiérisme et plaisance), en donne une bonne illustration dans la Caraïbe. S’il a généré des problèmes de pollution et une dégradation des écosystèmes marins (récifs coralliens et herbiers) dans certaines zones (Pesme, 1997), il a globalement peu d’impacts sur l’évolution des paysages littoraux et sur la qualité des plages. Des pays très touristiques qui accueillent près d’un million de visiteurs par an comme les Îles Vierges Britanniques comptent plus de plages « sauvages » peu fréquentées que de plages aménagées à forte fréquentation. Enfin, il apparaît que le tourisme peut contribuer à l’amélioration de la qualité des plages. Parce qu’elles sont devenues des « espaces ressources » producteurs de richesse, les acteurs publics et privés ont entrepris de les entretenir, parfois même de les (re)créer (plages artificielles), et de les doter d’aménagements, d’équipements et de services qui améliorent le niveau de confort et de sécurité des usagers ainsi que l’offre de loisirs.

30En dernier lieu, cette étude a mis en évidence l’intérêt des évaluations à grande échelle dans une double perspective d’amélioration de la connaissance et d’aide à la gestion, au regard des contrastes de qualité qui existent à l’échelle des îles et des façades littorales.

Haut de page

Bibliographie

Cazes-Duvat, V. (1999). Les littoraux des Îles Seychelles. Paris : L’Harmattan.

Cazes-Duvat, V. (avec la participation de R. Robert) (2001). — Atlas de l’environnement côtier des îles granitiques de l’archipel des Seychelles, Université de La Réunion/Région Réunion/CIRAD Montpellier, Louis Jean, Gap, 96 pages couleur.

Cendrero, A., Fischer D.W. (1997). A procedure for assessing the environmental quality of coastal areas for planning and management., Journal of Coastal Research, vol. 13, n°3: 732-744.

Cervantes, O., Espejel I. (2008). Design of an integrated index for recreational beaches. Ocean and Coastal Management, vol. 51: 410-419.

Deng, J., King B., Bauer T. (2002). Evaluation natural attractions for tourism, Annals of Tourism Research, vol. 29, n°2: 422-438.

De Ruyck A.M.C., Soares A.G., McLachlan A. (1995). Factors influencing human beach choice on three South African beaches : a multivariate analysis, Geojournal, vol. 36: 345-352.

Duvat V. (2008). La qualité des plages au cœur des enjeux de développement : la situation des îles de l’océan Indien. Echogéo, n° 7, 18 p. ULR : http//echogeo.revues.org/index8993.html

Duvat, V., Beretti L., Magnan A. (À paraître). Si les tropiques étaient un arbre... le cocotier ? Journées de Géographie Tropicale de Bordeaux, 16-18 octobre 2008.

Ergin, A., Micallef A., Williams A. (2008). Coastal scenic evaluation of Gozzo/Gomino, Malta, as a tourism product, Colombo. Colloque International pluridisciplinaire « Les littoraux : subir, dire, agir », Lille, 16-18 janvier 2008.

Ferrarini, A., Bodini A., Becchi M. (2001). Environmental quality and sustainability in the province of Reggio Emilia (Italy): using multi-criteria analysis to assess and compare municipal performance, Journal of Environmental Management, vol. 63: 117-131.

Government of the British Virgin Islands. 2007. Statistical data.

Harrigan, N., Varlack P. (1975). The Virgin Islands story. Caribbean University Press.

Hernandez G.E. 2003. Criterios para evaluar la aptitud recreativa de las playas en Mexico: una propuesta metodologica, Gaceta Ecologica, vol. 68: 55-68.

Leatherman, S. (1997). Beach rating: a methodological approach, Journal of Coastal Research, 13(1): 253-258.

Micallef, A., Williams A.T., Radic M., Ergin A. (2004). A novel bathing area registration evaluation system: the dalmatian (Croatia) coast, Jn. World Leisure,vol. 46, n°4: 4-21.

Morgan, R. (1999). A novel, user-based rating system for toourist beaches, Tourism Management, vol. 20: 393-410.

Nelson, C., Morgan R., Williams A.T., Wood J., (2000). – Beach awards and management. Ocean and Coastal Management, 43 : 87-98.

Ode, A., fry G., Tveit M.S., Messager P., Miller D. (2007). Indicators of perceived naturalness as drivers if landscape preference. Journal of Environmental Management: 1-9.

O’Neal, M.E. (1983). British Virgin Islands transformations: anthropological perspectives. The Union Graduate School of Cincinatti, Ohio.

Pereira, L.C.C., Jimenez J.A., Medeiros C., Marinho da Costa R. (2003). The influence of the environmental status of Casa Caiada and Rio Doce beaches (NE Brazil) on beaches users, Ocean and Coastal Management, vol. 46: 1011-1030.

Pickering, V.W. (1987). A concise history of he British Virgin Islands. New Yorks : Publications International.

Pesme, J.-O. (1997). Tourisme et développement durable à Saint-Thomas (Iles Vierges Américaines). Bordeaux, Iles et Archipels n° 24.

Vacher, L. (2008). Et l’on inventa l’eau chaude et le « blue lagoon ». À paraître. Journées de Géographie Tropicale de Bordeaux, 16-18 oct. 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. La plage de galets de Bercher’s Bay à Virgin Gorda
Crédits Source : Auteur, décembre 2008.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 1. La qualité de la plage de Bercher’s Bay (Virgin Gorda)
Légende En abscisse, les critères, de 1 à 44, et en ordonnée, les niveaux de qualité par ordre croissant.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Photographie 2. La plage touristique de Cane Garden Bay (Tortola).
Crédits Source : Auteur, décembre 2008.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Figure 2. La qualité de la plage de Cane Garden Bay (Tortola)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4000/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photographie 3. Vue générale de la plage de Long Bay (Tortola)
Crédits Source : Auteur, décembre 2008.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4000/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Figure 3. La qualité de la plage de Long Bay (Tortola)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4000/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photographie 4. La plage de Spring Bay (Virgin Gorda).
Crédits Source : Auteur, décembre 2008.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4000/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 4. Qualité de la plage de Spring Bay (Virgin Gorda)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4000/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 5. Évolution des touristes par catégorie entre 1995 et 2007
Crédits Source : Department of Statistics of the BVI.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4000/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 6. Répartition des touristes par point d’entrée en 2003
Légende En bleu, les entrées maritimes ; en rouge, les entrées par voie aérienne (aéroport international de Beef Island) ; en violet, les entrées par voies maritime et aérienne sur l’île de Virgin Gorda.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4000/img-10.png
Fichier image/png, 161k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Duvat, « Qualité des plages et tourisme dans les îles vierges britanniques », Études caribéennes [En ligne], 13-14 | Décembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4000 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4000

Haut de page

Auteur

Virginie Duvat

UMR LIttoral ENvironnement Sociétés (LIENSs), CNRS-Université de la Rochelle 6250 Institut du Littoral et de l’Environnement, Professeur de Géographie, virginie.duvat@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org