Navigation – Plan du site
Ressources marines : états des lieux, usages et gestion

Valeur économique totale des récifs coralliens, mangroves et herbiers de la Martinique

Pierre Failler, Élise Pètre et Jean-Philippe Maréchal

Résumés

La Martinique possède 55 km2 de récifs coralliens, 50 d’herbiers et 20 de mangroves. Ces trois écosystèmes produisent des biens et services dont la valeur est estimée à quelque 250 millions d’euros par an. Près de 60% de cette valeur est issue des usages directs liés aux activités récréatives (plongée, excursion, récréation balnéaire) induites pour l’essentiel par le tourisme et celles liées à la pêche (professionnelle et de plaisancière). Les services écosystémiques (assimilés aux usages indirects) tels que la protection des côtes, l’absorption/séquestration de carbone, la production de biomasse de poissons et l’épuration de l’eau sont conséquents puisque leur valeur annuelle s’élève à 94 millions € soit 38% de la valeur totale. La valeur de ce qui a trait au non-usage des récifs, herbiers et mangroves (lié à la volonté de transmettre un patrimoine écologique pour l’essentiel ou encore à la satisfaction de savoir que les récifs sont en bon état) se traduit par une création de valeur de l‘ordre de 10 million €/an. Les herbiers et les mangroves  contribuent le plus (par km2) à la création de valeur (respectivement 2,16 millions €/km2, 1,87 million €/km2 contre 1,78 million €/km2 pour les récifs). Ils doivent donc bénéficier de mesures de protection et surtout de valorisation au même titre que les récifs coralliens qui font déjà l’objet d’une attention particulière.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Le marché libre établit la valeur monétaire des biens et services de la société. Dans le cas des R (...)

1L’idée de base de l’évaluation des écosystèmes (donner de la valeur et valoriser) vient du double constat que ce que produit la nature « naturellement » n’est pas appréhendé à sa juste valeur et que ce que les dommages que l’homme fait subir à cette même nature ne sont pas comptabilisés (la nature étant res nullius dans la majorité des cas). Il convient donc de mettre un prix sur ce que la nature produit1 et un autre sur ce que l’homme altère. En d’autres termes, il faut appréhender la nature sous une forme économique. Cela semble actuellement, selon les économistes, l’unique moyen d’endiguer la perte continue de biodiversité. Donner de la valeur fait ainsi entrer la biodiversité dans le champ de l’économie publique (optimisation possible du choix des agents économiques) et politique (efficience des allocations budgétaires).   

  • 2  Travail réalisé dans le cadre du plan d’actions 2006-2010 de l’IFRECOR et plus précisément du thèm (...)
  • 3  « A la fin du XIXe siècle, on comptait 37 espèces différentes de coraux dans la baie de Marin en M (...)
  • 4  Le Schéma de mise en valeur de la mer ou SMVM  est un outil d'aménagement du territoire qui vise à (...)
  • 5  Nationale, régionale, départementale et communale.

2L’objectif de l’article est de présenter l’estimation de la valeur économique totale des récifs coralliens et écosystèmes associés (RCEA) de la Martinique2, exprimée, à travers un équivalent monétaire (en €/km² lorsque la monétarisation a été possible). Il souligne de la sorte les éléments majeurs à considérer pour la définition de politiques de conservation et de valorisation des RCEA. L’ampleur des mesures à prendre peut être suggérée au regard de l’état de santé actuel des RCEA de l’île : plus de 20% des récifs ont disparu ces dernières années3 tandis que la mangrove souffre de la pollution des cours d’eau et de l’urbanisation de la zone littorale et que les herbiers sont de plus en plus sujets à l’envasement et les pollutions diverses. Ces mesures et plus généralement les politiques publiques qui vont devoir être mises en œuvre, notamment dans le cadre du Schéma de mise en valeur de la mer4, afin de restaurer, protéger et améliorer les services écologiques des RCEA, vont bien entendu, lors des arbitrages budgétaires aux différentes échelles décisionnelles5, entrer en concurrence avec d’autres mesures politiques en faveur des infrastructures routières, du développement industriel, du logement ou de l’emploi. Chiffrer le patrimoine naturel est donc primordial afin de pouvoir offrir une base de comparaison avec les autres secteurs économiques et sociaux où les deniers publics sont investis ; ceux-ci ayant en effet fait depuis longtemps l’objet d’étude de rentabilité économique et/ou sociale.

3L’article débute par une présentation des récifs coralliens et écosystèmes associés de la Martinique. Leur surface, leurs caractéristiques et leur état de santé y sont examinés avec attention. Les services qu’ils rendent ainsi que les méthodes utilisées pour leur quantification font l’objet de la deuxième partie. Les résultats propres à chaque usage ainsi qu’au non-usage des RCEA sont présentés dans la troisième partie. Les deux parties suivantes, prolongent les résultats sous la forme de mesures de gestion et de politique publique plus généralement. Les options de gestion sont déclinées à partir des desiderata des résidents et des touristes tandis que le coût de l’inaction politique est chiffré puis appréhendé en matière de développement durable.

1. État de santé des récifs coralliens, mangroves et herbiers

  • 6  Les formations récifales, notamment du sud, seraient apparues avant la dernière glaciation Würm, s (...)
  • 7  Association d’espèces formant des ensembles biocénotiques comme les communautés coralliennes.

4De part la localisation géographique de l’île en zone intertropicale, des formations coralliennes, des mangroves et des herbiers se sont développés6 le long des côtes. La carte à la page suivante (cf. Source : OMMM 2009), positionnant les biotopes (herbiers et mangroves) et biocénoses (ensembles des communautés d’être vivants7 ) constitutifs des écosystèmes littoraux et marins martiniquais entre 0 et 50 m de profondeur, présente leur répartition spatiale (OMMM, 2009) tandis que le tableau ci-dessous (cf. 1. État de santé des récifs coralliens, mangroves et herbiers) révèle leur superficie en km2.

Tableau 1 : Répartition des biocénoses et biotopes (en km2) entre 0 et 50 m autour de la Martinique

Tableau 1 : Répartition des biocénoses et biotopes (en km2) entre 0 et 50 m autour de la Martinique

Source : OMMM 2009

  • 8  On distingue deux types de communautés coralliennes : la communauté corallienne sur roche (52% de (...)

5La surface sous-marine totale cartographiée représente 452,22 km2, décomposée en communautés de fonds meubles nus (202,26 km2 soit 44,7 % de la surface totale), algales (140,60 km2 soit 31,1% − essentiellement sur la façade atlantique et le sud-ouest du littoral), coralliennes8(5,6 km2 soit 12,35% − sud de l’île, nord-est de la côte atlantique et sortie de la baie de Fort de France), mixtes (0,25 ha soit 0,56%), et de spongiaires et gorgonaires (0,114 ha soit 0,25%) ainsi que d’herbiers (4 974 ha soit 11%). Hors de l’eau, les mangroves couvrent 20,63 km2, dont la majeure partie est localisée en baie de Fort de France.

Carte 1 : Localisation des RCEA sur le littoral de la Martinique pour la zone 0-50 m (Source SIG-OMMM 2009).

  • 9  Les mangroves de Martinique ont subi d’importants dégâts lors du passage de l’ouragan Dean en août (...)

6Globalement l’état de santé des écosystèmes marins est préoccupant. Plus de 45 % d’entre eux sont considérés comme dégradés et 23% très dégradés (cf. Carte 1 : Localisation des RCEA sur le littoral de la Martinique pour la zone 0-50 m (Source SIG-OMMM 2009).). Moins d’un tiers des écosystèmes présente un bon état de santé écologique et seulement 1% peut être considéré comme étant en très bon état. Pour ce qui est des mangroves, aucune donnée relative à leur état de santé existe hormis une évaluation des dégâts engendrés par le passage de l’ouragan Dean qui relève que les pertes subies par les peuplements de la mangrove sont assez variables, allant de 13 à plus de 90% pour les valeurs de densité9 (en comparaison de données de 1997).

Figure 1 : Etats de santé des biocénoses marines totales, communautés coralliennes et herbiers en Martinique (d’après la classification des états de santé de Bouchon (2003) ; campagnes d’observation 2007/2008).

Figure 1 : Etats de santé des biocénoses marines totales, communautés coralliennes et herbiers en Martinique (d’après la classification des états de santé de Bouchon (2003) ; campagnes d’observation 2007/2008).

N.B. : Aucune donnée chiffrée sur l’état de santé des mangroves n’est disponible pour la région Martinique.

  • 10  Ouragans, maladies diverses et blanchissement du à l’augmentation de la température de l’eau.
  • 11  Ancres et chaînes de bateau, casier de pêche, plongeurs …
  • 12  Essentiellement liée aux activités agricoles, au défrichage et à la déforestation, et à l’urbanisa (...)

7Les récifs subissent, en sus des calamités environnementales10, des pressions anthropiques de plus en plus fortes. Les pollutions d’origine agricole, industrielle et domestique ainsi que les dégradations physiques11 et l’hyper-sédimentation12 les fragilisent chaque jour un peu plus. Ainsi, plus de 80% des communautés coralliennes sont considérées comme dégradées (dont 44% jugées très dégradées), essentiellement à faible profondeur, 20% affichent un état de santé bon et seulement 1% présente les critères de très bon état écologique (cf. N.B. : Aucune donnée chiffrée sur l’état de santé des mangroves n’est disponible pour la région Martinique. pour une illustration des différents états de santé des communautés coralliennes).

Photo 1 : Communautés coralliennes en bon état de santé (gauche), dégradées (centre) et très dégradées (droite). Crédit photo : © OMMM/C. Péres.

  • 13  Le Loup est une appellation locale pour les récifs à fleur d’eau sur lesquels ont sombré quelques (...)

8Spatialement, les écosystèmes coralliens de la côte atlantique au sud de la Caravelle et ceux de la Baie de Fort-de-France sont les plus dégradés, observations déjà publiées en 1978 (Battistini, 1978). Le récif méridional au sud et les communautés de la baie de Trinité présentent, eux aussi, des signes de dégradation généralisée. Les communautés en bon état se trouvent aujourd’hui sur les fonds du littoral nord-caraïbe au nord du Prêcheur (la Perle), entre l’îlet à Ramiers et Grande Anse d’Arlet au sud de la Baie de Fort-de-France, au Diamant et sur plusieurs sites du récifs méridional entre le Diamant et Sainte-Anne, et au large de la presqu’île de Caravelle (Loup13 Ministre et nord du Loup Bordelais).

  • 14  Le blanchissement corallien est un phénomène observé lors de périodes de stress, notamment thermiq (...)

9Ces dernières années, parmi les facteurs ayant le plus contribué à la diminution de la couverture corallienne se trouve en premier lieu l’épisode majeur de blanchissement14 du second semestre 2005 (ayant entraîné 15 % en moyenne de mortalité du corail dans les communautés de Martinique) et la propagation de maladies coralliennes comme la "white plague" ou la maladie de la bande noire qui en a résulté.

Photo 2 : Développement de maladie chez a) Montastraea annularis – maladie de la bande jaune, b) M. faveolata – « white plague », et c) Colpophyllia natans – maladie de la bande noire. © OMMM/JP Maréchal (a, b) M Fumaroli (c).

  • 15  Notamment une eutrophisation des masses d’eau par l’enrichissement en nitrates et phosphates prove (...)

10Des colonies malades ont été observées début 2006. La mortalité associée au développement des maladies a été évaluée à 15% en moyenne en juin 2006. Les récifs du sud de l’ile ont subi l’action des fortes houles engendrées par le passage des ouragans Dean en 2007 et Omar l’année suivante. De manière moins visible et spectaculaire, les pollutions littorales d’origine anthropique (rejets urbains, industriels, agricoles …) responsables des problèmes de dégradation des masses d’eau côtières15, et le défrichement des sols et l’urbanisation à l’origine des apports excessifs de matières en suspension (matières en suspension – hyper-sédimentation), amenuisent progressivement les capacités physiologiques des coraux leur permettant de résister aux agressions naturelles. Ainsi, peu à peu le corail mort est colonisé rapidement par des algues qui profitent de l’enrichissement des masses d’eau littorales en nutriments divers pour se développer et proliférer.

11Tout comme les récifs, les mangroves sont sujettes à des agressions ponctuelles et récurrentes d’origine naturelle et anthropique qui altèrent leurs fonctions écologiques et réduisent sa surface. Elles sont dégradées de 2 manières : 1°, par une accumulation de macro déchets entre les racines des palétuviers qui crée des obstructions à la circulation de l’eau et conduit progressivement à un assèchement de la partie marine de la mangrove, limitant le développement des jeunes pousses et ; 2°, par une urbanisation, un empiètement et un défrichement dans les zones d’arrière mangrove.

Photo 3 : Mangrove de la baie de Fort de France montrant a) l’accumulation de déchets dans la zone marine de la mangrove, b) dans les racines des palétuviers et c) l’assèchement de la mangrove dans laquelle l’eau de mer ne peut plus circuler. Crédit photos : © P. Parfait.

12Les herbiers sont moins dégradés que les communautés coralliennes. Seulement 12 % sont très dégradés et 49 % dégradés (cf. Carte 1 : Localisation des RCEA sur le littoral de la Martinique pour la zone 0-50 m (Source SIG-OMMM 2009).). Ils sont globalement dans un état écologique acceptable, à l’exception de ceux présents dans les baies et zones abritées des récifs frangeants de la côte atlantique. Leur état de santé s’améliore lorsque l’on s’éloigne de la côte, vers la barrière récifale. Les herbiers pour lesquels l’état de santé est le meilleur sont localisés à la pointe sud de la Martinique, de l’anse Michel au Cap Dunkerque (OMMM 2009).

Photo 4 : Herbier de phanérogames (Thalassia testudinum) en bon état de santé (a), dégradé (b) et très dégradé (c). Crédit photo : © OMMM

13Les herbiers subissent les mêmes pressions anthropiques que les récifs coralliens. Un des facteurs limitant du développement des herbiers, notamment en profondeur, est l’hyper-sédimentation (ex : baie de Fort de France), et les actions mécaniques des ancres et chaines de bateaux qui arrachent les pieds de phanérogames. Dans les secteurs fortement eutrophisés, les macro-algues se développent rapidement sur les feuilles des phanérogames, limitant également leur croissance.

2. Valeurs et cadre conceptuel

14La valeur monétaire d’un service écologique est mesurée par la disposition d’une personne à l’acquérir, diminuée de son coût de production. Ainsi, lorsque la nature fournit les services, c’est la disposition à payer des individus qui est seule susceptible de traduire la valeur de la ressource fournissant le service en question, qu’il y ait paiement réel ou non (Noël, 2006). En d’autres termes, la valeur monétaire des RCEA peut être évaluée par l’estimation de leur contribution aux activités marchandes (qui enregistrent des coûts et des bénéfices) et aux activités non-marchandes (qui n’enregistre que des bénéfices). Si l’estimation de la valeur monétaire des services donnant lieu à des activités marchandes se fait en déduisant les coûts des revenus afin de définir la valeur ajoutée, celle des services liés à des activités non marchandes requiert une méthode d’estimation sophistiquée afin d’obtenir le consentement à payer du bénéficiaire potentiel.

15Le concept de valeur économique totale (VET) offre un cadre conceptuel à même de prendre en compte toutes les valeurs énumérées précédemment et qui peuvent être attribuées aux RCEA de la Martinique. L’avantage d’un tel cadre est tout d’abord qu’il permet une évaluation monétaire de la majorité des services rendus par les RCEA, qu’ils aient une valeur écologique ou patrimoniale non marchande ou qu’ils revêtent une valeur économique marchande. De part son utilisation abondante depuis la fin des années 1980, il se prête de plus aux comparaisons. La revue des évaluations des biens et services rendus par les écosystèmes coralliens, réalisée par P. Blanquet (2008), montre bien la profusion des études dans ce domaine et l’intérêt d’adopter un tel cadre de travail.  

  • 16  Lors d’une évaluation économique, les divers avantages environnementaux sont mesurés du point de v (...)

16On peut diviser la VET en deux grandes catégories : les valeurs d’usage et les valeurs de non-usage (encore appelées valeurs d’usage passif). Les valeurs d’usage sont associées à l’utilisation directe des RCEA, comme les activités récréatives de baignade et de plongée, ou à des utilisations commerciales comme l’exploitation des ressources halieutiques. Les valeurs de non-usage sont liées à la conscience de la pérennité des RCEA (valeurs d’existence) ou plus spécifiquement à la nécessité de laisser des RCEA en bon état aux générations futures (valeurs de legs) et ainsi conserver les valeurs intrinsèques16 des RCEA. Les valeurs de non-usage, ont ainsi trait aux valeurs actuelles ou futures (potentielles) associées aux RCEA et reposent simplement sur leur existence permanente, indépendamment de l’usage qui en est fait. Elles constituent, en quelque sorte, des valeurs de préservation. Le schéma suivant présente les différentes composantes de la valeur économique totale.

Figure 2 : Décomposition de la Valeur économique totale d’après Point (1998) et adapté par Failler et Pan (2007)

17Au sein des valeurs d’usage, peuvent être distinguées les valeurs d’usage actif direct, induit et indirect. Dans le premier cas, celui des valeurs d’usage actif direct, il s’agit des usages les plus habituels de la biodiversité marine et côtière à savoir la pêche, le tourisme, la plongée, etc. qui constituent des activités marchandes et non marchandes. Les valeurs d’usage actif induit représentent les services fournis par les RCEA en tant que facteur de production pour des services marchands, pour l’essentiel, tels que l’aquaculture. Dans ce cas, c’est le milieu en tant que facteur de production d’une activité marchande qui est examiné. De leur côté, les valeurs d’usage actif indirect sont constituées en premier lieu par les fonctions écologiques régulatrices (services de régulation) des RCEA. Elles peuvent aussi provenir de l’appui ou de la protection qu’elles assurent à des activités économiques ayant une valeur directement mesurable comme le tourisme axé sur la plage et la baignade. La valeur d’usage indirect d’une fonction écologique est liée au changement de la valeur de production ou de consommation de l’activité ou de la propriété qu’elle protège ou soutient. Toutefois, cette contribution n’étant ni commercialisée, ni financièrement rétribuée et n’étant qu’indirectement liée aux activités économiques, de telles valeurs d’usage indirect doivent faire l’objet d’estimation par des méthodes comme celles des coûts de remplacement. Les usages actifs indirects concernent aussi les services fournis par les RCEA permettant indirectement la production et la consommation courante comme par exemple, les cartes postales, les films, documentaires et autres qui utilisent les RCEA comme support principal.

18Les valeurs de non-usage, d’usage passif et de préservation comprennent diverses valeurs non liées à l’usage actif direct ou indirect des RCEA. Sous cette rubrique, plusieurs types de valeurs peuvent être identifiés. Tout d’abord la valeur d’option qui représente une valeur qui intervient en présence d’incertitude sur la disponibilité future des RCEA. Définit comme la prime d’assurance que l’on est prêt à payer en situation d’incertitude pour s’assurer de la disponibilité future des RCEA, cette valeur potentielle future peut être de divers types allant de l’usage direct ou indirect, à tous les autres usages passifs (ou non-usage). En présence de forte incertitude quant à la valeur future des RCEA mais d’une estimation potentiellement élevée des usages possibles, une valeur de quasi-option peut être estimée. Cette valeur est relative à la conservation de certaines composantes des RCEA en vue d'un usage futur dont l'intérêt n'est pas encore démontré (par exemple, la préservation de plantes des herbiers pour des usages encore inconnus). Dans de telles circonstances, le principe de précaution s’applique et stipule d’avoir plus d'informations pour entreprendre une action ayant des impacts potentiellement irréversibles. Ainsi, par extension, la valeur de quasi-option est la valeur escomptée de l’information qu’on obtiendra du fait de surseoir aujourd’hui à l’exploitation et à la transformation des RCEA. Elle repose sur l’intuition que le passage du temps accroît l’information disponible comme, par exemple, les connaissances scientifiques sur les écosystèmes marins. Faute de connaître précisément cette valeur potentielle, on peut être amené à choisir la conservation des RCEA.

  • 17  Voir Failler 1994 et 2002 pour une présentation des perceptions des pêcheurs martiniquais et les a (...)

19Parmi les valeurs d’existence, on distingue le sous-groupe des valeurs de leg de celui des valeurs intrinsèques. Les valeurs de legs  correspondent aux valeurs qu'une génération attribue au legs qu'elle fait aux générations futures (comme par exemple la conservation de la biodiversité marine). Les valeurs de legs semblent en Martinique présenter une importance particulière pour les communautés de pêcheurs utilisant les RCEA et souhaitant voir le mode de vie transmis à leurs héritiers et aux générations futures17. La valeur intrinsèque définit l’aptitude des RCEA à avoir une valeur propre supérieure à ce qu’ils peuvent apporter pour satisfaire les besoins anthropiques. Comme le rappellent Barbier et al. (1997) « On ne sait pas encore avec certitude dans quelle mesure la diversité biologique est importante pour l’homme mais on accepte généralement l’idée que plus la diversité est élevée plus l’écosystème est stable. Nombreux sont ceux qui apprécient l’existence pure et simple de la diversité biologique et qui lui accordent une valeur élevée ». La protection des RCEA devient dès lors d’avantage une question de morale que d’affectation optimale ou même équitable des ressources.

20Enfin, certaines personnes en Martinique, quelles soient résidentes ou de passage, et qui, bien qu’elles n’utilisent pas les RCEA, souhaitent les voir préservés pour eux-mêmes. Cette valeur accordée à l'existence des récifs, indépendamment d'une utilisation courante ou future, est dénommée valeur de disponibilité désintéressée. Il s’agit d’une valeur de non-usage difficile à mesurer car la valeur de disponibilité désintéressée suppose que soit réalisée une évaluation subjective sans rapport aucun avec une utilisation propre ou celle d’autrui, que ce soit maintenant ou dans l’avenir. Le schéma suivant présente respectivement la VET pour les récifs coralliens, les mangroves et les herbiers de la Martinique.

Figure 3 : Décomposition de la valeur économique totale des récifs coralliens, mangroves et herbiers ; adapté, modifié et complété de Jacobs (2004)

21La ligne de partage entre valeurs d’usage et de non-usage des RCEA martiniquais est, comme le montre les pointillés du schéma ci-dessus (au dessus des valeurs d’option et de quasi-option), plus ou moins floue selon que l’exactitude avec laquelle on peut caractériser les valeurs d’options et de quasi-option (et par conséquent départager les potentialités des RCEA en valeurs d’usage ou de non-usage).  
Les méthodes suivantes ont été utilisées dans l’évaluation de la valeur socio-économique des RCEA de la Martinique :

  • Valeur ajoutée brute pour la mesure de la valeur des activés marchandes (diverses activités de pêche, plongée encadrée, excursion, etc.) et la valeur de la consommation intermédiaire pour la mesure de la valeur des composantes des RCEA utilisées dans le processus de production d’éléments relevant d’un usage induit (aquaculture pour l’essentiel).

  • Valeur de remplacement pour l’estimation de la fonction de protection et régulation des RCEA (protection côtière par exemple).

  • Surplus du consommateur pour l’estimation de la valeur monétaire qu’un individu serait prêt à payer pour pouvoir continuer à pratiquer une activité en lien avec les RCEA dans leur état actuel (questionnaire auprès de 1200 résidents et touristes).

  • Expérimentation sur les choix pour l’estimation du consentement à payer des individus à une amélioration de l’état des RCEA (même échantillon).

  • Estimation budgétaire pour l’estimation des dépenses liées à l’enseignement et à la recherche en relation avec les RCEA

3. Valeur économique totale

  • 18  La valeur d’usage induit n’est  pas mentionnée ici en raison de son estimation nulle.
  • 19  17 M € si l’on ne tient pas compte de la pêche de plaisance.

22La valeur économique et sociale des récifs coralliens et écosystèmes associés de la Martinique est évaluée annuellement à 245 M  €. La valeur d’usage direct, estimée à quelque 142 M €, compose l’essentiel de la VET18. Les activités de nature non extractives, liées au tourisme et aux activités récréatives valent près de 134 M € tandis que celles de nature extractive (les différentes formes de pêche) ne sont évaluées qu’à 8 M € (en raison de la valeur négative affectée à la pêche de plaisance19). La valeur d’usage indirect, associée aux fonctions écologiques des RCEA, représente près de 94 M € (soit 38% de la VET) tandis que celle de non-usage représente moins de 10 M € (soit 4% de la VET ; cf. figure ci-dessous).  

Figure 4 : Répartition de la valeur économique totale

23Les principales valeurs d’usage direct sont celles qui ont trait aux activités récréatives (27% de la valeur d’usage direct) et à l’hébergement des touristes (23%) dont les activités ont un lien avéré avec les RCEA de la Martinique. La valeur générée par la pêche professionnelle apparaît au troisième rang (15%). La pêche de subsistance, qui représente une valeur annuelle de près de 2,5 M  € ne contribue qu’à 1% de la valeur créée mais représente toutefois une activité de premier ordre pour une partie de la population dont les revenus sont modestes. Les matelots sont les premiers à en profiter puisqu’une bonne part de leur rémunération se fait « en nature » pendant la morte saison, ce qui permet de pérenniser les équipages de pêche.

24Parmi toutes les valeurs estimées, celle associée à la protection des côtes est la plus importante puisqu’elle représente 31% de la VET. Les valeurs estimées du surplus du consommateur relatif aux activités récréatives et à l’hébergement et la restauration des touristes dont le séjour en Martinique est lié à la présence des RCEA et leur usage, représentent à elles seules 50% de la VET. La valeur d’usage liée à une activité extractive, la pêche professionnelle, ne compte que pour 6% de la VET. Les quatre valeurs précitées composent près de 88% de la VET totale.

Tableau 1 : Classement des valeurs

25Parmi les neuf catégories de valeurs qui, cumulées, représentent les 12% restant de la VET, celles d’usage indirect associées à l’épuration de l’eau et de non-usage lié à la restauration des RCEA occupent le devant de la scène avec 7,5%.
Globalement, le tourisme contribue à 36% de la création de la VET (soit 90 M €) contre 27% pour les activités des résidents (soit 61 M €). Les services écologiques des RCEA (épuration, production de biomasse, protection des côtes et séquestration carbone), qui ne peuvent être attribués à aucun groupe en particulier, représentent 39% de la VET (95 M €).

Figure 5 : Attribution de la création de la VET

26Les dépenses d’hébergement des touristes liées aux RCEA et le surplus du consommateur estimé pour les activités récréatives forment l’essentiel de la VET affectée aux touristes (respectivement 62% et 27%). La valeur de non-usage qu’ils attribuent à la restauration des RCEA représente un peu moins de 10% de leur VET. Les résidents, de leur côté, composent l’essentiel de leur VET à partir du surplus du consommateur pour les activités récréatives (69%) et dans une moindre mesure des activités de pêche professionnelle (25%).

Tableau 2 : Répartition de la création de valeur entre résidents et touristes

27Au regard de leur contribution à la formation de la VET, les trois écosystèmes affichent une prestation inégale. Les herbiers participent le plus, avec une valeur des services estimée à  107 M € (soit 44% de la VET totale), celle des récifs coralliens suit de peu avec une prestation à presque 100 M € (41%), tandis que celle des mangroves se limite à 38  M € (16%).

Figure 6 : Attribution de la création de la VET à chaque RCEA

28Toutefois, lorsque l’on rapporte la VET totale à la superficie de chacun des trois RCEA (55,87 km2 pour les récifs, 49,74 pour les herbiers et 20,63 pour les mangroves), la répartition change : les mangroves et récifs produisent des services de valeur égale (environ 1,7 M  €/km2, soit 31% de la VET/km2 chacun contre 15 et 41% ci-avant) ; les services issus des herbiers demeurent les plus importants avec une valeur unitaire de 2 M €.

Figure 7 : Attribution de la VET à chaque RCEA en fonction de leur superficie

29Ainsi, de par les services qu’ils produisent, pouvant être directement ou indirectement utilisés par l’homme ou de par leur existence, chaque km2 de chacun des trois écosystèmes a une contribution significative à la formation de la VET. Ce résultat est d’autant plus important que l’objectif initial de la présente étude était de mesurer la valeur économique et sociale des récifs coralliens et de ses écosystèmes associés : en d’autres termes, les récifs devaient être au centre de toutes les attentions tandis que les écosystèmes associés pouvaient se contenter d’un éclairage moins lumineux. Afin d’avoir une vue d’ensemble, le tableau de la page suivante présente les résultats détaillés pour les 14 valeurs étudiées.

Tableau 3 : Présentation synthétique des différentes valeurs estimées (RC : récifs coralliens ; H : herbiers ; M : Mangroves)

4. Desiderata de la population résidente et touristique vis-à-vis de l’amélioration des RCEA et des options de gestion

30Parmi les 9 scénarios proposés aux personnes interrogées, celui le plus respectueux des RCEA était celui pour lequel les activités terrestres sont diminuées de 50% et les activités marines interdites (au moins pour une durée définie).

Tableau 4 : Scénario le plus respectueux des écosystèmes pour les résidents et les touristes

31Ce scénario occupe le 6e rang en termes de consentement à payer (CAP) pour les résidents, le 4e rang pour les touristes et le 5e rang en termes de budget représenté par les CAP des deux populations. Les résidents sont ainsi prêts à payer 12,8 €/ménage/an et les touristes 1,4€/nuit par personne pour ce même scénario (soit 14 €/personne par séjour), ce qui représente un CAP annuel de près de 13 millions d’euros. Les préférences des résidents et des touristes en matière d’amélioration de l’état de santé des RCEA par l’entremise de mesures de gestion peuvent être représentés comme suit :

Tableau 5 : Scénarios préféré s des résidents et des touristes et scénario le plus écologique

  • 20  Selon la théorie économique néoclassique, un agent économique totalement rationnel a pour objectif (...)

32En prenant en compte les préférences des individus en matière de bien-être à travers la satisfaction (utilité économique)20 qu’ils retirent pour chaque niveau d’attribut, on peut ainsi établir une cartographie des attributs. Par comparaison entre les différents niveaux d’attribut et le statu quo, les attributs peuvent être classés selon les préférences des individus :
Pour les activités terrestres (le choix des résidents est assez catégorique. Même s’ils préfèrent une diminution de 20% des activités au statu quo, leur préférence pour une diminution de 50% est plus forte. Contrairement aux touristes qui s’orientent plus favorablement vers une simple diminution de 20% de ces activités, sachant qu’ils préfèrent tout de même une diminution de 50% des activités terrestres à un statu quo.
Pour ce qui est des activités marines, les résidents souhaitent un changement puisqu’ils préconisent une interdiction ou une diminution de 50% des activités à un statu quo, avec un choix plus prononcé pour une diminution de 50% plutôt qu’une interdiction totale des activités professionnelles et récréatives en mer. En revanche, pour les touristes, si leur choix conforte également la diminution de 50% des activités marines, le statu quo est préféré à une interdiction totale.
Enfin, d’un point de vue des coûts, résidents comme touristes souhaitent participer financièrement à l’amélioration des RCEA mais dans une certaines mesure car ces deux populations préfèrent ne rien payer (statu quo) plutôt que de payer le prix le plus fort proposé (50€/ménage/an pour les résidents et 5€/personne/jour pour les touristes). Elles orientent ainsi leurs préférences vers un paiement modéré (20€/ménage/an pour les résidents et 1€/personne/jour pour les touristes) plutôt que le statu quo.

  • 21  Se transformant dans de nombreux cas en engins fantômes, continuant ainsi à piéger les poissons et (...)

33Le scénario « optimal » serait ici celui pour lequel se rejoignent les intérêts économiques, écologiques et sociaux. D’après les constatations faites précédemment, aucun scénario ne satisfait entièrement ces trois intérêts. Le choix du scénario à adopter pour l’avenir va donc devoir être un compromis. A cet égard, l’utilité des touristes et des résidents converge pour ce qui est de la restriction des activités marines dommageables en prônant leur diminution de 50%. Cela ne satisfait pourtant pas aux impératifs écologiques qui requièrent un arrêt complet de toutes les activés de plongée non encadrées, de pêche avec des engins dormants21 posés sur le récif, d’ancrage sauvage des navires de plaisance et enfin de déplacements en jet-ski au dessus des herbiers et des récifs. A tout le moins, ce pourrait être un premier compromis.

34Pour ce qui est des activités terrestres, résidents comme touristes préfèrent un changement au statu quo ; d’un point de vue environnemental le mieux serait une diminution maximale de ces activités, à savoir 50%. Si un tel changement est en accord avec l’utilité des résidents, les touristes, quant à eux, considèrent comme meilleure une diminution plus modeste des activités terrestres (20%). La différence d’utilité entre une diminution de 50% et de 20% est relativement faible (options 4 et 7 dans le précédent tableau), ce qui amène à penser qu’un second compromis, qui consiste à choisir une réduction des activités terrestres de 50%, est envisageable. La mise en œuvre des deux compromis débouche sur la formulation d’une option de gestion qui consiste à diminuer de 50% les activités terrestres et marines. Il convient dès lors d’évaluer, dans un prochain travail, la faisabilité de la mise en place d’une telle option de gestion.

5. Coût de l’inaction politique et politiques de développement durable

  • 22  La couverture récifale ne concerne que les récifs bio-construits. La surface des récifs de roche ( (...)

35La destruction des 617 000 km² de récifs coralliens du globe engendrerait un manque à gagner annuel de 172 milliards de dollars (Laubier, 2003). A l’échelle plus réduite de la Martinique, la disparition de la totalité des récifs coralliens représenterait une perte économique annuelle de l’ordre de 100 M € (cf. ci-avant).
Le suivi réalisé, dans le cadre de l’IFRECOR, depuis 10 ans maintenant sur 4 sites rend compte de la perte de la couverture récifale, qui varie de quelque 20% pour le site Ilet à Rats à 54% pour Fond Boucher. Une telle diminution de la couverture corallienne peut être quantifiée économiquement grâce aux estimations faites dans le cadre de la présente étude :
la valeur d’un km2 de récif bio-construit équivaut à 1,74 M €/an (contre 1,78 M €/an pour l’ensemble des récifs bio-construits et récifs de roche ; cf. ci-avant) ;
la couverture récifale est de 14,75 km2 dispersée sur une surface de 26,75 km2 de récifs bio-construits22, soit un ratio de 0,55.

Tableau 6 : Evolution de la couverture corallienne sur les 4 sites de suivi IFRECOR de la Martinique

  • 23  Correspondant à 1 X 0,55 (rapport de 14,75/26,75).
  • 24  Moyenne des valeurs obtenues au km2 pour chacun des trois RCEA étudiés (soit 1,94 avec 1,78 ; 2,16 (...)

36En considérant, tout d’abord, que les 4 sites sont représentatifs de l’évolution générale des récifs en Martinique ces dernières années et, qu’ensuite, qu’à chaque pourcent en moins de couverture récifale correspond une réduction de la « superficie fonctionnelle » des récifs bio-construits de 0,55%23, on peut en déduire que la diminution annuelle de 9% de la couverture récifale du littoral martiniquais (soit 1,5 km2 de superficie en prenant comme point de départ leur superficie en 2009) correspond à une altération de la valeur économique de l’ordre de 2,4 M €/an. Si une part de la dégradation des récifs est imputable aux manifestations de la nature comme les ouragans et aux changements climatiques comme l’augmentation de la température de l’eau qui conduit au blanchiment des récifs, une autre, bien plus importante est attribuable à l’inaction publique du fait : 1°, du manque de considération politique au niveau régional et départemental ; 2° du laisser-faire qui caractérise l’accès aux espaces littoraux ; et 3° du manque d’intérêt pour la connaissance de leur rôle et fonctions écologiques et économiques. Aussi, ce chiffre doit-il être compris comme le coût de la non-intervention publique en matière de gestion des RCEA martiniquais.
Si l’on étend ce raisonnement à l’ensemble des RCEA étudiés, on peut estimer de chaque km2 de RCEA en moins engendre une perte économique de près de 2 M €24. La dégradation continue d’une bonne partie de la mangrove et des herbiers donne une idée de l’ampleur de la perte économique annuelle (qu’il conviendrait de chiffrer dans un travail ultérieur). Par delà les chiffres, présentés ci-avant pour donner la magnitude du phénomène qui se déroule actuellement sous nos yeux et appeler à la comparaison, ce qu’il faut retenir c’est que si rien n’est fait (ou si peu) c’est n’est pas seulement le tourisme qui en pâtît mais la Martinique toute entière.  

  • 25  INSEE (2010) pour l’année 2006 (derniers chiffres connus).
  • 26  Vision que l’on retrouve dans les conclusions des travaux relatifs à l’application de l’Agenda 21 (...)
  • 27  http://www.etatsgenerauxdeloutremer.fr/

37L’économie des RCEA représente pourtant quelque 250 M €/an soit d’avantage que la valeur ajoutée dégagée par le secteur des transports en Martinique (222 M €) ou l’agriculture (166 M €25). L’investissement politique et économique dans les RCEA est donc porteur de réponses aux questions difficiles de l’emploi et de l’émancipation économique de l’île. Il est donc difficile d’en faire abstraction dans tout plan de développement économique et social. Le Schéma Régional d'Aménagement et de Développement du Territoire (SRADT ou SAR en Martinique), outil majeur permettant la définition d'objectifs communs en matière d'aménagement et de développement du territoire, s’est focalisé sur l’emploi et le développement économique ainsi que sur le rattrapage du retard social vis-à-vis de la Métropole ; l’environnement, littoral et marin plus spécifiquement, y sont absents. Le Schéma Martiniquais de Développement Economique (SMDE) qui vise, depuis son élaboration en 2005, à projeter l’économie de l’île en 2025, corrige cet oubli en proposant de « Mettre en place des outils pour la valorisation encadrée de la biodiversité » (p. 53 du SMDE). Il demeure toutefois dans une vision très simpliste de la nature qui se résume à des ressources naturelles à exploiter ou à protéger au bénéfice de l’homme26. Plus récemment, les États Généraux de l’Outre-mer27, tenus en 2009, ont insisté sur le rôle majeur de la biodiversité et notamment littorale pour le développement économique et la création d’emplois autour des activités de valorisation des écosystèmes (éco-tourisme, éco-labellisation des productions halieutiques, recherche et éducation, pharmacopée, etc.). Focalisés sur la biodiversité, les conclusions des travaux ont occulté les services écologiques des écosystèmes et par là-même un pan entier de leur valeur. Malgré tout, les RCEA devraient recevoir l’attention qu’ils méritent dans le futur.

Conclusion

38Les RCEA représentent une valeur économique et sociale importante estimée chaque année à quelque 250 M €. Ils constituent le socle de l’activité touristique et récréative et d’une partie plus ou moins importance des activités professionnelles comme la pêche. En outre, ils sont responsables de la protection des côtes, de l’épuration des eaux, de la séquestration d’une partie du carbone émis en Martinique et ailleurs et enfin de la production d’une biomasse marine conséquente. Les RCEA procurent ainsi tout à la fois une qualité de vie aux Martiniquais et une assurance de préservation de leur environnement naturel. Aux touristes, ils offrent une biodiversité sous-marine qui fait le ravissement des plongeurs néophytes ou tout simplement des baigneurs, sans compter une beauté des paysages pour le plaisir des randonneurs et excursionnistes. Pour cet ensemble d’usages et de non-usages, les résidents martiniquais et les touristes souhaitent une amélioration de l’état de santé des RCEA par l’instauration de mesures de limitation des activités terrestres (pollutions diverses et empiétement sur la bande littorale) et des activités marines liées à la pêche, la plongée, les déplacements en jet-ski et les ancrages sauvages.

39Les estimations réalisées dans le cadre de la présente étude sont à considérer comme des ordres de grandeurs destinés à nourrir le dialogue stratégique de la conservation et de la valorisation des RCEA martiniquais, d’une part, et les arbitrages budgétaires des orientations de politiques publiques, d’autre part. En ce qui concerne le premier point, le maintien de la biodiversité des RCEA doit se situer dans une perspective évolutionniste où l’on cherche à la fois à conserver l’existant en tant que mémoire du passé et à préserver le potentiel d’évolution future des entités vivantes et des fonctions écosystémiques. Cela consiste à assurer le maintien de la capacité des processus vitaux à se transformer (Blandin, 2009). Il est donc fondamental d’adopter une approche concertée entre tous les acteurs intervenants sur le littoral. Pour ce qui est du second point, les politiques publiques doivent prendre la mesure de la protection des RCEA et encore plus leur valorisation dans une optique qui combine utilitarisme et désintéressement économiques. Les RCEA sont en effet apparus comme des éléments constitutifs de l’identité des populations côtières de la Martinique et, à ce titre, doivent être mis en valeur. Ils sont aussi une formidable source d’emplois et de développement économique et méritent donc plus qu’une attention distraite.  

40Enfin, les pressions actuelles exercées sur les RCEA, notamment la destruction, la fragmentation et l’altération des habitats, ou encore la surexploitation d’espèces de poissons, introduisent la notion de coût de l’inaction publique. Estimé à environ 2 M € par an pour l’ensemble des RCEA, ce coût montre que ne rien faire à un prix : celui de la perte économique, auquel il convient d’ajouter celui de la restauration des écosystèmes endommagés. Aussi la reconnaissance de la VET des RCEA est-elle fondamentale pour l’optimisation des actions publiques. Et cela d’autant plus que les valeurs qui la composent montrent le lien très fort qui tisse les rapports de l’économique et le vivant.  

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Gvt Canada (2010), Détermination de la valeur économique des milieux humides : concepts, méthodes et considérations. Service canadien de la faune, Région de l'Ontario, http://www.on.ec.gc.ca/wildlife/factsheets/fs_wetlands-f.html

Saffache (2009). Aperçu synoptique des dégradations des espaces marins d’outre-mer,  Conférence de l’agence française de développement : Du vert dans l'outre-mer! Enjeux environnementaux et perspectives économiques, Ministère de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi, Paris, 23 Juin 2009.

OMMM (2009), http://www.ommm.org/fr_ecosystemesmm-lesherbiers.asp

Imbert D. et Migeot J. (2009). Impact de l’Ouragan Dean sur les forêts côtières inondables de la Martinique : le cas de la mangrove de Ducos et de la forêt marécageuse du Galion. Rapport DIREN Martinique, 16 p.

Noël, J.-F. (2006). Valeur économique des services écologiques rendus par la biodiversité marine à l’homme. Université Versailles, 12 p.

Blanquet P. (2008). Revue bibliographique : évaluation des biens et services rendus par les écosystèmes coralliens. Direction des études Economiques et de l’Evaluation Environnementale, Ministère de l’écologie, du développement et de l’aménagement durable.

Failler P. (1994). Analyse socio-économique des relations de travail au sein de la pêche artisanale en Martinique, Rapport IFREMER DRV/RH/94, IFREMER, Martinique, 68 p.

Failler P. (2002). Les pêcheries martiniquaises : quelques considérations socio-économiques”, in G. Blanchet et B. Gobert (eds.), La pêche aux Antilles ; un état des lieux, IRD Publication, Paris, p. 141-158.

Barbier, E.B., Acreman, M.C. et Knowler, D. (1997). Évaluation économique des zones humides: Guide à l’usage des décideurs et planificateurs. Bureau de la Convention de Ramsar

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Laubier L. (2003). Changement et vulnérabilité des peuplements marins côtiers. C.R. Geoscience 335 (2003) : 561-568.
DOI : 10.1016/S1631-0713(03)00102-0

Point P. (1998). La place de l’évaluation des biens environnementaux dans la décision publique. Economique Publique : Etudes et Recherches, n° 1 : 13-45

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Failler P. and H. Pan (2007). Global value, full value and societal costs; capturing the true cost of destroying marine ecosystems, Social Information Journal, Vol. 46, n° 1 : 109-134.
DOI : 10.1177/0539018407073660

Haut de page

Notes

1  Le marché libre établit la valeur monétaire des biens et services de la société. Dans le cas des RCEA, aucun marché direct ne permet d'évaluer des services comme la filtration de l’eau, le maintien de la biodiversité, la prévention de l’érosion côtière, les inondations, etc.. Il est cependant de plus en plus admis que ces services naturels ont une valeur économique et que cette valeur doit être prise en compte dans les processus décisionnels (Gvt Canada, 2010).

2  Travail réalisé dans le cadre du plan d’actions 2006-2010 de l’IFRECOR et plus précisément du thème d’intérêt transversal « évaluation socio-économique des récifs » ainsi que dans le cadre du programme de recherche européen ECOST (www.ecostproject.org).

3  « A la fin du XIXe siècle, on comptait 37 espèces différentes de coraux dans la baie de Marin en Martinique, contre 6 aujourd’hui », alerte P. Saffache (2009).

4  Le Schéma de mise en valeur de la mer ou SMVM  est un outil d'aménagement du territoire qui vise à une meilleure intégration et valorisation du littoral dans une démarche globale d'aménagement durable du territoire.

5  Nationale, régionale, départementale et communale.

6  Les formations récifales, notamment du sud, seraient apparues avant la dernière glaciation Würm, soit entre 10 000 et 120 000 ans (Batistini, 1978), comme en témoignent les passes pouvant être interprétées comme d’anciennes vallées fluviales.

7  Association d’espèces formant des ensembles biocénotiques comme les communautés coralliennes.

8  On distingue deux types de communautés coralliennes : la communauté corallienne sur roche (52% de la superficie des communautés coralliennes) caractérisée par un peuplement corallien colonisant un substrat rocheux et la communauté corallienne bio-construite (48%), représentée par un peuplement corallien bio-constructeur, composé d’espèces massives qui assimilent le carbonate de calcium dissous dans l’eau, formant des édifices importants par concrétion.

9  Les mangroves de Martinique ont subi d’importants dégâts lors du passage de l’ouragan Dean en août 2007 (Imbert D. et Migeot J., 2009). L’étude révèle des pertes allant de 13% pour la mangrove de bord de mer, 29% pour la mangrove arbustive, plus de 90% pour la mangrove haute à Rhizophora et 46% pour la mangrove haute à Avicennia.

10  Ouragans, maladies diverses et blanchissement du à l’augmentation de la température de l’eau.

11  Ancres et chaînes de bateau, casier de pêche, plongeurs …

12  Essentiellement liée aux activités agricoles, au défrichage et à la déforestation, et à l’urbanisation croissante

13  Le Loup est une appellation locale pour les récifs à fleur d’eau sur lesquels ont sombré quelques embarcations.

14  Le blanchissement corallien est un phénomène observé lors de périodes de stress, notamment thermique, lors d’une montée anormale de la température des eaux marines de surface. Les polypes de corail expulsent les algues symbiotiques (colorées par les pigments photosynthétiques) qui vivent dans leurs tissus et deviennent blancs. L’activité physiologique des coraux est alors énormément réduite, mais le phénomène est réversible et le corail peut survivre.

15  Notamment une eutrophisation des masses d’eau par l’enrichissement en nitrates et phosphates provenant essentiellement des engrais agricoles et des rejets des stations d’épuration. Les maladies observées sur les coraux ont souvent une origine bactérienne, en particulier des bactéries d’origine humaine provenant d’un mauvais traitement des eaux usées.

16  Lors d’une évaluation économique, les divers avantages environnementaux sont mesurés du point de vue de leur aptitude à fournir des biens et services à l’homme. On peut toutefois considérer que certains écosystèmes de zones marines et côtières, ainsi que la biodiversité qu’ils contiennent, peuvent avoir une valeur propre supérieure à ce qu’ils peuvent apporter pour satisfaire les besoins des hommes : on  parle alors de valeur intrinsèque. Selon ce point de vue, la protection de la biodiversité marine devient plus une question de morale que d’affectation optimale ou même équitable des ressources.

17  Voir Failler 1994 et 2002 pour une présentation des perceptions des pêcheurs martiniquais et les aspirations filiales.

18  La valeur d’usage induit n’est  pas mentionnée ici en raison de son estimation nulle.

19  17 M € si l’on ne tient pas compte de la pêche de plaisance.

20  Selon la théorie économique néoclassique, un agent économique totalement rationnel a pour objectif financier de maximiser son utilité, c'est-à-dire sa " jouissance  " immédiate ou potentielle.  L’utilité  collective  représente l'utilité d'une somme d'individus comme un seul. Son intérêt est de permettre à un décideur public de baser ses actions sur sa maximisation.

21  Se transformant dans de nombreux cas en engins fantômes, continuant ainsi à piéger les poissons et racler, au gré des courants sous-marins, les fonds récifaux.

22  La couverture récifale ne concerne que les récifs bio-construits. La surface des récifs de roche (29,12 km2) n’est donc pas prise en compte dans les calculs.

23  Correspondant à 1 X 0,55 (rapport de 14,75/26,75).

24  Moyenne des valeurs obtenues au km2 pour chacun des trois RCEA étudiés (soit 1,94 avec 1,78 ; 2,16 ; 1,87).

25  INSEE (2010) pour l’année 2006 (derniers chiffres connus).

26  Vision que l’on retrouve dans les conclusions des travaux relatifs à l’application de l’Agenda 21 en Martinique.

27  http://www.etatsgenerauxdeloutremer.fr/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Répartition des biocénoses et biotopes (en km2) entre 0 et 50 m autour de la Martinique
Légende Source : OMMM 2009
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Carte 1 : Localisation des RCEA sur le littoral de la Martinique pour la zone 0-50 m (Source SIG-OMMM 2009).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 1 : Etats de santé des biocénoses marines totales, communautés coralliennes et herbiers en Martinique (d’après la classification des états de santé de Bouchon (2003) ; campagnes d’observation 2007/2008).
Légende N.B. : Aucune donnée chiffrée sur l’état de santé des mangroves n’est disponible pour la région Martinique.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Photo 1 : Communautés coralliennes en bon état de santé (gauche), dégradées (centre) et très dégradées (droite). Crédit photo : © OMMM/C. Péres.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Photo 2 : Développement de maladie chez a) Montastraea annularis – maladie de la bande jaune, b) M. faveolata – « white plague », et c) Colpophyllia natans – maladie de la bande noire. © OMMM/JP Maréchal (a, b) M Fumaroli (c).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Photo 3 : Mangrove de la baie de Fort de France montrant a) l’accumulation de déchets dans la zone marine de la mangrove, b) dans les racines des palétuviers et c) l’assèchement de la mangrove dans laquelle l’eau de mer ne peut plus circuler. Crédit photos : © P. Parfait.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Photo 4 : Herbier de phanérogames (Thalassia testudinum) en bon état de santé (a), dégradé (b) et très dégradé (c). Crédit photo : © OMMM
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 2 : Décomposition de la Valeur économique totale d’après Point (1998) et adapté par Failler et Pan (2007)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 3 : Décomposition de la valeur économique totale des récifs coralliens, mangroves et herbiers ; adapté, modifié et complété de Jacobs (2004)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure 4 : Répartition de la valeur économique totale
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Tableau 1 : Classement des valeurs
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 5 : Attribution de la création de la VET
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Tableau 2 : Répartition de la création de valeur entre résidents et touristes
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 6 : Attribution de la création de la VET à chaque RCEA
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 7 : Attribution de la VET à chaque RCEA en fonction de leur superficie
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Tableau 3 : Présentation synthétique des différentes valeurs estimées (RC : récifs coralliens ; H : herbiers ; M : Mangroves)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Tableau 4 : Scénario le plus respectueux des écosystèmes pour les résidents et les touristes
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Tableau 5 : Scénarios préféré s des résidents et des touristes et scénario le plus écologique
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Tableau 6 : Evolution de la couverture corallienne sur les 4 sites de suivi IFRECOR de la Martinique
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4410/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Failler, Élise Pètre et Jean-Philippe Maréchal, « Valeur économique totale des récifs coralliens, mangroves et herbiers de la Martinique », Études caribéennes [En ligne], 15 | Avril 2010, mis en ligne le 06 avril 2012, consulté le 31 mai 2016. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4410 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4410

Haut de page

Auteurs

Pierre Failler

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George's Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom;pierre.failler@port.ac.uk

Articles du même auteur

Élise Pètre

Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), University of Portsmouth, St. George's Building, 141 High Street, Portsmouth, PO1, 2HY, United Kingdom

Jean-Philippe Maréchal

Observatoire du milieu marin martiniquais (OMMM), 97200 Fort-de-France, Martinique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org