Navigation – Plan du site

Costa Rica : du petit pays « démocratique, sain et pacifique », au leader de l’écotourisme et de la protection de l’environnement

Nathalie Raymond

Résumés

Le Costa Rica est devenu une référence incontournable sur le plan de l’écotourisme et de la conservation de l’environnement depuis une quinzaine d’années. Le pays est « célèbre pour son approche éclairée de la préservation de l’environnement ». Environ 27 % de la superficie du pays est protégée et les parcs nationaux couvrent plus de 13 % du territoire costaricien. À travers l’analyse des processus de développement du tourisme, l’exemple du Costa Rica démontre l’importance des facteurs politiques et du contrôle des images dans la mise en tourisme d’un lieu.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

ecotourism, tourism, power, image

Index géographique :

Costa Rica
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « enlightened approach of conservation » en anglais.
  • 2 Guide Lonely Planet « Central America on a shoestring ». 4ème édition. Juin 2001 : 577.

1Le Costa Rica est devenu une référence incontournable en termes d’écotourisme et de conservation de l’environnement depuis une quinzaine d’années. Le pays est « célèbre pour son approche éclairée de la préservation de l’environnement »1. Environ 27 % de la superficie du pays est protégée et les parcs nationaux couvrent plus de 13 % du territoire costaricien. « La variété et la densité de la vie sauvage dans les aires préservées attirent ceux qui rêvent de voir des singes, des paresseux, des caïmans, des tortues de mer et des oiseaux exotiques dans leur habitat naturel. Le voyageur aventureux trouvera au Costa Rica l’occasion de faire une randonnée à travers la forêt tropicale humide, d’observer les cratères fumants des volcans en activité, de faire de la plongée avec tuba dans les récifs tropicaux et de surfer sur les meilleures vagues d’Amérique centrale »2. Cette introduction qui constitue les premières lignes que vont lire les visiteurs potentiels du Costa Rica utilisant le Lonely Planet sur l’Amérique centrale (le guide le plus utilisé par les touristes dans cette région du monde) résume bien l’image dominante du pays : une nature tropicale exubérante bien protégée, un pays sûr, pacifique, démocratique qui contrastent avec ses voisins immédiats et même avec l’ensemble de l’Amérique latine, des personnes serviables et amicales.

2Cette présentation extrêmement positive ne se retrouve absolument pas dans les descriptifs faits des autres pays de l’isthme : le Guatemala est un pays fascinant, mystique, mais avec des populations indigènes qui perdent leurs traditions (en partie à cause du tourisme), une histoire tragique et des difficultés modernes. Le Salvador essaie d’échapper à son passé sordide et ce sont ces efforts pour se redéfinir qui peuvent constituer un intérêt pour le voyageur, mais il ne faut pas envisager de s’y reposer. Le Nicaragua est mal connu et l’aspect le plus intéressant d’une visite serait de voir le fonctionnement d’une société post-révolutionnaire. Le Panama n’est pas parfait pour le tourisme, il est mal connu (en dehors du Canal et de Noriega), mais c’est ce qui en fait son intérêt principal, car il possède des ressources importantes en écotourisme dont le voyageur pourra encore profiter en toute quiétude. Le Honduras et Belize échappent aux qualificatifs négatifs avec des descriptions plus neutres centrées sur les « attractions » et les activités que l’on peut réaliser dans ces deux pays.

3Le Costa Rica bénéficie donc d’un facteur sympathie indéniable de la part des auteurs de ce guide qui révèle une perception largement répandue dans le monde du tourisme et des images. Essayons de comprendre pourquoi et depuis quand ils se sont imposés.

1. Les bases du développement touristique : entre nature tropicale et paradis politique

1.1. Une nature exubérante étudiée et largement protégée

4On relate que le nom de « Costa Rica » serait apparu pour la première fois en 1539 dans le rapport rédigé par le conquérant espagnol Francisco Fernandez de Cordoba pour illustrer la richesse de la flore et de la faune qui l’avait impressionné. Cette richesse qui sera dès lors toujours mise en avant par les visiteurs de cette région est réelle et a une explication scientifique. L’isthme centraméricain a en effet servi de pont, à partir de sa configuration géologique définitive au Pliocène, entre les espèces vivantes d’Amérique du Nord et celles d’Amérique du Sud. Avant la disparition du canal interocéanique qui séparait les deux morceaux de continents, l’Amérique du Sud possédait 32 familles de mammifères et l’Amérique du Nord 27. Une fois formé, l’isthme a ouvert un sentier écologique favorisant le mélange des espèces selon des logiques complexes de filtres définis par les conditions locales climatiques et orographiques qui explique la riche biodiversité qui caractérise d’une grande partie de l’isthme centraméricain.

5Cette biodiversité originelle s’est entretenue dans un contexte naturel favorable, caractérisé par une couverture forestière importante jusqu’à récemment. En effet, l’occupation humaine de la zone est restée longtemps discrète et s’est faite sans endommager la couverture végétale. On estime qu’au début du XVIe siècle la population s’élevait à 400 000 indigènes et chuta fortement au moment de la Conquête espagnole essentiellement à cause des maladies (il ne restait plus que 10 000 aborigènes en 1611). La très faible densité de population a limité la déforestation. En 1900, le pays était peuplé d’un peu plus de 300 000 habitants et seulement 13,5 % du territoire avaient été déboisés et en 1960, la population atteignait 1,2 million d’habitants et 64 % du territoire étaient encore boisés (Fournier, Luis 2000). Ce maintien d’une couverture végétale importante est également lié à la culture du café qui s’est imposée au cours du XIXe siècle.

  • 3 La première université nationale est fondée en 1843 et les lois sur l’éducation de 1885 et 1888 son (...)
  • 4 Op. cité. p. 24.

6Cette biodiversité a constitué une source d’intérêt pour nombre de scientifiques en particulier européens à partir de l’Indépendance du pays. L’ouverture sur l’Europe, tant commerciale à travers les exportations de café que culturelle3 ouvre la porte à de nombreux échanges de voyageurs et les études scientifiques se multiplient et se diffusent en dehors du pays. Au cours des années 1880, en liaison avec les débuts de l’exploitation bananière et de la construction de la voie ferrée atlantique, toutes les deux liées aux capitaux nord-américains, les échanges avec les États-Unis se multiplient, se traduisant là aussi par un intérêt de la part des scientifiques pour cette nature tropicale encore largement préservée et qui semble être un souci pour les hommes politiques au pouvoir. Dès le milieu du XIXe siècle, on trouve en effet des discours et des décrets ou lois qui témoignent d’une certaine conscience écologiste prématurée et de la bonne volonté des dirigeants pour protéger l’environnement. Même si ces textes sont rarement appliqués, notamment en matière de lois et règlements portant sur l’environnement4, une certaine sensibilité « conservationniste » se développe et est affichée.

  • 5 par exemple à Denver du 7 au 20 septembre 1948.

7Cette sensibilité progresse lentement au long du XXe siècle et se développe dans un cadre de plus en plus international, sous l’influence prédominante des États-Unis. On peut citer la création en 1942 de l’Institut Interaméricain des Sciences Agricoles qui se fait dans le cadre de l’Union Panaméricaine et qui s’intéresse à l’usage rationnel des forêts tropicales. À la fin des années 1940, le chef du service des ressources naturelles renouvelables est Leslie R. Holdridge, Nord-américain, créateur du système de classification en « zones de vie ». Plusieurs réunions internationales sont organisées, sur l’initiative des États-Unis, autour du thème de la conservation des ressources naturelles renouvelables5 et de nouvelles organisations internationales sont créées. Parmi elles, on retrouve l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature créée en 1948 et bien d’autres ayant leur siège au Costa Rica, comme l’Organisation des Études tropicales (1963) ou le Centre Scientifique Tropical. Au même moment furent créées la première réserve biologique (Cabo Blanco) et la première réserve forestière (Rio Macho). C’est la Ley Forestal de 1969 qui institue de manière systématique la création de parcs et monuments nationaux, de réserves biologiques, zones protectrices et refuges de vie sylvestre. Cet effort est prolongé en 1988 avec la Loi sur la Biodiversité et la création en 1989 du Système National des Aires de Conservation (SINAC) qui a pris place au sein d’un Ministère des Ressources Naturelles, Énergies et Mines fondé en 1986 et devenu depuis le Ministère de l’Environnement et de l’Énergie. Grâce à ces initiatives, c’est le quart du territoire costaricien qui est aujourd’hui protégé (10 % l’étaient en 1987).

  • 6 « Sostenabilidad » en espagnol
  • 7 « oreros » dans le texte.

8Ce sont ces éléments qui sont mis en avant pour vanter la sensibilité écologiste précoce du pays. Ils sont souvent, consciemment ou non, mis en relation avec le niveau d’éducation de la population plus élevé que la moyenne latino-américaine du fait d’une priorité ancienne donnée à l’éducation. Mais cette « approche éclairée de la préservation de l’environnement » masque une autre réalité beaucoup moins connue qui est celle d’une déforestation massive au cours des années 70-80-90. La part du territoire déboisé passe de 36 % en 1960 à 58 % en 1977, 68 % en 1984 et 89 % en 2000 (Fournier, 1991 : 14). Cette déforestation s’explique par une pression démographique croissante, par un développement de l’élevage et des choix économiques tournés vers l’exportation de produits agricoles et agroalimentaires. L’augmentation de la déforestation a atteint des chiffres supérieurs à 50 000 hectares par an alors que la conscience environnementale des citoyens demeurait endormie. De plus, avec la crise du début des années 80 qui limita le financement des aires protégées apparurent les premiers signes de danger concernant la capacité de survie6 des aires protégées qui se manifestèrent par les invasions de « chercheurs d’or »7 dans le parc National Corcovado, les tentatives de remise en cause des aires forestières protégées déjà établies et l’accélération de la déforestation et de la colonisation des zones forestières non protégées (Meza Ocampo, 2001 : p. 87). Selon Molina et Palmer (2001) « la déforestation atteignait 100 000 hectares par an entre 1985 et 1988, le taux le plus élevé d’Amérique centrale et comparable à celui de l’Amazonie. L’État, de plus en plus faible, a été incapable d’empêcher cette catastrophe écologique » (Meza Ocampo, 2001 : p. 108)).

9Notons que c’est très précisément à cette époque que commence le décollage écotouristique du Costa Rica. Il y a ici un paradoxe saisissant qui témoigne de l’importance des images, bien plus que de la réalité, dans le développement touristique des lieux. Les touristes viennent rechercher la nature tropicale préservée dans un des pays où elle est en voie de disparition la plus rapide alors même qu’on met en avant ses efforts pour la protéger. Si l’on oublie de mentionner ces destructions et qu’on met en avant ses mérites écologistes, en particulier en Amérique du Nord, c’est que plus largement, on reste bienveillant à l’égard de ce petit pays pacifique et démocratique bien plus accueillant que ses voisins immédiats.

1.2. Une image politique très attractive

10Si l’image de grand protecteur de l’environnement est récente, ce n’est absolument pas le cas de celle ayant trait à ses caractéristiques politiques en contraste avec celles de ses voisins immédiats. Déjà, au XIXe siècle on souligne ce climat de paix : « le voyageur et diplomate américain John Lloyd Stephens, s’approchait de San Jose à dos de mule en février 1840. Le paysage qui s’offrait à ses yeux le surprenait et l’emplissait de joie : paix sociale et plantations de café, quel contraste avec les scénarios belliqueux de Guatemala et du Salvador qu’il venait de traverser. » (Molina, Palmer, 2001 : p. 49). Ce sont également les témoignages de Dana Gardner Munro, diplomate américain et chercheur (1983) et du naturaliste nord-américain Alexander F. Skutch (2001). Le qualificatif de « paradis des naturalistes » relève non seulement de sa grande biodiversité, mais aussi de sa stabilité politique et de son peuple pacifique.

  • 8 The New World Guides to the Latin American Republics. Volume One. Duell, Sloan and Pearce. New York (...)

11Cette image dominante de paix, de démocratie, d’éducation est bien résumée dans l’introduction du chapitre consacré au Costa Rica dans un guide nord-américain de 19438 : « connu aujourd’hui comme une nation raisonnable, démocratique et pacifique qui valorise la réussite culturelle plus que militaire, qui préfère les enseignants aux généraux, Costa Rica est l’un de ces pays chanceux dont l’histoire est globalement dépourvue d’incidents ».

  • 9 Il cite les travaux de Fernández Guardia, Costa Rica en el siglo XIX ; antología de viajeros. San J (...)

12Le Costa Rica est valorisé depuis le XIXe siècle pour ses choix politiques, mais cela ne suffit pas à en faire le pays le plus intéressant, touristiquement parlant, de la zone. Le Costa Rica se pose donc avant tout en havre de paix qui accueille de nombreux étrangers dans la deuxième moitié du XIXe siècle attirés par « l’atmosphère costaricienne » (Fournier, 1991 : p. 22)9, phénomène qui se perpétue au XXe siècle, comme en témoignent les « touristes rentiers » nord-américains attirés par les législations mises en œuvre pour les attirer à partir de 1964. Le pays fait donc figure d’exception politique. Pour de nombreuses raisons, un État Nation se forme avec un système de gouvernement démocratique, qui entre crises et soubresauts, s’oriente, notamment après la crise des années 30, vers un Etat Providence. « Convertir la justice sociale en fondement de la démocratie politique », telle fut la recette du Costa Rica, véritablement unique en Amérique Centrale. On ne peut là omettre le rôle des États-Unis qui par leurs interventions dans la zone ont largement empêché que des processus similaires puissent se dérouler dans les autres pays, le cas de l’intervention de la CIA au Guatemala en 1954 est à ce titre emblématique du rôle de l’oncle Sam dans les destinées politiques de l’isthme. En pleine guerre froide, le Costa Rica fait figure d’allié des États-Unis, pour son attachement à la démocratie libérale, pour son renoncement à posséder une armée nationale, mais surtout pour sa participation à la lutte anticommuniste comme lors de la tenue du grand Congrès anticommuniste à San Jose en 1958.

13Plus largement, toute la vie culturelle et sociale du pays entre 1950 et 1970 est marquée par ce contexte de Guerre froide et ce règne de l’anticommunisme. Au niveau économique, les effets de l’Alliance pour le Progrès de Kennedy se sont traduits au Costa Rica par un contrôle croissant du secteur industriel émergent par les capitaux étrangers notamment nord-américains qui considèrent le Costa Rica comme l’allié naturel en Amérique Centrale. Reagan voulut alors transformer le pays en front sud de la guerre antisandiniste, l’agence internationale pour le développement (USAID) fut envoyée au Costa Rica, les États-Unis accrurent alors leur contrôle tant sur l’économie que sur la police (para-militarisée) avec l’accord tacite des médias et des milieux politiques et patronaux. Le pays parvint tout juste à maintenir sa neutralité en 1984. Le Costa Rica sert alors de « vitrine de la démocratie capitaliste en Amérique centrale » tandis que les derniers restes de l’État-providence sont laminés par les politiques d’ajustement structurel imposées par le FMI. Les visiteurs étrangers arrivent de plus en plus nombreux dans ce pays qui a valeur de référence en Amérique Centrale en termes de justice sociale, développement humain à travers des systèmes éducatifs et de santé au moment même où la pauvreté augmente considérablement, que les budgets de l’éducation et de la santé en forte baisse favorisent la réapparition de maladies éradiquées. Plus que les réalités socio-économiques, c’est l’image du pays qui est déterminante pour son décollage écotouristique ; l’image d’un petit État pacifique, démocratique, éduqué, sans armée qui s’est construite et consolidée depuis l’indépendance au XIXe siècle. La vitrine costaricienne était la preuve que la démocratie capitaliste était le meilleur système en Amérique Centrale. Cette composante politique fondamentale qui définit la fréquentabilité du pays par les citoyens nord-américains est essentielle quand on sait combien leurs choix en matière de voyage dépendent des consignes de leur gouvernement.

2. La cristallisation touristique : lorsque la nature tropicale se fond dans un contexte géopolitique porteur (1985-1990)

14La dégradation de la situation centraméricaine et le retour à un climat de Guerre froide vont être le prétexte à la diffusion de cette image du Costa Rica que nous avons pu observer précédemment. L’image de petit pays démocratique, sans armée, éduqué et attentif à la protection de l’environnement se diffuse largement sous l’effet de plusieurs facteurs. Pour la sécurité qu’il offre, il accueille les journalistes étrangers qui couvrent les conflits centraméricains et sont en mesure de faire connaître le contraste des situations. Par ailleurs le pays se fait également connaître à travers l’obtention en 1987 du prix Nobel de la Paix par Oscar Sánchez Arias, pour son rôle dans la promotion de la paix dans la région en tant que Président du Costa Rica (1986-1990). Cette image est également portée par les Jeux olympiques de 1988 où les athlètes costariciens font une participation honorable et surtout lors de la Coupe du Monde de Football de 1990 où l’équipe nationale réalisa l’exploit d’aller au second tour. Le nom de Costa Rica est alors évoqué dans les médias du monde entier et avec lui les qualificatifs qu’on connaît déjà. Dans ce monde de tensions où commence à souffler un vent de liberté à l’Est, comment ne pas éprouver de la sympathie pour ce petit pays isolé dans un continent encore largement marqué par les conflits et les dictatures, encadrés par un voisin en guerre dans un conflit anachronique de la Guerre froide et par un autre soumis à la dictature d’un Noriega en sursis ? Comment au milieu de ces bruits de botte ne pas valoriser un pays qui a « préféré les enseignants aux militaires » ? Le Costa Rica fait donc son entrée dans la liste des pays sympathiques et sûrs. Cela contribue de manière évidente à valoriser ce qui devient le principal intérêt touristique du pays : sa nature tropicale.

15À travers la diffusion de l’image du pays, on découvre également cette nature tropicale et les efforts entrepris pour la protéger. Non seulement sa situation géopolitique est exceptionnelle, mais ses gouvernants ont pris conscience très tôt de l’importance de protéger l’environnement et la biodiversité. Ce petit pays a décidément toutes les vertus… De la même façon que ses caractéristiques politiques attirent l’attention et les félicitations dans un contexte particulier, son souci pour la nature correspond également à une prise de conscience mondiale de la nécessité de protéger un patrimoine en danger. Là encore la réalité des destructions de la forêt importe peu, c’est l’image et le discours qui comptent.

16Après les inquiétudes suscitées par l’épuisement des ressources dû à une croissance économique trop forte et manifestées dès le début des années 1970, suite aux chocs pétroliers, dans un contexte de récession économique, la critique initiée du modèle productiviste à la fin des années 1960 se renforce. Les atteintes à l’environnement sont mal supportées et les discours écologistes rencontrent des échos croissants au sein de sociétés industrielles en manque de nature. Les Nations Unies, suite à une première réunion convoquée à Stockholm en 1972, créent le Programme des Nations Unies pour l’Environnement qui est à l’origine de nombreuses manifestations internationales où se débattent les problèmes de la planète Terre. La Convention du Patrimoine mondial est signée à la même occasion et des sites, naturels ou culturels, jugés exceptionnels sont classés par l’UNESCO et protégé comme le parc National de l’Ile Cocos au Costa Rica en 1977).

17La notion d’écotourisme qui semble-t-il fait son apparition en 1985 peut être interprétée comme le résultat de la combinaison entre ces différentes évolutions : la recherche de la nature, l’attrait pour les espaces tropicaux, la volonté que le tourisme serve aux sociétés d’accueil, mais surtout qu’il permet d’assurer la protection d’un patrimoine naturel commun à l’humanité. Dans un contexte de diminution des ressources de l’État (entre mesures d’ajustement structurel et récession), l’écotourisme et la promesse de fonds peuvent se substituer aux déficiences du système public dans sa tache de protection de l’environnement. Ainsi, au milieu des années 1980, la nature tropicale fait clairement son apparition dans le champ du tourisme à travers « l’écotourisme ». C’est justement ce qui manquait au Costa Rica pour s’affirmer en tant que destination touristique.

3. L’affirmation d’une référence à travers des processus cumulatifs

18À partir de 1985, la croissance des entrées de visiteurs étrangers au Costa Rica est très forte (graphique n° 1). Nous continuons à parler de visiteurs et non de touristes pour les raisons méthodologiques évoquées précédemment, toutefois, plusieurs indices montrent qu’il s’agit effectivement de touristes qui viennent de plus en plus nombreux. D’abord, les taux de croissance sont spectaculaires puisqu’on assiste quasiment à un doublement tous les cinq ans qui semblent difficiles à expliquer sans un décollage touristique. En outre, ce sont les entrées croissantes de Nord-Américains et secondairement d’Européens qui alimentent l’augmentation globale et non plus de Centraméricains au gré des conflits régionaux.

Figure 1. Évolution des entrées de visiteurs étrangers au Costa Rica entre 1970 et 2001

Figure 1. Évolution des entrées de visiteurs étrangers au Costa Rica entre 1970 et 2001

Source : Statistiques officielles de l’ICT

3.1. Un tourisme en phase avec les nouvelles exigences internationales

19Le pays répond d’abord aux besoins d’une nature protégée comme nous l’avons évoqué auparavant. Le Costa Rica récolte les fruits de ses efforts relativement précoces de protection de l’environnement et se targue d’avoir le quart puis le tiers de son territoire protégé, omettant bien évidemment de mentionner les taux de déforestation en cette fin des années 1980. Il est d’autant plus facile de les omettre que les paysages verdoyants du pays n’en portent pas trop les traces contrairement au Peten par exemple au Guatemala où la déforestation récente laisse de vastes étendues monotones et tristes.

20Cette nature protégée est facilement accessible, en particulier aux Nord-Américains. Contrairement à de nombreuses autres destinations latino-américaines, le pays n’a jamais eu à affronter un « travel warning » et sa réputation de petit pays tranquille, démocratique, sûr, déjà largement évoquée, n’a cessé de se consolider. Dans un contexte de dégradation des conditions de sécurité au niveau mondial, surtout au cours de la décennie 1990, bénéficier de cette image positive est un avantage considérable qui convainc de nombreux voyageurs potentiels. La très grande majorité des touristes se déplace seule dans le pays, louant une voiture à leur arrivée à l’aéroport (souvent réservée) et suivant de plus ou moins près les conseils de leurs guides de poche. Cette possibilité correspond parfaitement aux tendances individualistes de plus en plus marquées dans les sociétés occidentales. La taille réduite du pays (50 100 km2) autorise ces déplacements terrestres qui sont facilités par un réseau routier dans un état correct, goudronné, mais avec des revêtements qui résistent difficilement aux intempéries. Et surtout, des hôtels et restaurants sont parsemés le long des axes les plus empruntés. Les touristes, même les moins prévoyants, n’ont donc pas à s’inquiéter des lieux où ils vont pouvoir séjourner et surtout ils peuvent échapper aux villes.

21Ce dernier point est important, car ils viennent avant tout et de plus en plus pour être en contact avec la nature, la ville peut donc être qualifiée dans ce contexte d’anti-touristique. Les propriétaires d’hôtels ou restaurants ne s’y trompent pas en créant eux-mêmes leurs petites réserves privées, leur exposition de papillons en liberté, leurs propres activités de « canopy tour » faisant se promener les touristes à plusieurs mètres au-dessus du sol pour observer la canopée. Bon nombre d’entre eux sont étrangers et lorsqu’ils ne le sont pas ils maîtrisent de toute façon souvent l’anglais. Les Nord-Américains qui représentent presque la moitié des visiteurs étrangers ne sont nullement dépaysés.

  • 10 En 2000, 70 % des touristes étrangers déclarent avoir visité des parcs selon une enquête de l’ICT e (...)

22Les parcs, qui demeurent l’attraction principale pour les visiteurs venus faire de l’écotourisme10, sont facilement accessibles, bien aménagés dans l’ensemble ce qui rend leur visite aisée pour toutes les catégories de voyageurs. Voyager au Costa Rica est extrêmement facile et pratique ce qui est relativement rare en Amérique latine. Parcs et plages sont facilement accessibles ce qui permet des séjours courts. Ainsi, le Costa Rica se convertit sans peine en référence du tourisme de nature, alors qu’aucun de ses voisins centraméricains n’est encore en mesure d’entrer en compétition avec lui tant en raison de leurs situations internes que de leur image inexistante ou dégradée.

3.2. Un pays qui se convertit au tourisme

  • 11 Connu comme C.S.T, certificat for sustainable tourism, qui prévoit de donner une reconnaissance par (...)

23L’État, à travers l’I.C.T, fait du tourisme un secteur économique prioritaire et accentue ses efforts de promotion. Ceux-ci sont désormais clairement centrés sur le thème de la nature. Ils jouent dans un premier temps sur le bien-être au contact de cet environnement : l’I.C.T emploie à partir de 1987 le concept mal défini de « sofnature » et accentue parallèlement ses efforts auprès du troisième âge nord-américain, vantant les mérites des eaux thermales et les possibilités de se refaire une santé au Costa Rica, y compris à travers des séjours en clinique spécialisée. Le tourisme de croisière est également encouragé, un nouveau terminal destiné à recevoir les bateaux est d’ailleurs inauguré à Puerto Caldera en 1988. Comprenant l’engouement croissant au niveau mondial pour le tourisme durable, le Costa Rica affirme haut et fort à partir de 1991 son attachement à la préservation des ressources naturelles et à un tourisme responsable, aux impacts environnementaux limités. En 1992 est créé au sein de l’ICT un bureau des ressources naturelles chargé de la gestion rationnelle des aires protégées en fonction des études d’impacts sur l’environnement et de capacité de charge qui seraient réalisées par les Universités du pays, en particulier l’Université de Costa Rica. Leur « plan stratégique pour le développement touristique durable 1993-1998 » reçoit l’appui de la communauté européenne. Le pays est cité comme modèle lors des colloques et congrès internationaux. Sa participation au programme mondial de Certification pour le Tourisme durable11 dès 1996 consolide leur prestige. La même année, ils lancent une campagne publicitaire fort habile, jouant sur l’authenticité intitulée « no artificial ingredients » qui est reconnue comme l’une des meilleures au monde. Elle se poursuit encore en 2001 avec une douzaine d’affiches très bien construites vantant la beauté de la nature, le côté unique des expériences à réaliser, le confort, la qualité de l’accueil. Les composantes ancestrales de l’image du pays n’en sont pas oubliées pour autant : « la nature » dans « un pays pacifique et démocratique, sans armée » où les « ticos » (ses habitants) sont amicaux.

24L’image positive n’a plus guère besoin que d’être entretenue ponctuellement, renforcée par un discours favorable au tourisme durable, respectueux de l’environnement, mais globalement elle se reproduit seule et paraît indépendante de la réalité, comme un bloc de marbre impossible à entailler. Pourtant quelques évènements menacent de l’écailler, par exemple, la parution en 1992 d’un roman intitulé La Loca de Gandoca qui dénonce le tourisme et les dommages à l’environnement qu’il procure dans les Caraïbes, et dont l’auteur, Ana Cristina Rossi, costaricienne ne ménage pas par ailleurs ses critiques à l’encontre de la politique touristique et environnementale du gouvernement de l’époque de son propre pays, qualifiant cette dernière en février 1993 « d’escroquerie » (Molina, Palmer, 2001 : 118). Plus préoccupant pour le Costa Rica, car plus médiatisé, fut l’enlèvement d’une jeune touriste allemande et de sa guide d’origine suisse, le 1er janvier 1996 dans le nord du pays par un groupe de sept Nicaraguayens armés. Après 71 jours de captivité, elles furent finalement relâchées moyennant paiement d’une rançon. Les impacts de cet événement sur la fréquentation touristique du pays ne sont pas évidents, les entrées de visiteurs étrangers dans le pays accusèrent une très légère baisse en 1996. Ce type d’événement peut entacher momentanément la réputation de tranquillité du pays ; toutefois les impacts sont limités, car l’image positive du pays est solide d’autant que cet événement s’est déroulé en un endroit isolé du pays et les bandits étaient nicaraguayens et non de citoyens costariciens… Le pays a donc pu se poser en victime d’une situation et ne pas trop épiloguer sur les revendications sociales des dits-nicaraguayens preneurs d’otages, lesquels visiblement souhaitaient dénoncer les effets sociaux des politiques en cours et la situation difficile des centaines de milliers de Nicaraguayens au Costa Rica.

  • 12 « Costa Rica Upset Over German Film ». Tico times. 11 février 2000.

25Cet événement a néanmoins laissé des traces dans l’amour-propre costaricien, ce que l’on mesure à la virulence des réactions lorsqu’en 2000, une chaîne allemande construisit un film autour de cette histoire et modifia la réalité en présentant le Costa Rica comme « un pays possédant des forces armées, immergé dans une révolution et menacé par des mouvements de guérilla, où 90 000 personnes ont disparu en trois ans et où les femmes et les enfants sont brutalement tués ».12 Le spectre d’être confondu avec leurs voisins centraméricains hante de nouveau les Costariciens qui protestent vigoureusement, en particulier à travers leur ambassadeur en Allemagne, contre toutes les « distorsions » présentes dans ce film. On sait que défendre la forteresse touristique du pays c’est n’accepter aucune atteinte à son image de petit pays tranquille et pacifique, à fortiori en l’an 2000 où le système touristique mondial est entré dans une nouvelle phase d’instabilité liée aux problèmes de sécurité et de terrorisme (Dehoorne, 2004).

26L’État costaricien intervient donc dans le développement touristique du pays à travers le contrôle de l’image, luttant pour préserver les acquis ancestraux et s’efforçant de rajouter de nouveaux éléments liés au contexte du moment (l’engouement pour la « durabilité » de tout processus de développement). Mais il intervient également dans l’organisation locale de l’activité d’abord en stimulant les investissements.

27Dès 1985 est en effet promulguée la loi 6990 dite « d’incitation touristique » dont le but est, à travers des avantages divers, notamment fiscaux, d’encourager l’investissement dans le secteur du tourisme, lequel est déclaré « d’utilité publique » dans l’article 1 de cette loi. Les projets qui entrent dans le cadre de cette loi ont une « declaratoria turística », ils concernent le domaine des transports, des agences de voyage et des hôtels et correspondent généralement à un investissement non négligeable. En 2001, 911 projets avaient bénéficié des avantages de cette loi qui a été réformée au cours des années 90. Entre 1985 et 2000, le nombre de chambres, tout comme celui des agences de voyages entrant dans cette catégorie, triple. Toutefois, à côté de ces investissements de taille, existent une multitude de services ou d’infrastructures de taille moindre qui représentent en fait la majorité des acteurs touristiques du système. Ainsi, dans le domaine de l’hébergement, au début des années 90, on assiste, le long des routes, à une multiplication des « bed and breakfast » destinés à accueillir ces touristes individuels. Une proportion difficile à estimer, mais approchant sans doute la moitié, serait propriété d’étrangers. En 2001, l’I.C.T reconnaît dans son bilan annuel, que ces « petites unités » représentent 80 % de l’offre nationale en hébergement et qu’ils représentent « une importante contribution à l’économie du pays ». Dès 1992 d’ailleurs, l’État leur a accordé une attention particulière en créant au sein de l’I.C.T un Département de la Micro-Entreprise destiné à les appuyer, afin de « démocratiser le dollar touristique ».

28La grande valeur économique du tourisme est mise en avant par le gouvernement à travers de nombreuses campagnes de sensibilisation. Ses effets multiplicateurs sont soulignés par exemple dans une campagne de 2001 intitulée « le tourisme nous apporte des bénéfices à tous ». En 2001, le pays a reçu près 1,3 milliard de dollars grâce au tourisme, le solde de la balance touristique s’établit à 811 millions de dollars. Le tourisme est la première source de devises devant les microstructures électroniques (810 millions de dollars). Il procure 2,5 fois plus de devises que les exportations de bananes et près de 8 fois plus que le café qui représente 25 % du total des exportations du pays et on estime que plus de 140 000 familles en vivent directement. Le tourisme est donc devenu en l’espace de dix ans un argument économique majeur. Afin de compenser la saisonnalité du tourisme international, l’I.C.T se charge également d’encourager le tourisme national en saison creuse à travers des « paquets tout inclus » promotionnels dans certains hôtels. Cet intérêt pour le tourisme national n’est ni nouveau, ni utopique.

Conclusion

29On connaît l’adage populaire « avec des si, on mettrait Paris en bouteille »… certes. Toutefois, on peut se demander si le Costa Rica serait devenu cette référence en écotourisme s’il n’avait pas été depuis un siècle vanté pour sa tranquillité politique, pour ses choix en faveur de l’éducation, pour son système démocratique, en contraste avec ses voisins immédiats et si au milieu des années 80, ces derniers n’avaient pas été en situation de conflits internes. On a vu que la réalité de la protection de l’environnement était plus que douteuse au moment où on la mettait le plus en avant, on sait que les autres pays de l’isthme ont également entrepris des efforts identiques, légèrement plus tardifs, de protection de l’environnement à travers la création des parcs et que leur biodiversité n’a rien à envier à celle du Costa Rica. On comprend dans ce contexte le rêve des Guatémaltèques de développer l’écotourisme, l’incompréhension des Panaméens qui ont près de 30 % de leur territoire protégé, davantage d’espèces d’oiseaux et de très nombreuses espèces endémiques et qui pourtant ne voient pas affluer les touristes et globalement le ressentiment souvent latent des Centraméricains à l’encontre d’un succès (supplémentaire) des Costariciens qu’ils trouvent injustes et non mérités. Mais c’est oublier ou ne pas savoir, que dans le domaine du tourisme, ce n’est pas tant la réalité qui compte, mais les images et les facteurs d’ordre politique qui sont souvent déterminants en termes de fréquentation d’un lieu par des étrangers. Une information claire sur le degré de sécurité d’une destination potentielle, à fortiori dans des contextes internationaux troublés, sur la facilité à voyager à l’intérieur du pays est tout aussi importante si ce n’est plus que la possession d’un supposé potentiel touristique qui, s’il ne bénéficie pas d’un contexte favorable à sa mise en valeur et à sa médiatisation en reste à l’état de potentiel et ne reçoit pas de touristes. Chaque pays ou région du monde est associé à une image plus ou moins précise qui s’est élaborée à partir du temps long de son histoire et/ou à partir d’évènements ponctuels très médiatisés qui font qu’on associe immédiatement le lieu à l’événement. Pour des régions éloignées des préoccupations quotidiennes des voyageurs potentiels, l’image n’en est que plus réduite à ce qui fait sortir ces destinations de l’anonymat. L’isthme centraméricain est clairement un « angle mort » du « système monde » (Dollfus) et il n’a guère été médiatisé dans les dernières décennies que par sa violence politique peu attractive touristiquement parlant… S’individualiser par des valeurs positives en contraste avec le panorama dominant est pour le Costa Rica le moyen de sortir de cet angle mort ; vouloir s’insérer dans le système touristique mondial nécessite encore davantage cette individualisation positive : afficher un particularisme politique réel est donc vital pour se démarquer de ses voisins et il est doublement bénéfique qu’il satisfasse le besoin de sécurité du voyageur, se poser comme ardent défenseur d’une nature exceptionnelle au moment où ce thème émerge au niveau mondial demeure la deuxième composante fondamentale de cette individualisation positive. Ces deux processus se sont faits relativement facilement, car ils servaient jusqu’à un certain point les intérêts nord-américains, ils étaient déjà en cours dans certains milieux particuliers, il leur suffisait juste d’être étendus au plus grand nombre. De là ont commencé à venir les touristes qui ont fait le succès du pays. Une fois le filon découvert, il suffisait de l’exploiter ce qu’a fort bien fait l’Institut costaricien du Tourisme, encourageant encore davantage de Nord-américains à venir, donnant l’image d’être à la pointe de l’écotourisme durable. Le Costa Rica illustre à notre sens, l’importance que peuvent avoir les facteurs politiques dans la mise en tourisme d’un lieu, il illustre en outre le rôle majeur des images dans tout développement touristique.

Haut de page

Bibliographie

Cazes G. 1989. Les nouvelles colonies de vacances ? Le tourisme international à la conquête du tiers-monde, Paris, L’Harmattan, coll. Tourismes et sociétés.

Cazes G. 1990. Tourisme et tiers-monde : un bilan controversé, Paris, L’Harmattan, coll. Tourismes et sociétés.

Dehoorne O. 2004. « Turismo y poder. De la lucha por la seguridad a la lucha por el poder político ». Trace n°45. CEMCA., p. 32-46.

Fournier L. 1991. Desarrollo y perspectivas del movimiento conservacionista costarricense, San José, Editorial de la Universidad de Costa Rica.

Fernandez Guardia. 1982. Costa Rica en el siglo XIX ; antología de viajeros. San Jose. Costa Rica. Editorial Universitaria Centroamericana.

Gonzalez Flores. 1976. Historia de la Influencia Extranjera en desenvolvimiento educacional y científico de Costa Rica, , San José, Costa Rica, Editorial Costa Rica.

I.C.T. 1992. Encuesta aérea de extranjeros para la época alta turística de 1992.

I.C.T. 1998. Encuesta aérea 1998. Época alta.

Meza Ocampo T. A. 2001. Geografía de Costa Rica. Geologia, naturaleza y politicas ambientales. Cartago, Costa Rica, Editorial Tecnologica de Costa Rica.

Molina I., Palmer S. 2002. Historia de Costa Rica. Breve, actualizada y con ilustraciones, San Jose, Costa Rica, Editorial de la Universidad de Costa Rica. 3ème édition.

Raymond N. 2001. Le tourisme au Pérou. De Machu Picchu à Fujimori : aléas et paradoxes, Paris, L’Harmattan, Coll. Tourismes et sociétés.

Rodriguez Vega. 1982. Biografía de Costa Rica. San José, Costa Rica, 3a ed. Editorial Costa Rica

Skutch A.F. 2001. Un naturalista en Costa Rica, San Jose, Costa Rica, Centro Científico Tropical. Inbio.

Van Der Duim R. et al., 2002. El desarrollo del Turismo Sostenible. Los casos de Manuel Antonio y Texel, San José, Costa Rica, FLACSO.

Haut de page

Notes

1 « enlightened approach of conservation » en anglais.

2 Guide Lonely Planet « Central America on a shoestring ». 4ème édition. Juin 2001 : 577.

3 La première université nationale est fondée en 1843 et les lois sur l’éducation de 1885 et 1888 sont à l’origine de la venue de professeurs du Vieux Continent qui vont jouer un rôle important dans la connaissance du Costa Rica.

4 Op. cité. p. 24.

5 par exemple à Denver du 7 au 20 septembre 1948.

6 « Sostenabilidad » en espagnol

7 « oreros » dans le texte.

8 The New World Guides to the Latin American Republics. Volume One. Duell, Sloan and Pearce. New York. 1943.

9 Il cite les travaux de Fernández Guardia, Costa Rica en el siglo XIX ; antología de viajeros. San Jose. Costa Rica. Editorial Universitaria Centroamericana, 1982. González Flores Historia de la Influencia Extranjera en desenvolvimiento educacional y científico de Costa Rica, Editorial Costa Rica, San José, Costa Rica, 1976 et Rodríguez Vega Biografía de Costa Rica. 3a ed. Editorial Costa Rica, San José, Costa Rica, 1982.

10 En 2000, 70 % des touristes étrangers déclarent avoir visité des parcs selon une enquête de l’ICT effectuée en saison haute. En 1991, ils étaient environ 60 % à invoquer des pratiques d’écotourisme.

11 Connu comme C.S.T, certificat for sustainable tourism, qui prévoit de donner une reconnaissance particulière aux entreprises touristiques qui respectent les règles du tourisme durable définies internationalement.

12 « Costa Rica Upset Over German Film ». Tico times. 11 février 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution des entrées de visiteurs étrangers au Costa Rica entre 1970 et 2001
Crédits Source : Statistiques officielles de l’ICT
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/432/img-1.png
Fichier image/png, 4,7k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Raymond, « Costa Rica : du petit pays « démocratique, sain et pacifique », au leader de l’écotourisme et de la protection de l’environnement », Études caribéennes [En ligne], 6 | Avril 2007, mis en ligne le 15 avril 2007, consulté le 30 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/432 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.432

Haut de page

Auteur

Nathalie Raymond

Agrégée et docteur en géographie, Centre d’études mexicaines et centre-américaines

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org