Navigation – Plan du site

Quelques dimensions politiques de l’écotourisme : l’attractivité de la nature n’est pas « naturelle »

Bruno Sarrasin

Résumés

Cet article explore les raisons qui incitent des acteurs sociaux, politiques et économiques à choisir de mettre les ressources naturelles en valeur, par et pour l’écotourisme. Il pose l’hypothèse que l’attractivité de la nature — sur laquelle s’appuie l’écotourisme — n’est pas neutre, c’est-à-dire que les acteurs impliqués dans la sauvegarde de celle-ci le font principalement par intérêt. Par son lien étroit avec la biodiversité, dont les dimensions ne sont pas accessibles à tous, l’écotourisme constitue un vecteur de développement et de consolidation du pouvoir, en particulier celui de « l’éco-pouvoir », c’est-à-dire celui des acteurs qui détiennent les informations sur l’état des ressources naturelles et sur les solutions qui leur sont accessibles.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur remercie le Fonds québécois de la recherche sur la Société et la culture dont l’appui financier a rendu possible la recherche dont cet article rend compte. Il remercie également Jonathan Tardif pour sa contribution à la recherche.

Texte intégral

Introduction

1L’écotourisme est sur toutes les lèvres depuis quelques années et particulièrement depuis 2002, année internationale de l’écotourisme dont le sommet de Québec, organisé sous les auspices de l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT), a consacré sa mise à l’agenda politique. Qui, à l’échelle des gouvernements, des Organisations Non Gouvernementales (ONG) ou même des acteurs de l’industrie est en mesure de questionner la pertinence du concept sans soulever la suspicion sinon la critique ouverte ? Les institutions financières internationales comme le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale font maintenant partie du peloton de tête en matière de promotion de l’écotourisme et cela ne nous étonne plus (World Bank, 2005 ; Brandon, 1996). Pourtant, nous devrions questionner comment et pourquoi un concept, aussi louable soit-il, suscite un tel ralliement d’acteurs d’horizons politiques et idéologiques aussi divers, voire opposés. Comme le développement durable et son corollaire, le tourisme durable, l’écotourisme est aujourd’hui un terme évoqué dans tellement de circonstances et avec un tel constat d’évidence qu’il est difficile de saisir avec précision sa définition et les enjeux qu’il véhicule. Cet article cherchera justement à explorer quelques raisons qui incitent des acteurs sociaux, politiques et économiques à choisir de mettre les ressources naturelles en valeur, par et pour l’écotourisme. Nous posons l’hypothèse que l’attractivité de la nature — sur laquelle s’appuie l’écotourisme — n’est pas neutre, c’est-à-dire que les acteurs impliqués dans la sauvegarde de celle-ci le font principalement par intérêt. Par son lien étroit avec la biodiversité dont les dimensions ne sont pas accessibles à tous, l’écotourisme constitue un vecteur de développement et de consolidation du pouvoir, en particulier celui de « l’éco-pouvoir », c’est-à-dire celui des acteurs qui détiennent les informations sur l’état des ressources naturelles et sur les solutions qui leurs sont accessibles.

1. La problématisation de « l’environnement »

2Notre démarche s’inscrit dans une perspective de sociologie politique dans la mesure où nous considérons les « problèmes environnementaux » comme le résultat de constructions sociales, dans le sens où « […] les problèmes sont des étiquettes mises sur des accumulations de différences [et] leurs solutions sont créées par les hésitations et contradictions induites par les défenseurs des diverses politiques en concurrence » (Edelman, 1991 : 42-43). Ils sont donc indissociables des acteurs en présence, de leurs intérêts, de leurs ressources et de leurs stratégies qui structurent leur perception des problèmes et des solutions. Pour bien comprendre les dimensions politiques de l’écotourisme, il importe d’abord de s’intéresser brièvement à la « nature » des enjeux « environnementaux ». Cette problématique a d’abord et surtout été abordée à travers le prisme des sciences naturelles et, plus récemment, des sciences sociales. En plus de l’écologie politique (Watts, 2000 ; Peet et Watts, 1996), Robert Tessier et Jean-Guy Vaillancourt (1996 : 9) soutiennent que divers acteurs ont contribué à faire de « l’environnement » un objet de recherche en sciences sociales, dont les sociologues urbains de l’Université de Chicago, certains géographes humains, quelques économistes, ainsi qu’une poignée de transfuges des sciences naturelles, comme Pierre Dansereau, Barry Commoner, René Dubos, Jean Mayer et René Dumont. Pour l’essentiel, les démarches s’inscrivent dans le mode dialectique qui oppose le « développement » à la « protection de l’environnement ». Malgré la diversité des approches et des méthodes utilisées pour évaluer la dégradation de l’espace naturel ou social et proposer des solutions pour y remédier, les auteurs ont en commun de considérer l’environnement comme un problème en soi. Ce n’est pas notre cas. Notre démarche s’intéresse justement à la construction des problèmes et à l’administration de leurs solutions. À l’instar de Jean-Claude Thoenig (1985), de Bruno Jobert et de Pierre Muller (1987), nous considérons qu’un problème politique est un construit social dont la configuration dépendra de multiples facteurs propres à la société et au système politique concerné. En s’intéressant de cette manière à « l’environnement », l’objectif premier revient donc à explorer par quels mécanismes celui-ci devient un problème inscrit à l’agenda politique pour mieux comprendre par la suite comment l’écotourisme apparaît comme une solution de sauvegarde des ressources naturelles.

3Comme le souligne Pierre Lascoumes (2001 ; 1994), « l’environnement » et ses problèmes sont aujourd’hui devenus un enjeu politique d’une évidence telle qu’il est difficile d’en relever les contradictions. Qui peut, en effet, s’en prendre à l’impératif de protéger l’environnement ? Comment ne pas être interpellé par la dégradation de l’environnement dans un contexte où les médias nous décrivent une situation qui semble s’aggraver chaque jour et toucher tous les aspects de la vie humaine, comme en témoigne, entre autres, l’extrait suivant (PNUE, 2005 : 8) :

4« Pour un trop grand nombre, 2005 restera une année de catastrophes. Autour de l’océan Indien, les communautés et les gouvernements se sont employés à reconstruire après le séisme du 26 décembre 2004, mesurant plus de 9,1 sur l’échelle de Richter, et le tsunami qui a suivi et qui a coûté la vie à plus de 250 000 personnes dans douze pays. En août, des ouragans ont balayé la côte du Golfe du Mexique aux États-Unis, faisant plus de 1 000 morts et des milliards de dollars de dégâts. En octobre, un tremblement de terre d’une magnitude de 7,6 a secoué l’Asie du Sud, coûtant la vie à plus de 70 000 personnes, surtout au Pakistan, où des millions d’habitants restent exposés aux rigueurs de l’hiver. Parmi les autres catastrophes, on citera des inondations en Suisse, un déversement chimique en Chine et des invasions de criquets en Afrique. Tous ces événements ont eu de lourdes conséquences sur la vie et les moyens d’existence des populations ».

5La volonté explicite de considérer « l’environnement » comme une priorité d’action politique n’a pas empêché les courants « conservationniste » et « développementaliste » de se critiquer mutuellement au cours des trente dernières années, contribuant ainsi à cristalliser l’opposition entre la croissance économique et la protection des ressources naturelles. Malgré l’apparente contradiction entre ces deux lectures (mieux utiliser les ressources naturelles ou limiter au maximum l’utilisation de celles-ci), nous croyons que l’un et l’autre relèvent d’un même projet normatif dont le point d’ancrage repose sur la vision que les sociétés occidentales ont d’elles-mêmes et du monde (Sarrasin, 2005). La volonté de faire converger les deux approches contribue non seulement à la confusion des termes, mais participe à la reproduction d’un mode de pensée qui place l’économie — c’est-à-dire la monétarisation des échanges, y compris avec la nature — au centre de la problématisation de l’environnement. Le Rapport Brundtland est éloquent en ce sens (CMED, 1988 : 44) :

6« Il faut donc intégrer l’économie et l’écologie dans la prise de décisions et dans le processus législatif, non seulement pour protéger l’environnement, mais encore pour protéger et favoriser le développement. L’économie, ce n’est pas seulement produire des richesses ; l’écologie ce n’est pas uniquement protéger la nature ; ce sont les deux ensembles qui permettent d’améliorer le sort de l’humanité ».

  • 1 Il y a prise en main par les experts scientifiques et techniques des décisions essentielles en mati (...)

7Ces intentions très générales, que des auteurs de la Banque mondiale qualifient de New Environmentalism (World Bank, 2001a; Mäler et Munasinghe, 1996), ne sont pas sans conséquence politiques, c’est-à-dire qu’elles sont créatrices de pouvoir en permettant à des acteurs publics ou privés d’atteindre leurs objectifs en fonction de leurs intérêts. En d’autres termes, cette volonté de faire converger l’idéalisme (conservation) et le pragmatisme (développement) en insistant sur la « nécessité » d’aborder la dégradation de l’environnement eu égard aux enjeux de la pauvreté et des inégalités, passe par l’acceptation implicite d’un mode de pensée qui propose la technification des problèmes1 et suggère un mode d’organisation social à travers l’économicisation des solutions. Les « problèmes environnementaux » ne peuvent donc se résumer à l’opposition d’une logique de développement humain à une logique de préservation de la nature. Loin d’appeler de façon exclusive ou dominante des actions de protection de la nature, le New Environmentalism intègre au contraire les attentes plus ou moins claires et stables des multiples acteurs intéressés par un projet ou un milieu. C’est dans ce contexte que l’écotourisme apparaît comme une solution politiquement fragile.

2. Les dimensions politiques de la nature : les valeurs prioritaires de l’écotourisme

8Compte tenu du fort constat d’évidence dont bénéficient la « conservation » et le « développement » évoqué, il n’est pas surprenant que la notion d’écotourisme jouisse de l’unanimité qu’on lui connaît. Celle-ci découle notamment de la volonté affichée de faire converger la croissance économique, la lutte contre la pauvreté et la protection des ressources naturelles dans un « modèle de développement » où l’écotourisme est présenté comme LE moyen de répondre simultanément aux intérêts du plus grand nombre d’acteurs en favorisant l’entrée de devises pour le gouvernement et l’industrie, en créant des emplois locaux et en contribuant à la protection de la biodiversité (Goodwin, 2002). Ce modèle s’inscrit directement en relation avec le « diagnostic de Washington » sur les ressources naturelles qui fait de la population rurale — habitant le plus souvent en périphérie des espaces naturels protégés — le vecteur principal de la dégradation (Sarrasin, 2005). Selon cette lecture, les ressources forestières subissent une forte pression de la part des villageois, qui dépendent souvent de la forêt pour le bois de chauffe, le charbon de bois et le bois de construction. Dans le contexte de la mise en tourisme d’une aire protégée par exemple, l’objectif est d’offrir une alternative à la consommation des ressources en offrant à la population rurale pauvre la possibilité de devenir salarié, principalement à titre de guide. Ce raisonnement s’appuie sur le paradigme économique dominant qui présente le marché comme une opportunité à saisir pour les populations pauvres (World Bank, 2001b; Cleaver et Schreiber, 1998). Il repose sur ce que Pierre Lascoumes (1994 : 54-55) nomme la conception individuelle libérale de la conservation, qui privilégie la sensibilisation et la responsabilisation face à la nature — l’utilisation « rationnelle » des ressources — par opposition à la conception protectionniste communautaire qui raisonne en termes de gestion collective du rapport à la nature selon les règles traditionnelles de communautés locales. Pour cette dernière, la préservation du mode de vie ou d’activités traditionnelles est au centre des préoccupations et « l’environnement » ne pose pas de problème a priori dans la mesure où il constitue le cadre de vie permanent. Ce sont en fait les interventions extérieures qui créent les « problèmes environnementaux » en dénonçant en quelque sorte des valeurs et un mode d’organisation de l’espace ne correspondant pas au modèle dominant, comme le suggère Erlet Cater (2006 : 32) :

« The crucial issue with Western envisaged ecotourism is that it can fail to recognise, or downplays, the fundamentally divergent values and interests between the promoters and targets of ecotourism. The dominant ideology behind ecotourism of conservation-for-development may quite often not resonate with other, non-Western, societies ».

9Wearing et McDonald (2002 : 199) vont dans le même sens, en précisant :

« The concept of conservation originates from a western world that is indeed very different from village life, and as such hit represents a new time – new way of thinking about the environment – that is foreign to the communities. The concept implicitly suggests that the environment should be thought of in terms of scarcity, or threats to scarcity; this being an understanding of the environment which is foreign to communities who have traditionally lived in an ecologically sustainable manner ».

10Paradoxalement, l’écotourisme s’appuie sur l’originalité de la culture locale pour se développer et contribue au même moment à la faire disparaître en participant à la reproduction d’un système de valeur et de pourvoir qui externalise les problèmes et les solutions associées à la dégradation des ressources naturelles. Dans ces conditions, l’écotourisme ne fait que déplacer le problème de dégradation, il ne le règle pas. Sous prétexte d’une utilisation rationnelle des ressources, il est proposé à la population rurale pauvre de s’insérer dans le mode de production capitaliste (la main-d’œuvre est louée en échange d’un salaire) en devenant — tout comme les sociétés occidentales ont choisi de le faire — des consommateurs de ressources naturelles « délocalisée ». Loin d’être une activité d’exception dans ce domaine, l’écotourisme peut effectivement permettre la protection d’un site naturel, mais au prix de l’utilisation « d’autres » ressources situées « ailleurs » que sur le site en question. Nous oublions trop souvent que nos activités urbaines situées si loin des ressources naturelles reposent par ailleurs sur une consommation industrielle de celle-ci, c’est-à-dire sur un mode de consommation basé sur la production à valeur ajoutée. Nous croyons que l’écotourisme repose sur le même type de proposition, soit la création ou la préservation de valeur (dans notre cas, la nature dont la rareté croissante ajoute à son attrait économique) pour le bénéfice de ceux qui sont avantagés par les structures nationale ou internationale de pouvoir (les pays du centre face à ceux de la périphérie – l’élite économique face à la population en général). Rosaleen Dufy (2006 : 4) résume le rôle des institutions financières internationales dans ce processus :

« The power of international financial institutions and environmental NGOs is often evident in the ways they provide funds for ecotourism development, or promise rewards to governments, companies and communities that agree to pursue this form of development. This power relationship is also evident in ecotourism because ecotourists are mostly produced or sent by the wealthy states of the north, while ecotourism destinations are often (though not exclusively) in the South. Such ecotourists carry the power relationships between north and south with them in the interactions between hosts and guests ».

11Un premier diagnostic du développement écotouristique permet de considérer que le problème majeur de ces projets réside dans l’absence d’un véritable lieu d’intégration des multiples acteurs. Chacun d’eux paraît (semble) réaliser son propre compromis entre les différents intérêts en cause, en fonction de ses ressources, et aucune autorité légitime ne semble pouvoir (ou vouloir) véritablement arbitrer dans les conflits, ni faire contrepoids durablement pour défendre l’intérêt général. Le financement de la Banque Mondiale dans le cadre des programmes Global Environment Facility (GEF) est un exemple éloquent en ce sens (Cater, 2006). Les GEF proposent des fonds aux pays en développement ou en transition qui cherchent à soutenir la croissance économique tout en protégeant l’environnement. La conversion du réseau des aires protégées russes (zapovedniks) de zones strictement scientifiques en espaces ouverts à l’écotourisme a permis au gouvernement russe d’encaisser en 1996 une subvention de 20 millions de dollars US pour la protection de la biodiversité. En agissant ainsi, la Banque Mondiale et le gouvernement russe posent l’hypothèse — largement répandue — que les ressources naturelles peuvent être protégées par le « libre marché ». Cette assertion confirme la position de Mowforth et Munt (2003 : 60) qui suggère que « environmental conditions and caveats which are placed on Western loans and grants promote a greening of social relations which may be viewed as a kind of ecostructural adjustment where Third World people and places must fall in line with First World thinking ».

12Est-ce à dire que l’écotourisme constitue en quelque sorte un cheval de Troie dans l’exportation des valeurs occidentales dans les espaces jusqu’alors peu ou pas intégrés à l’économie capitaliste ? Peut-être, mais le point focal de cet article visait davantage à comprendre comment l’écotourisme apparaît comme une solution politique à un problème dont la construction demeure fragile. Cette fragilité repose principalement sur la volonté de concilier trois objectifs bien distincts, soit le développement économique et social (création de revenus et d’emplois), l’aménagement de l’espace pour les touristes et la protection des ressources naturelles. Ces objectifs structurent un système de tensions particulièrement instable basé sur des compromis non résolus entre intérêts divergents, voire contradictoires. Dans ces conditions, les projets de développement écotouristiques proposent simplement des moyens d’ajuster ces différents niveaux d’intérêts en s’imbriquant de façon plus ou moins cohérente dans une multitude de régulations antérieures, allant des plus générales (liberté d’entreprendre, propriété privée) aux plus spécifiques (classement des sites, contrôle des risques, réglementation d’activités telles que transport, chasse, pêche, etc.). En mettant en place des dispositifs de conciliation locaux entre projets de développement, d’aménagement et de protection de l’environnement, l’écotourisme s’insère dans un dispositif d’arbitrages qui produit nécessairement des solutions déséquilibrées, c’est-à-dire des décisions qui privilégient unilatéralement un intérêt au détriment des autres. Dans ces conditions, il ne faut pas se surprendre que l’écotourisme ne puisse pas répondre systématiquement à toutes les attentes qu’il porte.

Conclusion

13Comme le suggère Rosaleen Duffy (2006 : 1), « the politics of ecotourism includes the contested definitions of ecotourism and ecotourists, the ways that destinations are marketed and promoted, its relationship to global networks that include donors and international travel agents, as well as its links to the promotion of neoliberalism as the path to development. ». Nous avons délibérément choisi d’explorer quelques valeurs sous-jacentes à l’écotourisme de façon à mieux comprendre comment et pourquoi celui-ci devient politique, c’est-à-dire un vecteur de reproduction du pouvoir. L’environnement intellectuel dans lequel se place l’écotourisme est marqué par un positivisme technique et économique qui découpe les objets de négociation selon les types de solutions préexistantes. Ce pragmatisme se manifeste par des actions publiques en forme de méthodologies, comme le suggère Harold Goodwin (1996 : 288), devenu conseiller-expert pour le compte de l’Organisation mondiale du Tourisme : « Only conservationists and protected area managers are in a position, or have the expertise, to credibly assert a more useful definition of ecotourism. Ecologist and conservationists need to “take control of the language being used in the name of ecotourism”. » Cette place prépondérante laissée aux experts dans la définition des problèmes et des solutions place l’écotourisme au centre d’échanges accordant une place essentielle aux aspects techniques et financiers des décisions (raisonnements économiques en termes de coûts-avantage). Ce pragmatisme s’efforçant de concilier contraintes légales, techniques et économiques, permet de mettre en relation les dimensions environnementales et industrielles, mais il en évacue le plus souvent la dimension politique du processus dans lequel il s’insère, ce qui expose éventuellement les acteurs à de mauvaises surprises dans la mise en œuvre d’un projet de développement par et pour l’écotourisme.

Haut de page

Bibliographie

Brandon K. 1996. Ecotourism and Conservation: A Review of the Key Issues, Environment Department Paper no 33, Washington, D.C.: World Bank.

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y. 2001. Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris : Seuil.

Cater E. 2006. « Ecotourism as a Western Construct », Journal of Ecotourism, vol. 5, no 1 et 2, p.  23-39.

Cleaver K.M., Götz A.S. 1998. Inverser la spirale. Les interactions entre la population, l’agriculture et l’environnement en Afrique subsaharienne, Washington, DC, Banque mondiale, janvier.

Commission mondiale sur l’Environnement et le Développement (CMED). 1988. Notre avenir à tous, Montréal : Éditions du Fleuve.

Duffy R. 2006. « The Politics of Ecotourism and the Developing World », Journal of Ecotourism, vol. 5, no 1 et 2, p.  1-6.

Edelman M. 1991. Pièces et règles du jeu politique, Paris : Éditions du Seuil.

Goodwin H. 1996. « In Pursuit of Ecotourism », Biodiversity and Conservation, vol. 5, p.  277-291.

Goodwin H. 2002. « Le tourisme au service des pauvres : une nouvelle approche pour la lutte contre la pauvreté », présenté dans le cadre du séminaire de l’Organisation mondiale du tourisme portant sur Le tourisme : catalyseur de développement durable en Afrique, Abuja, Nigeria, 26-27 avril, p.  62-71.

Jobert B., Muller P. 1987. L’État en action. Politiques publiques et corporatismes, Paris : Presses Universitaires de France.

Lascoumes P. 1994. L’éco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris : Éditions La Découverte.

Mäler K.-G., Munasinghe M. 1996. « Macroeconomic Policies, Second-best Theory, and the Environment », sous la direction de Mohan Munasinghe, Environmental Impacts of Macroeconomic and Sectoral Policies, Washington, D.C. : ISEE-World Bank-UNEP, p.  111-124.

Mowforth M., Munt I. 2003. Tourism and Sustainability, London: Routledge.

Peet R., Watts M. dir.. 1996. Liberation Ecologies. Environment, Development, Social Movements, London et New York : Routledge.

Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). 2005. Rapport annuel du PNUE 2005, Nairobi : PNUE.

Teivainen T. 2002. Enter Economism Exit Politics – Experts, Economic Policy and the Damage to Democracy, Londres et New York, Zed Books, 227 p.

Sarrasin B. 2005. « La construction des problèmes environnementaux en Afrique subsaharienne : La mise en place d’un “diagnostic de Washington sur les ressources naturelles” », Revue canadienne d’études du développement, vol. XXVI, no 4, p.  799-815.

Tessier R., Vaillancourt J.G. 1996. « Modèles, valeurs, perceptions et action en sciences sociales de l’environnement », sous la direction de Robert Tessier et Jean-Guy Vaillancourt, La recherche sociale en environnement. Nouveaux paradigmes, Montréal : Presses de l’Université de Montréal.

Thoenig J.-C. 1985. « L’analyse des politiques publiques », Traité de science politique, sous la direction de M. Grawitz et J. Leca,. Paris : Presses Universitaires de France, Tome IV.

Watts M. 2000. Political Ecology, in T. Barnes et E. Sheppard (dir.), A Companion To Economic Geography, Oxford: Blackwell, p.  257-275.

Wearing, S. McDonald M. 2002. « The development of community-based tourism: Re-thinking the relationship between tour operators and development agents as intermediaries in rural and isolated area communities », Journal of Sustainable Tourism, vol. 10, no 3, p.  191-206.

World Bank (2001a), Making Sustainable Commitments: An Environment Strategy for the World Bank, Washington, D.C.

World Bank (2001b), World Development Report 2000/2001. Attacking Poverty, New York: Oxford University Press.

World Bank (2005), World Development Report: A Better Investment Climate for Everyone, Oxford: Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Il y a prise en main par les experts scientifiques et techniques des décisions essentielles en matière de gestion des milieux, d’administration des risques et de construction sociale des problèmes d’environnement. (p. 286)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Sarrasin, « Quelques dimensions politiques de l’écotourisme : l’attractivité de la nature n’est pas « naturelle »  », Études caribéennes [En ligne], 6 | Avril 2007, mis en ligne le 15 avril 2007, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/455 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.455

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org