Navigation – Plan du site
Dossier 1 : crises Haïti et Jamaïque

Gestion de crise et aide internationale après le séisme du 12 janvier à Port-au-Prince Haïti, toujours dans l’urgence ! (Témoignage)

Crisis Management and International Aid after Earthquake of January 12 in Port-au-Prince Haiti, always in a Hurry! (Testimony)
Jean-Philippe Pierre

Résumés

Dans le cadre de l’intervention qui a été déclenchée pour venir en aide aux sinistrés du tremblement de terre en Haïti le 12 janvier dernier, la France a envoyé des moyens importants. Le déploiement de ces moyens comme celui de ceux envoyés par le reste de la communauté internationale s’est déroulé sur un territoire ravagé. En plus des difficultés liées aux destructions, il a été relativement difficile d’avoir une vision globale de la situation. L’absence quasi totale de moyens de communication sur place et l’interprétation faite par certains médias internationaux, d’évènements anodins ont également contribué à compliquer cette situation.  Aujourd’hui, on énumère les actions et les projets mais qu’en est-il de la situation sur le terrain ?

Crisis Management and International Aid after Earthquake of January 12 in Port-au-Prince Haiti, always in a Hurry! (Testimony)

As part of the intervention was triggered to help victims of earthquake in Haiti on January 12 this year, France sent substantial resources. The deployment of these resources such as those sent by the rest of the international community took place on a ravaged territory. In addition to difficulties related to destruction, it was relatively difficult to obtain an overview of the situation. The almost total absence of means of communication on site and the interpretation made by some international media, benign events also helped to complicate the situation. Today, it lists the actions and projects, but what about the situation on the ground?

Haut de page

Texte intégral

1Même si à ce jour, le séisme en Haïti a mobilisé un élan de générosité sans précédent et que les premiers éléments qui émanent de la conférence internationale des donateurs vers un nouvel avenir pour Haïti laissent entrevoir une vraie volonté de venir en aide au pays le plus pauvre des Amériques, il est cependant essentiel de ne pas oublier qu’Haïti est toujours en situation d’urgence. Les plans à dix-huit mois ou deux ans, sont peut-être bons, mais encore faut-il que ce pays déjà tant affaibli puisse faire face dans des conditions acceptables à la prochaine saison cyclonique. La France a fait partie des premiers Etats à engager des moyens importants. Bien qu’ils n’aient pas été du niveau quantitatif de ceux mis en place par les Etats-Unis d’Amérique, ils ont eu le mérite d’être immédiatement performants et employés de manière très rationnelle. Sur un plan plus général, le retour d’expérience du déploiement de l’aide d’urgence au lendemain du tremblement de terre du 12 janvier dernier montre à quel point il est difficile d’apporter une réponse immédiate et proportionnée à une telle catastrophe. Ce tremblement de terre a frappé le pays en fin d’après midi, au moment où l’activité était la plus soutenue. Parmi les quelques 97 000 bâtiments détruits, plus de 80% des ministères, des universités et des infrastructures économiques (port, aéroport, usines et centrales électriques, antennes de télécommunication…) ont été détruits ou fortement endommagés. L’urgence des premiers jours était de sauver ceux qui pouvaient encore l’être, soigner les dizaines de milliers de blessés et évacuer au plus vite les corps des 230 000 victimes sorties des décombres avant que les conditions sanitaires se dégradant n’augmentent ces chiffres.

1. L’intervention de la France dès les premières heures

2Dès le lendemain du séisme, les unités de la sécurité civile, qui se composent en partie d’unités de l’armée de terre appartenant à l’arme du génie telles que l’Unité de Sécurité Civile (USC) de Brignoles ou la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) se sont déployées avec leurs moyens de première urgence. Un poste de commandement de crise s’est installé à l’ambassade de France afin de travailler de concert avec les services du ministère des affaires étrangères, sous la responsabilité de l’ambassadeur. Ce sont près de 600 sauveteurs, sapeurs-pompiers civils et militaires, médecins et urgentistes qui se sont déployés au cours de la première semaine qui a suivi la catastrophe. Grâce à leur professionnalisme, quatorze personnes ont été sorties vivantes des décombres et des milliers de blessés haïtiens ont pu bénéficier de soins auprès de chirurgiens et de médecins. Ils ont, par exemple, en plus d’avoir activement participé au sauvetage de personnes ensevelies et déployé des moyens importants de traitement des eaux, mis en œuvre un hôpital de campagne sur l’emprise du lycée français de Port au Prince, renforcé les hôpitaux locaux et armé l’hôpital embarqué sur le bâtiment Siroco lors de sa venue.

3Dans le même moment, le déploiement de forces plus conventionnelles, pré positionnées dans la Caraïbe en Martinique et en Guadeloupe, a permis de fournir du personnel entraîné et du matériel adapté dans des délais très courts. Le bâtiment Francis Garnier basé à Fort-de-France est le premier bâtiment militaire à avoir pu débarquer des camions et des engins de travaux publics dans le port de Port-au-Prince. Le 33ème Régiment d’Infanterie de Marine basé également à Fort-de-France a déployé un Etat Major tactique destiné à relayer le commandement des Forces Armées aux Antilles sur place. Cette force composée d’une section d’Infanterie, d’une section de conducteurs, d’un détachement mixte des deux régiments du Service Militaire Adapté des Antilles, d’un détachement de l’armée de l’Air pour la gestion des flux aériens entrants et sortants et d’un hélicoptère de manœuvre de type PUMA, a rempli au cours du premier mois les missions les plus diverses qui allaient de l’accompagnement des sauveteurs au transfert des blessés par voie routière et aérienne pour décongestionner les hôpitaux, en passant par le déblaiement de zones destinées à recevoir des villages de tentes en centre ville. La première force de ce détachement d’un peu plus de 150 hommes, était d’être composée de jeunes antillais à plus de 60 %. Leur pratique du Créole et leur comportement exemplaire ont permis une excellente intégration des militaires français au cœur de la ville. Il est important de souligner que les Haïtiens en règle générale sont assez hostiles aux militaires étrangers pouvant évoluer sur leur territoire national.

4Ce détachement a été mis en place très tôt, dans un premier temps grâce aux CASA (avion militaire d’une capacité d’emport de trente personnes qui équipe la base aérienne de Fort de France) basés en Martinique qui du fait de leur petite taille et de leur aptitude à évoluer en tout terrain permettaient de s’affranchir des problèmes d’encombrement de l’aéroport. Et, dans un second temps grâce aux moyens maritimes déployés depuis les Antilles (Francis Garnier) et depuis la métropole (TCD SIROCO avec ses deux mille tonnes d’aide humanitaire, en large partie en provenance des Antilles françaises). Pour compléter ce dispositif un pont aérien a été mis en place avec les moyens prépositionnés, trois CASA de Martinique, et des renforcements venant de métropole deux Hercules C 130, un airbus A310 militaire et un DASH 8 de la sécurité civile. Ce pont aérien a permis la mise en place de plus de 600 hommes et 61 tonnes de fret et le rapatriement de 600 ressortissants français et européens.

5Le déploiement français s’est fait progressivement, en tenant compte des difficultés d’accès à Haïti. La volonté des décideurs étant d’engager systématiquement au plus tôt nos moyens. À titre de comparaison, l’armée américaine a conduit cette intervention comme une opération purement militaire. Elle a déployé avec l’efficacité qu’on lui connaît une logistique très importante et des unités destinées à évaluer le besoin sur le terrain. Mais vues du côté de la population, les choses étaient tout autres. L’une des phrases les plus fréquemment  entendues lors des deux premières semaines était la suivante : « Vous, les Français, vous êtes là avec nous. Les Américains sont dans les hélicoptères qui nous survolent, font tomber nos maisons branlantes et ne font rien ». Fort heureusement, l’armée américaine tire très rapidement des enseignements de ses contreperformances et a très vite montré l’étendue de son savoir-faire.

2. Un déploiement complexe et parasité

6Le déploiement a été difficile du fait de la destruction et de l’encombrement des réseaux de transports, du manque de moyens de transport et à cause de certains reportages à sensation qui ont perturbé le travail des sauveteurs. En dressant un bilan immédiat de la première phase de cette intervention, l’un des premiers enseignements à retenir est certainement l’impossibilité de conduire un déploiement massif et quasi instantané de l’aide internationale. Ceci est lié à la faible capacité des moyens de communication encore utilisables, mais pas seulement. En effet, du fait de la situation des infrastructures de transport et des besoins importants et immédiats, les axes routiers ont rapidement été engorgés. Le réseau routier hors des agglomérations a faiblement été touché. Les deux axes principaux permettant de communiquer avec la République dominicaine sont restés ouverts, mais les postes frontières ne permettent pas d’absorber des flux beaucoup plus importants que ceux existants avant le séisme.

7La quasi-totalité des infrastructures portuaires se sont affaissées et obstruent encore actuellement le port. Il a donc fallu trouver des alternatives telles que l’utilisation du port de Barahonas en République dominicaine, avec toutes les contraintes techniques, financières et diplomatiques que cela représente. Les plages ouvertes aux barges de débarquement (sites de « plageage » des bâtiments militaires), les seules pouvant décharger sans infrastructure particulière, restent limitées et imposent d’utiliser des bâtiments à faible tirant d’eau. L’augmentation rapide du nombre de bâtiments chargés d’aide a provoqué des blocages du port et considérablement allongé les délais de déchargement. L’aéroport quant à lui, nous le savons, a défrayé la chronique : il a rapidement été engorgé. Il est important de noter que ce n’est pas le fait d’une quelconque mauvaise volonté, mais uniquement parce que les avions une fois posés ne pouvaient en raison du manque de moyens de déchargement d’une part et du nombre important de personnes à évacuer d’autre part, respecter les créneaux qui leur étaient fixés. Ainsi, le tarmac s’est retrouvé embouteillé et seuls les avions militaires pouvant stationner sur les bandes herbeuses le long de la piste, pouvaient encore se poser.

8La seconde raison qui soit largement venue parasiter le déploiement, moins noble et pourtant nécessaire, est la presse. Elle était omniprésente et nécessaire pour informer et mobiliser la communauté internationale ; pourtant, la course aux images et au sensationnel a, à maintes reprises, gêné le travail des équipes de secours et faussé l’appréciation de situation sécuritaire.

9Trois exemples vécus, un peu caricaturaux mais pourtant bien réels, résument assez facilement le manque d’éthique ou de réserve de certains :

  • Un après-midi, un des axes principaux de la ville, très touché par le séisme est resté bloqué à la circulation pendant près de quatre heures pour permettre des prises de vues d’une équipe de télévision sur des sites de recherche ou plusieurs centaines de personnes étaient ensevelies. De nombreux reportages alarmistes sur la situation sécuritaire dans les rues de Port-au-Prince, telles que ces images montrant des hommes le visage couvert de foulards se déplaçant machette à la main, dans un quartier éclairé de feux de camp illustrant la reprise en main des quartiers par les anciens chefs de bandes, ont eu un fort impact sur ceux qui par petites équipes devaient intervenir dans ces mêmes quartiers. La nuit comme le jour, l’odeur de milliers de corps encore pris dans les décombres nécessitait dans certains quartiers le port de baillons et la destruction du réseau électrique imposait de s’éclairer au feu de bois. L’imprudence de cette interprétation a fait perdre un temps précieux à demander des escortes injustifiées, des tonnes de fret ont été consacrées à l’acheminement de matériel militaire, afin que les forces déployées puissent, les cas échéant, assurer la protection des sauveteurs. Ces images ont été prises très au sérieux car au moment de leur diffusion, la plupart des acteurs travaillaient nuit et jour depuis près d’une semaine et l’état de fatigue de ces derniers ne permettait pas de faire la part des choses. Sur le terrain, on ne peut nier l’existence des bandes, mais quelques jours après le séisme, il ne semble pas que ces bandes aient conduit des actions particulières. Les quelques pillages montrés par les médias se déroulaient lors de distributions insuffisantes (une camionnette de vivres pour dix mille personnes) ou lorsqu’une barge civile chargée d’aide humanitaire est restée à quai sur une zone non surveillée (terminal de Vareux).

  • Autre cas, les fausses déclarations de rescapés. Ceci est un exemple extrême, mais qui mérite d’être cité. Chaque contingent de sauveteurs un tant soit peu organisé dispose d’une équipe de sauvetage-déblaiement en alerte immédiate. Des cas de signalement de victimes potentiellement vivantes ont été rapportés. La plupart du temps, il s’agissait de fausses alertes qui permettaient à des équipes de journalistes en place avant l’arrivée des sauveteurs de tirer des images. Même s’il ne s’agit pas de pratiques courantes, les sauveteurs, les militaires et la plupart des intervenants ont été confrontés à des représentants de la presse moins touchés par l’éthique de leur métier que par les bénéfices personnels qu’ils pourraient tirer d’un reportage sensationnel. Ce sont de toute évidence des cas isolés, mais ils ont largement contribué par leur manque de connaissance du milieu et leur manque de sens humain à une dépense d’énergie précieuse.

  • Le manque de moyens de transport a également cruellement freiné le déploiement des équipes. Le pont aérien, les bateaux militaires et les véhicules mis à disposition par les entrepreneurs dominicains ont permis de remplir la mission et d’aller à l’essentiel. Pourtant, du fait de la soudaineté de l’évènement et surtout de son ampleur, il a fallu près de dix jours pour atteindre une efficacité totale et bénéficier de moyens adaptés. En attendant cette échéance, les seuls moyens disponibles étaient ceux de la ville de port au prince utilisés pour le déblaiement des axes principaux et l’évacuation des corps des victimes ; ceux de la MINUSTAH, déjà fortement sollicités par les ONG et les services des Nations Unies et les premiers véhicules livrés par le Francis Garnier basé en Martinique.

3. Une phase de reconstruction complexe et contrainte

10Aujourd’hui, la phase de stabilisation et de reconstruction est engagée. La MINUSTAH  a été considérablement renforcée et participe dans la mesure de ses moyens à cette phase. De nombreux pays déploient des moyens et des spécialistes pour accélérer le déblaiement. La France en particulier vient d’engager des moyens lourds venant de deux régiments du génie depuis la métropole et des moyens des régiments du service militaire adapté (RSMA) de Guadeloupe et de Martinique (soit environ cent-vingt engins et près de quatre cents hommes). Réunis sous un même commandement relevant de la responsabilité des Forces Armées aux Antilles, ils doivent contribuer à la remise en état de canalisations d’eau et à la préparation de zones destinées à recevoir des abris provisoires. Ce déploiement de moyens et de bonnes volontés parviendra-t-il à maintenir une situation sécuritaire favorable à la reconstruction ? Ce n’est pas certain… Les chiffres de l’OCHA sont bons mais alarmants. En effet, à la fin de ce mois de mars, les tentes et bâches distribuées depuis la mi-janvier pour tenter de loger près de 1 300 000 de sans abris, couvrent 24 % des besoins. Le personnel chargé de la coordination de la distribution des abris estime fournir suffisamment d’abris pour la fin du mois de mai. Or, deux problèmes se posent. Le premier est de savoir si les tentes résisteront à un cyclone ou non. Le second repose sur le fait que la majorité des 330 camps recensés dans la région de Port-au-Prince sont des camps spontanés. Ils ne bénéficient d’aucune expérience en la matière et montent des villages de cahutes et de tentes imbriquées qui deviendront rapidement insalubres et dangereux dès les premières pluies. La situation de ces camps est difficile à appréhender car il s’agit en grande partie de regroupements de personnes d’une même paroisse, d’un même quartier, d’une même rue. Le point stabilisant de cette situation, si tant est qu’il y en ait un, c’est que la plupart des gens se connaissent. Ils sont restés près de leur ancienne maison, au sein du cercle familial ou des amis. La solidarité y est grande et les tensions quasi inexistantes.

11L’ « encampement » ne regroupe pas la totalité de la population. Beaucoup ont choisi de récupérer tentes et bâches et de s’installer sur les décombres de leur logement. Ils se rapprochent des camps voisins pour bénéficier des distributions alimentaires ou des visites sanitaires. Les camps spontanés se sont installés partout en ville dans les espaces dégagés, sur les places, les stades, les parkings et les carrefours. Il y a effectivement des camps organisés et offrant un minimum de confort sanitaire, ils se trouvent pour la plupart hors-agglomération. Mais la grande majorité des citadins est restée sur place. Peut-être par crainte de perdre le peu qu’il leur reste, un terrain, quelques meubles… Ou, pour être certains de bénéficier de l’aide humanitaire. À titre de comparaison, les camps de Carrefour, situés entre six et neuf kilomètres de Port-au-Prince, bénéficient d’une distribution hebdomadaire. Ceux de Léogane, à trente-cinq kilomètres de Port-au-Prince, n’en ont eu qu’une depuis le départ des Canadiens fin janvier.

12De plus, dès le premier avril, 9 des 16 points de distribution alimentaire cesseront leur activité afin de favoriser une reprise du commerce local. C’est sûrement un mal nécessaire, mais il est devenu quasi impossible pour la majeure partie de la population de travailler puisque le tissu industriel du pays déjà mal en point est quasiment réduit à néant. De ce fait, la population va se retrouver sans argent, sans moyen honnête d’en gagner, avec une aide alimentaire en diminution. Et, même si le système « cash for work » permet d’injecter dans le circuit un peu de liquidité, il ne permettra pas d’en fournir à un tel nombre de sinistrés. Enfin, au moment du séisme, les autorités dominicaines ont octroyé aux réfugiés se présentant à la frontière, des visas de six mois. Des tensions réelles existent entre communauté haïtienne et dominicaine. L’actualité de cette dernière année en témoigne. Donc, on peut s’attendre à partir du mois de juin à des tensions frontalières ou au moins à des retours plus ou moins forcés. Dans tout les cas, les autorités dominicaines, fraichement élues (6 mai prochain) se trouveront face à une échéance sensible qu’ils devront négocier avec prudence. On peut donc légitimement s’interroger sur l’impact du retour des déplacés dans un contexte de stress alimentaire important.

Conclusion

13En cette fin du mois de mars, soit près de deux mois et demi après le séisme, seulement un quart de la population des sans abris bénéficie de bâches et de tentes, l’aide d’urgence diminue pour relancer l’activité économique mais la population ne dispose d’aucun revenu. Le chantier est immense et les semaines qui séparent les Haïtiens de la saison cyclonique sont comptées. Haïti est donc toujours en situation d’urgence et il parait difficile de pouvoir engager une reconstruction durable sans au préalable, à défaut de pouvoir proposer une situation sécuritaire optimale, mettre en place des structures et des moyens efficaces pour pallier les effets d’une saison cyclonique qui pourrait aggraver encore la situation. L’unique solution qui se profile réside en la remise en état, au plus vite, du terminal portuaire de Port au Prince, qui augmenterait considérablement l’afflux de moyens. Mais, dans tous les cas, avant d’entamer la reconstruction proprement dite, la réalité de la situation des sans abris risque d’imposer une priorité sur la mise à l’abri des populations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Pierre, « Gestion de crise et aide internationale après le séisme du 12 janvier à Port-au-Prince Haïti, toujours dans l’urgence ! (Témoignage) », Études caribéennes [En ligne], 17 | Décembre 2010, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4832  ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4832

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Pierre

Chef de bataillon ; Doctorant EA Ruralités, Université de Poitiers ; jpk0703@hotmail.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page