Navigation – Plan du site
Dossier 1 : crises Haïti et Jamaïque

Considérations sur la saison cyclonique dévastatrice de septembre 2008 en Haïti : De l'importance des actions majeures dans une perspective de durabilité

Considerations on the devastating hurricane season in Haiti in September 2008:Importance of the major actions from the perspective of sustainability
George Eddy Lucien

Résumés

Au cours du mois de septembre 2008, quatre cyclones s’abattent sur Haïti. Ces catastrophes entrainent la mort de plusieurs centaines d’Haïtiens et la destruction de nombreuses infrastructures sanitaires, éducatives, agricoles… Cet article a le souci de dresser un bilan des territoires affectés par ces cyclones et de montrer l’ampleur de dommages et les conséquences profondes qu’ils laissent sur la société haïtienne. Il s’attachera aussi à interroger les modalités de gestion mises en place pour la période post catastrophe.

Considerations on the devastating hurricane season in Haiti in September 2008:Importance of the major actions from the perspective of sustainability

During the month of September 2008, four hurricanes hit Haiti. These cataclysms caused hundreds of dead and destroyed many infrastructures including but not limited to, sanitary, educational and agricultural. This article is an overview of the impact of these hurricanes on the affected areas. We inquire about the hugeness of the damages and the severe consequences on the society. We interrogate as well the management policy adopted for the post-catastrophe period

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le cyclone Wilna de novembre 2005 a atteint une vitesse de 280 km/h.
  • 2 Les derniers records sont vieux de plus de 35 ans : 21 en 1933 et 12 en 1969.
  • 3  La densité est forte : 250 à 350 hab/km2.
  • 4  Les éco-réfugiés sont des personnes contraintes à migrer à cause de changements climatiques (récha (...)

1La Caraïbe est régulièrement touchée par des cyclones. Elle reçoit en moyenne sept cyclones par an. La saison cyclonique s’étend de juillet à octobre, avec une période plus particulièrement active du 15 août au 15 septembre. Lors des cinq dernières années, l’activité s’est caractérisée par une augmentation croissante et un rallongement de la période cyclonique. Avec vingt-trois cyclones, dont certains atteignant des vitesses de vent supérieures à 260 km/h1, 20052 reste l’année de tous les records.
Le territoire haïtien, d’une superficie de 27 500 km², situé dans la région ouest de la Caraïbe, partage l’île d'Hispaniolaavec la République dominicaine. La République d’Haïti, qui occupe le tiers occidental de l’île, est particulièrement exposée aux menaces naturelles d’origines sismique et cyclonique. Les bilans des cyclones de la période 2004-2008 sont très lourds pour le pays. L’impact de ces catastrophes naturelles est considérable sur ce pays, montagneux, densément peuplé3 et aux ressources limitées. Ces catastrophes montrent la vulnérabilité et la dépendance d’Haïti, contrainte d’appeler à l’aide internationale. Elles donnent lieu, à l’instar de chaque grande catastrophe, à une diffusion massive et inégale d’informations. Chacun découvre à travers la télévision les dégâts immenses des cyclones qui ravagent Haïti. Entre les messages publicitaires, la télévision place quelques images de ces horreurs. Celle-ci ne fait que souligner la précarité du pays dans une posture misérabiliste. Ces catastrophes montrent l’inégalité des territoires devant les catastrophes naturelles. Dans ces conditions, Haïti est le réceptacle et l’amplificateur des crises contemporaines ; ce lieu semble témoigner de l’irréversibilité des dégradations environnementales qui s’accompagne d’un phénomène nouveau, celui des éco-refugiés4.

2L’article que nous livrons au lecteur entend faire ressortir l’impact des cyclones de 2008 sur Haïti. Le sujet nous invite à réfléchir sur les interactions : crises cycloniques et recompositions territoriales. Néanmoins, nous nous gardons d’établir exclusivement une corrélation univoque entre les crises cycloniques et les transformations subies par le pays depuis 2008 pour ne pas tomber dans une approche totalement linéaire. Car les phénomènes semblent se produire, à quelques exceptions près, dans une logique de causalité non linéaire. En effet, si les cyclones sont les principaux générateurs de pluies diluviennes et de fortes inondations, ils ne peuvent pas être tenus pour seuls responsables des dégâts humains et matériels qu’Haïti a connus au cours de l’année de 2008.
Plus généralement, l’ampleur croissante des crues et des dégâts corollaires mettrait l’accent sur le rôle des facteurs anthropologiques. L’extension des bourgs et des villes en secteurs potentiellement inondables, espaces qui constituaient auparavant des zones naturelles d’expansion des crues, expliquerait une grande part de la transformation du risque naturel en catastrophe humaine. Dans ce cadre, nous privilégions l’étude des interactions de facteurs.

3Trois temps structurent notre article. Une première partie a l’ambition de mettre en contexte les crises cycloniques. Il s’agit de rendre compte que les cyclones apparaissent dans une situation de crise généralisée en mettant en phase la vulnérabilité du pays. Toutefois, nous écarterons les approches misérabilistes évoquant « une vulnérabilité structurelle prédisposant la société tout entière à subir les événements naturels ou sociaux sans être en mesure de produire une réaction appropriée » (Pierre, 2007).
Notre souci est tout autre : il s’agit d`esquisser brièvement une histoire de la vulnérabilité d’Haïti. Adopter cette posture historique veut montrer que la vulnérabilité n’est pas seulement une question contemporaine. Elle est aussi un héritage historique. Dans ce cadre, sa gestion ne peut pas se limiter à des politiques ponctuelles ou à d’autres logiques qui sont génératrices de la vulnérabilité. La deuxième partie tente d’évaluer les dégâts des cyclones de 2008. Là, point de volonté d’exhaustivité, mais la tentative de faire le bilan des dommages et pertes occasionnés entre le 16 août et le 8 septembre 2008 par la tempête tropicale Faye et les ouragans Gustav, Hanna et Ike. Enfin, la troisième partie s’attachera à rendre compte des impacts profonds descyclones de 2008 sur la société et l’économie haïtiennes.

1. Dégradation de l’environnement et pauvreté : deux réalités inter-reliées

  • 5  Deux dollars américains représentent moins de 50% du prix d’un plat d’un restaurant pas cher (ou à (...)
  • 6  Cet indicateur composite prend en compte les déficits en termes d'instruction, de longévité et de (...)
  • 7  Un chiffre qui appartient au XIXe siècle pour la plupart des pays.

4La République d’Haïti connaît une situation socio-économique et écologique désastreuse caractérisée par une vaste disparité de revenus et une pauvreté particulièrement aiguë dans les campagnes. Selon les estimations de 2007, 76% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, avec moins de 2 US$ par jour5, et 56% de la population vit en dessous du seuil d’extrême pauvreté, avec moins de 1 US$ par jour. Tandis que dans les zones rurales, où vivent près des deux tiers des 8,5 millions d'habitants d’Haïti, 80 % de la population vit avec moins d'un dollar US par jour (Banque interaméricaine de développement, 2004).
La population disposant de l’eau potable est estimée à 34 % pour l’ensemble du pays, dont 54 % pour le milieu urbain et 25 % pour le milieu rural. Cette pauvreté apparaît dans l’encadrement scolaire et sanitaire où on ne compte que 2 médecins, 0,17dentiste, 1 infirmière et 3 auxiliaires pour 10 000 habitants ; seulement un lit d’hôpital pour 1 384 habitants.
Le nouvel indicateur de pauvreté humaine (IPH)6 place Haïti au 70e rang sur 103 « pays en développement ». L'espérance de vie atteint difficilement 51 ans, contre 79 au Costa Rica et 69 au Nicaragua, le pays le plus pauvre de l'Amérique centrale (Haub, 2003)...  « Un enfant haïtien né en 2002 à 31,6% de probabilité de décéder avant l'âge de 40 ans. La mortalité infantile (avant l'âge de 5 ans) est de 122 pour 1000 »7. Le taux de mortalité élevé résulte d'une pauvreté généralisée et de l'épidémie de VIH-SIDA. Selon les agences des Nations-Unies, 30 000 adultes et enfants haïtiens sont morts du SIDA en 2001 et le taux de séropositivité chez les adultes dépasse 6 %. On estime qu'environ 200 000 enfants de moins de 15 ans ont perdu au moins l'un de leurs parents à cause du SIDA.
Le milieu rural souffre en outre de la carence en infrastructures et services de toutes sortes, ce qui explique le fort courant migratoire qui s’opère continuellement des campagnes vers des centres urbains mieux équipés et offrant de meilleures possibilités d’emploi. Les campagnes haïtiennes se dépeuplent au profit de Port-au-Prince, des villes secondaires et des bourgs tels que le Cap-Haïtien, Gonaïves, Les Cayes, Saint-Marc, Verrettes, Jérémie, Port-de-Paix, etc.

  • 8  Haïti est parcouru par des grandes chaînes de montagne séparées par des vallées synclinales qui s’ (...)
  • 9 La paysannerie est chiffrée à quelque 65% (y compris une partie des citadins dans les villes montag (...)
  • 10 Situé au Nord-ouest d’Haïti, le Far-Oust est considéré comme la région la plus pauvre du pays. Elle (...)

5« L'économie du pays est à l'image des conditions de vie. La variation du PIB est négative au cours de la dernière décennie à l'exception des années 1996 à 1999. Les Haïtiens sont donc théoriquement plus pauvres qu'ils ne l'étaient en 1992 » (Goulet, 2005 :43). « Cet appauvrissement, souligne, Jean GOULET, doit toutefois être relativisé. Car les calculs ne prennent pas en compte les transferts privés qui totalisent 623 millions US$ en 2001 contre 108 millions en 1995 ». Et de poursuivre « 40% de ménages bénéficieraient des transferts, toutes origines confondues, et 27% des ménages recevraient des transferts de la diaspora ». Ces capitaux participent à l'implantation de nombreuses petites entreprises dans le pays. Aussi, les contraintes sociales et économiques pèsent-elles sur le pays dont l’économie dépend fortement des aides extérieures et les transferts de la diaspora.
En outre, la montagne qui occupe plus de 80%8 du territoire abrite la plus grande partie de la population haïtienne9 mais 54% des sols sont considérés à vocations forestières et impropres à l'agriculture. Chaque année, Haïti perd l'équivalent de 20 000 tonnes de terres arables en raison de la déforestation massive ; la forêt ne couvre plus que 1,25% la superficie de l’Etat.
Cette déforestation est liée à l’histoire coloniale de l’île longtemps exploitée comme un espace de prédation. Le recul de la couverture forestière, l’érosion grandissante des sols et la transformation des microclimats rendent plus difficiles la reconstitution des éléments nécessaires tels que l’eau, l’air et le sol (Desse, 2003). De larges espaces du pays deviennent quasiment désertiques. La triangulation du Nord-ouest : Mole Saint-Nicolas/Baie de Henne/Jean-Rabel appelée Far-Ouest10 est symptomatique de cet état de fait. L' « équilibre naturel » est donc largement rompu dans l'ensemble du pays qui devient très vulnérable aux inondations. En outre, cette vulnérabilité se nourrit d’impulsions diverses : l’expression de la non-gestion de l’État se caractérisant par des politiques ponctuelles et à courte vue. Elle est alimentée par le choix des dirigeants qui suivent les directives des institutions internationales conditionnant les prêts à l’ouverture du marché et au désengagement de l’État. La libéralisation de l’économie ne fait querenforcerl’armée des chômeursdans les bassins de production agricole. Les conséquences sont multiples : découragement de la production locale, déstabilisation du tissu socio-économique ; exode massif des populations rurales vers les bourgs et les centres urbains. Ellesmigrent pour fuir la misèresévissantdans les milieuxruraux ; elles s’installentdans les interstices spatiaux : des ravins aux canauxd’évacuation, des lits des rivières aux flancs des mornes, etc. Le cas des Gonaïves en est un témoignage probant : sa brutale croissance démographique commande son étalement dans toutes les directions. Les nouveaux arrivants s’installent dans les taudis des quartiers de Gonaïves (La savane, Ka Soleil et de Jubilé), certains s’établissent sur des terrains précaires, le long du littoral de la mer des Gonaïves en dessous du niveau de la mer, d’autres sur les pentes et les premiers contreforts de la montagne Biénac au nord de la ville.Le monde rural profond pousse son trop plein vers aucune certitude. Cette dynamique démographique, qui déverse en périphérie des bourgs et des centres urbains ces excroissances massives et discontinues, génère une société complexe. A Gonaïves, comme à proximité des autres centres urbains, on note les mêmes indices d’atteintes écologiques (Desse, 2003). L’absence de prévention et la dilution totale des responsabilités en Haïti rendent donc le pays plus enclin à des désastres lors des catastrophes naturelles.En effet, tous ces éléments exacerbent la vulnérabilité de ces lieux lors des fortes précipitations qui entrainent un débit de ruissellement particulièrement violent comme l’ont illustré les cyclones de 2008.

2. Une exceptionnelle saison cyclonique, révélatrice des crises

  • 11  Les données sur le bilan des cyclones de 2008 sont tirées principalement du Rapport d’évaluation d (...)

6Déjà, au cours du mois de mai 2004, des pluies torrentielles ont provoqué la mort et la disparition de plus de 4 000 personnes en Haïti. Quelques mois après un cyclone a frappé la ville des Gonaïves. Les 17 et 18 septembre, les régions de Gonaïves et celles du nord-ouest sont submergées d’eau et de boues. Des milliers de gens sont morts et portés disparus.
L’année 2008 est de loin plus douloureuse que celle de 2004 si l’on tient compte du nombre de sinistrés et des volumes de dommages et de pertes. En effet, quatre cyclones et tempêtes tropicales (Fay : tempête tropicale du 15-16 août 2008, Gustav : cyclone du 25-28 août, Hanna : tempête tropicale 1 au 4 septembre, Ike : cyclone du 5 au 8 septembre 2008) frappent successivement le pays, entrainant plusieurs milliers de morts et de disparus. Les sinistres sont d’une ampleur exceptionnelle, l’économie de différentes communes est paralysée pendant des mois. Au total, 7,8% de la population, soit près de 800 000 personnes ont été affectées directement par les ouragans. Le 18 octobre 2008, 40 000 personnes vivaient encore dans des abris provisoires sur les 100 000 sinistrés du début septembre.
Ces catastrophes entrainent la destruction de nombreuses infrastructures – des routes, des ponts, des lignes électriques, ainsi que des résidences privées, des édifices publics, des églises et des écoles. Plusieurs villes ont été durement touchées – Cabaret, Les Cayes, Mirebalais, Port à Piment, etc. Les dommages et les pertes recensés à l’échelle nationale par le Programme des Nations pour le Développement s’élèvent à 897 390 000 dollars, soit 14,6% du PIB d`Haïti en 200711.

2.1 Gonaïves, Chronique d’une ville sinistrée

7C’est aux Gonaïves que les dommages sont les plus importants. Située en bord de mer, dans une cuvette entourée de mornes rendus lunaires par ladéforestation massive, Gonaïves a été enfouie sous 2,6 millions de tonnes de boue lors des mois d’août et de septembre 2008. Cette ville, constituée aux trois quarts de bidonvilles, est construite au mépris des règles de sécurité et d’urbanisme. Ses quartiers insalubres ont gagné sur le littoral à mesure de l’alluvionnement (Théodat, 2004).Une grande partie des maisons de la ville est affectéeet des cultures vivrières ravagées. Le débordement de plusieurs rivières a laissé la ville couverte de boue, d’eau et de débris et a noyé fermes et champs environnants. Enfin, la grande majorité des cultures d’Haïti, sur le point d’être récoltées, a été dévastée par les ouragans, en particulier dans la Vallée de l’Artibonite qui est la principale région rizicole. Les conséquences des intempéries ont aussi été lourdes pour le bétail. Les coulées de boue, le vent et les pluies torrentielles ont détruit les réseaux d’assainissement et de distribution, privant ainsi d’eau potable les habitants de la région et empêchant l’évacuation des eaux sales.

  • 12  Le morne Bienac est située à 2 kilomètres du nord de la ville. Il culmine à 317 mètres et présente (...)

8La vulnérabilité de Gonaïves est due à un ensemble de facteurs. Le premier relève de sa topographie : dans cette ville plate, l’altitude moyenne est seulement environ un mètre au-dessus du niveau de la mer. Au sud et au nord, jusqu’au pied du morne Bienac12, les altitudes ne dépassent pas quatre mètres. Les principaux bassins versants de la plaine des Gonaïves sont complètement déboisés favorisant, lors des catastrophes, la transformation des fortes pluies en torrent arrachant les particules de sol de ces mornes pour les déverser sur la ville située en contrebas.Ensuite, la ville des Gonaïves est circonscrite par trois courants d'eau. Au nord se trouve le Bassin Manyan, à l'ouest l’océan Atlantique et les salines et à l'est, la rivière la Quinte ; lorsque cette dernière est en défluviation, elle peut submerger la partie nord de la ville. En outre, les bourrasques, lors des cyclones, occasionnent des marées montantes qui favorisent les inondations des bidonvilles tels Raboteau, Jubile Blanc et Lot bo Kannal.
De plus, la remontée de la mer gène l’écoulement des eaux de pluie en bouchant les voies d’évacuation et en condamnant l’embouchure de bassin Manyan. Ainsi, lors des cyclones, Gonaïvess’apparente à une vaste piscine où la hauteur de l’eau atteint trois mètres en certains points.

9C’est la combinaison de ces facteurs qui explique qu’une grande part des décès soit due aux noyades lors de la montée de la mer ou des rivières et aux conséquences de coulées de boue. De plus, le vent entraîne aussi des décès survenant suite à la projection de la victime ou lors d’effondrement de maisons. Les habitants qui vivent dans des maisons de plus d’un étage sont beaucoup moins vulnérables que ceux dont les maisons sont au ras du sol ; ce qui nous rappelle que les Gonaïviens ne sont pas tous égaux devant les catastrophes naturelles.
Toutefois, ailleurs dans la Caraïbe, le passage des cyclones n’a pas eu des conséquences aussi dramatiques. Le journal d’Action contre la Faim a souligné ce décalage lors du passage de la tempête Jeanne « on pourrait penser que nous sommes tous égaux devant une catastrophe naturelle telle que celle qui s’est abattue sur Haïti, mais il n’en est rien. Les cyclones de 2008 ont en effet frappé diverses zones du golfe du Mexique sans avoir les mêmes conséquences. Que ce soit Cuba ou l’État de Floride aux États-Unis, tous ont su mieux faire face à l’arrivée de la tempête qu’Haïti » (Action contre la Faim, 2005). La pauvreté du pays et l’absence de structures solides ont joué pour beaucoup : prévention des risques naturels et plans d’évacuation et de secours sont en effet l’apanage d’États forts et stables. Et de poursuivre : « L’autre cause est écologique : comme lors des inondations de mai dernier, la déforestation intensive et désorganisée du pays a largement aggravé la situation. Rien n’a pu arrêter les pluies torrentielles lancées sur des sols déserts et lessivés par l’érosion. »

2.2 Les inondations, phénomène récurrent du quotidien des habitants

10À l’autre bout de la chaine des facteurs explicatifs, certains scientifiques et ONG y voient les signes du dérèglement climatique de la terre. Des medias, séduits par le discours de ces derniers, évoquent le même facteur. Dans ce cadre, il importe de rappeler que ces catastrophes ne sont pas exceptionnelles. Car nombre d’entre elles ont eu lieu pendant les dernières décennies. Les cyclones de 2004 et 2008 qui touchent Haïti ont un impact plus fort par l’écho national et international amplifié par la télévision et l’Internet, par la valeur des biens touchés.
Cependant, les inondations sont un phénomène récurrent en Haïti. Elles forment de plus en plus le quotidien de la plupart de ses habitants. Les inondations de faible ampleur peuvent désormais causer des pertes matérielles importantes pour un ménage tant la vulnérabilité du pays devient aigüe. Verrettes, une commune de l’Artibonite, qui est le lieu d’accueil des victimes de Gonaïves des derniers cyclones, devient de plus en plus vulnérable aux inondations dues à des pluies peu abondantes (Lucien, 2005).

Photo 1 : Détresse d’une paysanne au lendemain de l’inondation de son    exploitation agricole.

Photo 1 : Détresse d’une paysanne au lendemain de l’inondation de son    exploitation agricole.

Cliché: Lucien Georges Eddy, août 2004.

11Les inondations quotidiennes (qui s’inscrivent sur un temps long) et celles dues à une pluviométrie très abondante (sur un temps court, c’est-à-dire le temps des catastrophes naturelles) cumulent leurs effets et engendrent des conséquences catastrophiques. À cet effet, le dérèglement climatique ne peut pas être tenu pour seul responsable des dégâts causés par les cyclones en Haïti. Certes il n’y a pas de fortes inondations sans pluviométrie abondante, mais l’ampleur croissante des crues et des dégâts corollaires s’explique aussi par des facteurs anthropiques.  

3. Les cyclones de 2008, révélateurs ou déclencheurs d’une crise plus générale ?

12Les cyclones de 2008 frappent le pays profondément. Aucun domaine ne semble ménagé : du plus visible tel le paysage à ce qui relève du registre du moins visible ou de la psychologie.

3.1 Les défaillances aigues des services

13Les dommages causés aux infrastructures d’approvisionnement en eau d’assainissement comprenantles latrines, le drainage et la gestion des déchets solidess’estiment respectivement à 9.000.000 dollars américains, 4 160 000 dollars américains et 5 618 000 dollars américains (ONU). Les cyclones de 2008 ont aussi touché les infrastructures énergétiques de beaucoup de villes en Haïti et tout particulièrement aux Gonaïves, à Jacmel et aux Cayes. Les eaux torrentielles, les vents de forte intensité et les arbres, en tombant, ont renversé les lignes de transmission, endommagé les petites centrales électriques, affecté des sous stations, et détruit des transformateurs et de nombreux branchements de clients de la compagnie électrique. Les infrastructures de transport routier ont aussi été sévèrement touchées, les dommages s’élèvent à 66 500 000 dollars américains et les pertes à  62 000 000 dollars américains, soit environ soixante-dix kilomètres de routes principales, cent kilomètres de routes secondaires et quarante kilomètres de routes tertiaires affectés. Par ailleurs, plus de vingt ponts ont été détruits dont cinq totalement. Le total des dommages et des pertes pour les sous-secteurs de transports maritime et aérien, se chiffre à 131 500 000 dollars américains.
Les conséquences de cet impact se traduisent par 49 100 000 dollars américains de déficit dans la balance de paiements et une augmentation de 2 300 000 dollars américains des dépenses publiques. Les inondations consécutives aux cyclones ont aussi endommagé 15 000 véhicules environ. Le montant des dommages dans ce sous-secteur est d’environ 66 000 000 dollars américains.
En outre, des infrastructures sanitaires ont été endommagées dans sept départements. Des équipements médicaux et des stocks de médicaments ont été aussi affectés. Les pertes dans ce domaine s’élèvent à 15 120 000 dollars américains. Les pertes et les dommages sont aussi très lourds dans le domaine éducatif où 964 écoles sont partiellement endommagées ou détruites, soit l’équivalent de 6% des écoles haïtiennes. La scolarisation de 212 705 élèves fut perturbée par les cyclones. Le coût de la reconstruction et de la réhabilitation de ces écoles est estimé à 1 320 000 dollars américains.

3.2 La forte diminution des capacités de production du département la plus fertile : l’Artibonite

14Le secteur agricole est durement frappé ; 40 des 140 communes du pays ont été très affectées par le désastre. Le département du Nord a subi de fortes pluies (en raison du passage d’Ike au large des côtes). L’érosion des berges des rivières, des ravines et du littoral, et l’existence de brèches depuis la saison cyclonique 2007, a facilité l’entrée des eaux dans les villes des départements de l’Artibonite, du Centre et du Sud.La superficie de terres agricoles affectées s’élève à 159.952 hectares. Avec 104.316 hectares endommagés, le département de l’Artibonite est le plus touché. À partir de l’estimation financière de ces dommages et des pertes prévues dues à la baisse de production, l’effet du désastre sur les terres agricoles est évalué à 125 600 000 dollars américains.
Pour l’élevage, l’ensemble des dommages est évalué à 61 500 000 dollars américains. Ce chiffre correspond à la disparition de 357 856 têtes de bétail (bovins, caprins, chevaux) et 348 160 volailles. Le Sud-Est est le département le plus affecté. Les pertes économiques additionnelles, liées à une moindre disponibilité de viande, de lait et d’autres sous produits de l’élevage sont estimées à 700 000 dollars américains. De plus, les infrastructures agricoles ont subi des dommages importants dans les départements de l’Artibonite, de Nippes et de la Grand-Anse. Les dommages des systèmes d’irrigation et des pistes agricoles, à eux seuls, sont estimés à 4 400 000 dollars américains.
L’Artibonite est le département le plus fertile du pays en termes de production agricole. Avec ses 28 000 ha irrigués, il détient la plus importante zone rizicole du pays (plus de 50% des superficies). Plus de 100 000 familles dépendent peu ou prou de la production rizicole pour leur survie et les revenus d’un dixième de la population dépendent directement de la filière rizicole (ce sont les riziculteurs mais aussi des ouvriers agricoles, des fournisseurs d’intrants et de services, des marchandes, etc.).

15Or, la production nationale est en baisse depuis une quinzaine d’années : après avoir culminé à environ 130 000 TM de paddy par an au début des années 1990, avec des pics jusque 160 000 TM, elle ne dépasse aujourd’hui pas les 105 000 TM de paddy, soit 20% maximum de la consommation. Le solde entre production et consommation est couvert par des importations, en provenance principalement des Etats-Unis d’Amérique.La libération du marché, engagée,en effet, dans ce secteur dans les années 1990, a eu des conséquences dramatiques pour le pays : en 1995, les droits de douane à l’importation de riz ont été abaissés de 35% à 3% ; cette baisse était l’une des conditions imposées par la communauté internationale (en particulier le FMI et les États-Unis) au retour de Jean Bertrand Aristide en 1994. Les importations de riz ont alors connu une augmentation spectaculaire : elles ont été multipliées par 28 entre 1985 et 1996. La grande majorité de ces importations proviennent des États-Unis d’Amérique et Haïti représente aujourd’hui le quatrième marché d’exportation pour le riz étasunien ! En effet, la quantité de riz importé des États-Unis d’Amérique est passée de 7 000 tonnes en 1985 à 350 000 tonnes en 2004. Alors que la production rizicole ne cesse de décroître, la population n’a cessé d’augmenter sa consommation de riz (la consommation de riz est passée de 161 000 tonnes en 1985 à plus de 425 000 en 2005 età 565 000 en 2008). Les derniers cyclones, dans ce cadre, sont un élément limitatif supplémentaire !

3.3 La diminution de la capacité  productive du département de l’Ouest

  • 13 L’impact dans le secteur de l’industrie et le commerce est très important. Il  est estimé à 126.700 (...)

16Les départements les plus touchés dans les secteurs de l’industrie et de commerce13 sont les départements de l’Artibonite et de l’Ouest : 79% des pertes et des dommages ; 55% des personnes et 75% des activités commerciales affectées par le désastre. Ce qui ne peut aiguiser les dysfonctionnements de ces deux départements qui sont les plus dynamiques du pays sur le plan des productions agricoles, industrielles, des services et des créations d’emplois.
Le département de l’Ouest qui englobe la capitale Port-au-Prince, le lieu d’accueil par excellence des migrants et en particulier des éco-refugiés, se trouve encore une fois dans une situation plus difficile que jamais. Ainsi le décalage entre l’afflux des victimes déboussolées par les cyclones et la capacité d’accueil de Port-au-Prince et de son environnement en termes d’offre de logements et de services va en grandissant. Aussi, Port-au-Prince voit-elle ses capacités d’accueil diminuer au moment même où elle doit recevoir de nouveaux migrants. Dans ce cadre, la situation risque-t-elle d’être plus difficile dans la mesure où la forte croissance démographique éventuelle du lieu d’accueil n’est pas l’aboutissement d’un développement économique ? 

3.4 Les impacts psychologiques

  • 14 Jeanne : des symptômes post-traumatismes encore présents, « A quand une évaluation psychologique de (...)
  • 15  Maryse a 53 ans. Elle est mère de quatre enfants et vit depuis septembre 2004 à Port-au-Prince, Cf (...)
  • 16  Jeanne : des symptômes post-traumatismes encore présents, « A quand une évaluation psychologique d (...)

17Les crises cycloniques s'accompagnent de traumatismes aigus. Certaines victimes ont une aversion du lieu du crime. Gonaïves de Jeanne les hante. Sa silhouette est partout. Chaque jour, quand l’obscurité tombe sur la ville l’angoisse étreint les habitants. Le souvenir des nuits néfastes des récents cyclones hante encore les mémoires.  « En regardant les images diffusées à latélévision sur les récentes inondations aux Gonaïves, témoigne une quinquagénaire des Gonaïves, j’ai eu l'impression de revivre personnellement les douloureux moments déjà vécus en 2004 »14. La tempête tropicale Jeanne (septembre 2004) hante encore ses victimes. Elle les fait frissonner. À chaque fois qu'on parle de tempête à la radio, dit Maryse15, « mes cheveux se dressent comme des antennes ». Et de continuer, pour dire qu'elle s’installe définitivement à sa ville d’accueil, Port-au-Prince, « jamais plus, je ne souhaite vivre de tels moments ». Trois de ses quatre enfants, mariés et vivants à Gonaïves, et démunis d’abris anticycloniques, elle leur conseille « d’abandonner leur résidence personnelle pour en affermer d’autres », c’est-à-dire des bâtiments à deux étages. Aussi, dit-elle, « Mon fils aîné vit au deuxième étage d’une maison affermée avec sa famille et mes deux filles habitent chacune au premier étage d’une autre maison ». Et de continuer, « ce qui leur a permis d’échapper aux récentes catastrophes16  ». La benjamine, sur ses conseils, est allée passer quelques jours de vacances à l’Estere, une commune avoisinante, jugée plus sécurisante, avec son oncle.

  • 17  Les Tap-tap sont des petites voitures de transport de marchandises et de personnes. Ils doivent le (...)
  • 18  Jeanne : des symptômes post-traumatismes encore présents, « A quand une évaluation psychologique d (...)

18La famille de Maryse n’est pas la seule à être traumatisée. Des milliers de gens semblent frappés par la même psychose provoquée par les effets néfastes causés par les cyclones.  Guerrier, 49 ans, également natif des Gonaïves, a vécu le drame causé par Jeanne ; ce père de huit enfants -avec trois mères dont l’une n’a pas survécu à Jeanne- vit, lui, aussi, à Port-au-Prince depuis le passage de Jeanne. Décapitalisé, il migre à Port-au-Prince et devient chauffeur de Tap-tap17. Depuis, il ne passe jamais une nuit dans sa ville natale. Mais, les autres membres de la famille restent aux Gonaïves. Le coût serait trop lourd, affirme-t-il. Toutefois, il admet que ses dépenses augmentent considérablement : louer une maison à Port-au-Prince, envoyer de l’argent à la famille… ce n’est pas rien. Une autre charge toute aussi importante, affirme-il, c’est le comportement bizarre de l’un de ses fils depuis le cyclone Jeanne. Jeanne hante ses nuits. « Son sommeil est souvent troublé. Il y lance de cris de détresse. Comme s’il allait noyer ». Son rendement scolaire en souffre aussi. « En quatre ans, poursuit son père, il n’a réussi que deux fois à accéder en classe supérieure »18.
Les cyclones tuent, traumatisent et éclatent les familles. Les membres de celles-ci s'installent sur des sites divers et forment un territoire circulatoire. En effet, les populations deviennent plus mobiles que jamais comme l’illustre les populations de Gonaïves.

3.5 Les inondations, un nouveau déterminant dans la stratégie résidentielle aux Gonaïves

  • 19 84.625 logements sont partiellement endommagés et 27.702 complètement détruits au niveau du  pays. (...)
  • 20  Une bonne partie de la population des Gonaïves migrent vers les hauteurs suite aux inondations, In (...)
  • 21  Intempéries : au moins quatre morts dans l'Artibonite, United Nations Stabilization Mission in Hai (...)

19Plus de 30% du total des logements aux Gonaïves19 ont été affectés. L’affaiblissement des maisons dans la ville de Gonaïves qui tombent en morceaux comme des châteaux de cartes s’explique par la nature du sol. Il est fait d'alluvion et de limons accumulés au fil du temps dans les endroits proches du littoral. Ce sol soumis aux vagues de la mer et à la pression des eaux torrentielles provoque la disparition des maisons dont les structures le plus souvent sont en bois ou sont construites à partir de matériaux de récupération.
De plus, plusieurs milliers de personnes y ont perdu leurs toits. Certaines sont installées dans des abris provisoires ou chez des proches, d’autres migrent vers d’autres centres urbains ou dans d’autres quartiers de la ville.
À Gonaïves, plusieurs habitants s’installent désormais sur le morne Biénac pour se prémunir contre les inondations20. Biénac brusquement attire. Comme quartier précaire, il cumule tous les handicaps. Son seul intérêt est son altitude qui en fait un lieu à l’abri des inondations. À chaque averse, les gens se bousculent sur le morne comme lors de la nuit du mardi 19 au mercredi 20 mai, « à la suite de (ces) fortes averses, la rivière d'Ennery a totalement débordé. Ainsi, tard dans la nuit, des informations ont vite fait croire que la ville des Gonaïves était sur le point d'être inondée. Ce qui a créé une situation de panique. Dans le quartier de Biénac 21, le Bureau régional de la MINUSTAH est envahi par plusieurs familles qui cherchent un lieu de sécurité »21. Les stratégies résidentielles sont dans ce contexte motivées par un nouveau mobile, celui de trouver un lieu sûr pour se munir contre les catastrophes naturelles.

  • 22  A Port-au-Prince, ville de deux millions et demi d'habitants, 1 800 000 (soit deux tiers de la pop (...)
  • 23   Un appel de dix minutes coute près d’1,25 dollars américains. Ce qui représente le salaire journa (...)

20La population de Gonaïves migre donc de plus en plus, mais elle circule aussi à l`intérieur de la ville. Elle s’oriente en effet de quartiers à basse altitude (un mètre) vers d`autres plus élevés (plus de quatre mètres) ou recherche des bâtiments de plus d’un étage pour se protéger de nouvelles catastrophes. Les migrations à l’extérieur de la ville semblent être importantes. Mais elles méritent d’être mesurées car elles requièrent un capital social et des ressources nécessaires pour payer le coût d’un voyage ou d’une nouvelle installation dans un quartier moins vulnérable. Selon les cas, elles peuvent être le fait d’une minorité ou d’une majorité qui migre sans aucune garantie et va « gonfler » les quartiers précaires des principaux centres urbains du pays22. Dans ces conditions, le maintien des liens sociaux requiert des déplacements fréquents, des communications. Tout cela contribue à l’augmentation les flux de transport et de communication23 et par ricochet les dépenses des ménages.
Ces migrants sont bien des réfugiés économiques en raison de leur décapitalisation suite au désastre. Mais ils sont surtout des éco-refugiés ou migrants écologiques. Il est vrai que le migrant ne va vers aucune garantie. Mais entre les deux épithètes (économique et écologique), toute la différence est une question de temporalité. Le migrant généralement a un projet qui s’inscrit dans le temps et qui résulte d’un choix raisonné. Dans cette perspective, le lieu d’accueil tout comme les réseaux sociaux qui peuvent l’accueillir sont généralement prévus. En revanche, l’éco-réfugié est pris au dépourvu, il se voit en un rien de temps décapitalisé ou en danger. Il doit décider vite pour trouver un endroit sécurisant. Aussi, s’installe-t-il là où il pense trouver un refuge plus ou moins sûr, facile d’accès. Dans ces conditions, l’État et les mairies doivent anticiper pour implanter des camps d’hébergement en vue d’accueillir d’éventuelles victimes des catastrophes naturelles. Plus généralement, cette situation d’éco-réfugié requiert de nouvelles modalités de gestion.

3.6 L’héritage d’une gestion approximative

  • 24  Tout est misé sur Gonaïves au détriment du reste du pays car c’est elle qui attire plus que toute (...)
  • 25  L’Accord de Coopération Énergétique (ACE) Petro caribe est un pacte de sécurité énergétique propos (...)

21Un an après les cyclones, la population ne compte que sur elle-même pour rebâtir les vies dévastées, pour reconstruire une vie semblable à celle d’avantou pour affronter le déchainement imminent d’une nouvelle catastrophe.L’État s’en désintéresse, et rares sont les ONG encore présentes.
Des aides du gouvernement ? Et les habitants24 de répondre, aux premiers jours « les dirigeants se bousculaient. Puis, on neles a plus revus ». Des travailleurs humanitaires ? De nombreuses ONG plient bagages. Le temps de la visibilité est passé : Gonaïves s’apparentait en octobre 2008 à un podium où défilaient le Président, les premiers ministres sortant et entrant, les ministres du gouvernement.
Afin d’aider la reconstruction, le Gouvernement décaisse 197 570 000 dollars américains, prélevés sur les produits de l’accord Petro Caribe25 passé avec le Venezuela (ce qui représente moins de 20% du montant des dommages et de pertes occasionnés par le cyclone de 2008). Car sur sa demande officielle, le 9 septembre 2008, les Nations-Unies ont lancé un appel d’urgence pour la collecte d’un montant de 107 714 621 dollars américains afin de financer les actions humanitaires urgentes. La somme des deux montants prévus avoisinerait les 35% du montant des dommages et des pertes. Or, seulement 30 444 863 dollars américains ont été reçus, soit 29% de la somme demandée. Cela traduit trois phénomènes intimement liés qui peuvent être des facteurs limitatifs à une bonne gestion des catastrophes naturelles : la dépendance financière, l’absence de prévention et la dilution totale des responsabilités en Haïti. Le premier, toute proportion gardée, est la conséquence logique d’une politique économique qui réduit la capacité financière du pays et le rend dépendant de l’aide étrangère. Celle-ci s’exerce davantage au détriment du dynamisme d’activités agricoles dont la vulnérabilité résulte cependant plus de la logique du marché que d’un handicap climatique mal pris en compte, sinon sous la forme hasardeuse du « pari». De plus, le facteur économique n’est pas le plus déterminant. L’ouragan Wilna, par exemple, malgré sa violence a fait très peu de victimes à Cuba. En effet, malgré les moyens économiques faibles, la population cubaine ne se sent jamais abandonnée par l’État. Celui-ci met en place des modalités de gestion pour minimiser les désastres et être efficient pour la période post-catastrophe. En revanche, les cyclones de 2008 mettent à l’épreuve le dilettantisme des autorités haïtiennes. Elles interviennent, mais uniquement après les désastres. Et, cela coule de sens, le pays n’est pas doté de service météorologique digne de ce nom ; il n’y a donc pas de prévention des risques, de diffusion formelle de l’information ; en somme, il y a défaillance totale des moyens de secours.

Conclusion

22Au cours de l’année de 2009, de nombreuses mesures sont prises dans le cadre des préparatifs à la période cyclonique par la Direction de la Protection Civile (DPC). L’emphase est mise sur un plan d’évacuation et la mise en place. Des travaux de protection et de fortification de la ville des Gonaïves contre les inondations sont lancés. La priorité, dans cette perspective, est donnée à la rectification de la rivière Laquinte. Elle est élargie de quarante mètres pour une profondeur de sept mètres. Dans le sud, plusieurs canaux sont curés…Ces travaux visent à réduire la vulnérabilité des populations dans les zones à risques et qui faciliterontles réponses aux catastrophes. Dans ce cadre, il s’agit de gérer les bassins versants, drainer les rivières et les canaux…pour minimiser les éventuels dégâts. La question qui mérite d’être posée à ce niveau est le poids de ces actions. Celles-ci sont sectorielles et par conséquent, elles se révéleront inefficiences face aux problèmes aussi profonds que laissent les cyclones pour la société haïtienne.
La crise cyclonique est en effet révélatrice d’une crise plus générale. Elle témoigne de situations économiques et sociales difficiles et des occasions doivent s’exercer à chaud les obligations de l’État. Puis, elle requiert des actions intégrées qui doivent s’inscrire dans la durée. Aussi, convient-il de rompre avec la routine des décisions mutilantes ou ponctuelles qui se limitent à une vision purement sectorielle et de prestige pour passer à un degré supérieur d’intégration qui tienne compte des caractéristiques globales du territoire dans un souci d’égalité territoriale. Car la difficulté de se prémunir contre les catastrophes ne provient pas seulement des constructions anarchiques, du déboisement des mornes, de l’ensablement des rivières et de l’absence de curage des canaux d’écoulement, c’est aussi le pays avec sa structure socio-économique, sa dépendance, ses politiques économiques…qui font obstacles ! Plus le pays est le lieu de fragmentation sociale aigüe, plus il s’expose aux conditions de vulnérabilité.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Action contre la Faim (2005). « Haïti : une année noire », Journal d’Action contre la Faim, p. 1-5.

Banque interaméricaine de développement (2004).  Haïti : Proposition de prêt pour le financement d'un programme de développement local, URL :  www.iadb.org/exr/ENGLISH/PROJECTS/ha1491e.pdf

Bernadine A.  (1995). L’Espace Caraïbes dans L'évolution économique des Grandes Antilles de 1950 à nos jours, Éditions des Antilles S.A.

Cantat O., Cador J.-M., Agasse E.  (2002). «L'originalité des inondations de 2000-2001 dans la plaine de Caen »,Annales de géographie, nº 625, 246-264.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Desse M. (2003). « Les difficultés de gestion d'un littoral de survie à Haïti, l'exemple du golfe de la Gonâve », Cahiers de géographie du Québec. n°130 : 63-83.
DOI : 10.7202/007969ar

Gilbert M. (2008). « Haïti : la catastrophe n’était pas naturelle », Alter presse, http://www.alterpresse.org/spip.php?article7857

Goulet J. (2005). L'organisation des services urbains : réseaux et stratégies dans les bidonvilles de Port-au-Prince, Thèse de doctorat, Université du Québec à Montréal.

Haub C. (2003). Fiche de données sur la population mondiale, Washington, DC : Population Référence Bureau.

Lucien G.-E. (2005). Verrettes (Haïti) face à la mondialisation : Acteurs, enjeux et stratégies, Mémoire de maîtrise s.d  Régis Guillaume, Département de géographie, Université Toulouse le Mirail.

Lucien G.-E. (UCIEN Georges Eddy, Espaces périphériques et économie d'archipel, la trajectoire contemporaine (Haïti), Port-au-Prince, Edition de l'Université d'Etat d'Haïti, Editions du CIDHICA, 2009, 210 p.

Pierre L-N. (2007). « La juridicisation de la vie sociopolitique et économique en Haïti et Limites », Droit et Société, 1, n°65 : 123-151.

Théodat J.M. (2004). « Pour une politique d’aménagement concerté du territoire ». Recherche Haïtiano-Antillaises, Harmattan, 49-60.

Haut de page

Notes

1 Le cyclone Wilna de novembre 2005 a atteint une vitesse de 280 km/h.

2 Les derniers records sont vieux de plus de 35 ans : 21 en 1933 et 12 en 1969.

3  La densité est forte : 250 à 350 hab/km2.

4  Les éco-réfugiés sont des personnes contraintes à migrer à cause de changements climatiques (réchauffement climatique, érosion des sols, …) ou biogéographiques de leur région (désertification, déforestation, etc.). L’organisation internationale des migrations a donné cette définition des migrants environnementaux : « personnes qui pour des raisons contraignantes de changement soudain ou progressif de l’environnement (…) sont obligées de quitter leur résidence habituelle ».

5  Deux dollars américains représentent moins de 50% du prix d’un plat d’un restaurant pas cher (ou à la portée de toutes les bourses) à Gonaïves et moins de 10% du prix d’un trajet aller-retour Gonaïves - Port-au-Prince.

6  Cet indicateur composite prend en compte les déficits en termes d'instruction, de longévité et de conditions de vie tels l'accès aux services de santé, a l'eau potable et malnutrition infantile.

7  Un chiffre qui appartient au XIXe siècle pour la plupart des pays.

8  Haïti est parcouru par des grandes chaînes de montagne séparées par des vallées synclinales qui s’ajoutent à de rares plaines côtières de piémont.

9 La paysannerie est chiffrée à quelque 65% (y compris une partie des citadins dans les villes montagneuses comme Pétion-Ville).

10 Situé au Nord-ouest d’Haïti, le Far-Oust est considéré comme la région la plus pauvre du pays. Elle connaît régulièrement de très graves crises alimentaires. Les familles cultivent de très petits lopins de terre et n’élèvent que trop peu de bétails pour une autosuffisance. Ce manque de denrées alimentaires produites localement s’accompagne d’une forte dépendance alimentaire. Depuis maintenant soixante ans, cette région bénéficie de l’aide distribuée par des organisations.

11  Les données sur le bilan des cyclones de 2008 sont tirées principalement du Rapport d’évaluation des besoins post-désastre Cyclones Fay, Gustav, Hannah et Ike. 2008. Ce rapport est préparé par le gouvernement d’Haïti avec l’appui de la Banque mondiale, les Nations-Unies et de la Commission Européenne, http://gfdrr.org/docs/Haiti_PDNA_2008.pdf.

12  Le morne Bienac est située à 2 kilomètres du nord de la ville. Il culmine à 317 mètres et présente à la base une morphologie quasi-circulaire avec environs 3 kilomètres de longueurs sur 2,5 kilomètres de largeur.

13 L’impact dans le secteur de l’industrie et le commerce est très important. Il  est estimé à 126.700.000 US$ dans l’industrie et à 79.400.000 US$ dans le commerce, soit respectivement 8,7% et 8% du PIB de chaque secteur et 3,5% du PIB total

14 Jeanne : des symptômes post-traumatismes encore présents, « A quand une évaluation psychologique des victimes ? »,  Nouvelliste, lundi 8 septembre 2008

15  Maryse a 53 ans. Elle est mère de quatre enfants et vit depuis septembre 2004 à Port-au-Prince, Cf. Jeanne : des symptômes post-traumatismes encore présents, « A quand une évaluation psychologique des victimes ? »,  Nouvelliste, lundi 8 septembre 2008.

16  Jeanne : des symptômes post-traumatismes encore présents, « A quand une évaluation psychologique des victimes ? », Nouvelliste, lundi 8 septembre 2008.

17  Les Tap-tap sont des petites voitures de transport de marchandises et de personnes. Ils doivent leur nom à leur rapidité. Tap-tap peut-être traduit par l’expression française « en un rien de temps »Ils ont fait leur apparition dans les années 1980.

18  Jeanne : des symptômes post-traumatismes encore présents, « A quand une évaluation psychologique des victimes ? »,  Nouvelliste, lundi 8 septembre 2008.

19 84.625 logements sont partiellement endommagés et 27.702 complètement détruits au niveau du  pays.  La valeur totale des effets du désastre dans ce secteur est estimée à 179.810.000 US$ dont 161.320.000 US$ concernent le secteur privé (88%), et les 18.490.000 US$ restants (12%) le secteur privé

20  Une bonne partie de la population des Gonaïves migrent vers les hauteurs suite aux inondations, Institut Haïtien de Statistiques et d’Informations, cité par Alter presse, http://www.alterpresse.org/, 5 octobre 2009.

21  Intempéries : au moins quatre morts dans l'Artibonite, United Nations Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH),
http://www.reliefweb.int/rw/rwb.nsf/db900SID/EGUA-7SAQQ2?OpenDocument,21 May 2009

22  A Port-au-Prince, ville de deux millions et demi d'habitants, 1 800 000 (soit deux tiers de la population de la capitale) vivent dans des bidonvilles

23   Un appel de dix minutes coute près d’1,25 dollars américains. Ce qui représente le salaire journalier moyen d`’un ouvrier agricole de l’Artibonite.

24  Tout est misé sur Gonaïves au détriment du reste du pays car c’est elle qui attire plus que toute autre partie du pays l’attention de la presse. Un autre facteur tout aussi important qui explique le parti pris en faveur de ladite ville est que plusieurs cadres supérieurs de l’État en sont originaires.

25  L’Accord de Coopération Énergétique (ACE) Petro caribe est un pacte de sécurité énergétique proposé par le président de la République vénézuélienne, Monsieur Hugo Chavez Frias. Créé en 2005, l’accord institue des livraisons de pétrole vénézuélien à des taux préférentiels en direction des États de la Caraïbe et d’Amérique Centrale et vise « un usage rationnel et solidaire des ressources.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Détresse d’une paysanne au lendemain de l’inondation de son    exploitation agricole.
Légende Cliché: Lucien Georges Eddy, août 2004.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/4851/img-1.png
Fichier image/png, 868k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

George Eddy Lucien, « Considérations sur la saison cyclonique dévastatrice de septembre 2008 en Haïti : De l'importance des actions majeures dans une perspective de durabilité », Études caribéennes [En ligne], 17 | Décembre 2010, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/4851  ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.4851

Haut de page

Auteur

George Eddy Lucien

Docteur en histoire, Coordonnateur du Master Aménagement des quartiers précaires et développement urbain ; Université Quisqueya, Port-au-Prince, EA Ruralités Université de Poitiers ; Lucge2000@yahoo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page