Navigation – Plan du site
Ressources marines : états des lieux, usages et gestion

Urbanisation côtière en Algérie, Processus et impacts sur l’environnement : Le cas de la baie d’Aïn el Turck

Coastal Urbanization in Algeria, Processes and Environment Impacts: The Case of the Bay Aïn el Turck
Ghodbani Tarik et Semmoud Bouziane

Résumés

À quelques kilomètres d’Oran, la zone côtière d’Aïn el Turck connue auparavant pour ses belles plages, a subi depuis quelques décennies une urbanisation incontrôlée touchant essentiellement son domaine public maritime (DPM). Actuellement, sur les parties hautes des plages comme Saint Roch, Paradis, Bouisseville ou Trouville s’alignent des villas de un à deux étages, des garages à bateaux et de grands hôtels. L’empiètement sur ces espaces pourtant protégés par plusieurs lois a participé à l’érosion de la bande sableuse et à la régression de l’activité touristique balnéaire. Une situation qui reflète une nette difficulté dans la gestion et la protection de cet espace convoité et fragile.
Notre étude de la zone côtière d’Aïn el Turck va aborder quatre points : la relation entre la « bétonisation » du rivage et le changement du trait de côte, l’évolution de l’urbanisation et les stratégies d’occupations, les types de concurrence qui existent entre différents usagers sur l’appropriation du foncier littoral et enfin, les difficultés éprouvées dans la protection du domaine public maritime par les services gestionnaires.
La méthode du travail est basée essentiellement sur deux approches : la première est la comparaison entre plusieurs photos aériennes, à différentes dates, pour l’identification des changements naturels affectant le rivage en relation avec l’évolution de l’urbanisation de la côte. La seconde est la réalisation d’entretiens avec les principaux acteurs du territoire et l’analyse des discours formulés par les différents groupes d’intérêts, souvent en situation de conflit.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Jusqu’aux années 1980, l’urbanisation du littoral algérien se limitait à l’extension des villes côtières existantes et à l’émergence de rares nouveaux organismes urbains. Depuis, des espaces littoraux, occupés initialement par quelques résidences estivales ou secondaires, accueillent de nombreux projets immobiliers et touristiques, réalisés dans la perspective du désengorgement des villes, souvent les plus importantes du pays. Celles-ci dirigent le trop plein urbain et projettent ses extensions dans les espaces littoraux proches tels que Rachgoun, Stidia, Oure’ah, Sidi Oucha’ et « Aïn el Turck, etc., en Oranie. La question de l’environnement n’y est pas prioritaire ; la “bétonisation” du littoral affecte fortement de grandes zones de plages malgré les dispositions juridiques relatives à la protection du Domaine Public Maritime (DPM).

Figure 1. Localisation d’Aïn el Turck dans l’ouest algérien

Figure 1. Localisation d’Aïn el Turck dans l’ouest algérien

2Outre la dégradation de l’environnement, l’urbanisation du littoral donne naissance à des rapports conflictuels entre différents usagers. Les tensions ont pour objet l’appropriation du foncier littoral et suscitent l’adoption, à l’échelle de l’individu ou du groupe, de stratégies diverses et de pratiques souvent à la limite de la légalité. Celles-ci façonnent l’espace littoral et modifient profondément la perception des habitants et usagers, de leur propre cadre de vie.
Si les littoraux marocains ont fait très tôt l’objet de nombreux travaux dans la lignée de ceux de Paskoff (1999), l’Algérie s’ouvre progressivement à ce champ malgré le cloisonnement disciplinaire. Les questions environnementales occupent une place grandissante dans l’analyse de l’espace (T. Ghodbani, 2009).

3Située à une quinzaine de kilomètres d’Oran, la baie d’Aïn el Turck fait désormais partie de la petite aire métropolitaine en formation que celle-ci anime et qui compte plus de 1,2 million d’habitants. C’est ainsi une zone d’autant plus convoitée et conflictuelle que le site présente des qualités naturelles indéniables. Le rythme accéléré de son urbanisation et des contraintes liées à des difficultés d’application des lois d’urbanisme et d’aménagement du territoire entravent la protection de son rivage. C’est un exemple d’échec en matière d’aménagement de zones naturellement sensibles, susceptible de servir d’expérience pour la protection future des zones côtières en urbanisation accélérée.

4Cet article aborde quatre points essentiels : la relation entre la “bétonisation” du rivage et le changement du trait de côte, l’évolution de l’urbanisation et les stratégies d’occupation du sol, les concurrences qui opposent différents usagers pour l’appropriation du foncier littoral et enfin, les difficultés éprouvées par les services publics à assurer la protection du littoral. Deux approches sont privilégiées. D’un côté, la comparaison de plusieurs photos et documents cartographiques couvrant le site à différentes dates et des observations de terrain permettent de prendre la mesure des interactions de l’évolution de l’urbanisation avec le changement du paysage côtier. De l’autre, les entretiens menés avec les principaux acteurs du territoire (habitants, estivants, services techniques de l’urbanisme, direction du tourisme, subdivision maritime et agences immobilières) donnent un aperçu des stratégies d’occupation du rivage et des enjeux que couvre l’appropriation du foncier littoral.

1. Aïn el Turck, une côte largement ouverte aux influences maritimes 

  • 1 En l’absence d’études, l’observation continue des accumulations de matériaux de part et d’autre des (...)

5La baie d’Aïn el Turck s’ouvre sur une longueur de 8 km environ, entre Cap Falcon au nord-ouest et la pointe de Saint Roch au sud-est. Le contact entre mer et terre est assuré par une ligne discontinue de plages sableuses, peu profondes, couvrant un substratum rocheux, au pied de modestes talus qui ne s’élèvent guère au-dessus de 15 mètres. Ces talus forment la bordure d’une grande carapace sablo calcaire, plus ou moins encroûtée qui couvre un plateau qui s’étire au sud jusqu’aux formations schisteuses du versant nord du Djebel Murdjadjo
La partie marine présente des profondeurs moyennes et l’isobathe -10 est à 500 mètres du rivage. La topographie sous marine s’incline assez régulièrement jusqu’à l’isobathe -50 mètres. Le plateau continental plonge ensuite dans les abysses qui creusent une importante vallée sous marine. La baie est très exposée aux influences marines du nord-ouest, lesquelles se manifestent par de fortes houles qui peuvent atteindre deux mètres d’amplitude. Les vents soufflent dans la même direction que les houles, à des vitesses variant parfois entre 18 et 22 nœuds. La courantologie est marquée par un passage alterné de deux dérives littorales. La première est imposante, de direction sud-est nord-ouest ; la seconde, de faible importance, court en sens opposé1. La partie terrestre de la zone littorale est encadrée par deux massifs montagneux, le Djebel Murdjadjo au sud et le Djebel Santon à l’est. Vers l’ouest s’étale un ensemble dunaire au milieu duquel la vaste plaine de Bousfer — les Andalouses est occupée, pour l’essentiel, par des casernes militaires. Le Djebel Murdjadjo ne culmine qu’entre 500 et 565 mètres, mais n’en constitue pas moins une barrière physique qui sépare la plaine de Bousfer de celle d’Oran.

6L’occupation de cette baie est relativement récente, elle s’est traduite par la construction de nombreuses cités résidentielles, de centres de vacances et d’hôtels, privilégiant les parties proches de la mer. Historiquement, mis à part quelques habitations d’agriculteurs, l’urbanisation d’Aïn el Turck a été amorcée par le décret colonial de 1850 portant sur la création du centre. Suivirent Trouville en 1900, Bouisseville en 1905, et Saint Roch sur mer en 1912. L’ensemble de ces centres regroupait 1 374 habitants en 1911. La plus grande phase d’extension du tissu urbain a réellement commencé à partir des années 1980. L’extension s’est fait de manière linéaire du centre d’Aïn el Turck en direction de St Roch, puis de Cap Falcon. Cet étalement urbain bidirectionnel s’explique en partie par les contraintes physiques, agricoles et militaires du site qui entravent toute extension de la ville vers le sud. Selon le recensement de 2008, l’agglomération d’Aïn el Turck compte 40 000 habitants et 5 550 logements (Office National des Statistiques).

Figure 2. La zone côtière d’Aïn el Turck, entités naturelles

Figure 2. La zone côtière d’Aïn el Turck, entités naturelles

2. Un rivage fragilisé par l’urbanisation

7L’étude de l’impact de l’urbanisation sur l’évolution du rivage s’est heurtée à la difficulté d’acquisition de couvertures aériennes ou satellitaires de haute résolution. Aussi le choix a été fait d’utiliser des images obliques de différentes dates. La plage de Saint-Roch sert de zone test grâce à des images datant des années 1940, 1960, 2004 et 2009. Leur comparaison donne à voir un recul du trait de côte d’environ 20 mètres sur une période de 70 ans (Photographies 1 et 2). L’érosion très sensible de l’estran qui s’est déroulée simultanément avec l’urbanisation qui affecte sous des formes diverses (habitat traditionnel, villa, cabanon, hôtel), la partie haute de la plage. Ces changements du paysage littoral ne sont pas propres à Saint-Roch, ils sont observés sur les autres plages. “Bétonisation” marquée de la plupart des plages de la baie et avancée de la mer sont simultanées. Cependant, dans d’autres secteurs, là où le rivage est rocheux, le trait de côte est resté stable, mais la couverture sableuse autrefois épaisse est décapée dans sa quasi-totalité (Photographie 3).

Figure 3. La position des bornes DPM entre 1912 et 2004 et état du bâti à Aïn el Turck

Figure 3. La position des bornes DPM entre 1912 et 2004 et état du bâti à Aïn el Turck
  • 2 Le DPM, selon la loi algérienne, est un espace composé de trois parties : une zone marine qui varie (...)

8Devant l’aggravation de l’érosion et la menace de danger qui pèse sur les maisons de plages, et dans le but de mesurer plus largement les changements affectant le rivage d’Aïn el Turck, les services de la subdivision maritime de la wilaya d’Oran ont entamé en 2004 un travail de définition de nouvelles limites du DPM2. Ces limites avaient été matérialisées pour la première fois en 1912 pour l’ensemble de la zone littorale de la commune. Depuis, aucune révision n’a été effectuée. L’opération a consisté, avec la collaboration de plusieurs acteurs, à dresser de nouveaux plans de bornage. La comparaison des deux limites (1912 et 2004) pour les trois plages les plus confrontées aux contraintes de l’urbanisation (Bouisseville, Trouville et Saint-Roch) souligne vigoureusement le recul du trait de côte, dans la mesure où la nouvelle limite DPM indique l’élargissement de la zone couverte par les plus hauts flots (figure 3). Nombre de maisons se trouvent ainsi dans le champ d’action des vagues. Cette évolution est plus marquée sur les plages de Trouville et de Saint-Roch qu’à Bouisseville. Leur position coïncide avec la zone de démarrage de la dérive principale ; elles reçoivent ainsi une charge sédimentaire peu importante. Les risques d’inondation y sont amplifiés, comme l’effondrement des constructions déjà fragilisées par l’humidité et la salinité de la mer. Durant l’année 2009, sur les 106 maisons recensées sur les trois plages, 52 sont dans un état de vétusté très avancée.

9Cette érosion tient principalement au blocage des échanges transversaux entre les différentes parties du rivage, engendré par l’urbanisation intense et entière des plages. De plus, l’occupation des dunes bordières de Cap Falcon par les récents aménagements touristiques prive la côte d’une appréciable source de matériaux. Cette interruption de l’alimentation sédimentaire des plages n’est pas propre à la zone terrestre, elle affecte également la zone marine. Les ouvrages de défense réalisés dans le but de casser la force des vagues perturbent le transit des matériaux entre les différents segments de la baie. Les épis bloquent la mobilité latérale des sédiments sur toute la longueur de l’avant-côte. Il en est ainsi de part et d’autre des quatre épis construits sur les plages de Bouisseville et de Saint-Roch. Ici, malgré le léger engraissement constaté à l’est des épis, dans le sens de la dérive, les plages subissent un démaigrissement accéléré.
La baie d’Aïn el Turck a connu plusieurs raz-de-marée au cours des dernières décennies, causant, selon les documents d’archives (cf. tableau 1) et le témoignage d’anciens habitants, la dénudation d’une importante partie de la bande sableuse et parfois même la démolition de quelques maisons. La régénération de la bande sableuse, fragilisée par l’intervention humaine s’en trouve constamment mise en cause.

  • 3 Durant la saison estivale, entre mai et août, des stations de pompage sont activées pour le relevag (...)
  • 4 Les résultats relatifs à la disparition de la posidonie sont issus essentiellement des observations (...)

10Une très forte pollution affecte la côte d’Aïn el Turck, due en grande partie au rejet direct dans la mer de plus de 3500 m³/j d’eaux usées non traitées3. Elle contribue ainsi à la destruction des peuplements de la Posidonia ocianica de l’étage infra littoral4. Cet herbier, auparavant très répandu sur l’avant côte d’Aïn el Turck (Santa et al., 1960) est, selon le témoignage d’anciens pêcheurs de la région, de plus en plus rare. La posidonie est une espèce très sensible à la pollution marine, elle joue un rôle primordial dans le piégeage des sédiments en transit et participe à la formation de récifs-barrières, lesquels, peuvent limiter d’une manière significative l’action érosive des vagues.

Photographie 1. La plage Saint-Roch dans les années 1940 : premières maisons en retrait du trait de côte. Cliché : Archive de la commune d’Aïn el Turck

Photographie 2. La plage Saint-Roch au printemps 2004 : densification des constructions, érosion de l’estran et recul du trait de côte

Photographie 2. La plage Saint-Roch au printemps 2004 : densification des constructions, érosion de l’estran et recul du trait de côte

Source : Anonyme, 2004

Photographie 3. Érosion de l’estran à Trouville et affleurement du substratum

Photographie 3. Érosion de l’estran à Trouville et affleurement du substratum

Photographie 4 : État vétuste des maisons de plage à Bouisseville

Photographie 4 : État vétuste des maisons de plage à Bouisseville

Source : Ghodbani et Semmoud

Tableau 1. Historique des tempêtes sur le littoral d’Oran

Jours

Mois

Années

Direction

(vents, houles)

Période

entre tempêtes

8-10

1

20

6

28

3

26-27

18-19

5-6

11-12

21-22

10-11

Février

Février

Novembre

Février

Janvier

Février

Février

Février

Janvier

Décembre

Décembre

Novembre

1886

1894

1900

1922

1928

1934

1936

1943

1965

1967

1980

2001

N.N.O

N.N.E

N.N.O

N.N.O

N.N.O

N.N.E

N.N.E

N.N.O

N.NO

N.N.E

N.NE

N.NE

N.NE

N.N.O

8 ans

6 ans

22 ans

6 ans

6 ans

2 ans

7 ans

22 ans

2 ans

13 ans

21 ans

Source : LEM, (1980) actualisée par les auteurs

3. Une gestion difficile de l’espace côtier

11La gestion de l’urbanisation du rivage s’avère complexe. Le changement de limite DPM en 2004 a en effet placé en position d’illégalité un certain nombre de maisons, initialement implantées en parfaite conformité avec le tracé de 1912. Des extensions récentes se sont faites sans permis de construire. Sur les principales plages d’Aïn el Turck, il est fréquent que ne soit pas respectée la distance de retrait des constructions par rapport au trait de côte et nombre de maisons empiètent totalement ou partiellement sur la bande DPM. Cette occupation est, au regard des textes juridiques en vigueur, illégale et contribue à la fragilité de l’écosystème côtier.

12En Algérie, les espaces en contact avec la mer sont réglementés, à la fois, par la loi littorale (02-02) du 5 février 2002, la loi d’urbanisme et d’aménagement du territoire (90-29) du 1er décembre 1990 et la loi domaniale (91-454) du 23 novembre 1991. Cette législation interdit l’urbanisation sur une bande de territoire de cent mètres de largeur, à partir du rivage et de trois cents mètres, en cas de fragilité de l’écosystème littoral. La largeur est calculée horizontalement à partir du point des plus hautes eaux, normalement matérialisé par des bornes. Ces bornes représentent en même temps la limite terrestre du DPM. Des constructions ou des activités nécessitant la proximité immédiate de l’eau peuvent toutefois être autorisées. Les restrictions énoncées par ces instruments juridiques devraient normalement assurer une occupation équilibrée et maîtrisée du rivage. Cependant, les dépassements constatés sur les plages d’Aïn el Turck, montrent l’inverse. Les difficultés d’application de ces outils posent la question des stratégies d’acteurs locaux en matière d’appropriation du rivage. Certes les dépassements peuvent tenir au décalage temporel entre l’urbanisation ancienne de la baie et l’apparition relativement récente des outils d’aménagement et de protection. Ils peuvent également relever de la faiblesse ou l’absence de la culture maritime imputée à la réappropriation de la ville, après l’indépendance en 1962, par les Algériens venus pour l’essentiel des zones intérieures. Ils s’expliquent toutefois principalement par les pratiques mises en œuvre à l’échelle locale.

3.1. Les pratiques mises en œuvre  

  • 5 El Horma désigne en arabe, l’honneur et l’intimité familiale.

13La densification urbaine des plages s’opère selon deux modalités : l’occupation des interstices entre les maisons et l’intégration aux maisons, des espaces situés entre les portes d’entrée et l’estran de sable, transformés en terrasses entourées de clôtures en béton. Ces extensions se sont souvent longtemps faites sur simple délivrance d’une autorisation par les services de voirie et sans exigence du permis de construire délivré par les services techniques de la commune à la suite d’une procédure complexe. Considérée comme illégale, cette pratique a longtemps relevé d’une entente tacite entre les habitants bénéficiaires de l’autorisation et les agents techniques du service de l’urbanisme de la commune. Les habitants concernés la justifient soit par la « horma »5, soit par la nécessité se protéger de l’avancée de la mer. Les propriétaires souhaitent éliminer le passage ou le va-et-vient devant les portes d’entrée et les fenêtres de leurs maisons, car ils perçoivent le mouvement des estivants comme un acte de violation de l’intimité familiale. Par ailleurs, la construction d’avancées en béton est justifiée par l’érosion avancée de l’estran et par la nécessité de se protéger d’éventuelles inondations provoquées par les hautes vagues hivernales. L’accès à la plage en tant qu’espace public devient difficile, la disparition progressive des interstices et les avancées des habitations contraignant pénétration et circulation. Dans de nombreux cas, cette pratique dissimule mal le dessein d’extension des assiettes foncières des maisons, en vue d’une extension susceptible d’être destinée à la location lors de la saison estivale. Peu de maisons ont gardé leur forme originelle.

14D’autres stratégies plutôt de nature familiale sont décelées. Ainsi les marins pêcheurs obtiennent des autorisations de construction de garages pour bateaux. Ces abris se transforment ensuite parfois en logement pour les familles de pêcheurs. Des groupes sociaux défavorisés creusent des cavités dans les falaises calcaires les entourent d’enclos avec des matériaux de fortune. Ces grottes de fortunes cavité sont ensuite transformées en habitations. Les pratiques de contournement, spéculatives ou nécessitées par la marginalisation à l’égard du marché immobilier, se généralisent à de nombreux rivages, en particulier à proximité des grandes villes.

15L’urbanisation des plages se fait également par l’implantation d’établissements touristiques. Aïn el Turck a reçu ainsi de grands hôtels et un certain nombre de complexes touristiques dans le cadre du plan de relance économique, à partir de la fin des années 1990. Ce plan national encourage le développement du secteur touristique, accordant aux promoteurs, aides financières et facilités foncières importantes. Profitant de l’article n° 18 de la loi littorale et de l’article n° 45 de la loi de l’aménagement et de l’urbanisme qui autorisent les constructions nécessitant la proximité de la mer, les promoteurs implantent leurs hôtels sur le rivage, « les pieds dans l’eau ». L’intégration de parties de ces établissements dans le DPM n’entraîne, selon la réglementation en vigueur, que le paiement d’une faible redevance au service des domaines.

3.2. Conflits d’usages et conséquences sur les perceptions de l’espace 

16Dans ce contexte d’urbanisation non maîtrisée et de concurrence pour l’appropriation du foncier littoral, la gestion des parties proches de la mer est plus complexe que jamais. Elle l’est d’autant plus que les conflits de mitoyenneté entre occupants se multiplient et que les Plans d’Occupation des Sols (POS) des plages font l’objet de désaccords entre les différents gestionnaires.
L’« anarchie » architecturale qui a marqué les deux dernières décennies a conduit à un désalignement des constructions et à l’hétérogénéité des hauteurs des habitations, suscitant des désaccords entre les habitants. Entre ceux qui désirent garder la forme et la surface d’origine des maisons et ceux qui les transforment ou souhaitent le faire. Ces mésententes, de plus en plus fréquentes, sont difficiles à gérer par les autorités locales et ont des conséquences négatives sur la cohésion sociale, compromettant ainsi d’éventuelles actions collectives pour la protection du rivage.

17Les solutions susceptibles d’assainir la situation sur les rivages opposent les différentes directions (tourisme, urbanisme, subdivision maritime) aux collectivités locales. Ces divergences sur le devenir des plages n’ont pas permis l’approbation des trois POS couvrant une grande partie de la baie. Au regard de la situation de risque et d’illégalité qui règne sur la zone du rivage, les deux bureaux d’études chargés des POS ont proposé, en 2002, la démolition de toutes les constructions des plages ainsi que l’aménagement d’une route de corniche, à l’arrière côte, qui court sur toute la façade maritime de la baie, de la pointe St Roch au Cap Falcon. La récupération des plages devra s’accompagner d’un plan de mise en valeur touristique pour toute la ville d’Aïn el Turck. L’option d’aménagement proposée dans le cadre des POS épouse les orientations du Plan Directeur d’Aménagement urbain (PDAU) de la commune d’Aïn el Turck et du Plan d’Aménagement de la Wilaya d’Oran (PAW). Ce dernier projette la promotion de la zone côtière d’Aïn el Turck en pôle touristique régional. Défendue par les différents services administratifs et en particulier par la direction du tourisme, cette option d’aménagement s’annonce toutefois très difficile et compliquée. En effet, l’absence de moyens financiers et d’un portefeuille foncier pour l’indemnisation et le relogement des habitants de plages, d’un plan d’expropriation étudié et d’une stratégie de protection et de contrôle du DPM représentent des obstacles insurmontables à sa mise en œuvre. Ces contraintes sont à l’origine des réticences des élus de l’Assemblée Populaire Communale d’Aïn el Turck vis-à-vis de l’instrument du POS qui reste loin de la réalité du terrain et décalé par rapport aux enjeux sociaux et électoraux. La non-approbation des POS est une stratégie qui permet, entre autres, d’éviter les affrontements avec la population locale.

18La gestion difficile, les conflits d’usages et la dégradation de l’environnement côtier ont des conséquences négatives sur la réputation d’Aïn el Turck en tant que station balnéaire à rayonnement national. Le prix de l’immobilier et de la location des maisons régresse paradoxalement en fonction de la proximité de la plage, le coût de location d’une maison à 100 m du trait de côte étant trois fois plus élevé que pour une maison qui en très proche. Une grande majorité de familles oranaises et d’estivants habitués aux plages d’Aïn el Turck leur préfèrent désormais d’autres côtes plus propres et moins urbanisées.

Conclusion

19La zone littorale d’Aïn el Turck est un exemple d’espace convoité au cœur de multiples conflits. Sa dégradation résulte essentiellement de l’urbanisation incontrôlée des plages et de l’érosion de la bande sableuse. L’intégration du rivage dans le domaine public maritime devait assurer une protection efficace contre toute action anthropique pouvant perturber son équilibre naturel. Mais l’absence d’instruments efficaces, l’inefficacité de l’autorité des pouvoirs publics dans le contrôle de l’urbanisation et les conflits d’usages ont conduit à une urbanisation non maîtrisée du rivage qui a altéré l’image de cette zone côtière. La récupération des plages, par la démolition des constructions dans le cadre d’une mise en valeur touristique de la baie paraît peu réaliste. Le refus des élus locaux d’approuver le POS se justifie par l’absence d’une vision globale d’indemnisation et l’inexistence d’un potentiel foncier susceptible de compenser les expropriations. Aussi les orientations des outils régionaux d’aménagement qui préconisent de faire de la baie d’Aïn el Turck un pôle touristique national sont mises en échec. La poursuite des modalités actuelles d’occupation ne peut en revanche qu’aggraver la fragilité des équilibres dynamiques. Un compromis entre une option « aménagiste » radicale et le maintien d’un statuquo peu favorable au développement durable, mais reflétant la situation sociale ne peut se réaliser que dans le contexte d’une véritable stratégie de gestion intégrée de zone côtière qui reste à mettre en œuvre en Algérie.

Haut de page

Bibliographie

Agence Nationale d’Aménagement du Territoire (ANAT) (1994). Plan d’aménagement de la zone ouest de la wilaya d’Oran (PAW) – Sous-système d’Aïn el Turck

Boudjellal, L. (2006). La Zone d’Expansion Touristique (ZET) du Cap Falcon et ses impacts (littoral d’Aïn el Turck, wilaya d’Oran), Mémoire d’ingénieur en géographie et aménagement urbain, Université d’Oran Es-senia

Côte, M. et M. Joannon (1999). « Les disparités spatiales en Méditerranée sud et est », Méditerranée, 91(1-2) : 5-12.

Direction des travaux publics maritimes (DTP) de la wilaya d’Oran (1974). Plans de délimitation du Domaine Public Maritime sur les plages d’Aïn el Turck, échelle 1/2000ème, selon relevés de terrain novembre 1912 remis à jour en décembre 1974.

Direction des travaux publics maritimes (DTP) de la wilaya d’Oran (2006). Plans de délimitation du Domaine Public Maritime d’Aïn el Turck échelle 1/2 500ème, selon relevés de terrain novembre 2002.

Ghodbani, T. (2009). Environnement et littoralisation de l’Ouest algérien, thèse de doctorat en géographie, Université d’Oran et Université de Paris 8

Institut National de Cartographie (INC) (1988). Carte topographique d’Oran nouvelle édition, 1/500 000, 1/50 000 et 1/25 000 ème.

Journal Officiel de la République Algérienne (1990). Loi n° 90-29 relative à l’Aménagement et l’urbanisme et loi n° 90-30 du 1er décembre 1990 portant loi domaniale, n° 52.

Journal Officiel de la République Algérienne (2002). Loi n° 02-02 du 5 février 2002 relative à la protection et à la valorisation du littoral, n° 10.

Journal Officiel de la République Algérienne (2003). Loi n° 03-02 du 17 février 2003 fixant les règles générales d’utilisation et d’exploitation touristiques des plages, n° 11

Laboratoire des Etudes Maritimes (LEM) (1980). Analyse de la stabilité de la jetée du large, port d’Oran : 8-10

Ministère des Travaux Publics, Direction des Infrastructures Maritimes (2004). Guide du Domaine Public Maritime, Manuel de gestion, Ministère des travaux publics

Paskoff, R. (1999). Les littoraux, Impact des aménagements sur leur évolution, Paris, Masson

Ramade, F. et M. Batisse (1990). Conservation des écosystèmes méditerranéens, enjeux et perspectives, Les fascicules du plan bleu n° 3, Paris, Economica.

Rives nord-méditerranéennes (2003). Urbanisation et environnement sur les littoraux nord-méditerranéennes, n° 15, Publication de l’Unité mixte de recherche Telemme, Université de Provence (Aix Marseille 1)

Santa et al. (1960). La carte de végétation de l’Algérie : Mostaganem et Oran, 1/80 000ème.

Semmoud, B. (dir.) (2009). Mers détroits et littoraux : Charnières ou frontières des territoires ?, Paris, L’Harmattan

URBOR (Bureau d’étude et d’urbanisme d’Oran) (1995). Plan d’Urbanisme Directeur de la commune d’Aïn el Turck — Phase I, II et III

Haut de page

Notes

1 En l’absence d’études, l’observation continue des accumulations de matériaux de part et d’autre des épis, répartis dans la baie, a permis de définir le sens et l’ampleur des courants de dérives.

2 Le DPM, selon la loi algérienne, est un espace composé de trois parties : une zone marine qui varie d’un endroit à l’autre, selon les limites du plateau continental une zone de contact qui correspond au rivage couvert durant les plus hauts flots et enfin, une zone terrestre servant de lais et relais qui ne dépassent pas les 20 mètres en général.

3 Durant la saison estivale, entre mai et août, des stations de pompage sont activées pour le relevage d’une partie des eaux usées vers des bassins de décantation loin des plages. Cela ne peut compenser l’absence de stratégie globale de traitement définitif des rejets (Ghodbani, 2009).

4 Les résultats relatifs à la disparition de la posidonie sont issus essentiellement des observations recueillies auprès des habitants et pêcheurs locaux. Une étude scientifique reste à mener pour préciser la relation entre la pollution et l’ampleur de la régression de cet herbier.

5 El Horma désigne en arabe, l’honneur et l’intimité familiale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation d’Aïn el Turck dans l’ouest algérien
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 2. La zone côtière d’Aïn el Turck, entités naturelles
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 3. La position des bornes DPM entre 1912 et 2004 et état du bâti à Aïn el Turck
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4431/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4431/img-6.png
Fichier image/png, 559k
Titre Photographie 2. La plage Saint-Roch au printemps 2004 : densification des constructions, érosion de l’estran et recul du trait de côte
Crédits Source : Anonyme, 2004
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4431/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Photographie 3. Érosion de l’estran à Trouville et affleurement du substratum
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4431/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photographie 4 : État vétuste des maisons de plage à Bouisseville
Crédits Source : Ghodbani et Semmoud
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4431/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghodbani Tarik et Semmoud Bouziane, « Urbanisation côtière en Algérie, Processus et impacts sur l’environnement : Le cas de la baie d’Aïn el Turck », Études caribéennes [En ligne], 15 | Avril 2010, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4431 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4431

Haut de page

Auteurs

Ghodbani Tarik

Département de géographie et aménagement du territoire, Université d’Oran Es-Senia, Algérie, Maître de Conférences en géographie, ghodbani_tarik@yahoo.fr

Semmoud Bouziane

UFR géographie et environnement, Université de Paris 8 Vincennes St Denis, France, Professeur des Universités

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org