Navigation – Plan du site
Hors dossier

Les zones franches industrielles d’exportation dans la Caraïbe. Les causes économiques de leur émergence

Laurence Buzenot

Résumés

Les zones franches sont des espaces de dérogations législative et sociale. Elles sont spécialisées dans des activités manufacturières où dominent majoritairement  l’assemblage textile et minoritairement l’électronique et les services. Elles se développent dans la région Caraïbe, au cours des décennies 1980 et 1990, dans un contexte économique favorable. Dans cet article nous nous interrogeons sur les causes économiques de leur émergence. Ces espaces industriels sont difficiles à définir tant les activités présentes sont diverses et évolutives dans le temps. C’est pour cette raison que dans la première partie nous traitons de la complexité de cette notion. Ensuite, nous verrons les causes économiques de leur émergence. Le semi-échec des politiques d’industrialisation par substitution des importations oriente l’industrialisation vers l’extraversion. Les principes libéraux appliqués à Puerto-Rico servent à encadrer les industries exportatrices. Les plans d’ajustement du FMI pour réguler le problème de l’endettement ont servi de catalyseur aux exportations des biens manufacturés. Parallèlement, les accords commerciaux du Caribbean Basin Initiative (CBI) avec la puissance étasunienne ont encadré leur essor. Enfin, nous montrerons les modalités de leur implantation dans la Caraïbe, modalités qui induisent des différences géographiques entre des îles entièrement franches et celles où les zones franches sont des enclaves économiques. L’étude de ces dernières en République dominicaine permet de mettre en exergue leur expansion spatiale.

The free zones are spaces of social and legislative exemptions. They are specialized in manufacturing activities dominated mainly by the textile assembly. They develop in the Caribbean during decades 1980s and 1990s, in a favourable economic environment. In this article we question the economic causes of their emergence. These industrial areas are difficult to define as these activities are diverse and evolving over time. For this reason in the first part we deal with the complexity of the concept. Then we will see the economic causes of their emergence. The semi-failed policies of industrialization by import substitution industrialization oriented toward the extrovert. The IMF adjustment plans to regulate the problem of indebtedness has been a catalyst for exports of manufactured goods. Meanwhile, the trade agreements of the Caribbean Basin Initiative (CBI) with the U.S.A. supervised their development. Finally, we show how their presence in the Caribbean, conditions that lead to geographical differences between completely free zone islands and those where the free zones are economic enclaves. The recent study in the Dominican Republic will highlight their spatial expansion.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Caraïbe est une région de zones franches de tous types : zones franches commerciale, industrielle et de service. Ces dernières se sont développées au cours des décennies 1980 et 1990 à la suite de l’échec partiel des politiques d’industrialisation par substitution aux importations. Les législations fiscales, largement inspirées des principes libéraux appliqués à Puerto Rico, encadrent, sans rupture avec les anciennes lois, les nouvelles activités industrielles orientées vers l’extraversion. Les relations commerciales tissées avec la puissance étatsunienne par le biais du Caribbean Basin Initiative (CBI) permettent l’accès à un marché élargi. C’est dans ce contexte protégé des concurrences Sud-Sud que les zones franches se développent dans la région.

2La position géographique explique également la prolifération de ces espaces particuliers. La Caraïbe, interface entre l’Amérique du Sud et du Nord, carrefour culturel et terre de métissages, les avantages fiscaux et salariaux attirent les investisseurs étrangers d’autant plus que nous sommes dans la grande phase des délocalisations vers les pays périphériques proches. Les nombreux liens interculturels entre la Caraïbe et les Etats-Unis renforcent la position stratégique de la région pour les entrepreneurs du Nord à la recherche de main d’œuvre à bon marché. A titre d’exemple, l’usage de l’anglais comme langue véhiculaire facilite les relations et les négociations commerciales.

3Les difficultés d’appréhension des zones franches nous amène à traiter de la complexité de la notion. Les causes économiques de leur émergence montrent l’ancienneté des préoccupations gouvernementales pour l’industrialisation d’abord de substitution aux importations, puis pour l’industrialisation extravertie. Enfin, les modalités de l’implantation des zones franches induisent des différences géographiques entre des îles entièrement franches et celles où les zones franches sont des enclaves économiques. Laissant de côté les aspects culturels, nous nous intéressons essentiellement aux causes économiques favorables à l’essor des zones franches dans la région, notamment en République dominicaine où des enclaves économiques se développent aux abords des trois plus grandes villes du pays.  

I. La complexité des zones franches

4«Les zones franches sont aussi anciennes que les douanes, ou ce qui en tenait lieu. Elles le sont par définition. Toutefois, c’est depuis quelques années seulement qu’on en parle beaucoup, et c’est depuis vingt ans qu’elles ont pris des tours nouveaux »  (Brunet et Milelli, 1986 : 4).

5Les propos de R. Brunet et C. Milelli illustrent l’ancienneté et la complexification progressive du concept des zones franches au cours de l’histoire. Cette complexification est liée à leurs migrations spatiales et à l’adaptation de leur statut aux législations nationales. Les zones franches sont aujourd’hui multiformes par la diversité de leurs activités : commerciales, portuaires, industrielles et services (bancaires et centres d’appel). Elles sont des instruments de développement depuis une cinquantaine d’années et elles se sont «diffusées dans les PED et sont l’expression de l’ouverture et des échanges internationaux» (Bost, 2004 : 70).

I.1 Première phase : zone de dédouanement, de commerce et d’entreposage.

  • 1  En Allemagne, le Zollverein de Bismarck dans la seconde moitié du XIXème siècle enlève les liberté (...)
  • 2  Pour connaître la répartition, les activités et avantages des Forein Trade Zones, voir Lorot et Sc (...)

6Contrairement aux idées reçues les zones franches existent depuis très longtemps. Durant l’Antiquité, «le premier périmètre franc connu est celui de l’île de Délos, dans la mer Egée» (Lorot et Schwob, 1987 : 10). Au Moyen Âge, de nombreuses villes et ports d’Europe occidentale connaissent le statut de franchise pour leurs activités commerciales : Marseille et les villes de la Hanse germanique développent des systèmes de franchises. «Ces premières zones franches sont axées sur le commerce et l’entreposage des marchandises» (Lorot et Schwob, 1987 : 10). Toutes s’éteignent progressivement lors des XIXème et XXème siècles, du fait de l’intervention croissante de l’Etat dans l’économie1. En revanche, «elles progressent aux Etats-Unis où elles font survivre le concept originel sous la forme des Forein Trade Zones dont la fonction principale est de favoriser le commerce avec l’étranger. La première Forein Trade Zone date de 1934. En 1985, les Etats-Unis en comptent près de 150» (Lorot et Schwob, 1987 : 25)2. Aujourd’hui, les boutiques hors douanes, appelées Duty Free, sont une extension de la notion de zone franche commerciale. Certaines se sont développées, comme dans le cas de l’Ile Maurice, grâce au textile délocalisé.

I.2 Deuxième phase : du commerce à l’industrie

7Au cours de la seconde partie du XXème siècle, les zones franches commerciales s’effacent au profit des zones franches industrielles qui deviennent des outils de développement. Le concept étend sa définition avec l’installation à Shanon (Irlande), en 1958, de la première « zone franche industrielle d’exportation ». Il est adopté «dans les années 1960 par les nouveaux pays industrialisés d’Asie orientale comme Hong-Kong, Singapour, Taïwan et la Corée du Sud» (Bost, 2004 : 69). Le nouveau concept se diffuse, par la suite, dans les pays en voie de développement par le biais de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI) (Lorot et Schwob, 1987 : 13). D’autres organismes de développement comme la Banque mondiale et l’Overseas Private Investment Corporation  (OPIC) encouragent le développement des zones franches dans le monde (Bost, 2004 : 70). La conjoncture  internationale aidant, elles fleurissent mondialement à partir de la crise de 1975. C’est dans ce contexte particulier (hausse du chômage à cause des délocalisations) que les nouvelles zones franches sont vues comme «celles du redéploiement industriel des vieilles régions textiles et des dérégulations de l’ultralibéralisme» (Brunet et Milelli, 1986 : 10). En réalité, elles font partie des politiques de développement établies par les gouvernements et les institutions de développement internationaux. Les programmes d’ajustement structurel du FMI, au début des années 1980, qui prônent une ouverture vers l’extérieur et la dévaluation des monnaies locales, accélèrent leur développement. Elles se spécialisent dans la confection et l’assemblage de composants électriques et électroniques. Elles se multiplient, par vagues successives, en Amérique Centrale, dans la Caraïbe, en Asie du Sud-Est, en Chine et témoignent en partie de la libéralisation des échanges qui s’engage à partir des années 1975 et 1980 (Brunet et Milelli, 1986 ; Bost, 2004). Elles connaissent ensuite une expansion spatiale sur les territoires nationaux au cours de la décennie 1990.

I.3 Troisième phase : les zones franches bancaires et offshoring

8Au cours de la décennie 1960, une nouvelle forme de franchise apparaît : les zones franches bancaires (Lorot et Schwob, 1987 : 107). On les appelle communément des paradis fiscaux. Les banques des pays industrialisés soumises à des mesures à caractère dirigiste, tels que le contrôle des changes et du mouvement des capitaux et le plafonnement des taux d’intérêt, ouvrent des succursales dans les Caraïbes, à Panama, Londres, Hong-Kong, Singapour… Elles recherchent les avantages offerts sur place : l’absence de réglementation et de contrôle des changes, la non soumission aux règles du crédit, l’absence de taxes sur les commissions… Dans la Caraïbe, les banques offshores sont présentes aux Bahamas, aux Iles Caïmans, aux Iles Turks et Caïques, aux Iles Vierges britanniques, à St-Kitts et Nevis, à Anguilla, à Antigua et Barbuda, à Sainte-Lucie et aux Antilles Néerlandaises. Dans cet ensemble, «les îles Caïmans  constituent aujourd’hui un des premiers centres mondiaux des sociétés de placement offshore» (Desse et Hartog, 2003 : 22-23). Récemment, les zones franches de services se sont étoffées d’un nouveau type d’activité, les centres d’appel (l’offshoring). Ces derniers ont tendance à se développer dans les pays ateliers du textile comme le Maroc (Brafman, 2006 ; de Tricornot, 2007), la Barbade, la République dominicaine et l’Ile Maurice. Cette nouvelle activité est perçue comme une alternative aux vagues de licenciements du textile et une montée vers le haut de gamme.

9Au sein des Etats, ces trois phases historiques correspondent étroitement aux  trois stades du développement industriel des zones franches. Les stratégies de développement visent sur le long terme une «sortie par le haut» grâce à la diversification sectorielle et une montée vers le haut de gamme (Bost, 2005) comme cela s’est produit à Taïwan, en Corée du Sud, à Hong-Kong et à Singapour (Paulet et Mor, 1996). L’autre issue possible est la «sortie par le bas» avec une spécialisation poussée dans le textile (Bost, 2005), comme l’illustrent les productions textiles tunisiennes et mauriciennes. Dans ce dernier cas, la nuance est de mise car on assiste malgré tout à une diversification des activités et à un renforcement de l’activité textile, activité qui peut donner naissance à un «district industriel» comme dans le cas mauricien (Dimou, 2008).

II. Les déterminants de l’émergence des zones franches  

10Ces nouveaux espaces industriels sont intimement liés aux politiques économiques nationales. Les principes libéraux appliqués à Puerto-Rico ont servi de modèle aux îles de la Caraïbe pour le lancement d’une industrie pionnière de substitution aux importations. Mais devant les faibles résultats de cette politique et les dettes étatiques, les dévaluations monétaires prônées par le Fonds Monétaire Internationale ont orienté l’industrialisation vers l’extraversion. Les accords commerciaux signés avec les Etats-Unis, dans le cadre du Caribbean Basin Initiative, ont canalisé les exportations vers ce vaste marché de consommation.

II.1 La diffusion des principes libéraux puertoricains (années 1950-1970)

  • 3  La dynamique politique créée par MuñozMarín et son parti, le Parti populaire démocratique, qui obt (...)

11Dès les années 1950, la réussite de Puerto-Rico dans ce secteur (Huetz de Lemps, 1972 ; Klak, 1996) inspire A. Lewis et par la suite les autres autorités insulaires. Un concours exceptionnel de circonstances favorise l’émergence des industries puertoricaines3. L’industrialisation s’appuie sur l’idée qu’il faut «attirer des investisseurs étrangers en proposant des avantages comparatifs salariaux, des avantages fiscaux et l’application de politiques de promotion industrielle» (Crusol, 1980 : 195). Ces trois principes de l’économie libérale mis en place après guerre à Puerto-Rico expliquent son succès industriel. Dix ans après le début de «l’opération bootstrap», près de «448 nouveaux établissements industriels (…) employaient plus de 30 000 personnes» (Heesterman, 1956 : 11).

12A. Lewis mène la bataille pour l’industrialisation des îles anglophones avec la publication d’une série d’articles en faveur de ce secteur d’activité (Célimène et Watson, 1991). C’est seulement après des tergiversations et des débats sur les possibilités de les industrialiser que les principes libéraux mis en place à Puerto-Rico sont adoptés, avec des décalages temporels, par les autorités de la Barbade, de la Jamaïque et de Trinidad (Crusol, 1980 : 199) (cf. tableau 1).

II.2 L’industrialisation par substitution aux importations et l’endettement des Etats

13L’application de ces principes libéraux correspond à la politique d’industrialisation dite de substitution aux importations. Les entreprises qui s’installent reçoivent le statut d’industrie pionnière. Elles avaient pour objectif de combler le marché intérieur en boisson, produits alimentaires et vêtements. Mais cette politique montre vite ses limites dans les domaines de la croissance, de la création d’emplois et de l’évolution des recettes fiscales (Célimène et Watson, 1991).

14Tout d’abord, la croissance des premières années s’essoufflent rapidement (Célimène et Watson, 1991 ; Burac, 1991). Les nouvelles industries de substitution aux importations importent les intrants nécessaires aux différentes étapes de la production. Ce flux génère peu de liens avec le secteur domestique. La croissance n’a pas eu de moteur capable de générer un développement territorial. Logiquement les importations d’intrants suivent le rythme de la croissance de la demande et par conséquent ils accentuent la dépendance vis-à-vis de l’extérieur. Le déficit de la balance commerciale s’accroît et les réinvestissements attendus n’ont pas lieu en dépit des dispositifs attractifs mis en place par les autorités -notamment les nombreuses exonérations fiscales- pour susciter des réinvestissements dans d’autres secteurs ; les entrepreneurs étrangers ont préféré rapatrier leurs capitaux.

15Ensuite, les emplois créés ont été peu nombreux. Les fervents défenseurs de l’industrialisation mettaient en avant les capacités d’absorption de la main-d’œuvre par l’industrie et le moyen de réduire le chômage structurel. Mais les entreprises pionnières utilisaient des machines perfectionnées. L’accueil d’entreprises étrangères impliquait le transfert de technologie. Pour pallier le manque d’emplois, les Etats sont intervenus en créant des emplois, notamment en nationalisant des services publics et des entreprises.

  • 4  Suite à l’intervention nord-américaine mettant fin à la Guerre Civile. L’aide au développement est (...)

16Enfin, les recettes fiscales sont restées faibles. Les Etats en ont peu bénéficié en raison des législations adoptées qui accordent de nombreuses exonérations fiscales sur des périodes allant de 5 à 10 ans, durée renouvelée au terme de chaque période. Le modèle d’industrialisation sur invitation avait prévu des pertes financières pour les Etats mais bien en deçà de la réalité. Le financement des infrastructures lourdes de transport s’est révélé être un véritable gouffre financier. Par conséquent, la situation financière des Etats s’est vite dégradée. A cela s’ajoute la réduction des dons en provenance de l’étranger (Célimène et Watson, 1991). Ainsi dans la cadre des programmes d’aide au développement, le gouvernement dominicain a reçu lors des années 1965 et 19664 près de 122 millions de dollars américains en provenance des Etats-Unis et, entre 1967-1969, près de 133 millions de dollars américains. A partir de 1973, les fonds ne sont plus que de 73 millions de dollars par an (Moya Pons, 2002 : 543). Le seul moyen de subvenir aux dépenses étatiques est de recourir à des emprunts étrangers (Célimène et Watson, 1991) facile d’obtention grâce aux quantités abondantes des pétrodollars dégagés par les pays de l’OPEP.

17La principale conséquence macro-économique de cet échec est l’augmentation des déficits publics rapidement transformés en dettes extérieures autoentretenues. A partir de 1975, les dettes publiques prennent de l’ampleur avec la hausse des cours du pétrole et elles s’auto entretiennent durant les années 1980. Les Etats sont pris au piège du « cercle vicieux de l’endettement ». Ils effectuent de nouveaux emprunts pour financer des déficits anciens, augmentant les dettes et les dépenses publiques (Célimène et Watson, 1991).

II.3 La dévaluation monétaire des programmes d’ajustement du FMI

  • 5  La dévaluation monétaire affecte la balance commerciale d’un pays. Une dévaluation diminue la vale (...)

18Le Fond Monétaire International intervient pour gérer l’endettement des Etats. Il accorde de nouveaux prêts mais en imposant des conditions très strictes : les prêts sont limités, les dettes sont rééchelonnées dans le temps et les Etats doivent adopter les Programmes d’Ajustement Structurel (PAS). Les programmes d’ajustement imposent la privatisation, l’ouverture à une économie de marché et la dévaluation des monnaies nationales.  Dans la Caraïbe, les zones franches sont alors considérées comme le «quatrième pilier de l’ajustement structurel» (Klak, 1996 : 356). La dévaluation des monnaies nationales est le moyen de promouvoir les exportations d’un pays et, dans ce cas précis, les biens manufacturés des zones franches5. En 1983 et 1985, le gouvernement libéral dominicain de  Salvador Jorge Blanco (1982-1986) entreprend l’abandon du contrôle des changes et la dévaluation de la monnaie (Burac, 1993 ; Daniel, 1996 ; Moya Pons, 2002).  C’est dans un contexte social tendu que les mesures sont prises, parfois avec un caractère autoritaire (fermeture des changes privés avec intervention militaire). Et des mesures législatives renforcent la stratégie d’extraversion industrielle.

19La singularité de la gestion de la dette jamaïcaine a également contribué au développement des industries d’exportation. Suite aux échecs des accords de 1977 et 1978, la négociation de 1983 impose un programme pour la dévaluation du dollar jamaïcain. En 1987, le gouvernement obtient un rééchelonnement de la dette. Celle-ci est reconvertie en capital. Les banques étrangères ont vendu la dette à des entreprises étrangères qui, en échange, se sont vu attribuées des avantages pour des investissements dans les industries destinées à l’exportation (Célimène et Watson, 1991 : 165-166).

II.4 Le commerce Nord-Sud avec les Etats-Unis.

20Les zones franches sont présentes dans les îles signataires du Caribbean Basin Initiative, lancé en 1983 par le président américain Reagan (Taglioni, 1995 ; Burac, 1993) (cf. figure 1).  

Accords commerciaux et zones franches

Accords commerciaux et zones franches

21La corrélation entre le développement des zones franches et la coopération commerciale est forte. Le CBI I (1983) et le CBI II (1990)  accordent des quotas aux pays producteurs qui peuvent exporter leurs productions vers les Etats-Unis sans payer de droit de douanes. L’objectif affiché est la promotion du développement économique en favorisant le secteur privé des pays d’Amérique Centrale et des Caraïbes. Les relations commerciales tissées par le dispositif favorisent les exportations en exemptant certains produits de taxes douanières sur le territoire étatsunien. Les produits non taxés à l’entrée des Etats-Unis sont les suivants : les composants électriques et électroniques assemblés, l’artisanat et les accessoires décoratifs, les articles de loisir, de sport et les jouets, les produits de la mer frais et surgelés, les fruits et les fleurs tropicaux, les produits alimentaires et les appareils médicaux.

22Le textile-habillement est l’objet d’un programme spécial : le CBI Textil Program. Dans le cadre du CBI I (1983) et du CBI II (1990), le commerce du textile et de l’habillement est soumis à des quotas et à des règles d’origine. En effet, les producteurs des vingt-quatre pays concernés par ce traité peuvent exporter les vêtements fabriqués sur le territoire des Etats-Unis en respectant les contingents attribués et les règles d’origine stricte. Les tissus, fils et autres matières premières utilisés dans l’assemblage des vêtements doivent provenir des Etats-Unis. Une clause assouplit la règle de l’origine en offrant la possibilité aux fabricants d’utiliser des composants originaires d’autres pays à condition que ceux-ci ne dépassent pas 25 % de la valeur totale du produit. Ces conditions, quotas et règles d’origine stricte, réglementent l’accès sur le marché étatsunien. Ils organisent les échanges entre la puissance et les pays ateliers de la Caraïbe. Cette réglementation est modifiée en 2000 par l’administration de Bill Clinton lors de la signature du nouveau CBI, appelé désormais le Caribbean Basin Trade Partnership Act (CBTPA) : la règle d’origine est assouplie, les entrepreneurs peuvent s’approvisionner sur les marchés régionaux et les exportations vers les Etats-Unis ne sont plus soumises aux contingentements.

III. La Caraïbe, un bassin de zones franches industrielles d’exportation

23L’emploi peut être un critère déterminant pour mettre en exergue la présence des zones franches dans les îles. Les recensements nationaux ne publient pas toujours le nombre d’entreprises et/ou de zones industrielles opérant dans ce secteur. En revanche, comme la politique de l’emploi est l’une des priorités des gouvernements, il est aisé d’avoir accès aux nombres de personnes y travaillant. La Caraïbe se place en seconde position, avec 4 % des emplois mondiaux, derrière le poids écrasant de la Chine (88 %) (OCDE, 2004).  A l’échelle régionale, Puerto-Rico et la République dominicaine se positionnent en tête avec respectivement 55 % et 35 % des emplois.

III.1 Les différents statuts des zones franches insulaires caribéennes

24Toutes ces zones franches n’ont pas le même statut. Elles sont soit définies administrativement, dans ce cas où toute l’île est une zone franche, soit géographiquement, lorsqu’il s’agit enclaves économiques (cf. tableau 2). Cette différence amène comme le note E. Dommen, une difficulté d’appréhension du concept : «tant qu’il s’agit de zones industrielles délimitées géographiquement à l’intérieur d’un pays la définition est assez claire ; mais dès qu’il s’agit d’une délimitation administrative, le concept s’estompe» (Dommen, 1987).

25Le lien entre la superficie et le statut des zones franches met en exergue des modalités d’implantation (cf. tableau 2). Les zones franches sont définies comme des enclaves économiques dans les îles dont la superficie est supérieure à 5 000 km². La Jamaïque compte quatre zones franches en 2005, appelés « free zone», délimitées par le Prime Minister. A Trinidad, les lieux d’implantation dépendent également du gouvernement. Le Free Zone Act de 1988 autorise le Ministre du Commerce et de l’Industrie à désigner les aires d’implantation.  En 2005, 17 zones sont désignées sous ce vocable ; les  activités dominantes sont la fabrication d’outils informatiques et des manufactures de textile et habillement.

26En République dominicaine, il existe trois statuts de zone franche : les zones franches industrielles et de services, les zones franches frontalières et les zones franches spéciales :

27Les zones franches industrielles et de services sont régies par la loi n°8-90 qui les définit comme une «aire géographique strictement délimitée où  les contrôles douaniers et les fiscalités spéciales sont établis par la loi de manière à ce que les entreprises destinent leurs productions et services pour le commerce extérieur». De plus, l’article 3 de cette législation impose une délimitation précise, proche des éléments frontaliers en obligeant les aménageurs, public ou privé, à « délimiter par des murs infranchissables les zones franches, de manière à ce que les entrées et sorties du personnel, des véhicules et des cargaisons se fassent exclusivement par des portes surveillées par le personnel des douanes » (cf. photographie 1). Le besoin de main-d’œuvre explique la répartition ponctuelle sur les zones de concentration de la population avec une densité moyenne de 300 hab./km².

28Les zones franches frontalières sont  régies par deux lois. La première est la Loi n°8-90 qui fixe, à l’article 29, la création d’une bande frontalière large de 22 km, de  3 à 25 km de distance de la frontière. On ne compte actuellement que quatre zones franches dans les villes frontalières de Dabajón, Pedernales, Montecristi et Jimaní. La seconde est la loi n°28-01 qui établit la «zone spéciale de développement frontalier».  Elle émane de la volonté des gouvernements dominicain et haïtien de coopérer sur la discontinuité politique (cf. figure 4).

29Les zones franches spéciales sont nées, plus tard, du décret 947-01 qui fixe leur installation sur des aires géographiques précises. Il s’agit ici d’activités nécessitant, pour leur fonctionnement, des matières premières, des sources d’énergie ou des moyens de transport particulier. En réalité, ce sont des concessions minières laissées à des compagnies étrangères.

30Les zones franches ont un sens plutôt administratif dans les petites îles (moins de 2000 km²). Dans les pays de l’OECS, toute l’île est proclamée zone franche. On peut les qualifier d’«îles franches». A la Barbade, neufs parcs industriels ont été construits sur les zones de fortesdensités (plus de 300 hab/km²) par le Barbados Investment and Development Corporation (organisme d’Etat en charge de la promotion industrielle) ; le premier date de 1963 (Burac, 1993).  Les activités sont tournées vers les services avec les centres d’appel, la technologie de l’information et des industries de transformation.

31Il y a cependant une exception qui confirme la règle. A Sainte-Lucie, malgré la petite taille de l’île, les zones franches, six au total, occupent des espaces délimitées comme en République dominicaine, à la Jamaïque et à Trinidad. Elles structurent l’espace industriel en deux pôles : le premier dans le sud, à Vieux Fort et Hewannora, le second au nord, à la périphérie du centre historique de Castries et à Gros Islet.

III.2- L’exemple des zones franches en République dominicaine

32La République dominicaine est l’Etat insulaire de la Caraïbe qui compte le plus de zones franches sur son territoire. Ces zones sont des enclaves économiques (cf. figure 2). Au nombre de 57 pour environ 175 000 emplois en 2005, elles occupent seulement 5 % de la population active occupée (CNZFE, 2006 ; Banque Centrale de la République dominicaine, 2006). Leurs participations dans la richesse nationale sont faibles : elles ne représentent que 3 % du PIB, contre 28 % pour l’ensemble du secteur secondaire et 48 % pour le tertiaire (Banque centrale de la République dominicaine, 2006).  Ce chiffre n’est pas surprenant étant donné le caractère intensif du travail et le peu de valeur ajoutée des produits manufacturés.

Figure 2 : Population et zones franches en République dominicaine en 2005

Figure 2 : Population et zones franches en République dominicaine en 2005

Photographie 1 : L'entrée du personnel administratif de la zone franche La Romana. Les portes d'entrée reprennent les éléments de la frontière (barrières, grillages) et elles sont surveillées par la garde privée de Central Romana.

Photographie 1 : L'entrée du personnel administratif de la zone franche La Romana. Les portes d'entrée reprennent les éléments de la frontière (barrières, grillages) et elles sont surveillées par la garde privée de Central Romana.

Cliché L. Buzenot, 2006

33Les zones franches sont implantées dans les zones de fortes densités de plus de 300 habitants/km². Elles ont été construites soit par des entrepreneurs privés, soit par le secteur public par le biais de la Corporacíon de Fomento Industrial (CFI), soit par l’alliance des secteurs privé et public pour les zones mixtes (CNZFE, 2006).

34Elles se multiplient à partir de 1983 (cf. figure 3). La signature du Caribbean Basin Initiative qui garantit l’accès au marché étatsunien fait exploser la demande en terrain industriel. Ce sont surtout les zones privées qui se répandent. Le littoral de Santo-Domingo, avec les installations portuaires, est le lieu privilégié des constructions durant la décennie 1980 tandis que la région de Santiago de Los Caballeros attire les constructions lors de la décennie suivante. Leur multiplication a donné naissance à trois «régions industrielles» : la plaine centrale du Cibao, l’agglomération de Santo-Domingo, la plaine orientale du littorale caribéen.  

35Cette date marque l’entrée des femmes dominicaines dans le textile délocalisé. Ces dernières forment plus de la moitié de la main d’œuvre (55 % des employés) (CNZFE, 2006). Leur insertion dans le monde industriel s’est accompagnée de mouvements migratoires, de la campagne vers les principaux pôles urbains de Santo-Domingo, Santiago et les villes intermédiaires comme La Romana, San Pedro de Macoris et Puerto-Plataet des déplacements interurbains (Ariza, 2000).

  • 6  L’objectif du gouvernement dominicain est d’intégrer la marge frontalière à l’économie nationale e (...)

36Le démantèlement des accords multifibres prévu depuis 1994 fait peser des incertitudes sur l’avenir des zones franches dominicaines. Dans ce contexte, la marge frontalière est perçue comme une solution. L’espace frontalier devient un nouvel espace de développement national, régional et de «co-opération» entre deux Etats longtemps antagonistes6. Le contraste de densité et le différentiel des salaires (45 euros pour les Haïtien et 75 euros pour les Dominicains) entre les deux parties expliquent le choix de la mise en valeur de la frontière par l’Etat dominicain. Quatre zones franches se sont implantées à Dajabon, Montecristi, Independencia et Perdermale, sur les quatre points de passages identifiés par J-M. Théodat (2003). Elles emploient une majorité d’Haïtiens. La ville haïtienne de Ouanaminthe (environ 80 000 habitants en 2008) accueille la zone industrielle privée du Grupo M (Colbert, 2002 ; Royer, 2002). Elle est située dans la plaine de forte densité du Haut-Maribahoux, avec plus de 140 habitants par km², et dans l’une des zones les plus fertiles d’Haïti. On y pratique une agriculture paysanne fondée sur la polyculture de la banane, de la patate douce, de la tomate, du chou, de l’aubergine et divers haricots. Le choix de la délocalisation vers Haïti s’explique par les possibilités commerciales offertes par le Caribbean Basin Trade Partneship Act dont bénéficie le pays avec les Etats-Unis. La construction de la zone industrielle a été financée par la Société Financière Internationale (SFI) qui a octroyé 20 millions de dollars à la firme dominicaine. La zone franche occupe 80 hectares d’anciennes terres agricoles. Environ 2 000 ouvriers produisent des pantalons pour la firme américaine Lévi Strauss et  des Tee-shirts pour la transnationale Sara Lee.

Conclusion   

37Perçus comme des outils de développement et un moyen d’ajuster les économies insulaires endettées, les zones franches ont contribué à la diversification des structures économiques des îles, longtemps dominées par la monoculture sucrière. C’est dans un environnement économique sans concurrence Sud-Sud, avec l’établissement de quotas en faveur des pays ateliers qu’elles s’épanouirent. Les délocalisations à l’échelle mondiale des secteurs textile et habillement ont renforcé l’attractivité des îles caribéennes.

38De nouvelles stratégies, émanant principalement d’industriels locaux, se sont mises en places avec le démantèlement des accords multifibres ; les investisseurs étrangers ayant choisi la délocalisation vers la Chine. Les entrepreneurs privés locaux entreprennent une restructuration de leurs entreprises en intégrant verticalement toute la chaîne de production. Ils s’adaptent à la flexibilité de la demande en modernisant les installations, les machines outils et le rythme de travail de sa main d’œuvre. La recherche de la qualité dans la confection de vêtements est devenue un critère dans la compétitivité mondiale. La normalisation des produits, la recherche de fibres naturelles biologiques et le respect du code du travail sont les nouvelles stratégies appliquées par les entrepreneurs.

39Dans ce contexte de concurrence Sud-Sud, les zones franches qui accueillent essentiellement des unités d’assemblages sont les plus touchées. La Romana, ville pionnière dans l’accueil ce type d’industrie, est confrontée à une vague de licenciements sans précédent. Les zones franches privées qui proposent toute la chaîne de production allant de la conception, l’assemblage, la finition et la logistique finale pour l’exportation tirent leur épingle du jeu.

40La crise financière actuelle ralentit cependant les activités et les entrepreneurs prônent de nouvelles dévaluations des monnaies nationales pour maintenir les niveaux des exportations.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ariza M. 2000. Ya no soy la que dejé atras…mujeres migrantes en República Dominicana. Mexico : Instituto de Investigaciones Sociales – Editorial Plaza y Valdés, 300 p.

Bost F. 2004. Les zones franches, instruments d’insertion économique dans la mondialisation. La mondialisation. L’intégration des pays en développement. Paris : SEDES, p. 69-77.

Bost F. 2004. Les investissements directs étrangers, révélateurs de l’attractivité des territoires à l’échelle mondiale, Mappemonde, n°75, p. 1-8.

Bost F. 2005. Les zones franches dans les réseaux internationaux de production. Conférence de F. Bost. XVIème Festival International de Géographie de St-Dié les Vosges. France.

Brafman N. 2006. Le Maroc, oasis des délocalisations, Le monde, 19 décembre 2006.

Brunet R., Milelli C. 1986. Atlas mondial des zones franches et des paradis fiscaux. Paris : Fayard, Montpellier : Reclus, 80 p.

Burac M. 1989. Les petites Antilles. Etudes des disparités régionales de développement. Bordeaux-Talence : Presses Universitaires de Bordeaux, 1122 p.

Burac M. 1993. La Barbade. Les mutations récentes d’une île sucrière. Bordeaux : Cret-Ceget, 201 p.

Burac M., Godard H. et al. 2003. Le bassin Caraïbe dans les Amériques : Intégration régionale ou continentale ?, Mappemonde, n° 72, p 12-15.

Burac M. 1995. Les zones franches industrielles en République dominicaine, Les Cahiers d’Outre-Mer, n°189, Bordeaux : Cret-Ceget, p. 5-20.

Buzenot L. 2008. Coopération commerciale et zones franches industrielles d’exportation. Dans J.-F. Taglioni et J.M. Théodat (dir.). 2008. Coopération et intégration : perspectives panaméricaines. Paris : L’Harmattan, p. 113-133.

Carreau D., Shaw M. 1995. La dette extérieure, Académie de droit international de La Haye : La Haye, 774 p.

Célimène F., Watson P. 1991. Economie politique caribéenne. Paris : Economica, 223 p.

Chantada Matos. 1982. Analyse des mécanismes de la croissance urbaine, Santo Domingo (République dominicaine) : 1966-1978. Thèse de 3ème cycle de géographie urbaine (sous la direction de M. Rochefort) : Paris I, 299 p.

Colbert R. 2002. Pourquoi céder une partie du territoire haïtien à des intérêts internationaux. Alterpresse, Réseau alternatif haïtien d’information. Disponible sur :

http://www.alterpress.org/imprimer.php3?id_article=125, consulté en 2007.

Crusol J. 1980. Economie insulaire de la Caraïbe. Aspects théoriques et pratiques du développement. Paris : Editions Caribéennes, 339 p.

Daniel J. (dir.). 1996. Les îles Caraïbes : modèles politiques et stratégies de développement. Paris : Karthala, 364 p.

Desse M., Hartog T. 2003. Zones franches, offshore et paradis fiscaux : l’antimonde légal, Mappemonde, n°72, p. 21-24.

Dimou M. 2008. De la zone franche au district industriel : chronique de la «succes strory» de l’industrialisation mauricienne. Dans Jauze J.-M. (dir.). 2008. L’Ile Maurice face à ses nouveaux défis. Paris : l’Harmattan, p. 193-203.

Dommen E. 1987. Les zones franches industrielles d’exportation (ZFIE) dans les îles,  Iles tropicales : insularité, insularisme, coll. Iles et archipels, n°8, Bordeaux-Talence : Cret-Cnrs, p. 228-239.

Heesterman J.-E. 1956. Industrie, Le Caraïbe, Vol. 10, n°4 Port of Spain (Trinidad) : Commission des Caraïbes, p. 11-85.

Huetz de Lemps C. 1971. La place des plantations dans l’économie portoricaine, Les Cahiers d’Outre-Mer, n°96, p. 329 -393.

Huetz de Lemps C. 1972. La place des plantations dans l’économie portoricaine (deuxième partie), Les Cahiers d’Outre-Mer, n°97, p. 57-97.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Klak T. 1996. Distributional impacts of the Free Zone component of structural adjustement : the jamaican experience, Growth and Change, Vol. 27, Issue 3, p. 352-387.
DOI : 10.1111/j.1468-2257.1996.tb00910.x

Lorot P.,  Schwob T. 1987. Les zones franches dans le monde. Paris : La Documentation française, 128 p.

Moya Pons. 2002. Manual de historia dominicana. Santo Domingo : Caribbean publisher, 675 p.

OCDE. 2004. Textile et vêtements, faire face aux mutations. Paris : Editions de l’OCDE, 267 p.

Paulet J.-P., Mor I. 1996. L’Asie et la croissance : des «dragons» aux «bébés tigres». Paris : Ellipses, 220 p.

Paulin E. 1997. Théorie de la spécialisation internationale et économies insulaires : le cas des îles de la Caraïbe. Paris-Montréal : L’Harmattan, 306 p.

Royer A. 2002. La République dominicaine pourrait profiter du quota textile haïtien, Lettres de la Mission Economique de Saint-Domingue, n°29, p 5-6.

Rudel C. 1989. La République dominicaine. Paris : Editions Karthala, 169 p.

Taglioni F. 1995. Géopolitique des Petites Antilles. Influences européennes et nord américaines. Paris : Karthala, 321 p.

Taglioni F. 2005. La coopération régionale insulaire en question : une approche des mots et des choses. Dans Bernadie N. et Taglioni F. (dir.), Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires. De l’Ile Relais aux réseau insulaire. Paris : Editions Karthala, p 407-429.

Taglioni F. 2007. Les petits espaces insulaires au cœur des revendications frontalières maritimes dans le monde, L’Espace politique, n°1, p 61-75.

Theodat J.-M. 2003. Haïti-République dominicaine, une île pour deux (1806-1916). Paris : Editions Karthala, 377 p.

Tricornot (De) A. 2007. A s’éloigner de la clientèle, on risque gros…, Le monde économie, 26 juin 2007.

U.S. Department of Commerce. 2000. Guide to the Caribbean Basin Initiative. Washington D.C : U.S. Department of Commerce, International Trade Administration, 90 p.

Haut de page

Notes

1  En Allemagne, le Zollverein de Bismarck dans la seconde moitié du XIXème siècle enlève les libertés commerciales aux villes franches en les intégrant dans l’Union douanière.

2  Pour connaître la répartition, les activités et avantages des Forein Trade Zones, voir Lorot et Schoub (1987, pages 25 à 35).

3  La dynamique politique créée par MuñozMarín et son parti, le Parti populaire démocratique, qui obtient en 1944 la majorité des sièges au parlement, lance un mouvement d’émulation dans le domaine économique. Désireux de faire passer Puerto Rico du stade colonial  à celui d’unité autonome à l’intérieur de l’ensemble étasunien, il considère qu’il faut donner à l’île les fondements économiques nécessaires et la doter d’industries. C’est « l’opération bootstrap » lancée en 1946.

4  Suite à l’intervention nord-américaine mettant fin à la Guerre Civile. L’aide au développement est présentée comme un antidote à l’idéologie communiste et aux mouvements révolutionnaires.

5  La dévaluation monétaire affecte la balance commerciale d’un pays. Une dévaluation diminue la valeur de la devise nationale par rapport aux autres devises ; par conséquent, à la suite d’une dévaluation, un pays devra changer une quantité plus importante de sa propre devise pour obtenir la même quantité de devises étrangères. Ce phénomène entraîne une hausse des prix des produits importés et rend les produits nationaux plus attractifs sur le marché intérieur. Dans la mesure où il faut moins de devises étrangères pour obtenir un montant identique exprimé en devise dévaluée, le coût des exportations nationales baisses, ce qui les rend plus attractives pour les consommateurs étrangers.

6  L’objectif du gouvernement dominicain est d’intégrer la marge frontalière à l’économie nationale et de stabiliser par des projets communs les liens politico-économiques avec Haïti. Cette intégration va de pair avec un changement des représentations depuis les massacres de 1937 et le plan de dominicanisation et de militarisation de la frontière sous Trujillo. La constitution de nouveaux espaces industriels où puissent s’implanter des unités de confection dévoreuses de main d’œuvre sont les moyens de garder à proximité des activités sans procéder à une délocalisation vers la Chine. De son côté l’opinion publique dominicaine est favorable à la coopération parce qu’elle y voit un moyen de freiner l’immigration illégale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Législation incitatives en faveur de l’industrie
Légende Sources : Burac 1993 et 1995 ; CNZFE, 2006 ; Huetz de Lemps, 1972 ; The Jamaïca manufacturers Association Ltd.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Accords commerciaux et zones franches
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Taille, poids démographique des îles et statut des zones franches industrielles d’exportation dans la Caraïbe
Légende Source : OCDE, 2004 ; St-Lucia development Corporation, 2005 ;  Barbados Labour Market Information System, 2002,  Central Bank of Trinidad et Tobago, 2006 ; Conseil National des Zones d’Exportation de la République dominicaine, 2006 ; Organisation Internationale du Travail, division régionale de la Caraïbe, 2003.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 2 : Population et zones franches en République dominicaine en 2005
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4100/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photographie 1 : L'entrée du personnel administratif de la zone franche La Romana. Les portes d'entrée reprennent les éléments de la frontière (barrières, grillages) et elles sont surveillées par la garde privée de Central Romana.
Légende Cliché L. Buzenot, 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4100/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 3: Evolution spatiale des zones franches en République dominicaine
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4100/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 4 : Dynamiques spatiales des zones franches dominicaines
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4100/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Buzenot, « Les zones franches industrielles d’exportation dans la Caraïbe. Les causes économiques de leur émergence », Études caribéennes [En ligne], 13-14 | Décembre 2009, mis en ligne le 19 avril 2010, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4100  ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4100

Haut de page

Auteur

Laurence Buzenot

Doctorante, Université de la Réunion, Dynamiques des Réseaux et des Territoires, laurence_buzenot@yahoo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page