Navigation – Plan du site
Dossier 1 : crises Haïti et Jamaïque

Haïti, en situation post-séisme : quelques effets de la catastrophe du 12 janvier 2010 sur la population locale

Haïti, in post-earthquake mode: some effects of the earthquake of January 12 2010 on the local population
Evens Jabouin

Résumés

Le violent séisme qui a secoué Haïti et sa capitale le 12 janvier 2010 dernier a laissé des séquelles au sein de la population haïtienne déjà fragilisée par la violence, la pauvreté et aussi par des catastrophes naturelles répétées (ouragans, inondations, érosion, etc.). Ce séisme, aussi prévisible qu’il soit, est une catastrophe naturelle et humanitaire sans précédent dont les principales causes sont l’absence de constructions et d’infrastructures solides, bâties selon les normes parasismiques, l’occupation anarchique de l’espace urbain par les populations et les nombreuses irrégularités incontestées observées dans le domaine de l’urbanisme. En outre, ce séisme s’est produit à un moment où l’on commençait à observer dans le pays un élan de stabilisation sur le plan politique, un mouvement de croissance économique ainsi qu’un début d’amélioration des conditions de vie des populations. La catastrophe est venue freiner cette dynamique socioéconomique tout en amplifiant les problèmes existants et en engendrant d’autres difficultés et d’autres défis. Cet article analyse, à travers des témoignages de première main et un état des lieux, les différents impacts de cette catastrophe sur la population locale ainsi que les interrogations et les incertitudes diverses de cette population concernant son avenir.

Haïti, in post-earthquake mode: some effects of the earthquake of January 12 2010 on the local population

On January the twelfth 2010, Haiti and its capital have been devastated by a very strong earthquake that has provoked many aftereffects among the local population since that population had already been weakened before by street violence, poverty and by frequent natural disasters such as hurricanes, floods... That earthquake, even foreseeable, has given way to an important disaster whose causes are the absence of well built infrastructures and buildings, the anarchic use of urban spaces by the population, and multiple irregularities in town planning issues. Furthermore, that earthquake took place in a moment when that population was on its way of improvement politically, socially and economically. The disaster has stopped that dynamic, intensifying the existing problems and challenges, and creating new ones. This article analyze – through first hand testimonies, statements and observations – the impacts of such a disaster on the local population as well as diverse inquiries and doubts of that population on its future.  

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le gouvernement haïtien estime les pertes à 79 millions de dollars américains et évalue les besoins (...)

1Le séisme le plus meurtrier de toute l’histoire d’Haïti a un nom. Il s’appelle goudou-goudou, en raison de ce grondement sourd, tel un tonnerre, qu’il a émis lors de son passage. D’ailleurs, ce son a déjà créé de l’affolement au sein de la population locale encore sous le choc trois mois après le désastre. Ainsi, en analysant la situation dans laquelle est plongée le pays depuis le passage de ce séisme, nous tenterons de comprendre comment les habitants de ce pays arrivent à surmonter cette dernière épreuve ? Comment s’organise-t-on le lendemain du 12 janvier ? Quels ont été les principaux besoins des populations sinistrées et quelles sont les solutions proposées ou apportées par les autorités locales et les organismes internationaux sur le terrain? En les examinant, nous essayerons ainsi d’apporter quelques précisions sur les principaux impacts de la catastrophe sur les populations concernées tout en décrivant les moyens mis en œuvre pour gérer la pire des catastrophes jamais enregistrées dans ce pays depuis 1804.
Les secousses du 12 janvier ont fait entre 200 000 et 230 000 morts, près de 300 000 blessés et environ 1.5 million de sans-abri, sans oublier les dommages matériels, évalués à un peu plus de 14 milliards de dollars1. Ceci est le triste bilan laissé par ce séisme dévastateur. Toutefois, il faut reconnaître que ces chiffres, plutôt approximatifs, sont à utiliser avec précautions, vu la difficulté avec laquelle les autorités locales et internationales arrivent, le lendemain de la catastrophe, à dénombrer les victimes. Par exemple, les chiffres avancés par les autorités et les organismes sur le terrain ont été produits à partir des décomptes effectués par les personnes responsables d’enterrer les cadavres dans des fosses communes à Titan-Yen, située à une dizaine de kilomètres de Port-au-Prince, ou dans d’autres endroits du pays. Cependant, que fait-on des cadavres enterrés discrètement par des proches sans être rapportés aux autorités ? Il paraît que « des milliers ont été mis sous terre sans avoir été identifiés et comptés », selon un article du Nouvelliste, paru un mois après la catastrophe (Lerebours, 2010 :11).

2La région de l’Ouest est la principale région concernée par cette catastrophe. Et à Carrefour, une banlieue de la capitale, les dégâts sont très considérables. Dans cette ville, les décombres des bâtiments détruits ou effondrés sont encore observables plus de cinq mois après. Les rues sont pour la plupart couvertes de gravats, générant une poussière sans fin quand il fait beau et de la boue au moment des pluies. Alors que certains habitants se regroupent sur les espaces disponibles se situant loin des bâtiments en ruine ou endommagés qui menacent de s’écrouler à tout moment, d’autres se créent des abris de fortunes ou dorment carrément à la belle étoile dans le voisinage de leur habitation ou tout simplement dans les rues. Dans la capitale Port-au-Prince ainsi que dans ses autres banlieues, telles que Cité Soleil, Delmas et Pétion-ville, le scenario est quasiment le même. À Léogâne, ville située à dix-sept kilomètres au sud-ouest de la capitale et dans laquelle a été localisé l’épicentre du séisme, quatre bâtiments sur cinq ont été détruits. Les dégâts matériels et les pertes en vies humaines prennent une proportion considérable dans cette ville de la région, considérée comme la plus dévastée de tout le pays. Par ailleurs, même si la région de l’Ouest est sans conteste la plus touchée, les effets de ce séisme ont été ressentis dans d’autres départements ou régions du pays. Ainsi, dans la région du Sud-Est, la ville de Jacmel a été en partie saccagée : environ deux bâtiments sur cinq ont été détruits ou endommagés. Les cicatrices laissées par cette catastrophe sont visibles tout le long de la côte ouest, de Mariani à Petit-Goâve en passant par Gressier, Merger, Grand-Goâve et jusque vers le département de Nippes où la ville de Miragoâne a été également touchée, affectant les ports et entraînant aussi la fermeture des plages et des stations balnéaires.

  • 2  Voir United Nation, OCHA, « Haiti: Earthquake – Affected Areas », 28 janvier 2010. Voir également  (...)
  • 3  Les sources à ce sujet sont nombreuses et sont plus ou moins concordantes. Voir United Nation, OCH (...)

3Par ailleurs, plus de trois millions de personnes sont affectées par la catastrophe et plus de deux millions d’entre eux nécessitent l’aide humanitaire, estiment certains organismes tels les Nations-Unies et la Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge2. Cependant, l’aide humanitaire n’a atteint que la moitié de cette population en difficulté3. Plus de trois mois après la catastrophe, les conséquences sur les populations sinistrées sont nombreuses et certaines d’entre-elles sont immédiates. Elles sont parfois interconnectées et dépendantes les unes des autres. Ainsi ce présent document, qui est le fruit d’une enquête de terrain de plus de quatre semaines, vise à examiner les mesures ou, dans certains cas, l’absence de mesures de la part des autorités concernées. Ces éléments sont commentés et analysés par nos interlocuteurs qui sont à la fois les témoins clés du désastre et les acteurs de la reconstruction future. Les dérives et les irrégularités observées sur le terrain sont exposées, décrites, analysées et soumises à l’œil critique du lecteur. En effet, notre recherche concerne principalement les populations touchées de la capitale Port-au-Prince et de sa banlieue de Carrefour, mais nous avons également enquêté à Pétion-ville et à Delmas (autres banlieues de la capitale) et aussi à Léogâne, à Jacmel ou encore aux Côtes-de-Fer, un village situé dans la région du Sud-Est et qui est également touché par ce séisme. Aux Côtes-de-Fer, comme dans les autres endroits visités, nous avons rencontré des gens sympathiques avec lesquels nous avons eu de formidables discussions. Néanmoins, pour des raisons liées à la recherche nous avons décidé d’utiliser des pseudonymes plutôt que la véritable identité de nos interlocuteurs. En outre, les quelques chiffres et données statistiques utilisés pour ce travail, parviennent de l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (IHSI), de l’Agence de la Protection Civile, des Nations Unies et d’autres organismes locaux et internationaux présents sur le terrain bien avant le passage du séisme.

1. L’économie post-séisme

1.1. Le secteur commerce et ses principaux dilemmes

  • 4  Le terme a été employé par un des étudiants de cette université. Il s’agit bien sûr de l’Universit (...)
  • 5  R. Boulos, entretien de du 23 février 2010.

4« Pour la première fois depuis le séisme, un avion de ligne s'est posé sur l'aéroport de Port-au-Prince », rapporte France 2, le 20 février 2010. L’avion qui a atterri ce vendredi matin 19 février sur la piste de l'aéroport international Toussaint-Louverture, en provenance de Miami, appartient à la compagnie American Airlines. En effet, depuis le tremblement de terre du 12 janvier, l'aéroport de la capitale haïtienne servait uniquement à l'acheminement de l'aide internationale. La présence des lignes commerciales dans la capitale annonce la reprise des activités économiques dans le pays. Cependant, cette reprise cache bien des déboires et des difficultés auxquels doit faire face le secteur commerce le lendemain de la catastrophe. Dans la capitale haïtienne, de nombreux magasins ont été détruits par le séisme, d’autres, gravement endommagés, ont été incendiés après qu’ils aient été pillés par des riverains ou des passants en quête de survie. Ingénieur R. Boulos, un des ingénieurs responsables de la construction de ce qui serait « la plus belle université haïtienne »4 si elle n’était pas complètement détruite, pense que le pire est à venir dans ce pays. Selon l’ingénieur, « le pays est actuellement au bord de l’explosion », car « les gens de la classe moyenne qui, ayant déjà fourni d’énormes efforts pour arriver à un niveau de vie plutôt commode, ne consentiront jamais à vivre dans les conditions misérables que vivent les sans-abri actuellement ». Après avoir tout perdu, et « si d’ici quelques temps rien n’est fait pour les aider à retrouver leur vie d’avant, viendra alors la confrontation puis l’explosion »5, estime Boulos.

5Par ailleurs, le petit commerce semble lui aussi se retrouver au bord du gouffre après cette catastrophe. Extrêmement touché, il n’arrive plus à satisfaire la demande des consommateurs. Car, la plupart des marchés de la capitale et de ses banlieues ont été détruits et la dernière perte en date remonte 26 avril 2010. Ce jour-là, le plus ancien marché de la capitale, le Marché de la Croix-des-Bossales, a été ravagé par un violent incendie. En plus des pertes, il y a aussi le fait que les rares marchés restants ou en activité sont mal approvisionnés. Alors, pour tenter de gagner un peu d’argent, on essaie de créer « des petits boulots pour survivre le temps que l’économie reprenne » (Garcia, 2010). Certains Haïtiens réinventent l’art de la débrouille, en tentant de recycler des débris de ferraille et autres matériels retrouvés dans les ruines ou sous les décombres. D’autres s’efforcent de faire fonctionner tant bien que mal leurs petites entreprises. Car en Haïti le lendemain de la catastrophe, les services qui fonctionnent le mieux sont les agences de transferts d’argent et les centres d’appels internationaux, très sollicités par les populations sinistrées. Il est vrai qu’il existe un vrai dynamisme dans le domaine, mais cela ne suffit malheureusement pas à remettre l’économie haïtienne sur pieds. Les ressources nécessaires au fonctionnement de la petite industrie et du petit commerce manquent gravement après le séisme, il s’agit d’électricité, de téléphone, d’internet, de routes, d’eaux potables et autres.  Prenons, par exemple, les centres d’appels qu’utilisent beaucoup les survivants le lendemain de la catastrophe pour communiquer avec leurs proches à l’étranger, pratiquement tous fonctionnent à l’aide de l’internet, or le service d’internet a lui aussi été affecté et ne fonctionne pas de manière aussi efficace.

  • 6  Gouvernement de la République d’Haïti, PDNA, « Les grands chantiers pour l’avenir », mars 2010, p. (...)
  • 7  Radio Métropole, « Forum d’affaires et d’investissement pour la reconstruction d’Haïti », 27 avril (...)

6Par ailleurs, beaucoup pensent que cette reconstruction doit passer par « une restauration des circuits économiques et financiers, l’accès à l’électricité et autres ». Ainsi le gouvernement, dans un rapport publié au mois de mars, pense refonder « la Nation haïtienne en transformant la catastrophe du 12 janvier 2010 en une opportunité pour qu’Haïti devienne un pays émergent d’ici 2030 »6. Dans ce sens, la volonté de la société civile ne diffère pas de celle du gouvernement. Les 26 et 27 avril 2010, à Santo Domingo, République dominicaine, les hommes et femmes d’affaires du pays ont organisé, avec l’aide de la Chambre de commerce et de l’industrie haïtienne, un Forum d’affaires visant à faciliter les investissements et les co-entreprises, en particulier dans les secteurs présentant des emplois rapides. Ces entrepreneurs ont exprimé leur volonté d’élaborer un « plan stratégique » en vue de bénéficier des avantages commerciaux offerts notamment par les accords de libre échange avec l’Union Européenne et les Etats-Unis d’Amérique, d’établir des mécanismes pour faciliter la participation des sociétés dominicaines et haïtiennes dans des alliances commerciales et aussi de définir les priorités pour un plan d’action pour le développement économique durable et un plan d’action public-privé7. Mais la catastrophe du 12 janvier n’a pas affecté que le commerce et l’emploi qui sont les deux principaux moteurs de l’économie locale. Elle touche également au secteur culturel, car la plupart des festivités et activités culturelles ont été annulées par le séisme. Ainsi, le carnaval haïtien a été arrêté en pleine préparation, une perte considérable tant sur le plan économique que sur le plan culturel. Une reprise de certaines activités culturelles a été prévue pour le début du mois de mai, mais dans le contexte actuel toute reprise est difficile et pratiquement rien n’a véritablement bougé depuis environ six mois.

1.2. L’aide humanitaire, la production locale et les grands chantiers de l’économie

  • 8  Voir l’article «  Haïti : l’aide alimentaire risque de concurrencer l’économie locale », Le Nouvel (...)
  • 9  Voir « Intégrer les produits locaux dans le programme alimentaire », Le Nouvelliste, 23 Février201 (...)
  • 10  Voir, « Le plan de relance de la production nationale critiqué par les producteurs de café », Le F (...)

7La distribution dans le pays de l’aide humanitaire internationale, le lendemain de la catastrophe, a suscité un vif débat et créé une sérieuse polémique entre partisans et opposants de l’assistanat. En effet, le riz et l’haricot, que distribuent certains ONG, font partie des rares denrées que produit le pays. Ainsi, la distribution de ces produits sur le territoire national semble entrer en concurrence directe avec la production locale. C’est du moins l’idée véhiculée par ceux qui s’opposent à cette aide sur le terrain. Par conséquent, « l'aide alimentaire apportée à Haïti par la communauté internationale depuis le séisme du 12 janvier doit cesser afin de permettre au pays caribéen de relancer son économie et créer des emplois » estime le président René Préval. Car, « si on continue d'envoyer de l'extérieur de la nourriture et de l'eau, ceci va entrer en compétition avec la production nationale haïtienne et avec le commerce haïtien », précise le chef de l’État qui pense que « maintenant il faut penser de plus en plus à la création d'emplois pour que les gens soient rémunérés et pour qu'ils puissent se mettre au service d'Haïti »8. Une autre réflexion un peu plus nuancée vient du coordonnateur de la Commission de l'assistance alimentaire en Haïti, Michel Chancy, qui croit qu’« il est donc crucial de stimuler la production agricole … il faut d'abord effectuer de bons calculs et prendre de bonnes décisions à cet effet pour qu'au fur et à mesure la production nationale assure la sécurité alimentaire du pays »9.
En effet, s’agissant du débat sur la production locale et l’aide humanitaire internationale, il est important d’être prudent. Car, entre la question de la concurrence à la production locale et la production effective du pays, il y a sans doute le besoin d’une véritable discussion parce qu’en Haïti, en matière de produits alimentaires, l’offre a toujours été inferieure à la demande. En d’autres termes, le pays ne produit pas suffisamment pour pouvoir nourrir la population locale sans recourir à l’importation. Lors du Forum agricole, organisé les 23 et 24 avril 2010 par les principaux experts du secteur, les principaux intervenants ont témoigné leur bonne volonté de faire de la production locale leur priorité. Ils ont fait ressortir l'importance d'orienter le programme alimentaire vers les produits locaux et ont cru nécessaire d’informer et de conscientiser la population locale à cet effet, de l’enseigner à mieux comprendre et à mieux évaluer les mesures et les actions à venir. Cependant, certains agriculteurs, tels par exemple les producteurs de café, trouvent le plan de relance de la production nationale trop restreint et pas assez adapté à la réalité agricole du pays, parce que ce plan ne tient pas compte du développement de la culture caféière qui génère beaucoup de devises10.

  • 11  Oxfam International, « Haitians say jobs key to recovery », 30 mars 2010.
  • 12  Oxfam International, ibid.
  • 13  Pour plus de détails sur le travail de l’organisme dans le secteur de la fabrication de prothèses (...)

8L’économie d’un pays dépend en grande partie de sa production. Par conséquent, un pays qui ne produit pas, n’est plus à même de nourrir correctement ses habitants, de créer de l’emploi ou de dynamiser son économie. Les Haïtiens en sont plus que conscients. Ils croient même que « l’emploi est la principale clé de la reconstruction »11. Selon une étude financée par l’organisme international Oxfam et réalisée sur plus de 1700 individus, le besoin le plus important et le plus pressant des Haïtiens est l’emploi (26 %), viennent ensuite l’école (22 %) et le logement (10 %). L’étude a été réalisée le lendemain de la catastrophe et concerne plutôt les populations des zones urbaines. Elle révèle que les Haïtiens ont très peu confiance en leurs dirigeants, et en particulier le gouvernement dans son habilité à gérer de façon unilatérale le plan de reconstruction qui a été discuté à New York, le 31 mars 2010. Ils pensent qu’il serait plus intelligent de confier la gestion et la mise en œuvre de ce plan de reconstruction à une équipe mixte composée des membres du gouvernement central, des gens de la société civile haïtienne ainsi que des représentants de la communauté internationale12. D’ailleurs, la présence de Bill Clinton au sein de la commission (CIRH) pour la reconstruction du pays rassure beaucoup d’Haïtiens. D’autres pensent, en revanche, que la présence de l’ancien Président américain ne change pas grand-chose et qu’il est juste venu défendre ses intérêts personnels et ceux de son « compère et ami de toujours Jean-Bertrand Aristide ».
Mais « Haïti doit se relever », martèle-t-on dans les réunions publiques, dans les colloques, dans les conférences, dans les rues de la capitale et ailleurs, mais l’idéal pour les Haïtiens serait un relèvement prompt et responsable. Créer des emplois en vue de satisfaire les besoins d’avant et ceux générés par le séisme, c’est ce que font certains Haïtiens pour qui le séisme a été l’occasion d’apprendre et de professer de nouveaux métiers. Il est vrai que le séisme a été fatal pour des milliers d’Haïtiens, tels ceux qui sont morts, ceux qui ont laissé sous les décombres une partie de leur corps (une jambe ou un bras) et, en particulier, tous ceux qui doivent ensuite apprendre à porter des prothèses. Mais, il a aussi été l’occasion pour d’autres d’en fabriquer. En effet, le séisme a engendré un grand nombre d’éclopés. Entre 2 000 et 4 000 environs depuis la catastrophe et le bilan peut s'avérer plus important, puisqu’« aucun décompte n'a été réalisé lors de la première vague d'amputations », c'est-à-dire « durant les trois premiers jours qui ont suivi le séisme », souligne Silvia Fommella, porte-parole de l’organisme Oxfam International13. En effet, pour répondre aux besoins en matière de prothèse, des centres de fabrication et de rééducation ont été ouverts, créant ainsi quelques emplois pour certains et de nouveaux métiers pour d’autres. Même étant sur une échelle restreinte, cette telle démarche participe sans nul doute au dynamisme socioéconomique dont le pays a besoin pour redémarrer et que l’on observé dans pays le lendemain de la catastrophe. Un tel dynamisme est aussi nécessaire dans d’autres secteurs de la société, tels le logement, l’éducation, les transports et  la communication.

  • 14  J. Barbara, entretien du 22 mars 2010.
  • 15 Ibid., p. i.

9Mais pour que la reconstruction soit vraiment effective, « Haïti doit faire appel à ses enfants vivant à l’étranger »14 estime Barbara, une jeune femme d’une trentaine d’années vivant à Pétion-Ville. Barbara travaille comme secrétaire dans l’une des facultés publiques de la capitale et elle pense que « sans la participation de tous les enfants du pays, la reconstruction sera compliquée ». D’ailleurs, ce point de vue est aussi celui de nombreux autres interlocuteurs interrogés sur le terrain. Ils pensent que le gouvernement haïtien doit, de manière officielle, inviter la diaspora à prendre une part active dans le processus de reconstruction. Néanmoins, beaucoup se posent la question de savoir si la diaspora voudrait effectivement aider au développement d’Haïti parce que ces derniers ont longtemps été tenus à l’écart des affaires politiques du pays, ce qui encore vrai aujourd’hui. Dans « La diaspora, un secteur clé dans la reconstruction d’Haïti » (Jean-Baptiste, 2010) Esau Jean-Baptiste montre que l’idée a été longuement débattue par des experts de la communauté internationale bien avant la catastrophe du 12 janvier. En effet, « construire la paix en Haïti » revient à « inclure les Haïtiens de l’étranger », si l’on croit le rapport de synthèses et de recommandations publié par l’International Crisis Group de la région Amérique latine/Caraïbes le 14 décembre 2007. Selon ce rapport, la diaspora est déjà prête à aider Haïti, comme elle l’a d’ailleurs toujours fait. Mais, pour intensifier ses actions et « éliminer les barrières formelles et informelles qui limitent encore son plein engagement », elle a besoin de l’assistance du gouvernement. En réalité, l’inversion de la fuite des cerveaux ramènerait au pays plusieurs centaines de professionnels qualifiés et élargirait grandement les capacités de gestion de la nation. Mais pour tirer le meilleur parti de ces opportunités, le gouvernement doit expliquer clairement aux secteurs clés de la société et au public en général le bien-fondé d’une politique d’encouragement au retour15.

2. La situation sur le plan politique

2.1. Entre la population et ses dirigeants

  • 16  Hilaire, entretien du 21mars 2010.

10Si avant le séisme la confiance faisait déjà défaut entre les Haïtiens et leurs dirigeants politiques, ce manque de confiance s’est accentué voire amplifié avec la catastrophe. Hilaire, jeune entrepreneur de trente-deux ans, vivant dans la commune de Carrefour, pense que « les dirigeants haïtiens sont incompétents, corrompus, malhonnêtes et indignes ». Pour corroborer ses propos, Hilaire soutient que « même l’ancien Premier Ministre haïtien, Gérard Latortue, a dû prévenir les instances internationales de ne confier ni l’aide humanitaire ni l’aide à la reconstruction aux autorités haïtiennes »16. Il faisait donc référence aux récentes déclarations du Premier Ministre  sur les ondes de France Info le jeudi 14 janvier 2010 où celui-ci avait demandé aux organismes internationaux de ne « pas se précipiter ». Car, « si aujourd'hui à l'aéroport de Port-au-Prince arrivent une dizaine d'avions, ça va créer un chaos beaucoup plus grave encore que le chaos créé par le désastre », avait-il souligné. Mais qu’en est-il vraiment ? Les principaux interlocuteurs interrogés sur le terrain remettent carrément en question la responsabilité des autorités locales. Ils croient que le bilan de la catastrophe serait moins alarmant si la population haïtienne avait été informée voire formée l’attitude à avoir dans de telles circonstances. Car, depuis un moment on commence à comprendre que le séisme ne tue pas si ce ne sont les bâtiments très souvent mal construits.

  • 17  Hilaire, entretien du 21mars 2010, op. cit.
  • 18  Gouvernement de la République d’Haïti, Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haït (...)

11En dehors de quelques déclarations dans les medias et lors de certaines conférences, l’État haïtien est quasiment absent sur le terrain. Les populations sinistrées, elles, se retrouvent dans un état d’abandon quasi-total de la part de leur gouvernement qui, en guise de faire de sa priorité le relogement des sans-abri, préfère s’intéresser à des questions beaucoup moins urgentes telles l’organisation des prochaines élections ou encore la reconstruction des bâtiments publics. Hilaire explique que « quand les autorités haïtiennes avaient appris qu’il y aurait beaucoup d’argent pour la reconstruction du pays, elles se frottaient les mains. Mais après avoir appris par la suite que l’aide sera distribuée par des ONG et non par les autorités locales, elles ont tout simplement boudé l’affaire. Car ces dirigeants se foutent carrément de la population et ne pensent qu’à s’enrichir »17. En effet, les demandes formulées par le gouvernement haïtien auprès de la communauté internationale semblent être les seules actions concrètes réalisées par ce gouvernement depuis la catastrophe. « Haïti s’attend à ce que la communauté internationale réitère son engagement à long terme d’accompagner le pays dans sa refondation et ce, dans le respect du leadership exercé par les Haïtiens et Haïtiennes » lit-on dans le rapport du gouvernement. Plus loin, « Haïti demande aux partenaires internationaux de mobiliser dans l’immédiat les ressources financières nécessaires pour répondre à la situation d’urgence. Pour ce faire, il faut créer des emplois, reloger les sinistrés, ouvrir les écoles et les institutions d’enseignement supérieur tout en préparant la nouvelle rentrée scolaire, donner accès aux soins de santé, préparer la saison cyclonique, combler le déficit dans les recettes fiscales de l’État, redémarrer l’administration publique et relancer les circuits économiques »18. À ces fins, le gouvernement exige que des montants soient décaissés sur un horizon de douze à dix-huit mois.

12Un plan plutôt bien bâti, mais aucune action ou décision concrète visant à définir des solutions appropriées en faveur des déplacés, alors que la saison des pluies (avril à juin) a commencé et la saison des orages (août à novembre) s’approche. Par ailleurs, « aucun recensement complet des sans-abri ou des personnes vivant dans des abris provisoires n'a encore été réalisé » précise Oxfam International dans un rapport, paru en mars 2010 (Ansari, 2010). Pas d’estimations au niveau des distributions ni de données exactes sur les personnes touchées. Alors que des fonds ont été décaissés il y a deux ans en vue de la réalisation des travaux de protection de la population suite aux récentes inondations aux Gonaïves sans qu’aucun projet n’ait été réalisé. La construction du pays peut se révéler compliquée, car l’une des conditions nécessaires pour que cette reconstruction n’échoue pas, c’est « la présence d'une équipe dirigeante qui inspire confiance aux citoyens », note le géographe Pierre Jorès Merat qui croit que l'accumulation, même sur la base élective, de tous les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire aux mains d'un seul homme, de quelques hommes ou d'un groupe plus nombreux, n'inspire pas la confiance de tous les acteurs de la vie nationale. Cela met à mal la légitimité de ceux qui sont aux commandes de la nation. La démocratie ne peut pas être instaurée et maintenue dans le pays en l'absence du consensus d'une majorité des citoyens sur des points essentiels tels que les lois et l'organisation des pouvoirs publics (Merat, 2010).

2.2. Les ONG et l’aide internationale : polémiques et controverses

13Entre les organismes internationaux et non-gouvernementaux qui gèrent l’acheminement et la distribution de l’aide humanitaire sur le terrain et les autorités locales, écartées pour des raisons diverses de la gestion de l’aide, il existe une véritable polémique. Mais, au cœur de cette polémique il y a les populations sinistrées et les déplacés, devenus très vulnérables depuis le 12 janvier, et pour lesquelles l’aide est temporairement leur unique moyen de survie. Même si les déplacés ou les sinistrés en général n’ont pas tous été assistés malgré l’état incontesté de grande nécessité de certains d’entre eux. De plus, s’il est vrai qu’il existe sur le terrain un nombre considérable d’ONG et d’autres organismes internationaux impliqués dans les différents programmes d’aide et de soutien aux Haïtiens, il peut exister un grand fossé entre leur visibilité et leur action effective en termes d’aide humanitaire. Il faut aussi souligner que pendant que certains de leurs membres se bronzent au soleil et sur nos plages désertes, d’autres, en revanche, semblent déterminés et très impliqués dans leurs travaux humanitaires et dans le processus de reconstruction du pays. En réalité, leur présence et leurs actions demeurent très controversées et la distribution de l’aide s’avère être mal organisée.

  • 19  Bob, entretien du 21mars 2010.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

14Bob, un jeune fonctionnaire de trente cinq ans qui travaille en tant que superviseur au Conseil électoral provisoire haïtien (CEP), estime que « ces organismes non-gouvernementaux, qui disent vouloir aider les Haïtiens en difficultés après la catastrophe, font très mal leur boulot »19. Les précisions qu’il apporte sont aussi celles que fournissent la plupart de nos interlocuteurs pour expliquer pourquoi l’aide n’a pas aboutit. Ils expliquent que ce sont des étrangers et non des Haïtiens qui gèrent la distribution et, en plus, les plus nécessiteux ne sont pas ceux qui en bénéficient le plus. Ainsi, ne voulant laisser cette responsabilité de la distribution à des organisations locales et aux dirigeants haïtiens, jugés trop corrompus, les ONG se retrouvent face à un dilemme qui est la méconnaissance du terrain20. Bob souligne le fait que « ces étrangers, ne connaissant pas le terrain, doivent dépêcher des Haïtiens afin de procéder à un soi-disant recensement des foyers sinistrés pour pouvoir ensuite leur donner des cartes d’invitation à distribuer ». Cependant dans certains cas, poursuit-il, « les familles ne reçoivent jamais ces fameuses cartes qui leur permettraient de se présenter dans les zones de distribution en question afin de recevoir l’aide alimentaire promue »21. En effet, Bob remet en question le sérieux de ces organismes qui, voulant opérer seuls sans l’aide des autorités locales, semblent tomber dans leur propre piège, laissant ainsi des milliers de foyers sinistrés sans aucune assistance.

3. Les conditions sociales et sanitaires

3.1. Activités quotidiennes et vie communautaire

15Le séisme du 12 janvier a généré dans le pays toute une série de discours idéologiques et religieux qui se sont matérialisés, le lendemain de la catastrophe. Parmi les maux dont souffre la société haïtienne post-séisme, il y a les assauts répétés des protestants et évangélistes à l’encontre des vodouisants, considérés depuis toujours comme des serviteurs de Satan. Dans les trois mois qui ont suivi le séisme, pratiquement aucune cérémonie vodou n’a été possible dans le pays ou plus particulièrement dans les zones touchées. L’une des rares cérémonies dont ont été témoins les habitants de la capitale, si ce n’était la première et la seule organisée dans ce laps de temps, a été observée à Bizoton dans la banlieue de Carrefour le 19 mars 2010, sous forte escorte policière. La cérémonie a été célébrée par le très populaire prête du Vodou, Jacques dit Jouala (son surnom mystique) qui réside régulièrement à la Martinique, mais qui ne rate jamais une occasion pour honorer ses dieux africains. Et 19 mars et 2 novembre font partie de ces dates clés pour lesquels il se voit obligé d’effectuer le voyage du retour pour honorer ses promesses ou son engagement envers ses lwa (ou loas). Mais depuis qu’on a assimilé les secousses du 12 janvier à des « fléaux de Dieu »(Quenet, 2010) ou des châtiments divins et que l’idée a été véhiculée via les stations de radios locales par des journalistes et par des personnalités bien connues de la population, les pratiquants du Vodou ont décidé de faire profil bas. D’ailleurs, les propos du consul haïtien au Brésil, Georges Samuel Antoine, sont connus pour être les déclarations les plus fracassantes, les plus choquantes et aussi les plus virulentes à l’égard des vodouisants haïtiens. Le diplomate pense que le Vodou, principal héritage africain, serait synonyme de malédiction pour Haïti et donc la principale cause du séisme. Les Haïtiens et Haïtiennes « pratiquent tant le vaudou qu’ils ne comprennent plus ce que cela représente. L’africain en soi est porteur de malédiction » (Réseau alternative haïtien d’information, 2010), affirme-t-il dans une dépêche parue le 28 janvier 2010.

  • 22  Entretien téléphonique entre Vince et Noune, 21 janvier 2010.
  • 23  Luc Vigneault, citant H. Arendt dans « Hannah Arendt et la critique de l’universalisme. Les sans É (...)

16Une information ou une interprétation intéressante du séisme a été véhiculée par la presse locale, faisant passer la catastrophe pour un essai nucléaire américain dans le pays. L’information a même traversé l’Atlantique. Car, le 16 janvier, Jeff, jeune étudiant de trente-deux ans vivant à Paris, arrive finalement à joindre un membre de sa famille après de multiples tentatives sans succès. Il a eu au bout du fil, sa cousine Noune, vingt-deux ans vivant à Carrefour, une banlieue de la capitale, qui lui confie que «à la radio, certains disent qu’il s’agit d’un essai nucléaire américain, qu’est-ce que t’en dis, toi ? ». Il est vrai que « rien n’est impossible dans ce monde, mais pour le moment, prend-le comme un phénomène naturel »22, lui répond Jeff qui le lendemain appelle Vince, un autre étudiant parisien d’origine haïtienne pour discuter avec lui de ce qui a pu motiver de telles allégations et inciter de telles réactions de la part de certains membres de la population locale. En revanche, au-delà des spéculations et des réflexions pessimistes véhiculées à travers la presse et relayées par certains membres de la population, le séisme a aussi été perçu comme « une occasion unique pour un nouveau départ » (Ansari, 2010), comme le présente, Oxfam International, un des organismes présents sur le terrain,  dans un article paru en mars 2010. Dans cet article, l’organisme fait remarquer que « mal gérée, la reconstruction ne fera que perpétuer les inégalités en favorisant les plus riches et en rendant encore plus vulnérable les plus démunies. En revanche, bien menée, elle peut contribuer à offrir un avenir meilleur à l’ensemble de la population haïtienne ». L’objectif de la reconstruction, poursuit l’article, est de « réduire la pauvreté et l’instabilité et de faire d’Haïti un pays plus équitable »(Ansari, 2010). En réalité, la catastrophe n’a pas fait disparaître les inégalités qui existaient auparavant dans le pays. Au contraire, ces inégalités ont été accentuées, en prenant des formes diffuses, instables parfois violentes, de façon contradictoire « au principe égalitariste du droit de chacun à avoir des droits »23. Les femmes, par exemple, n’ont toujours pas trouvé toute leur place dans le processus de reconstruction qui s’annonce dans le pays depuis le séisme.

  • 24  France, entretien du 24 février 2010

17Même si les statistiques ne sont pas encore en mesures de déterminer la proportion de femmes victimes de ce séisme, les pertes sont quand même considérables. Parmi elles, des cadres, des étudiantes, des commerçantes et aussi beaucoup de mères qui élevaient seules leurs enfants et qui sont disparues, laissant aujourd’hui leurs enfants orphelins parfois sans espoir ni avenir. Le Bureau des Nations-Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) dénonce l’absence des femmes dans les débats sociaux et politiques et en particulier lors de la Conférence de New York, le 31 mars 2010. Cette absence, selon l’organisme, est « le signe général d'un manque de prise en compte de l'opinion des femmes quant aux perspectives de reconstruction à long terme en Haïti ». En effet, « pourquoi ne sommes-nous pas là maintenant ? Où sont les femmes à cette conférence ? »(OCHA, 2010 : 1) s’interroge Marie St. Cyr, défenseuse haïtienne des droits humains, parlant de l’absence remarquée des femmes à cette conférence décisive pour le pays. Ceci est peut-être la preuve que les conséquences de la catastrophe ont été aggravées non seulement par le niveau de pauvreté, mais aussi par les inégalités extrêmes qui prévalaient dans le pays bien avant le séisme.
Dans ce système inégalitaire qui prédomine en Haïti depuis déjà deux siècles, les femmes ne sont pas les seules victimes, les enfants aussi. L’éducation, la deuxième priorité des Haïtiens après l’emploi, a aussi été gravement affectée par le séisme. Il est vrai que le gouvernement haïtien ainsi que des organismes internationaux, tels que UNICEF et autres, semblent mettre tout leur poids dans la balance en faveur d’une réouverture rapide des classes. Mais, sur le terrain, les conditions ne sont pas réellement réunies pour une telle réouverture prévu pour le 5 avril 2010. Dans certains endroits de la capitale, des tentes ont servi de salles de classe, alors que dans d’autres endroits, des établissements endommagés ont été « rapiécés » dans le but d’accueillir au plus vite des écoliers, sans réellement se soucier de leur sécurité. Soulignons que la plupart de ces établissements ne résisteraient pas à un choc similaire à celui du 12 janvier 2010. France, une jeune élève de dix-huit ans qui vit avec sa mère dans la banlieue de Carrefour, raconte que « ma salle, qui se situe au premier étage du bâtiment, a été à moitié détruite. ils ont juste retouché les mûrs endommagés et nous ont fait venir comme si de rien n’était »24. Alors que revenir suivre des cours sur les lieux où certains assistaient à la mort de leurs condisciples, peut représenter un choc traumatisant pour nombreux d’entre eux qui n’ont toutefois pas d’autres choix s’ils veulent sauver leur année scolaire.

18En effet, les plus vulnérables non plus ne sont pas épargnés par les difficultés engendrées par ce séisme. Ils sont de ceux qui bénéficient le moins de l’aide humanitaire distribuée depuis la catastrophe. À Carrefour, dans le quartier de Bizoton, Aline, une dame de soixante-dix ans, raconte sa vie post-séisme :

  • 25  Aline, entretien du 14 mars 2010

Aujourd’hui 14 mars 2010, je n’ai toujours pas vu où est passé l’aide internationale que l’on nous a promis. J’entends dire que des distributions se font vers les banlieues proches de l’aéroport et au centre-ville mais pas dans notre quartier à Bizoton. Personne ne nous informe sur les conditions, les modalités ou les lieux de distribution et je n’ai pas envie de me faire bousculée, piétinée voir écrasée par les distributeurs et leurs agents de sécurité, comme je l’ai vu ce week-end à la télé. J’ai besoin d’une tente parce que ma maison est quasiment détruite et parce que je dors à la belle étoile, mais je suis trop vieille pour ce genre d’exercice. C’est fait pour des gens plus robustes et plus aventuriers que moi25.

19Aline vit dans une maisonnette d’environ 40 mètres carrés avec son mari et l’aîné de ses trois fils. Aline a pour habitude de préparer à manger quasiment tous les dimanches pour sa grande famille, invitant ainsi enfants et petits enfants à déjeuner avec elle à la maison. Mais ce dimanche 14 mars, elle avait deux soucis majeurs : la peur de réunir toute la famille sous un même toit alors que des répliques du séisme se faisaient encore sentir et aussi le souci de n’avoir pratiquement rien trouvé au marché de Bizoton où elle fait habituellement ses courses. Le fait de ne pas pouvoir nourrir sa famille convenablement ce jour-là, comme elle le faisait auparavant, l’embête énormément. Mais, Aline a un plus grave souci : depuis le séisme, elle souffre d’un trauma psychologique, elle se sent atteinte, bouleversée et n’arrive plus à dormir la nuit.

3.2. Questions de santé et risque sanitaires

  • 26  Notes d’observation, Aéroport Toussaint Louverture, Port-au-Prince, 23 février 2010, 13h26.
  • 27  Aline, entretien du 14 mars 2010, op. cit.

20L’une des conséquences engendrée par le séisme depuis son passage, et probablement la plus grave sur le plan de la santé mentale, est le trauma psychologique dont souffrent la plupart des Haïtiens depuis le 12 janvier. Un observateur qui se rend en Haïti le lendemain du séisme a la possibilité d’observer ces effets traumatiques sur la population. Les exemples de cas sont légion dans la capitale. Le mardi 23 mars 2010 aux environs de midi, Hilaire, qui venait d’accueillir à l’Aéroport International de Port-au-Prince son ami Alvin en provenance de Miami, s’assoit avec son visiteur au bord de la route à quelques mètres de la zone d’arrivée suite à une panne de voiture en attendant un dépanneur qui devrait les conduire à Carrefour. Un bulldozer passe sur la route en direction de la banlieue de Delmas. À quelques mètres de là, un jeune homme, qui dormait tranquillement sous sa tente, se réveille en sursaut quelques secondes plus tard, puis se dirige vers Hilaire et Alvin, disant : « tu l’as senti ? Il vient tout juste de passer ». Hilaire lui sourit puis lui répond : « Mais non mon petit, c’est l’effet provoqué par un bulldozer qui vient tout juste de passer dans la rue et non une réplique ». Mais, « je te comprends », poursuit Hilaire, « car à ta place, j’aurais peut-être réagi de la même façon »26.
Le séisme a eu des impacts immédiats et assez significatifs sur la santé mentale de la population  locale, engendrant des problèmes, allant de la peur à la folie. Notons que le lendemain du drame plusieurs femmes ont été observées, dans les rues de Port-au-Prince et d’ailleurs, avec des poupées dans les bras, signe de la perte d’un bébé ou d’un enfant. Ce triste tableau que nous peignent la plupart de nos interlocuteurs, montre combien les peines sont profondes et les dégâts psychologiques, considérables. Ce trauma psychologique laissé par le séisme est probablement le pire des problèmes auxquels cette population se trouve confrontée depuis le 12 janvier. Ainsi, depuis cette catastrophe, Aline, la vieille dame de soixante-dix ans, ne fait aucun plan pour le lendemain, parce que l’avenir lui paraît trop incertain. Elle ne planifie pas et refuse même de ranger sa chambre, ses affaires et sa petite maison. Elle a peur de «travailler en vain », c'est-à-dire : tout ranger avant qu’une quelconque secousse ne vienne tout déranger ou tout détruire sur son passage. Cette peur qui la hante tous les jours et qui la rend insomniaque, le ronge de l’intérieur. Quand elle arrive à dormir, c’est pour faire des cauchemars qui la terrifie encore plus et qui la rendent beaucoup plus fragile qu’elle ne l’était avant. « S’il tombe une goutte de pluie aujourd’hui, explique-t-elle, je vais commencer par paniquer. Car, elle a vu des choses assez terrifiantes dans son rêve la nuit d’avant « un déluge, qui a tout détruit sur son passage »27.

  • 28  Hilaire, entretien du 21mars 2010, op. cit.
  • 29  Ibid.

21En plus de la peur qu’il engendre, le séisme entraîne aussi une perte de mémoire chez ses victimes. Hilaire étudie le génie civil dans une école privée de la capitale. Il réside dans le quartier de Thorland à Carrefour et travaille à Bizoton où il a créé, il y a deux ans, sa petite entreprise. Hilaire a perdu son proche cousin, Jean-Claude, lors de la catastrophe. De plus, sa résidence ainsi que son entreprise ont été partiellement endommagées. Il a été obligé de déménager sa petite entreprise, un centre multiservices et d’appels internationaux, de son espace habituel pour la faire fonctionner, pendant plus de deux mois, en plein air. Pourtant, quand on interroge Hilaire sur l’état de sa situation actuelle, il refuse de manière systématique de se considérer comme une victime, rejetant toute comparaison avec ceux qui ont tout perdu pendant le séisme. Cependant, il croit que sa santé mentale a été affectée par le drame et se voit plutôt comme un traumatisé qu’une victime. Il lui arrive de chercher partout son trousseau de clés alors qu’il le tient dans la main, ou encore d’oublier un rendez-vous important alors que c’est inscrit en toutes lettres dans son agenda qui est tout le temps sous ses yeux. C’est alors qu’il prend conscience de son trauma, car « ce genre d’oubli ne se produisait pas avant », explique-t-il. ». Le pire, selon Hilaire, c’est qu’« aucun suivi psychologique n’a été prévu par les autorités locales. Chacun essaie à sa façon de remonter la pente. Ceux qui n’arrivent pas sombrent malheureusement dans la folie »28. Dans un cadre purement professionnel et par ses démarches personnelles, Hilaire a eu la chance d’assister à une réunion où l’on conseillait aux gens de l’assistance de trouver les moyens de sortir des zones ravagées, de créer des moments de loisirs et de discuter entre amis, une façon d’éviter l’enfermement ou de fuir l’isolement. Mais, « tout ceci n’a été que strictement privé et n’a eu lieu que dans un cadre restreint qui n’inclut malheureusement pas tous les rescapés du séisme»29.
Sur le plan sanitaire, d’autres faits sont à signaler. La qualité de vie dans les camps de déplacés est de plus en plus précaire surtout quand il n’existe à proximité des camps ni toilettes, ni eau courante. Dans certains camps, laissés à l’abandon, observés sur la route de Léogâne, la canalisation, qui devrait permettre l’écoulement des eaux usées, n’existe pas. Dans d’autres camps équipés de quelques toilettes mobiles ou portatives, les équipements sanitaires de douches et de lessives sont inexistants et les notions d’hygiène et de propreté sont à redéfinir. Dans quasiment tous les camps les gens cuisinent en plein air ou reçoivent un ou deux repas chaud par jour. La distribution de ces repas, dans certains camps de la capitale et d’ailleurs, ne suffit pas à alimenter convenablement les déplacés. De plus, l’absence de canalisation dans la plupart des camps a déjà provoqué la stagnation des eaux usées, produisant des moustiques dans leur proximité, d’où le risque considérable de dengue et de malaria pendant toute la saison des pluies. Ces risques, beaucoup plus évidents dans les camps que dans les abris isolés, sont peut-être les raisons pour lesquelles nombre de sinistrés préfèrent dormir à la belle étoile, à proximité de leur maison endommagée ou en ruine plutôt que de se rendre dans des camps pour déplacés.

  • 30  France, entretien du 24 février 2010, op. cit.

22Trois mois après le séisme, des gens dorment encore à la belle étoile parce qu’ils ne disposent pas de tentes. En effet, il fait plutôt frais la nuit et très chaud la journée et ceci a dû rendre malade un certain nombre de sans-abri, en témoigne France, la jeune écolière de dix-huit ans qui, en maintes reprises, s’est retrouvée « enrhumée et toute trempée quand je me réveille le matin, alors qu’il n’a pas eu de pluie pendant la nuit ». L’effet de l’humidité de la nuit, appelé couramment « la rosée » par les Haïtiens, est la cause de la maladie de France puisqu’elle a attrapé la grippe. Et malgré la grippe elle continue à dormir dans la ruelle bordant la petite maison où elle habite avec sa mère. Au moment de notre enquête sur le terrain, sa situation ne s’était pas améliorée et sa mère espérait encore trouver une tente ou un endroit plus confortable où dormir la nuit. Aujourd’hui, elles vivent dans leur petite maison endommagée malgré le danger qui les menace. Car dans leur quartier, « les gens qui possèdent des tentes, ce sont ceux qui sont en mesure de débourser entre cinq mille et quinze mille gourdes (soit l’équivalent de cent à trois cents euros) pour se procurer une de celles qui étaient censées être distribuées gratuitement au déplacés ou réfugiés, mais moi je n’ai pas ces moyens-là »30, affirme la mère.

3.3. Les questions migratoires : sur le plan local et international

23La capitale haïtienne a été, depuis quelques décennies, la principale zone de concentration de la population haïtienne. L’une des principales causes de cette surpopulation urbaine est la centralisation dans la capitale des services publics et du commerce. Le lourd bilan de la catastrophe du 12 janvier en est, d’ailleurs, une des conséquences. Port-au-Prince est, en effet, l’endroit du pays par où quasiment tout passe, ce qui amène les citoyens des régions rurales qui veulent s'offrir ces services à se rendre obligatoirement dans la capitale. Avant le séisme, près de trois millions d’individus, sur une population totale d’environ 9 millions, vivaient à Port-au-Prince et dans ses environs. Sur les dix départements territoriaux et administratifs du pays, le département de l’Ouest (où se trouve la capitale haïtienne) compte à elle seule trois million et demi d’habitants, soit plus d’un tiers (37%) de la population totale. La deuxième région la plus peuplée, le département de l’Artibonite qui compte un million et demi (16 %), alors que le département du Nord-Ouest n’est habité que par 358 277 individus (4 %), selon une étude de l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI, 2009).
En Haïti, on a souvent attribué la surpopulation de la capitale à François Duvalier et à son politique démagogique des années 1960 qui consistait à amener les habitants des zones rurales dans la capitale, en vue crier « vive Duvalier Président à vie » lors des meeting et des présentations officielles à la télévision. En réalité, Duvalier était sans doute un chef de nature narcissique et pratiquait qui avait pour habitude de pratiquer de temps à autre le culte de la personnalité, voulant se faire passer pour quelqu’un qu’il n’était pas réellement, c’est-à-dire, un leader aimé de son peuple. Ainsi, pour montrer aux yeux du monde qu’il était très populaire, il n’hésitait pas à faire usage de ces gens, qu’il envoyait chercher dans l’arrière-pays, pour remplir les rues de la capitale et applaudir dans ces meetings sans se préoccuper ni de leur hébergement ni de leur retour et sans se soucier de leur devenir ou encore des conséquences que peuvent provoquer leur présence dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Cet aller simple que leur offrait le Président a souvent été fatal pour les démunis, livrés à eux-mêmes, venant grossir les bidonvilles déjà existants et en créant de nouveaux. Même s’il semble évident, en effet, qu’il existe un lien entre la politique de François Duvalier et le surpeuplement de la capitale haïtienne, il est important cependant de souligner que la situation, telle que nous la connaissons, n’a pas commencé avec Duvalier. Le phénomène date du début du XXe siècle, avant même l’occupation d’Haïti par les États-Unis (1915-1934), symbole de l’avènement dans la capitale de certaines entreprises de manufactures américaines.

  • 31  L’affirmation est de Pierre Hennock François, docteur en science de l’éducation. Ces mots, il les (...)
  • 32  Ces chiffres ont été produits par l’agence locale de protection civile et publiés par OCHA, une br (...)

24Un bref clin d’œil historique permettrait peut-être de mieux comprendre ce processus migratoire. Le lendemain de l’Indépendance d’Haïti, en 1804, les anciens esclaves, refusant de travailler la terre au profit d’une minorité, désertent les grandes plantations et les ateliers pour se réfugier dans les campagnes ou encore dans le milieu urbain mais à l’écart des plantations agricoles. À l’époque, Port-au-Prince avait une population relativement dense qui était comparable à celle des villes du Nord et du Sud (Moral, 1961 ; Barros, 1984). La surpopulation de Port-au-Prince a sans nul doute accéléré avec le développement des industries américaines dans la région métropolitaine de Port-au-Prince où sont centralisés les services de l’administration publique ainsi que le commerce. Ainsi certains ressentaient la nécessité de s’installer dans la capitale de façon définitive afin d’éviter des allers et venues trop fréquents entre leurs provinces d’origine et la capitale. À l’époque de cette occupation, une autre partie de la population ira migrer hors des frontières haïtiennes pour échapper à ce qu’elle considère comme une nouvelle forme d’asservissement. Ces Haïtiens faisaient de l’émigration leur cheval de bataille, comme pour bouder l’occupation et perturber l’occupant.
Les catastrophes naturelles peuvent servir de « prétexte à l’action » (Larchet, 2010) tout comme « la nature peut arriver à faire ce que nos dirigeants avaient jusqu’ici négligé »31. Mais la deuxième possibilité semble être plus appropriée à la situation haïtienne le lendemain de la catastrophe. Ces mots résument, en effet, aussi bien les départs des habitants de la capitale vers les zones rurales et les villes de provinces sitôt après le séisme. Car des bus, voire des camions, remplis de passagers en provenance de Port-au-Prince et de ses banlieues, sont partis vers des destinations diverses et variées, créant ainsi l’inverse du phénomène observé il y a quelques décennies dans le pays. Le lendemain de la catastrophe, Port-au-Prince et ses quartiers se sont pratiquement vidés. Les résidents de la capitale et de ces zones environnantes partent par milliers à la recherche d’endroits ou de villes non saccagées ou non touchées par le séisme du 12 janvier, telles que le Cap-Haitien, les Cayes, Jérémie, Gonaïves et autres. Le 17 février, soit un mois après le passage du séisme, les Nations Unies estiment à 511 405 habitants le nombre de personnes ayant laissé la capitale en direction des campagnes et des villes de provinces. Un peu plus d’une semaine plus tard, ce nombre est passé à 604 215 individus, alors qu’ils n’étaient que de 235 000 le 24 janvier 2010, soit un mois plus tôt32. Ces chiffres montrent bien le rythme avec lequel cette migration de la capitale vers l’intérieur des terres a progressé depuis le début de la catastrophe. Notons que parmi les migrants, on retrouve à la fois des gens originaires des villes de provinces ou des campagnes qui sont partis se refugier, mais aussi des natifs de la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

25Mais bizarrement et de manière presque paradoxale, certains de ceux qui étaient partis se refugier loin de la capitale y sont déjà de retour vers la fin du mois de mars. Un reporteur de Courrier International en a aussi fait le constat qu’il relate dans son article « Les réfugiés reviennent à Port-au-Prince », paru le 1er avril 2010. Dans cet article, l’auteur rapporte les péripéties d’Elysée, un natif de Hinche, chef lieu du département du Centre, situé à 128 km de Port-au-Prince. Revenant de sa ville natale, Elysée, l'air fatigué, portant un sac contenant des vivres alimentaires sur la tête, s'apprête à prendre une camionnette pour se rendre sur les ruines de sa maison à Delmas, dans la banlieue de Port-au-Prince. "J'aime vraiment les villes de provinces et en particulier ma ville natale, certes, mais cela ne suffit pas pour y habiter », lance-t-il. « On n'a pas accès à tous les services et personnellement, j’ai besoin d’un boulot pour répondre à mes besoins. Même si je suis traumatisé, je recherche un emploi pour pouvoir subsister »33, ajoute-t-il, plaidant pour une politique de décentralisation des services de l'État (Daudier, 2010).
Les raisons de ce retour précipité dans les zones dévastées sont multiples. Ainsi, suite à la pluie qui s’était abattue sur la région du Sud et qui a engendrées fin février d’importantes inondations dans la région et plus particulièrement à Cavaillon et dans la ville des Cayes, un certain nombre des réfugiés de cette région ont jugé nécessaire de revenir dans la capitale, malgré les conditions de vie difficiles. La secousse du 20 mars qui a été ressentie dans la ville du Cap-Haitien, dans la région du Nord, où se refugiaient un important nombre de déplacés pourrait aussi être l’une des causes des retours dans la capitale  en provenance de cette région. D’ailleurs, depuis qu’il a été annoncé sur les ondes de radios locales que la région du Nord est menacée par un important séisme34, on devrait s’attendre à d’autres flux de retour vers la capitale et ses banlieues dans les mois voire les semaines qui ont suivi ces premières secousses. On peut aussi penser que des retours ont été possibles pour des raisons de survie alimentaire ou pour des raisons économiques. Car aujourd’hui encore, tout passe par Port-au-Prince, même l’emploi, puisque la décentralisation tant attendu dans le pays depuis la fondation de cette république n’a toujours pas encore été déclenchée. De plus, l’aide humanitaire est plutôt concentrée à Port-au-Prince et dans ses banlieues. En effet, dans ce pays où pratiquement tout est importé, il est fort probable que certains retours vers la capitale dévastée soient stratégiques au sens qu’ils seraient guidés par une certaine volonté de survie de la part des déplacés.

  • 35  Par exemple, la durée du séjour temporaire aux États-Unis, pour ceux qui disposent d’un visa, va d (...)

26En Haïti, à chaque grand événement politique ou à chaque désastre correspond une vague migratoire, c’est ce que nous appelons une « migration circonstancielle ». Le séisme du 12 janvier a provoqué un mouvement migratoire local, mais le phénomène a pu déborder de ses limites locales et nationales et prendre ainsi une dimension internationale. En effet, « les rescapés du séisme fuient toujours Haïti » (Portes, 2010), et chacun a ses raisons de fuir. Le lendemain du séisme, des dizaines de milliers d’Haïtiens laissent le pays pour destination étrangère. Néanmoins, l’accueil des Haïtiens, même en situation de catastrophe naturelle, demeurent très délicat et l’avenir du migrant haïtien, très incertain. Quelle que soit son appartenance sociale, le migrant haïtien qui cherche à se refugier à l’étranger après le 12 janvier est confronté à un souci commun qui est l’incertitude. Faudrait –il préciser, par ailleurs, que le séisme a créé trois catégories de migrants, en fonction du statut social de chacun. La première catégorie est composée d’Haïtiens disposant de visas ou de cartes de séjour pour les États-Unis ou le Canada. Ils s’en servent après le séisme pour s’éloigner un moment du pays ou de la capitale dévastée. Certains d’entre eux ont dû quitter le pays dès le 13 janvier, en passant par la République Dominicaine voisine, pour un séjour à l’étranger qui peut aller de quelques jours à six mois pour les détenteurs de visas ou indéfiniment pour ceux qui détiennent une carte de séjour ou qui résident de manière régulière à l’étranger 35.
La deuxième catégorie est celle des boat people qui sont parti sans visa, ni aucune autorisation légale de la part des autorités du pays d’accueil. Ces gens pourraient bien se retrouver dans la première catégorie, mais leur statut socioéconomique ou tout simplement un dossier de résidence en cours de traitement leur a empêché d’avoir un visa temporaire ou touristique. Néanmoins, les réactions et les stratégies de survie restent les mêmes. Mais, ces demandeurs d’asile ont été pour la plupart interceptés en mer et rapatriés dans le nord du pays, alors que d’autres, emprisonnés, attendent le même sort, celui du rapatriement. Cette situation est comparable à celles qu’ont déjà connues  d’autres boat people haïtiens dans le passé, même si les raisons de départ ne sont plus les mêmes. Ces Haïtiens, considérés comme « indésirables » par certains dirigeants des pays développés, sont probablement ceux qui souffrent le plus dans leur démarche de survie.

  • 36  Voir « Des sans-papiers haïtiens libérés par les services de l’immigration », Le Floridien, 1-15 a (...)

27Dans la troisième catégorie qui, elle, est beaucoup plus caractéristique au phénomène du 12 janvier, on compte un certain nombre d’Haïtiens qui se sont retrouvés malgré eux dans une situation d’irrégularité à l’étranger (notamment au Canada et aux Etats-Unis). Parce que, le lendemain de la catastrophe, ils ont emmené à l’aéroport Toussaint Louverture des ressortissants américains et canadiens mineurs pour être rapatriés dans leur pays respectif. Les militaires américains, étant les premiers à débarquer et à occuper le terrain, avaient mis à disposition des ressortissants américains qui voulaient quitter Haïti quelques-uns de leurs avions. Ainsi quelques dizaines d’accompagnateurs haïtiens (proche-parents ou tuteurs des mineurs d’origine haïtienne) ont dû tomber dans le piège après avoir été invités à monter à bord de l’avion afin d’accompagner ces enfants américains (et canadiens) jusqu’à leur destination finale. Car on ne pouvait les laisser sans surveillance, c’est à dire, seul sans un adulte qui saurait les rendre à qui de droit, une fois débarqués aux Etats-Unis. Mais ces accompagnateurs, sans documents de voyage et parfois sans une carte d’identification en poche, iront vite se retrouver dans une situation très délicate une fois en terre d’accueil. Migrants malgré eux, ils se sont retrouvés piégés. La plupart d’entre eux ont été arrêtés et emprisonnés en attendant leur rapatriement dans leur pays d’origine.
Dans « Des sans-papiers haïtiens libérés par les services de l’immigration », le journal communautaire haïtien, Le Floridien, relate la présence d’une « trentaine d’haïtiens arrivés aux États-Unis, sans passeport ni visa, après le séisme du 12 janvier, et qui étaient détenus par les services de l’immigration, ont été libérés [le] jeudi 1er avril 2010 »36. Selon le ministère américain de l’Intérieur, soixante cinq ressortissants haïtiens au total ont été placés dans des centres de rétention, en Floride et dans d’autres États alors que les États-Unis d’Amérique viennent d’accorder le statut de protection temporaire aux Haïtiens dont la date d’arrivée est antérieure au 12 janvier 2010. Migrants malgré eux ces nouveaux réfugiés se retrouvent donc dans une impasse et peuvent être expulsés à n’importe quel moment. Les autorités américaines n’ont rien indiqué, concernant l’avenir de ceux qui sont encore enfermés. En résumé, ils ont été invités à monter à bord d’un avion, puis forcés de repartir chez eux malgré la situation en Haïti.

Conclusion

28Les chantiers de la reconstruction sont considérables, vu l’ampleur des dégâts engendrés par le séisme le 12 janvier, surtout que les secousses ont détruit la région considérée à la fois comme étant la zone la plus peuplée et aussi le centre économique et administratif du pays. La reconstruction des zones dévastées, la rénovation urbaine, la réparation du réseau routier, la mise à niveau ou la restructuration des pôles régionaux de développement, la préparation de la saison cyclonique, l’aménagement du territoire et la décentralisation sont autant de projets en perspectives. Sans oublier les revendications et les priorités de la population qui sont l’emploi et l’éducation. Certains voient dans cette catastrophe, une occasion unique d’avoir en Haïti un État plus social, plus juste et plus équitable qui travaillerait à réduire les inégalités et qui serait capable d’emmener le pays sur les voies du développement. Selon les recommandations de certains organismes internationaux sur le terrain, tels Oxfam International, la reconstruction doit être inclusive, responsable et doit être menée par les Haïtiens et non par les ONG. Elle doit être menée par un État fort qui sait tirer les leçons du passé et peut prendre les mesures nécessaires, tout en luttant contre la corruption (Ansari, 2010 : 15-21).
D’autre part, même s’il est vrai que les dégâts matériels et les pertes en vies humaines sont considérables et même s’il est aussi vrai que les conséquences du séisme sur la société haïtienne sont multiples et diverses, il faut aussi souligner l’exemple de courage que témoigne le peuple haïtien. Les sinistrés ont fait preuve de volonté en se donnant comme objectif la reconstruction rapide du pays et une reprise en main sans condition de leur destinée ou de leur avenir et en luttant avec quasiment la même vigueur et la même détermination qu’ils s’étaient battus contre la colonisation, contre l’esclave, contre l’occupation ou contre l’isolement. Par ailleurs, si pour certains le séisme symbolise le chaos et la désolation, il est pour d’autres synonyme d’espoir, l’espoir que l’avenir ne peut qu’être meilleur (Ansari, 2010). Cet espoir que génère cette catastrophe a déjà servi à redonner à de nombreux survivants le goût de vivre à nouveau dans ce pays qui est pour la plupart « l’endroit du monde où ils se sentent le plus valorisé et le plus en sécurité ».Il apparaît que les Haïtiens ont compris qu’ils doivent utiliser toutes les forces du pays, ainsi que celles de la diaspora dans la reconstruction de leur pays. C’est même devenu un impératif au lendemain de cette catastrophe qui a causé de nombreuses pertes au niveau des cadres du pays, lequel souffrait déjà bien avant de la fuite des cerveaux. D’ailleurs, à New York, à Boston ou en Floride, les Haïtiens de la diaspora (professeurs d’université, avocats, ingénieurs et cadres politiques) ont été nombreux le lendemain du séisme à manifester leur volonté d’aider leurs compatriotes en détresse (Jean-Baptiste, 2010).

Haut de page

Bibliographie

Alphonse R. (2010). « L'initiative Quisqueya », Le Nouvelliste, 28 avril.

Ansari A. (2010). Haïti : une occasion unique pour un nouveau départ, Oxfam International.

Barros J. (1984). Haïti de 1804 à nos jours,deux tomes, Paris, L'Harmattan

Daudier V. (2010). « Les réfugiés reviennent à Port-au-Prince », Courrier International, 1er avril.

Duval F (2010). « 35 secondes fatales…. plus de 220 000 morts », Le Nouvelliste, édition spéciale, 12 janvier-12 février.

Garcia F. (2010). « Au milieu des ruines, l’art de la débrouille », Courrier International, 28 février.  

Huret R. (2007). « L’ouragan Katrina et l’Etat fédéral américain. Une hypothèse de recherche », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Coloquios, 2007, URL : http://nuevomundo.revues.org/3928.

Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (2009). Recensement de la population : population totale, population de 18 ans et plus, ménages et densités, Port au Prince.

International Crisis Group (2007). « Construire la paix en Haïti : inclure les Haïtiens de l’extérieur », rapport Amérique latine/Caraïbes, n°24.

Jean-Baptiste E. (2010). « La diaspora, un secteur clé dans la reconstruction d’Haïti », Le Nouvelliste, 28 avril.

Larchet N. (2010). « La catastrophe comme prétexte à l’action. Réformer l’alimentation au lendemain de Katrina », Terrain, n° 54 : 80-99.

LereboursP.-M. (2010). « Haïti, une mémoire déchirée », Le Nouvelliste, édition spéciale 12 janvier-12 février.

Merat P.-J. (2010). « Haïti : et si la reconstruction post-séisme était plus compliquée ? », Le Nouvelliste, 12 avril.

Moral, P. (1961).  Le paysan haïtien (étude sur la vie rurale en Haïti), Paris : Maisonneuve & Larose.

OCHA (2010).« Haiti: Earthquake – Affected Areas », Nation Unies, 28 jan.

Portes T. (2010). « Les rescapés du séisme fuient toujours Haïti », Le Figaro, 1er avril.

Quenet G. (2010). « Fléaux de Dieu ou catastrophes naturelles ? Les tremblements de terre en France à l’époque moderne », Terrain, n° 54 : 10-25.

Réseau alternative haïtien d’information (2010). « Haïti-Séisme : scandale autour des déclarations d’un diplomate haïtien au Brésil », Alter Presse, 29 janvier 2010, http://www.alterpresse.org/spip.php?article9229 (consultée le 29 janvier 2010).

Schneider S. (1995). Flirtingwith Disaster: Public Management in Crisis Situations, New York, M.E. Sharpe.

Vigneault L. (2009). « Des apories de l’universalisme aux promesses de l’universel : chantiers pour une réflexion », Colloque international, Université de Moncton (N-B, Canada), 19-21 août.

Haut de page

Notes

1 Le gouvernement haïtien estime les pertes à 79 millions de dollars américains et évalue les besoins 11, 5 millions de dollars. Voir Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti, « Les grands chantiers pour l’avenir », mars 2010, p. 7-8. Voir aussi Frantz Duval, « 35 secondes fatales…. plus de 220 000 morts », Le Nouvelliste, édition spéciale, 12 janvier-12 février 2010, p.1 ; Ministère des Affaires Etrangères suisse, « 2010 Earthquake in Haiti », mars 2010 sur www.deza.admin.ch(consulté le 12 mars 2010) ; Banque Interaméricaine de Développement (BID), « Helping Haiti rise again » sur http://www.iadb.org/am/2010 (consulté le 20 mars 2010).  Voir aussi Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, sur http://www.ifrc.org/fr (consulté le 12 avril 2010) ou encore les propos du Premier Ministre haïtien dans l’avant-propos du rapport de Action Plan for the Recovery and Development of Haiti « Haiti  Earthquake PDNA : Assessment of damage, losses, general and sectoral needs »,  mars 2010, p. 1.

2  Voir United Nation, OCHA, « Haiti: Earthquake – Affected Areas », 28 janvier 2010. Voir également  Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, op. cit

3  Les sources à ce sujet sont nombreuses et sont plus ou moins concordantes. Voir United Nation, OCHA, « Haiti : Earthquake – Affected Areas », op.cit. ; Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, op. cit.

4  Le terme a été employé par un des étudiants de cette université. Il s’agit bien sûr de l’Université Quisqueya qui, d’après les photos d’avant-séisme disponible au local de l’université, semble avoir été un lieu unique en Haïti en termes d’infrastructures, d’espace et autres. Mais la beauté des bâtiments n’a rien à voir avec leur solidité ou leur résistance au séisme parce qu’ils n’ont pas été construits selon les normes parasismiques.

5  R. Boulos, entretien de du 23 février 2010.

6  Gouvernement de la République d’Haïti, PDNA, « Les grands chantiers pour l’avenir », mars 2010, p. 8

7  Radio Métropole, « Forum d’affaires et d’investissement pour la reconstruction d’Haïti », 27 avril 2010.

8  Voir l’article «  Haïti : l’aide alimentaire risque de concurrencer l’économie locale », Le Nouvelliste, 9 mars 2010, sur http://www.lenouvelliste.com (visité le 12 avril 2010).

9  Voir « Intégrer les produits locaux dans le programme alimentaire », Le Nouvelliste, 23 Février2010, en ligne sur http://www.lenouvelliste.com (visité le 12 avril 2010)  

10  Voir, « Le plan de relance de la production nationale critiqué par les producteurs de café », Le Floridien, 1-15 avril 2010, p. 8.

11  Oxfam International, « Haitians say jobs key to recovery », 30 mars 2010.

12  Oxfam International, ibid.

13  Pour plus de détails sur le travail de l’organisme dans le secteur de la fabrication de prothèses en Haïti, voir l’article « En Haïti, certains apprennent à porter des prothèses, d’autres à en fabriquer », AFP, 3 avril 2010.

14  J. Barbara, entretien du 22 mars 2010.

15 Ibid., p. i.

16  Hilaire, entretien du 21mars 2010.

17  Hilaire, entretien du 21mars 2010, op. cit.

18  Gouvernement de la République d’Haïti, Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti, « Les grands chantiers pour l’avenir », mars 2010, p. 6.

19  Bob, entretien du 21mars 2010.

20 Ibid.

21 Ibid.

22  Entretien téléphonique entre Vince et Noune, 21 janvier 2010.

23  Luc Vigneault, citant H. Arendt dans « Hannah Arendt et la critique de l’universalisme. Les sans États comme figure limite du totalitarisme », lors du colloque « des apories de l’universalisme aux promesses de l’universel : chantiers pour une réflexion », Université de Moncton, 19-21 août 2009.

24  France, entretien du 24 février 2010

25  Aline, entretien du 14 mars 2010

26  Notes d’observation, Aéroport Toussaint Louverture, Port-au-Prince, 23 février 2010, 13h26.

27  Aline, entretien du 14 mars 2010, op. cit.

28  Hilaire, entretien du 21mars 2010, op. cit.

29  Ibid.

30  France, entretien du 24 février 2010, op. cit.

31  L’affirmation est de Pierre Hennock François, docteur en science de l’éducation. Ces mots, il les prononçait dans sa voiture pendant qu’il conduisait sur la route de Bourdon, reliant la capitale à Pétion-ville, banlieue de Port-au-Prince, alors qu’il constatait un élargissement de la route, provoqué par le séisme.

32  Ces chiffres ont été produits par l’agence locale de protection civile et publiés par OCHA, une branche active du Secrétariat des Nations Unies. Voir OCHA, «Haiti : Population Movements out of Port-au-Prince as of 24 January 2010 », 24 janvier 2010 ; Haiti Earthquake : Population Movements out of Port-au-Prince », 17 février 2010 ; « Haiti : Internal Displacements and Population Figures (as of 28 February 2010) », 4 mars 2010.

33 Ibid.

34  Voir « Le département du Nord menacé », Signal Fm, 6 avril 2010 sur http://www.signalfmhaiti.com (consulté le 12 avril 2010)

35  Par exemple, la durée du séjour temporaire aux États-Unis, pour ceux qui disposent d’un visa, va de trois à six mois. La durée autorisée n’est pas forcément le même dans tous les pays, mais le principe est quasiment le même.     

36  Voir « Des sans-papiers haïtiens libérés par les services de l’immigration », Le Floridien, 1-15 avril 2010, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Evens Jabouin, « Haïti, en situation post-séisme : quelques effets de la catastrophe du 12 janvier 2010 sur la population locale », Études caribéennes [En ligne], 17 | Décembre 2010, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4842  ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4842

Haut de page

Auteur

Evens Jabouin

Doctorant en Histoire ; Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS); ejabouin@ehess.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page