Navigation – Plan du site
Le tourisme en Amérique latine enjeux et perspectives de développement

Recomposition des jeux d’acteurs et concurrence pour l’espace face à la mise en place d’un Centre touristique Intégralement Planifié (CIP)

L’exemple de Santa Maria Huatulco dans l’état d’Oaxaca (Mexique)
Clément Marie dit Chirot

Résumés

En développant, à partir de 1984, un Centre touristique Intégralement Planifié dans une localité de la côte Pacifique de l’état d’Oaxaca, l’Etat mexicain entendait impulser un développement économique dans une région périphérique et pauvre du pays. Basé sur l’expropriation d’une portion du territoire communal, le processus engendre un certain nombre de résistances au sein des communautés locales. Le centre touristique est aujourd’hui un espace fragmenté, reflet et conséquence des inégalités sociales et des conflits sociaux. Depuis une perspective de géographie sociale, cet article cherche à mettre en lumière les conflits et compromis sociaux qui traversent la société locale. L’appropriation de l’espace, les luttes de pouvoir et les stratégies développées par les différents acteurs seront les entrées privilégiées pour interroger un modèle de planification, « par le haut », ignorant trop souvent les réalités sociales à l’échelle locale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Selon le Ministère mexicain du Tourisme.

1Avec plus de vingt millions de touristes internationaux par an, le Mexique est aujourd’hui le pays le plus touristique d’Amérique latine. Cette situation reflète le choix, de la part de l’Etat Mexicain, d’investir massivement dans ce secteur de l’économie depuis la seconde moitié du vingtième siècle. A partir des années 1960, les gouvernements mexicains successifs cherchent à développer d’importantes stations balnéaires afin de capter un tourisme international de masse en plein essor. Cinq Centres touristiques Intégralement Planifiés (CIP) sont ainsi construits entre 1974 et 1984. Le plus ancien, mais aussi le plus fréquenté d’entre eux, celui de Cancun, accueille aujourd’hui près de trois millions de visiteurs chaque année1.
L’objectif de cette politique de développement touristique est double. Il s’agit, d’une part, de diversifier une économie nationale largement dépendante de ses revenus pétroliers et, d’autre part, de créer des pôles de croissance afin d’impulser un développement économique dans des régions souvent pauvres et enclavés. La mise en place de ces cinq centres touristiques est confiée au Fonds National pour le Tourisme (FONATUR), un organisme gouvernemental créé en 1974. La mission du FONATUR consiste alors à développer les infrastructures nécessaires pour favoriser l’arrivée d’investisseurs, souvent étrangers. En quelques années, certaines régions où prédominaient jusque-là des systèmes de production vivriers ainsi que des organisations sociales de type communautaire ont donc été brutalement intégrées à l’économie mondialisée avec l’arrivée du tourisme de masse. Cet article vise à mettre en lumière les processus de transformation observés au cours d’un travail de recherche effectué à Santa Maria Huatulco dans l’état d’Oaxaca, localité ayant fait l’objet d’un développement touristique planifié dans les années 1980.

2En France, l’intérêt porté par les géographes à l’étude du phénomène touristique a donné lieu à différents types d’approches dont les apports ont contribué à nourrir la présente réflexion. Si les travaux de Jean-Pierre Lozato-Giotart sur les stations touristiques de la Méditerranée, ou bien ceux de Jean-Michel Hoerner (1993), se sont attachés à analyser les formes spatiales des aménagements touristiques en établissant une modélisation des types de stations touristiques, l’essor du tourisme dans le(s) Sud(s) a rapidement donné lieu à une démarche critique prenant en compte les relations de pouvoir et de domination que le tourisme contribue à reproduire dans les espaces où il est développé. Des recherches ont ainsi été menées au Mexique, notamment dans les travaux de Georges Cazes (1992) ou de Daniel Hiernaux (1989, 2006). Si le développement du tourisme de masse au Mexique met en exergue des relations de dominations à l’échelle mondiale, il constitue également une entrée privilégiée pour interroger les rapports de force qui traversent les sociétés locales. En augmentant la concurrence pour l’espace, le tourisme s’avère à la fois catalyseur et révélateur des enjeux de pouvoir et constitue, pour reprendre la formule de Nathalie Raymond (2005), une sorte de prisme d’observation des sociétés. Ainsi, en 1979, un article paru dans l’ouvrage dirigé par E. De Kadt « Tourisme : Passeport pour le développement ? » dressait un bilan de la mise en place du Centre Intégralement Planifié d’Ixtapa situé dans l’état du Guerrero et décrivait les réactions locales face à la mise en œuvre du centre touristique. Les inégalités sociales, les jeux d’acteurs et la concurrence pour l’espace seront, dans cet article, les entrées privilégiées pour l’analyse des rapports sociaux, dans une perspective de géographie sociale.

I. De la planification « par le haut » aux réactions locales « par le bas »

  • 2 Dans la nomenclature territoriale mexicaine, le municipio est un échelon administratif se rapprocha (...)

3Situé sur la côte Pacifique de l’état d’Oaxaca, au sud-ouest du pays, le centre touristique de Huatulco est le plus récent des cinq CIP. En 1984, les habitants du municipio2 de Santa Maria Huatulco prennent connaissance d’un décret présidentiel stipulant l’expropriation d’une portion du territoire communal, environ 20 000 hectares de sa partie littorale, afin que puisse y être développé le futur centre touristique. La mise en place d’une station balnéaire créée ex nihilo par l’Etat mexicain implique un prêt de la Banque Interaméricaine de Développement. Ce prêt permet au FONATUR de viabiliser les terres en y développant les infrastructures nécessaires au développement touristique. Par la suite, dans un contexte de libéralisation de l’économie mexicaine, les terrains mis à disposition d’investisseurs privés doivent être, pour le gouvernement, un moyen de solder une partie de sa dette auprès de créanciers internationaux.

4Les recompositions sociales et territoriales qu’a connues le municipio de Santa Maria Huatulco depuis la mise en tourisme de sa partie littorale mettent en exergue les antagonismes et les rapports sociaux qui traversent la société mexicaine. Ce processus a été traduit par des transformations profondes à l’échelle locale, sur le plan démographique, social, économique, culturel, etc., produisant notamment de nouvelles formes d’organisation spatiale.
De nouveaux acteurs institutionnels, politiques, économiques, sociaux, individuels et collectifs se sont ainsi implantés dans une des périphéries les plus pauvres du pays, accroissant la concurrence pour un espace devenu brusquement attractif. Les rapports de force qui caractérisaient jusque-là la société locale s’en sont trouvés considérablement modifiés et la terre a été, dès les premières années du développement touristique, l’enjeu de conflits, parfois violents, allant jusqu’à l’assassinat d’un leader local.

5Ces conflits, qui perdurent à l’heure actuelle, ont largement contrarié la réalisation du schéma d’aménagement du gouvernement mexicain et ralenti la croissance du centre touristique. L’analyse des structures spatiales observées lors d’un travail de terrain de cinq mois effectué en 2006-2007 a permis de mettre en lumière les logiques d’acteurs en présence, les conflits et compromis sociaux qui participent de la production de l’espace touristique.
L’étude de ces processus doit nous permettre d’interroger la planification des CIP comme modèle de développement touristique. Elle est également l’occasion de questionner les enjeux que représente, en termes de développement, l’essor du tourisme de masse pour les populations dites « d’accueil », dans une société mexicaine marquée par des inégalités sociales fortes.

I.1. Le contexte local avant la mise en œuvre du CIP

6Jusqu’en 1984, la totalité des terres du municipio de Santa Maria Huatulco, 50 000 hectares, relève du régime des terres communales. Proche de l’ejido, ce régime foncier instaure un système de propriété collective de la terre. Ces terres publiques sont gérées collectivement par une assemblée agraire représentant l’ensemble des comuneros, c’est-à-dire les habitants du municipio reconnus comme membres de la communauté agraire. Si l’usufruit des parcelles appartenant au régime des terres communales est individuel ou familial, et se transmet de père en fils, leur gestion publique et communautaire garantit en théorie le caractère inaliénable des terres : elles ne peuvent pas, en principe, faire l’objet de transactions marchandes.
Au moment de l’expropriation, le municipio compte environ 6 000 habitants répartis entre différents foyers de peuplement (INEGI, 1993). Le bourg principal, siège des autorités municipales, est situé à quelques kilomètres à l’intérieur des terres, tandis que plusieurs dizaines de communautés se répartissent entre le littoral et les montagnes de la Sierra Madre, à quelques kilomètres de la côte. Depuis les années 1960, certaines familles de comuneros ont fait le choix de quitter le bourg principal et la partie haute du municipio pour s’installer dans l’une des neuf baies que compte Huatulco, formant ainsi de nouvelles communautés dans la partie littorale du municipio. Dans ces communautés, les comuneros vivent d’activités telles que la pêche, l’élevage ou l’agriculture de subsistance, comme c’est le cas des populations implantées dans les baies de Santa-Cruz ou encore de San Agustin. Plusieurs années avant le début du développement touristique, une partie de ces populations vit déjà d’un tourisme local en émergence. Les premiers restaurants apparaissent sur les plages de Huatulco, le plus souvent composés d’un simple toit en feuilles de palmes et approvisionnés par les pêcheurs locaux. Parfois, un système de troc est mis en place, comme c’est le cas dans la communauté de Coyula, au nord du municipio, où du sel, extrait d’une lagune côtière, est échangé contre du café produit à l’intérieur des terres. Localement, le système de production est donc, à cette époque, faiblement monétarisé.

7Au début des années 1980, la construction d’une route côtière divise le municipio en deux parties, parallèlement au littoral. Cet axe marque la limite du polygone exproprié en 1984 : une bande côtière d’environ 35 kilomètres de long sur sept de large. Si la partie intérieure du municipio appartient toujours au régime des terres communales, et reste sous le contrôle des autorités municipales, sa partie littorale est désormais une zone fédérale appartenant au FONATUR, ses neuf baies devant faire l’objet d’un développement touristique.

8

Le développement du tourisme dans le municipio de Santa Maria Huatulco (Etat d'Oaxaca; Mexique)

I.2. Les mécanismes juridiques de l’expropriation

9C’est le 29 mai 1984 qu’est publié le décret présidentiel stipulant l’expropriation de près de la moitié des terres communales au profit du ministère du Développement urbain et de l’écologie ainsi que du FONATUR. Le décret prévoit le déplacement des communautés implantées dans la partie littorale et leur relocalisation, à deux kilomètres à l’intérieur des terres, dans une ville nouvelle planifiée par le FONATUR, la Crucecita. En principe, ce nouveau centre urbain doit accueillir les populations permanentes du centre touristique.
Dans les semaines qui précèdent l’expropriation, des négociations passées entre le FONATUR, le délégué aux terres communales, le maire de Santa Maria Huatulco et le gouverneur de l’état d’Oaxaca aboutissent à la mise en place d’un accord sur le processus d’indemnisation de la communauté pour compenser la perte des terres expropriées. Selon les termes de cet accord, chaque comunero recevra du FONATUR une parcelle de 400 mètres carrés à la Crucecita, dotée d’un accès à l’eau courante, à l’électricité et au tout-à-l’égout. Chaque parcelle doit être, en outre, livrée accompagnée des matériaux nécessaires à la construction d’un logement de quatre mètres sur quatre. Pour les comuneros expropriés, c’est donc une compensation en nature qui sera perçue, tandis qu’une seule et unique indemnisation financière sera versée à la communauté, par l’intermédiaire du commissariat des biens communaux, une dépendance des autorités municipales. Le régime foncier antérieur à l’expropriation, celui des terres communales, ne permet en effet qu’une indemnisation collective pour les terres expropriées. En revanche, chaque comunero doit recevoir une compensation financière individuelle pour les améliorations diverses apportées à la terre dont il avait jusque là l’usufruit : arbres, puits, etc. Au FONATUR, le service de développement de la communauté est chargé de procéder à la liquidation des terres communales et de négocier avec chaque comunero le montant de la compensation financière reçue au regard des biens dont sa parcelle avait été dotée. Il est important d’insister sur le fait que cet accord entre le gouvernement et la communauté a été établi en comité restreint et ne semble pas exprimer un consensus au sein de la population du municipio. Des divergences apparaissent en effet rapidement, reflétant divers antagonismes liés à l’arrivée de nouveaux acteurs, mais également au sein des populations locales.

I.3. Résistances et mobilisation des communautés face à la perte des terres

  • 3 Propos recueillis en entretiens.
  • 4 Citation extraite d’un article publié par la revue d’investigation Proceso le 29 septembre 1986.

10Le développement du centre touristique est prévu en plusieurs étapes. La première étape, de 1984 à 1994, prévoit la mise en tourisme de trois des neuf baies du municipio : Santa Cruz, Chahué et Tangolunda. Y seront développés deux zones hôtelières importantes ainsi que deux bassins de plaisance. Entre 1990 et 2000, le front de mer doit continuer de s’urbaniser vers le nord, c'est-à-dire vers les baies de Maguey, Organo, Cacaluta, Chachacual et San Agustin, avec la création de nouvelles zones hôtelières, tandis qu’un développement urbain et agricole est prévu dans la plaine de Coyula, à l’extrême nord du territoire communal. Enfin, entre 2000 et 2018, le centre touristique doit atteindre le terme de son développement. Si un seul et unique décret d’expropriation est censé régulariser le changement de régime foncier, c’est donc progressivement que les différentes populations du littoral devront être déplacées et relogées, au rythme du calendrier défini par le FONATUR. Face à l’expropriation, on observe différentes réactions. Elles peuvent être communes à l’ensemble des comuneros ou très localisées et liées aux intérêts particuliers des différentes communautés du municipio.
En 1986, les comuneros de Huatulco déposent un recours en justice dans lequel ils dénoncent certaines irrégularités apparues au cours du processus d’acquisition des terres par le gouvernement. Ce mouvement, notamment porté par quelques conseillers municipaux et un ancien maire de Huatulco, fait alors valoir le fait que dans la Constitution mexicaine, l’article 27 relatif à la réforme agraire protège les ejidos et terres communales de toute aliénation, et que seules des propriétés privées peuvent, en théorie, faire l’objet d’une expropriation. Par ailleurs, ils contestent l’argument avancé par le gouvernement faisant référence à une cause d’utilité publique, le même article définissant comme cause d’intérêt publique : « la création et l’amélioration de centres de population et de leurs ressources et conditions de vie ». Ils dénoncent également une négociation faite à huit-clos ainsi que les pressions exercées par le FONATUR sur les comuneros : menaces, violences verbale, morale et physique, destruction de biens, assèchement de points d’eau « pour faire mourir le bétail3 », etc. Est également contesté par la communauté plaignante le montant de l’indemnisation perçue par les autorités municipales, cette somme ne reflétant pas, à leurs yeux, la valeur réelle des terres. « Ont été expropriés près de 21 000 hectares. L’indemnisation totale reçue fut alors de 224 millions de pesos, ce qui nous donne une moyenne de 90 centimes de pesos le mètre carré », explique un porte-parole de la communauté ; « le même mètre carré, le FONATUR le revend 25 000 pesos ! ».4 Les comuneros demandent, en outre, que la lumière soit faite sur l’assassinat, en 1985, d’un député local opposé à l’expropriation. Autre aspect important, le changement de régime foncier produit par l’expropriation est pour les comuneros un enjeu majeur en termes de reproduction sociale. Le régime des terres communales garantit en effet la transmission intergénérationnelle des terres. A l’âge adulte, les enfants de comuneros peuvent recevoir un terrain qu’ils pourront exploiter et sur lequel ils pourront construire une maison. Or, l’accord prévoit que seuls les comuneros bénéficieront d’une parcelle à construire, et exclut de ce fait leurs enfants qui devront faire l’acquisition d’un terrain.

11Dans l’attente d’un jugement, le juge chargé du dossier ordonne la suspension du processus d’expropriation et l’arrêt des travaux dans le centre touristique, où les premières infrastructures voient le jour. Les travaux ne sont néanmoins pas interrompus et les habitants de la baie de Santa Cruz sont progressivement déplacés et relogés à la Crucecita. Dans d’autres secteurs comme par exemple dans la plaine de Coyula, au nord du municipio, la tension est plus forte : les locaux d’une dépendance du FONATUR sont brûlés par la population et les fonctionnaires évacués. Lors d’un entretien, un ancien élu ayant pris part au mouvement de résistance explique : « le juge ordonnait « Cessez les travaux ! », mais eux ne le faisaient pas… Nous devions donc être là, physiquement, pour faire cesser les travaux. Il y eut de nombreuses agressions physiques, un camarade a eu le bras cassé ».
Ce conflit entre les comuneros et le FONATUR se solde, en 1989, par l’assassinat de l’un des leaders du mouvement de résistance, conseiller municipal délégué à la santé au moment des faits. Le mouvement perd progressivement de son ampleur, certains habitants acceptant d’être relogés à la Crucecita, tandis que des poches de résistances perdurent dans d’autres secteurs du municipio concernés par l’expropriation. Cinq ans après le début du développement touristique, une nouvelle revendication est formulée par les comuneros. En effet, la loi agraire stipule que, si dans les cinq années qui suivent une expropriation le projet qui en a été le motif n’a pas vu le jour, les populations expropriées sont en droit de demander la restitution des terres dans leur ensemble. Aujourd’hui, près de 25 ans après l’expropriation, cet argument demeure un point central du conflit opposant les comuneros au gouvernement. Pour les fonctionnaires du FONATUR interrogés, cette revendication relève d’un « bobard » que certains élus utilisent en période électorale et cette bataille juridique a déjà été perdue par la communauté plaignante. « Légalement, c’est impossible. Il n’y a eu qu’une seule expropriation, de 21 000 hectares. Nous ne sommes pas allés exproprier chaque paysan individuellement. Donc c’est un espace qui ne peut pas être fractionné, et s’il y a restitution, elle ne peut se faire que pour la totalité des terres. Or pour justifier cette demande, ils argumentent que, passé un délai de cinq ans, si les engagements n’ont pas été tenus, la terre est à eux. Le problème c’est que des choses ont été construites et cet argument n’est pas recevable. De plus, quand bien même certains objectifs n’auraient pas été atteints, c’est parce qu’eux même s’y sont opposés violemment. C’est un non-sens total ! », explique un ancien fonctionnaire du FONATUR qui dirigeait le service de développement de la communauté au moment des faits.

12Les conflits provoqués par l’expropriation des terres ont donc engendré une situation de blocage qui perdure à l’heure actuelle. Certaines populations ont accepté d’être déplacées tandis que d’autres, comme c’est le cas des habitants de la baie de San Agustin et de la plaine de Coyula, continuent de vivre sur des terres dont elles ont été dépossédées il y a plus de deux décennies. Le dialogue entre ces communautés et le FONATUR a été rompu. Du projet planifié, seule la première étape a été menée à son terme. Pensé au départ comme un ensemble organisé, « intégralement planifié », le CIP de Huatulco est aujourd’hui un espace fragmenté, dont l’organisation reflète d’importants conflits sociaux.

II. Nouveaux acteurs, nouveaux territoires : entre luttes de pouvoir et concurrence pour l’espace

13La planification du centre touristique de Huatulco implique un certain nombre de recompositions territoriales et sociales. Le FONATUR se positionne en tant que nouvel acteur institutionnel politique, en se substituant aux autorités municipales dans la zone fédérale, et économique puisque le fonds est aussi responsable de la revente des terrains auprès d’investisseurs potentiels. Par ailleurs, ce transfert de pouvoir de la communauté vers l’Etat se traduit par un nouveau découpage de l’espace et par la définition de nouveaux territoires. Le municipio est divisé en deux parties, sa partie interne relevant du régime des terres communales tandis que sa frange côtière est désormais zone fédérale. Par ailleurs, la zone littorale, la seule à faire l’objet d’un développement touristique, est celle qui concentre l’essentiel des ressources économiques du municipio : un potentiel certain pour le tourisme, mais également les meilleures terres agricoles dans une région au relief particulièrement escarpé. Au cours du vingtième siècle, ces terres ont déjà été l’enjeu de guérillas locales opposant les communautés de Huatulco à celles du municipio voisin.

II.1. Une immigration massive qui accroit la concurrence pour l’espace

14Le développement touristique a induit une forte croissance démographique, inédite dans la région. D’environ 6 000 habitants en 1980, la population du municipio dépassait en 2005 les 33 000 habitants (INAFED, 2005). Cette croissance est principalement liée à l’arrivée massive de main d’œuvre venue d’autres municipios de l’état d’Oaxaca ou d’autres régions du pays, attirée par les perspectives qu’offrait, en terme d’emplois, le développement du centre touristique. Le profil socio-économique de ces migrants est variable. Cependant, il s’agit de populations majoritairement peu qualifiées et appartenant aux couches modestes de la société mexicaine, concentrées dans les secteurs du bâtiment et des services liés à l’activité touristique. Sur le plan juridique, ces populations ont le statut d’avecindados. Autrement dit, il s’agit de populations migrantes qui ne jouissent pas des droits qu’implique le fait d’appartenir à la communauté agraire des comuneros. Les avecindados n’ont pas été confrontées à l’expropriation et ne bénéficient pas des termes de l’accord passé entre le FONATUR et les comuneros, accord donnant à ces derniers le droit de se voir attribuer un terrain et un logement à la Crucecita. Certains avecindados, déjà présents au moment de l’expropriation, ont été dépossédés des terres qu’ils occupaient ou exploitaient mais ne purent justifier une quelconque contrepartie, faute de pouvoir établir un titre légal de propriété. Ces nouvelles populations sont donc particulièrement concernées par la difficulté d’accéder à un logement étant donné le renchérissement du coût de la vie et la pression foncière liée au phénomène de spéculation immobilière. Peu payée, cette main d’œuvre immigrée doit aussi faire face à des revenus irréguliers, soumis aux rythmes saisonniers de l’industrie touristique. Par ailleurs, le schéma d’aménagement du FONATUR définit pour chaque secteur du centre touristique un usage précis à plus ou moins long terme, et une place infime est consacrée au logement des classes populaires. Malgré des adaptations ponctuelles face à l’urgence de telle ou telle situation, cette rigidité dans la planification ne permet pas d’ajuster l’offre en terres disponibles à une demande croissante liée à l’afflux de travailleurs migrants.

II.2. « Pour un morceau de terre ! » : quand les conflits participent de la production de l’espace

15Souvent, les avecindados n’ont d’autres solutions que de s’implanter dans des quartiers précaires dits auto-construits en périphérie de la ville  « légale », planifiée par le FONATUR. La planification de la Crucecita organise l’espace urbain en secteurs, représentés par des lettres : H, U, J, K, etc. Situés en périphérie du centre-ville, les secteurs H3 et U2 n’ont pas été planifiés. Ils ont été créés à la suite d’ «invasions» par des populations en quête de terres. Lorsque la pression foncière devient trop forte, en groupes plus ou moins importants, quelques dizaines, voire 100 ou 200 personnes, envahissent un terrain et y construisent de manière très précaire des logements. Ces invasions sont souvent organisées et encadrées par des syndicats de travailleurs ou des partis politiques, comme en témoigne un représentant syndical rencontré durant l’invasion d’un terrain dans le secteur K : « Dans un premier temps, nous avons envahi le secteur U2, qui ne fut pas non plus planifié à l’origine par le FONATUR. A Huatulco, aucun soutien aux travailleurs n’avait été prévu. C’est alors que nous nous sommes réunis avec neuf organisations sociales. (…) Nous sommes allés jusqu’à la Chambre des Députés, dans la capitale, et nous nous sommes affiliés au PRD (parti de centre-gauche). (…) Nous avons dû occuper les locaux du FONATUR durant treize jours. (…) Un accident se produisit, et une camarade est morte, renversée par une voiture que conduisait une employée du FONATUR. Je me souviens que nous avons fait une veillée pour elle dans les locaux du FONATUR. Nous avions déposé un drap sur lequel était écrit « Pour un morceau de terre ! ». C’est à ce moment que nous avons envahi le secteur H3 ». De véritables quartiers d’habitat précaire illégaux ont ainsi été créés avant d’être peu à peu régularisés et intégrés à la ville légale. Mis devant le fait accompli, le FONATUR finit souvent par y réaliser des travaux et y installer les services minimums. Parfois ce sont les habitants eux même qui se cotisent pour y installer l’électricité ou goudronner les rues. Ces formes d’appropriation de l’espace font partie intégrante des processus de production de l’espace urbain à la Crucecita et témoignent de processus généralisés au Mexique.

II.3. Antagonismes et alliances : des stratégies d’acteurs à géométrie variable

  • 5 Propos extrait d’un entretien. Ce discours est récurrent dans les entretiens menés auprès des aveci (...)

16Pour nombre d’avecindados, les comuneros qui ont reçu une maison en dur à la Crucecita font figure de privilégiés. Beaucoup de ces travailleurs immigrés revendiquent le fait d’avoir porté le développement touristique tandis que les comuneros, « y étaient plutôt hostiles du fait de l’expropriation et ne voulaient pas alors prêter leurs services »5. A l’opposé, une partie des comuneros, généralement ceux ayant le moins bénéficié des retombées du tourisme, considère les avecindados comme des envahisseurs. Ils perçoivent d’autant plus mal ces invasions de terrains que certains d’entre eux vivent toujours dans l’espoir d’une victoire juridique contre le FONATUR leur permettant de récupérer la totalité des terres expropriées. Un triangle conflictuel existe donc entre le FONATUR qui détient la terre, les comuneros et les avecindados. Ces deux derniers sont effectivement en conflit permanent avec le FONATUR, et parfois entre eux quand un terrain est disputé. Des alliances existent cependant parfois entre avecindados et enfants de comuneros puisque les uns comme les autres sont confrontés à la difficulté d’acquérir un terrain. L’invasion du secteur H3 par exemple fut organisée conjointement par des personnes issues des deux groupes. La création de ces quartiers représente un acquis social et s’exprime souvent par l’émergence d’identités nouvelles, transversales aux statuts d’avecindados ou [d’enfants] de comuneros : on est fier d’être de l’ « H3 » ou de l’ « U2 » et le fait d’avoir participé à une invasion procure une place dans la ville et dans la société.

17Analyser les rapports sociaux à travers une typologie fondée sur des catégories « administratives » telles que comuneros ou avecindados peut prêter à débats dans la mesure où ces groupes ne sont pas étanches, et partagent certaines caractéristiques. En réalité, les profils des personnes interrogées peuvent se recouper et l’on pourrait imaginer d’autres catégories transversales à celles utilisées. En revanche, du fait de l’expropriation, la position sociale des individus semble largement influencée par leur rapport à la propriété juridique de la terre. Cet aspect permet de comprendre les antagonismes qui traversent la société locale, ces conflits étant l’expression d’une revendication de légitimité pour l’appropriation de l’espace par les différents groupes. D’autre part, ce rapport à la propriété juridique du sol est déterminant si l’on cherche à comprendre l’impact de ces conflits sur le développement local.

III. Un modèle de planification aux coûts sociaux et environnementaux élevés

  • 6 Ont été réalisés 37 entretiens ciblant différents groupes en fonction de leur position face à la pr (...)

18On ne vit pas de la même façon le développement touristique selon que l’on a été exproprié ou non, selon que l’on appartient au groupe des comuneros ou à celui des avecindados, selon que l’on vit dans la ville « légale », la Crucecita, ou que l’on occupe un terrain dont on a été exproprié et sur lequel on ne dispose d’aucun droit. D’un point de vue très concret, on peut différencier plusieurs cas de figure se traduisant par des conditions de vie très différentes. Cette diversité se retrouve dans le corpus qui constitue la base de l’enquête de terrain réalisée6. Dans une société locale marquée par les inégalités sociales et les conflits, différentes formes de précarité transparaissent. Les processus observés peuvent faire l’objet de plusieurs lectures qu’il convient d’articuler pour en saisir toute la complexité. Les inégalités sociales, la précarité économique et matérielle vécue par certaines populations, la précarité juridique, ses conséquences politiques et la question de la « justice environnementale » sont autant de points de vue qu’il est nécessaire de prendre en compte pour dresser un bilan de l’expérience du CIP de Huatulco. D’autre part, ces processus sont observables à différentes échelles spatiales : intra-urbaine dans le cas du développement urbain de la Crucecita, à l’échelle du CIP, c’est-à-dire dans l’ensemble du polygone exproprié, et enfin à l’échelle municipale. Le développement à deux vitesses observé en comparant la partie littorale du municipio et sa partie haute qui, elle, n’a pas fait l’objet d’un développement touristique, nous permet de questionner la portée de l’ « effet d’entrainement » provoqué par la mise en tourisme du CIP de Huatulco.

III.1. Un développement touristique qui reproduit et accentue les inégalités sociales

19Les comuneros déplacés et relogés à la Crucecita ont souvent un discours négatif sur une expropriation qu’ils ont parfois vécu comme une spoliation. La perte des terres, la dispersion de la communauté, la violence subie par certains de ses membres sont autant de traumatismes présents dans la mémoire collective de la communauté. « On a tout perdu », « l’Etat nous a pris nos terres », sont en effet des formules récurrentes dans les entretiens réalisés avec d’anciens habitants de la baie de Santa Cruz vivant aujourd’hui à la Crucecita. Pourtant, tous n’occupent pas aujourd’hui la même position dans la société. Certains comuneros ont vu leurs conditions matérielles d’existence clairement améliorées avec le développement touristique, et possèdent aujourd’hui des commerces, des taxis, des hôtels ou des restaurants à la Crucecita. D’autres ont agrandi leur maison et louent des chambres aux touristes. Parmi ceux-ci, quelques-uns possèdent également des terres dans la partie haute du municipio. Par ailleurs, il est indéniable que d’autres comuneros connaissent une forte précarité, reflétée par l’habitat dans un logement de fortune à la Crucecita ou encore par un emploi informel de vente ambulante. Des inégalités sociales existaient déjà dans la communauté avant 1984, inégalités que l’expropriation a souvent reproduit, parfois accentué. Les récits recueillis évoquent souvent un passé et une vie en communauté idéalisés. Néanmoins, des rapports de pouvoirs existaient et se traduisaient déjà par certaines formes de violence, quelques familles détenant en réalité les meilleures terres et exerçant parfois une domination violente sur les autres membres de la communauté. Ces « élites » locales, parfois qualifiées de caciques dans les entretiens, occupaient souvent des postes clefs dans l’administration municipale. Ils ont été en mesure de négocier avec le FONATUR au moment de l’expropriation et d’obtenir des contreparties, économiques ou en nature. Par ailleurs, les indemnisations perçues pour les améliorations apportées à la terre ont été établies en fonction du patrimoine pouvant être présenté par chaque comunero. Les sommes d’argent alors versées reflètent les positions sociales respectives des membres de la communauté : « Nous avons reçu des maisons, mais des maisons de planches et de taules, avec des sols très rustiques », témoigne une comunera. « Les « grands » eux, les caciques, on leur a donné de l’argent et des terrains, alors ils ont acceptés ».

20Avec le temps, les inégalités sociales au sein des comuneros sont devenues plus visibles : tandis que ceux qui ont « réussi » ont généralement pu investir et construire une maison plus grande, les comuneros les plus modestes vivent toujours dans le logement de deux pièces reçu du FONATUR et dont les matériaux bon marché résistent mal à l’épreuve du temps. Nombre de comuneros n’avaient jamais été en possession d’argent avant l’indemnisation. Peu préparés à gérer les sommes reçues, certains ont dépensé rapidement le capital ainsi constitué et n’ont pas pu, par la suite, faire face à l’augmentation du coût de la vie. D’autres ont vu leurs économies réduites à néant lors de la crise économique de 1995 et de la dévaluation du peso mexicain.
Les enfants de comuneros, eux, n’ont pas été indemnisés. Pour cette deuxième génération, les conséquences du développement touristique ont souvent été plus difficiles. La hausse des prix, la spéculation et une économie aux rythmes saisonniers marqués rendent d’autant plus difficile l’acquisition d’un terrain. Nombre d’entre eux, y compris ceux dont les parents ont su tirer partie du développement touristique, ont fait le choix d’émigrer aux Etats-Unis quelques années, le temps de réunir suffisamment d’argent pour construire un logement. Face au manque de logements, ils prennent fréquemment part aux invasions de terre aux côtés des avecindados.

III.2. Un espace urbain fragmenté matérialisant les inégalités sociales

21Les inégalités sociales peuvent clairement se lire dans l’organisation de l’espace à l’échelle intra-urbaine, c’est-à-dire à la Crucecita, selon un modèle centre/périphérie. Dans les quartiers U2 et H3, développés en marge de la ville planifiée, les logements sont « auto-construits » et parfois de mauvaise qualité. Les services basiques tels que l’eau courante et l’électricité y sont aujourd’hui présents mais le tout-à-l’égout y est insuffisamment développé et certaines familles utilisent à cette fin les conduits d’évacuation des eaux de pluie. Par ailleurs, le secteur H3 constitue une sorte de zone tampon qui sépare la ville dite légale de la décharge municipale du centre touristique. La proximité de cette décharge constitue une nuisance majeure et un risque sanitaire pour les populations. Certains enfants des familles les plus pauvres y passent en effet leurs journées et recueillent des déchets métalliques qu’ils revendent « au poids ». La précarité matérielle des conditions de vie peut ici être considérée du point de vue d’exposition des différentes populations aux risques environnementaux.

III.3. A l’échelle du CIP, une précarité juridique qui a des effets sur le développement

22Les comuneros qui ont refusé l’expropriation vivent aujourd’hui de manière «illégale» sur des terres appartenant au FONATUR. C’est notamment le cas de la communauté qui vit dans la baie de San Agustin. Ces espaces contrastent fortement avec la ville dite légale et la précarité juridique vient souvent renforcer d’autres formes de précarités, matérielle et économique, dont elle augmente les effets. Là encore, l’organisation du CIP illustre un modèle centre/périphérie.
La baie de San Agustin, située au nord du municipio, possède des ressources importantes pour le développement du tourisme : eaux calmes, longue plage de sable, récifs coralliens. Ses habitants ont perçu très tôt ce potentiel et ont su développer une activité touristique avant même la mise en œuvre du CIP. Plusieurs restaurants ont été construits et sont approvisionnés par les pêcheurs de la communauté. Il est également possible d’y séjourner en louant des chambres aux habitants, qui proposent également de louer du matériel de plongée, des scooters de mer ou des kayaks. Sur la plage, des vendeurs ambulants, souvent des enfants, proposent aux touristes des objets divers : bracelets, maillots de bain, etc., tandis qu’un service de taxis assure le transport des visiteurs depuis la route littorale. D’après les personnes interrogées, cette manne économique informelle procure des revenus non négligeables à la communauté en haute saison et la baie connaît une fréquentation importante de touristes nationaux et étrangers.

  • 7 Propos recueillis auprès d’un responsable du FONATUR, par l’association française Echoway, et cités (...)

23Sur le plan économique, les habitants de San Agustin perçoivent, pour quelques-uns, des revenus plus importants que les travailleurs de l’industrie touristique vivant à la Crucecita. Les retombées financières du tourisme sont en effet directement perçues par la communauté qui en bénéficie sans avoir recours à des intermédiaires. Cependant, la précarité matérielle est particulièrement visible et les comuneros de San Agustin n’ont pas accès aux équipements dont dispose la population de la Crucecita. L’eau courante et le tout-à-l’égout y sont absents et l’eau, livrée par camion citerne, est stockée par les familles dans des réservoirs de 400 ou 600 litres. Les logements, auto-construits, ne sont pas non plus équipés de toilettes et des WC collectifs de fortune, raccordées à des fosses septiques qui ont été installées en divers endroits. Les habitants ne disposent pas non plus d’un centre de soins comme c’est le cas dans d’autres communautés ; l’école de la communauté se résume à un baraquement fait de taules et de planches. Non goudronnée, la seule route qui permet l’accès à la communauté est une piste de terre particulièrement escarpée. Seul service présent, l’électricité, qui a été installée par les autorités municipales en 2002. La précarité juridique liée au non règlement du conflit entre les comuneros et le FONATUR est donc un facteur aggravant les autres formes de précarités constatées. La situation de blocage engendrée par le conflit a produit une sorte de flou général qui rend impossible tout aménagement durable des terres. Légalement, ces terres fédérales sont administrées par le FONATUR. Cependant, l’organisme gouvernemental n’y exerce aucune activité « de fait » et n’entend pas y apporter le moindre service à des populations « qui ne devraient pas être là »7. De son côté, la communauté ne dispose d’aucun droit pour développer la baie qui a fait l’objet d’une urbanisation précaire et informelle. Le prix à payer pour ces habitants est une incertitude permanente face à l’avenir dans la mesure où aucune discussion n’est engagée avec le FONATUR, et l’impossibilité d’exploiter le potentiel touristique de la baie. Cette situation a également un impact environnemental car la baie, située en bordure d’un parc national, a vu se dégrader ses récifs coralliens du fait des écoulements d’eau usées et des infiltrations provenant des fosses septiques, insuffisantes en haute saison.

24Si le conflit opposant les habitants de San Agustin a des effets négatifs sur leurs conditions de vie, il permet à certains acteurs d’y réaliser des manœuvres politiques à visée clientéliste. C’est dans cette logique que l’électricité a été installée par les autorités municipales dont les prérogatives se limitent en théorie à la partie interne du municipio. Ces pratiques visent, en période d’élections, à acheter les votes de communautés exclues du développement touristique en assumant le rôle auquel le FONATUR a dû renoncer. Il est fréquent qu’un parti politique propose à une communauté de la doter d’équipements en échange de son soutien lors des élections. Début 2007, des modules sanitaires collectifs sont construits par les autorités municipales pour remplacer les latrines utilisées par les habitants. Quelques mois plus tard, le raccordement de ces modules à des fosses septiques, indispensable à leur utilisation, a été reporté et aura lieu après les élections municipales. Pour bénéficier des nouvelles toilettes, la communauté doit alors donner ses voix au parti politique en place.
Au début de l’été 2007, pendant la campagne pour les élections municipales, des représentants des partis politiques d’opposition sillonnaient le municipio à la rencontre des différentes communautés, proposant par exemple, en cas de victoire électorale, d’y installer l’eau courante ou de goudronner la route. Une habitante décrit, en entretien, une situation qu’elle ne connaît que trop bien : « c’est à chaque fois la même chose, en période d’élections ils promettent des choses mais ne tiennent jamais parole. Les deux principaux problèmes, ici, sont l’eau et la route. Un parti promet de nous installer l’eau courante, tandis que l’autre nous promet de goudronner la route ». Pour la population, le choix d’un parti est alors un choix pragmatique en fonction des promesses des différents candidats : l’eau courante ou le goudronnage de la route, le PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel) ou le PRD (Parti de la Révolution Démocratique).

Conclusion

25Le développement des CIP affichait l’ambition de porter un développement économique dans des régions périphériques du Mexique. Cet effet d’entraînement semble aujourd’hui devoir être nuancé et des disparités fortes ont été constatées à l’échelle urbaine et à celle du centre touristique. Ces inégalités apparaissent encore plus fortement à l’échelle municipale, dès lors que l’on compare la zone fédérale et la partie interne du municipio. Une fois franchie la route littorale, les retombées économiques du tourisme de masse semblent réduites. Les populations de cette partie du municipio ne disposent d’aucun des services disponibles dans le centre touristique (eau, tout-à-l’égout). Ce développement à deux vitesses est caractéristique du modèle mexicain de développement touristique de masse. Dans les régions où il a été développé, le tourisme accroit la concurrence pour l’espace et met en exergue les rapports de force entre les différents acteurs et groupes sociaux, qui tendent à se l’approprier. Des processus similaires de conflits pour la terre ont ainsi été décrits dans le CIP d’Ixtapa, dans l’état du Guerrero, au moment de la mise en tourisme de cette portion du littoral.
Au-delà de la discussion critique sur l’impact des différentes formes de tourisme et de l’évolution des modèles, qui tendent aujourd’hui à intégrer la question des coûts sociaux et environnementaux générés par l’industrie touristique ; l’entrée par la question de l’appropriation de l’espace semble pouvoir contribuer à la compréhension du phénomène touristique.

Haut de page

Bibliographie

Cazes G. 1992. Tourisme et Tiers Monde, un bilan controversé, Paris, L’Harmattan, 207 p.

CONANP. 2003. Programa de Manejo, Parque Nacional Huatulco, México, Comisión Nacional para las Áreas Naturales Protegidas, 208 p.

Correa G. En Huatulco se hace ya el centro turístico del sexenio, Proceso, n°517, 29 de septiembre de 1986, p 22-25.

Da Jandra L. 1991. Huatulqueños, Mar Abierto, Almedia, 327 p.

De Kadt E. (dir.). 1979. “Une croissance pénible: le développement touristique planifié à Ixtapa-Zihuantanejo”. Tourisme: Passeport pour le développement? p 111-134, Paris, Economica, 345 p.

FONATUR. 1988. Ciudades turísticas, una estrategia mexicana de desarrollo, Mexico, Fondo Nacional de Fomento al Turismo.

González Luna L. 1990. Perspectiva de los megaproyectos como alternativa de desarrollo turístico y socioeconómico de México hacia el año 2000, Mexico, Instituto Politécnico Nacional, Escuela superior de turismo.

Hiernaux D. 1989. La dimensión territorial de las actividades turísticas. Teoría y Praxis del Espacio Turístico, p 51-73, Mexico, Universidad Autónoma Metropolitana – Xochimilco.

Hiernaux D. 2006. “Tourisme au Mexique : modèle de masse, de l’étatisme au marché”, Alternatives Sud, n° 3 / 2006. “Expansion du Tourisme: gagnants et perdants”, Centre Tricontinental (CETRI), www.cetri.be

Lozato-Giotart J.P.1993. Géographie du tourisme, col. Géographie, Paris, Masson, 330 p.

Marie dit chirot C. 2007. Le tourisme au Mexique, moteur de développement ou reproducteur d’inégalités sociales ? Le Centre Intégralement Planifié de Huatulco dans l’état d’Oaxaca. Mémoire de master de géographie, Université de Caen Basse-Normandie, 141 p.

Medina Nicolas L. (dir.). 2005. “Le tourisme, prisme d’observation de quelques réalités latino-américaines”, L’Amérique Latine, col. “Questions de géographie”, Paris, Ed. du Temps.

Haut de page

Notes

1 Selon le Ministère mexicain du Tourisme.

2 Dans la nomenclature territoriale mexicaine, le municipio est un échelon administratif se rapprochant de celui de la commune en France.

3 Propos recueillis en entretiens.

4 Citation extraite d’un article publié par la revue d’investigation Proceso le 29 septembre 1986.

5 Propos extrait d’un entretien. Ce discours est récurrent dans les entretiens menés auprès des avecindados.

6 Ont été réalisés 37 entretiens ciblant différents groupes en fonction de leur position face à la propriété juridique de la terre et de leur « vécu » individuel et collectif du développement touristique de Huatulco. Enregistrés et retranscrits, ils ont fait l’objet d’une analyse qualitative approfondie. Un séjour de cinq mois effectué entre février et juin 2007 dans différents secteurs du centre touristique a permis de partager le quotidien de ses habitants et de recueillir leurs discours. Dix entretiens ont ainsi été réalisés avec des comuneros déplacés par l’urbanisation de la première baie « mise en tourisme » par le FONATUR (baie de Santa Cruz), dont la famille du leader de l’opposition assassiné en 1989. Onze entretiens ont été effectués avec des comuneros ayant refusé l’expropriation. Ils occupent toujours plus ou moins illégalement leurs terres dans la baie de San Agustin et la plaine de Coyula, au nord du centre touristique. Trois entretiens menés dans la partie intérieure du municipio avec des comuneros n’ayant pas été expropriés. Enfin, huit avecindados vivant à la Crucecita ont également été interrogés. Parmi eux, un leader syndical ayant pris part à de nombreuses invasions de terres. L’enquête de terrain a été complétée par cinq entretiens « institutionnels » : deux ont été réalisés avec des cadres du FONATUR, deux auprès des autorités municipales et un auprès d’un représentant d’un parti politique d’opposition (une partie du travail de terrain a été effectuée durant la campagne électorale pour les élections municipales).

7 Propos recueillis auprès d’un responsable du FONATUR, par l’association française Echoway, et cités dans un article en ligne sur San Agustin. www.echoway.org

Haut de page

Table des illustrations

Légende Le développement du tourisme dans le municipio de Santa Maria Huatulco (Etat d'Oaxaca; Mexique)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4069/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Marie dit Chirot, « Recomposition des jeux d’acteurs et concurrence pour l’espace face à la mise en place d’un Centre touristique Intégralement Planifié (CIP) », Études caribéennes [En ligne], 13-14 | Décembre 2009, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 31 juillet 2016. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4069 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4069

Haut de page

Auteur

Clément Marie dit Chirot

Doctorant en géographie, allocataire de recherche - moniteur, Centre de Recherche sur les Espaces et les Sociétés (CRESO), Université de Caen Basse Normandie, clement.marie-ditchirot@unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org