Navigation – Plan du site
Dossier : Ressources marines : états des lieux, usages et gestion

Les écosystèmes marins de la Caraïbe : identification, diffusion et modes de gestion

Marine ecosystems of the Caribbean : identification, dissemination and management methods
Dominique Augier

Résumés

Le milieu marin de la Mer des Caraïbes est composé de trois écosystèmes principaux : les récifs coralliens, les mangroves et les herbiers, qui abritent une faune et une flore exceptionnelles. Mais l’équilibre fragile de ces espaces est menacé par les nombreuses activités humaines qui les dégradent progressivement. Face aux enjeux socio-économiques qu’ils représentent pour les pays caribéens, ces derniers ont établi un cadre juridique à l’échelle régionale pour la protection et la gestion de leur ressource marine, la Convention de Carthagène.  Après avoir dresser un tableau de la situation environnementale des principaux écosystèmes marins caribéens, il convient de faire un point sur les mode de gestion mis en œuvre pour les préserver.

Marine ecosystems of the Caribbean : identification, dissemination and management methods

The marine environment of the Caribbean Sea is composed primarily of three main ecosystems: coral reefs, mangroves and seagrasses, home to fauna and flora. But the delicate balance of these areas is threatened by many human activities that deteriorate gradually deteriorated them. Deal with socio-economic issues around these resources, Caribbean countries have established a legal framework at the regional level to ensure the protection and management of marine resources (the Cartagena Convention). After drawing up an overview of the environmental situation of the main Caribbean marine ecosystems, it should present the management mode adopted to preserve them.

Haut de page

Texte intégral

  • 1   Selon les études, le Golfe du Mexique  et/ou les Bermudes peuvent être intégrés ou exclus du péri (...)

1La Mer des Caraïbes est la mer semi-fermée comprise entre la Floride et les Bahamas au Nord, à l’Ouest et au Sud par l’Amérique Centrale et l’Amérique du Sud, et à l’Est par l’arc des Antilles1. D’une superficie d’environ 2 828 125 km2 (Costello, Coll et al., 2010), elle est la seconde plus grande mer du monde. Cette zone comprend  trente-cinq pays parmi lesquels vingt-deux états indépendants, dont neuf sont des pays d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud. De plus, dix-sept îles sont encore dépendantes de quatre anciennes puissances coloniales – la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. 116 millions de personnes vivent sur ces rivages (Burke et Maidens, 2004).
Considérée comme le cœur de la biodiversité de l’Atlantique (Huggins, Keel et al., 2007; Spalding, Ravilious et al., 2001 ), elle abrite une multitude d’espèces (117 types d’éponges, 633 de mollusques, 378 de bivalves, 77 de stomatopodes, 148 d’échinodermes, plus de 1 400 espèces de poissons, 76 de requins, 45 de crevettes et 30 de cétacés…) dont 13% sont endémiques à la zone. Cette diversité biologique s’exprime dans trois types d’écosystèmes majeurs : les récifs coralliens, les mangroves et les herbiers. D’autres formations uniques tels les stromatolites ou les trous bleus sont également présentes dans la région.

2Ces espaces et les richesses qu’ils offrent, constituent un potentiel économique dans plusieurs domaines (tourisme, pêche, recherche, etc.) et sont source de nourriture et d’emplois pour les  populations locales. Ils sont donc essentiels pour le développement de ces territoires. Pourtant, comme partout ailleurs dans le monde, la Mer des Caraïbes n’échappe pas aux menaces pesant sur ses ressources marines : tous les types d’écosystèmes marins caribéens sont aujourd’hui considérés comme en danger (Spalding, Ravilious et al., 2001 ; Burke et Maidens, 2004 ; Wege, Ryan et al., 2010 ; Green et Short, 2003 ; Spalding, Kainuma et al., 2010).
L’objet de ce texte est de présenter les caractéristiques de ces écosystèmes et de proposer une cartographie de leur répartition spatiale. L’étude se poursuit par un état de leur santé et s’intéresse aux systèmes de gouvernance mis en place.

1. Les récifs coralliens, un écosystème fragilisé

3Les récifs coralliens recouvrent une superficie d’environ 20 000 km2 (Spalding, Ravilious et al., 2001 ; Andréfouët, Muller-Karger et al., 2005), soit 7% des récifs coralliens mondiaux (Burke et Maidens, 2004) (cf. figure 1, 2 et 3). On distingue différentes formes coralliennes dans la Caraïbe : des récifs frangeants (Anse Michel en Martinique, Le Moule en Guadeloupe, Vieux-Fort à Sainte-Lucie, Bequia et Union aux Grenadines), des barrières simples ou doubles (Martinique, Belize), des annulaires (Tobago Cays aux Grenadines, Glovers Reef à Belize) et des cayes (baie des Barradères à Haïti) (Desse et Saffache, 2005). Cette mer abrite le plus grand système de corail de l'hémisphère nord, le récif méso-américain, qui s'étend sur presque un millier de kilomètres de la pointe nord de la péninsule du Yucatan au Mexique, le long des côtes du Belize et du Guatemala, jusqu’à la rive nord-est du Honduras.


4Les récifs coralliens représentent le groupe taxinomique le plus endommagé. Le déclin général des structures coralliennes vivantes (cf. figure 4) de la Caraïbe s’observe depuis le milieu des années 1970 avec une réduction de 80% de leur couverture, notamment de deux espèces clés, le corail corne de cerf (Acropora cervicornis)et le corail corne d’élan (Acropora palmata), toutes les deux sont aujourd’hui en danger critique d’extinction (Spalding, Ravilious, 2001 ; Wilkinson, 2008). C’est une préoccupation majeure car la perte de ces espèces édificatrices a des impacts écologiques importants sur les systèmes récifaux entiers mais aussi économiques pour l’ensemble des pays caribéens. De plus, une autre espèce édificatrice de la mer des Caraïbes, le corail étoilé massif (Montastraea annularis) est aussi menacé suite à une diminution rapide durant la décennie précédente (Wege, Ryan et al., 2010). Malgré une stagnation de la couverture corallienne vivante observée ces dernières années, aucune régénération ne permet de retrouver les étendues spatiales antérieures. D’ailleurs, les récifs coralliens en voie de reconstitution produisent des structures récifales simplifiées traduisant un appauvrissement de leur diversité biologique ; des organisations plus complexes abritent en effet une plus grande variété d’espèces.
Malgré leur forte régression constatée depuis une trentaine d’années, les répercussions sur les populations de poissons des récifs ne sont observées que depuis une décennie ; la densité globale des poissons de récifs ayant diminué de 2,7% à  6% par an selon les secteurs.

2. Une constante régression des mangroves

5Les mangroves constituent le second écosystème le plus dégradé avec une couverture en diminution de 42% au cours des vingt-cinq dernières années (Agard et Cropper, 2007). Aujourd’hui, elles représentent 22 000 km2 (Spalding, Kainuma et al., 2010), soit 13 % des mangroves mondiales (cf. figure 5). 37% de ces zones se trouvent sur les littoraux insulaires caribéens (Agard et Cropper, 2007). Certaines mangroves forment des massifs forestiers pouvant atteindre un à deux kilomètres de largeur au débouché des fleuves et en fond de baie. D’autres au contraire forment de simples liserés forestiers.
Ces formations végétales sont constituées principalement de quatre types de palétuviers (contre 44 dans la région indo-pacifique) : le rouge (Rhizophora mangle), le noir (Avicennia germinans), le blanc (Laguncularia racemosa) et le gris (Conocarpus erectus).
Plusieurs études décrivent les pertes de mangroves au fil du temps, mais les informations sur l'état et les tendances de l'étendue des mangroves au niveau mondial sont rares. Selon des travaux de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) mené en 2002, 2003 et 2005 sur l’état des forêts de la planète (FAO, 2007 ; Agard et Cropper, 2007), dix-sept pays sur trente-deux étudiés présentaient une baisse de leur couverture de mangrove entre 2000 et 2005, avec des taux annuels de baisse allant de 0,1% pour Belize jusqu’à 5,6% pour les Iles Vierges américaines et 10,6 % pour Barbade. Seuls Anguilla, Aruba, le Costa-Rica, Montserrat, Sainte-Lucie et les îles Turks et Caïcos n’ont montré aucun changement significatif sur cette même période (cf. figure 5).  

3. Les herbiers marins, un écosystème dévalorisé

6Le dernier groupe, les herbiers marins (cf. figure 6), représente à peu près 33 000 km2 (Spalding, Taylor et al., 2003). Les seules données disponibles sur leurs superficies dans les pays caribéens proviennent d’études disparates où ils sont cartographiés à différentes échelles locales. Ainsi selon Green et Short (2003), Belize possèderait 1 500 km2 d’herbiers, la Guadeloupe, 82,2 km2 et le Venezuela (Golfe de Cariaco), 500 km2.
On compte sept espèces d’herbiers dans la Caraïbe (Creed, Philips et al., 2003) : l’herbe à tortue (Thalassia testudinum) et l’herbe à lamantin (Syringodium filiforme) sont les deux espèces les plus courantes. Elles sont présentes dans les eaux peu profondes, jusqu’à vingt-cinq mètres environ, ils ne s’étendent pas au-delà du sud du Venezuela. L’espèce Halodule wrightii ne pousse que sur le sable et la vase dans la zone intertidale de la région Centre Caraïbe jusqu’à cinq mètres de profondeur. De même, Ruppia maritima, espèce qui s’établit dans les eaux saumâtres des baies et dans les estuaires, entre 0 et 2,5 mètres de profondeur, a la même aire de distribution. Enfin, les trois dernières espèces sont du genre Halophila. Le type Halophila decipiens se développe dans les eaux profondes (trente mètres) alors que Halophila engelmanni ne s’installe pas au-delà de cinq mètres de profondeur et son aire est restreinte aux Bahamas, à la Floride, aux Grandes Antilles et à l’Ouest de la Caraïbe. L’espèce Halophila baillonii ne s’observe que dans les eaux des Petites Antilles.

7Bien que différentes études corroborent la disparition de plusieurs kilomètres carrés d’herbiers, il y a peu de données concernant l’évolution de cet écosystème.

  • 2  L’UICN classe les espèces en sept catégories : espèce disparue, espèce ayant disparu de la nature (...)

8Conséquence directe de la dégradation de ces espaces marins, la réduction des populations faunistiques, notamment la grande faune, à l’image des lamantins et des crocodiles d’eau de mer dont les aires de distribution initiale se sont considérablement réduites. De même, les tortues marines de la région sont menacées : la tortue luth (Dermochelys coriacea) et la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata) sont considérées comme en danger critique d’extinction2, la tortue verte (Chelonia mydas) et la tortue caouanne (Dermochelys coriacea) sont deux espèces en danger (UICN, 2009).

4. Vers une gestion régionale des ressources marines de la Caraïbe ?

9Les dommages observés sur les ressources marines de la Caraïbe sont dus à un ensemble de facteurs naturels (les ouragans, les maladies ou le blanchissement des coraux) et anthropiques. Le dragage des fonds marins, la surpêche, la surexploitation du bois des mangroves, les détériorations liées aux ancres des bateaux ou encore les pièges à poissons, l’urbanisation côtière, les pollutions d’origine agricole, domestique ou industrielle sont autant d’exemples de menaces que les sociétés caribéennes font peser sur leurs écosystèmes marins (Ellison et Farnsworth, 1996 ; Spalding, Ravilious et al., 2001 ; Burke et Maidens, 2004 ; Desse et Saffache, 2005 ; Garcia-Salgado, Nava Martinez et al., 2008 ; Green et Short, 2003 ; Spalding, Kainuma et al., 2010 ). Ce constat est préoccupant au vu de l’importance des services écosystémiques que ces espaces fournissent. Ce concept, développé en 2003 par le  Millenium Assessment (voir également Alcamo, Ash et al., 2003 ; Chevassus-au-Louis, Salles et al., 2009) se définit comme l’ensemble des processus par lesquels l'environnement produit des ressources qui contribuent, directement ou indirectement, au bien-être de l'être humain. Ces services sont répartis en quatre catégories : les services d'approvisionnement tels que les ressources génétiques ou l’alimentation, les services de régulation comme la régulation du climat ou la protection contre les tempêtes, enfin les services culturels (valeurs spirituelles, tourisme…) et les services d’appui nécessaires à la production de tous les autres services fournis par les écosystèmes tels la production de biomasse, la production d'oxygène atmosphérique ou encore la formation des sols.

10D’un point de vue environnemental, ils permettent la protection du littoral contre les effets du vent, des vagues et des courants, la conservation de la diversité biologique (zone d’habitat et de frai, éléments nutritifs pour certaines variétés de poissons et de crustacés), et notamment des espèces en voie d'extinction (lambis, oursins, etc.). Ils jouent également un rôle social et économique majeur. Ainsi, la pêche est une source importante de nourriture, d’emplois et de devises ; ce secteur contribue pour certains pays jusqu’à 8% de leur PIB. Par exemple, en Jamaïque, environ 130 000 personnes travaillent dans le domaine de la pêche avec des revenus estimés à 150 millions de dollars américains par an (Heileman, 2005). Ils sont aussi le support de l’industrie touristique de la région (essentiellement balnéaire). Elle accueille quelques 30 millions de touristes internationaux chaque année (sans prendre en compte les croisiéristes), désireux de profiter du milieu marin côtier et ce secteur d’activités est l’un des premiers producteurs de devises pour la plupart des pays caribéens (exception faite des pays pétroliers et Haïti).
Pris ensemble, la valeur annuelle des services fournis par les récifs coralliens des Caraïbes a été estimée entre 3,1 milliards et 4,6 milliards de dollars américains, et la poursuite de leur dégradation pourrait coûter d’ici 2015 entre 350 millions et 870 millions de dollars américains par an (Burke et Maidens,  2004).

11La forte dépendance des pays caribéens vis-à-vis de leurs espaces marins et la vulnérabilité de ces derniers posent le problème de leur gestion durable. Dès les années 1970, ils ont pris conscience de l’importance de protéger et de bien gérer leurs ressources marines. Ils sont d’ailleurs signataires de plusieurs conventions et traités internationaux relatif à la préservation des espaces et des espèces marins. On peut citer par exemple la Convention RAMSAR (1971) relative aux zones humides, conçue pour enrayer l'empiètement progressif, les détériorations et la perte des zones humides, la Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires (MARPOL en 1973) ou encore la Convention sur la diversité biologique qui permet de protéger les ressources biologiques et comprend des dispositions pour les connaissances, innovations et pratiques des communautés locales. Mais le principal instrument juridique pour la protection de la Mer des Caraïbe est le programme Mer Régionale du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), dont la convention d’application est la convention de Carthagène (Convention pour la protection et le développement de l'environnement marin dans la région des Caraïbes), adoptée en 1983 et entrée en vigueur en 1986 (cf. figure 7).

12La Convention de Carthagène prône la gestion intégrée et systémique de la mer basée sur le fonctionnement des écosystèmes et intégrant toutes les activités, notamment le tourisme. Trois protocoles d’application (cf. figure 8) ont été adoptés : le protocole Oil Spills (relatif à la lutte contre la pollution par les hydrocarbures), le protocole Land-Based Source (consacré à la pollution due à des sources et activités terrestres) et le protocole Specially Protected Areas and Wildlife (pour préserverla vie sauvage).

13L’outil privilégié pour atteindre les objectifs de la convention sont les Aires Marines Protégées (AMP). C’est un terme générique recouvrant tous les sites marins qui répondent à la définition d’aire protégée de l’International Union for Conservation of nature and Natural resources (IUCN), sans se soucier du nom officiel de l’instrument de gestion et de protection. Ainsi, sous cette appellation on retrouve aussi bien des parcs marins, des réserves naturelles, des réserves ornithologiques que des cantonnements de pêche (UNEP-WCMC, 2008).
En 2004, Burke et Maidens ont recensé 285 aires marines protégées dans la région ayant une partie côtière ou marine. Seules 6% de celles ci avait une protection complète, 13% une protection partielle et 48% n’étaient pas protégées. Tous les pays et territoires caribéens ont au moins une AMP à l’exception d’Anguilla, Haïti, Montserrat et Puerto Rico (Geoghegan, Smith et al., 2001). Dans la plupart des cas, ce sont des ONG et autres organisations à but non lucratif qui sont chargées des aires protégées (Saba Conservation Fondation, Bahamas National Trust, etc.).

14Outre la couverture inadéquate – par exemple, 80% des récifs coralliens de la Caraïbe ne sont pas inclus dans une AMP (Burke et Maidens, 2004) – la sous représentation et sans doute aussi leur sous financement, la gestion des aires marines protégées reste souvent médiocre et inefficace. Seuls quelques pays disposent de modalités institutionnelles centralisées solides et bien coordonnées pour gérer les AMP.

15En plus, le principe de la Convention de Carthagène est que chaque Etat a l’initiative de mettre en œuvre sur son territoire les réglementations et les actions qu’ils jugent utiles pour préserver son environnement marin. De ce fait, hormis les AMP, il existe sur le terrain, une multiplicité d’expériences institutionnelles (Gestion intégrée des zones côtières par exemple) ou non (tourisme communautaire ou écotourisme), plus ou moins réussies, développées pour la gestion et la protection des zones spécifiques.

Conclusion

16Le fonctionnement de l’écosystème Mer des Caraïbes et la qualité des services produits, sont inhérents à l’état de santé des récifs coralliens, des mangroves et des herbiers qui le composent. Ces formations littorales constituent aussi bien des atouts pour le secteur touristique (tourisme balnéaire, écotourisme…) que l’alimentation des populations locales et elles sont fondamentales pour le secteur halieutique en raison de leur fonction de nurserie et de frai, ou encore elles constituent des éléments protecteurs contre les vents et les vagues pour les zones et communautés côtières.
Or, chacun de ces écosystèmes montre des signes de fragilité et de dégradations importantes, essentiellement d’origine anthropique, avec de sérieuses incertitudes quant à leur capacité future à fournir des services écosystémiques de premier ordre pour les activités touristiques et halieutiques.

17La structure politique et économique complexe de la Caraïbe, issue des luttes historiques pour le contrôle des ressources, a laissé la région avec une série de chevauchement d’autorités nationales et régionales qui interviennent à des degrés divers dans la politique de gestion des parties marines. Malgré la mise en œuvre de la Convention de Carthagène et de ses protocoles, un déséquilibre persiste entre les capacités humaines, techniques et financières des autorités de la région et l’importance des problèmes environnementaux (surpêche, pollutions, hypersédimentation, etc.). Les Aires Marines Protégées, outil de prédilection de la Convention donnent des résultats plutôt mitigés.
Ces facteurs créent un problème conséquent dans l'exercice d'une approche holistique de la gestion de l'écosystème Mer des Caraïbes. Après plus de vingt-cinq ans d’application, il convient sans doute d’évaluer ce cadre juridique et les actions de préservation qui en découlent afin de redéfinir une approche plus complète et des systèmes de gouvernance plus performants. Cela permettrait d’envisager et de valoriser,  au-delà des modèles classiques des AMP, des solutions locales nouvelles et innovantes  impliquant la communauté au sens large, à l’image des expériences riches d’enseignement telle que la gestion des oursins à Vieux-Fort, Sainte-Lucie (Smith et Berkes, 1991 ; Warner, 1997), Nature Seekers, une activité touristique basée sur l’observation des tortues marines à Trinidad et Tobago (McIntosh, Leotaud et al., pas de date ; Augier, 2010) ou encore la protection de mangrove (Mankòtè mangrove) à Sainte-Lucie (Smith et Berkes, 1992 ; Geoghegan et Smith, 1998).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Agard J., A. Cropper et al. (éd.) (2007). Caribbean Sea Ecosystem Assessment- A sub-global component of the Millenium Ecosystem Assessment, Caribbean Marine Studies

Alcamo J., N.J. Ash et al. (2003). Les écosystèmes et le bien-être de l’homme : un cadre d’évaluation, World Resources Institute

Andréfouët S., F. E. Muller-Karger et al. (2005). Global assessment of modern coral reef extent and diversity for regional science and management applications: a view from space, dans Y. Suzuki, T. Nakamori et al. (éd.). 10th ICRS. Japanese Coral Reef Society, Okinawa, Japan : 1732-1745

Augier D. (2010). « Un projet écotouristique pour valoriser une destination émergente: le cas de l’observation des tortues marines à Trinité-et-Tobago», dans C. Gagnon (dir.) L’écotourisme visité par les acteurs territoriaux – Entre conservation, participation et marché, Québec, PUQ : 165-183

Bouchon C., P. Portillo et al. (2008) « Status of coral reefs of the Lesser Antilles: The French West Indies, The Netherlands Antilles, Anguilla, Antigua, Grenada, Trinidad and Tobago », dans C. Wilkinson (éd.) Status of coral reefs of the world: 2008. Townsville, Global Coral Reef Monitoring Network and Reef and Rainforest Research Center : 265–279.

Brown N., T. Geoghegan et al. (2007). A situation analysis for the Wider Caribbean, Gland, IUCN

Burke L. et J. Maidens (2004). Reefs at risk in the Caribbean, Washington D.C., World Resources Institute

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Costello M.J., M. Coll et al. (2010). « A Census of Marine Biodiversity Knowledge, Resources, and Future Challenges. » PLoS ONE, 5(8): e12110. doi:10.1371/journal.pone.0012110
DOI : 10.1371/journal.pone.0012110

Desse M. et P. Saffache (2005). Les littoraux antillais : des enjeux de l’aménagement à la gestion durable, Matoury, Ibis Rouge

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ellison A. M. et E. J. Farnsworth (1996). « Antropogenic disturbance of Caribbean mangrove ecosystems : past impacts, present trends and future prédictions », Biotropica, vol 28, n°4 : 549-565
DOI : 10.2307/2389096

Geoghegan T. et A.H. Smith (1998). Conservation and sustainable livelihoods: Collaborative management of the Mankòtè mangrove, St.Lucia. Community Participation in Forest Management Series, Caribbean Natural Resources Institute.

Green E.P. et Short F.T. (éd.) (2003). World Atlas of Seagrasses, Berkeley, University of California Press

Heileman S. (éd.) (2005). Caribbean environnement Outlook, UNEP

Huggins  A.E., S. Keel et al. (2007). Biodiversity Conservation  Assessment  of  the  Insular Caribbean Using the Caribbean Decision Support System, Technical Report, The Nature Conservancy - http://www.conserveonline.org/ workspaces/ Caribbean.conservation

International Union for Conservation of nature and Natural resources (2001). Catégories et Critères de l’UICN pour la Liste Rouge : Version 3.1. Commission de la sauvegarde des espèces de l’UICN. Cambridge, IUCN.

International Union for Conservation of nature and Natural resources (2009). Liste rouge des espèces menacées 2009, IUCN

McIntosh, S., N. Leotaud et Y. Renard (pas de date), Placing the Commons at the Heart of Community Development: Three Case Studies of Community Enterprise in Caribbean Islands, Laventille, CANARI

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (2007). The world’s mangroves 1980-2005, Rome, FAO Forestry paper 153

Smith A.H. et F. Berkes (1991). « Solution to the « Tragedy of the Commons » : Sea-urchin management in Saint Lucia, West Indies », Environnemental Conservation, 18 : 131-136

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Smith A.H. et F. Berkes (1992). « Community-based use of mangrove resources in St. Lucia », International Journal of Environmental Studies, 43(2/3):123-130.
DOI : 10.1080/00207239308710819

Spalding M., M. Kainuma et al. (2010). World atlas of mangroves, Londres, Earthscan

Spalding M., C. Ravilious et al. (2001). World Atlas of Coral Reefs. Berkeley, University of California Press

Spalding, M., M.L. Taylor et al. (2003). « The global distribution and status of seagrass ecosystems », dans Green E.P. et Short F.T. (éd.) World Atlas of Seagrasses. Berkeley University of California Press

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Spalding M.D., H.E. Fox et al. (2007). « Marine Ecoregions of the World : a bioregionalization of coastal and shelf areas », Biosciences, vol 57 n°7: 573-583
DOI : 10.1641/B570707

UNEP-WCMC (2008). National and Regional Networks of Marine Protected Areas : A review of Progress, Cambridge, UNEP-WCMC

Warner G. (1997). “Participatory management, popular knowledge and community empowerment : the case of sea-urchin harvesting in the Vieux Fort are of Saint Lucia”, Human Ecology, vol 25, n° 1 : 29-46

Wege D.C., D. Ryan et al. (2010). Profil d’écosystème – Hotspot de la biodiversité des iles des Caraïbes, CEPF

Haut de page

Notes

1   Selon les études, le Golfe du Mexique  et/ou les Bermudes peuvent être intégrés ou exclus du périmètre de la Mer des Caraïbes (Spalding, Fox et al., 2007 ; Burke et Maidens, 2004 ; Ellison et Farnsworth, 1996)

2  L’UICN classe les espèces en sept catégories : espèce disparue, espèce ayant disparu de la nature et ne survivant qu'en captivité, en danger de disparition, quasi-menacé, préoccupation mineure, données insuffisantes, et non évalué. La catégorie en danger de disparition se décompose en trois sous-catégories : en danger critique d'extinction, en danger et vulnérable. Chaque catégorie est complétée par des critères quantitatifs pour préciser la nature du risque. (voir UICN, 2001)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Augier, « Les écosystèmes marins de la Caraïbe : identification, diffusion et modes de gestion », Études caribéennes [En ligne], 15 | Avril 2010, mis en ligne le 21 décembre 2010, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4343  ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4343

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page