Navigation – Plan du site
Diasporas caribéennes

Les églises protestantes haïtiennes de Martinique : des tiers-lieux d’éducation et d’intégration?

The Protestant Haitian Churches of Martinique: Third-Place Education and Integration?
Max Belaise

Résumés

En dehors de l’école et de la famille, d’autres lieux permettent aux jeunes d’apprendre au contact des adultes : c’est ce qu’on appelle les tiers-lieux éducatifs. Les églises de la communauté haïtienne de la Martinique relèvent selon nous de cette catégorie. En effet, cette diaspora se retrouve dans des ecclésioles — véritables entreprises à la tête desquelles se trouvent des pasteurs (autoproclamés) issus de la communauté exilée — qui prennent en charge sa progéniture et l’aident à s’intégrer dans la société martiniquaise. Dans cet article, nous entendons démontrer cette fonction éducative de ces lieux de rassemblement de la communauté haïtiano-martiniquaise. À l’instar d’autres communautés évangéliques autochtones nous avons posé cette hypothèse explicative que nous avons vérifiée. Une fonction que ne rempliraient pas en revanche les rares temples vaudous de l’île à la tête desquels se trouvent des fils de Toussaint Louverture.

Haut de page

Texte intégral

Source : Max Belaise

Introduction

1Depuis plusieurs dizaines d’années, des Églises protestantes évangéliques haïtiennes se sont implantées à la Martinique, essentiellement à Fort-de-France, dans des quartiers à forte représentation de la population immigrée d’Haïti. Cette population constitue la seconde communauté étrangère, forte, officiellement, de 1575 membres, derrière les Saint-Luciens (2057 membres, INSEE, 2010).

  • 1 L’Église de Dieu Mission Pencotostale localisée au Boulevard Allègre ; L’Église Évangélique de l’Un (...)

2Ces implantations1 répondent à une seule logique : se trouver à proximité des migrants haïtiens, soit près de leurs lieux de résidence — Terresainvilles, Sainte-Thérèse, la Volga, Chateaubœuf sont des quartiers qui abritent une forte communauté de ces originaires de la grande Caraïbe —, soit être proches de leurs lieux de travail. Ainsi les Églises du centre-ville (L’Église de Dieu Mission Pencotostale, l’Église Évangélique de l’Union, La Mission, Evangélique Béthel de la grâce, L’Église Évangélique de la sainteté) sont dans le périmètre des différents marchés de la capitale martiniquaise où officient plusieurs ressortissantes de cette île. Dans le nord de la Martinique qui compte de nombreux travailleurs agricoles haïtiens, un rassemblement de ces originaires est en passe de se constituer en association cultuelle protestante.

3Ces Églises sont composées des migrants de la première génération, mais aussi leurs progénitures. En effet, elles comportent en leur sein de nombreux jeunes nés, pour la plupart à la Martinique, ou qui y sont arrivés dès leur plus jeune âge. Proposant des activités cultuelles et culturelles, elles se constituent en des lieux de prise en charge éducative. Dans sa réflexion critique sur l’école, le philosophe D. - M. Weinstock rappelle le rôle d’autres milieux de vie que l’école :

  • 2 Souligné par nous.

4« L’école affecte, de manière importante, la capacité qu’ont les individus qui la fréquentent de réaliser leurs intérêts. Elle peut permettre aux enfants et aux jeunes de s’épanouir comme elle peut représenter pour eux des milieux de frustration et de détresse. Et elle peut plus ou moins adéquatement équiper les adultes que deviendront ces enfants pour réussir leurs projets de vie. Troisièmement, et plus fondamentalement encore, l’école exerce un pouvoir en contribuant à façonner la conception que les individus ont de leurs intérêts. Elle leur présente des modèles d’échec et de réussite humaine et sociale qu’ils internalisent. L’école n’est bien sûr pas seule à exercer ce pouvoir. Les milieux de vie2 dans lesquels les enfants sont élevés ont une influence certaine, la culture ambiante également. Mais malgré le fait qu’elle représente souvent pour les enfants à certaines étapes de leur développement un objet de révolte ou encore d’indifférence, il serait fort peu plausible de nier qu’elle contribue à définir et à délimiter ce qui sera pour l’enfant le “champ des possibles”. L’école exerce donc un pouvoir important sur les individus qui la fréquentent » (2008 : 31).

  • 3 « Introduction : entrechocs culturels », in Géographie et cultures, no 68, 2008 : 3.

5C’est avec raison que ces Églises sont qualifiées par certains chercheurs géographes d’« acteurs culturels »3, d’autres y voient des « catalyseurs de lien social » (Dorier-Apprill, 2002 :74) et ce, d’autant : « Que l’école ne peut tout faire. » (Pena-Ruiz, 2007 : 36). Cependant, les reconnaître comme des lieux d’éducation nécessite que l’on appréhende leur identité. Car comment cette prise en charge éducative peut-elle s’effectuer dans des milieux où la plupart des cadres sont d’ex-ouvriers reconvertis ? Autrement dit le milieu permet-il réellement l’accompagnement éducatif si tel n’est pas l’objectif prioritaire ? Ce qui revient en définitive à s’interroger sur le sens que l’on accorde à l’éducation dans ces milieux fondamentalistes par essence qui sont pour la sociologue étasunienne M. Mooney (2008), dans une étude sur les Haïtiens de France, des médiateurs entre les immigrants et l’État.

  • 4 Notre exploration a démarré dès 2004 et nous a permis de présenter un premier article dans la revue (...)

6Afin de vérifier notre hypothèse de départ, nous nous sommes rendus dans les six communautés de Fort-de-France4 pour interroger les différents acteurs de ces églises évangéliques — dont les appellations disent à elles seules les objectifs visés — que fréquente une partie de la diaspora haïtienne de la Martinique. Nous nous sommes aussi appuyés sur deux études menées sous notre direction, l’Estime de soi et prise en charge éducative en milieu néo-protestant, principalement dans les principales dénominations évangéliques autochtones de Martinique (Biron, 2005) et l’éducation à la santé en médecine religieuse : l’exemple pentecôtiste (Laroue, 2006).

  • 5 Évangéliste N..., (de Sainte-Lucie) « Comment vivre sans maladie, » conférence tenue à L’Église Éva (...)
  • 6 Fédération Évangélique de France, « Petit lexique à usage des journalistes et des décideurs », in h (...)

7Nous avons aussi dépouillé des prêches relatifs à la santé5. Enfin, nous avons inscrit notre recherche dans la perspective d’une précédente que nous avions effectuée sur l’influence du facteur religieux dans la dynamique entrepreunariale de la communauté haïtienne de la Guadeloupe et de la Martinique. (Belaise, 2004)
Par ailleurs, nous gardons présent à l’esprit que très peu de travaux ont été menés dans le contexte martiniquais sur ces Églises évangéliques qui naissent en France hexagonale à raison d’une tous les dix jours6. À la Martinique les chiffres sont peu connus, mais ce dont on est sûr, c’est de l’explosion de cette confession comme ailleurs dans le monde.
Dans le cadre de cet article, nous nous intéresserons premièrement à la répartition sur le territoire de ces communautés ecclésiales haïtiennes puis nous attacherons à démontrer le caractère éducatif des milieux néo-évangéliques ; enfin nous analyserons trois domaines d’éducation : la santé, la morale et la citoyenneté.

1. Le fondamentalisme protestant au sein de la diaspora haïtienne de Martinique

Figure 1. Les Églises protestantes évangéliques haïtiennes à la Martinique (2010)

Figure 1. Les Églises protestantes évangéliques haïtiennes à la Martinique (2010)
  • 7 A. K. « Six églises évangéliques réunies », in France-Antilles, no 13022, 5-6 juin 2010 : 6.

8Ces communautés haïtiennes sont essentiellement situées dans la capitale Fort-de-France (cf. figure 1) ; deux autres sont en création dans le nord et dans le sud de la Martinique. Par ailleurs, « à l’exception de deux ou trois églises, toutes les autres (sur six) sont situées dans de petites maisons au milieu de quartiers populaires. Parfois, il s’agit de maisons “réquisitionnées” pour des besoins de prières. Ces occasions sont souvent celles de retrouvailles. »7 En outre, une connaissance extérieure et intérieure de ces milieux montre qu’ils ont des origines communes, et que les leaders qui se sont un temps côtoyés ont préféré se séparer, officiellement pour des divergences doctrinales, mais le plus souvent pour des rivalités entre individus. Boileau n’avait-il pas raison de dire : « Que tout protestant est pape bible en main ? » En effet, chacun affirme, bible en main, la supériorité de ce qui n’est que sa paraphrase du texte sacré des chrétiens, puisque la glose qu’il énonce fait l’économie de toute analyse et de toute distanciation critique ; le littéralisme qui a cours dans ces milieux empêche un plein épanouissement (intellectuel) des membres.

Figure 2. Les filiations entre les communautés ecclésiales haïtiennes de Martinique

9Ces communautés sont nées de plusieurs racines (cf. figure 2) comme « l’Église » fondée par une sœur missionnaire haïtienne de New York, « Sœur » Régina ou l’Église de la prophétie de l’île d’Antigua (Antilles anglophones) ou d’associations libres. Comme le souligne la sociologie religieuse, ces communautés sont scissipares. Elles se divisent à la suite de différents doctrinaux. L’organisation et le fonctionnement sont ceux de « l’église mère ». Certaines sont indépendantes, d’autres sont affiliées à des églises de l’étranger, notamment des États-Unis pour la communauté en cours de constitution dans le sud de la Martinique.

Tableau 1. Les effectifs des communautés ecclésiales haïtiennes de la Martinique

  • 8 La distinction a été faite par notre informateur. Selon lui, tous ceux qui côtoient la communauté n (...)

Églises

Implantations géographiques à Fort-de-France

Effectifs

Nombre d’adolescents/

jeunes adultes

Église de Jésus-Christ

de la Martinique

Quartier de Châteauboeuf

200 membres

30

Église de Dieu en Christ

Quartier de la Volga

50 membres

10

Église de Dieu en Christ

Boulevard de Sainte-Thérèse

20 membres

5

Église Évangélique de la sainteté

Route de la folie

100 membres et

100 sympathisants8

50

Église Évangélique de l’Union

Boulevard Paul Nardal

100 membres

30

Église de Dieu Mission Pencotostale

Boulevard Allègre

25 membres

10

  • 9 Ce protestantisme s’est beaucoup développé du fait de la réalité socio-économique (Dejean, 2008 : 4 (...)

10
Il est difficile de connaître les chiffres exacts, car les registres de paroisse ne sont pas à jour. En outre, les membres se déplacent d’une communauté à l’autre, voire re-migrent vers les USA ou l’Europe. Parfois, une même famille peut être partagée entre deux de ces églises pour des raisons qui ne sont pas forcément objectives. Il suffit d’un désaveu du leader par un noyau pour qu’il en soit ainsi. Les enfants du pasteur peuvent décider de rompre avec la communauté que dirige leur père. Quoi qu’il en soit, ce que l’on observe, c’est la vitalité de ces églises qui reproduisent à l’identique les cultes des ti légliz (petites églises, en créole haïtien) protestantes haïtiennes9.

  • 10 Ceux-ci peuvent durer quatre voire cinq heures.
  • 11 Pour la nouvelle saison sociale 2010-11, deux sessions d’initiation et d’approfondissement de la la (...)

11Ces milieux de vie organisent beaucoup d’activités cultuelles : réunions de prière, célébrations de toute sorte, des offices religieux kilométriques10, des activités culturelles à l’adresse des jeunes (des sorties dans l’île et hors de l’île : Sainte-Lucie, Guadeloupe), des rencontres-débats sur des sujets préoccupant la jeunesse (sexualité, drogue, orientation dans les études, etc.), des ateliers divers (arts, cuisine, couture, etc.) ; et des activités culturelles telles que des cours d’alphabétisation pour les membres adultes11. N’est-ce pas placer ces jeunes et ces moins jeunes en contact avec l’indéterminé à travers la foi et en les instruisant ? À cet égard, l’ethnologue de l’éducation P. Erny (2001 : 136) estimait qu’en dehors du temps scolaire, l’Église pouvait trouver un champ éducatif remarquablement fécond. Cependant, pour ce dernier, il n’y aurait une réelle prise en charge éducative que s’il y avait une volonté de « dépasser le bricolage individuel et local, [de] insérer ce que l’on fait dans un mouvement d’ensemble […] faire connaître les entreprises qui ont réussi afin qu’elles fassent envie à d’autres et leur donnent des idées. » Peut-on admettre qu’il en est ainsi en réalité évangélique martiniquaise (toutes obédiences confondues) ? Autrement dit ces communautés aiment-elles suffisamment le monde pour en assumer la responsabilité et le sauver de toute ruine, en éduquant conformément à la définition que donne H. Arendt (2006 : 37) de cet acte ?

2. La prise en charge éducative en milieu évangélique

12Depuis que je me suis converti et que j’ai commencé à fréquenter le groupe de jeunes, j’ai constaté que différentes qualités ont vu le jour [en moi], maintenant, je suis plus patient, j’apprends à mieux écouter, à prendre des initiatives, des responsabilités, à sortir de l’égoïsme. (Biron, 2005)

13Ce propos qui concerne l’aspect social de ces communautés a été recueilli dans le cadre d’une des communautés évangéliques. Manifestement, le jeune qui témoigne ici évoque la puissance d’échange entre le groupe et ses jeunes membres. Il a su capter positivement des valeurs que lui, ainsi que d’autres jeunes désorientés, trouvent utiles. Cette perception des choses serait corroborée par la conclusion de l’étude sur l’Estime de soi et prise en charge éducative en milieu néo-protestant martiniquais. L’auteur écrit :

14Les communautés néo-protestantes de type évangélique présentent sur le département depuis près d’une centaine d’années proposent aux jeunes martiniquais une prise en charge éducative. Des activités intra églises, extra églises et inter églises sont proposées aux jeunes. Être animateur de jeunesse en milieu néo-protestant, c’est apprendre à intégrer, dans la prise en charge des jeunes, différents facteurs. Il s’agit d’aider le jeune martiniquais à avoir une meilleure estime de lui-même. En lui permettant de comprendre que sa valeur lui vient du seul fait qu’il est un être humain et qu’il soit certain de ses capacités, et [qu’il] utilise au mieux son potentiel. Le fondamentalisme de certains moniteurs de jeunesse en Martinique qui explique tout par la lecture des textes bibliques, pourrait expliquer le manque de formations de ceux-ci dans le domaine éducatif puisqu’il s’agit d’éduquer le jeune en priorité suivant les principes bibliques. D’autre part, ce manque de formation de ces responsables peut dénoter un certain laxisme, propre à l’héritage culturel de la Martinique. C’est en effet, se contenter du peu que l’on possède sans chercher à connaître et à apprendre davantage. Il serait donc indispensable d’avoir accès à des formations pour pouvoir mieux comprendre le jeune et mettre en place une prise en charge éducative appropriée. Mais nous considérons que la prise en charge éducative des jeunes Martiniquais en milieu néo-protestant, bien qu’intuitive, répond plus ou moins bien aux besoins des jeunes. Besoin de sécurité affective, de socialisation, d’autonomie, de respect, d’amour de soi. Il serait tout de même souhaitable que les moniteurs de jeunesse se forment en psychothérapie afin de pouvoir aider au rétablissement des jeunes ayant une basse estime d’eux-mêmes, qui sont blessés et qui blessent à leur tour. Nous sommes conscients, toutefois, que cette prise en charge est nécessaire à la société martiniquaise, car le jeune est éduqué au respect de sa personne et des autres, au respect des règles d’un groupe : ce qui est bénéfique à la société martiniquaise. Dans ce milieu les jeunes apprennent à ne pas utiliser la violence comme mode d’expression, on les invite surtout au respect des normes de la société et au développement de ses aptitudes, afin qu’il soit utile dans sa communauté et par extension dans la société martiniquaise. Mais il s’agirait dans le cadre de la prise en charge éducative en milieu néo-protestant dit évangélique de proposer aux jeunes des activités qui intégreraient des éléments de la culture martiniquaise, cela favoriserait chez les jeunes l’acceptation de leur identité martiniquaise (Biron, 2005).

15On ne peut donc nier l’impact de ces milieux évangéliques « classiques » — des milieux en voie de protestantisation, c’est-à-dire d’institutionnalisation ; concept de la sociologie de la religion que nous reprenons du sociologue J.-P. Willaime — sur l’éducation des jeunes. Cependant, n’est-ce pas un rôle initialement dévolu à la famille, qu’usurperaient ces églises évangéliques ? Aussi en vient-on à se demander pourquoi la famille n’a pas une plus grande place dans la construction socio-éducative de ces jeunes. Un rôle que lui assigne la société.

16Les parents sont les premiers artisans dans l’éducation d’individus autonomes, responsables et capables de jugement critique, de telles compétences étant fondamentales dans le contexte d’une société humaniste. La famille est la première communauté dans laquelle l’enfant est confronté aux réalités de la vie et s’humanise. Il est d’abord intéressant de constater l’apport du style parental démocratique caractérisé par la sensibilité (engagement parental), l’encouragement à l’autonomie psychologique et la supervision au développement de l’autonomie du jeune et, plus précisément, de sa persévérance et sa volonté à faire des efforts (orientation vers le travail), de son autodétermination (indépendance) et de son identité (estime de soi, concept de soi). Il est également intéressant de constater la contribution de la communication parents-enfant et parents-adolescent et de la participation graduelle à la prise de décision dans la famille tant au développement de l’autonomie individuelle qu’au développement de compétences requises pour devenir des citoyens respectueux et responsables telles écouter, raisonner, argumenter juger et décider. Il importe aussi de relever l’apport des parents comme modèles, pédagogues et agents renforçateurs dans l’apprentissage du partage, de l’empathie et de la bienveillance, du respect et de la confiance à l’égard des uns et des autres dans la socialisation à la coopération sociale. Il est également intéressant d’observer le rôle des parents dans l’établissement d’une culture démocratique familiale où l’enfant et l’adolescent apprennent les règles de fonctionnement, leurs droits et leurs responsabilités et sont encouragés dans leur démarche d’engagement civique et communautaire. La contribution des parents à la socialité des jeunes s’effectue non seulement à l’intérieur de la cellule familiale, mais également en complémentarité avec l’école (Deslandes, 2008).

17Ne serait-ce donc pas légitime pour ces enfants étrangers dont on connaît le taux d’échec scolaire élevé (Tauvel, 1994) que l’implication des parents soit plus effective ? Dans une étude sur les enfants de migrants haïtiens en France, le sociologue F.-A Luzincourt décrit l’origine des migrants de la grande île des Antilles : la plupart sont illettrés, de « faible niveau d’éducation. » (Mooney, 2008 : 90). De plus, « les parents haïtiens croient qu’ils peuvent appliquer le même système éducatif en vigueur en Haïti comme par exemple mémoriser les leçons », ne pas poser de questions aux enseignants » (Luzincourt, 2007 : 40). Il ne s’agit pas de contester cette origine sociale, mais de mettre en lumière le travail que ces communautés doivent faire sur le plan intellectuel pour accompagner les fidèles qui sont parents, car ces membres s’enferment dans un communautarisme, faute d’outils culturels pour faciliter leur lecture de la société martiniquaise ; d’où des difficultés de dialogue avec l’institution scolaire, pour décoder les différents signifiés auxquels ils sont confrontés. C’est donc dans leur communauté que ces fidèles se construisent. Ces êtres sont équipés pour affronter le milieu d’accueil. La connaissance que la sociologue Mooney en a l’autorise à dire : « Les Haïtiens auxquels j’ai parlé […] utilisaient leur croyance pour créer leur propre discours sur leurs luttes en migration et pour leur intégration […] Ils se tournent vers leur communauté religieuse pour y trouver dignité, identité et communauté. » (Mooney, 2008 : 106). Les Églises défendent ces êtres vulnérables et soutiennent leurs progénitures ; elles répondent à ce « besoin de solidarité concrète et vécue, de personne à personne, de personne à groupe. » (Morin, 2008 : 46).

18Les communautés protestantes haïtiennes comme des tiers-lieux éducatifs. Ce concept que nous empruntons au philosophe de l’éducation G. Coq (2003 : 28-29) traduit ce qui se fait empiriquement dans ces communautés à savoir : l’accompagnement des jeunes par des adultes. Quelle place réservent ces communautés à leurs jeunes ? Pour Coq « si l’ensemble des lieux sociaux n’assume pas sa part dans la tâche de l’éducation, l’école ne pourra pas assurer celle qui lui revient en propre. » (Coq, 2003 : 30).

19Quoi qu’il en soit, dans ces églises, des cours d’alphabétisation sont organisés à l’attention des fidèles des églises. Lors des rencontres des « dames missionnaires » (groupes de femmes de l’église), celles-ci échangent entre-elles des informations pratiques en vue de l’éducation des enfants. Quant aux jeunes ils sont guidés par tel ou tel membre qui est par ailleurs éducateur, ou par un jeune de l’église qui a pu franchir les obstacles et intégrer le niveau supérieur jouant le rôle de « grand frère. » C’est ainsi qu’un enseignant du second degré initie une telle démarche de guidance en faveur des collégiens et lycéens de sa communauté. Il s’agit pour lui de les aider en méthodologie de l’apprentissage. Des cours de soutien scolaire sont organisés régulièrement par tel jeune de la communauté (préparationnaire des concours de l’enseignement) ou par telle autre bonne volonté ; ou encore telle enseignante du primaire qui assure la catéchèse.
Cet objet en soi ne s’oppose pas à d’autres activités de ces églises. Ainsi l’un des fondements de celles-ci demeure la guérison. Cette compétence est considérée comme l’essence de leurs existences. Doit-on et peut-on voir derrière cette activité religio-sanitaire un accompagnement éducatif ?

3. Éducation à la santé

20On ne peut qualifier ces églises d’églises guérisseuses, au sens où le définit E. Dorier-Apprill (2002). Néanmoins, elles mettent l’accent sur la guérison, comme le font toutes les églises pentecôtistes, et considèrent que la maladie est due au déferlement des forces sataniques. Il s’agit pour la communauté rassemblée de s’opposer au déchaînement de ces forces de l’univers. La responsabilité des fidèles est de « contrôler » les activités des forces cosmiques du mal : ces puissances territoriales négatives. D’ailleurs, le géographe des religions F. Dejean (2008 : 30) rappelle le principe qui est au cœur de l’action de ces églises : la conquête de l’espace territorial, physiquement et spirituellement. Le chercheur qui s’intéresse à l’inscription territoriale des croyances religieuses écrit :

« Qu’en Haïti, les chrétiens présentent leur œuvre comme un véritable combat contre le vaudou […] Depuis les années 1970, les chrétiens pentecôtistes présents en Haïti procèdent au travail de cartographie opérant un partage entre les territoires chrétiens et les territoires démoniaques, comprendre ceux qui sont tenus par le vaudou. »

  • 12 Sorte de cri primal, qui se veut être une thérapie collective.
  • 13 Évangéliste N…., (de Sainte-Lucie) « Comment vivre sa maladie, » conférence tenue à L’Église Évangé (...)

21Ces puissances contre lesquelles lutte l’église infestent le croyant, en prennent possession et désorganisent à la fois le soma et la psyché. Il en résulte la maladie, qui « étend son territoire et prend le dessus sur la vie du corps pour finir par la détruire » (Yonggi Cho, 1995 : 14). Le croyant doit tout mettre en œuvre pour contenir l’activité de ces êtres démoniques : « La maladie visible reçoit sa force et sa nourriture du Malin, qui est invisible, c’est-à-dire le diable possesseur du pouvoir de mort. » La communauté se mobilise pour le membre affecté en mettant en œuvre toutes sortes de moyens : le jeûne dont la limite est celle qu’a vécu le christ : quarante jours ; les « cris »12 de délivrance : des prières d’autorité face à l’agent du mal ; les temps de louanges à savoir des enchaînements de cantiques ; des campagnes de « déblocages » (s’agit-il d’une geste psychothérapeutique ?) afin de convoquer la puissance thaumaturgique. Le grand instrument de signification de l’action thérapeutique est la parole et ce conformément à ce trait culturel idiosyncrasique qu’identifie la recherche linguistique, à savoir : « La société haïtienne est une société […] structurée par la voix. » (Tessonneau, 2008 : 134). L’acte de soin exige un renversement de sens : ne pas convoquer la raison raisonnante au seul profit de la foi (du charbonnier). La maladie est transcendée dans la mise en scène qui se déroule dans l’enceinte de la clinique spirituelle (terminologie propre à ces églises), où les soignants, que sont les cadres de la communauté, officient. Toute l’entreprise vise à éradiquer la maladie et apprendre à l’adepte à vivre sans maladie13. Le prêche, qui objecte la clinique thérapeutique pour mettre en péril les effets de la maladie, préfère admonester la maladie et ceux qui se laissent dominer par elle. Car le croyant à l’entière responsabilité de son corps.

3.1. La mise en scène thérapeutique dans une de ces églises ethniques

  • 14 Souligné par nous.
  • 15 Souligné par nous.

22Dans cette Église, le culte débute par des louanges menées par trois femmes. Elles sont accompagnées d’un orchestre comme dans toutes les Églises pentecôtistes et aussi par les fidèles. Nous avons tout de même constaté que ces femmes, à l’intérieur même de l’église, appartenaient à un groupe appelé : les dames missionnaires. Elles étaient toutes vêtues de blanc et avaient par ailleurs une meneuse qui donnait le ton. C’est elle qui décidait du chant sous l’œil bienveillant du pasteur. Ce jour-là, ces louanges étaient faites à la gloire de Dieu, mais aussi, et surtout dans le but de solliciter la bienveillance du Dieu thaumaturge14 à l’égard de sœurs absentes pour cause de maladie. Il est important de préciser que les pratiquants pour la plupart ainsi que le prédicateur étant Haïtiens, les chants se faisaient essentiellement en créole. Les louanges, ce dimanche, appelaient le Seigneur au pardon, à la restauration physique15 et spirituelle :

  • Jézu vinn pozé lanmen su nou (Jésus vient poser tes mains sur nous) ;

  • Vinn nétwoyé nou (vient nous nettoyer) ;

  • Vinn restoré nou (vient nous remettre en forme).

23Après environ une heure de temps, l’une des femmes, manifestement la dirigeante du groupe, descendit dans les rangs et incita les fidèles par rangées de dix, à prier pour sœur Rolande, à solliciter la bonté du Seigneur pour la guérison de cette sœur très gravement malade. Tout d’un coup, la prédicatrice se mit à parler beaucoup plus vite, il était presque impossible de comprendre ce qu’elle disait. Nous avons quand même pu saisir quelques bribes de mots non sans difficulté :

  • 16 Traduction littérale d’O. Laroue.

24« Jézu aji nan fidélité, aji nan pasion, vizité seu Woland, pozé lanmen sou’y, béni’y, rédé li pou li touvé lagérizon. » (Traduction : Jésus agit dans la fidélité, agit dans la passion, rends visite à sœur Hollande, pose tes mains sur elle, bénis-la, aide-la à retrouver la santé16).

  • 17 Souligné par nous.

25À ce moment, les fidèles se mirent à parler aussi très vite, là il était impossible de comprendre quoi que ce soit. Certains adoptèrent la génuflexion, surtout les femmes. Les hommes, quant à eux, debout levaient les mains vers le ciel appelant les faveurs du Tout puissant. La prédicatrice réitéra sa demande de prière pour la restauration17 de sœur Rolande par groupe de dix bancs jusqu’à faire toute la salle. Durant cette opération, nous avons à plusieurs reprises essayé de comprendre ce que disaient les pratiquants, mais nos tentatives restèrent veines. Le débit était trop important, ou fallait-il voir là, le parler en langue : la glossolalie ? (Laroue, 2005 : 36).

3.2. Les objurgations du prêcheur contre la maladie

  • 18 Souligné par nous.

26Certains [fidèles] ne sont pas là ce matin et ne peuvent pas y être à cause de leur santé. Qui aime être malade ? Pas moi, je n’aime pas l’être. Lisez 2 corinthiens 2 : 14 [texte néotestamentaire]. C’est Dieu qui permet de triompher18 de la maladie. Il ne s’agit pas d’imagination, de pensées, mais grâce à Dieu, nous triomphons. Il ne désire que la santé pour son peuple ; c’est son objectif. Pour cela, il faut de la connaissance inscrite dans l’âme c’est-à-dire dans les sentiments, dans les raisonnements. Quand nous ne sommes pas en bonne santé, Dieu n’est pas glorifié. La maladie vient du diable. La maladie n’est pas pour toujours en Dieu, seuls les médecins disent cela. Je dis au diable tous les jours : mwen pa sa malad : je ne puis être malade ; Jésus ne fait rien à moitié.

  • 19 Évangéliste N…., (de Sainte-Lucie) « Comment vivre sans maladie, » conférence tenue à L’Église Évan (...)

27Pourquoi la maladie surgit, qui en est l’auteur ? Lé Jézi kasé tèt-li otorité pa ni pouvwa : Jésus a écrasé la puissance du diable. La souffrance [est] pour un moment, mais [vient] la victoire totale. Douleurs, maladies, proviennent du péché. La femme une habitation de douleurs. À cause du péché : la terre est maudite si bien que l’alimentation elle-même provoque la maladie, yanm-la ou manjé fé-w malad : l’igname te rend malade. J’ai autorité sur la maladie : dites mwen ka kwazé tèt-ou : j’ai autorité sur la maladie. Vous devez croire au Dieu qui ne ment pas : s’il dit qu’il guérit, Il le fait ; ce qu’Il promet, Il le réalise. Les jeunes gens mentent pour conquérir une femme, pas Dieu, Il ne ment pas. »19

28Se pose selon nous cette question de la démarche éducative afin d’atteindre l’objectif d’une santé parfaite. Dans sa recherche, O. Laroue (2005 : 45) conclut à une telle démarche en ces termes : « l’éducation, selon R. Hubert, est : « L’ensemble des actions et des influences exercées volontairement par un être humain sur un autre être humain, en principe par un adulte sur un jeune, et orientées vers un but qui consiste en la formation dans l’être jeune des dispositions de toutes espèces correspondantes aux fins desquelles, parvenu à maturité, il est destiné » (Champy et al ; 1994 : 317). Cette définition du concept d’éducation s’applique manifestement à ce qui fut observé, car au cours de la liturgie, on s’aperçoit que le pasteur par son charisme, son savoir qu’il soit biblique et/ou général exerce bien volontairement son influence par ses actions, sur des individus, les fidèles, dans le but de les former et par conséquent pour qu’ils acquièrent un savoir. En outre, à l’issue de cette recherche nous pourrions presque dire que l’éducation est un concept référent dans ce mouvement religieux, car en plus de l’adoration, un accompagnement est prévu tout au long de la semaine.

3.3. Éduquer à la santé

29La parole de Dieu est efficace pour guérir, en vertu de sa puissante consistance. Son efficacité réside dans son effectuation. À cause de l’efficience de cette parole énoncée, le croyant n’est plus malade. Maintenir son bien-être consiste à avoir confiance dans cette révélation du Ciel. Car le croyant a l’autorité « légale » pour s’opposer à la maladie et à son auteur. Ainsi, la maladie : le cancer, le diabète, l’hypertension, les jambes lourdes Jésus a déjà tout pris : à travers son immolation, nous sommes guéris. Les trente-neuf coups de fouet (sur la croix) du Christ correspondent à nos maladies ; un seul coup : un mal de tête, une rage de dents.

30Le prêcheur par le contenu de son message, grâce à son charisme, indique comment faire pour ne jamais être malade ; il prescrit aussi de renoncer à exécuter une ordonnance médicale. La perception d’une vie de santé séduit les individus qui dès lors se livrent à une stricte observance hygiénique : ne pas fumer, vivre chastement, boire modérément et quelquefois s’abstenir, surtout quand ils ont été alcooliques avant d’intégrer la communauté. La dialectique sanitaire est claire : la guérison vient avant la maladie : malad détwi avan i lévé ; di diab-la, di kansè-a Jézi ja fèmé an-le-w. Vivre selon les Écritures, nous préserve de la maladie : piès maladi ; bondié pa ka mété malad si nou. La bonne santé est un ethos : si ou fè komès maladi pran si’w : si tu agis mal, tu seras en mauvaise santé. Prier pour bénir tout. Il faut convenir que la maladie n’a rien à faire en nous, dans nos corps. Le croyant commande la maladie : la parole/les versets bibliques prescrits est/sont le médicament. Les cas de guérison sont des manifestations de l’inefficience de la maladie. Il s’agit de s’opposer de toutes ses forces contre elle. Ne sont malades que les athées.

31L’éducation à cette médecine religieuse répond aux critères de l’éducation à la santé. Il s’agit de « favoriser la capacité de discernement. [En effet] par la création de théories, la réalité perçue initialement comme unique et de façon absolue devient multiple et impermanente » (Stévenin, 2006 : 87). Les jeunes sont pour leur part encouragés à l’abstinence sexuelle avant la conjugalité, à veiller à leur santé en refusant toute consommation de substance illicite, à protéger leurs corps qui est l’habitation de l’Esprit saint.

4. L’éducation morale

32Elle est rigoriste et légaliste. Elle se base sur une lecture littérale des écrits bibliques. Il s’agit de s’opposer de toutes ses forces à la morale « païenne » que le monde propose. C’est là la préoccupation de tout un chacun, mais essentiellement des leaders de la communauté. Ceux d’entre-eux qui ont la charge des jeunes sont particulièrement sollicités pour cette mission d’éducation, pour ne pas dire d’endoctrinement. Ces milieux ont une vision très manichéenne du monde : nous et les autres, c’est-à-dire les « vrais croyants » et les païens — une dualité schizophrénante à vivre. D’ailleurs, l’un des hymnes fétiches de ces églises ethniques : le monde sé pa la kaye mwen, sé an rô map rété : ma demeure, c’est le ciel, pas ici-bas. La réalité terrestre est donc reconnue comme source de corruption ; sa conceptualisation ignore toute la tension que renferme la dialectique augustinenne des deux cités : la cité terrestre et la cité céleste.

  • 20 Un des proverbes haïtien dit ceci : « Pastè ap dansé, l’ap veye nan makout li : Le pasteur danse, m (...)
  • 21 Joko : « les béatitudes ». Dans ce titre de juin 2010, le chanteur dénonce ces pasteurs qui trompen (...)

33Cette morale part certes d’un bon sentiment : aider les jeunes et les moins jeunes à développer une conscience morale et à être d’honnêtes citoyens. Cependant, on ne peut pas ne pas voir les limites d’une telle morale légaliste qui empêche à l’individu de vivre sa liberté d’être né libre, au sens rousseauiste ; et qui ne présente pas « la pluralité des accomplissements humains » (Pena-Ruiz, 2007 : 33). Les exhortations morales ponctuent tous les discours des pasteurs et de ses collaborateurs. Certes, les fidèles ne sont pas dupes et veillent à la moralité de leurs dirigeants20, dans un contexte où de nombreuses affaires de mœurs impliquant des leaders de ces églises évangéliques ont éclaté — la chansonnette martiniquaise dénonce les travers des pasteurs21.
L’éthique est donné dans une brochure d’un séminaire théologique haïtien dont un chapitre s’intitule : « Une jeunesse chrétienne conscientisée ». Que lisons-nous :

« Aujourd’hui, il semble que nous, jeunes chrétiens, voulons donner au matérialisme dialectique le soin de changer la face de notre monde. Non ! Je dis NON ! Jeunes chrétiens de mon pays, c’est à nous et non aux athées de transformer la communauté. En raison de la double fonction cultuelle et diaconale de l’Église, l’avenir de la communauté haïtienne dépend en grande partie de la conduite des vrais chrétiens. Vous et moi nous avons pour devoir d’apprendre à l’homme chrétien haïtien, à chaque Haïtien, qu’il est un homme, et non un semblant d’homme ou zombi… Nous devons travailler pour plus de bien-être au sein de la communauté haïtienne » (Casséus, 1993 : 94).

34Un idéal citoyen que ne peuvent atteindre ces communautés si légalistes, le plus souvent désorganisées, au fonctionnement monarchique : le pasteur est celui qui a le dernier mot et tout passe par lui. D’où une certaine pauvreté dans cet idéal de morale, car il se limite à se préserver pour les jeunes de grossesses indésirables ; à s’abstenir de fumer ; à se préserver des autres jeunes du monde et de l’influence de la culture de ce monde. Une discipline, certes, mais seulement pour quelques aspects de sa vie. Toute la richesse d’une éducation morale qui aide à saisir le message rimbaldien ; message que renferme sa formule : « Je est un autre » est bafouée. Or il s’agit comme l’exprime E. Durkheim dans son Éducation morale de favoriser l’attachement de l’enfant au groupe social. Le corollaire de l’éducation morale ainsi appauvrie de toutes références autres que scripturaires : une éducation citoyenne insuffisante ou du moins qui forme des êtres soumis, passifs voire fatalistes. D’ailleurs, ce dernier caractère est pour la recherche anthropologique constitutive de la personnalité de l’homme haïtien :

  • 22 G. Décoste, « L’homme haïtien : psychologie et spiritualité », dans

35L’homme haïtien semble préférer assumer ou subir sa souffrance comme une fatalité à laquelle il ne peut échapper plutôt que de se révolter contre elle ou chercher résolument à y mettre fin. Cela risque de l’enfermer dans une psychologie et une spiritualité victimisantes ; en d’autres termes, dans le rôle et la situation psycho-spirituels de victime.22
Dès lors, quelle intégration citoyenne ? Les Églises jouent-elles suffisamment ce rôle de facilitatrices d’intégration d’une population dont les membres sont « comme des oiseaux sur une branche », à savoir toujours prêts à partir ?

5. L’éducation à la citoyenneté

36Dans beaucoup de cas, les îles franco-antillaises servent de tremplins pour un départ vers d’autres horizons. En effet, beaucoup de jeunes haïtiens nés sur le sol martiniquais (français donc) s’expatrient vers l’Amérique du Nord où réside une grande communauté haïtienne. D’ailleurs, une fois sur ces territoires, ils se retrouvent dans des églises haïtiennes qui y sont établies. Qu’en est-il de l’enseignement civique de l’église ?

  • 23 En effet, saint-Paul dans sa lettre aux chrétiens de Rome (Chapitre 13 : 7/La bible TOB), les invit (...)

37À proprement parler, selon notre enquête, il n’y en aurait pas (du moins de façon explicite). En revanche, on ne peut nier un enseignement qui stipule la soumission à l’autorité (politique) établie, car elle vient de l’Altérité (de Dieu). Une rhétorique (d’extraction paulinienne23) qui produit des hommes et des femmes prompts à se plier à la loi de la cité, avec toutefois l’idée qu’ils ne sont pas concernés par la cité humaine : sé le monn (Belaise, 2004 : 56) : c’est le monde des hommes, pas la cité de Dieu. Ils se sentent peu concernés par la loi civile. Ce qui importe, c’est de ne pas la violer. Si bien que le réalisme objectif de celle-ci échappe aussi bien aux cadres qu’aux fidèles. Quant aux enfants, soumis à la loi de l’école républicaine qui doit les conduire vers la rationalité et l’universalité (Duru-Bellat, 2015 : 5), ils sont en porte-à-faux avec la doctrine professée. En effet, le plus souvent (et c’est valable dans des églises évangéliques martiniquaises « historiques »), ils n’arrivent pas à articuler l’enseignement de l’école et celui de l’Église. Le réel perd une partie de ses aspects, du fait de cette incapacité des responsables à montrer la complémentarité des enseignements (scolaires et ecclésiaux), et non leur antinomie. Cela tient au déficit culturel de ces derniers. Tout est donc fait pour objectiver le discours religieux qui est distillé par ces prêcheurs, car tel est le principe même de la foi évangélique : le caractère révélé du texte sacré, et surtout son inerrance (Denimal, 2008 : 32). D’où le corollaire suivant : on ne retranche ni n’ajoute rien, ce qui explique en partie le littéralisme de certains leaders évangéliques autoproclamés.

38Quelle éducation citoyenne autorise une telle catégorie théologique ? Comment convaincre de telles communautés, attachées à une certaine expression de la foi chrétienne, de changer de conception ?
Il est évident que cette manière de voir ne possède aucune force d’obligation universelle. Ses principes s’opposent à bien des positions telles que celle de l’historien R. Rémond. En effet, pour l’académicien, le christianisme pour lequel il plaide doit être raisonnable. Le social et la citoyenneté qui s’y réfère doivent être des instruments de signification de l’Église :

« Je plaide pour une Église éducatrice de la liberté de conscience. Une conscience éclairée, libre et adulte, nourrissant des convictions. Pour cela, nous avons besoin d’un christianisme raisonnable, relevant les défis intellectuels auxquels les sociétés sont confrontées. Les réponses piétistes sont insuffisantes […] Les chrétiens ne doivent pas céder à la tentation de se présenter comme les défenseurs d’une identité particulière ou se retirer dans les sacristies, absorbés par les seules affaires internes à l’institution » (Rémond, 2005 : I).

39En fait, le modèle de l’homo educandus que préconise le penseur, modèle doué d’intelligibilité, entre en résonance avec celui qu’ambitionne pour son pays un des prélats haïtiens. En effet, pour ce dernier, la solution pour rebâtir cette nation passe par « l’éducation et la formation » (Kébeau, 2010 : 18). Ces mesures salutaires nécessitent la coopération de l’Église française :

  • 24 Ibid.

« Mon rêve est d’envoyer de jeunes Haïtiens se former à la politique, afin de préparer une nouvelle génération en mesure de servir notre pays, sur de nouvelles bases. L’éducation à la conscience politique est une véritable priorité. »24

  • 25 Semaines sociales de France, Les religions, menace ou espoir pour nos sociétés ?, Actes de la 83ème(...)

40Autrement dit, il ambitionne une articulation entre religion, éducation et citoyenneté ; articulation que la recherche en sociologie des religions évalue. Que manifeste une telle relation ?
Pour comprendre la nature du lien entre ces trois champs, nous nous sommes référés aux conclusions de l’atelier 3 des Semaines sociales de France25 de l’année 2008. Selon le rapporteur L. Ziegler :

  • 26 Ibid., p. 184.

« En France aujourd’hui, il y a à la fois un problème éducatif et un problème religieux. Bien des interactions entre ces deux domaines pourraient être relevées, mais la plus évidente renvoie à la formation globale des citoyens dans un contexte sans précédent de la transmission. »26

  • 27 Ibid., p. 192.

41Dans ce cadre sont rapportées des expériences d’éducation à la citoyenneté aussi bien en milieu musulman que chrétien. Dans le premier cas, il nous est dit :
Que cette éducation ne se fait pas à travers une « éducation religieuse » classique qui reste du ressort de la famille et des individus, mais à travers une écoute attentive des soucis contemporains.27
Dans le second cas, il s’agit de l’apprentissage de la citoyenneté en milieu scout :

  • 28 Ibid., p. 193.

42Cet apprentissage passe par des références à la vie quotidienne : la vie d’équipe, la loi et la promesse, le service, la nature. La place de l’individu en tant que croyant est fondamentale dans cette éducation de l’homme et contribue à la découverte d’un chemin personnel de foi […] Il s’agit de vivre en citoyen et en croyant.28
Que se passe-t-il réellement dans ces Églises ?
La connaissance que certains chercheurs ont des communautés étrangères les conduit à considérer : « Que les populations immigrées ou issues de l’immigration seraient, au fond, coupables de ne pas “s’arracher” à leurs cultures d’origine, de souscrire aux injonctions supposées de coutumes et de pratiques radicalement contraires aux normes élémentaires de la société d’accueil » (Lagrange, 2010 : 35). Or sans ce geste il est impossible de s’intégrer et de participer activement à la vie citoyenne du pays hôte. Car pour M. Gauchet :
S’intégrer veut dire en fait s’intégrer à une communauté historique, à une culture, à une tradition, à un ensemble de références, pas seulement à une société économique. Il faut que ce à quoi l’on s’intègre soit clair, ce qui n’est pas le cas en France (Gauchet, 2006 : 51).

43Or de nos jours, la dialectique de l’intégration serait en panne dans le pays de Voltaire. Car pour le géographe canadien L. Dupont (2006 : 108) :
La culture nationale française éprouve des difficultés à intégrer et encore plus à assimiler, les immigrants et les enfants d’immigrants dont la culture et le profil racial ne cadrent pas avec la norme nationale. L’accès à l’espace citoyen est en conséquence limité. À bien des égards, le caractère exclusif de la culture nationale s’apparente parfois à celui de nations homogènes.

44On ne peut donc nier la tension entre « l’affirmation de [ses] spécificités et la capacité [des sociétés] modernes à produire du lien social ? » (Deloge, 2010 : 39) Historiquement, c’est l’école républicaine qui jouait ce rôle d’intégration nationale. Les instituteurs étaient les hussards de la République. Ils étaient chargés de contribuer à son institution, rappelle la sociologue de la citoyenneté D. Schnapper (2000 : 144). « Il importait d’arracher l’individu à ses particularités pour en faire un citoyen abstrait destiné à définir l’intérêt général. » (Schnapper, 2000 : 155). L’affaiblissement de l’école permet à d’autres institutions de jouer ce rôle facilitateur des liens sociaux.

  • 29 C’est nous qui soulignons.
  • 30 Ibid.

45En définitive, ces communautés ecclésiales haïtiennes devraient davantage contribuer à l’intégration citoyenne, et faire reculer le regard condescendant que peuvent avoir les autochtones — l’écrivain Lyonel Trouillot a pu écrire : que les Haïtiens sont traités comme des chiens29 à la Guadeloupe (Trouillot, 2005 : 23). L’erreur de leurs leaders est de faire l’économie de la dimension sociale du christianisme et de n’en développer que l’aspect spirituel. Une telle erreur s’explique, surtout, par leur propre carence intellectuelle et leur absence de formation. Or le principe de la volonté d’intégration ne reçoit sont développement que par une saine appréciation de la société d’accueil ; regard que peuvent et que doivent encourager ces ecclésiastiques. Dans une étude sur l’intégration, Malika Sorel a démontré : « Que la façon dont les migrants dépeignent la société d’accueil à leurs enfants joue également un rôle déterminant dans le processus d’intégration » (2008 : 184). Peut-il en être autrement, quand la réflexion sociologique énonce le dépassement de la double appartenance des fils et de filles de communautés exilées ? En effet, pour D. Schnapper l’appartenance diasporique se heurte à l’appartenance nationale, celle du pays-hôte. La puissance de cette dernière est « forte » (2006 : 45). L’effort de réflexion de la chercheuse s’exprime dans le principe rationnel suivant :
Le sentiment national reste aujourd’hui fortement intériorisé et conserve beaucoup d’efficacité sur les individus. Vous êtes fidèles à une diaspora, mais vous allez dans une école, vous participez à des institutions politiques de la société dont vous êtes le citoyen et cela a une force évidence.30

Conclusion

  • 31 Le pays en compte neuf, les exilés en constituent un dixième.

46Dans l’imaginaire haïtien, aussi bien des Haïtiens de l’intérieur que de ceux du dixième département31, la diaspora, « Le christianisme est bien […] la porte d’accès à la civilisation (occidentale) par opposition au vaudou, symbole de sauvagerie et d’immoralité : l’école en Haïti vient attester cette idéologie : l’école est appelée à sortir concrètement un à un les individus du milieu de la sauvagerie des masses primitives. » (Hurbon, 1982 : 74)

47Les Églises chrétiennes (catholiques et protestantes) de la diaspora jouent un rôle actif, comme l’a démontré la recherche de la sociologue M. Mooney dans l’intégration des immigrés haïtiens en France hexagonale, et dans le cas de notre étude en territoire créolophone : la Martinique. Cette intégration passe par une prise en charge éducative qui concerne les jeunes et les moins jeunes. Les premiers doivent se faire à un environnement hostile et affronter une haïtianophobie de certains autochtones, car pour certains autochtones, la grande île ; l’île la plus africaine des Caraïbes, cumule des tares et ses ressortissants sont à ostraciser : ce sont des gens vivant en reclus, se mariant entre eux, laborieux et qui investissent tout l’argent gagné en Martinique (familièrement dit : sur le dos des Martiniquais) dans leur patrie. De plus, leur irréductible patriotisme provoque de l’indignation, car il est interprété comme de l’arrogance.

48Les Églises chrétiennes jouent ce rôle d’interface intercommunautaire, car leurs pasteurs cherchent à se conformer aux exigences légales et, pour ce faire, s’associent aux pasteurs locaux ; ils s’intéressent aux réglementations et apprennent à exercer dans le cadre républicain qui met en avant la laïcité. Ils n’échappent pas à l’idée selon laquelle : « Le territoire a toujours constitué un élément fondamental, le terreau dans lequel [se forgent] les identités individuelles et collectives » (Manale, 2007 : 12). De là naît l’incitation que la plupart de ces pasteurs adressent aux enfants de leurs communautés : s’accrocher aux études (d’où de brillantes réussites qui suscitent la jalousie de certains autochtones) comme modalité d’intégration et de naturalisation. Ces leaders peuvent au fil du temps grâce à leur ténacité jouer un rôle de passeurs de culture, de facilitateurs d’intégration, et les voies dans lesquelles ils engagent leurs communautés font de celles-ci des tiers-lieux éducatifs. Cependant, l’on ne peut nier la prégnance de croyances qui loin de faciliter le développement de l’esprit critique, aliènent. Or la puissance de l’éducation protestante (historique) c’est « [d’engendrer] un esprit de recherche critique et le droit à la contestation et à la franchise » (Smith, 1998 : 43).

49La mixité ethnique de la plupart de ces communautés qui accueillent en leurs seins des autochtones de toutes classes sociales, qui favorisent les mariages inter-ethniques liés à l’appartenance religieuse — la nouvelle identité acquise — peut aider à une émancipation de ces ressortissants caribéens ; à un enrichissement des Martiniquais d’origine ainsi que les enfants des uns et des autres. Nombreux parmi les Martiniquais sont ceux qui manient le créole haïtien, grâce à l’usage de cantiques et d’hymnes en provenance de cette île ; qui se rendent en Haïti dans le cadre d’échanges programmés par les pasteurs haïtiens qui maintiennent des liens avec leur pays d’origine, et qui voyagent dans la Caraïbe du fait d’échanges, car les pasteurs haïtiens sont souvent plus en liaison avec leurs pairs (anglo-antillais) saint-luciens ou dominiquais que ne le sont les pasteurs eurocaraïbes de la Martinique.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, H. (2006). La crise de l’éducation, Paris, Folioplus/philosophie.

Bélaise, M. (2004). « Le facteur religieux, hypothèse explicative de la dynamique entrepreunariale de la communauté haïtienne de la Guadeloupe et de la Martinique », dans Mofwaz, 6 : 53-61.

Biron, L. (2005). Estime de soi et prise en charge éducative en milieu néo-protestant, Université des Antilles et de la Guyane, Mémoire de Maîtrise, dir. M. Bélaise.

Casséus, J. (1993). Pour une église authentiquement haïtienne, Limbé/Cap Haïtien.

Champy, P., Etévé, C. (1994). Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation, Paris, Nathan.

Coq, G. (1992). Éloge de la culture scolaire, Paris, Éditions du Félin.

Dejean, F. (2008). « L’évangélisme et le pentecôtisme : des mouvements religieux au cœur de la mondialisation », Géographie et cultures,  68, p : 41-61.

Déloge, Y. (2010). « Quelle citoyenneté dans les sociétés d’individus ? », Cahiers français, 356 : 35-39.

Denimal, E. (2008). « Pour les évangéliques, la Bible est la seule autorité acceptable […] Et non seulement la Bible, mais l’infaillibilité de la Bible qui est exempte d’erreurs et digne de confiance », Faut-il avoir peur des évangéliques ?, Paris, First éditions : 32.

Denimal, E. (2008). Faut-il avoir peur des évangéliques ?, Paris, First éditions.

Deslandes, R. (2008). « Contribution des parents à la socialité des jeunes », 36 (2) : 167-68, URL : <http://www.acelf.ca/c/revue/pdf/XXXVI_2_156.pdf>.

Dorier-Apprill, E. (2002). « Les églises néo-traditionnelles dans le pluralisme religieux africain », Géographie et cultures, 42.

Dupont, L. (2006). « Pluralité culturelle et modernité. Exploration géographique », Géographie et cultures, 58 : 99-117.

Duru-Bellat, M. (2010). « La France n’est pas une bonne élève », La Croix, no38632 : 5.

Duru-Bellat, M. (2010). « La France n’est pas une bonne élève », in La Croix, no38632 : 5.

Erny, P. (2001). Essai sur l’éducation en Afrique noire, Paris, L’Harmattan.

Gauchet, M. (2006). « La politique est ce qui tient les sociétés ensemble », Familles & Éducation, 460 : 50-51.

Gauchet, M. (2006). « La politique est ce qui tient les sociétés ensemble », in Familles & Éducation, no 460 : 51.

Hurbon, L. (1982). Culture et dictature en Haïti, Port-au-Prince, éditions H. Deschamps.

Jeanty, E.-A., Brown, O.-C. (1999). Parol granmoun/ 999 haitians provers in creole and english, Pétionville, Haïti, Éditions Learning center.

Kébeau, L. (2010). (Mgr), « L’identité même des chrétiens est à reconstruire », in La Croix, n38684 : 18.

Lagrange, H. (2010). « Crise de l’intégration : comment prendre en compte le facteur culturel », in Esprit : 35.

Laroue, O. (2005). L’éducation à la santé en médecine religieuse : l’exemple pentecôtiste, Université des Antilles et de la Guyane, Mémoire de Maîtrise, dir. M. Bélaise

Luzincourt, F.-A. (2007). Les enfants des migrants haïtiens à l’école, Paris, L’Harmattan.

Manale, M. (2007). « Vers un nouvel horizon indépassable ? Identités et territoires au XXIe siècle », L’Homme et la société, 165-166 : 11-15.

Mooney, M. (2008). « Structures de médiation et d’intégration des immigrants haïtiens à Paris », Revue européenne des Migrations Internationales, 24, URL : <http://www.migrantsoutremer.org/IMG/pdf/REMI_241_0089.pdf>.

Morin, E. (2008). Pour une politique de civilisation, Paris, Arléa.

Pena-Ruiz, H. (2007). « PrÓxima estaciÓn : trente ans après », Philosophie magazine, 14 : 30-37.

Rémond, R. (2005) « Nous avons besoin d’un christianisme raisonnable », in La Croix, n37262 : I.

Schnapper, D. (2000). Qu’est-ce que la citoyenneté ?, Paris, Gallimard.

Schnapper, D. (2006). « Les nations se sont longtemps méfiées des diasporas », Sciences Humaines, 173 : 44-45.

Semaines sociales de France (2008). Les religions, menace ou espoir pour nos sociétés ?, Actes de la 83ème session, Lyon, 21-23 novembre 2008.

Smith, G. (1998). Eduquer les enfants/une vision protestante de l’école, Québec, Les éditions du sommet.

Sorel, M. (2008). « Penser l’intégration », Le débat, 151 : 182-192.

Stévenin, P. (2006). « La santé par l’éducation », Les sciences de l’éducation pour l’ère nouvelle, vol. 39, 1 : 75-95.

Tauvel, J.-P. (1994). « Enfants d’immigrés », in Champy, (Ph.), Etévé, (Ch.), Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation, Paris, Nathan : 518.

Tessonneau, A.-L. (2008). « La littérature orale, outil didactique pour l’alphabétisation en Haïti », Études créoles, À propos d’Haïti : actes du Colloque d’Haïti : 131-150.

Trouillot, L. (2005). « Les Haïtiens, toujours traités comme des chiens », in France-Antilles, n11819 : 23.

Weinstock, D.-M. (2008). « Une philosophiepolitique de l’école », Éducation et francophonie, volume XXXVIe.

Yonggi Cho, D. (1995). Le chrétien face à la maladie, trad. française de : Suffering….Why me ? Floride, Vida.

Haut de page

Notes

1 L’Église de Dieu Mission Pencotostale localisée au Boulevard Allègre ; L’Église Évangélique de l’Union qui se trouve au Boulevard Paul Nardal ; L’Église Évangélique de la sainteté située à la rue Capitaine Manuel ; LÉglise de Dieu en Christ : le boulevard Maurice Bishop à Sainte-Thérèse, L’Eglise Evangélique de Jésus-Christ de la Martinique qui se trouve dans le quartier de Chateaubœuf ; Enfin l’Église Béthel de la Volga.

2 Souligné par nous.

3 « Introduction : entrechocs culturels », in Géographie et cultures, no 68, 2008 : 3.

4 Notre exploration a démarré dès 2004 et nous a permis de présenter un premier article dans la revue du GEREC-F : Mofwaz, no 6, 2004. Depuis cette date nous avons continué nos observations dans ces communautés en nous y rendant régulièrement lors des différentes rencontres.

5 Évangéliste N..., (de Sainte-Lucie) « Comment vivre sans maladie, » conférence tenue à L’Église Évangélique de la sainteté : le 10 décembre 2006.

6 Fédération Évangélique de France, « Petit lexique à usage des journalistes et des décideurs », in http://www.unpoissondansle.net/Lexique.pdf.

7 A. K. « Six églises évangéliques réunies », in France-Antilles, no 13022, 5-6 juin 2010 : 6.

8 La distinction a été faite par notre informateur. Selon lui, tous ceux qui côtoient la communauté n’en sont pas officiellement des membres.

9 Ce protestantisme s’est beaucoup développé du fait de la réalité socio-économique (Dejean, 2008 : 46).

10 Ceux-ci peuvent durer quatre voire cinq heures.

11 Pour la nouvelle saison sociale 2010-11, deux sessions d’initiation et d’approfondissement de la langue française sont organisées dans l’Église de la sainteté par un de ses membres, diplômé de l’Université des Antilles — Guyane en Sciences de l’éducation.

12 Sorte de cri primal, qui se veut être une thérapie collective.

13 Évangéliste N…., (de Sainte-Lucie) « Comment vivre sa maladie, » conférence tenue à L’Église Évangélique de la sainteté : le 10 décembre 2006.

14 Souligné par nous.

15 Souligné par nous.

16 Traduction littérale d’O. Laroue.

17 Souligné par nous.

18 Souligné par nous.

19 Évangéliste N…., (de Sainte-Lucie) « Comment vivre sans maladie, » conférence tenue à L’Église Évangélique de la sainteté : le 10 décembre 2006.

20 Un des proverbes haïtien dit ceci : « Pastè ap dansé, l’ap veye nan makout li : Le pasteur danse, mais il pense à sa paye. », E.-A. Jeanty, O.-C. Brown, Parol granmoun / 999 haitians provers in creole and english, Pétionville / Haïti, Éditions, Learning center, 1996 : 76.

21 Joko : « les béatitudes ». Dans ce titre de juin 2010, le chanteur dénonce ces pasteurs qui trompent les fidèles.

22 G. Décoste, « L’homme haïtien : psychologie et spiritualité », dans

http://liaison.lemoyne.edu/DÃ@coste%20psychologie.htm

23 En effet, saint-Paul dans sa lettre aux chrétiens de Rome (Chapitre 13 : 7/La bible TOB), les invite à se soumettre à l’autorité établie.

24 Ibid.

25 Semaines sociales de France, Les religions, menace ou espoir pour nos sociétés ?, Actes de la 83ème session, Lyon, 21-23 novembre 2008.

26 Ibid., p. 184.

27 Ibid., p. 192.

28 Ibid., p. 193.

29 C’est nous qui soulignons.

30 Ibid.

31 Le pays en compte neuf, les exilés en constituent un dixième.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Source : Max Belaise
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 1. Les Églises protestantes évangéliques haïtiennes à la Martinique (2010)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4600/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4600/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Belaise, « Les églises protestantes haïtiennes de Martinique : des tiers-lieux d’éducation et d’intégration? », Études caribéennes [En ligne], 16 | Août 2010, mis en ligne le 15 août 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4600 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4600

Haut de page

Auteur

Max Belaise

Université des Antilles-Guyane Martinique, Docteur en philosophie, Chargé de cours à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’UAG CRILLASH, belaise.max@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org