Navigation – Plan du site
Problématiques caribéennes

Le statut politique des petits territoires insulaires à vocation touristique a-t-il une influence sur leur performance économique et sociale ? Approche comparative

Does Political Status of Small Island Tourist Economies Have an Influence on Their Economic and Social Performance? Comparative Approach
Louis Dupont

Résumés

Le paradigme du développement dans les Petites Économies Insulaires se définit par divers facteurs. Parmi ces derniers figurent entre autres, le statut politique et le niveau de développement touristique atteint par ces territoires.
Cette étude, en croisant diverses analyses a pour but d’évaluer et de comparer empiriquement à l’aide de vingt-cinq indicateurs socio-économiques et démographiques, l’influence de différentes variables et plus particulièrement de celle relative au statut politique sur la performance économique et sociale de deux groupes de territoires, l’un composé de seize petits espaces insulaires de la Caraïbe et du Pacifique, politiquement dépendants et l’autre, de dix-neuf îles des mêmes régions qui ont accédé à la souveraineté.
D’une part, les résultats montrent que : comme variable explicative, le statut politique associé à d’autres facteurs intervient pour les deux tiers dans la performance économique et sociale de ces îles. D’autre part, ils indiquent que les territoires insulaires politiquement dépendants sont économiquement plus prospères, socialement plus avancés, et démographiquement d’une plus grande maturité que ceux ayant acquis leur souveraineté. Toutefois, ces résultats ne doivent en aucun cas être interprétés comme des arguments contre la décolonisation, qui demeure une démarche moralement et universellement soutenable. Enfin, ils montrent également que les îles dépendantes qui bénéficient d’une large autonomie politique affichent en moyenne des résultats économiques et sociaux bien meilleurs que celles qui restent politiquement et centralement très liées à leur métropole, cas notamment de la Guadeloupe et de la Martinique pour lesquelles, en guise d’illustration nous proposons dans le cadre de leur probable évolution statutaire, un modèle de gouvernance qui, au plan politique soit le mieux adapté aux caractéristiques socio-économiques et culturelles de ces deux départements-régions. L’intérêt d’une telle étude réside dans le fait qu’elle fournit à travers données et analyse empirique, des logiques et des facteurs explicatifs nécessaires à la compréhension et à l’adoption de réformes politiques adéquates pour des territoires insulaires confrontés actuellement à des choix de gouvernance politique comme la Guadeloupe et la Martinique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis la création des Nations unies en 1945, plus de quatre-vingts anciennes colonies ont accédé à l’indépendance, beaucoup sont des îles qui toutes, sont situées dans les grands océans notamment la Jamaïque et la Barbade (Caraïbe), Malte et Chypre (Méditerranée), Seychelles et île Maurice (Océan indien), Fidji, îles Salomon et Vanuatu (Pacifique). Cependant, depuis plus de deux décennies, le rythme de décolonisation s’est considérablement ralenti. En effet, depuis 1983, seules quatre îles ont accédé à la souveraineté : trois sont des anciens territoires américains situés dans le pacifique- la Micronésie, les îles Marshall, et Palau- et plus récemment (2002), le Timor oriental. Par ailleurs, des douzaines de petites îles, politiquement dépendantes à travers le monde, avec des degrés variés de juridiction constitutionnelle, restent attachées à leur mainland. Cette interruption dans les mouvements d’indépendance nationale a conduit l’Organisation des Nations Unies à déclarer les années 1990 « décennie pour l’éradication du colonialisme » et à renouveler cet appel pour la période 2001-2010 (ONU, 2000).

2Cette interruption dans les mouvements d’indépendance nationale est-elle simplement momentanée ou s’agit-il d’une tendance durable ? Pourquoi les habitants des îles politiquement dépendantes continuent-ils pour la plupart de voter pour le maintien du statu quo ? Quels en sont les principaux motifs ? Enfin, le développement économique de ces îles est-il en partie conditionné par leur statut politique ? Ces questions méritent d’être posées au moment même où la problématique de l’évolution statutaire est débattue avec acuité dans certains territoires comme la Guadeloupe et la Martinique. La présente étude fournit des explications par un éclairage nouveau, en empruntant la voie de l’inférence statistique et de l’économétrie avec comme outils d’analyse, un test de comparaison de moyennes sur échantillons et une analyse de régression. Ce faisant, l’objectif de l’étude est double :

  • Définir et explorer empiriquement les différences socio-économiques et démographiques qui existent entre le groupe des îles politiquement dépendantes, celui des espaces insulaires ayant accédé à la souveraineté, et celui des territoires insulaires jouissant d’un haut degré d’autonomie politique.

  • Proposer une grille de lecture la plus pertinente possible des résultats enregistrés pour tenter de comprendre, tirer les enseignements et déduire des implications au plan politique.

3Dans la première section de cette étude, nous passerons en revue la littérature économique consacrée jusqu’à ce jour à l’analyse des Petites Économies Insulaires (PEI) et plus particulièrement aux aspects politiques liés à leur développement. La deuxième section abordera la portée et la méthode utilisées dans nos deux tests pour analyser l’influence des principales variables sur la performance économique et sociale des territoires insulaires composant notre échantillon. La troisième section présentera les résultats de l’étude ainsi que les implications politiques qui en découlent. La quatrième section, en s’appuyant sur les résultats des deux tests proposera en guise d’illustration, dans les cas de Guadeloupe et de Martinique l’option de gouvernance politique qui semble la mieux adaptée aujourd’hui à ces deux territoires. Enfin, la cinquième et dernière section sera consacrée à la conclusion générale de l’étude.

1. Les Petites Économies Insulaires dans la littérature économique

4Les premiers travaux d’évaluation des petites économies (Robinson, 1960) n’ont pas spécifiquement porté l’accent sur les petits espaces insulaires en développement. Néanmoins, leurs auteurs ont examiné les contraintes qui ont entravé leur développement et qui plus tard ont été approfondies et développées par d’autres auteurs.

5Ces contraintes ont été les suivantes : faible capacité de production, vulnérabilité aux chocs extérieurs, coûts administratifs élevés, et tendance à la création d’unités monopolistiques à l’échelon local. Kuznets pour sa part (1960) identifia un avantage majeur des petites économies par rapport à celles de superficie et de population plus importantes, à savoir : « le recours plus élevé à des pratiques communautaires, à une plus grande cohésion de la population, et à une plus grande souplesse des institutions sociales face au problème de l’exiguïté territoriale ». Avantage que l’on peut considérer comme essentiel dans le contexte actuel de la globalisation.

6Par ailleurs, il convient de préciser que la recherche sur les Petites Économies Insulaires proprement dites débuta véritablement dans les années 1960, c’est à dire à peu près à la même époque que celle évoquée précédemment. Cette recherche porta essentiellement sur trois aspects : (1) la structure économique, (2) la performance économique, (3) le rôle de la politique locale. La première vague de pionniers a porté l’accent principalement sur les rigidités structurelles ainsi que sur les handicaps naturels qui caractérisent ces économies. Par exemple, Seers (1964) et Demas (1965) ont insisté, face au problème de l’insuffisance des capitaux pour financer les besoins d’équipement, sur la nécessaire ouverture des économies insulaires au commerce international et ont recommandé en ce sens une stratégie de développement à forte intensité d’exportations.
Knox dans ses travaux (1967) a souligné l’importance des déséconomies d’échelle imposées par l’étroitesse des marchés domestiques, et Selwyn (1978) a considéré l’éloignement géographique et l’isolement comme une contrainte majeure de développement.

7Une seconde vague de structuralistes est apparue dans la décennie 1980-1990 et s’est concentrée sur des handicaps spécifiques tels que : - le transport (Brookfield, 1990 ; Hein, 1990), l’indice de concentration des exportations (Jalan, 1982), la mainmise et la domination de l’économie locale par des sociétés multinationales étrangères (Dommen et Hein, 1985) ; sans oublier la thèse de Briguglio sur la vulnérabilité des petites économies en développement (1995), thèse selon laquelle, cette vulnérabilité s’explique par une forte spécialisation et concentration de ces économies en un nombre très limité de produits à l’exportation, par une forte dépendance à l’importation et par une propension relativement élevée aux catastrophes naturelles.

8Mais le premier modèle économique insulaire décrivant avec plus de détails le fonctionnement de ces territoires a été le modèle MIRAB. Il s’agit d’un modèle de développement proposé par Geoffrey Bertram et Ray Watters (1985), modèle que certains considèrent comme un des avatars de la théorie de la modernisation. Il est structuré autour de la migration, les versements extérieurs de fonds, l’aide et la bureaucratie, d’où le sigle MIRAB : Mi pour migration (Migration) ; R pour envois de fonds (Remittances) ; A pour financement par l’aide (Aid financed) ; et B pour bureaucratie (Bureaucraty).

9Le modèle MIRAB montre que pour leur survie, les petits espaces insulaires en développement sont fortement tributaires de ces quatre composantes. Aussi, la littérature économique consacrée aux petites économies a été au cours des deux dernières décennies inspirée pour beaucoup par cette vision du développement, et ce, jusqu’à l’apparition récente d’une seconde analyse sur la performance économique en milieu insulaire. Dans une série d’articles (1998, 2000, 2002), Armstrong et Read ont expliqué le mécanisme par lequel les Petites Économies Insulaires réalisent en moyenne des performances économiques supérieures à celles de territoires insulaires de superficie plus importante, conclusion à laquelle aboutit également Poirine (1998).

10Plus récemment (2006), Baldachino et McElroy ont proposé dans un modèle intitulé PROFIT/SITE, une nouvelle analyse du développement dans les territoires insulaires qui est plus intégrée et plus complète que celle du modèle MIRAB. D’une part, Baldachino dans le modèle PROFIT dont le sigle signifie : People (immigration) ; Resources (ressources), Overseas management (la diplomatie); Finance and Transport (finance et transport) considère que le développement des îles politiquement dépendantes est influencé par des facteurs tels que l’exiguïté des petits espaces insulaires (moins d’un million d’habitants), les juridictions constitutionnelles qui régissent le fonctionnement de ces territoires et plus précisément par le rôle positif que joue l’autonomie politique comme outil de contrôle à la fois des flux migratoires, des ressources locales, de la fiscalité, et des finances octroyées par l’état central, le tout dans une perspective de diversification de l’économie locale.

11D’autre part, McElroy pour sa part a adjoint au modèle PROFIT, le modèle SITE (Small Island Tourist Économies : « Petites Économies Insulaires et Touristiques »). Ce modèle explique comment ces îles, qui pour la plupart sont à vocation touristique ont pu, grâce à cette activité résoudre en partie le problème de l’exiguïté territoriale et comment elles ont pu passer d’une économie coloniale basée sur la monoculture à celle d’une économie touristique qui leur assure une certaine prospérité.

2. Méthodologie

12En choisissant dans cette analyse un échantillon de trente-cinq îles de la Caraïbe et du Pacifique, de statuts politiques différents, nous nous sommes inspirés des travaux de McElroy et Sandborn (2006) pour analyser et comparer l’influence des principales variables (dont le statut politique) sur la performance économique de ces îles.
Les trente-cinq îles furent choisies sur le critère de l’exiguïté des territoires (superficie et population) et de la disponibilité des données. Dix-neuf états souverains et seize territoires dépendants chacun d’une métropole ont été sélectionnés, peuplés chacun de moins de trois millions d’habitants.

13Pour la Caraïbe, les territoires politiquement dépendants, peuplés de moins de trois millions d’habitants sont les suivants : Anguilla, Aruba, les Bermudes, les Îles Vierges américaines, les Îles Vierges britanniques, les îles Caïman, la Guadeloupe, la Martinique, Montserrat, les îles Turks et Caicos, et les Antilles néerlandaises (Bonaire, Curaçao, Sint Maarten, Saba et St Eustache). Les micro-états souverains de cette région, peuplés également de moins de trois millions d’habitants étant : Antigue et Barbude, les Bahamas, la Barbade, la Dominique, la Grenade, la Jamaïque, St Kitts/Nevis, Ste Lucie, St Vincent et les Grenadines, et Trinidad et Tobago.
Dans le Pacifique, les îles de l’échantillon, dépendantes d’une métropole et peuplées de moins de trois millions d’habitants sont : les îles Américaines de Samoa, la Polynésie française, Guam, la Nouvelle Calédonie, et les îles Mariana. Les îles indépendantes de cette région, peuplées de moins de trois millions d’habitants, sont : Fidji, Kiribati, les îles Marshall, la Micronésie, Palau, les îles Solomon, Tonga, et Vanuatu.

14Vingt-cinq variables ont été choisies pour tester les différences socio-économiques et démographiques qui distinguent les deux groupes d’îles. Pour mesurer le niveau économique et déterminer la structure économique de ces îles, dix variables ont été sélectionnées, huit d’entre-elles sont des indicateurs macroéconomiques tels que : le revenu per capita et la consommation d’électricité par habitant, le taux de chômage et les taux d’activité, la répartition du PIB entre agriculture, industrie, et services, la superficie. Un proxy, exprimant la disponibilité des ressources a été employé. En raison de l’importance du tourisme dans ces îles, deux indicateurs touristiques ont été utilisés : le nombre de touristes de séjour par habitant, et la dépense touristique par habitant. Par ailleurs, quatre indicateurs sociaux et de santé sont employés : l’espérance de vie à la naissance, le taux d’alphabétisation des adultes, le taux de mortalité des enfants, et le nombre de téléphones pour mille habitants. Onze indicateurs démographiques ont également été utilisés : le nombre d’habitants, le taux de croissance démographique et la densité de population, la répartition de la population par âge, l’âge médian, les taux de natalité, de mortalité, le solde migratoire, et les taux de fécondité.
Les données socio-économiques et démographiques sont extraites à la fois du dernier World factbook de la CIA ainsi que du World Bank Data Query (2008). Celles relatives à l’activité touristique émanent de l’Organisation mondiale du Tourisme (Compendium of tourism statistics).

15Enfin, pour arriver aux résultats proprement dits, notre méthodologie d’évaluation comporte une approche en deux étapes : d’abord celle d’un test de comparaison de moyennes sur deux échantillons, destiné à comparer et opposer en termes de performance et de niveau de vie les îles politiquement dépendantes à celles ayant acquis leur indépendance. Ensuite, ces îles étant toutes à vocation touristique, une analyse de régression par la méthode des moindres carrés ordinaires (MCO) a permis de déterminer de manière rigoureuse l’influence des principales variables et notamment de celle du statut politique sur le développement touristique des différentes destinations. Pour ce faire, nous avons utilisé comme variable dépendante, la densité touristique journalière moyenne (nombre moyen de touristes par jour et par habitant) et/ou la dépense touristique moyenne par habitant, et comme variables indépendantes, le nombre de chambres d’hôtel par km2, le revenu par habitant, la densité de population, l’indice d’isolement des territoires (indicateur calculé et proposé par le PNUE) qui s’obtient par la somme des racines carrés de la distance de l’île la plus proche au groupe d’îles le plus proche, et au continent le plus proche. Le statut politique des différentes îles est également intégré dans l’analyse de régression. À cette fin, une variable muette a été employée pour distinguer les îles politiquement dépendantes de celles ayant acquis leur souveraineté. Cette variable prend la valeur de 1 pour les îles dépendantes et 0 pour celles qui sont indépendantes. De même, une analyse de régression par les MCO nous a permis d’évaluer et de comparer en termes de performance économique et de niveau de vie, l’influence de divers facteurs dont le statut politique sur le revenu per capita des territoires insulaires dépendants, restés politiquement et centralement très liés à leur métropole (exemples de Guadeloupe et Martinique) et ceux ayant acquis un haut niveau d’autonomie politique (exemples des Îles Vierges britanniques, des Îles Vierges américaines, des Bermudes, des îles Caïman, de Aruba, des Antilles Néerlandaises, de Turks et Caicos, des îles Canaries, de Madère, des Açores, de la Polynésie française…). Dans cette hypothèse, la variable dépendante devient le revenu per capita des îles composant l’échantillon et les variables explicatives demeurent les mêmes que celles utilisées dans l’analyse de régression précédente. Afin de distinguer ces deux groupes d’îles et de déterminer s’il existe un degré optimal d’autonomie propice au développement économique, un indice ordinal a été employé. Il prend la valeur de 1 pour les territoires insulaires très dépendants politiquement d’un centre, 2 pour ceux ayant une relative autonomie, et 3 pour ceux ayant acquis un haut degré d’autonomie dans la gestion des affaires intérieures.

3. Résultats

16Les résultats sont issus de deux approches : d’une part, celle d’un test de comparaison de moyennes sur deux échantillons d’îles classées par statut politique, selon qu’elles soient politiquement dépendantes ou indépendantes. Test au cours duquel une comparaison est également effectuée entre territoires insulaires politiquement autonomes et ceux restés attachés au statu quo à leur métropole. D’autre part, une analyse de régression est employée pour tester l’influence du statut politique associée à d’autres facteurs sur le développement touristique de ces territoires ainsi que sur leur performance économique générale.

3.1. Test de comparaison de moyennes sur deux échantillons d’îles classées par statut politique

17Un test de comparaison de moyennes de vingt-cinq indicateurs socio-économiques et démographiques (tableau 1) a été appliqué à l’aide du logiciel SPSS aux deux échantillons d’îles, réparties en fonction de leur statut politique.

Tableau 1. Données socio-économiques et démographiques de base des îles composant l’échantillon

Tableau 1. Données socio-économiques et démographiques de base des îles composant l’échantillon

Sources : CIA World fact book et World Bank data query (2007)

TBN= taux brut de natalité, TBM= taux brut de mortalité, SM= solde migratoire, TMI= taux de mortalité infantile, TF= taux de fécondité, EVN= espérance de vie à la naissance, TAA= taux d’alphabétisation des adultes, Rev/hab= revenu/hab, TA= taux d’activité, Elec/hab= consommation d’électricité/hab, Tél/hab= nombre de téléphones/hab, DT/hab= dépense touristique par habitant, TS= nombre de touristes de séjour/hab.

18Les résultats au plan statistique (tableau 2) laissent apparaître des profils socio-économiques et démographiques distincts entre les deux groupes d’îles. Les territoires non-indépendants diffèrent en taille, structure, et fonctionnement par rapport aux états insulaires souverains. Par exemple, en termes de superficie et de population, ils représentent en moyenne respectivement le quart de la superficie et le tiers de la population de celles des territoires indépendants. Cependant, on considère généralement que la taille n’a pas une influence significative sur le fonctionnement des deux groupes d’îles (Armstrong et Read, 2005).

19Par ailleurs, les îles politiquement dépendantes affichent des niveaux de revenu par habitant en moyenne 2 à 3 fois supérieurs à celles ayant un statut d’indépendance : soit 16 381 $ US contre 6 145 $ US. De même, leur consommation d’électricité par habitant est en moyenne 2 à 3 fois plus élevée, 4 236 kwh contre 1 537 kwh. Les taux d’activité se rapprochent dans les deux cas, 45 % contre 43 %. Le taux de chômage moyen est plus faible dans les îles dépendantes, 11 % contre 14 % mais la différence n’est pas statistiquement significative.

20En termes de structure, la part du secteur primaire dans le PIB est beaucoup plus faible dans les îles dépendantes, et celle du secteur tertiaire beaucoup plus élevée. Par exemple, l’agriculture représente en moyenne 5 % du PIB dans les territoires dépendants contre 16 % dans les autres. En revanche, les services absorbent environ 80 % du PIB des îles dépendantes contre 65 % dans les autres. Ces différences qui sont statistiquement significatives signifient que dans la restructuration de leurs économies, les progrès ont été plus importants dans les îles dépendantes que dans les territoires souverains. Les premiers sont passés d’une économie traditionnelle à faible valeur ajoutée, avec notamment la production de sucre et de copra à celle d’activités tournées aujourd’hui davantage vers le tourisme et le secteur financier offshore, si bien que les touristes dépensent en moyenne près de 6 fois plus par habitant dans les territoires dépendants que dans les autres, 6 740 $ US contre 11 74 $ US. De plus, le ratio des touristes de séjour par rapport à la population résidente est quatre fois supérieur dans les îles dépendantes.

21Ces résultats ne sont pas surprenants, car dans le groupe des territoires dépendants, figurent des destinations touristiquement très populaires telles que, pour la Caraïbe : Aruba, Turks et Caicos, les îles Caïman, les Bermudes, les Îles Vierges américaines, les Îles Vierges britanniques, et pour le Pacifique, la Polynésie française. De plus, quelques-unes des mêmes îles sont considérées en même temps comme des paradis fiscaux et des centres financiers offshore telles que : les Bermudes, les Îles Vierges britanniques, les îles Caïman.

22Au plan social, les résultats divergent également entre les deux groupes d’îles. En effet, compte tenu d’un niveau de vie plus important dans les territoires dépendants ainsi que d’une élasticité plus élevée de soins médicaux par rapport au revenu, l’espérance de vie à la naissance est en moyenne plus importante dans ces derniers, 77 ans contre 70 ans. Pour les mêmes raisons, le taux moyen de mortalité infantile est plus faible, 10 décès pour 1000 naissances vivantes contre 23 dans les îles indépendantes les plus pauvres. Les territoires dépendants les plus prospères affichent également en moyenne des taux plus élevés d’alphabétisation des adultes, 97 % contre 91 %.

23Aussi, il n’est pas étonnant d’observer dans le tableau 2, des profils démographiques différents entre les deux groupes d’îles. Par exemple, concernant la structure par âge de la population, le pourcentage de personnes âgées est plus élevé dans les territoires dépendants, avec corrélativement, une part significativement plus importante de jeunes (0-14 ans), et un nombre plus élevé de personnes en âge de travailler (15-64 ans) ainsi que de personnes âgées (65 ans et plus). Les niveaux de population active et de personnes retraitées sont également plus élevés dans les îles dépendantes. En conséquence, l’âge médian dans les territoires dépendants est de 6 ans plus élevés que dans les îles indépendantes (25 ans).

24Les îles dépendantes réalisent une meilleure transition démographique, passant de taux élevés de natalité et de mortalité à des indices démographiques proches de sociétés modernes. Leur taux brut de natalité est en moyenne plus faible que celui des territoires indépendants, 17 pour 1000 habitants contre 21 pour 1000. De même, leur taux moyen de fécondité est significativement plus faible (2,1 enfants par femme en âge de procréer contre 2,7). Elles réalisent aussi des taux bruts de mortalité significativement plus faible, 5,4 pour 1000 habitants contre 6,7 pour 1000, et ce, en raison d’une structure par âge de la population composée d’un nombre plus important de personnes âgées mais aussi d’une densité de population 50 % plus élevée (261 personnes au km2 contre 173).

25En outre, les îles dépendantes réalisent des taux de croissance démographique plus faibles. Cela résulte principalement de soldes migratoires très différents entre les deux groupes. En effet, on observe un solde migratoire de 2,25 personnes pour 1000 dans les territoires dépendants contre –5,66 personnes pour 1000 dans ceux qui sont indépendants.

Tableau 2. Profils des îles dépendantes par rapport aux îles indépendantes.

Tableau 2. Profils des îles dépendantes par rapport aux îles indépendantes.

* Significatif au seuil de 10 %
** Significatif au seuil de 5 %
*** Significatif au seuil de 2, 5 %
**** Significatif au seuil de 1 %

3.2. Profils des territoires insulaires politiquement autonomes par rapport aux territoires à statu quo

26Une analyse comparative peu abordée de nos jours et qui trouve tout son sens en termes socio-économiques est celle qui oppose les territoires insulaires politiquement autonomes à ceux restés politiquement attachés au statu quo à leur mainland. Cette analyse est d’autant plus importante qu’elle intervient à un moment où le problème de l’évolution statutaire se pose avec acuité dans des territoires comme la Guadeloupe et la Martinique. Les enseignements qui en découlent peuvent contribuer à éclairer les choix que les autorités auront à effectuer prochainement en matière statutaire dans ces deux départements, en particulier dans le cadre des états généraux actuellement en cours dans ces régions. Cette analyse comparative est concentrée à la fois sur les régions insulaires ultrapériphériques de l’Europe et sur d’autres espaces insulaires situés dans d’autres régions du monde telles la Caraïbe et le Pacifique.

27Tout d’abord, le tableau 1 puis le tableau 3 suivant permettent de caractériser les économies insulaires ultrapériphériques de l’Europe jouissant d’un haut niveau d’autonomie politique (Canaries, Açores, et Madère) par rapport à celles restées à ce jour très dépendantes politiquement de leur métropole (Guadeloupe, Martinique, Réunion).

28Au-delà de l’unité institutionnelle conférée à ces territoires par le traité d’Amsterdam, les « Régions ultrapériphériques européennes » (RUP) présentent une grande diversité. D’un point de vue politique :

  • Les quatre RUP françaises sont des collectivités locales qui sont à la fois des départements et des régions, dotées d’un conseil général et d’un conseil régional. Cette organisation institutionnelle est actuellement dans une phase de mutation, en application de la loi d’orientation pour l’outre-mer, adoptée le 13 décembre 2000 qui prévoit la possibilité d’une évolution statutaire différenciée pour chacun des quatre départements d’outre-mer et le transfert de nouvelles compétences. Les réflexions sont en cours.

  • Madère et les Açores sont les deux seules régions autonomes du Portugal. Elles sont des personnes morales de droit public dotées de pouvoirs législatifs et exécutifs propres et étendus.

  • Les Canaries ont le statut de communauté autonome depuis 1982, dotée d’un gouvernement et d’un parlement.

29D’un point de vue fiscal, les RUP ont un régime dérogatoire du droit commun avec des taux de TVA inférieurs à ceux des mainlands (ou inexistant en Guyane), et une fiscalité spéciale ainsi que des dispositifs d’incitation fiscale et sociale à l’investissement.
En outre, il existe entre les RUP des dynamiques démographiques contrastées. Un habitant des RUP sur deux est Canarien. Les DOM françaises représentent 40 % de la population des RUP. Les RUP portugaises enregistrent un déclin démographique en raison d’une forte émigration. À l’exception de la Guyane, les RUP sont de petite dimension. La pression démographique sur leur espace est trois fois plus élevée que sur le continent.

30Au plan économique, elles figurent parmi les régions les moins avancées d’Europe. Leur PIB moyen par habitant représente environ 77 % de la moyenne de l’UE des 27. Exprimé en parité de pouvoir d’achat (PPA), le niveau de vie à Madère est comparable à celui des Canaries (16 566 $ US en 2005) et il est de plus de 40 % supérieur à celui des DOM.
Dans les DOM, les écarts de niveau de vie avec la France hexagonale sont importants (-40 % en moyenne). Aux Canaries et à Madère, ils sont respectivement plus élevés que dans le reste de l’Espagne et du Portugal.

31Enfin, on assiste, depuis le milieu des années 80 à un triple mouvement de convergence (Sudrie, 2007) : (1) entre la France, l’Espagne et le Portugal : l’adhésion de l’Espagne et du Portugal à la CEE s’est traduite par un niveau de croissance plus élevé dans la péninsule ibérique. Dans ces conditions, le retard de l’Espagne par rapport à la France s’est comblé progressivement ; (2) entre les RUP et leur métropole respective : Le rattrapage est particulièrement sensible aux Canaries et à Madère dont le niveau de vie est aujourd’hui supérieur à la moyenne nationale. Dans les DOM, et plus particulièrement à la Guadeloupe et à la Martinique, la situation n’a guère évolué puisque les écarts en termes de niveau de vie entre la France hexagonale et ces deux départements sont restés à peu près identiques et se sont même aggravés dans certains secteurs d’activité comme le tourisme où le bilan comme les perspectives sont jugés sombres par les experts, avec notamment des baisses sensibles de fréquentation, accompagnées de fermetures régulières d’établissements d’accueil. Il en résulte des effets néfastes sur le reste de l’économie et l’emploi. En conséquence, la conjonction de cette triple convergence et des politiques nationales conduites dans ces deux groupes d’îles a eu une influence sur leur performance économique et sociale respective.

3.3. Examen par analyse de régression de l’influence du statut politique sur le développement touristique des Petites Économies Insulaires

32Une analyse de régression par les moindres carrés ordinaires est utilisée pour étudier l’effet conjoint de plusieurs variables sur le développement touristique des Petites Économies Insulaires, et parmi ces variables, nous avons isolé le rôle spécifique que joue le statut politique en vigueur dans le développement touristique des trente-cinq îles de notre échantillon.
Pour tester l’influence de ces déterminants sur le développement touristique des territoires en question, nous avons choisi comme variable dépendante, la densité touristique, exprimée par le nombre moyen de touristes de séjour/jour/habitant et/ou la dépense touristique par habitant. Comme variables indépendantes, le nombre de chambres d’hôtel au km2, le revenu per capita, la densité démographique, l’indice d’isolement, et le statut politique.

33Il convient de préciser qu’il ne s’agit pas ici d’éliminer l’effet de certains facteurs pour privilégier le rôle spécifique de l’un d’entre-eux, à savoir le statut politique, mais d’analyser l’effet conjoint de l’exposition simultanée de plusieurs variables, dont le statut politique. Le tableau 5 suivant présente les résultats de l’analyse de régression.

Tableau 3. Résultats de l’analyse de régression

Tableau 3. Résultats de l’analyse de régression

*** Statistiquement significatif au seuil de 0,01
** Statistiquement significatif au seuil de 0,05
* Statistiquement significatif au seuil de 0,10

34Les résultats de deux équations apparaissent dans ce tableau. Dans la première équation, la densité touristique est utilisée comme variable dépendante et dans la deuxième, la dépense touristique par habitant. Dans le premier cas, on observe que plus de la moitié de la variation de la densité touristique (utilisée ici comme proxy du développement touristique) s’explique par l’interaction des cinq variables indépendantes, dont le statut politique qui affiche ici un coefficient de -47,95.
De tous ces déterminants du développement touristique, on constate que les infrastructures et équipements, notamment le nombre de chambres au km2, mais également la densité de population, l’indice d’isolement, et le statut politique sont les facteurs qui affectent le plus le développement touristique dans ces îles.

35Dans le deuxième cas, avec la dépense touristique par habitant comme variable dépendante, on constate que les cinq variables indépendantes sont associées pour les deux tiers au développement touristique de ces territoires, avec un niveau de prédiction supérieur à celui du premier cas (67 % contre 53 %), une meilleure signification statistique est également observée, elle est mesurée à l’aide du F-value (16,7 contre 9,4). Il existe trois données différentes entre les deux modèles. Dans le premier modèle, la variable distance est mesurée par l’indice d’isolement, dans le deuxième, par la distance circulaire « great circle distance ». La variable « consommation d’électricité par habitant », considérée comme une expression de la modernisation figure dans le deuxième modèle, elle est remplacée par le revenu per capita dans le premier. Dans le deuxième modèle, les seuils de signification statistique des variables indépendantes sont plus élevés que dans le premier. Enfin, il est important de souligner que dans les deux modèles, le statut politique apparaît comme la variable la plus influente dans la performance des destinations touristiques.

3.4. Territoires politiquement très dépendants versus territoires à haut degré d’autonomie politique : principaux enseignements issus du modèle

36Les régions dotées d’un plus grand nombre de compétences s’en tirent-elles mieux que les autres ? Celles ayant un degré d’autonomie plus élevé réussissent-elles mieux au plan économique que celles qui sont gouvernées centralement ? L’objectif ici est de rechercher les liens existant entre le degré d’autonomie politique d’une région et le développement économique. Pour ce faire, on a appliqué la méthode économétrique de la régression transversale multiple pour tester et comparer les relations entre performance économique et statut politique des territoires politiquement très dépendants et ceux ayant acquis un haut degré d’autonomie politique. Cette méthode a pour but d’attirer l’attention sur les facteurs qui permettent d’expliquer la variation des résultats économiques entre les régions considérées (d’autres auteurs utilisent dans ce type d’analyse un modèle Probit et un modèle Logit : Betermier, 2004). D’une part, les résultats montrent que parmi les déterminants de la performance économique, la variable statut politique exerce une influence majeure sur le revenu per capita des territoires. D’autre part, ils indiquent que les régions autonomes affichent de meilleurs résultats en termes de performance économique et de niveau de vie que celles qui restent très liées politiquement à leur métropole, ils montrent également qu’un niveau supérieur d’autonomie est lié à une croissance économique plus forte. Ces résultats convergent avec les données du tableau suivant qui affiche le PIB par habitant des trente îles les plus riches du monde, en parité de pouvoir d’achat et principales activités sources de devises. Ce tableau montre clairement que les territoires insulaires autonomes réalisent en moyenne un niveau de vie supérieur à celui des territoires restés politiquement et administrativement très dépendants de leur métropole, telles la Guadeloupe et la Martinique. Par exemple, les territoires autonomes de la péninsule ibérique, dont notamment les îles Canaries réalisent un revenu par habitant supérieur à celui de la Guadeloupe et de la Martinique (32 200 $ US contre 14 400 $ US à la Martinique et 7 900 $ US à la Guadeloupe). Il en va de même pour les principaux territoires autonomes de la Caraïbe et du Pacifique, qui pour la plupart et avec des activités économiques à peu près identiques (tourisme et aide de leur métropole) réalisent de meilleurs scores au plan économique que la Guadeloupe et la Martinique. Cas notamment des Bermudes, des Îles Vierges britanniques, des îles Caïman, d’Aruba, des Antilles néerlandaises et de Puerto-Rico pour la Caraïbe. D’Hawaii, la Polynésie française et Guam pour le Pacifique.

Tableau 4. PIB par habitant des 30 îles les plus riches du monde, en parité de pouvoir d’achat et principales activités sources de devises

Tableau 4. PIB par habitant des 30 îles les plus riches du monde, en parité de pouvoir d’achat et principales activités sources de devises

La Réunion n’apparaît pas ici. Le PIB par habitant de la Réunion est de 6 000 $ US d’après le CIA World Factbook, ce qui parait naturellement très faible comparé aux estimations de l’INSEE en données brutes non corrigées de la parité de pouvoir d’achat (13 887 euros en 2003)

Sources : PIB par habitant PPP : CIA World Factbook 2005 (B. Poirine).

37En résumé, ces résultats prouvent depuis longtemps que les économies des régions ayant davantage de compétences obtiennent de meilleures performances que celles issues de pays davantage centralisés. Ces résultats sont confortés par ceux d’une récente étude de l’assemblée des régions d’Europe (ARE, mai 2009), étude qui, à travers une analyse de régression, relie la performance économique à l’indice de décentralisation de 234 régions d’Europe occidentale (indice variant entre 0 et 100 et qui regroupe 185 aspects de la décentralisation). La performance économique étant mesurée ici par le PIB par habitant et par la croissance du PIB. Les résultats dans les deux cas (tableau 5) indiquent que l’indice de décentralisation est clairement positif et statistiquement important et qu’il existe une corrélation positive entre indice de décentralisation et PIB par habitant en tant que mesure générale du bien-être économique. Autrement dit, plus la décentralisation est élevée, plus le PIB par habitant est élevé. Enfin, en comparant des indicateurs du pouvoir de prise de décision et du pouvoir d’exécution, la même étude révèle que les régions de tous les pays considérés ont davantage de pouvoir d’exécution que de pouvoir de prise de décision. Ce résultat n’est pas surprenant, parce que le niveau national tend à garder le pouvoir de prise de décision et à déléguer le pouvoir d’exécution aux régions.

Tableau 5. Coefficients estimés de la variable de décentralisation

Tableau 5. Coefficients estimés de la variable de décentralisation

Source : BAK Basel Economics (2009)

*, **, *** signifient respectivement l’importance statistique sur le niveau d’erreur de 10 %, 5 %, 1 %.

38En clair, on constate à travers ce tableau que les coefficients de la décentralisation qualitative sont plus élevés que ceux de la décentralisation quantitative. Cela implique que les compétences (le pouvoir de faire quelque chose) sont au moins aussi importantes pour la prospérité économique que de simples quantités (de personnes et d’argent). En deux mots, il apparaît évident que le pouvoir de prise de décision est beaucoup plus important que le pouvoir d’exécution. Cela semble particulièrement important dans les domaines politiques de la culture, des loisirs, du tourisme, de l’environnement et des ressources naturelles, de la fiscalité, de la coopération, des équipements et infrastructures, du problème migratoire, des transports, etc.

4. Quelle autonomie politique pour la Guadeloupe et la Martinique au regard du droit européen ?

39L’économie politique des régions insulaires en développement part d’un constat empirique simple : pourquoi certains territoires insulaires de par le monde réussissent à mettre en œuvre des réformes politiques d’ampleur, relativement pertinentes sur le plan de la prospérité, alors que d’autres comme la Guadeloupe et la Martinique restent depuis soixante-trois ans dans un statu quo économiquement inefficace ? Enfin, pourquoi ces deux régions se débattent-elles dans un cycle de mal développement sans fin, en dépit des différentes lois-programme de défiscalisation et des transferts financiers substantiels qu’elles reçoivent de la France. Avantages financiers et fiscaux qui ne règlent pas pour autant un problème chronique : celui de la faible performance économique et de la médiocre compétitivité des secteurs de production dans des territoires qui importent 90 % de ce qu’ils consomment, ce qui n’est pas sans conséquence sur la structure des prix des biens de consommation et d’équipement et sur le renchérissement concomitant des coûts locaux de production qui entravent par la même l’efficacité et la productivité des entreprises domestiques, avec en corollaire des effets pervers au plan social et sociétal (chômage élevé et oisiveté importante, délinquance et violence au quotidien, exclusion et refuge dans des univers artificiels, irritation, humiliation et frustrations diverses, soif de responsabilité et sentiment d’incapacité politique de peser localement sur le cours des évènements…). Tout le tissu social s’en trouve ainsi affecté, engendrant par voie de conséquence des conflits sociaux récurrents.

40La crise économique et sociale que traversent actuellement la Guadeloupe et la Martinique en est le reflet, elle s’exprime à travers un miroir grossissant où s’affiche de plus en plus le désarroi de peuples qui, tant dans leur histoire, leur géographie et leurs composantes sociologiques ne peuvent nullement être comparés à un quelconque département ou région de la France hexagonale. Cette crise souligne un malaise profond qui trouve ses racines dans les obstacles divers qui entravent le développement de ces territoires et qui les empêchent d’être engagés sur une voie de croissance auto-entretenue. Ce malaise exprimé récemment à la Guadeloupe à travers les mouvements du LKP (liennage contre profitation : Liyannaj Kont Pwofitasyon) mais aussi à la Martinique, a conduit le gouvernement à organiser des états généraux dans chaque département d’outre-mer et à amener le chef de l’État à proposer lors d’une visite le 26 juin 2009 à la Martinique un référendum sur le choix d’un statut politique nouveau, en écartant au passage l’option de l’indépendance. Différents scénarios sont alors possibles : le statu quo, la création d’une collectivité unique dans le cadre de l’actuel article 73 de la constitution ou le statut de l’autonomie de l’article 74. Dans ce dernier cas, s’acheminerait-on vers une autonomie minimale ou vers une autonomie élargie, à l’exemple de la Polynésie française ou vers une gouvernance politique de type Canaries, Madère ou Acores ? Cette voie serait plus ambitieuse, puisqu’elle signifierait la fin de la Guadeloupe et de la Martinique comme DOM-ROM pour devenir des collectivités d’outre-mer. En plus d’un référendum, il faudrait le vote d’une loi organique pour définir le statut de ces nouvelles collectivités. En somme, le choix de gouvernance politique qui se posera prochainement à ces deux territoires, appelle une vigilance particulière, en raison des problématiques spécifiques qui se présenteront, car selon les récents propos du chef de l’état : « le débat qui est ouvert aujourd’hui est celui du juste degré d’autonomie, celui de la responsabilité, celui de l’équation unité-singularité ». Il s’agit donc d’une opportunité qu’il faut saisir afin de s’accorder sur un équilibre optimal dans la distribution des pouvoirs, équilibre qui en toute logique devrait viser la maximisation du potentiel de croissance économique de ces territoires, en leur permettant de bâtir une politique nouvelle axée cette fois sur de réelles responsabilités.

41Aussi, pour comprendre les options politiques qui se présentent aujourd’hui à la Guadeloupe et à la Martinique et être en mesure de recommander un modèle de gouvernance qui, au plan politique soit le mieux adapté aux caractéristiques socio-économiques et culturelles de ces deux départements, nous proposons une analyse en deux étapes : d’abord celle de l’examen comparatif et approfondi des structures politico-administratives en vigueur outre-mer, en fonction de leur degré d’autonomie politique, telles qu’elles figurent dans le tableau synoptique suivant (tableau 6). En second lieu, celle de l’analyse des résultats issus de nos deux tests, qui permettent de mettre en évidence les logiques et les facteurs explicatifs nécessaires à la compréhension et à l’adoption de réformes politiques adéquates, applicables à la Guadeloupe et à la Martinique.

Tableau 6. Tableau synoptique du statut actuel des collectivités situées outre-mer

Tableau 6. Tableau synoptique du statut actuel des collectivités situées outre-mer

42On observe que les lois de décentralisation de 1982 et celle du 2 août 1984 adoptées spécifiquement pour les régions d’outre-mer, si elles ont permis de transférer ou de partager de nouvelles compétences entre états et les collectivités locales de Guadeloupe et de Martinique, n’ont pas fondamentalement bouleversé le système en place qui reste relativement centralisé. En théorie, les collectivités d’outre-mer sont dites décentralisées mais en pratique, on constate plusieurs obstacles :

  • la répartition des compétences entre états, la région et le département reste ambiguë, ce qui conduit parfois à des interrogations sur les marges de manœuvre des uns et des autres ;

  • il existe parfois des effets pervers engendrés par une certaine politisation ;

  • les moyens d’action des collectivités locales sont relativement limités en budgets et ressources humaines ;

  • la plupart des services et activités de ces DOM-ROM sont sous tutelle ou co-tutelle des ministères nationaux.

43Par ailleurs, au regard du droit européen, il ressort de ce tableau que la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, et la Réunion en tant que départements français d’outre-mer sont au même titre que les îles Canaries (Espagne), Madère et les Açores (Portugal) des régions ultrapériphériques (RUP) de l’Europe, statut qui tient compte de leurs spécificités et de leur éloignement de l’Europe continentale afin de les aider à surmonter des handicaps naturels liés à leur insularité tels que : l’étroitesse de leur territoire, l’éloignement vis-à-vis du continent européen, la vulnérabilité aux catastrophes naturelles (cyclones, tremblements de terre, volcanisme), sans oublier les contraintes écologiques et économiques (dépendance à l’égard d’un ou deux produits agricoles).

44Comparées aux territoires d’outre-mer (TOM), les RUP relèvent d’une logique différente. Avec les TOM (exemples de la Polynésie française, de Wallis-et-Futuna, et des Terres australes et antarctiques françaises), on est dans le domaine de l’association avec l’Union européenne et non dans celui de l’intégration. En conséquence, ces territoires d’outre-mer qui constituent un groupe de 21 Pays et Territoire d’Outre-Mer (PTOM) ne s’apparentent ni aux RUP ni aux ACP. Les RUP pour leur part sont considérées comme des régions européennes avec pour spécificité leur ultrapériphicité, et les ACP des états indépendants de l’Afrique, de la Caraïbe, et du Pacifique, au nombre de 78, qui entretiennent avec l’Europe des liens spécifiques compte tenu de leur passé colonial avec des pays comme la France, le Royaume-Uni ou les Pays-Bas.

45Les PTOM par rapport aux DOM ont pour particularité de bénéficier d’une plus grande autonomie et de disposer de leurs propres institutions (un exécutif et un législatif) afin d’organiser la vie de leurs citoyens et de légiférer dans des domaines tels que : l’éducation et la formation, les transports, le tourisme, l’urbanisme, etc. Par exemple, en Polynésie française, l’Assemblée territoriale polynésienne vote des lois pays qui sont applicables sur l’ensemble du territoire.
En outre, ces PTOM sont dans une relation d’association avec l’UE fondée sur des accords d’association signés en 1991, 2001 et récemment. Ces territoires se situent en dehors de Schengen, qui est un espace de liberté, de sécurité et de justice qui intègre la notion de coopération policière et judiciaire prévue dans le traité de Lisbonne. En outre, ils sont éligibles au 10e FED dont l’enveloppe financière s’élève pour 2008-2013 à 195 millions d’euros.

46Les statuts de RUP et de PTOM qui sont évolutifs par nature et qui sont fondés sur le principe de la libre autodétermination des peuples, relèvent donc d’une autre approche puisque s’appuyant sur l’appartenance ou non au territoire européen. Aussi, la question qui se pose de nos jours est de savoir, quels choix doivent adopter la Guadeloupe et la Martinique entre ces deux options ? Il s’agit d’un sujet éminemment politique qui est débattu aujourd’hui avec vigueur en Guadeloupe et Martinique, et ce, particulièrement après la récente déclaration du chef d’État, appelant à une consultation sur une éventuelle autonomie de ces deux territoires. Quel contenu donné donc à cette autonomie, quels peuvent être ses contours ? En clair, sera-ce une autonomie à pas comptés ou une option de gouvernance politique d’une large ampleur et d’une grande hardiesse ?

47Si oui et dans cette hypothèse, il importe de s’interroger sur trois points essentiels :

  • Quelle sera l’importance de la tutelle qui pèsera sur les collectivités nouvellement autonomes de Guadeloupe et Martinique ?

  • Quel sera leur degré d’autonomie financière ?

  • Ces collectivités continueront-elles comme par le passé à fonctionner comme des RUP dans le cadre de l’UE mais avec un statut d’autonomie politique suffisamment large, à l’exemple des Canaries, de Madère ou des Açores, ou s’acheminera- t-on vers un statut de type PTOM, à l’exemple de la Polynésie française, qui donnerait naissance à des liens d’association et non d’intégration a l’UE ?

48Concernant plus particulièrement l’appréciation du degré d’autonomie financière des collectivités territoriales, plusieurs questions doivent également être posées. Auront-elles la capacité de lever l’impôt ? Quelle sera la part de ces collectivités dans les dépenses publiques globales ? Percevront-elles un impôt lié au revenu des personnes physiques, généralement très rémunérateur ? Quel sera dans leur budget, le pourcentage de ressources dont elles auront la libre disposition (dotations et transferts non affectés inclus) ? Quel sera dans le budget, le pourcentage de leurs ressources propres (dotations et transferts exclus) ? Quel sort sera réservé à l’octroi de mer ?

49Il est évident qu’une collectivité territoriale politiquement très autonome mais financièrement très dépendante des autorités supérieures ne pourra jouir pleinement de son autonomie. Par ailleurs, cette autonomie devra-t-elle leur permettre de bénéficier comme par le passé du même niveau de fonds structurels de l’UE qui rappelons le, s’élèvent pour la période 2007-2013 à 802 086 millions d’euros pour la Guadeloupe et 573 283 millions pour la Martinique, à défendre les principes et les valeurs européennes, à les partager avec l’ensemble des autres états européens dans le respect des règles en place ? ou faudra-t-il opter pour un statut offrant davantage d’autonomie et de souplesse, à l’instar de celui des PTOM et ce, dans le respect des institutions françaises, dans le cadre d’accords d’association avec l’Union européenne, sur la base d’une négociation entre l’UE et les 21 PTOM, groupe hétérogène constitué de territoires ayant en commun leur éloignement de l’Europe continentale, par exemple, les Terres australes au sud, St-Helena/Falkland dans l’atlantique, la Polynésie française/Pitcairn, Wallis-et-Futuna dans le Pacifique, le Groenland, les îles Caïman et Saba dans la Caraïbe.

50Une troisième voie pourrait être celle d’un statut sui generis au sein du groupe des RUP qui tiendrait compte davantage de leurs spécificités économiques, sociales et culturelles, leur fournirait les instruments législatifs, les financements et les programmes dont la Guadeloupe et la Martinique pourraient bénéficier, et qui leur permettraient en même temps de forger une identité caribéenne par une intégration plus poussée dans leur environnement géographique. Les résultats de nos deux tests convergent et plaident en ce sens. Ces résultats constituent une raison suffisante pour valider ce choix.

51En conséquence, il apparaît indispensable que la Guadeloupe et la Martinique, conformément à l’article 74 de la constitution soient dotées d’une autonomie politique spécifique suffisamment large, fonctionnant en assemblée unique qui leur confère de véritables pouvoirs de décision, et qui en termes de compétences s’inspirerait par exemple de celle des régions autonomes de la péninsule ibérique, qui comme la Guadeloupe et la Martinique constituent des RUP, mais à l’inverse, disposent sur place d’un véritable gouvernement, avec un exécutif et un législatif. À cet égard, il convient de noter que les parlementaires des Canaries et de Madère votent des lois de même valeur que les normes d’état élisent leur président, qui est également le chef de l’exécutif de la communauté autonome. Ce dernier préside le conseil de gouvernement territorial dont il nomme les membres et dont les fonctions et responsabilités sont importantes et quasi- équivalentes au plan local à des portefeuilles ministériels comme en Polynésie française. Soulignons à ce propos que des auteurs tels que Godfrey Baldachino (2004, 2006) trouvent également des avantages à l’autonomie politique pratiquée à une grande échelle et ce, dans cinq domaines de politique économique : (i) la finance, principalement dans le secteur bancaire et l’assurance, (ii) la politique environnementale, plus particulièrement dans la gestion des ressources naturelles, (iii) l’accessibilité des territoires par la politique des transports aériens et maritimes, (iv) la politique migratoire à travers les mouvements de personnes, (v) la politique touristique. Dans les cas de Guadeloupe et Martinique, et parallèlement à ces différentes responsabilités qui leur seraient octroyées, l’état central continuerait d’assumer ses tâches régaliennes de justice, police, et diplomatie qui demeurent une compétence « exclusive » de l’état. Cependant, dans le cadre de la diplomatie, il est nécessaire que dans certains domaines une « para-diplomatie » se développe au profit des deux collectivités et que l’état se départisse d’une partie de sa souveraineté afin d’attribuer aux territoires nouvellement autonomes de Guadeloupe et Martinique une compétence « partagée », et dans d’autres une compétence « déléguée ». Si cette délégation est poussée et largement pratiquée, on sera en présence d’un système « d’administration étatique indirecte ». Par exemple, dans la Caraïbe, la Guadeloupe et la Martinique devraient pouvoir adhérer directement et de plein droit, sans la nécessité d’une compétence « déléguée » à des organismes relevant de leur propre région comme l’AEC, le CARICOM, la banque caribéenne de développement, la CEPAL (commission économique des Nations unies pour la Caraïbe et l’Amérique latine), commission à laquelle adhèrent déjà comme membres associés des territoires comme les Îles Vierges britanniques, Anguilla, les Îles Vierges américaines, les îles Caïman et Turks et Caicos, territoires qui n’entretiennent pas vis-à-vis de leurs centres des rapports aussi paternalistes que ceux que développe la France à l’égard des DOM. De même, dans le domaine sportif, à l’instar des Îles Vierges britanniques, de Puerto-Rico ou des Antilles Néerlandaises, la participation de la Guadeloupe et de la Martinique à des compétitions internationales comme les Jeux olympiques et la coupe du monde de football pourrait être envisagée, et ce, sous leur propre drapeau. S’en trouverait ainsi renforcée, la coopération avec les autres îles de la région, sans oublier le domaine économique ou cette coopération pourrait également s’amplifier, notamment dans le cadre de l’accord de partenariat économique (APE) signé le 15 octobre 2008 à la Barbade entre l’UE et le groupe CARIFORUM, composé de 15 états de la Caraïbe. Cependant, il convient de noter que la Guadeloupe et la Martinique ont à faire face aujourd’hui à de nombreux obstacles en matière de coopération dans la Caraïbe, notamment : (i) un problème de positionnement par rapport aux États tiers. En tant que régions décentralisées, la Guadeloupe et la Martinique ne sont pas toujours reconnues comme des interlocuteurs valables par les États étrangers ou les organisations inter-régionales, d’où leur incapacité à conclure des accords avec des états ou à adhérer directement à des organisations régionales, et ce, malgré l’adoption de la loi (la LOOM) qui a ouvert des possibilités dans ce domaine ; (ii) un contexte concurrentiel de plus en plus marqué entre les pays de la même région. Les économies sont plus concurrentielles que complémentaires (productions à peu près identiques dans toutes les îles) ; (iii) difficultés de circulation et de communication au sein des espaces régionaux, en raison notamment de la politique restrictive des visas, de la faiblesse et des coûts des liaisons aériennes, des procédures administratives et règlementaires différentes, de la faible pratique et maîtrise en Guadeloupe et Martinique des langues étrangères comme l’anglais et l’espagnol…

52En résumé, il importe pour la Guadeloupe et la Martinique de s’engager dans un processus de responsabilisation qui ne soit ni l’indépendance ni le statu quo mais vers un modèle de gouvernance offrant un authentique statut d’autonomie, inspiré de celui dont jouissent à la fois les régions autonomes de la péninsule ibérique et de celui des territoires autonomes de la Caraïbe, statut qui permettrait ainsi aux Guadeloupéens et Martiniquais de se reconnaître dans leurs institutions économiques, sociales et politiques et d’exposer les élus locaux à la pleine responsabilité de leur gestion et les électeurs à la pleine responsabilité dans leurs choix des hommes. Si ce statut est adopté, il contribuerait probablement à réduire les frustrations psycho-sociologiques constatées ici et là et qui sont liées elles-mêmes à un malaise identitaire. Les esprits et opinions s’estimant aujourd’hui largement sous tutelle d’un centre géographiquement éloigné, mais surtout culturellement étranger à l’univers local : En conséquence, aussi longtemps que cette réalité soit écartée de l’analyse et que la culture politique qui y prévaut dénie toute légitimité aux institutions locales, toute politique de relance économique ou toute stratégie de développement sera vouée à l’échec, car il ne suffit pas d’avoir de bonnes politiques pour garantir une croissance soutenable si le type de gouvernance politique à l’échelon local n’est pas pertinent, si la qualité des institutions n’est pas assurée, et si la participation et l’appropriation de ces politiques par les acteurs locaux sont ignorées. Il y a donc nécessité de sortir de cette situation, où la légitimité des institutions publiques est essentiellement d’ordre alimentaire et les contraintes de la loi ressenties comme inacceptables. Ce modèle que nous proposons peut paraître ambitieux par rapport à la situation actuelle, mais outre sa souplesse, il correspond le mieux aux caractéristiques socio-économiques et culturelles de ces deux départements telles qu’elles ressortent dans nos deux tests et qui tranchent nettement avec celles des autres territoires insulaires jouissant d’un haut degré d’autonomie par rapport à leur mainland, telles les régions de la Macaronésie. Ces dernières affichent par rapport à la Guadeloupe et à la Martinique des résultats socio-économiques bien meilleurs si l’on en juge par l’évolution économique différenciée constatée par exemple entre les sept RUP au cours des dernières années. En effet, les Canaries et Madère ont connu une forte croissance de leur PIB depuis 1995. Madère et les Açores ont des taux de chômage parmi les plus faibles d’Europe (inférieur à 3. 5 %) contre environ 20 % à la Guadeloupe et à la Martinique. Les Canaries pour leur part conservent un taux de chômage relativement élevé mais en forte baisse.

53Compte tenu de la spécificité des régions examinées, les conclusions semblent indiquer que les résultats économiques de la Guadeloupe et de la Martinique peuvent être améliorés grâce à :

  • plus d’indépendance de ces deux régions au plan national ;

  • plus de compétences financières et de ressources pour ces régions ;

  • plus de compétences en matière de fiscalité, de politique migratoire, de tourisme, loisirs, culture, environnement, coopération, etc.

54Dans ces conditions, quel pourrait être l’impact de l’autonomie politique sur les résultats économiques de la Guadeloupe et de la Martinique ?
Pour plusieurs raisons théoriques (appelées canaux de transmission), l’autonomie politique devrait avoir un impact positif sur les résultats économiques des régions. Le principal argument est l’efficacité : les régions connaissent mieux les préférences de leurs citoyens et les besoins de leurs entreprises. Dans ce contexte, il est généralement admis que les solutions régionales (c’est-à-dire la gouvernance locale) sont les plus efficaces. L’autre facteur qui stimule la croissance économique est l’efficience : les structures de gouvernance locale connaissent mieux les circonstances, la conjoncture régionale et les marchés régionaux. Elles s’affirment donc comme des structures ayant une portée multidimensionnelle avec une économie intégrée à la vie locale dans toutes ses dimensions. Dès lors, il suffira d’adopter des méthodes de gestion plus exigeantes et rigoureuses avec une vision intégrée de la régulation des problèmes. Cette approche se nourrit de nouvelles connaissances dans une logique de recherche-action, elle permet de nouveaux apprentissages et l’évaluation de théories sur des pratiques par voie inductive.

55En définitive, il ressort de cette analyse qui se veut lucide et prospective que l’autonomie politique de la Guadeloupe et de la Martinique, si elle est approuvée lors du referendum n’aura de sens que si elle s’inscrit dans une dynamique de « rupture » avec les attitudes et pratiques du passé. Le chef de l’état semble l’avoir compris puisque dans son récent discours de la Martinique, il invite les Guadeloupéens et les Martiniquais à réussir « la décolonisation des esprits » qu’Aimé Césaire évoquait déjà il y a plus de soixante ans.

Conclusion

56Cette étude s’est attachée à identifier, comparer et expliquer à l’aide de vingt-cinq indicateurs socio-économiques et démographiques, les principaux facteurs responsables de la performance économique et sociale d’un sous-ensemble particulier de trente-cinq Petites Économies Insulaires de la Caraïbe et du Pacifique, de statuts politiques différents et peuplées de moins de trois millions d’habitants. Les résultats enregistrés ont permis de tirer des enseignements, d’évaluer le poids du statut politique dans l’ensemble des facteurs contribuant à leur développement, et de proposer en guise d’illustration, dans le cadre de la probable évolution statutaire de la Guadeloupe et de la Martinique, un modèle de gouvernance qui, au plan politique, soit le mieux adapté aux caractéristiques socio-économiques et culturelles de ces deux départements. Pour ce faire, la voie de l’inférence statistique et de l’économétrie a été empruntée, et ce, à travers deux analyses différentes et complémentaires.

57En premier lieu, un test de comparaison de moyennes sur deux échantillons a été utilisé pour caractériser ces différentes économies. D’une part, il montre que : les territoires insulaires politiquement dépendants sont économiquement plus prospères, socialement plus avancés, et démographiquement d’une plus grande maturité que ceux ayant acquis leur souveraineté. D’autre part, il indique que pour des activités économiques à peu près identiques (tourisme, agriculture, aide de leur métropole), les îles qui bénéficient d’une large autonomie politique affichent en moyenne des résultats économiques et sociaux bien meilleurs que celles qui restent politiquement et centralement très liées à leur métropole.

58En second lieu, en raison du rôle important que joue le tourisme dans ces îles, une analyse de régression par les moindres carrés ordinaires a été employée pour étudier l’effet conjoint de plusieurs variables, dont le statut politique sur le développement touristique de ces territoires. Les résultats indiquent que le statut politique associé à des facteurs tels que : infrastructures et équipements, nombre de chambres d’hôtel au km2, densité de population, et indice d’isolement des territoires, intervient pour les deux tiers dans leur performance touristique. Ils montrent également que dans ce domaine, la performance touristique des territoires insulaires autonomes est supérieure à celle des départements de la Guadeloupe et de la Martinique dont le bilan et les perspectives touristiques sont jugés sombres par les experts. Les territoires autonomes étant dans notre échantillon, pour la Caraïbe : Aruba, les Îles Vierges britanniques, les Îles Vierges américaines, les Bermudes, les îles Caïman, les Antilles Néerlandaises et les îles Turks et Caicos (en Europe, les RUP des Canaries, Madère et les Açores), et dans le pacifique la Polynésie française.

59De même, une analyse de régression transversale multiple a été utilisée pour rechercher les liens existant entre degré d’autonomie des régions insulaires dépendantes et développement économique. Cette analyse empirique révèle que l’autonomie politique a un impact positif sur les résultats économiques des régions concernées, et que dans la plupart des aspects du développement, un niveau supérieur d’autonomie est lié à une croissance économique plus forte.

60Enfin, en guise d’illustration, les résultats issus de ces tests ainsi que l’analyse comparative et approfondie des structures politico-administratives actuellement en vigueur outre-mer, ont permis de proposer, dans la perspective de leur probable évolution statutaire, un modèle de gouvernance politique pour la Guadeloupe et la Martinique. Il en ressort que l’option de gouvernance politique qui semble aujourd’hui la mieux appropriée aux caractéristiques socio-économiques et culturelles de ces deux DOM-ROM est celle d’un statut politique sui generis inspiré de celui en vigueur dans les régions autonomes de la péninsule ibérique, statut qui leur offrirait, conformément à l’article 74 de la constitution une autonomie politique élargie, fonctionnant en collectivité unique au sein du groupe des RUP, et qui tiendrait compte davantage de leurs spécificités et singularités, leur ouvrirait de nouveaux horizons en leur fournissant les instruments législatifs, les financements et les programmes dont la Guadeloupe et la Martinique pourraient bénéficier, leur permettrait ainsi de forger une identité caribéenne par une intégration plus poussée dans leur environnement géographique.

61En deux mots, cette autonomie n’a de sens que si elle confère de vrais pouvoirs de décision aux collectivités nouvellement autonomes, que si elle produit des institutions qui, au plan local fournissent transparence et responsabilité réelle tant au niveau du secteur public que du secteur privé et qu’elle permette enfin de combattre l’idée désastreuse selon laquelle il y a incapacité à diriger sur place.

Haut de page

Bibliographie

Apostolopoulos, Y. et D. J. Gayle (dir.) (2002). Island Tourism and Sustainable Development: Caribbean, Pacific and Mediterranean Experiences. Wesport, CT: Praeger.

Armstrong, H. and R. Read. (2000). “Comparing the economic performance of dependent territories and sovereign micro-estate”, Economics Development and Cultural Change vol. 48: 285-306.

Assemblée des régions d’Europe (2009). De la subsidiarité à la réussite : l’impact de la décentralisation sur la croissance économique. BAK Basel Economics.

Baldacchino, G. (2006). “Managing the hinterland beyond: Two ideal-type strategies of economic development for small island territories”, Asia Pacific Viewpoint, 47(1): 45-60.

Baldacchino, G. (2007). “Introducing a world of islands”, dans G. Baldacchino ed., A World of Islands, Charlottetown, Institute of Island Studies: 1-29.

Baldacchino, G. et G. Bertram. (2009). The beak of the finch: Insights into the economic development of small, often island, economies, The Round Table (forthcoming).

Baldacchino, G. et D. Milne. (2009). The Case for Non-Sovereignty: Lessons from Subnational Island Jurisdictions. London, Routledge.

Bardolet, E. et P. Sheldon. (2008). “Tourism in archipelagos: Hawaii and the Balearics”, Annals of Tourism Research, vol. 35, n°4: 900-923.

Bertram, G. et B. Poirine. (2007). “Island political economy”, dans G. Baldacchino ed., A World of Islands, Charlottetown, Institute of Island Studies: 323-378.

Bertram, G. et R. F. Watters. (1985). “The MIRAB economy in South Pacific microstates”, Pacific Viewpoint, vol. 26, n° 3 : 497-519.

Betermier, S. (2004). “Selectivity and the economics of independence for today’s overseas territories”, Explorations : an undergraduate research journal.

Briguglio, L. (2008). “Sustainable tourism on small island jurisdictions with special reference to Malta”, ARA Journal of Tourism Research, 1(1): 29-39.

Briguglio, L. (1995). “Small island states and their economic vulnerabilities”, World Development, 23(10): 1615-1632.

Briguglio, L., B. Archer, J. Jafari et G. Wall. (dir.) (1996). Sustainable Tourism in Islands and Small States, vol. 1 : Issues and Policies, London, Pinter.

Butler, R. (1980). “The concept of a tourism area cycle of evolution: Implications for management of resources”, Canadian Geographer, n° 24 : 5-12.

Central Intelligence Agency. (2007). The World Factbook. Washington, DC, Office of Public Affairs, URL : <https : //www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/>.

Conlin, M. V. et T. Baum. (dir.) (1995). Island Tourism. Management Principles and Practice. Chichester, UK, John Wiley & Sons.

Demas, W. G. (1965). The Economies of Development in Small Countries. Montreal, CA : McGill University.

Dodds, R. (2008). Power and Politics: Sustainability in Islands? La Vergne, TN : Lightning Source Inc.

Dupont, L. (1988). Les départements français d’Amérique face aux schémas d’intégration de la Caraïbe et de l’Amérique Latine. Paris, L’Harmattan.

Dupont L. (2008). « Evaluation de la compétitivité des destinations touristiques : Application à la Caraïbe », Espaces, n° 257.

Duval D. (dir.) (2004). Tourism in the Caribbean: Trends, Development, Prospects. London : Routledge.

Khadaroo I. and Seetanah B. (2007). «Transport infrastructure and tourism development», Annals of Tourism Research, 34(4): 1021-1032.

Knox A. D. (1967). «Some economic problems of small territories», dans B. Benedict (dir.), Problems of Smaller Territories, London, Athlone Press: 35-44.

Lockhart, D. G. et D. Drakakis-Smith (dir.) (1997). Island Tourism: Trends and Prospects, London, Pinter.

McElroy, J. L. (2004). The propensity for dependence in small Caribbean and Pacific Islands. St-Mary’s College (USA).

McElroy, J. L. (2003). «Tourism development in small islands across the world», Geografiska Annaler, vol. 85B, n°4: 231-242.

McElroy, J. L. (2006). «Small island tourist economies across the Lifecycle», Asia Pacific Viewpoint, vol. 47, n°1: 61-77.

McElroy, J. L. et K. de Albuquerque. (1998). «Tourism penetration index in small Caribbean islands», Annals of Tourism Research, vol. 25, n°1: 145-168.

McElroy, J. L. et E. C. Perry. (2007). The supply determinants of small island tourist economics. St-Mary’s College (USA).

McElroy, J. L. et K. McSorley. (2007). «Small islands economic strategies: Aid-remittance versus tourism dependence», e-Review of Tourism Research (eRTR) vol. 5, n°6: 140-148.

McElroy, J. L. et K. Pearce. (2006). « The advantage of political affiliation: Dependent and independent small island profiles », The Round Table, 95 (386) : 529-539.

Oberst A. et J. L. McElroy. (2007). «Contrasting socio-economic and demographic profiles of two, small island, economic species: MIRAB versus PROFIT/SITE», Island Studies journal vol. 2, n°2: 164-176.

Page S. J. et al. (2001). Tourism : A Modern Synthesis, London, Thomson Learning.

Pearce, D. C. (2008). « Tourism planning in small tropical islands: Methodological considerations and development issues in Samoa », Etudes Caribéennes, n° 9-10,

<http://etudescaribeennes.revues.org/document1393.html>.

Poirine, B. (2007). Eloignement, insularité et compétitivité dans les petites économies d’Outre-mer, Conférence Economies d’outre-mer, Paris.

Prasad, N. (2003). «Small islands quest for economic development», Asia-Pacific Development journal, vol. 10, n°1: 47-67.

Seers, D. (1964). «The mechanisms of an open petroleum economy», Social and Economic Studies, vol. 13, n°2: 233-242.

Selwyn, P. (1978). Small, poor and remote : Islands at a geographical disadvantage, IDS Discussion Paper, n°123, Sussex, Institute of Development Studies.

Shareef, R., S. Hoti et M. McAleer. (2008). The Economies of Small Island Tourism: International Demand and Country Risk Analysis, Cheltenham, Edward Elgar.

Thomas, R., B. Pigozzi et R. Sambrook. (2005). «Tourist carrying capacity measures: Crowding syndrome in The Caribbean», The Professional Geographer, vol. 57, n°1: 13-20.

Turner, L. et J. Ash. (1976). The Golden Hordes : Destination Tourism and the Pleasure Periphery, New York, St. Martin's Press.

United Nations. (2007). United Nations Environmental Programme on Islands, Geneva: UNEP, <http://islands.unep.chl>.

World Bank. (2007). The World Bank Data Query, Washington, DC : The World Bank Croup, <http://ddp-ext.world-bank.org/extlDDPOO/member.do?method=getrnembers>.

World Travel and Tourism Council. (2008). The 2008 Travel & Tourism Executive Résumé sur <http://www.wttc.org/englTourism_ResearchITourism_Satellite_Accounting>.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Données socio-économiques et démographiques de base des îles composant l’échantillon
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Sources : CIA World fact book et World Bank data query (2007)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4690/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 2. Profils des îles dépendantes par rapport aux îles indépendantes.
Légende * Significatif au seuil de 10 %** Significatif au seuil de 5 %*** Significatif au seuil de 2, 5 %**** Significatif au seuil de 1 %
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4690/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 3. Résultats de l’analyse de régression
Légende *** Statistiquement significatif au seuil de 0,01** Statistiquement significatif au seuil de 0,05* Statistiquement significatif au seuil de 0,10
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4690/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 4. PIB par habitant des 30 îles les plus riches du monde, en parité de pouvoir d’achat et principales activités sources de devises
Légende La Réunion n’apparaît pas ici. Le PIB par habitant de la Réunion est de 6 000 $ US d’après le CIA World Factbook, ce qui parait naturellement très faible comparé aux estimations de l’INSEE en données brutes non corrigées de la parité de pouvoir d’achat (13 887 euros en 2003)
Crédits Sources : PIB par habitant PPP : CIA World Factbook 2005 (B. Poirine).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4690/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 5. Coefficients estimés de la variable de décentralisation
Crédits Source : BAK Basel Economics (2009)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4690/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 6. Tableau synoptique du statut actuel des collectivités situées outre-mer
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4690/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Dupont, « Le statut politique des petits territoires insulaires à vocation touristique a-t-il une influence sur leur performance économique et sociale ? Approche comparative », Études caribéennes [En ligne], 16 | Août 2010, mis en ligne le 15 août 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4690 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4690

Haut de page

Auteur

Louis Dupont

George Washington University, Professeur d’économie, ledupont2@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org