Navigation – Plan du site

Hommage aux amis et collègues de l’Université Quisqueya et de l’Ecole Normale Supérieure de Port-au-Prince

Georges Eddy Lucien

Texte intégral

112 janvier 2010 Haïti est frappée de manière terrible. La terre tremble, se déchaine contre tout ce qui lui enlève sa forme initiale : les routes, les ponts, les maisons… Deux cent milles voix se sont tues à jamais, parmi elle : des géographes, des cartographes, des urbanistes, des aménageurs…Et, avec eux, s’en vont les lycées, les universités, les lieux par excellence de formation et de communication des connaissances… Ce mardi 12 janvier, le temps s’arrête. Le jour et la nuit se confondent. Le premier perd sa transparence et le second s’obscurcit davantage. La vie partout est en veilleuse. Port-au-Prince tombe comme un château de cartes. Elle glisse comme si elle perd son équilibre. Et, cela coule de sens, dira-t-on, car la ville est fondée sur des failles. Et, de plus, ces secousses ne sont pas à leurs premiers balbutiements.

2Très tôt après la fondation de Port-au-Prince commence la longue série de vicissitudes de la nouvelle capitale. Deux ouragans et deux tremblements de terre ravagent la plupart des maisons de la ville. Dans l’après-midi du 18 octobre 1751, deux fortes secousses sismiques ébranlent la ville. Les Port-au-Princiens terrifiés gagnent les rues. Après une période calme d’une vingtaine d’années, le 3 juin 1770, un séisme suivi de répliques de violence inégale sur plusieurs mois, détruit la quasi-totalité des maisons. À la suite de ces catastrophes, une ordonnance datée de 1770 interdit la construction autrement qu’en bois ou en maçonnerie entre poteaux. Depuis, Port-au-Prince, et ceci jusqu’au début du XXe siècle, est dotée d’une architecture plus sécurisante et moins vulnérable. Mais le caractère ponctuel de sa gestion par les dirigeants la rend encore plus précaire pendant la période américaine. Le bois en raison de sa combustibilité constitue en effet une menace et hante quotidiennement les habitants. Le gouvernement de DARTIGUENAVE (1915-1922) pour limiter les incendies voire les prévenir publie une loi interdisant de construire en bois. Il s’ensuit un recours plus fréquent aux matériaux résistants dans la construction des immeubles. Se dessine un certain changement dans les tendances architecturales et dans les techniques de construction employées. Le bois est de moins en moins utilisé et les nouvelles constructions en béton et en briques remplacent progressivement les anciennes bâtisses du centre historique. Ce glissement au niveau architectural s’accompagne des actions engagées au cours de ladite période dans la ville qui accélèrent sa centralisation et ouvre la voie à sa forte densification.

3Le destin de la ville semble se jouer au cours de cette période américaine. C’est donc bien le début d’une architecture et d’une densification qui sans l’ombre d’un doute rendent considérable le nombre de victimes à la suite du tremblement de terre du 12 janvier 2010. Celui-ci questionne d’une part la vulnérabilité très forte de la ville et d’autre part le caractère sectoriel et ponctuel de sa gestion. L'absence de toute forme de structures d'intervention, durant les jours qui ont suivi le séisme du 12 janvier, manifeste plus que jamais la déliquescence de l’État. Toutefois, la population ne baisse pas les bras. Les crises écologiques ou sismiques ont plutôt sur elle l’effet d’une piqure de courage qui renforce sa force créatrice, son dynamisme et par-dessus sa solidarité indéfectible.

4Ce numéro d’Étude caribéenne se veut un hommage aux étudiants, collègues et amis qui ont tragiquement disparus : les regrettés Georges Anglade, Lilite Obicson et tout le personnel du Centre National de l’Information Geo-Information Spatiale (CNIGS). L’héritage qu’ils nous lèguent ? Des cartes, des schémas directeurs susceptibles de réduire la vulnérabilité des populations ou d’un territoire. Y paraissent en filigrane notamment les manières pour « reconstruire » la ville de Port-au-Prince, incitatrice d’urbanité et ouverte à l’altérité. Ce numéro s’inscrit dans cette perspective. C’est un diagnostic de crise qui s’éloigne du dolorisme et du catastrophisme pour penser le territoire autrement. La crise y apparait comme moteur de la prise de décision pour améliorer le cadre de vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Eddy Lucien, « Hommage aux amis et collègues de l’Université Quisqueya et de l’Ecole Normale Supérieure de Port-au-Prince », Études caribéennes [En ligne], 17 | Décembre 2010, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4829  ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4829

Haut de page

Auteur

Georges Eddy Lucien

Docteur en histoire Coordonnateur du Master Aménagement des quartiers précaires et développement urbain ; Université Quisqueya Port-au-Prince, EA Ruralités Université de Poitiers lucge2000@yahoo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page