Navigation – Plan du site
Diasporas caribéennes

La diaspora portoricaine aux États-Unis

Puerto Rican Diaspora in The United States
Auberte Pallud

Résumés

En retraçant brièvement l’histoire des Portoricains résidents sur l’ile et sur les États-Unis continentaux, cette étude se réfère à des penseurs tels que Bouilla, Deleuze et Gattari ainsi que Scheffer, pour offrir un nouveau cadre théorique et une nouvelle conceptualisation de l’identité et de la diaspora.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

diaspora, identité, culture

Keywords :

diaspora, identity, culture

Index géographique :

Porto Rico, États-Unis
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Selon le recensement de 2000, la population portoricaine aux États-Unis a atteint 3,4 millions, un chiffre qui approche rapidement les 3,8 millions d’habitants vivant sur l’île de Porto Rico (Acosta-Belen et al., 2006). La combinaison entre un exode prolongé, la migration retour et 1'immigration étrangère fait que Porto Rico est un bon exemple du transnationalisme, défini généralement comme le maintien des liens sociaux, économiques et politiques de part et d’autre des frontières nationales (Basch et al., 1994).

2En effet, bien que plus de la moitié (58 %), de la diaspora portoricaine soit née dans la zone continentale des États-Unis, il n’en demeure pas moins qu’une grande partie de cette population reste fortement liée à l’île de Porto Rico. Par conséquent, les Portoricains des deux rives semblent être inexorablement liés, et connaissent les différents effets des échanges culturels et socio-économiques entre l’île et la métropole américaine. Ils connaissent également les effets découlant de l’expérience d’une relation coloniale, de plus de cent ans, décrite par des chercheurs tels que George Duany ou James Blaut, de « paradoxe portoricain » (Duany, 2002b). Ce terme met en lumière le statut de Porto Rico, et indique que, après plus d’un siècle de domination des États-Unis, Porto Rico ne demeure ni un état de l’Union Fédérale, ni une nation souveraine, mais un territoire non incorporé des pays nord-américains. Porto Rico est un vestige du colonialisme. C’est une nation toujours coincée dans une condition politique ambivalente, qui maintient une source considérable de profits pour les États-Unis.

1. Identité et diaspora

3Pour mieux rendre compte des processus identitaires des Portoricains de la diaspora, les concepts de diaspora, de déterritorialisation et de reterritorialisation, de « transnation » (Appadurai, 1996), de « transnationalisme » (Basch et al., 1994) ou d’ethno-nation » (Grosfoguel et al., 1997) se mobilisent.
Le terme de diaspora plonge ses racines dans la langue grecque et repose sur la transcription du mot hébreu, galout. Construit sur le verbe speiro (semer) et le préfixe dia (au-delà) du grec ancien, le terme se réfère aux notions de migration et de colonisation. Initialement, le terme hébreu fait référence à l’implantation de populations juives en dehors de la Palestine après l’exil babylonien. Il a progressivement acquis un sens plus large en décrivant des populations installées en dehors de leurs terres ancestrales » (Shuval, 2003).

4Dans les sciences sociales, l’usage du terme de diaspora est récent. Avant les années 1980, seules quelques mentions du terme sont repérables. Selon Judith Shuval, cette absence du terme provient du fait « qu’avant les années soixante, les groupes immigrés devaient perdre leur identité ethnique et s’assimiler aux normes locales. Les groupes qui ne semblaient pas adopter ce modèle se voyaient refuser le droit d’entrée comme les Chinois au Canada, ou les “non-Whites” en Australie ». Au cours des années soixante-dix et quatre-vingt, lorsque la théorie de l’assimilation et celles reposant sur la notion d’intégration ont montré leur faillibilité, le recours à la notion de diaspora s’est fait de plus en plus fréquent, pour décrire des groupes migrants caractérisés par une identité ethnique et un sentiment communautaire fort (Bruneau, 1995 ; Shuval, 2003). Gabriel Sheffer (1986) propose trois premiers critères pour une définition :

  • Le maintien et le développement d’une identité collective propre au sein du groupe « diasporisé »

  • L’existence d’une organisation interne distincte de celles existant dans le pays d’origine et dans le « pays d’accueil »

  • La présence de liens forts avec la « terre d’origine » (homeland) : contacts réels (par exemple l’existence de remises) ou symboliques comme dans le vœu répété : « L’an prochain à Jérusalem ».

5La diaspora culturelle, construite sur le cas caribéen, a connu une très forte expansion au cours des deux dernières décennies. Sheffer a offert une large place à la notion d’hybridité employée par les auteurs post-modernistes pour signifier l’ouverture à une nouvelle lecture des dynamiques sociales sous l’angle du métissage et de la créolisation. Le cas de la Caraïbe française est, en cela, fort éclairant avec l’intégration de la notion de rhizome forgée par Deleuze et Guattari (1980), et dans les travaux d’Édouard Glissant (Chivallon, 1997). En effet ces auteurs, ainsi que Homi Bhabha, Stuart Hall ou Arjun Appadurai, ajoutent une dimension plus métaphorique au terme de diaspora, qui semble devenir synonyme pour eux, des déracinements de la condition post-moderne et post-coloniale.

2. Déterritorialisation, reterritorialisation

6Le terme de « déterritorialisation » a été créé par Deleuze et Guattari dans leur trilogie sur le « Capitalisme et schizophrénie » : Anti-Œdipe (Deleuze et al., 1991), Mille Plateaux (Deleuze et al., 1980), et qu’est-ce que la philosophie ? (Deleuze et al., 1983). Il s’agit d’un concept qui traverse la politique et le social, autant que le monde artistique. Il décrit le mouvement de déclassification (le « surcodage ») des objets, des animaux, des gestes, des signes, etc. — une déclassification qui les libère de leurs usages conventionnels envers d’autres usages, d’autres vies. Il s’agit d’un mouvement créatif, et non pas destructif, où un territoire défini se libère de cette ancienne définition. Un territoire acquis par répétition — par un processus de territorialisation d’un animal, par exemple, qui encercle en permanence son territoire — perd cette acquisition, cette territorialisation acquise par habitude — d’où le terme déterritorialisation. L’espace libéré dans la déterritorialisation reste rarement un espace purement déterritorialisé, car ce mouvement n’est pas celui d’une libération pour la libération. Il s’agit, au contraire, d’un double mouvement où la reterritorialisation réaffecte l’espace territorialisé, et dans ce cas, la déterritorialisation était simplement un des moments de la réaffectation du territoire.

7Chez les animaux nous savons l’importance de ces activités qui consistent à former des territoires, à les abandonner ou à en sortir, et même à refaire territoire sur quelque chose d’une autre nature. L’éthologue dit que le partenaire ou l’ami d’un animal « vaut un chez-soi », ou que la famille est un « territoire mobile ». À plus forte raison l’hominien : dès son acte de naissance, il déterritorialise sa patte antérieure, il l’arrache à la terre pour en faire une main, et la reterritorialise sur des branches et des outils. Il faut voir comment chacun, à tout âge, dans les plus petites choses comme dans les plus grandes épreuves, se cherche un territoire, supporte ou mène des déterritorialisations, et se reterritorialise presque sur n’importe quoi, souvenir, fétiche, ou rêve. [...] On ne peut même pas dire ce qui est premier, et tout territoire suppose peut-être une déterritorialisation préalable ; ou bien tout est en même temps » (Deleuze et al., 1991 : 66).

3. Recherche et diaspora

8Un état des lieux autour du concept de diaspora, concept central de cette étude, mettra en évidence l’originalité de la réflexion. Au début des années 1970, Frank Bonilla, fondateur du Centre « Estudios Puertoriqueños » à New York, a déploré dans son essai (Bonilla, 1974 : 438-469), la représentation négative des Portoricains, perpétuée dans la plupart des ouvrages en sciences sociales. Il a fait valoir la nécessité de rompre avec le barrage de fonctionnement et de confinement des images négatives. Il a également souligné l’urgence d’effectuer un travail sans précédent sur une construction et une reconstitution psychologique et culturelle, qui permettrait aux Portoricains de s’affirmer en tant que communauté culturellement intégrée et distinctive (Bonilla, 1974 : 363-364).

9Tant aux États-Unis que sur l’île, c’est vers la même année que les chercheurs ont eu une approche plus nuancée, de l’histoire, des relations de pouvoir, et de la dynamique coloniale qui expliquaient la migration portoricaine, y compris une analyse plus poussée des liens transnationaux qui existent entre l’île et les États-Unis. Plus de cinquante ans après le début de la Grande Migration, de nouveaux schémas de migration et de développement ont vu le jour. Ces tendances ont d’abord été documentées par Rivera-Batiz (1991) et Santiago (1994) dans leur analyse perspicace de ce qu’ils ont décrit comme « la réalité changeante » des Portoricains aux États-Unis, un processus qui a commencé dans les années 1980.

10L’expérience de la migration portoricaine vers les États-Unis doit être comprise dans le contexte le plus large des migrations caribéennes. Pour mieux comprendre ces processus migratoires, il faut dépasser les interprétations traditionnelles qui insistent sur l’assimilation culturelle ou sur le pluralisme culturel, et s’attarder sur les approches plus récentes, qui mettent en valeur le « contexte de réception » de la société d’accueil, ainsi que les modes d’incorporation des migrants dans le marché du travail. Pour Alejandro Portes, Rubén Rumbaut et d’autres chercheurs, le contexte de la réception (Portes et al., 1989) renvoie à des variables comme les politiques de l’État envers chaque groupe spécifique de migrants, l’opinion publique envers le groupe, la présence ou l’absence d’une communauté ethnique organisée qui facilite l’intégration socio-économique. La combinaison de ces variables détermine différents types d’incorporation dans le marché du travail. Il importe cependant d’inclure dans la notion de « contexte de réception » une dimension stratégique rendant compte des grandes options de la politique étrangère étasunienne, car chaque groupe doit être situé dans le contexte des rapports entre son territoire d’origine et les États — Unis (Petras, 1981). Par exemple, la relation a-t-elle comporté historiquement des interventions militaires directes ? Ou bien l’État en question est-il d’une importance secondaire pour Washington ? Ces facteurs exercent une influence 1) sur les origines de classe et sur les niveaux scolaires des migrants ; 2) sur les politiques d’incorporation de chaque groupe ; 3) sur les perceptions de ces migrants par l’opinion publique. Ces trois données affecteront à leur tour, les modes d’incorporation dans le marché du travail. La composition ethnoraciale du groupe migrant est également cruciale pour comprendre le contexte de réception (Cohen, 1991).

4. La diaspora portoricaine

11Nul pays, dans 1'histoire mondiale récente, n’a connu de déplacement de sa population aussi massif et aussi long dans le temps que Porto Rico. Comme l’Irlande pendant la deuxième moitié du XIXème siècle, Porto Rico a « exporté », après la Seconde Guerre mondiale, près de la moitié de sa population actuelle vers les États-Unis. Ce qui nous mène au cœur de la problématique de la diaspora portoricaine. Le cas de Porto Rico est-il unique ou peut-il servir de « modèle » à d’autres pays ? Par rapport aux peuples d’Amérique Latine et de la Caraïbe, en quoi la diaspora portoricaine est-elle exceptionnelle ? Quelles représentations ont les Américains des Portoricains ? Et quelles représentations ont les Portoricains insulaires de la diaspora et vice-versa ? Existe-t-il un moyen permettant de caractériser les processus migratoires portoricains et ses variations au fil du temps ? Qu’est-ce que ces nouveaux modèles de mobilité signifient pour la transmission du patrimoine culturel, social, politique à travers l’espace et le temps ? Quel impact culturel et sociétal peut avoir une pareille immigration ?

4.1. Le contexte historique

12Ne pas tenir compte du contexte historique de chaque processus migratoire et de chaque processus d’incorporation dans la société d’accueil peut ouvrir la porte à des interprétations abusives, car stéréotypées, consistant à attribuer l’échec ou le succès d’un groupe donné à sa disposition à « travailler dur », à respecter la discipline, à être « motivé », à développer son « capital humain ». C’est en ce sens que nous ferons un bref récapitulatif historique de la présence portoricaine aux États-Unis.

13Les premières indications d’une présence portoricaine aux États-Unis datent de la seconde moitié du XIXème siècle, lorsque de nombreux individus ont été contraints d’abandonner l’île pour échapper à la tyrannie de la colonie espagnole. La persécution politique et l’exil ont un destin commun pour les Portoricains de l’Espagne. Ces émigrés politiques arrivèrent aux États-Unis pendant les années 1800 lorsque les élites créoles des colonies espagnoles et du monde commencèrent à faire valoir leurs revendications pour leur indépendance, et que la guerre éclata dans certains de ces territoires. Ils ont été dûment nommés « les pèlerins de la liberté » (Ojeda-Reyes, 1992). Ces émigrés politiques portoricains s’installèrent principalement à New York, mais aussi dans d’autres villes comme Philadelphie, Boston, New Orléans, Tampa, ou Key West.

14Selon Bonilla et Campos (1986), la migration portoricaine a connu trois phases : la première va de 1873 à 1898, dates qui font référence à deux événements majeurs dans l’histoire de l’île : l’abolition de l’esclavage et l’invasion américaine. Les années entre ces deux événements ont marqué l’expansion des encomiendas basées à Porto Rico et une augmentation significative des échanges commerciaux entre l’île et les États-Unis.

15L’occupation étasunienne de Porto Rico a initié le cycle de la seconde migration, et la crise capitaliste de la Grande Dépression en 1929 y a mis fin. L’octroi de la citoyenneté étatsunienne aux Portoricains en 1917 a encouragé le plus grand syndicat des travailleurs de l’île, le CPT (Central Puertorriqueña de Trabajadores), à souligner les avantages et les protections que les travailleurs portoricains gagneraient à chercher un emploi aux États-Unis plutôt qu’ailleurs. Un autre élément important de cette période est la loi sur l’immigration de 1924, qui en limitant la migration européenne, a aussi accéléré l’arrivée de nombreux Portoricains à New York. Tandis que les travailleurs d’origine européenne connaissaient une mobilité sociale ascendante, les emplois industriels à bas salaires, notamment dans le secteur de la confection, ont été abandonnés aux minorités racialisées. Pendant les années vingt et trente, les Afro-Américains sont devenus la principale source de main-d’œuvre bon marché de ces industries à New York, les Portoricains la deuxième, avec 30 000 arrivées dans les années vingt. Cela a engendré de notables différences de salaires entre les travailleurs blancs et les autres dans la confection : en 1929, les Portoricains et les Afro-Américains gagnaient de 8 à 13 dollars par semaine, tandis que des travailleurs européens (souvent juifs ou italiens) touchaient entre 26 et 44 dollars (Laurentz, 1980).

16Pendant cette période, l’économie de l’île subissait un déclin d’activité des encomiendas locales, au profit des plantations agricoles contrôlées par les Étatsuniens. La troisième phase, connue comme la Grande Migration, débute après la Seconde Guerre mondiale. C’est une période durant laquelle Porto Rico passe d’une économie agricole à une économie industrielle dominée par l’apport des capitaux étatsuniens. Ce dernier cycle a continué tout au long des années 1950 et 1960. En effet, le flux rapide d’investissements de capitaux nord-américains a augmenté de façon exponentielle, particulièrement dans l’industrie sucrière. Le déclin des encomiendas augmenta le taux de chômage parmi les travailleurs paysans, ce qui créa un excédent de travailleurs paysans, contraints de chercher un emploi dans les nouveaux secteurs d’activité. Toutefois, ces secteurs d’activité n’ont pas généré suffisamment de possibilités pour permettre d’améliorer la montée croissante du chômage.

  • 1 L’operation Boostrap, ou Manos a la Obra, a été lancée dans les années 40 par Luis Muñoz Marín. Ell (...)

17À bien des égards, l’immigration a été au cœur de l’effort d’industrialisation de Porto Rico à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il s’est avéré être le catalyseur qui a permis à l’île de faire grandir rapidement son revenu par habitant, en raison de l’impact qu’elle a eu sur la réduction de la croissance démographique de l’île. En effet, sous la nouvelle administration Muñoz Marín, la planification familiale, l’initiative de contrôle de la population pour réduire les naissances sur l’île et la migration accélérée aux États-Unis ont eu la priorité. Il est clair que la croissance démographique à Porto Rico a été considérée comme une réelle contrainte pour le développement économique. À l’époque, il semblait évident que le nombre d’emplois créés en vertu de l’Operation Bootstrap1 n’aurait jamais pu suivre le rythme des besoins d’emploi de la population croissante. L’opinion générale était que la migration et le contrôle des naissances étaient la solution aux problèmes de surpopulation et de pauvreté. Ce point de vue a été appuyé par de nombreuses personnalités influentes dans le gouvernement portoricain ainsi que les décideurs étatsuniens.

18Les travailleurs arrivés à New York en grand nombre à partir des années cinquante ont pu bénéficier de réseaux de solidarité portoricains ou « latinos » qui s’étaient constitués. Ils ont rencontré l’acceptation passive des autorités gouvernementales et un soutien institutionnel faible de l’office créé par le gouvernement portoricain, le Migration Division Office, qui était censé défendre leurs droits élémentaires. Leur réception par l’opinion publique fut largement hostile. Les nouveaux migrants ont souffert de logements insalubres et surpeuplés, d’un manque de soutien institutionnel pour réussir à l’école et de piètres services de santé. Dans la division ethnoracialisee du travail de New York, les Portoricains occupaient le « créneau » des emplois manufacturiers mal payés : c’était le cas de plus de 50 % des actifs portoricains en 1960.

4.2. Désindustrialisation et économie « informalisée »

19En réaction, pendant les années soixante, les Portoricains se sont organisés en syndicats et en mouvements pour l’égalité des droits. Mais la réussite de la syndicalisation a rendu la main-d’œuvre portoricaine « trop chère » pour un secteur manufacturier qui, de plus en plus, recourait à une main-d’œuvre informelle (Grasmuck et al., 1997). En même temps, le nord-est des États-Unis, région où s’était établie la majorité des Portoricains, a connu un processus historique de désindustrialisation. De sorte que la majorité des emplois industriels sont partis vers des régions périphériques du monde entier, tandis que les emplois restants « informalisaient » : l’industrie manufacturière, toujours à la recherche d’une main-d’œuvre bon marché, comptait de plus en plus sur des immigrés latinos récents, légaux ou illégaux, ayant encore moins de droits que les Portoricains. Or, avec leur expulsion des emplois industriels, et à cause des carences d’un système scolaire qui les excluait, s’est formée une force de travail « superflue », ne pouvant pas se réinsérer dans le marché du travail formel (Grosfoguel, 1997). Il s’agit de ce groupe que beaucoup d’auteurs ont appelé une « sous-classe » (underclass) portoricaine : plus de 50 % sont soit sans emploi, soit non comptabilisés comme actifs. En 1993, environ 40 % du salariat portoricain était constitué d’une main-d’œuvre bon marché, employée dans le commerce de détail ou dans les services tels que la santé, les échelons subalternes de l’administration (publique ou privée) ou de l’éducation. En somme, de tous les groupes caribéens aux États-Unis, les Portoricains continuent d’afficher les taux de chômage les plus élevés, les taux d’activité les plus faibles et le niveau de pauvreté le plus critique.

4.3. L’Étatsunien, pourtant vu comme l’Autre

20En même temps, les Étatsuniens blancs, qui ne peuvent pas classer les Portoricains dans une catégorie raciale fixe (ils ne sont ni « Blancs » ni « Noirs »), les ont néanmoins souvent perçus comme une catégorie à part. Un tournant fut peut-être la diffusion de la comédie musicale West Side Story, dans laquelle les Portoricains étaient dépeints pour la première fois comme une minorité raciale distincte. Certes ce processus plonge ses racines historiques dans la domination coloniale dans l’île, mais il prend de nouvelles voies sur le continent (Santiago, 1994). Il ne fait pas de doute que la discrimination que doivent affronter les Afro-Portoricains est plus forte que celle que subissent les Portoricains au teint plus clair ; cependant, les Portoricains de tous les phénotypes passent obligatoirement par le labyrinthe de l’altérité raciale puisque dans l’imaginaire de beaucoup d’Américains blancs, ils portent les stigmates de la paresse, de la propension à la violence, parfois de la stupidité ou de la saleté.

5. Identité portoricaine : conflit intracommunautaire

21Cependant, même dans ce contexte, il faut noter que plusieurs groupes ethnoraciaux revendiquent des identités « à trait d’union » tels que les « Afro-Américains » et les Mexicain-Américain » afin de résister aux tentatives de dénégation de leurs droits en tant que citoyens. Seuls les Portoricains ont rejeté cet usage, car les personnes d’origine portoricaine nées sur le continent continuent à s’identifier comme Portoricains. Il faut croire que l’expérience de la discrimination a renforcé un sentiment d’appartenance à un Porto Rico entendu comme « lieu d’origine imaginé », jusqu’à la troisième génération et au-delà. Ce sentiment est bien sûr facilité et renforcé par les réseaux familiaux et par une circulation perpétuelle entre l’île et la métropole. Lorsque des Portoricains nés sur le continent visitent leur île, ils sont souvent regardés avec dédain comme des « Nuyoricans » (terme comparable à « Négropolitain » aux Antilles). Nombreux sont ceux — non seulement les intellectuels nationalistes de l’île, mais aussi des membres ordinaires des classes moyennes — qui manifestent des difficultés à supporter l’hybridité culturelle des Portoricains du continent. En effet, les « Nuyoricans » lancent un défi à certaines représentations racistes et élitistes de l’identité portoricaine dans l’île, dans la mesure où ils sont désormais porteurs d’une culture hybride qui inclut des éléments de la culture afro-américaine. Cette attitude menace les efforts de l’élite pour minimiser ou occulter un important héritage africain, en privilégiant leurs racines hispaniques et européennes. Certains auteurs ont employé le terme « commuter nation » (« nation en aller-retour ») (Torre et al., 1994) pour théoriser la circulation perpétuelle des personnes entre île et continent. Bien que l’étiquette portoricaine (sans trait d’union !) suggère l’idée d’une nation « déterritorialisée », il serait réducteur de considérer les identifications du continent comme un simple prolongement de celles produites dans l’île. Si, sur le continent, s’auto-identifier comme Portoricain exprime un défi aux hiérarchies ethno-raciales en place, dans l’île, les slogans de l’identité nationale portoricaine font désormais l’objet d’un consensus idéologique entre toutes les forces politiques (Grosfoguel et al., 1997).

6. Identité et transnationalisme

  • 2 Depuis 1952, Porto Rico possède le statut d’« État libre associé » (statut unique en son genre). C’ (...)

22L’expérience migratoire, on le voit, a transformé les migrants en porteurs d’identités nouvelles, hybrides, syncrétiques. Désormais, les discours identitaires se forgent dans un espace transnational, en se fondant sur une appartenance double et apparemment contradictoire : le groupe ethnique et la nation. Lorsque les droits civiques ou sociaux sont en jeu, les Portoricains formulent leurs revendications en jouant souvent sur le registre ethnique au sein de l’État métropolitain ; lorsque l’enjeu tourne plutôt autour d’affirmations culturelles ou de revendications politiques, les Portoricains peuvent déployer un discours à résonance nationale qui véhicule des revendications d’autonomie. Si ni l’idée de « nation » ni celle de « groupe ethnique » ne suffisent pour rendre compte des processus identitaires des Portoricains, peut-être les notions de « transnation » (Appadurai, 1996), de « transnationalisme » (Basch et al., 1994) ou d’« ethno-nation » (Grosfoguel, 1997) seront-elles plus adéquates. Du moins si nous entendons par ceux-ci une forme émergente d’identité hybride qui dépasse les catégories d’ethnicité et de nation, tout en les incorporant dans une même démarche. La notion d’ethno-nation se réfère davantage à un processus qu’à une réalité statique, puisqu’elle suppose le déploiement d’un double registre, l’accent étant tantôt mis sur l’un (l’ethnie), tantôt sur l’autre (la nation), selon le contexte politique. Même les plus nationalistes des Portoricains reproduisent les ambiguïtés du transnationalisme découlant de l’ambiguïté du statut de l’« État libre associé » de Porto Rico au sein du système politique étasunien2. Ainsi, les Portoricains mobilisent leurs droits en tant que citoyens de la métropole, afin de revendiquer l’accès à la totalité des programmes de ce même État fédéral, mais ils peuvent également jouer sur un registre plus nationaliste, pour défendre des droits culturels ou pour rejeter certaines pratiques aux États-Unis. En ce sens, l’expérience portoricaine illustre, plus clairement que d’autres, l’idée que les identités se manifestent comme des constructions, et que celles-ci sont liées à des stratégies politiques dans des champs de pouvoir donné. Dans son livre, Duany (2002a) retrace le développement, durant le XXème siècle, des principales figures symboliques de la « portoricanité » (par exemple, lejibam c’est-à-dire le fermier indépendant qui produit pour sa consommation). La migration continue à grande échelle a eu pour conséquence que les représentations populaires de 1'identité portoricaine ont été déracinées et restituées dans un contexte transnational. Par exemple, le pava du jibaro, c’est-à-dire le chapeau de paille, est souvent mis en évidence en tant qu’icône visuelle de la portoricanité aux États-Unis. Le pava réapparaît dans des lieux aussi différents que les écoles publiques à Brooklyn, les festivals folkloriques à Central Park, la parade de la Journée portoricaine qui se déroule sur la Cinquième Avenue ou dans les expositions du Smithsonian Institute. La casita est un autre exemple d’une icône portoricaine visuellement popularisée. Les casitas, c’est-à-dire les petites cases faites en bois qui évoquent les maisons rurales typiques de 1'ile, sont construites dans les espaces inoccupés dans le sud du Bronx et le Lower East Side de Manhattan (Aponte-Pares, 1996). Les casitas représentent en elles-mêmes la réinvention d’une époque et d’un espace préindustriel qui évoquent la nostalgie de la petite communauté soudée, constituée de la famille, des amis et des voisins, communauté qui a existé bien avant 1'apparition des phénomènes d’urbanisation et de migration.

23Comme d’autres nations, Porto Rico a développé son propre ensemble de mythes, de mémoires, d’images et de rituels collectifs comme le drapeau, 1'hymne national aussi bien que la participation aux Jeux olympiques ou aux concours internationaux de beauté. De telles icônes ont été largement médiatisées sur 1'ile et aux États-Unis et ces symboles ont servi à renforcer la « portoricanité » de la population au détriment d’une identité typiquement étatsunienne.
Somme toute, les Portoricains des États-Unis ont incarné les pires craintes au sujet du processus d’américanisation pour les insulaires dans leur résistance à la culture étatsunienne depuis l’invasion des États-Unis. De ce fait, ils ont été rapidement rejetés pour ne pas être « de vrais Portoricains » ils ont même été considérés comme des « pseudo-Portoricains » (Seda Bonilla, 1972). Les mots « Nuyorican » et « Neorican » ont été inventés pour différencier les Portoricains de la diaspora des soi-disant « réels » ou « authentiques » Portoricains. Il a fallu attendre un groupe de poètes portoricains qui sont nés ou ont grandi à New York pour décider d’adopter le terme « Nuyorican » afin de se différencier des Portoricains de l’île, et de dépouiller cette étiquette des connotations négatives d’origine.

7. Division, exploitation, militarisation

24La tendance généralisée de faire la distinction entre les Portoricains de l’île et les Portoricains de la diaspora était profondément enracinée dans l’histoire. Après l’invasion américaine, les politiques mal avisées d’américanisation mises en œuvre par le gouvernement colonial pendant les quatre premières décennies d’occupation avaient laissé un goût amer chez les Portoricains insulaires. Ces politiques comprenaient l’établissement de l’anglais comme langue officielle de Porto Rico et de son système scolaire public et l’atteinte concomitante de l’espagnol, la langue maternelle de l’île de Porto Rico. Elles comprenaient aussi l’endoctrinement des Portoricains aux valeurs et aux modes de vie anglo-saxons, avec un mépris total pour leurs traditions historiques locales et culturelles. Un autre outil utilisé est la conversion de la population de l’île au Protestantisme alors que l’île était principalement catholique. Pour les nouveaux dirigeants, Porto Rico représentait une valeur stratégique dans la conception géopolitique des États-Unis dans l’hémisphère, qui a progressivement transformé l’île en un bastion militaire des États-Unis dans la région des Caraïbes. Cette militarisation a été réalisée par l’expropriation des terres et la prolifération des bases militaires américaines.

Conclusion

25Toutes ces politiques et actions ont contribué à rendre les Portoricains insulaires extrêmement sensibles et sur la défensive, quant aux questions culturelles et linguistiques et vis-à-vis de l’influence et de la domination des États-Unis. Inutile de dire que ces questions ont et continuent de générer des débats fréquents. Après tout, même si Porto Rico devenait un jour indépendant, cela ne modifierait pas la citoyenneté ni le statut des Portoricains qui vivent déjà aux États-Unis. Néanmoins, une chose reste constante : il y a une forte conscience de la nationalité parmi les Portoricains des États-Unis, et la prétention d’« être Portoricain » reste une force de cohésion au sein des communautés de la diaspora. La mesure dans laquelle cette force pourrait décroître, alors que la proportion des Portoricains nés aux États-Unis continue de dépasser la population des nouveaux arrivants, est difficile à prédire, et c’est sans aucun doute une piste à exploiter.

Haut de page

Bibliographie

Acosta-Belen, E. (2006). Puerto Ricans in the United States, a comtemporary portrait, Lynne Rienner Publishers Inc., Colorado.

Aponte-Pares (1996). « Pequeñas patrias. Appropriating Places in the American City», Paper presented at the Second Conference of the Puerto Rican studies Association, San Juan, September, 26-29.

Appadurai, A. (1996). Modernity at Large, University of Minnesota Press.

Castor Suzy, La ocupación norteamericana de Haití y sus consecuencias 1915-1934, Mexico, 1971

Balibar, E. (1988). « Y a-t-il un “néo-racisme” ? », in E. Balibar et E. Wallerstein (dir.), Race, nation, classe, les identités ambiguës, Paris, La Découverte.

Basch, L., S. Glick and C. Szanton-Blanc (1994). Nations unbound: Transnational projects, Postcolonial predicaments, and deterritorialized Nation-States, Gordon and Breach, New York.

Basch, L., N.S. Schiller and C. Szanton-Blanc (1994). Nations Unbound: Transnational Projects, Postcolonial Predicaments and Deterritorialized Nation-States, Amsterdam, Gordon and Breach Publishers.

Bonilla, F. and R. Campos (1986). Industry and Idleness, Centro de Estudios Puertoriqueños, New York.

Bonilla, F. (1974). «Beyond surviva : Por qué seguiremos siendo puertoriqueños», In Alberto Lopez and James Petras, eds., Porto Rico and Puerto Ricans : studies in History ans Society, John Wiley and sons, New York: 438-469

Bruneau, M. (1995), Diasporas, Montpellier, GIP Reclus.

Carlos, A.-T., H. Rodriguez-Vecchini and W. Burgos (eds.) (1994). The Commuter Nation, Ed. de la Universidad de Porto Rico, Río Piedras.

Chivallon, C. (1997). « De quelques préconstruits de la notion de diasporas à partir de l’exemple antillais », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol.13, 1 : 149-160.

Cohen J. (1991). « Les Portoricains et le melting-pot en panne », in Dossier Aperçus américains, n° 1149 : 10-15.

Deleuze, G. et F. Guattari (1980). Mille plateaux, Paris, Les éditions de minuit.

Deleuze, G. and F. Guattari (1991). Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Les éditions de minuit.

Deleuze, G. et F. Guattari (1980). Mille Plateaux (Capitalisme et schizophrénie 2), Paris, Les éditions de minuit.

Deleuze, G. et F. Guattari (1983). Anti-Œdipus (Capitalsm and Schizophrenia), Minneapolis, University of Minnesota Press.

Duany, J. (2002 a). Portraying the other: Puerto Rican images in two American photographic collections, Discourse 23: 119-153

Duany, J. (2002b). The Puerto Rican Nation on the move: Identities on the island and in the United States, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Estades, R. (1980). “Symbolic Unity : The Puerto Rican Day Parade”, in C. Rodriguez, V. S. Korrol and J. Alers, Historical Perspectives on Puerto Rican survival in the U.S, New York : Puerto Rican migration Consortium: 97-106.

Eugenia Estades, F.M. (1988). La presencia militar de Estados Unidos en Porto Rico: 1898-1918, Puerto Rico, Ediciones Huracán.

Gilroy, P. (1987). There Ain’t No Black in the Union Jack: The Cultural Politics of Race and Nation, Chicago, Chicago University Press.

Grasmuck, S. and R. Grosfoguel (1997). “Geopolitics, Economic Niches, and Gendered Social Capital Among Recent Caribbean Immigrants in New York City”, Sociological Perspectives, 40(3): 339-363.

Grosfoguel, R. (1997). “The Divorce of Nationalist Discourses from the Puerto Rican People”, in F. Negrón-Muntaner and R. Grosfoguel (eds.), Puerto Rican Jam: Rethinking Colonialism and Nationalism, University of Minnesota Press.

Grosfoguel, R. (1997). “Migration and Geopolitics in the Greater Antilles: From the Cold War to the Post-Cold War,” Review, Fernand Braudel Center, 20(1): 115-45.

Grosfoguel, R., F. Negrón-Muntaner and C. Georas (1997). “Beyond Nationalist and Colonialist Discourses: The Jaiba Politics of the Puerto Rican Ethno-Nation”, in F. Negrón-Muntaner and Ramón Grosfoguel (eds.), Puerto Rican Jam!: Rethinking Colonialism and Nationalism, University of Minnesota Press.

Laurentz, R. (1980). Racial/Ethnic Conflict in the New York City Garment Industry, 1933-1980, thèse doctorale, State University of New York at Binghamton.

Lewis, O. (1966). La Vida : A Puerto Rican Family in the Culture of Poverty, New York, Random House.

Ojeda-Reyes, F. (1992). Peregrinos de la libertad, Rio Pedras, Instituto de estudios del Caribe.

Petras E. (1981). “The Global Labour Market in the Modern World-Economy” in M. M. Kritz, C. B. Keely and S. M. Tomasi (eds.), Global Trends in Migration: Theory and Research on International Population Movements, New York, Center for Migration Studies.

Portes A., Böröcz J. (1989). « Contemporary Immigration: Theoretical Perspectives on its Determinants and Modes of Incorporation », International Migration Review, 23 (3) : 606-630

Riviera-Batiz F. (1991). “The effects of literacyon the earnings of Hispanics in the United States”, In R. Meléndez and F. Barry, Hispanics in the Labor Force, New York: Plenum Press

Santiagi J. (1994). Nueva Ola portoricensis, San Juan, Editorial del Patio.

Santiago K. (1994). “Subject People” and Colonial Discourses, State University of New York Press, Albany.

Seda Bonilla E. (1972). Requiem por una cultura, Puerto Rico, Rio Piedras.

Sheffer G. (1986). Modern Diasporas in International Politics, New York, Saint Martin Press.

Sheffer G. (2003). Diaspora politics. At home abroad, Cambridge, Cambridge University Press.

Shuval J. T. (2003). “The dynamics of Diaspora: Theoretical implications of ambiguous concepts », in R. Münz and R. Ohliger, Diasporas and Ethnic Migrants: Germany, Israel and Russia in Comparative Perspective, London, Frank Cass.

Haut de page

Notes

1 L’operation Boostrap, ou Manos a la Obra, a été lancée dans les années 40 par Luis Muñoz Marín. Elle correspond à une forte mobilisation de la population afin d’assurer le développement de Porto Rico en attirant notamment les investisseurs nord-américains.

2 Depuis 1952, Porto Rico possède le statut d’« État libre associé » (statut unique en son genre). C’est un territoire lié aux États-Unis par une Constitution commune, et incorporé dans le système fédéral sans y être représenté électoralement. Les Portoricains demeurent citoyens des États-Unis, ne paient pas l’impôt fédéral sur le revenu, mais circulent librement entre l’île et le continent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Auberte Pallud, « La diaspora portoricaine aux États-Unis », Études caribéennes [En ligne], 16 | Août 2010, mis en ligne le 15 août 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4686 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4686

Haut de page

Auteur

Auberte Pallud

CRILLASH – Université des Antilles et de la Guyane, Doctorante, aubertepallud@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org