Navigation – Plan du site
Editorial

De la connaissance des milieux marins à la gestion raisonnée des ressources

From the Knowledge of Marine Environments to the Management of Marine Resources
Dominique Augier et Patrick Watson

Résumés

Dans le cadre de cet article introductif au dossier thématique sur les ressources marines, les auteurs rappellent les enjeux liés aux usages et types de consommation, à leurs modalités de protection et systèmes de gouvernance. Ils rappellent leur importance environnementale, sociale, mais aussi économique pour bon nombre de pays et de communautés côtières. Ils mettent l’accent sur les actions déjà mises en œuvre et sur la nécessité d’approfondir les connaissances dans ce domaine.

Haut de page

Texte intégral

Source : O. Dehoorne

1Ce numéro d’Études Caribéennes dédié aux ressources marines, à leur mode de gestion et de protection, s’inscrit dans la lignée des réflexions menées depuis le début des années 2000 sur l’environnement marin mondial. Ainsi, la signature de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer en 2001, la journée mondiale de l’environnement organisée à Barcelone en 2004, intitulée « Avis de recherche ! Mers et océans : morts ou vivants ? », ou plus récemment le Grenelle de la Mer initiée en 2009 en France, reflètent la prise de conscience des instances internationales, régionales et nationales de ne « plus considérer les mers et océans de la planète ni comme des décharges publiques, ni comme des réserves sans fond » (Annan, 2004 : 1) et leur engagement à agir pour une meilleure connaissance et sauvegarde des milieux marins.
L’objectif de ce numéro est de présenter un état des lieux de la gestion des ressources marines dans la Caraïbe et d’apporter un regard plus large sur les problématiques liées aux espaces littoraux et marins avec des expériences conduites à travers le monde. Les travaux ici réunis émanent d’auteurs de disciplines différentes (géographie, économie, biologie marine) et proposent un tableau non exhaustif des champs d’études sur les ressources marines.
Pour ouvrir cette réflexion, il convient de présenter un premier cadrage sur les enjeux liés au patrimoine marin et de proposer un état des ressources bibliographiques disponibles à ce jour dans la Caraïbe.

1. L’océan, un patrimoine naturel en péril ?

  • 1 Ceux-ci comprennent les services d’approvisionnement tels que la nourriture et l’eau, les services (...)

2Les mers et les océans couvrent 70 % de la superficie de la Terre et abritent des écosystèmes — récifs coralliens, mangroves, herbiers marins — parmi les plus riches du monde en termes de diversité faunistique et floristique. Ils demeurent dans une large mesure un mystère : 60 % de la superficie de la planète sont couverts par des océans d’une profondeur de plus de 1 500 mètres, dont la vaste majorité demeure encore méconnue. Pourtant, ils sont étroitement liés au développement de nombreux territoires, notamment insulaires et au bien-être de leur population. L’UNESCO estime qu’au niveau mondial plus de 500 millions de personnes — dont 30 millions parmi les plus pauvres du monde — dépendent directement des récifs coralliens pour leur subsistance, la protection des côtes, les ressources halieutiques et le tourisme (UNEP, 2004). Selon une estimation de Constanza, d’Arge et al. (1997) qui introduit le concept de services écosystémiques1, il estime que les récifs coralliens fourniraient des services (pêche, activités touristiques, protection des littoraux, etc.) d’une valeur d’environ 375 milliards de dollars américains chaque année.

3Or, cette ressource fragile et limitée subit de nombreuses agressions, principalement d’origine anthropique. Les activités humaines infligent aujourd’hui aux écosystèmes marins un stress sans précédent. Le tourisme de croisière, le tourisme balnéaire et leurs infrastructures associées (hôtels, ports, marinas, etc.), le développement de l’urbanisation côtière, les rejets urbains, agricoles et industriels, la surexploitation et l’extraction des ressources minières ont non seulement des répercussions sur la biodiversité globale (dégradation des habitats marins, amenuisement des ressources marines), mais sont susceptibles d’induire de véritables mutations économiques et en définitive de profondes perturbations dans les sociétés locales (Bryant, Burke et al., 1998). Par exemple, plus de 70 % des zones de pêche dans le monde sont aujourd’hui exploitées au maximum des seuils de renouvellement de la ressource, et même au-delà. Cette surpêche a une conséquence directe sur les communautés locales pratiquant une pêche artisanale qui voient leurs moyens de subsistance de plus en plus limités sous l’effet des activités des flottes commerciales illégales, non réglementées ou subventionnées. Sans oublier le réchauffement climatique, un phénomène d’augmentation des températures de l’atmosphère et des océans (IPCC, 2001 ; Le Treut, 2009 ; Fellous et Gautier, 2007) qui menace de détruire la majorité des récifs coralliens du monde (ces derniers ne pouvant se développer que dans une eau comprise entre 25 et 30 °C), d’affaiblir les économies déjà vulnérables des Petits États insulaires en Développement (PIED) et d’affecter les vies de milliards d’individus qui vivent sur les littoraux à cause du risque de montée du niveau des eaux (UNEP, 2004).

4C’est là, la vision d’un écosystème en crise à l’échelle mondiale ; la Mer des Caraïbes n’échappe pas à ce constat préoccupant. S’étendant sur plus de 3 millions de km2, elle possède environ 20 000 km2 de coraux (Spalding, Ravilious et al., 2001), un peu plus 22 000 km2 de mangrove (Spalding, Kainuma et al., 2010) et à peu près 33 000 km2 d’herbiers (Spalding, Taylor et al., 2003) tous plus ou moins dégradés : comme à l’échelle mondiale, les ressources marines de la Caraïbe connaissent une perte en qualité et en quantité (cf. dans ce numéro l’étude de Augier sur la localisation et l’état de santé des milieux marins caribéens).
La prise de conscience à l’échelle de la planète de l’état critique des espaces marins mondiaux a conduit les grandes instances internationales à se lancer dans la mise en œuvre de processus de préservation de ces écosystèmes. Cet engagement a pris la forme de conventions et traités dont les pays caribéens sont pour la plupart signataires. Les trois quarts des Etats et territoires de la Caraïbe participent à 50 % ou plus des programmes et accords relatifs à la protection des milieux marins (UNEP, 1996). On peut citer les conventions principales : premièrement, la convention MARPOL, signée en 1974, conçue pour préserver l’environnement marin dans le monde entier par la prévention et la réduction des pollutions par les navires. En 1993, la région des Caraïbes a été désignée « zone spéciale » en vertu de cette convention. Deuxièmement, la convention CITES, sur le commerce international de la faune et de la flore sauvages, entrée en vigueur en 1975, qui protège les espèces menacées de surexploitation grâce au contrôle du commerce des animaux. Enfin, parmi les deux dernières conventions, l’une est consacrée aux zones humides d’importance internationale (RAMSAR, 1971) et l’autre, plus récente (1994), la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer établit un régime complet de protection pour les mers et les océans et développe des règles internationales pour prévenir et contrôler la pollution marine.

5De plus, la Mer des Caraïbes dispose d’un instrument juridique dédié à sa protection : le programme Mer Régionale du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) dont la convention d’application est la convention de Carthagène (Convention pour la protection et le développement de l’environnement marin dans la région des Caraïbes), adoptée en 1983 et entrée en vigueur en 1986.
Malgré les efforts réalisés et les législations mises en place, les résultats sont plutôt mitigés. Les inconvénients, les vulnérabilités, mais aussi les niveaux de richesse au plan économique, politique, social et environnemental des États caribéens, d’une part exacerbent les problèmes et rendent difficiles l’application et l’efficacité des mesures de protection et de gestion et d’autre part, font de la région un laboratoire pour étudier les ressources marines et leurs usages ainsi que les enjeux liés à leur gestion (gestion et accès aux ressources, protection des ressources, projet de développement durable).

2. La Mer des Caraïbes comme laboratoire pour la protection et la gestion des ressources marines

6Cette problématique est d’autant plus intéressante qu’il existe une dichotomie entre les pays anglophones et hispanophones avec une profusion d’études, majoritairement en anglais, sur les ressources marines ainsi que leur gestion, et les îles francophones (la Martinique, la Guadeloupe et ses dépendances, Saint-Martin) où les études sont beaucoup moins nombreuses, uniquement disponibles en français et surtout centrées sur l’évaluation environnementale des écosystèmes marins. Ces deux conceptions évoluent parallèlement, dans un même espace, en dépit de la volonté « affichée » des États caribéens d’avoir une coopération régionale pour la Mer des Caraïbes.
L’utilisation des ressources marines et les conflits d’usages sont les champs de réflexion les plus étudiés, particulièrement dans le secteur du tourisme où les travaux mettent l’accent sur les impacts environnementaux du tourisme balnéaire dans la Caraïbe (McElroy et Albuquerque, 1998 ; Baldwin, 2000 ; Desse et Saffache, 2005), mais aussi sur les problématiques de privatisation des espaces littoraux au détriment des populations locales (Desse, 2005 ; Dehoorne, 2006). C’est dans ce contexte qu’apparaissent les premiers questionnements sur d’autres alternatives touristiques qui soutiennent la gestion communautaire des ressources territoriales ainsi que l’éthique (Weaver, 1993 ; Breton, Brown et al., 2006 ; Mowforth, Charlton et al., 2007). S’ajoutent à cela, des études sur l’opportunité de développer des activités touristiques dans le cadre d’aires protégées (Ramousse et Salin, 2007) avec comme modèle l’expérience costaricienne (Raymond, 2007).

  • 2 http://www.reefbase.org

7Par contre, concernant la connaissance du milieu marin, peu de travaux à l’échelle régionale font référence, en dehors de trois ouvrages : les deux atlas de Spalding sur les mangroves et les récifs coralliens (Spalding, Kainuma et al., 2010 ; Spalding, Ravilious et al., 2001) et celui de Green sur les herbiers (Green et Short, 2003). Ces approches régionales peuvent être complétées par des études conduites à l’échelle nationale publiées dans différentes revues (Espinoza, 1996 ; Kjerfve, 1998 ; Fourqurean, Robblee, 1999 ; Hall, Durako et al., 1999 ; Seeliger et Kjerfve, 2001 ; CONABIO, 2009 ; Miloslavich, Diaz et al., 2010) et auprès d’organismes engagés dans la protection des espaces naturels tel le World Wide Fund for Nature (WWF), Nature Conservancy, United Nations Environment Programmes (UNEP), United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) ou encore World Resources Institute (cf. Bouchon, Portillo et al., 2008 ; Garcia-Salgado, Nava-Martinez et al., 2008).
Le projet Reefbase2, logé au WorldFish Center à Penang, en Malaisie, est la base de données officielle du Global Coral Reef Monitoring Network (GCRMN) et du International Coral Reef Action Network (ICRAN). Il est le seul site dédié à la cartographie des coraux (situation, menaces, blanchissement) et des aires marines protégées à l’échelle mondiale.
De même, la gestion des ressources marines et l’évaluation des outils mis en place sont peu abordés (cf. études juste après), mis à part quelques études de cas initiées notamment par le Caribbean Natural Resources Institute (CANARI) et le Fonds français pour l’Environnement mondial (FFEM), deux organismes intervenant sur cette question dans la Caraïbe.

8Enfin, ces dernières années, avec les préconisations du Millenium Assessment (2003), une nouvelle piste de réflexion émerge : l’évaluation économique des écosystèmes marins. D’ailleurs, le projet européen de recherche internationale en coopération (ECOST) (www.ecostproject.org) est dédié à cette démarche. Il a pour objectif d’évaluer les coûts sociétaux des pratiques et des politiques liées à la pêche dans les Caraïbes, en Asie et en Afrique. Il développe un modèle interactif reliant les perspectives écologiques, économiques et sociologiques afin de mieux définir les vrais coûts sociétaux des pratiques de pêche actuelles. Ces derniers sont définis comme étant les coûts liés aux activités de pêche : ceux-ci peuvent être écologiques (altération des écosystèmes), économiques (coûts liés à la production, à la gestion, aux subventions et à des facteurs externes) et sociaux (liés à la pauvreté, à l’injustice sociale, à la discrimination de genre et à la sécurité et à la sûreté alimentaires). Le projet met l’accent sur des dimensions (comme la culture) qui ne sont pas traditionnellement intégrées dans ces modèles interactifs (à cause de la difficulté d’attribuer des valeurs monétaires à ce type de phénomènes). Les partenaires réunis dans ECOST ont reçu l’aide d’importantes institutions politiques internationales et régionales — comme les organisations du système des Nations-Unies et l’OCDE et du Caribbean Regional Fishery Mechanism dans les Caraïbes — et sont soutenus par un solide réseau de projets de recherche et de développement.
Mais, là encore, il n’y a pas d’étude caribéenne globale, mais seulement quelques travaux sur des pays sont déjà parus : Tobago, Sainte-Lucie, République dominicaine (Burke, Greenhalgh et al., 2008 ; Wielgus, Cooper et al., 2010) et celle de la Martinique (l’étude de Failler, Pètre et al. dans ce numéro).

3. La démarche proposée

9L’utilisation des ressources marines par les pays caribéens est au cœur de notre réflexion. Cette dernière s’articule autour des trois premiers textes relatifs au secteur de la pêche. Smikle, Christensen et Aiken font un point sur les études menées sur le secteur halieutique, confirmant une nouvelle fois, les efforts à réaliser en matière de recherche sur les ressources marines dans la Caraïbe. Pierre Angelleli présente quant à lui la politique européenne de la pêche appliquée aux régions ultrapériphériques caribéennes et son indispensable adaptation pour le devenir de la filière. Enfin, l’étude de Iris Monnereau, Victor Ruiz et Richard Pollnac s’intéresse aux pêcheurs de langoustes du Nicaragua, de la Jamaïque et de la République Domincaine et plus particulièrement au bien-être qu’ils tirent de leur travail.
Toujours dans le cadre des travaux sur les usages des ressources marines, Sophie Litzler s’interroge sur l’alternative que pourrait constituer l’algoculture comme nouvelle piste de valorisation pour le développement durable de ces territoires.

10L’évaluation économique des écosystèmes marins est introduite à travers deux études de cas ; la première, proposée par Sonja Teelucksingh, Scott Eckert et Paulo Nunes, développe une réflexion méthodologique pour estimer l’importance des tortues marines et leur protection pour la Caraïbe. Dans la seconde, Pierre Failler, Élise Pètre et Jean-Philippe Maréchal exposent les résultats de l’étude menée en Martinique sur les récifs coralliens, les mangroves et les herbiers et insistent sur leur nécessaire préservation.
La question des risques est traitée dans le texte de Syrine Ismaili qui étudie les législations et les outils mis en œuvre au niveau international pour lutter contre le réchauffement climatique et ses conséquences sur les ressources marines et les milieux côtiers. Le même thème est abordé par Charley Granvorka et Pascal Saffache, à travers une étude de cas à Haïti, traitant de la gestion des risques pour les pays caribéens.
Ouvrant la problématique sur d’autres milieux littoraux à travers le Monde, le texte de Tarik Ghodbani et Bouziane Semmoud, dédié à la côte algérienne d’Aïn el Turck, analyse les conflits d’usages liés à une urbanisation anarchique du littoral. Enfin, Dolorès Bodmer s’interroge sur l’éventuelle redéfinition des usages et sur les conséquences sociétales engendrées par la mise en place d’une nouvelle gouvernance des espaces littoraux de la Province Nord de Nouvelle-Calédonie, dans le cadre des aires marines protégées.

11Ce numéro accueille également deux textes hors dossier : Cheikh Samba Wade, Rémy Tremblay et El Hadji Mamadou Ndiaye nous proposent une étude qui nous conduit sur le continent africain, plus précisément à Dakar, dans la complexité des espaces publics à vocation de transport. D’une rive à l’autre de l’Atlantique, l’analyse conduite sur l’évolution de la situation dakaroise apporte des enseignements sur les choix opérés en matière d’aménagement urbain qui ne manqueront pas de nourrir des réflexions sur les problématiques urbaines actuelles de villes caribéennes comme Port-au-Prince, Pointe-à-Pitre ou Fort-de-France. Poursuivant les enseignements croisés, de l’Afrique à l’Amérique, l’étude de Blaise Bitegue dit Manga est consacrée à l’introduction de la lecture publique en Guyane, chez des populations à tradition orale, il s’interroge les conditions de l’engagement de ces personnes, sur leurs réactions face aux interventions officielles et souligne l’importance de construire, pour la Guyane, son propre dispositif de référence.

Source : Roigar Lopez

Haut de page

Bibliographie

Annan, K.A. (2004). Message du Secrétaire général à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement - Le 5 juin 2004, UNEP

Baldwin, J. (2000), « Tourism development, wetland degradation, and beach erosion in Antigua, West Indies », Tourism Geographies, 2 (2) : 193-218.

Bauman, Z. (2006). Vies perdues : La modernité et ses exclus, Payot.

Breton, Y., D. Brown, B. Davy, M. Haughton et L. Ovares (2006), Coastal Resource Management in the Wider Caribbean: Resilience, Adaptation, and Community Diversity, Kingston, Ian Randle Publishers

Bryant, D., L. Burke, J. McManus and M. Spalding (1998). Reefs at risk : a map-based indicator of threats to the world’s coral reefs, Washington DC, World Resources Institute

Burke, L., S. Greenhalgh et al. (2008). Coastal Capital : Economic Valuation of coral reefs in Tobago and Saint Lucia, Final Report, Washington DC, World Resources Institute

Chevassus-au-Louis, B., J-M. Salles, S. Bielsa, D. Richard, G. Martin et J-L. Pujol (2009). Approche économique de la biodiversité et des services lies aux écosystèmes – Contribution à la décision publique, Centre d’analyse stratégique, Paris

Comission Nacional para el Conocimiento y uso de la Biodiversidad (2009). Manglares de Mexico : extension y distribution, Mexico City, CONABIO

Constanza, R., R. d’Arge, R. De Groot, S. Farber, M. Grasso, B. Hannon, K. Limburg, S. Naeem, R. V. O’Neill, J. Paruelo, R.G. Raskin, P. Sutton and M. Van den Belt (1997). « The value of the world’s ecosystem services and natural capital », Nature 387 : 256

Dehoorne, O. (2006), « Tourisme et accès aux ressources dans les petites îles de la Caraïbe », Études caribéennes, n° 5, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/275>.

Desse, M. (2005), « Territorialisation et enclaves littorales dans les îles de la Caraïbe », Études caribéennes, n° 3 [En ligne], mis en ligne le 15 avril 2008, consulté le 02 novembre 2010. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/543

Espinoza, J. (1996). « Distribution of seagrasses in the Yucatan peninsula, Mexico », Bulletin of Marine Sciences 59 : 449-454

Fellous, J.L. et C. Gautier (éd.) (2007). Comprendre le changement climatique, Paris, Odile Jacob

Fourqurean, J.W. et M.B. Robblee (1999). « Florida Bay : a history of récent ecological changes », Estuaries 22 : 345-357

Garcia-Salgado, M., G. Nava-Martinez, N. Bood, M. McField, A. Molina-Ramiez, B. Yanez-Rivera, N. Jacobs, B. Shank, M. Vasquez, I. Majil, A. Cubas, J.J. Dominguez-Calderon and A. Arrivillaga (2008) “Status of Coral Reefs in the Mesoamerican Region”, dans C. Wilkinson (éd.), Status of coral reefs of the world: 2008, Townsville, Global Coral Reef Monitoring Network and Reef and Rainforest Research Center: 253–264.

Green, E.P. et F.T. Short (éd.) (2003). World Atlas of Seagrasses, Berkeley, University of California Press

Hall, M.O., M.J. Durako, J.W. Fourqurean and J.C. Ziemen (1999). “Decadal changes in seagrass distribution and abundance in Florida Bay”, Estuaries 22: 445-459

Intergovernmental Panel on Climate Change (2001). Climate Change 2001 : The Scientific Basi, Cambridge, Cambridge University Press

Kjerfve, B. (1998).  Caribean coral reef, seagrass and mangrove sites, Paris UNESCO

Le Treut, H. (2009). Nouveau climat sur la Terre, Paris, Flammarion

McElroy, J.L. and K. de Albuquerque (1998). “Tourism penetration index in small Caribbean islands”, Annals of Tourism Research, n°25: 145-168

Millennium Ecosystem Assessment (2003). Ecosystems and human well-being: A framework for assessment. Washington D.C., Island Press.

Miloslavich, P., J.M. Diaz, E. Klein, J.J. Alvarado, C. Diaz, J. Gobin, E. Escobar-briones, J.J. Cruz-Motta, E. Weil, J. Cortés, A.C. Bastidas, R. Robertson, F. Zapata, A. Martin, J. Castillo, A. Kazandjian and M. Ortiz (2010). “Marine biodiversity in the Caribbean: Regional estimates and distribution patterns”, PLOSOne 5(8) e11916: 1-25

Mowforth, M., C. Charlton and I. Munt (2007). Tourism and Responsibility: Perspectives from Latin America and the Caribbean, Routledge.

Ramousse, D. et N. Salin (2007). « Aires protégées des périphéries sud-américaines : entre réserves stratégiques et valorisation patrimoniale », Monde en développement, n° 138 : 11-26

Raymond, N. (2007). « Costa Rica : du petit pays “démocratique, sain et pacifique”, au leader de l’écotourisme et de la protection de l’environnement », Études Caribéennes, 6/2007, L’écotourisme dans la Caraïbe, URL : http://etudescaribeennes.revues.org/document432.html.

Desse, M. et P. Saffache (2005). Les littoraux antillais : des enjeux de l’aménagement à la gestion durable, Matoury, Ibis Rouge

Seeliger, U. et B. Kjerfve (éd.) (2001) Ecological studies : coastal marine ecosystems of Latin America, Berlin, Springer-Verlag

Spalding, M., M. Kainuma et al. (2010). World atlas of mangroves, Londres, Earthscan

Spalding, M., C. Ravilious et al. (2001). World Atlas of Coral Reefs. Berkeley, University of California Press

Spalding, M., M.L. Taylor, S. Martins, E.P. Green and M. Edwards (2003). « The global distribution and status of seagrass ecosystems », dans Green E.P. et Short F.T. (éd.) World Atlas of Seagrasses. Berkeley University of California Press

Spalding, M.D., H.E. Fox, G.R. Allen, N. Davidson, Z. A. Ferdana, M. Finlayson, B.S. Halpern, M.A. Jorge, A. Lombana, S.A. Lourie, K.D. Martin, E. McManus, J. Molnar, C.A. Recchia and J. Robertson (2007). « Marine Ecoregions of the World: a bioregionalization of coastal and shelf areas », Biosciences, 57 (7) : 573-583

UNEP (1996). Status of Protected Area Systems in the Wider Caribbean. CEP Technical Report No. 36, Kingston, UNEP Caribbean Environment Programme.

UNEP (2004). Cinquante données essentielles concernant les mers et les océans, UNEP

Weaver, D.B. (1993), “Ecotourism in the small island Caribbean”, Geojournal, 41(4): 457-465

Wielgus, J., E. Cooper, R. Torres and J. Wielgus. (2010). Coastal Capital: Dominican Republic. Case studies on the economic value of coastal ecosystems in the Dominican Republic, Working Paper, Washington DC, World Resources Institute

Wilkinson, C. (éd.) (2008). Status of coral reefs of the world: 2008, Townsville, Global Coral Reef Monitoring Network and Reef and Rainforest Research Center.

Haut de page

Notes

1 Ceux-ci comprennent les services d’approvisionnement tels que la nourriture et l’eau, les services de régulation tels que la régulation des inondations et des maladies, les services culturels tels que les bénéfices spirituels, récréatifs et culturels, et les services de soutien qui maintiennent des conditions favorables à la vie sur Terre, tels que le cycle des éléments nutritifs.

2 http://www.reefbase.org

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : O. Dehoorne
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Crédits Source : Roigar Lopez
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Augier et Patrick Watson, « De la connaissance des milieux marins à la gestion raisonnée des ressources », Études caribéennes [En ligne], 15 | Avril 2010, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4475 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4475

Haut de page

Auteurs

Dominique Augier

Doctorante en Sciences économiques ; CEREGMIA, Université des Antilles et de la Guyane ; Dominique.Augier@etu.univ-ag.fr

Articles du même auteur

Patrick Watson

Professeur d’économie appliquée ; Université des Antilles, St. Augustine, Trinidad et Tobago

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org