Navigation – Plan du site
Diasporas caribéennes

Identité et développement dans le petit État de la Dominique : le rôle de la diaspora

Identity and Development in the Commonwealth of Dominica: The Role of The Diaspora
Bruce Jno-Baptiste

Résumés

Explorer les questions portant sur la relation entre identitaire et développement dans le contexte post-colonial, c’est aussi mettre en relief les stratégies identitaires des petits États dans la zone américano-caraïbe. Dans l’île de la Dominique, les personnalités des secteurs politique, économique, culturel et éducatif interrogées en 2004 sur cette problématique, font émerger, à travers leurs discours, une conception du progrès fondée sur la cohérence entre identitaire et développement. Eclaircir le rôle de la diaspora dans le projet culturel et économique de la jeune nation dominiquaise (1978), c’est se demander en quoi les returnees peuvent contribuer à l’évolution des représentations idéologiques du progrès dans les anciennes colonies en quête légitime d’un bien-être. L’article souligne cette préoccupation du troisième millénaire à laquelle est confrontée l’humanité : comment mettre au service de l’épanouissement des hommes et des femmes les avancées de la science et de la technologie afin d’assurer avant tout leur mieux-être.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nos hypothèses de recherche sur le rapport entre identitaire et développement dans le petit État anglophone de la Dominique, à l’aube du troisième millénaire, reposent sur la proposition suivante : le discours identitaire gagne désormais à se fonder sur les compétences des citoyens aptes à construire leur société sur une base plus pragmatique qu’idéologique. Les limites du ressentiment colonial ayant été données dans le contexte de la mondialisation. C’est ainsi que la conception de l’identitaire et du développement comprend l’idée d’interdépendance qui suppose l’interrelation mutuelle entre les trois pôles identitaires que sont l’éducatif, l’économique et le culturel. Les anglophones de la Caraïbe cherchent à se positionner dans le monde à travers la réalisation de ce projet collectif fondé sur un programme de développement humain durable dont la concrétisation dépend de la libération des énergies créatrices. Cet état d’esprit qui caractérise les nouveaux chantiers de la Caraïbe anglophone est dépeint par P. J. Patterson dans son article qui porte sur la mobilisation des ressources humaines en vue du développement de la Caraïbe.

  • 1 Toutes les traductions sont effectuées par nos soins : “As a regional society, we have to build and (...)

2« En tant que société régionale, nous devons stimuler et fédérer les énergies créatrices de notre peuple, notre action doit s’étendre aux masses, mais aussi, prioritairement, à nos jeunes pour susciter l’espoir plutôt que le désespoir. Dans la mesure où, quel que soit le système que nous mettrons en place — que ce soit sur le plan politique, économique, social ou culturel — il devra avoir comme objectif de servir le peuple, et non le contraire, la priorité absolue devant être accordée à la mise en valeur de nos ressources humaines1 » (1999 : 11).

3La recherche sur le sentiment identitaire des Dominiquais confrontés au problème du développement porte l’éclairage sur ce questionnement : que souhaitent les Dominiquais pour le développement de leur pays ? Et à quel prix ? C’est sur la base de cette double question que nous cherchons à éclairer le rapport de dépendance entre l’aspiration à être et les moyens économiques qui autoriseraient l’expression de l’identité. Nous sommes donc amenés à analyser le rapport logique entre politique culturelle et politique économique, généralement souhaité par les peuples colonisés voire tous les peuples. Les deux questions renvoient à la complémentarité et à la compatibilité des projets culturel et économique. Eu égard aux moyens disponibles (humains, financiers, économiques, scientifiques et technologiques) dans les petits Etats anglophones de la Caraïbe, nous pensons compatibles les projets relatifs à la défense de l’identité culturelle et à l’amélioration de la qualité de vie des Caribéens. Notre présentation de la Dominique, petit État indépendant situé entre deux départements français d’Amérique, dans la zone caraïbe, se fait essentiellement à partir de l’appréhension de ces deux pôles identitaires : économique et culturel. Il nous semble intéressant d’éclairer les grandes orientations idéologiques en Dominique à travers le rôle de la diaspora dans le renforcement ou l’affaiblissement du projet identitaire de la jeune nation.

1. La Dominique : jeune nation des années 1970

  • 2 Voir Happy Planet Index, disponible sur http://www. happyplanetindex. org/.

4Il y a de cela 30 ans, précisément le 3 novembre 1978, la Dominique abaissait pour la dernière fois l’Union Jack britannique au profit de son drapeau national. Un perroquet, le Sisserou, est l’oiseau national. La couleur verte représente l’environnement naturel exceptionnel de l’île, le rouge la justice sociale, le jaune le soleil et l’agriculture, le noir les ancêtres africains et la terre, et le blanc la pureté et l’eau. Ilot de la guirlande volcanique des Petites Antilles, la Dominique (751 km2), dominée par le volcan Morne Diablotin (1 477 mètres), se distingue radicalement des autres Antilles ; elle possède un relief très accidenté qui laisse peu de place aux étroites plaines côtières et entrave les communications. Favorisée par un climat tropical humide, la forêt sempervirente occupe la majorité du territoire. L’île est le lieu de tournage des énormes productions hollywoodiennes qu’ont été Pirates of the Caribbean 2 et 3. En 2006, le Commonwealth de la Dominique est classé au 4ème rang mondial des pays offrant les meilleures conditions de vie à ses citoyens tout en respectant les ressources environnementales2.

5Intégrée au sein de l’éphémère Fédération des Antilles britanniques en 1956, la Dominique se voit accorder le statut d’Etat associé par le Royaume-Uni en 1967. Elle accède à l’indépendance le 3 novembre 1978, tout en restant membre du Commonwealth. Aujourd’hui, le projet de construction d’un aéroport international exprime la volonté de l’État de renforcer les liens avec l’extérieur tout comme avec la CARICOM (Caribbean Community and Common Market) en 1974 et avec l’OECS (Organisation of Eastern Caribbean States) en 1981. Dans le petit Etat de la Dominique, l’héritage britannique qui se traduit surtout dans la vie politique et dans la langue officielle, l’anglais, n’a pas éclipsé le legs de la colonisation française (1778-1814), comme en témoignent le maintien de la religion catholique et l’usage de la langue créole.

2. Les enseignements de ses stratégies identitaires

  • 3 La post-colonialité désigne ici essentiellement ce qui vient après les colonies. Elle ne s’inscrit (...)

6En sa qualité de petit État indépendant situé entre deux départements français d’Amérique, la Dominique est un excellent laboratoire d’étude des stratégies identitaires mises en place dans cette période de développement post-coloniale (1978-2008)3. Que nous apprend le parcours politique de la Dominique ? Petit État démocratique, la Dominique affronte sa souveraineté avec lucidité et pragmatisme pour répondre aux différentes ruptures idéologiques qu’ont entraînées l’abolition de l’esclavage, les occupations française et britannique (1814-1978) de l’île, la citoyenneté britannique puis la citoyenneté dominiquaise. L’histoire politique de la Dominique s’inscrit dans celle de la Caraïbe anglophone et de la Grande-Bretagne (Baker, 1994 ; Honychurch, 1995).
En ce qui concerne ses relations internationales, la Dominique est aujourd’hui très engagée avec la Chine après avoir noué des liens diplomatiques avec Taiwan. En juin 2006, elle intègre l’alliance entre les pays des Caraïbes et le Venezuela, Petrocaribe, pour la coopération énergétique.

7Les stratégies identitaires des petits États anglophones de la Caraïbe concernent essentiellement leur autonomisation, leurs aspirations culturelles, leur idéal politique, leur mieux-être et leur bien-être. Ces anglophones mettent en avant, sur la scène internationale, leur droit à la liberté de penser et d’agir, où on les identifie désormais à des hommes porteurs d’une civilisation caribéenne anglophone dont les valeurs ont une portée universelle.

8De plus, en critiquant l’autorité étasunienne et britannique aux yeux du monde entier, ils donnent une autre image aux petits Etats dont la valeur ne se réduit ni à leur taille, ni à leur balance commerciale, ni à leur influence dans leur monde. C’est la ressource humaine qui doit être au cœur de la reconnaissance des petits États.

9Concernant plus particulièrement le petit État de la Dominique, notre terrain d’étude principal, nous avons pu noter les contradictions culturelles qui habitent certains Dominiquais qui voudraient, à la fois, garder les privilèges de l’indépendance et en rejeter tous les inconvénients. C’est cette ambivalence qui donne à la relation entre l’identitaire et le développement toute sa dimension spirituelle, philosophique, existentielle et matérielle. Les Dominiquais nous ont donné leur conception du mieux-être, de leur idéal de soi et de leur idéal politique à travers leurs aspirations culturelles qui rendent compréhensibles la relation à établir entre identitaire et développement. Ils nous ont conduits à une réflexion philosophique sur la notion fondamentale de bien-être dans un monde tourné vers le matérialisme.

10Dans la Caraïbe anglophone, et plus particulièrement dans le petit État de la Dominique, la force de l’identitaire semble dépendre de celle de l’économique, et vice versa. Autrement dit l’interdépendance entre les projets culturels et les projets de développement est fortement souhaitée par les Dominiquais, trop conscients de la place et du rôle économique de leur principal atout qui n’est autre que la culture dominiquaise, et un héritage créole unificateur bien au-delà des frontières caribéennes.

11Si l’écotourisme et les produits dérivés de l’agriculture font partie des stratégies prioritaires de développement, c’est parce qu’ils autorisent un développement durable, car en harmonie avec l’environnement et les aspirations identitaires du peuple dominiquais qui se caractérisent par des valeurs sociales partagées. Les personnalités de l’île interrogées (Jno-Baptiste, 2008) ont tenu des propos sur l’identitaire et le développement plus convergents que divergents malgré une analyse nuancée plutôt hétérogène. L’identitaire repose sur une culture protégée comme devrait l’être l’environnement. Et le développement qui doit renforcer l’identitaire doit pouvoir apporter de meilleures conditions de vie matérielle au peuple dominiquais désireux de concilier, à travers leur compatibilité et complémentarité, les projets culturels et les projets de développement. Le sentiment identitaire en Dominique renvoie à une société dont la dynamique a favorisé au sein de la population un discours porteur d’espérance pour les peuples qui veulent réussir leur entrée dans le XXIème siècle, sans opposer, mais en associant les valeurs matérielles, intellectuelles et spirituelles que les progrès scientifiques et technologiques offrent.

3. La Dominique face à la question de l’identité nationale

12Comment la jeune nation dominiquaise s’apprête-t-elle à résoudre la question identitaire et le problème de son développement économique ? Sont-ils interdépendants ? La Dominique souffre de l’absence d’infrastructures routières, scolaires, sanitaires. Est-elle prête à confier le pays aux investisseurs étrangers pour satisfaire la demande sociale, au risque de perdre ses principaux atouts économiques qui sont naturels et culturels ? La Dominique, prisonnière de l’approche comparative que lui imposent les îles voisines françaises, Guadeloupe et Martinique, va-t-elle pouvoir imposer sa propre conception du développement et de l’identitaire en vue de renforcer son indépendance et sa fierté dans la région caraïbe ? Le sentiment de fierté des Dominiquais, souligné par Patrick L. Baker (1994) dans son ouvrage, Centring the periphery : Chaos, order and the Ethnohistory of Dominica, va-t-il faire du petit État de la Dominique un modèle de société où les hommes parviennent à concilier identitaire et développement ?

4. La réponse de la Dominique face à la question du développement

13Cette réponse a nécessité deux enquêtes sociales, l’une par entretien et l’autre par questionnaire. L’enquête par entretien est menée auprès des responsables de partis politiques, élevés au rang de Premier Ministre : leurs luttes de pouvoir, les changements d’alliances, les élections anticipées sont des « lieux » de déploiements de stratégies identitaires pour conquérir le pouvoir ou imposer leur conception de l’État et leurs prises de position sur l’économique, le culturel, l’éducatif.

  • 4 Voir méthodologie appliquée à la constitution de la population d’étude in Jno-Baptiste B. (2008 : 2 (...)

14C’est en tenant compte des résultats de l’enquête par entretien que nous réalisons le questionnaire4, le deuxième outil d’investigation qui nous intéresse tout particulièrement ici. Celui-ci s’inspire des propos tenus sur le devenir de la Dominique confrontée à la problématique du progrès, des identités culturelle et politique, de la dépendance, de la gouvernance, du bien-être voire du mieux-être de la population. Le questionnaire comporte vingt-six questions et permet d’appréhender les principaux pôles identitaires : linguistique, culturel, politique, économique et éducatif (Jno-Baptiste, 2005 : annexe). La question n° 25 fait l’objet d’une analyse particulière puisque les réponses apportées sont significatives du rôle de la diaspora dans le renforcement du lien que veut établir les Dominiquais entre identitaire et développement.

15Le discours sur la « Dominique » et les Dominiquais est très pragmatique. L’on révèle les causes et les conséquences premières de l’émigration dominiquaise. Comme partout ailleurs, elle est surtout une réponse économique aux problèmes rencontrés dans le pays d’origine. La Dominique est consciente des nouveaux problèmes qui peuvent se poser en cas d’un éventuel retour en masse des Dominiquais de la diaspora. Toutefois elle gagne à prendre des mesures énergiques pour régler la question de la fuite de ses cerveaux. Les Dominiquais n’ont plus la possibilité d’émigrer aussi facilement qu’auparavant aux États-Unis et au Royaume-Uni. Mais nos interlocuteurs témoignent de cette fierté d’être à la fois dominiquais et caribéen. Ils affirment que la culture dominiquaise, notamment à travers sa musique, est le point de ralliement des peuples caribéens. Ils conçoivent le « développement » de leur pays à partir de son capital humain, naturel et culturel. Ils sont favorables à la politisation de la culture. La « culture » caribéenne doit cultiver la distinction. Les médias, cependant, menacent le concept créole de la culture dominiquaise que les Dominiquais essaient de faire connaître au monde à travers le festival mondial de la musique créole qu’ils organisent annuellement. Leur « langue » anglaise d’origine britannique dont ils assument l’héritage tout comme la langue créole à base lexicale française, du fait de l’influence médiatique, est en train de s’américaniser. Cette idée forte concernant la « nation » a été avancée : la nation caribéenne est une, elle doit être considérée à l’échelle régionale dépassant ainsi les frontières territoriales. Être un « petit » État, aux yeux des personnalités interrogées, n’est pas une fatalité.

  • 5 Voir entretiens in Jno‑Baptiste B. (2005)

16Le discours sur le pôle identitaire économique renforce la valeur identitaire des référents-noyaux retenus. Les Dominiquais souhaitent une économie forte qui ne peut le devenir qu’à la suite d’un renforcement de l’unité caribéenne. Le « développement » économique dans la « Caraïbe » repose sur le tourisme, et dans le petit Etat de la « Dominique », sur les richesses naturelles, le potentiel humain et le particularisme culturel. Le « petit » État dominiquais, affirment nos interlocuteurs, doit asseoir son développement sur ses propres ressources qu’il gagne à faire fructifier grâce aux aides financières étrangères. La « culture » dominiquaise, notamment la musique, est le réel moteur du développement de l’île. Il ne faut pas compter sur les États-Unis pour assurer le développement durable dans la « région », nous dit-on, mais plutôt sur l’Europe qui reste un marché à conquérir. L’absence de moyens financiers dans l’île peut rendre le vote d’un petit État comme la « Dominique » inexistant dans les organismes comme les Nations Unies qui exigent une participation financière de chacun de ses membres. Ces propos5 traduisent bien la situation économique du petit État de la Dominique.

17La question du « développement » dans la Caraïbe nécessite une prise en compte des problèmes inhérents aux petits États. Il est incontestable que les petits États rencontrent des problèmes dus à leur dimension physique. Patrick John, Premier ministre de la Dominique, de 1995 à 2000, établit la liste, lors d’une interview en août 2002, des points faibles d’un petit État comme la Dominique :

  • 6 “If an investor wants to come he wants to ensure that he has a home market, with a population of 70 (...)

« Si un investisseur désire s’installer à la Dominique, il voudra s’assurer de l’existence d’un marché conséquent, or avec une population de 70 000 habitants il ne prendra pas ce risque. Nous avons aussi des problèmes d’accès : notre île est très montagneuse, ni la France et l’Angleterre, anciennes puissances coloniales, ne nous ont fourni d’accès par voie aérienne convenable. Nous sommes sujets aux catastrophes naturelles, en plein dans la trajectoire des ouragans. Nous avons mille et une choses contre nous6 ».

18Mais leur capital humain, néanmoins, est à prendre en considération comme un véritable atout. Il importe d’être grand dans ses orientations politiques et culturelles ; il importe surtout de se persuader que l’union fait la force. Les Dominiquais interrogés dans la cadre de l’enquête par entretien mettent en relation l’identitaire et le développement. Ils affirment que la culture a été prise en compte par les tout premiers responsables gouvernementaux. Patrick John nous éclaire un peu plus sur ce sujet :

  • 7 “The development started in the 60s when we became an associate state. We started this cultural thi (...)

« Le développement (de la culture) débuta dans les années 60 quand l’île est devenue État associé. (. . .) Nous avons envoyé du monde en France, en Guadeloupe, à la Martinique. Nous avions des échanges culturels. Nous l’avons fait en Angleterre quand la Dominique est devenue État associé. Quand nous avons obtenu l’indépendance, nous avons mis fin à ce type de coopération, mais maintenant nous sommes plus proches des deux îles françaises. Désormais, juste avant les célébrations de l’indépendance, chaque année nous organisons le World Creole Festival (...)7 ».

19La seconde génération n’est pas aussi optimiste quant aux espérances avortées de l’indépendance nationale, nous fait-on remarquer.
Le pôle identitaire physique tel qu’il est conçu par nos interlocuteurs est le pôle de développement de l’île : il autorise un secteur d’activité touristique capable d’exercer un rôle d’entraînement sur le développement de l’économie. Il y a une vingtaine d’années de cela, le relief montagneux constituait un réel obstacle au développement économique et culturel du pays. Aujourd’hui la Dominique prend conscience qu’elle est l’île caribéenne la plus naturelle avec ses 365 rivières. L’exportation de l’eau peut devenir un jour l’une de ses principales ressources dans un monde de plus en plus pollué. Les Dominiquais, compte tenu de leur devise Apré bondyé sé la tè (Après Dieu c’est la terre), semblent croire que cette abondance de la nature ne peut être qu’un cadeau du ciel. Des entretiens menés en Dominique nous ont permis de mieux cerner sa problématique de l’identitaire, particulièrement lorsqu’elle est considérée dans sa relation avec le développement. La problématique de l’identitaire dans le petit État de la Dominique reste fondée sur les valeurs traditionnelles : la langue et la culture créoles, la musique, l’attachement à la terre, les bénéfices d’une nature généreuse sur la longévité, la diversité du métissage, la fierté de se dire dominiquais, de se penser caribéen, et surtout, elle reste fondée sur un sens profond de l’unité caribéenne. En termes de diaspora, il est clair que le patriotisme des Dominiquais se renforce au contact de l’Autre et dans un contexte socio-économique qui invite à penser le propre développement de son pays. Le discours du colonisé sur l’esclavage et le colonialisme n’est plus marqué par le ressentiment, mais par cette volonté de faire œuvre utile en s’impliquant dans le devenir de la mère patrie. L’ancien Premier ministre de 1960 à 1961, Frank Baron, dans un article « Dominica, development and Diaspora Bonds… An opportunity worth pursuing » renforce ce point de vue :

  • 8 In The Chronicle, Friday, February 12, 2010, pp 5 et 7 « Initial indicators are that many well plac (...)

« Les premiers indicateurs montrent que nombre de Dominiquais bien établis sur le continent nord-américain approuveraient une tentative honnête et raisonnée d’engager des Dominiquais dans une initiative de développement national telle que l’émission d’obligations de la diaspora. Beaucoup se réjouiraient d’une telle démarche qui non seulement comblerait le fossé toujours grandissant entre les Dominiquais à l’étranger et ceux restés au pays, mais fournirait aussi des capitaux vitaux pour le développement sans dommage collatéral ou perte de souveraineté8 ».

20L’identitaire en Dominique soulève désormais la question de l’influence grandissante des médias étasuniens. La fuite des Dominiquais vers les pays qui ont davantage les moyens de relever leur niveau de vie, jugé peu satisfaisante par beaucoup, reste préoccupante. La question du rôle identitaire et économique joué par les Dominiquais de la diaspora s’impose avec force ; rôle qu’il appartiendra vraisemblablement au gouvernement de définir dans sa politique de développement du pays.

21Déjà, nous rappelons que le Premier Ministre Eugenia Charles avait pris soin d’organiser une grande réunion en 1988 de tous les Dominiquais de la diaspora sur le sol national dominiquais. Il s’agissait pour « la dame de fer » de les sensibiliser sur la question fondamentale de leur contribution au développement économique du pays. En juin 2003, l’occasion nous était donnée d’écouter le discours du Premier Ministre Pierre Charles sur cette même question à Londres dans le Dominica High Commission. Les points forts de son discours rappellent ces orientations idéologiques : le développement doit être mis au service de l’identité dominiquaise fortement revendiquée dans ses dimensions culturelle et politique. Le développement doit assurer une bonne exploitation des valeurs endogènes. Tout investissement étranger gagne à renforcer l’exploitation de l’ensemble des potentialités qu’offre le milieu physique, notamment dans les domaines hydraulique, forestier et touristique. La culture dominiquaise, riche de ses héritages historiques, amérindien, français, britannique et africain, est un élément patrimonial fondamental témoignant de la particularité de l’île. Elle est le point de ralliement des peuples caribéens qu’ils soient anglophones, créolophones, hispanophones, ou francophones. Pour l’heure, la Dominique n’a d’exportable que sa musique et ses atouts naturels. La coopération régionale, qui est une stratégie identitaire première, doit favoriser le développement du tourisme dont la clientèle créolophone et francophone, largement identifiée au sein des départements français d’Amérique, est capable d’apporter des devises au pays.

5. La réponse de la Dominique face à la question identitaire

22La recherche sur le sentiment identitaire de la population dominiquaise face à la double (ou unique) question de l’identitaire et du développement social, repose-t-elle sur ces deux interrogations : quels sont les facteurs favorables à un développement humain, économique, harmonieux et durable dans le petit Etat de la Dominique ? Qu’est ce que les Dominiquais estiment souhaitable pour leur pays et pour eux ?

23Nous nous proposons de donner aux stratégies identitaires déployées dans le petit Etat de la Dominique leur signification culturelle et économique à partir de l’enquête par questionnaire.

24Dans le petit État de la Dominique, l’enquête par questionnaire qui a privilégié les Dominiquais dont la responsabilité dans le champ politique, économique, culturel et éducatif, est connue, a mis en exergue des valeurs socialement partagées. Ces valeurs confortent notre proposition théorique fondée sur la nécessaire compatibilité et complémentarité entre les projets économiques et les projets culturels tous deux dédiés au développement et à la préservation d’un identitaire caraïbe. Leur interrelation souhaitée par tous les Dominiquais interrogés renforce et valide leur conception du progrès fondée sur le développement humain durable. Les valeurs sociétales au centre des préoccupations des Dominiquais conditionnent la cohésion sociale. Elles reposent essentiellement sur la lecture qu’ont les Dominiquais de leur pays.

5.1. L’environnement naturel

25Il est l’atout économique par excellence puisqu’il favorise le développement des deux principaux secteurs de l’économie, à savoir le tourisme et l’agriculture. Il ne faut pas le sacrifier sur l’autel du développement. S’il faut accepter de courir le risque de sa détérioration, l’on ne doit pas pour autant abandonner toute vigilance. Un contrôle de la part du gouvernement s’impose.

5.2. La nation et la démocratie

26Le statut politique de l’île fait la fierté des Dominiquais. Ils ne sont pas prêts à l’échanger avec celui des îles avoisinantes françaises, deux des départements français d’Amérique : la Guadeloupe et la Martinique. La Dominique est un pays où les médias et la population ne sont point muselés.

5.3. La croissance

27La croissance est attendue plus à long terme qu’à court terme. La Dominique a le potentiel culturel et économique à devenir un jour un pays suffisamment développé. Toutefois elle doit compter sur elle-même et les investisseurs étrangers pour relever ce défi dans le contexte de la globalisation, qui par certains aspects n’est pas favorable aux petits États à faible population comme c’est le cas à la Dominique. Mais la taille du pays n’est pas l’obstacle principal au développement. L’absence de capitaux étrangers, une bonne identification des investisseurs, l’inactivité du secteur privé qui devrait être le secteur de pointe, les enjeux politiques en période électorale trop répétitive qui déstabilisent le fonctionnement du pays, et les projets qui n’aboutissent pas et qui ne sont pas évalués au moins sur une dizaine d’années sont les principaux obstacles au développement.

5.4. La culture dominiquaise et le sens du pays

  • 9 “We find ourselves as being the nature island of the world, in terms of rivers, rain forest, valley (...)
  • 10 “Dominicans can be very welcoming and accommodating people. I would say that probably the other cou (...)
  • 11 “God made us different and gave us the greenery and the mountains and valleys (. . . )” idem p. 52.

28La culture dominiquaise, culture particulière, considérée toutefois à travers son dynamisme, doit être surtout l’expression d’une volonté politique et d’un projet économique. La culture dominiquaise est forte d’elle-même comme si elle était la seule vraie richesse du pays. On a l’impression que du respect des valeurs traditionnelles, dépend l’avenir culturel et économique du pays. Tous nos interlocuteurs ont fait les louanges de leur île, comme s’ils vendaient avec beaucoup de conviction un produit culturel local. Mais l’identité dominiquaise, en fait, est le produit d’une nation consciente que son devenir repose sur l’appropriation raisonnable de ses valeurs traditionnelles qui prennent ici une forte valeur économique. Il est donc plus facile pour le Dominiquais de dénoncer les menaces extérieures comme le matérialisme, la pollution, le stress, l’individualisme. Tous ces maux qui caractérisent les pays très développés risquent de défigurer leur pays voué à un tourisme fondé sur la culture créole et l’abondance de la nature. Chez les Dominiquais, le sens du pays se retrouve dans leur discours imprégné d’un grand sens de la responsabilité sociale. Ils ont la conviction d’appartenir à un pays exceptionnel, l’un des plus naturels de la Caraïbe. La nature fort généreuse, la population très accueillante aux manières avenantes donnent aux Dominiquais une qualité de vie qui atténue le besoin de s’exprimer dans un contexte autre, plus favorable à l’amélioration de leurs conditions de vie, à leur mieux-être, voire à leur bien-être. Il est vrai que les Dominiquais interrogés, tiennent des propos qui expriment bien leur fierté nationale, tout en ne masquant pas les réelles difficultés auxquelles le pays est confronté : « Il se trouve que nous sommes l’île nature du monde, la plus privilégiée en termes de rivières, de forêts tropicales, de vallées, etc9. ». « Les Dominiquais peuvent être très accueillants et accommodants. Je dirais que d’autres pays sont aussi probablement accueillants, mais je pense que les Dominiquais sont généralement très amicaux et accueillants10 ». « Dieu nous a fait différent des autres en nous donnant la verdure et les montagnes11 ».

5.5. Le créole, une langue et une culture

29Va valeur centrale de la culture dominiquaise, le créole exprime la vitalité ethnolinguistique d’une langue qui bien que n’étant plus la langue maternelle de la très grande majorité de la population, reste la référence culturelle et historique. Il est vrai que ce n’est ni la langue anglaise ni la culture anglaise qui font le succès du festival international de la musique créole organisé annuellement dans l’île ; festival qui attire des milliers de Caribéens et un grand nombre de Dominiquais de la diaspora. Le créole, langue et/ou culture est le fondement de toutes les initiatives culturelles à dominante économique. Il est le point d’unification des pays caribéens. Il est surtout dans le petit Etat de la Dominique, le point stratégique à partir duquel se prennent les décisions économiques et culturelles. Le créole dominiquais renvoie à un héritage culturel historique qu’il faut préserver pour les générations à venir. C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle il faut l’enseigner en milieu scolaire. En valorisant cette langue, c’est le peuple dominiquais et ses pratiques sociales que l’on valorise. Le seul obstacle, nous dit l’économiste Swinburne Lestrade (2002), l’un de nos interviewés, c’est le coût de cet enseignement. Toutefois si le créole pouvait être exploité davantage, il profiterait au secteur touristique, car le touriste exige de plus en plus un tourisme culturel.

5.6. Le système éducatif

30Souffre de ses infrastructures insuffisantes, du niveau de formation des enseignants, de l’inadaptation des programmes aux réalités du pays, le système éducatif doit encore se démocratiser et être plus efficace pour permettre aux jeunes de trouver un emploi dans le pays ou légalement dans le monde approprié. Il peut être aussi le moteur de l’économie s’il s’attachait à développer davantage les ressources humaines et à offrir aux étudiants les moyens nécessaires pour prolonger leurs études à l’extérieur.

6. L’apport national de la diaspora dans la construction identitaire

  • 12 Migrants de retour dans leur pays d’origine.
  • 13 What does Dominica expect from its returnees?

31Pour mieux comprendre le rôle des returnees12 dans le développement économique et culturel de l’île, nous reprenons l’intégralité des réponses apportées à la question n° 25 que nous rappelons : qu’attend la Dominique de ses membres issus de la diaspora ?13 Celles-ci nous renseignent sur la perception des returnees dominiquais, voire la représentation générale de toute diaspora qui est supposée atténuer le problème du chômage du pays d’origine. N’investir que dans le pays d’origine en cas de réussite professionnelle est le comportement souvent attendu des enfants de la diaspora appelés aussi à construire leur identité résidentielle en s’impliquant davantage dans la vie politique et culturelle du « pays de l’Autre ». Les réponses apportées à la question ont été classées selon les deux tableaux suivants :

Tableau 1 : Représentations positives de la diaspora

Perceptions positives

« Contribuer au développement du marché de l’emploi local14 ».

« La Dominique attend d’eux qu’ils viennent avec des idées novatrices pour aider au développement15 ».

Apporter leur contribution au développement national. Revenir au pays avec de nouveaux savoir-faire, de plus grandes qualifications. Améliorer le niveau de vie, l’activité économique, le devenir de notre pays16 ».

« La technologie et le sens de l’engagement17 ».

« Les compétences d’experts dont la Dominique a besoin. Nous aider à faire face aux défis de la globalisation18 ».

« Une volonté de s’atteler à la tâche et de faire avancer la Dominique19 ».

« Créer des emplois, assurer le développement et être des meneurs d’hommes20 ».

« Beaucoup. L’assistance dans le développement du pays21 ».

« Qu’ils contribuent au développement grâce à leurs connaissances et leurs expériences22 ».

« Contribuer au développement du pays en construisant leur maison, en offrant leurs services bénévolement, en s’impliquant dans quelques projets d’investissements à petite échelle23 ».

« Leur contribution au développement de l’économie par l’intermédiaire de nouvelles compétences et de nouvelles idées24 ».

Tableau 2 : Représentations négatives de la diaspora

Perceptions négatives

« Intéressant ! Qu’ils reviennent aider le pays s’ils ne sont pas trop âgés. Mais ils ont connu des problèmes d’ordre sociologique. Certains d’entre eux se sentent étrangers à leur propre pays25 ».

« Les Dominiquais ne s’intéressent qu’à leur argent. Nous pensons qu’ils viennent pour entrer en compétition avec nous. Ils nous méprisent alors que nous sommes restés pour aider le pays. Mais nous devrions attendre des investissements de leur part, comme nous en attendons des Chinois26 ».

« Ils ont plus de 60 ans. Ils construisent et versent de l’argent dans le secteur économique. Nous ne pouvons rien attendre de plus d’eux27 ».

« Qu’ils contribuent avec plus de détermination à son développement. Nous sommes souvent déçus par eux28 ».

« Ils viennent juste de prendre leur retraite. Les diplômés ne reviennent pas : pas de travail, bas salaire. Nous ne pouvons pas absorber ces populations29 ».

« Pas de projet politique avec ces personnes. Mais nous devons les encourager à revenir au pays à partir du moment où ils ont quelque chose à offrir et à partager30 ».

« Faible pourcentage de Dominiquais qui retournent au pays. Ou après une période de 2 ou 3 ans en moyenne, ils repartent compte tenu de l’absence d’investissements étrangers31 ».

  • 14 Voir article : Thomson, F. « Public Servants Unhappy ». The Dominican. net, 15 février 2003. Dispon (...)

32Les résultats de nos travaux de recherche sur la relation entre identitaire et développement dans le petit État de la Dominique se situe dans un contexte de crise sociale (année 2003) qui pousse les fonctionnaires à se mettre en grève14. Ceux-ci refusaient tout prélèvement sur leur salaire en vue de régler la dette publique et de permettre ainsi au gouvernement d’honorer des engagements qui s’inscrivent dans la politique du Fonds Monétaire International (FMI). Mais la célébration mémorable de l’indépendance en novembre 2004, pendant laquelle la conscience collective a été mise en éveil durant une semaine de manifestations culturelles, a peut-être encouragé les Dominiquais à tenir des propos plus optimistes. En procédant, très peu de temps après la lecture médiatisée des messages de l’indépendance (novembre 2004), à une enquête par questionnaire (décembre 2004), nous avons vraisemblablement favorisé un discours fort sur la nation dominiquaise. Qu’en est-il de cette nation à la lumière du discours sur la diaspora ?

33Privée de ses forces vives, la Dominique peut toutefois bénéficier du retour des returnees même âgés. Ils sont potentiellement les nouveaux consommateurs et agents culturels dynamisant la réflexion sur le devenir politique, économique et culturel du pays. Ils peuvent s’impliquer dans l’expertise et la production de ressources nouvelles, se mettant ainsi sur le même pied d’égalité que les investisseurs étrangers. Leur fort sentiment identitaire en faveur d’un développement durable pour leur pays peut les rendre plus crédibles, d’autant que leur expérience à l’étranger leur a fait apprécier davantage leur environnement naturel et culturel qu’il s’agit de préserver et de valoriser.

Photographie 1. Construction du Windsor Park Stadium entièrement financée par le gouvernement chinois à Roseau, capitale de la Dominique. (16/12/05)

Photographie 1. Construction du Windsor Park Stadium entièrement financée par le gouvernement chinois à Roseau, capitale de la Dominique. (16/12/05)

Source : Bruce Jno-Baptiste

34Toutefois il est compréhensible qu’un retour des returnees dans la force de l’âge soit plus souhaitable pour la nation. Mais la question de la réadaptation au pays (mentalités, climat, infrastructures, loisirs, bas salaires, chômage, etc.) peut être plus épineuse pour les jeunes diplômés qui envisagent une installation définitive. Néanmoins, quel que soit son âge, le citoyen dominiquais de retour dans son pays d’origine participe à la vie du pays sous tous ses aspects et le gouvernement a raison de se mettre régulièrement à son écoute.

35Il n’est pas inintéressant de considérer le rôle économique des Dominiquais de la diaspora pour relativiser la problématique de leur retour au pays. En d’autres termes, leur assimilation à la culture de leur pays d’accueil favorable à leur enracinement en terre étrangère, ne renforce-t-elle pas le développement de l’industrie culturelle régionale ? Il suffit de lire le rapport Foundation for the future : OECS Education Reform strategy (Miller, 1991 :. 215) pour comprendre combien la Caraïbe est appelée à exporter sa culture pour attirer les touristes et assurer une forte présence des Caribéens soucieux de préserver leur patrimoine, lors des différents festivals régionaux.

Photographie 2. Rencontre entre le Premier Ministre Pierre Charles (à droite) et la diaspora à la Dominica High Comission à Londres. (30/07/2003)

Photographie 2. Rencontre entre le Premier Ministre Pierre Charles (à droite) et la diaspora à la Dominica High Comission à Londres. (30/07/2003)

Source : Bruce Jno-Baptiste

Conclusion

36Dans les discours officiels généralement tenus sur la diaspora, nous avons noté la fonction identitaire des Caribéens qui soutiennent, depuis leur lieu de résidence aux États-Unis ou en Europe, une orientation politique caribéenne. L’identité caribéenne s’enrichit de ces hommes et femmes en exil. Longtemps considérés comme des English ou Anglé (Anglais/Britanniques) en langue créole, ils parviennent à s’imposer comme membres à part entière de leur communauté d’origine.

37Il nous faut nous demander toutefois si l’on peut envisager une identité caribéenne capable de se constituer à l’extérieur dans la diaspora ? La « Caraïbe-racine » peut prendre tout son sens hors de la Caraïbe si elle participe activement à son développement économique et culturel, en défiant le temps et l’espace. L’enjeu de l’interculturel apparaît clairement pour les communautés diasporiques qui sont appelées à rester attentives à toutes les cultures, proches ou lointaines, eu égard aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

  • 15 Government of the Commonwealth of Dominica. Draft Diaspora Policy. 2009 : 2.

38D’ailleurs durant ces dernières années, nous enregistrons l’émergence d’une conception socio-économique plus large de la Caraïbe, faisant jouer à la diaspora caribéenne un rôle non négligeable. Avec une migration continue et surtout un rôle économique et, dans une certaine mesure, politique des Caribéens résidant à l’étranger, la diaspora caribéenne doit être considérée comme un phénomène réel. Par exemple Haïti, Cuba, la Jamaïque et Porto Rico ont vu chacun près d’un million de leurs natifs émigrer à l’étranger à la fin des années 1980. En comparaison avec la population locale, la population résidant à l’étranger à la fin des années 80 représentait 40 % pour la Jamaïque et le Guyana, 36 % pour le Suriname, 23 % pour Porto Rico, 21 % pour Trinidad et Tobago, 15 % pour Haïti, et 10 % pour Cuba. Dès le début des années 90, la diaspora envoie dans le pays d’origine des versements d’un montant égal à 71 % de la valeur des exportations pour le cas de la République dominicaine, à 32 % pour Haïti, 29 % pour la Jamaïque, et à 17 % pour la Barbade (Girvan, 2000 : 34). En ce qui concerne notre terrain d’étude, les versements de la diaspora s’élèvent, selon les estimations, à 80 millions de dollars caribéens par an, ce qui représente 12 % du PIB15.

39Mais qu’en est-il de l’accueil réservé aux enfants de la diaspora ? Est-il favorable à leur retour au pays ? En novembre 2009, sont enregistrés en direct sur les ondes de la radio nationale, Dominica Broadcasting Corporation (DBS), les échanges entre le Premier ministre et les citoyens dominiquais de la diaspora. Émission suivie avec grand intérêt par la population. Nous avons pu relever des remarques souvent désobligeantes à l’égard des returnees dont les critiques concernant l’évolution des institutions paraissaient trop sévères. Considérés comme les « n’ayant plus droit à la parole » dans une société qu’ils auraient « abandonnée », les returnees peuvent adopter un comportement démissionnaire, peu favorable au développement des petits États comme la Dominique qui a besoin de toutes ses forces vives. Rendre favorable le contexte économique pour encourager le retour des Dominiquais de la diaspora, habitués à un certain niveau de vie aux États-Unis, en Grande-Bretagne, au Canada, et ailleurs dans la Caraïbe notamment néerlandophone (Aruba, Curaçao), francophone (Guadeloupe, Martinique) et anglophone (les îles Vierges américaines), nous semble constituer l’urgence sociale. En mettant au service du pays leurs compétences professionnelles et interculturelles, ils dynamiseraient son économie et lui assureraient une vie culturelle plus riche, car le Dominiquais ne semble pas être réfractaire aux changements culturels qu’il juge inévitables et parfois profitables à la population qui ne saurait s’enfermer dans une culture monolithique puisqu’elle s’enrichit de toutes les autres.

40Le rôle de toute diaspora dans le renforcement ou l’affaiblissement du lien entre identitaire et développement confronte les petits États anciennement colonisés à une relecture d’un monde qui a su imposer des modèles politiques et des classifications culturelles fondés sur une certaine conception du progrès qui ont encouragé l’aliénation des peuples, à travers leur compréhension de la supériorité et de l’infériorité. En quoi les enfants de la diaspora peuvent-ils devenir les nouveaux agents culturels porteurs d’un discours plus lucide sur les conditions de l’épanouissement de l’identité humaine ? Au-delà des mots qui véhiculent les idéologies dominantes des grandes puissances, il y a de nos jours une réelle dénonciation des maux qu’ont engendrés la colonisation, les grands empires et le capitalisme, dont le plus important est la perte de la confiance culturelle. La crise financière actuelle qui interpelle les grands et les petits de ce monde est porteuse d’une réflexion sur le sens de la vie et des moyens qu’il faut se donner pour exister dignement. Rester à l’écoute des messages interculturels qu’elle délivre c’est, nous semble-t-il, se donner les moyens de repenser le développement des sociétés humaines.

Haut de page

Bibliographie

Abenon, L. et F. Nenad (2001). La Caraïbe et son histoire. Ses contacts avec le monde extérieur, Paris, Ibis Rouge Editions.

Baker, P. (1994). Centring the Periphery: Chaos, Order and the Ethnohistory of Dominica, Barbados, Trinidad, University of the West Indies Press.

Bolland, O. N. (2003). The Birth of Caribbean Civilisation. A Century of ideas about Culture and Identity, Nation and Society, Kingston, Miami, Ian Randle Publishers.

Casimir, J. (1991). La Caraïbe une et divisible, Port-au-Prince, Henri Deschamps, coédition avec Cepalc-Nations-Unies.

Girvan, N. (2000). “Creating and Recreating the Caribbean”, dans Hall K., Benn D. Contending with Destiny. The Caribbean in the 21st Century, Kingston, Ian Randle Publishers.

Hall, K. et D. Benn (2000). Contending with Destiny. The Caribbean in the 21st Century, Kingston, Ian Randle Publishers.

Honychurch, L. (1995). The Dominica Story. A History of the Island, London, MacMillan Caribbean.

Jno-Baptiste, B. (2008). La dynamique identitaire de la Dominique. Quelles stratégies pour un petit État caribéen anglophone ? Paris, L’Harmattan.

Jno-Baptiste, B. (2005). « Défi historique et culturel de l’École dans la Caraïbe anglophone », dans C. Lerat (dir.). Le Monde Caraïbe : défis et dynamiques, Tome 2, Géopolitique, Intégration régionale, Enjeux économiques, Pessac : MSHA.

Jno-Baptiste, B. (2005). « Être anglophone dans la Caraïbe. Les stratégies identitaires des petits États : l’exemple de la Dominique », Thèse Etudes Anglophones, Paris, Université Paris IV-Sorbonne.

Lestrade, S. (2002). Some Challenges Facing the OECS in the Context of Globalisation, dans R. Ramsaran (dir.), Caribbean Survival and the Global Challenge, pp 106-121.

Miller, E. (1991). “OECS Education Reform Strategy, Summary, Strategies and Recommendations”, La Education Revista Interamericana de Desarrollo Educativo, 107: 215-236.

Patterson, P. J. (2000). Mobilising Human Resources in Support of Caribbean Development”, dans Hall, Kenneth, Benn, Denis. Contending with Destiny. The Caribbean in the 21st Century Kingston, Ian Randle Publishers.

Ramsaran, R. (2002). Caribbean survival and the global challenge, Kingston, Ian Randle Publishers.

Haut de page

Notes

1 Toutes les traductions sont effectuées par nos soins : “As a regional society, we have to build and harness the creative energies of all our people, embracing the masses and our youth in particular, to foster hope rather than despair. Since whatever systems we create – political, economic, social or cultural –must exist to serve people, and not the other way round, the emphasis and absolute priority must always be placed on the primacy of our human resource. ”

2 Voir Happy Planet Index, disponible sur http://www. happyplanetindex. org/.

3 La post-colonialité désigne ici essentiellement ce qui vient après les colonies. Elle ne s’inscrit donc pas dans un genre d’études issu de la critique des sources occidentales du savoir et de l’histoire.

4 Voir méthodologie appliquée à la constitution de la population d’étude in Jno-Baptiste B. (2008 : 228)

5 Voir entretiens in Jno‑Baptiste B. (2005)

6 “If an investor wants to come he wants to ensure that he has a home market, with a population of 70 000 people he won’t take the risk. Another weak point is the problem of access: in our case we are very mountainous, none of the powers that had us, Britain and France, none of them gave proper air access to Dominica. We are prone to natural disasters, we are in the hurricane belt, we have a million and one things against us. ”

7 “The development started in the 60s when we became an associate state. We started this cultural thing both with France, particularly France. We were moving people to France, to Guadeloupe, to Martinique. We were having cultural exchanges. We did it with England when we became an associated state. When we became independent we stopped it but now we are closer to the two French countries. Now just before Independence Celebration, every year, we have what we call the World Creole Festival” (Interview de Patrick John, en 2002, voir Jno-Baptiste B. (2005)

8 In The Chronicle, Friday, February 12, 2010, pp 5 et 7 « Initial indicators are that many well placed Dominicans in North America would endorse a well thought and honest attempt to engage Dominicans in a national development initiative such as the sale of Diaspora Bonds. Many would welcome such an initiative which could not only bridge the ever widening gap between Dominicans at home and abroad but provide vital capital for development with no collateral damage or loss of sovereignty. ”

9 “We find ourselves as being the nature island of the world, in terms of rivers, rain forest, valleys etc. ” voir Jno-Baptiste B. (2005 : annexe 48)

10 “Dominicans can be very welcoming and accommodating people. I would say that probably the other countries are welcoming as well, but I would say that Dominicans are generally very friendly and welcoming people. ” idem p. 49.

11 “God made us different and gave us the greenery and the mountains and valleys (. . . )” idem p. 52.

12 Migrants de retour dans leur pays d’origine.

13 What does Dominica expect from its returnees?

14 Voir article : Thomson, F. « Public Servants Unhappy ». The Dominican. net, 15 février 2003. Disponible sur : http://www. thedominican. net/articles/public. htm.

15 Government of the Commonwealth of Dominica. Draft Diaspora Policy. 2009 : 2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Construction du Windsor Park Stadium entièrement financée par le gouvernement chinois à Roseau, capitale de la Dominique. (16/12/05)
Crédits Source : Bruce Jno-Baptiste
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Photographie 2. Rencontre entre le Premier Ministre Pierre Charles (à droite) et la diaspora à la Dominica High Comission à Londres. (30/07/2003)
Crédits Source : Bruce Jno-Baptiste
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruce Jno-Baptiste, « Identité et développement dans le petit État de la Dominique : le rôle de la diaspora », Études caribéennes [En ligne], 16 | Août 2010, mis en ligne le 15 août 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4654 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4654

Haut de page

Auteur

Bruce Jno-Baptiste

Maître de Conférences, Université des Antilles et de la Guyane, Centre de Recherches Interdisciplinaires en Lettres Langues Arts et Sciences Humaines (CRILLASH), bruce971@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org